Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2014 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Jérémy Jammes
, 
François Robinne

Troisième partie. La région

Viêt Nam

Une impatience croissante

Laurent Gédéon et François Guillemot

Texte intégral

1Le principal défi auquel fait face actuellement le Parti communiste vietnamien (PCV) est le maintien de son monopole. Or, si celui-ci lui permet d’éviter d’affronter une opposition politique, il le rend également seul responsable des orientations du pays. Sur le plan économique, il est évident que les choix du Parti ont été payants, les conditions de vie n’ayant fait que s’améliorer au cours des deux dernières décennies à tel point qu’aujourd’hui, pour la population vietnamienne, l’ouverture économique et la société de consommation représentent un cadre de vie naturel. Tout retour en arrière serait certainement très mal vécu. Il remettrait en cause la relative neutralité politique dont fait encore montre la population vis-à-vis du pouvoir, et ne ferait qu’amplifier la montée de la contestation politique déjà perceptible à certains niveaux du corps social.

2Cet état de fait suscite de vifs débats au sein du Parti entre les réformateurs et l’aile conservatrice. Les premiers mettent en avant l’irréversibilité des processus mis en œuvre depuis la « rénovation » (Đổi mới) en 1986, ainsi que les profonds changements intervenus dans le pays sur les plans sociaux et économiques. Ils soulignent que ces bouleversements nécessitent une adaptation du Parti dans le sens d’une plus grande ouverture politique. Cette vision est combattue par les conservateurs qui craignent qu’une ouverture, même partielle, ne remette en cause les acquis et les avantages des élites politiques en particulier dans le domaine économique. Pour eux, le modèle chinois alliant conservatisme politique et libéralisme économique apparaît comme la voie la plus sûre. Conséquence directe ou non de ce débat, deux décisions en 2013, de portée symbolique, ont donné l’impression d’une certaine ouverture : le projet de révision constitutionnelle et le vote de confiance à l’Assemblée nationale.

1 - Quelques changements à forte portée symbolique

Révision constitutionnelle

  • 1 « La Constitution vietnamienne traduit les aspirations du peuple vietnamien », La Voix du Vietnam, (...)
  • 2 « Statement of the 7th session of 11th Central Committee of Communist Party of Vietnam », 30 juille (...)

3L’année 2013 a en effet été marquée par le projet de révision de la Constitution de 1992. On remarque que le débat a été beaucoup moins cadré que lors des révisions précédentes. L’article 4 qui accorde au Parti communiste un rôle de leadership « supra-constitutionnel » a été en particulier largement discuté, un nombre significatif de membres du PCV à la retraite et d’« intellectuels révolutionnaires » militant en faveur de son abrogation. Une consultation populaire a eu lieu entre le 1er janvier et le 30 septembre 2013 afin de recueillir les opinions des Vietnamiens, y compris ceux de l’étranger, sur cette question. Selon les sources officielles, 28 149 conférences, ateliers et tables rondes ont été organisés dans le pays1 et près de 26 millions d’avis recueillis, émanant tant d’organisations que d’individus2.

  • 3 Voice of Vietnam, 21 juin 2013 (http://vovworld.vn).

4Ce projet a aussi été débattu par l’Assemblée nationale dans le cadre de sa 5e session qui s’est tenue du 20 mai au 21 juin 2013. À l’issue de ses travaux, son président, Nguyễn Sinh Hùng, a indiqué qu’il avait été demandé au Comité de rédaction pour la révision de la Constitution de 1992 de continuer à recueillir les recommandations des députés jusqu’au 30 septembre, afin d’achever la rédaction de la version finale. Celle-ci fut ensuite soumise au vote lors de la 6e session de l’Assemblée nationale (13e législature) pour approbation. Sans surprise, les députés ont voté le 28 novembre à 97,59 % en faveur du texte3.

Vote de confiance

  • 4 « Confidence tricks. The repression is fierce; the self-criticism mild », The Economist, 22 juin 20 (...)
  • 5 Alors que son principal rival, le président Trương Tấn Sang, obtenait 330 votes de « haute confianc (...)
  • 6 Il a toutefois été stipulé qu’un responsable recueillant pendant deux années consécutives deux-tier (...)

5Le 10 juin, les 498 députés de l’Assemblée nationale ont procédé à un vote de confiance. Le principe de l’organisation d’un vote annuel portant sur l’action des plus hauts dirigeants politiques et économiques du pays, y compris le Premier ministre, avait été décidé en novembre 2012. Il faisait suite au mea culpa prononcé par Nguyễn Tấn Dũng le 22 octobre devant les députés dans lequel celui-ci reconnaissait sa « responsabilité politique » et ses « manquements » dans la mauvaise gestion de l’économie du pays. Le vote du mois de juin a porté sur l’action de 46 responsables, les députés devant choisir entre un vote de « haute confiance », de « confiance » ou de « manque de confiance »4. Les résultats ont mis en lumière les réticences d’une partie des parlementaires quant à l’action du Premier ministre auquel 160 députés, soit près du tiers de l’Assemblée, ont attribué l’appréciation la plus basse5. Le gouverneur de la Banque centrale Nguyễn Văn Bình, a quant à lui obtenu 209 votes de « faible confiance » soit 42 % de votes négatifs. Ces résultats, bien que résultant d’un vote à portée symbolique6, ont cependant clairement illustré la virulence croissante des critiques portant sur les orientations économiques du pays décidées par le Premier ministre. De nombreux blogueurs et commentateurs n’y ont toutefois vu qu’une manœuvre visant à apaiser le ressentiment grandissant de la population envers les responsables politiques jugés corrompus et incompétents.

2 - Une société avide d’ouverture

Des blogueurs de plus en plus influents

  • 7 « Vietnam Arrests Well-Known Blogger for Criticism », The New York Times – Associated Press, 14 jui (...)

6La gestion d’Internet est délicate pour les autorités confrontées à la nécessité de laisser se développer le réseau pour des raisons économiques (un tiers des Vietnamiens, soit 31 millions de personnes, ont aujourd’hui accès au Web, dont 73 % sont âgées de moins de 35 ans7) et soucieuses de maîtriser cet outil afin d’éviter tout dérapage sur le plan politique. Or, Internet apparaît aujourd’hui comme une extraordinaire source d’informations alternative pour ses usagers vietnamiens et comme une caisse de résonance permettant aux très nombreux blogueurs d’exprimer leurs attentes, leurs frustrations et leurs critiques, notamment sur le réseau Facebook.

  • 8 En vietnamien : « Thông Tấn Xã Vỉa Hè ».

7Face à cette situation, le pouvoir paraît sur la défensive et semble incapable d’endiguer un phénomène qui prend davantage d’ampleur comme en témoigne, par exemple, le succès du blog très populaire d’Anh Ba Sàm appelé « Agence de trottoir »8, qui parodie l’agence officielle d’information (Agence vietnamienne d’information – AVI). Ce blog attire près de 100 000 visiteurs chaque jour.

  • 9 « Đàn áp và tự phê bình ở Việt Nam » [La répression et l’auto-critique au Vietnam], BBC, 21 mars 20 (...)

8Les autorités ont malgré tout nettement durci leur position par rapport à la contestation intérieure, qu’il s’agisse des dissidents « classiques » ou des cyber-dissidents. Dès le mois de décembre 2012, Nguyễn Tấn Dũng avait ainsi renouvelé ses instructions à la police, la pressant d’agir contre les « forces hostiles » qui utiliseraient l’Internet pour diffuser de la propagande menaçant la sécurité nationale et s’opposant au Parti communiste et à l’État9. Parallèlement, une « cyberpolice » a été créée au sein du ministère de la Sécurité publique.

  • 10 « In Vietnam, muzzled voices », The Washington Post, 12 janvier 2013 (www.washingtonpost.com).
  • 11 L’article 258 sur l’abus des libertés démocratiques afin de porter atteinte aux intérêts de l’État, (...)
  • 12 En vietnamien : « Một góc nhìn khác ».
  • 13 « Vietnam : arrestation d’un blogueur influent », Le Monde, 27 mai 2013 (www.lemonde.fr/asie-pacifi (...)

9De fait, l’année a commencé par la condamnation, le 9 janvier, de 14 activistes pro-démocratie, dont 12 catholiques, jugés pour leur participation à un stage de formation organisé à Bangkok par le mouvement d’opposition Việt Tân interdit au Viêt Nam. Treize d’entre eux ont écopé de peines allant de 3 à 13 ans d’emprisonnement, le quatorzième bénéficiant d’un sursis10. Quelques mois plus tard, le 11 juin, un blogueur d’une trentaine d’années, Đinh Nhật Uy, a été interpellé dans la province de Long An et placé en détention provisoire sous l’accusation d’avoir tenu des propos diffamatoires à l’encontre du Parti. Cette accusation, qui tombe sous le coup de l’article 258 du Code pénal vietnamien11, est passible d’une peine d’emprisonnement maximale de sept ans (il a écopé d’une peine de 15 mois d’emprisonnement avec sursis suivie d’un an d’assignation à résidence). D’autres blogueurs connus se trouvent dans la même situation, tels Lê Quốc Quân, détenu depuis le mois de décembre 2012 sous l’accusation de fraude fiscale, Phạm Viết Đào, 61 ans, ancien responsable politique et membre de l’Association des écrivains du Viêt Nam, arrêté le 13 juin à Hanoi pour avoir critiqué des personnalités officielles sur son blog, ou encore Trương Duy Nhất, auteur d’un blog critique intitulé « Un point de vue différent12 », arrêté le 26 mai à Danang. Dans un article publié fin avril, Nhất avait appelé à la démission de hauts dirigeants : « Le moment est venu pour un nouveau secrétaire général du Parti et un nouveau Premier ministre », afin de sortir le pays de ses difficultés économiques et politiques13.

  • 14 James Hookway, « Vietnam Arrests More Bloggers After Confidence Vote », 17 juin 2013, http://blogs. (...)

10On dénombrait à la fin du mois de juin 1 946 arrestations de blogueurs ou de militants pro-démocratie, soit plus que pour l’ensemble de l’année 201214.

  • 15 Nghị định quản lý, cung cấp, sử dụng dịch vụ internet và thông tin trên mạng [L’approvisionnement e (...)
  • 16 « Le Vietnam renforce son arsenal répressif sur Internet », Le Monde, 14 août 2013 (www.lemonde.fr)
  • 17 Classement mondial 2013, RSF (http://fr.rsf.org/press-freedom-index-2013,1054.html).

11Le régime vietnamien a également réagi par un décret (no 7215) signé au début du mois d’août par Nguyễn Tấn Dũng et entré en application le 1er septembre, stipulant que les réseaux sociaux tels Facebook ou Twitter ne pourraient plus être utilisés que pour « échanger des informations personnelles ». Est interdite toute « diffusion d’informations hostiles au Viêt Nam et pouvant affaiblir sa sécurité nationale » et menacer « l’ordre social et l’unité nationale » ou encore les « informations diffamant le prestige d’organisations et l’honneur ou la dignité des personnes »16. Le décret interdit également aux fournisseurs de services Internet de « donner des informations contre le Viêt Nam, de saper la sécurité nationale, l’ordre social et l’unité nationale, ou de déformer les informations, de calomnier et diffamer le prestige d’organisations, l’honneur et la dignité des individus ». Il réclame par ailleurs aux sites hébergeant des contenus de fournir les adresses IP des internautes violant la loi. En raison de toutes ces restrictions, le pays a été classé 172e sur 179 par Reporters sans Frontières dans son classement mondial 2013 de la liberté de la presse17.

12On note qu’outre les dissidents déclarés, certains artistes utilisent également Internet pour faire connaître leurs œuvres, dont certaines sont très critiques. C’est, par exemple, le cas de Ngọc Đại, dont l’album paru au printemps et intitulé Thằng Mõ 1 (« Le crieur public no 1 ») dont les paroles au contenu ouvertement sexuel ont provoqué une controverse au sein d’une société généralement plutôt prude. Sa chanson Khuyến mại tình dục (« Promotion du sexe ») a, en particulier, été écoutée des milliers de fois sur YouTube et a suscité d’intenses débats sur Facebook.

  • 18 « Embarras des autorités après les 27 jours de la grève de la faim de Cu Huy Ha Vu », EDA, 24 juin (...)

13Même incarcérés, certains opposants ne désarment pas comme Nguyễn Văn Hải qui a débuté une grève de la faim à la fin du mois de juin. Le célèbre blogueur, très connu sous son pseudonyme Điếu Cày (« Pipe à eau »), a été condamné à 12 ans de prison en septembre 2012 et incarcéré à la prison no 6 dans la province de Nghệ An. Văn Hải, âgé de 61 ans, a mis fin à son action le 27 juillet après que les autorités ont accepté d’examiner sa plainte pour mauvais traitements. C’est également le cas du célèbre avocat Cù Huy Hà Vũ, le fils de Cù Huy Cận, poète connu et proche collaborateur de Hồ Chí Minh. Âgé de 56 ans et emprisonné à la prison no 5 de Thanh Hóa depuis 2011, il a entamé une grève de la faim le 27 mai afin de protester contre les conditions de son incarcération. Il a mis fin à son mouvement le 25 juin après avoir obtenu une réponse du directeur du centre pénitencier. Sa situation a suscité un mouvement de solidarité aux niveaux national et international. Son exemple a été suivi par une dizaine de personnalités qui souhaitaient ainsi lui exprimer publiquement leur soutien tels l’ancien prisonnier de conscience, le docteur Phạm Hồng Sơn qui annonça entamer une grève de la faim de sept jours ou encore Võ Văn Thanh Liêm, le religieux bouddhiste Hòa Hảo qui fut prisonnier politique pendant dix ans et exprima également son soutien à l’avocat par une période de jeûne d’une semaine18. En outre, dans une lettre commune adressée en juin aux principaux dirigeants de Hanoi, 33 chercheurs principalement originaires des États-Unis et d’Australie ont souligné leurs « profondes inquiétudes » pour la santé de Hà Vũ et réclamé des mesures pour assurer sa santé et sa sécurité. Le gouvernement américain a également appelé de son côté à la libération de l’avocat.

Une contestation de plus en plus visible

  • 19 En vietnamien : « Dã ngoại viên nhân quyền ». Voir par exemple à ce sujet l’article de la BBC intit (...)

14De nouvelles formes de contestation ont émergé au cours de l’année. Les « Rencontres en plein air pour les droits de l’Homme19 » organisées par des étudiants et inaugurées le 5 mai dans les jardins publics de trois villes du pays (Hô Chi Minh-ville, Nha Trang et Hanoi) en sont une bonne illustration. Ces pique-niques, qui sont intervenus dans le contexte général de la révision constitutionnelle, ont eu lieu à plusieurs reprises et ont été l’occasion pour les participants d’informer le public sur les questions touchant aux libertés fondamentales de l’individu et de distribuer des documents tels que la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen. Selon les cas et les lieux, la police a réagi ou laissé faire.

15Outre les catholiques, les opposants issus d’autres milieux religieux apparaissent particulièrement surveillés et combattus par les autorités, les contestataires faisant l’objet de mesures d’intimidation ou d’arrestation. C’est le cas, par exemple, de Lê Công Cầu, 62 ans, responsable du mouvement de jeunesse de l’Église bouddhique unifiée du Viêt Nam (EBUV) de la province de Thừa Thiên Huế. Accusé d’avoir publié des articles prônant le pluralisme politique et accusant le Parti communiste vietnamien de persécution religieuse et de faiblesse face à la Chine dans le différend sur les îles de la mer de l’Est (ou mer de Chine méridionale vue de Chine), il a été longuement interrogé par la police en mars et menacé de poursuites.

  • 20 L’article 88 sur la propagande contre la République socialiste du Viêt Nam est fréquemment utilisé (...)
  • 21 « Vietnam Court Issues Rare Reversal of Student’s Prison Sentence », Radio Free Asia, 16 août 2013 (...)

16Une exception est cependant à signaler dans ce contexte de durcissement général. Si le retentissement médiatique des affaires judiciaires varie selon les cas, il en est une qui a soulevé les passions dans le pays, celle concernant une jeune étudiante, Nguyễn Phương Uyên, âgée de 21 ans. Arrêtée le 14 octobre 2012 pour avoir distribué des tracts à Hô Chi Minh-ville critiquant le Parti communiste et dénonçant les empiétements de la Chine populaire sur la souveraineté du Viêt Nam, elle avait été reconnue coupable par le Tribunal populaire de Long An de violation des lois de sécurité nationale lors de son premier procès au mois de mai et condamnée à six années d’emprisonnement. Cette peine, prononcée le 16 mai en vertu de l’article 88 du Code pénal vietnamien20, a ému l’opinion publique. Une cour d’appel a infirmé le 16 août la condamnation initiale de Phương Uyên qui a été réduite à trois ans de prison avec sursis permettant à la jeune fille de ressortir libre du tribunal. Un autre militant condamné en même temps qu’elle, Đinh Nguyên Kha, âgé de 25 ans, a quant à lui vu sa peine de huit ans de prison ramenée à quatre ans21. Si c’est la première fois qu’une cour d’appel libère une personne jugée pour crime contre la sécurité nationale, on remarque que la Cour a refusé de les innocenter et a assorti les peines révisées de trois années de résidence surveillée. Il est également à noter que son cas avait fait l’objet d’échanges entre Trương Tấn Sang et Barack Obama lors de la visite officielle du président vietnamien aux États-Unis en juillet. Visite au cours de laquelle le président Obama avait insisté pour que le Viêt Nam effectue des avancées en matière de droits de l’Homme.

17Cette évolution est à rapprocher de l’ouverture dont avait antérieurement fait preuve le gouvernement vietnamien en autorisant en mars, pour la première fois depuis la fin de la guerre du Viêt Nam, des contacts entre Amnesty International et d’importants dissidents, ainsi que des responsables gouvernementaux. Le représentant d’Amnesty International, Frank Jannuzi, avait notamment pu rencontrer deux dissidents, Phạm Hồng Sơn et Nguyễn Văn Dai, ainsi que des représentants des principales églises évangéliques et le cardinal Phạm Minh Mẫn, archevêque de Hô Chi Minh-ville.

3 - Vers plus de justice foncière ?

18La question de la réforme foncière est demeurée d’une brûlante actualité au Viêt Nam durant l’année 2013. La législation foncière est en effet au centre du dispositif de redistribution des ressources que les autorités ont mis en place depuis le Đổi mới. Si le principe de l’appartenance de la terre à l’État n’est pas remis en question, des dispositions ont été prises afin de permettre le développement du marché foncier, dispositions qui ont créé, de fait, différents niveaux d’attribution. Ainsi, si la plus grande partie des terres agricoles et forestières est allouée à titre gratuit par l’État aux exploitants, une autre, percevable sur la première, peut-être gérée de manière libérale dans l’objectif de soutenir le développement économique du pays. Ce système à deux vitesses est générateur de corruption et, dans le contexte de libéralisation accrue que connaît le Viêt Nam, il est vraisemblable que la pression se fera de plus en plus forte sur les terres agricoles au détriment des populations rurales. La prochaine législation foncière pourrait porter les marques de cette évolution.

  • 22 Résolution no 49/2013/QH13 en date du 21 juin 2013 de l’Assemblée nationale sur la prolongation de (...)
  • 23 Conformément à l’article 67 de la loi foncière no 13/2003/QH11.

19En effet, la loi foncière actuelle, où aucun changement n’a été introduit depuis 2003, présente de nombreuses imperfections et sa révision représente l’une des principales initiatives législatives de l’année 2013. Cette révision, rendue nécessaire par les tensions sociales et politiques qui se développent autour de cette question, représente la cinquième depuis celle de 1987 qui posait les fondements juridiques d’une gestion unifiée de la terre par l’État. Les députés en ont débattu lors de la 5e session de l’Assemblée nationale à l’issue de laquelle il a été décidé de prolonger la durée d’utilisation des terres agricoles attribuées aux ménages et aux particuliers pour la culture de plantes annuelles notamment les céréales, l’aquaculture ou la production de sel22. Cette mesure a concerné toutes les terres attribuées avant la promulgation de la loi foncière du 15 octobre 1993 qui avait fixé une durée d’utilisation limitée à 20 ans avec une échéance au 15 octobre 201323. La prolongation a pris effet le 1er octobre et doit s’appliquer jusqu’à la promulgation de la nouvelle loi foncière. Celle-ci a été adoptée le 29 novembre par l’Assemblée nationale dans le cadre de sa 6e session du 21 octobre au 30 novembre 2013.

20Cette révision intervient dans un contexte de tension récurrente liée aux expropriations dont sont victimes certains habitants dans un pays où près de 90 % de la population vit encore sur des terres agricoles. Les incidents se produisent fréquemment lorsque les responsables locaux tentent de s’emparer des terres pour des projets de développement à l’utilité parfois contestable, en proposant des compensations à des taux nettement inférieurs à la valeur du marché. Ce problème est particulièrement aigu en périphérie des grandes villes (en particulier Hanoi et Hô Chi Minh-ville) où l’écart entre compensation financière et valeur réelle du terrain est très élevé. Le sentiment de révolte éprouvé par les exploitants les pousse souvent à tenter de s’opposer par la force à des mesures jugées profondément injustes. C’est ainsi qu’à l’instar de 2012, l’année 2013 a été émaillée d’incidents sur l’ensemble du territoire entre paysans protestataires et forces de l’ordre. Tel a été le cas, par exemple, à Dương Nội, commune située au sud-ouest de Hanoi, où les villageois se sont opposés à la police à la fin du mois de janvier afin d’empêcher les bulldozers de défricher des terres où étaient enterrés leurs ancêtres.

21Un procès emblématique est intervenu dans ce cadre, du 29 au 31 juillet. Celui du pisciculteur catholique Đoàn Văn Vươn, accusé d’avoir résisté par les armes en janvier 2012 à la saisie de ses terres et de sa maison situées dans le district de Tiên Lãng, à une centaine de kilomètres à l’est de Hanoi. Cette affaire avait suscité une intense émotion dans le pays. L’État avait réagi au plus haut niveau par la voix du Premier ministre qui avait publiquement critiqué les responsables et qualifié l’opération d’illégale. À la suite de ces événements, une cinquantaine de responsables locaux avaient fait l’objet de mesures disciplinaires et cinq d’entre eux avaient été renvoyés devant la justice pour répondre de la destruction de la maison de Đoàn Văn Vươn.

  • 24 « Procès Doan Van Vuon : le tribunal confirme la peine des deux principaux accusés », EDA, 7 août 2 (...)

22En première instance, le 5 avril 2013, le tribunal populaire de Haiphong a toutefois condamné Đoàn Văn Vươn et son frère Đoàn Văn Quý à cinq ans de prison pour tentative d’homicide, alors que deux autres membres de la famille, Đoàn Văn Sịnh et Đoàn Văn Vệ écopaient respectivement de trois ans et demi et deux ans de prison et les épouses des deux principaux accusés de 15 et 18 mois de prison avec sursis. À l’issue du procès en appel, le 30 juillet, Vươn et son frère, de même que leurs épouses, ont vu leur peine maintenue. En revanche, les condamnations des deux autres accusés ont été allégées. La peine de prison de Sịnh ayant été ramenée à neuf mois et celle de Vệ à cinq mois24.

4 - Une économie en mal de changement

Une croissance au ralenti

  • 25 « Vietnam Devalues Dong for First Time Since December 2011 », Bloomberg News, 28 juin 2013 (www.blo (...)

23L’année 2013 a débuté par un ralentissement de l’économie caractérisé par un taux de croissance en baisse à environ 5 %. Cette stagnation, liée à la faiblesse de la consommation intérieure, à la croissance insuffisante du crédit et à l’accumulation des créances douteuses sur le système bancaire intervient après trois années de baisse consécutives (5 % en 2012, 5,9 % en 2011 et 6,8 % en 2010)25. Dès la fin du premier semestre, le responsable du Bureau général des statistiques avait d’ailleurs reconnu que l’objectif d’un taux de croissance de 5,5 % pour l’année 2013 serait très difficile à atteindre, la croissance sur les six premiers mois s’étant en effet établie à 4,9 %.

24Afin d’endiguer ce ralentissement économique, la Banque centrale a décidé de dévaluer le đồng, dont le taux de référence a été abaissé au mois de juin de 1 % par rapport au dollar, pour la première fois depuis décembre 2011. La Banque a également annoncé le 28 juin qu’elle baissait d’un demi-point (de 7,5 à 7 %) le taux d’intérêt maximum sur les dépôts bancaires libellés en đồng d’une durée supérieure à six mois, et de 0,8 point celui des dépôts d’une durée inférieure à un mois (2 à 1,2 %). L’objectif recherché était de favoriser l’obtention des prêts et de donner ainsi un nouvel élan à la croissance économique. La dévaluation du đồng avait également pour but d’accroître les réserves de change disponibles et d’améliorer la balance commerciale du pays, dont le déficit s’élevait à 1,4 milliard $ US pour les six premiers mois de l’année, chiffre à mettre en regard avec les 155 millions $ US de bénéfices engrangés en 2012.

  • 26 Bien que celles-ci ne représentent que 27 % du PIB.
  • 27 Vu Quang Viet, « Why Vietnam needs more banking reform », Eastasiaforum.org, 15 avril 2013 (www.eas (...)

25La crise actuelle est le résultat d’un processus initié depuis plusieurs années déjà qui a vu le pays s’ouvrir largement aux capitaux étrangers. Cette stratégie de croissance avait été décidée par le Premier ministre qui avait fixé à son arrivée au pouvoir en 2006 à 9,5 % le taux de croissance annuel à atteindre dès 2008. Conformément à cet objectif, les autorités avaient procédé à une augmentation de la masse monétaire de 46 % et jusqu’à 60 % du crédit bancaire avait été alloué aux entreprises publiques26. Cet accroissement incontrôlé du crédit avait eu pour effet d’engendrer une forte inflation qui avait atteint 23,1 % en 2008. Dès l’année suivante, sous la pression du Bureau politique du Parti, des actions furent entreprises pour juguler l’inflation qui retomba à 5,9 % en 2009. Nguyễn Tấn Dũng maintint toutefois son objectif de croissance élevée, contre l’avis de la plupart des économistes, faisant valoir que ce stimulus était impératif pour contrer les effets de la crise financière mondiale. La persistance de cette politique eut pour conséquence une relance de l’inflation qui atteignit 10 % en 2010, puis 18,7 % en 201127 et s’accompagna d’une baisse de la croissance. Cette dernière tomba en 2012 à son niveau le plus bas depuis treize ans soit 5,03 %, un ralentissement intervenu alors même que le pays consacrait 40 % de son PIB aux investissements, soit l’un des taux les plus élevés au monde. Il est à noter que la pression inflationniste a continué à se poursuivre tout au long de l’année 2013, quoique de manière moins marquée qu’en 2012, la hausse des prix à la consommation ayant atteint 6,69 % à la fin du premier semestre.

Repenser le modèle de croissance

  • 28 Jonathan Pincus, « Vietnam’s need for deeper structural reform », Eastasiaforum. org, 7 avril 2013 (...)

26Le resserrement du crédit, décidé à partir de 2011 par les autorités vietnamiennes, a directement touché les entreprises d’État premières bénéficiaires, au cours des années précédentes, des capitaux publics destinés à relancer l’économie. Or, ces capitaux avaient été, dans leur grande majorité, réinvestis dans des entreprises spéculatives. L’arrêt du crédit a eu pour conséquence de faire chuter la valeur de ces actifs provoquant l’insolvabilité de milliers d’entreprises publiques. On estime aujourd’hui que la part de ces actifs représente entre 10 et 25 % du revenu national28, 40 % de cette dette étant détenue par des banques d’État et la plupart de ces créances douteuses étant liées à des investissements fonciers et immobiliers.

  • 29 Quyết định số 254/QĐ-TTg của Thủ tướng Chính phủ: Phê duyệt Đề án « Cơ cấu lại hệ thống các tổ chức (...)

27Conscients de ces problèmes, les dirigeants vietnamiens ont décidé de revoir le modèle de croissance du pays et ont identifié trois grands points d’amélioration : les entreprises d’État, le système financier et l’investissement public. Des actions correctives ont été programmées dans le cadre du récent Plan directeur qui a défini les réformes à effectuer entre 2013 et 2015 parmi lesquelles la création d’un Comité de coordination de haut niveau pour superviser le processus de restructuration de la banque et celle de la société de gestion d’actifs (Asset Management Corporation – AMC) destinée à aider les banques à mieux gérer leurs créances douteuses. En effet, ces dernières empêchent les organismes bancaires d’accroître leurs prêts, une situation qui atténue l’impact de la réduction des taux d’intérêt décidée par la Banque centrale. C’est dans ce cadre que dès le 1er mars 2012, le gouvernement a annoncé la mise en œuvre d’une feuille de route pour la restructuration bancaire appelée Décision 25429. Le rôle de la Banque centrale y apparaît capital car elle doit s’assurer que les entreprises d’État ne développent pas à nouveau d’activités dans des secteurs hors de leurs compétences premières, tels que les services bancaires. En outre, la Décision 254 stipule que les banques d’État devront être les acteurs dominants du secteur bancaire vietnamien une fois la restructuration de ce dernier effectuée et qu’elles ne devront pas être incitées à prêter aux entreprises publiques.

28Toutefois, pour être efficientes, la réforme des entreprises publiques et la restructuration des banques doivent être menées de concert, sous la houlette du Comité de coordination créé avec l’AMC. Or, on ne décèle pas de réelle volonté politique d’initier les changements indispensables dans la gouvernance des entreprises d’État, celles-ci continuant à souffrir des mêmes maux (hypertrophie, dépôt de bilan pour certaines d’entre elles et endettement excessif auprès des banques d’État). Cette première réforme est pourtant impérative car elle conditionne celles des banques et de l’investissement public.

  • 30 « Vietnam economy facing myriad difficulties : report », Intellasia – Tuổi Trẻ, 22 mai 2013 (www.in (...)
  • 31 « HSBC warns Vietnam of underperformance next decade », The Saigon Times, 14 juillet 2013 (http://e (...)

29L’inflation des salaires, l’insuffisance des infrastructures, notamment routières, la fragilité du système bancaire criblé de dettes et l’incapacité de l’État à trouver l’argent pour recapitaliser les banques ont achevé de noircir le tableau. En outre, les principaux indicateurs de croissance tels que l’indice des prix à la consommation ou encore les échanges commerciaux ont continué à révéler une activité économique atone (à la fin de l’année 2012, 69 % des entreprises du pays avaient déclaré des pertes30) sans perspective de reprise dans l’immédiat31.

  • 32 Investing in an accelerating Asia? Insights from Asia’s business leaders on their outlook for 2013,(...)

30Ce contexte général a découragé les investisseurs étrangers comme en témoigne le recul du Viêt Nam de la quatrième à la sixième place parmi les pays asiatiques les plus attractifs selon le rapport publié par Economist Corporate Network Asia32. Le pays n’apparaît plus aujourd’hui aux entrepreneurs comme l’alternative naturelle face à la hausse des coûts de production en Chine. Cette situation a en outre ouvert la voie aux critiques essentiellement dirigées vers le Parti, celui-ci étant accusé d’avoir effectué de mauvais choix dans le domaine économique. Conscient de cet état de fait, Nguyễn Tấn Dũng avait d’ailleurs admis dès le début de l’année, dans son message du Nouvel an à la nation, l’existence de « lacunes dans la gestion du gouvernement » ainsi que des « faiblesses structurelles de l’économie ».

Embellie au second semestre

31L’année a cependant été égayée par quelques bonnes nouvelles sur le plan économique comme, par exemple, l’annonce, à forte portée symbolique, de l’ouverture d’un restaurant de la chaîne McDonald’s (sans doute en 2014). Déjà présente dans cinq pays de l’Asean (Thaïlande, Malaisie, Indonésie, Singapour et les Philippines), la chaîne américaine cible le marché vietnamien considéré comme prometteur en raison du nombre élevé de consommateurs et d’un pouvoir d’achat en hausse globale (la consommation intérieure a connu une hausse estimée à 24 % en 2011 et en dix ans, le PIB par habitant s’est accru de 60 % atteignant 1 500 $ US en 2012). Cette installation intervient dans un contexte favorable, les pouvoirs publics ayant décidé d’accélérer l’intégration du pays dans l’économie globalisée la voyant comme un remède contre la crise que traverse le pays.

  • 33 Marie-Josée Cougard, « Le Vietnam rebat les cartes du marché mondial du café », Les Échos, 23 juill (...)
  • 34 « Crevettes : les exportations pourraient atteindre 2,5 milliards de dollars », Vietnam+, 4 novembr (...)

32Le marché du café se porte également bien. Le Viêt Nam est devenu le deuxième producteur de café (22 milliards de sacs de 60 kg) dans le monde derrière le Brésil (50 milliards de sacs) et a exporté en 2012 1,73 million de tonnes pour une valeur d’environ 3,67 milliards $ US. Près de la moitié du café robusta consommé dans le monde provient aujourd’hui du Viêt Nam. Ce secteur est appelé à fortement se développer dans les prochaines années, car la consommation de café augmente en effet de 4 % par an, principalement en Thaïlande, Inde, Corée du Sud et Indonésie, la Chine ne devant pas tarder à suivre le mouvement33. Outre le café, le Viêt Nam se place parmi les premiers exportateurs de riz, de poivre et de noix de cajou et, parmi les exportations animales, celles des crevettes pourraient atteindre cette année 2,5 à 2,6 milliards $ US, soit une hausse de 15 % en variation annuelle34.

  • 35 Claire Guélaud, « L’économie vietnamienne se redresse, mais lentement », Le Monde, 26 septembre 201 (...)
  • 36 « IMF Executive Board Concludes 2013 Article IV Consultation with Vietnam », International Monetary (...)

33D’autres nouvelles positives sont venues confirmer l’impression d’un mieux sur le plan économique pour le deuxième semestre de l’année. Ainsi, l’annonce, le 25 septembre, par VietJetAir, une compagnie aérienne low cost privée fondée en 2011, d’un protocole d’accord portant sur une commande de 92 Airbus A320. De même, l’accord signé entre la Banque d’État du Viêt Nam et l’Autorité de contrôle prudentiel française autorisant BNP Paribas à ouvrir une succursale à Hanoi. Celle-ci sera ainsi la première banque de la zone euro à faire du commerce de détail dans la capitale vietnamienne35. Par ailleurs, le FMI a souligné le 9 août les progrès accomplis : stabilité économique retrouvée, inflation inférieure à 8 %, excédent commercial passé de 2 milliards $ US en 2011 à 9,1 milliards en 2012, monnaie qui ne s’est pas dépréciée et réserves de change multipliées par deux36. Enfin, le maintien des exportations, en particulier celles des biens manufacturés issues des capitaux étrangers a contribué à soutenir l’économie.

5 - Les relations sino-vietnamiennes, entre interdépendance et ambiguïté

Des liens économiques renforcés avec la Chine

  • 37 « Chinese investors flock to Vietnam to wait for TPP », vietnamnet. org, 13 septembre 2013 (http:// (...)

34L’année 2013 a été marquée par la multiplication des investissements chinois au Viêt Nam, motivés par l’accroissement du coût du travail en République populaire de Chine (RPC) et la diminution de ses exportations. Ces investissements ont surtout concerné le secteur du textile, les entreprises chinoises ayant été affectées par la récente décision du gouvernement chinois d’augmenter le prix du coton afin de protéger les producteurs locaux. Cette mesure a eu pour effet de rendre le coton chinois près de deux fois plus cher que celui produit au Viêt Nam et a poussé certaines entreprises chinoises à s’installer au Viêt Nam où elles produisent le coton qu’elles revendent ensuite en Chine, à l’image du groupe Texhong Textile qui a investi près de 300 millions $ US dans la construction d’une usine de textiles en 2012, dans la province de Quảng Ninh37.

  • 38 Le degré de concessionnalité d’un prêt se mesure à partir de son « élément don ». Les prêts concess (...)
  • 39 « The Dominance of Chinese Engineering Contractors in Vietnam », Iseas Perspective, 17 janvier 2013 (...)

35De manière générale, les liens économiques n’ont cessé de se renforcer entre la Chine et le Viêt Nam. Les prêts concessionnels38 ont ainsi atteint les 500 millions $ US à la fin de l’année 2010 et sont en augmentation régulière. De même, les crédits à l’exportation à taux préférentiels pour le Viêt Nam, qui avaient dépassé la barre du milliard de dollars en 2008, n’ont cessé de croître depuis39. Toutefois, pour bénéficier de ces mécanismes, le Viêt Nam se trouve contraint de recourir à des entrepreneurs, de la technologie et de l’équipement chinois. Si ces conditions ont contribué à l’essor des sociétés chinoises au Viêt Nam, elles ne sont pas sans poser divers problèmes liés notamment à la qualité, souvent plus faible que prévu et des réalisations chinoises.

  • 40 David Brown, « Vietnam’s Economy Needs Reoriented Foreign Policy », YaleGlobal, 20 février 2013 (ht (...)
  • 41 « Vietnam Addresses Trade Deficit With China », Asia Briefing, 6 août 2013 (www.asiabriefing.com).

36Ce poids économique de la RPC au Viêt Nam suscite de nombreuses critiques. Celles-ci se focalisent notamment sur les problèmes sociaux posés par la présence de milliers de travailleurs chinois séjournant au Viêt Nam dans le cadre de ces projets, la question de l’exploitation de la bauxite dans des régions écologiquement sensibles, la dépendance de l’économie aux crédits chinois et le fait que les produits chinois inondent le marché domestique. À ceci s’ajoute l’énorme déficit commercial bilatéral avec la Chine qui atteint 12,5 milliards $ US en 201240 et continuait de s’accroître en 2013 (11,4 milliards à la fin du premier semestre)41. Enfin, l’opinion publique vietnamienne s’inquiète également des risques que la dépendance croissante vis-à-vis de la technologie chinoise, en particulier dans le domaine de l’énergie, fait courir à la sécurité nationale.

  • 42 « Vietnam ‘Threatened’ by Chinese, Thai Investments in Laos », RFA, 15 août 2013 (www.rfa.org).

37Une rivalité entre la Chine et le Viêt Nam s’est en outre développée au niveau régional, particulièrement en ce qui concerne le Laos. Premier investisseur étranger dans ce pays auquel des relations spéciales le lient depuis 1978, Hanoi a injecté près de 5 milliards $ US dans 449 projets et prévoit d’atteindre les 7 milliards $ US en 2015. Or, le marché laotien attire aussi la Chine qui y représente aujourd’hui le 3e investisseur étranger. Pékin a ainsi investi près de 4 milliards $ US dans 800 projets différents42. Cette activité chinoise se développe dans les secteurs hautement concurrentiels de l’énergie, de l’exploitation minière et de l’agriculture et inquiète les Vietnamiens car elle menace leur position de partenaire privilégié de Vientiane.

Un partenariat à dimension géopolitique

38La dépendance vis-à-vis de la Chine s’exprime également sur le plan politique. Les deux partis communistes ont une évidente affinité idéologique et il existe de surcroît un influent courant prochinois au sein du PCV. Cette proximité idéologique est utile à Hanoi pour désamorcer les tensions avec Pékin dans la mesure où celles-ci ne deviennent pas trop importantes, les dirigeants vietnamiens étant conscients de l’asymétrie sur le plan militaire et de la vulnérabilité de l’économie vietnamienne aux mesures de rétorsion chinoises. Cet état de fait ne les empêche cependant pas de réaffirmer régulièrement la souveraineté du Viêt Nam sur les îlots contestés de mer de Chine méridionale. Sur ce plan, on note que, si des accrochages périodiques ont continué à opposer Vietnamiens et Chinois en mer de Chine méridionale (mer de l’Est – Biển Đông – des Vietnamiens), les affrontements les plus graves ont concerné les marines philippine et chinoise. La tension est cependant retombée vers la fin de l’été, la Chine ayant fait montre d’une position plus conciliante vis-à-vis de ses voisins et de l’Asean qui continue à promouvoir un code de conduite qui permettrait de diminuer la conflictualité autour de cet espace maritime.

  • 43 « La visite d’État du président Truong Tân Sang a promu les relations sino-vietnamiennes », Le Cour (...)

39L’année 2013 a par ailleurs été marquée par plusieurs visites officielles de personnalités officielles vietnamiennes et chinoises. Le président Trương Tấn Sang a ainsi effectué une visite en Chine du 19 au 21 juin. Au cours de ce séjour, la Chine et le Viêt Nam ont réaffirmé leur objectif de porter les échanges commerciaux bilatéraux à 60 milliards $ US en 2015. La question de la rivalité sino-vietnamienne en mer de Chine méridionale a également été évoquée sans qu’elle ne constitue toutefois un facteur de blocage, les deux parties s’accordant sur le fait qu’une solution pacifique devait être recherchée par la négociation et dans le respect du droit international43.

  • 44 « Li Keqiang termine sa visite au Vietnam », 16 octobre 2013 (http://parlervietnam.com).

40Le Premier ministre chinois Li Keqiang a, à son tour, effectué une visite de trois jours au Viêt Nam, du 12 au 15 octobre, visite conclue par une déclaration commune dans laquelle a été réaffirmée la nécessité d’un « partenariat stratégique et intégral bilatéral » bâti sur un voisinage amical, une coopération globale, la stabilité durable et une orientation vers l’avenir, dans un esprit de « bons voisins, bons amis, bons camarades, bons partenaires »44.

  • 45 « Vietnam et États-Unis établissent leur partenariat intégral », Le Courrier du Vietnam, 26 juillet (...)

41On note cependant que, de manière parallèle, Hanoi a continué à renforcer ses liens diplomatiques avec les États-Unis en cohérence avec sa stratégie consistant à rechercher des contrepoids diplomatiques face à l’influence chinoise. Le président vietnamien a ainsi effectué une visite aux États-Unis du 24 au 26 juillet, déplacement marqué par une rencontre avec Barack Obama. Il s’agit de la seconde visite à un tel niveau depuis la normalisation des relations américano-vietnamiennes en 1995. Une des questions les plus importantes abordées lors de cette rencontre a été celle de l’adhésion du Viêt Nam au Trans-Pacific Partnership, adhésion qui renforcerait l’intégration du pays dans l’économie mondiale, dans la foulée de son entrée au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2007. Cette visite s’est conclue par l’annonce de l’établissement d’un « partenariat intégral » entre les deux pays visant à créer un nouveau cadre pour leur coopération dans des domaines aussi divers que la politique, les sciences, l’éducation ou encore l’environnement. Si la question des droits de l’Homme a été évoquée, elle n’a cependant pas représenté une source de crispation entre les deux parties qui ont convenu de « ne pas laisser ce problème porter atteinte au développement des relations bilatérales45 ». Si les États-Unis conditionnent la livraison d’équipements militaires à cette question, il apparaît en effet peu probable que celle-ci représente une réelle source de blocage compte tenu des intérêts géostratégiques régionaux et du rôle primordial que pourrait jouer le Viêt Nam dans le rééquilibrage de la stratégie américaine en Asie.

Conclusion

42Au terme d’une année riche en événements politiques, le Viêt Nam doit choisir entre continuité – illustrée par un certain conservatisme – et audace – induite par les pressantes demandes de réforme politique. Les questions soulevées par la 6e session de l’Assemblée nationale du Viêt Nam telles les réformes foncière et constitutionnelle, l’orientation économique, le budget de 2014 et la nomination de deux vice-Premiers ministres (voir portraits croisés) sont révélatrices de ces débats comme en témoignent les votes des députés qui ont largement entériné la nouvelle loi foncière ainsi que la réforme constitutionnelle.

43Enfin, on ne saurait conclure sans évoquer la disparition de la figure la plus charismatique du régime, le général Võ Nguyên Giáp (voir son portrait). Décédé le 4 octobre à l’âge de 102 ans (103 pour les Vietnamiens), il incarnait les décennies de révolution et de guerre contre les Français et les Américains. Modèle de lutte pour le Tiers-monde des années 1970, il eut droit à de grandes funérailles nationales organisées les 12 et 13 octobre à Hanoi suivies par le monde entier, avant de rejoindre le monument funéraire érigé dans sa province natale de Quảng Bình.

Encadré : Võ Nguyên Giáp (1911-2013)
La fin de l’année 2013 a été marquée par la disparition du général Võ Nguyên Giáp, né le 25 août 1911 à An Xá (province de Quảng Bình) et mort le 4 octobre 2013 à Hanoi, à l’âge de 102 ans (103 ans si l’on prend en compte le calcul de l’âge selon la tradition vietnamienne). Fils d’une famille nombreuse (7 enfants au départ) de lettrés anticolonialistes de condition modeste, il grandit dans le patriotisme du mouvement de résistance Cần Vương (« Aide au roi »). Au fil des années, la vie de ce « général autodidacte », vainqueur des troupes de l’Union française à Điện Biên Phủ en 1954, s’est peu à peu transformée en une véritable légende, soigneusement entretenue par lerégime.
Sa carrière politique et militaire s’étend sur près de 64 ans. Elle commence en 1927, année qui marque le début de son activisme politique et s’achève en 1991, lorsqu’il renonce officiellement à sa responsabilité de vice-Premier ministre. Elle peut être divisée en sept étapes clés :
Le révolté : Pour saisir la psychologie du futur général, il faut rappeler la tragédie qui touche ses proches. Son père fut arrêté en 1919 pour ses activités anticoloniales et décéda en prison alors que Giáp n’avait que huit ans. Sa première épouse Nguyễn Thị Quang Thái (1915-1944), sœur cadette de la révolutionnaire Nguyễn Thị Minh Khai, décéda en prison en janvier 1944 tandis que Khai était exécutée le 26 août 1941 un an et un mois après son arrestation. La brutalité du pouvoir colonial renforça un peu plus le ressentiment de Giáp et le conforta dans son engagement de militant communiste anticolonialiste. Il épousa en 1946 sa seconde femme, Đặng Bích Hà, fille de son ami l’écrivain Đặng Thai Mai (1902-1984) ;
Le militant (1927-1944) : Au cours de cette période, Giáp connaît ses premiers démêlés avec la Sûreté française. Il est renvoyé en 1927 du collège Quốc Học à Huế pour y avoir organisé une grève. Il exerce les activités de journaliste, de propagandiste politique puis de professeur (il enseigne en 1937 l’histoire et le français à Hanoi, au lycée Thăng Long où il se passionne pour les campagnes de Napoléon). Il connaît la prison de 1930 à 1932. Il adhère au Parti communiste vietnamien (PCV) en 1937 et rejoint Hồ Chí Minh en juin 1940. Celui-ci lui confie la formation des forces d’auto-défense puis la fondation des premières troupes de l’armée populaire vietnamienne (APV) le 22 décembre 1944 ;
Le gardien de l’ordre (1945-1946) : Période clé et emblématique de l’histoire contemporaine vietnamienne, Giáp endossa son premier rôle de ministre au sein du Gouvernement provisoire du 28 août 1945 issu de la Révolution d’Août. En tant que ministre de l’Intérieur de la jeune République démocratique du Viêt Nam, il signa, dès septembre 1945, les décrets qui mirent hors la loi les anciennes formations politiques rivales « pro-japonaises ». En particulier, assuré du soutien français (général Salan et colonel Crépin), il manœuvra pour attaquer le Parti nationaliste vietnamien (Việt Nam Quốc Dân Đảng) et ses troupes à partir de juillet 1946. À l’issue de cette campagne de répression, l’opposition nationaliste fut presque anéantie. En ce sens, il porte une responsabilité dans la fracture nationale qui mène à la guerre civile ;
Le stratège (1946-1975) : Au cours de cette période, Giáp (alias anh Văn, « le lettré ») occupa le poste de ministre de la Défense nationale dans le gouvernement d’Union nationale du 3 novembre 1946. Lorsque la guerre éclate en décembre 1946, c’est à ce titre qu’il dirigea les opérations militaires contre les troupes françaises. Il initia les vagues humaines dans les campagnes du Nord-Viêt Nam de 1950-1952 et joua un rôle clé dans la bataille de Điện Biên Phủ. Le taux énorme de mortalité (70 %) des prisonniers français dans les camps du Việt Minh reste comme une tâche sur son parcours de responsable militaire. Membre du Politburo et toujours commandant de l’Armée populaire du Viêt Nam lors de la guerre contre le Sud-Viêt Nam, son opposition croissante avec Lê DuNn, Premier secrétaire du Parti, fragilisa cependant sa position au cours de cette période. Ses différentes implications dans la stratégie militaire nordiste lors des offensives du Tết en 1968 et de Pâques en 1972 sont encore débattues actuellement chez les historiens (Pierre Asselin, Lien-Hang T. Nguyen, Edwin Moise, Fredrik Logevall…). Ayant toutes les deux échouées, le général fit l’objet de fortes critiques. Bien que principal théoricien de la guerre du peuple, il fut moins impliqué dans la dernière grande offensive de 1975 pour conquérir le Sud ;
Le critique (1976-1980) : Suite à la réunification du Viêt Nam en 1976, Giáp fut nommé vice-Premier ministre de la République socialiste, poste qu’il occupa jusqu’à son retrait de la vie politique en 1991. Toutefois, ses divergences avec Lê DuNn, Secrétaire général du PCV, notamment sur la question du Cambodge, le conduisirent à démissionner de son poste de ministre de la Défense nationale en 1980 ;
Le politique (1980-1991) : Au cours de cette période, Giáp occupa diverses responsabilités ministérielles dans les domaines de l’économie, de la science et de la technologie, de la planification de la population et de la famille, puis de l’éducation. Il ne parvint cependant pas à regagner une influence déterminante au sein du PCV et, de fait, quitta le Politburo à partir de 1982, marquant ainsi son différent avec le chef de la commission d’organisation du PCV, Lê Đức Thọ. Réhabilité lors du VIe congrès du PCV en 1986, il resta vice-Premier ministre jusqu’en 1991 ;
L’indépendant (1991-2013) : Le général Giáp abandonna sa responsabilité de vice-Premier ministre et se retira de la vie politique tout en gardant un œil attentif sur les évolutions de son pays. Pendant un peu plus de 20 ans, il garda le silence mais cultiva son indépendance d’esprit en multipliant les entretiens sur la guerre et en recevant de nombreux hôtes étrangers. En 2009, il manifesta son opposition contre l’exploitation par les Chinois des gisements à ciel ouvert de bauxite sur l’ancienne Piste Hồ-Chí-Minh, pour des raisons à la fois historiques, stratégiques et environnementales.
Comme pour tous les personnages marquants de l’Histoire, la biographie du général Võ Nguyên Giáp comporte des zones d’ombre et des aspects peu connus comme par exemple son rôle de chercheur auprès du géographe Pierre Gourou (1937-1938) dans le cadre de l’enquête de ce dernier sur les paysans du delta tonkinois. En outre, l’avis du chef de guerre sur la guerre civile vietnamienne et son rôle après 1975 restent difficiles à interpréter tout comme son indéfectible fidélité à l’idéologie communiste et au président Hồ Chí Minh en dépit de la mise à l’écart de son entourage politique et de ses soutiens au sein de l’armée. De fait, comme le rappelait le député Dương Trung Quốc, si Giáp conserva une certaine indépendance vis-à-vis du pouvoir politique, il ne fut jamais un opposant. Les historiens sont aujourd’hui partagés sur le degré d’implication du général dans les décisions importantes de la guerre et sa responsabilité personnelle dans le terrible bilan humain. Audacieux dans ses choix ou soumis à la discipline du Parti, paralysé par ses adversaires au sein du Politburo ou suivi dans ses choix stratégiques, l’histoire tranchera. Il reste qu’avec l’envoi de plus d’un million de soldats nordistes dont 300 000 disparus, le bilan humain de la conquête du Sud par la République démocratique du Viêt Nam (ou Nord-Viêt Nam) est très lourd.
Ainsi, le départ du général ferme une page violente et sanglante de l’histoire vietnamienne. Pour autant si la guerre civile est terminée depuis des décennies, les efforts entrepris par le pouvoir communiste pour réconcilier les parties sont peu visibles et reposent surtout sur les initiatives de la société civile. Au fil de l’évolution récente du pays, le vieux général intègre et discipliné est devenu une figure populaire dans un pays miné par la corruption et de perte des valeurs traditionnelles. Enterré dans sa province natale au terme de trois jours de funérailles nationales, de par sa stature d’homme d’État et de chef militaire, il rejoint le panthéon des héros militaires du Viêt Nam.

Lire Võ Nguyên Giáp dans le texte (principales traductions françaises) :
Võ Nguyên Giáp, Guerre du peuple, armée du peuple (Paris François Maspéro, 1967, édition originale à Hanoi en 1961).
Võ Nguyên Giáp, Le peuple du Sud-Vietnam vaincra (Hanoi, Éditions en Langues étrangères, 1965).
Võ Nguyên Giáp, Echec à l’agresseur américain. Vietnam 1967 (Paris, Éditions sociales, 1967).
Võ Nguyên Giáp, Victoire totale, tâche grandiose (Paris, John Didier, 1968).
Võ Nguyên Giáp, Guerre de libération. Politique, stratégie, tactique (Hanoi, Éditions en Langues étrangères, 1970).
Võ Nguyên Giáp, Armement des masses révolutionnaires, édification de l’armée du peuple (Hanoi, Éditions en Langues étrangères, 1974).
Võ Nguyên Giáp, Guerre du peuple contre guerre aéronavale U. S. (Hanoi, Éditions en Langues étrangères, 1975).
Võ Nguyên Giáp, Écrits (Hanoi, Éditions en Langues étrangères, 1977).
Võ Nguyên Giáp, Les tâches essentielles de la révolution scientifique et technique dans l’agriculture (Hanoi, Éditions en Langues étrangères, 1979).
Võ Nguyên Giáp, Guerre populaire et défense de la patrie socialiste (Hanoi, Éditions en Langues étrangères, 1982).
Võ Nguyên Giáp, Dien Bien Phu (Hanoi, Éditions The Gioi, 1994, 5e éd.).
Võ Nguyên Giáp, Des journées inoubliables (Hanoi, Éditions en Langues étrangères, 1999, 3e éd.).
Võ Nguyên Giáp, Mémoires 1946-1954 (Fontenay-sous-Bois, Anako éditions, 2003-2004, 3 tomes).
Võ Nguyên Giáp, Une vie, propos recueillis par Alain Ruscio. Hanoi, 1979-2008 (Paris, Les Indes savantes, 2010).
En vietnamien compilation de ses écrits en trois tomes : Tổng tập (Hà Nội, Nhà xuất bản Quân đội nhân dân, 2006-2007)
Principales biographies en langues occidentales :
Boudarel Georges, Giap (Paris, Atlas, 1977).
Colvin John, Volcano under snow (Londres, Quartet Books, 1996).
Currey Cecil B., Vo Nguyen Giap, la victoire à tout prix (Paris, Phébus, 2003).
Lê Quang Gérard, Giap ou la guerre du peuple (Paris, Denoël, 1973).
McDonald Peter, Giap (Paris, Perrin, 1992).
Pribbenow II et Merle L., « General Võ Nguyên Giáp and the mysterious evolution of the plan for 1968 Tết offensive »,
Journal of Vietnamese Studies, vol. 3, no 2, 2008, p. 1-33.

Annexes

Fiche Viêt Nam

Capitale : Hanoi

Superficie : 330 951,1 km²

Population (est. 2012) : 88 779 900 hab.

Langue officielle : vietnamien

Données politiques

Nature de l’État : république socialiste

Nature du régime : communiste, parti unique

Suffrage : universel (à partir de 18 ans)

Secrétaire général du PCV : Nguyễn Phú Trọng

Chef de l’État : Trương Tâń Sang

Premier ministre : Nguyễn Tấn Dũng

Ministre des Affaires étrangères : Phạm Bình Minh

Ministre de la Sécurité publique : Trần Đại Quang

Ministre de la Défense nationale : Phùng Quang Thanh

Président de l’Assemblée nationale : Nguyễn Sinh Hùng

Échéances : XIIe congrès du PCV et élection de la nouvelle Assemblée nationale en 2016

Contentieux territoriaux et maritimes : République populaire de Chine, Malaisie, Philippines et Taiwan : souveraineté sur dix îles, atolls et récifs de l’archipel des Spratley (Trường Sa) République populaire de Chine et Taiwan : souveraineté sur les îles, atolls et récifs de l’archipel des Paracel (Hoàng Sa) Cambodge : délimitation en cours des frontières territoriales et maritimes

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques : Việt ou Kinh (85,7 %), Tai (1,9 %), Thai (1,8 %), Muong (1,5 %), Khmers (1,4 %), Hmong (1,2 %), Chinois (1,1 %), Nung (1,1 %)

Religions : bouddhistes (50 %), catholiques (8 %), Hòa Hảo (1,5 %), caodaïstes (1,5 %)

Taux de croissance démographique (est. 2012) : 1,06 %

Espérance de vie (est. 2011) : 72,18 ans

Indice de fécondité (est. 2012) : 2,05

Taux de natalité (est. 2012) : 16,9 ‰

Taux de mortalité (est. 2012) : 7 ‰

Taux de mortalité infantile (est. 2012) : 15,4 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2009) : 94 %

Taux d’urbanisation (2012) : 31,9 %

Indice de développement humain : 0,572 (rang 113)

Indicateurs économiques

Monnaie : đồng (1 euro = 28 815 đồng, décembre 2013)

Balance des paiements courants (est. 2012) : 9,1 milliards $ US

Dette extérieure (est. 2013) : 39,1 milliards $ US

PIB (est. 2013) : 170 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita en dollars courants (est. 2013) : 1997 $ US

Taux de croissance du PIB (sept. 2013) : 5,14 % (est. pour 2013 : 5,3 %)

Répartition du PIB par secteur d’activité (est. 2012) : agriculture (19,7 %), industrie/bâtiment (38,6 %), services (41,7 %)

Taux d’inflation (sept. 2013) : 4,63 % (est. pour 2013 : 7 %)

Taux de chômage (est. 2012) : 1,56 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté46 (est. 2012) : 11,1 %

IDE entrant (est. 2012) : 16,3 milliards $ US

IDE sortant (est. 2012) : 1,5 milliards $ US

Principaux partenaires commerciaux : Chine, Taiwan, Corée du Sud, États-Unis, Japon, Union européenne

Importations (est. 2013) : 71,0 milliards $ US

Principaux produits importés : machinerie et équipements ; produits pétroliers ; engrais ; produits en acier ; coton ; blé ; ciment ; motos ; alimentation animale ; produits pharmaceutiques ; fibres textiles ; produits électroniques

Exportations (est. 2013) : 77,9 milliards $ US

Principaux produits exportés : pétrole brut ; produits de la mer ; caoutchouc ; riz ; café ; thé ; vêtements ; chaussures ; objets en plastique ; bois ; acier ; ordinateurs ; téléphones

Portraits

Phạm Bình Minh et Vũ Đức Đam : Un encadrement pragmatique47 L’annonce de l’arrivée aux côtés du Premier ministre Nguyễn Tấn Dũng de deux nouveaux vices-Premiers ministres a été relayée par les médias vietnamiens. À travers ce bref article rappelons le parcours de ces deux hommes de l’appareil d’État, à la fois expérimentés et relativement jeunes.

Le premier, Phạm Bình Minh, a fait toute sa carrière dans le domaine des affaires étrangères. Fils de Nguyễn Cơ Thạch (1921-1998), l’ancien ministre des Affaires étrangères de la RSVN entre 1980 et 1991, Phạm Bình Minh, originaire de Nam Định, est né le 26 mars 1959. Il possède un Master en droit et affaires étrangères et a fait une partie de ses études aux États-Unis à l’école Fletcher-Tufts, spécialisée dans les affaires internationales. Au Viêt Nam, Phạm Bình Minh est membre du Comité central du PCV (sessions X et XI) depuis 2009 et député de l’Assemblée nationale (XIIIe législature) depuis 2011.

Sur le plan familial, on peut dire que Phạm Bình Minh a parfaitement suivi les pas de son père en optant pour des études dans le domaine des affaires étrangères. Diplômé en 1981, il a pendant 30 ans officié dans ce milieu à divers postes et a été responsable de missions diplomatiques importantes à l’étranger avant d’être nommé ministre des Affaires étrangères le 3 août 2011. Il incarne cette fonction avec modestie et intelligence. Son parcours l’a mené en particulier en Angleterre (1982) où il fut attaché à l’ambassade du Viêt Nam, avant de devenir chef adjoint au sein de la mission permanente de la RSVN à l’ONU (1999) et enfin chef de mission adjoint auprès de l’ambassade du Viêt Nam aux États-Unis (2001-2003). C’est surtout à ce titre qu’il se fit d’ailleurs connaître sur la scène internationale en faisant montre d’une certaine ouverture d’esprit lors d’une conférence organisée par le Conseil des Relations extérieures en 2011 aux États-Unis. Il a une bonne connaissance de la complexité des organisations internationales car il a longtemps travaillé au département des organisations internationales du ministre des Affaires étrangères vietnamien (1991-1999) qu’il dirigea à partir de 2003 jusqu’en 2006. Sa promotion au sein de l’élite dirigeante date de 2006 lors du Xe Congrès du PCV, date à laquelle il fut nommé suppléant du Comité central. Il se rapprocha la même année du Politburo en devenant assistant du vice-Premier ministre Phạm Gia Khiêm lorsque celui-ci cumulait ce poste avec celui des Affaires étrangères. De 2007 à 2011, il fut vice-ministre puis vice-ministre permanent des Affaires étrangères avant de prendre la tête de ce ministère.

Ainsi Phạm Bình Minh apparaît comme un homme pragmatique qui, selon ses propres dires, doit beaucoup à son père décédé en 2006. Ce dernier, à la retraite en 1991, lui a transmis sa passion pour ce métier avec l’espoir qu’il le poursuivrait. Le souhait fut réalisé puisque cinq ans après la disparition de son père, Phạm Bình Minh devenait luimême ministre des Affaires étrangères. Appelé désormais aux côtés de Nguyễn Tấn Dũng, son accession aux plus hautes marches du Politburo apparaît assurée.

Le second vice-Premier ministre, Vũ Đức Đam, est né en 1963 dans la province de Hải Dương. Comme Phạm Bình Minh, Vũ Đức Đam parle l’anglais et le français. Il a fait ses études pendant six ans en Belgique de 1982 à 1988 et est titulaire d’un doctorat en économie (Université Libre de Bruxelles). Il est actuellement le ministre le plus jeune du gouvernement vietnamien.

Son parcours est bien différent de celui de Phạm Bình Minh qui est resté dans le cercle de la diplomatie. Vũ Đức Đam a exercé de très nombreuses fonctions, aussi bien dans les Services technique de l’Import-Export en 1988 que dans le Service général des Postes en tant que vice-directeur des Affaires scientifiques, industrielles et de la coopération internationale. Il fut ensuite affecté au Bureau du gouvernement en tant que directeur de cabinet et secrétaire du Premier ministre Võ Văn Kiệt à partir de 1996. Il resta assistant de Võ Văn Kiệt jusqu’en 2003. À partir de cette date, il assuma de nombreuses fonctions au sein du Parti au niveau provincial dans les provinces de Bắc Ninh et de Quảng Ninh. Il exerça également des responsabilités importantes au ministère des Postes et Télécommunications pendant deux ans de 2005 à 2007 en tant que vice-ministre.

À l’âge de 44 ans, il intégra le Comité central du Parti en tant que suppléant. Lors du XIe Congrès du PCV de 2011, il devint membre du Comité central puis ministre en tant que porte-parole du gouvernement. Il est depuis bien connu des médias qui n’hésitent pas à lui poser des questions sur les points chauds de l’actualité. Il a lui-même initié un dialogue direct avec la population à travers le programme « Le peuple questionne, le ministre répond » (Dân hỏi, Bộ trưởng trả lời) que l’on retrouve aujourd’hui en ligne sur Youtube.

Ainsi Nguyễn Tấn Dũng tente de renforcer sa position affaiblie par la crise économique en s’accompagnant de deux hommes du Nord, pragmatiques, incarnant les deux puissants leviers du Viêt Nam engagée dans les réformes : les affaires étrangères pour assurer la pérennité d’une insertion dans le monde actuel et l’économie pour redresser la situation intérieure et penser à une stratégie gagnante sur le moyen terme. Le 13 novembre 2013, l’Assemblée nationale a officiellement validé les choix du Premier ministre. Ainsi Nguyễn Thiện Nhân un des quatre vice-Premiers ministres actuels a été remercié et Vũ Đức Đam, en intégrant le Cabinet du Premier ministre, cesse ses activités de porte-parole.

Affiche politique

Auteur : Ba Bui (Danlambao)
En 2013, le gouvernement de la RSVN a ouvert la boîte de Pandore avec le projet de refonte de la Constitution. Le blogueur et dessinateur Ba Bui en montre les limites avec l’illustration ci-dessus. Il insiste sur sur l'inamovibilité de L’article 4 de la Constitution qui stipule que le PCV « est la force dirigeante de l’État et de la société ».

Notes

1 « La Constitution vietnamienne traduit les aspirations du peuple vietnamien », La Voix du Vietnam, 1er novembre 2013 (http://vovworld.vn/fr-ch).

2 « Statement of the 7th session of 11th Central Committee of Communist Party of Vietnam », 30 juillet 2013 (http://english.tapchicongsan.org.vn).

3 Voice of Vietnam, 21 juin 2013 (http://vovworld.vn).

4 « Confidence tricks. The repression is fierce; the self-criticism mild », The Economist, 22 juin 2013 (www.economist.com/news/asia).

5 Alors que son principal rival, le président Trương Tấn Sang, obtenait 330 votes de « haute confiance » de la part des députés.

6 Il a toutefois été stipulé qu’un responsable recueillant pendant deux années consécutives deux-tiers ou plus de votes négatifs pourrait être poussé à la démission.

7 « Vietnam Arrests Well-Known Blogger for Criticism », The New York Times – Associated Press, 14 juin 2013 (www.nytimes.com).

8 En vietnamien : « Thông Tấn Xã Vỉa Hè ».

9 « Đàn áp và tự phê bình ở Việt Nam » [La répression et l’auto-critique au Vietnam], BBC, 21 mars 2013 (www.bbc.co.uk).

10 « In Vietnam, muzzled voices », The Washington Post, 12 janvier 2013 (www.washingtonpost.com).

11 L’article 258 sur l’abus des libertés démocratiques afin de porter atteinte aux intérêts de l’État, aux droits et intérêts légitimes des organisations et/ou des citoyens stipule que : 1) Ceux qui abusent des droits à la liberté d’expression, la liberté de la presse, la liberté de croyance, de religion, de réunion, d’association et d’autres libertés démocratiques pour porter atteinte aux intérêts de l’État, aux droits et intérêts légitimes des organisations et/ou des citoyens, feront l’objet d’un avertissement, d’une rééducation sans détention jusqu’à trois ans ou d’une peine d’emprisonnement allant de six mois à trois ans ; 2) Si l’infraction est perpétuée dans des circonstances graves, les coupables seront condamnés à une peine de deux à sept ans d’emprisonnement (ministère de la Justice de la RSVN, http://moj.gov.vn).

12 En vietnamien : « Một góc nhìn khác ».

13 « Vietnam : arrestation d’un blogueur influent », Le Monde, 27 mai 2013 (www.lemonde.fr/asie-pacifique).

14 James Hookway, « Vietnam Arrests More Bloggers After Confidence Vote », 17 juin 2013, http://blogs.wsj.com/

15 Nghị định quản lý, cung cấp, sử dụng dịch vụ internet và thông tin trên mạng [L’approvisionnement et l’utilisation des services Internet et de l’information en ligne], 72/2013/NĐ-CP (http://moj.gov.vn).

16 « Le Vietnam renforce son arsenal répressif sur Internet », Le Monde, 14 août 2013 (www.lemonde.fr).

17 Classement mondial 2013, RSF (http://fr.rsf.org/press-freedom-index-2013,1054.html).

18 « Embarras des autorités après les 27 jours de la grève de la faim de Cu Huy Ha Vu », EDA, 24 juin 2013 (http://eglasie.mepasie.org).

19 En vietnamien : « Dã ngoại viên nhân quyền ». Voir par exemple à ce sujet l’article de la BBC intitulé « Dã ngoại nhân quyền tại Việt Nam » publié le 5 mai 2013 (www.bbc.co.uk).

20 L’article 88 sur la propagande contre la République socialiste du Viêt Nam est fréquemment utilisé pour condamner les opposants. Il stipule que les actes suivants : « a) propagande contre, déformant et/ou diffamant le gouvernement du peuple ; b) propagation de la guerre psychologique et diffusion de fausses nouvelles dans le but de fomenter la confusion parmi les gens ; c) fabrication, stockage et/ou diffusion de documents et/ou de produits culturels dont le contenu est préjudiciable à la République socialiste du Viêt Nam » sont punis de trois à douze ans d’emprisonnement (ministère de la Justice de la RSVN, ( http://moj.gov.vn).

21 « Vietnam Court Issues Rare Reversal of Student’s Prison Sentence », Radio Free Asia, 16 août 2013 (www.rfa.org).

22 Résolution no 49/2013/QH13 en date du 21 juin 2013 de l’Assemblée nationale sur la prolongation de la durée d’utilisation des terres pour la culture de plantes annuelles, l’aquaculture ou la production de sel par des ménages et des individus.

23 Conformément à l’article 67 de la loi foncière no 13/2003/QH11.

24 « Procès Doan Van Vuon : le tribunal confirme la peine des deux principaux accusés », EDA, 7 août 2013 (http://eglasie.mepasie.org).

25 « Vietnam Devalues Dong for First Time Since December 2011 », Bloomberg News, 28 juin 2013 (www.bloomberg.com).

26 Bien que celles-ci ne représentent que 27 % du PIB.

27 Vu Quang Viet, « Why Vietnam needs more banking reform », Eastasiaforum.org, 15 avril 2013 (www.eastasiaforum.org).

28 Jonathan Pincus, « Vietnam’s need for deeper structural reform », Eastasiaforum. org, 7 avril 2013 (www.eastasiaforum.org).

29 Quyết định số 254/QĐ-TTg của Thủ tướng Chính phủ: Phê duyệt Đề án « Cơ cấu lại hệ thống các tổ chức tín dụng giai đoạn 2011-2015 » (www.chinhphu.vn).

30 « Vietnam economy facing myriad difficulties : report », Intellasia – Tuổi Trẻ, 22 mai 2013 (www.intellasia.net).

31 « HSBC warns Vietnam of underperformance next decade », The Saigon Times, 14 juillet 2013 (http://english.thesaigontimes.vn).

32 Investing in an accelerating Asia? Insights from Asia’s business leaders on their outlook for 2013, Economist Corporate Network Asia, 2013.

33 Marie-Josée Cougard, « Le Vietnam rebat les cartes du marché mondial du café », Les Échos, 23 juillet 2013 (www.lesechos.fr).

34 « Crevettes : les exportations pourraient atteindre 2,5 milliards de dollars », Vietnam+, 4 novembre 2013 ( http://fr.vietnamplus.vn).

35 Claire Guélaud, « L’économie vietnamienne se redresse, mais lentement », Le Monde, 26 septembre 2013 (www.lemonde.fr).

36 « IMF Executive Board Concludes 2013 Article IV Consultation with Vietnam », International Monetary Fund, Press Release no 13/304, 9 août 2013 (www.imf.org).

37 « Chinese investors flock to Vietnam to wait for TPP », vietnamnet. org, 13 septembre 2013 (http://english.vietnamnet.vn).

38 Le degré de concessionnalité d’un prêt se mesure à partir de son « élément don ». Les prêts concessionnels ne sont pas assortis des conditions traditionnellement exigées par les banques commerciales et autres prêteurs à l’égard de l’emprunteur en matière de garanties. Ils offrent un certain nombre d’avantages à l’emprunteur au niveau soit des garanties soit des taux d’intérêt (www.imf.org/external/french/np/pdr/conc).

39 « The Dominance of Chinese Engineering Contractors in Vietnam », Iseas Perspective, 17 janvier 2013 (www.iseas.edu.sg).

40 David Brown, « Vietnam’s Economy Needs Reoriented Foreign Policy », YaleGlobal, 20 février 2013 (http://yaleglobal.yale.edu).

41 « Vietnam Addresses Trade Deficit With China », Asia Briefing, 6 août 2013 (www.asiabriefing.com).

42 « Vietnam ‘Threatened’ by Chinese, Thai Investments in Laos », RFA, 15 août 2013 (www.rfa.org).

43 « La visite d’État du président Truong Tân Sang a promu les relations sino-vietnamiennes », Le Courrier du Vietnam, 11 juillet 2013 (http://lecourrier.vn).

44 « Li Keqiang termine sa visite au Vietnam », 16 octobre 2013 (http://parlervietnam.com).

45 « Vietnam et États-Unis établissent leur partenariat intégral », Le Courrier du Vietnam, 26 juillet 2013 (http://lecourrier.vn).

46 Ce seuil est fixé à 530 000 đồng en zone urbaine.

47 Biographies établies à partir des sources suivantes : chinhphu.vn (site officiel du gouvernement vietnamien), mofa.gov.vn (site du ministère des Affaires étrangères) et VNExpress (site d’information).

Table des illustrations

Titre Le Viêt Nam
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2494/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Auteur : Ba Bui (Danlambao)En 2013, le gouvernement de la RSVN a ouvert la boîte de Pandore avec le projet de refonte de la Constitution. Le blogueur et dessinateur Ba Bui en montre les limites avec l’illustration ci-dessus. Il insiste sur sur l'inamovibilité de L’article 4 de la Constitution qui stipule que le PCV « est la force dirigeante de l’État et de la société ».
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2494/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

Auteurs

Géopolitologue, maître de conférences à l’université catholique de Lyon et chercheur à l’Institut d’Asie orientale (IAO, CNRS). Docteur en géopolitique de l’université Paris VIII, il a consacré sa thèse à la communauté sino-vietnamienne de Cholon. Il a publié un ouvrage (Les Hoa au Vietnam, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2001) ainsi que divers articles sur ce sujet. Il travaille actuellement sur les questions géopolitiques concernant l’Asie du Sud-Est ainsi que sur les enjeux liés à la géostratégie maritime de la Chine. Il est également codirecteur du projet Virtual Saigon (http://saigon.virtualcities.fr). Parmi ses dernières publications : « Vietnam : vers un nouveau positionnement stratégique ? » (Grands dossiers de Diplomatie, no 9, juin-juillet 2012).

Historien, ingénieur de recherche au CNRS, en charge de la documentation sur le Viêt Nam à l’Institut d’Asie orientale (IAO, CNRS), École normale supérieure de Lyon. Auteur de Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie, 1938-1955 (Paris, Les Indes savantes, 2012) ; Des Vietnamiennes dans la guerre civile, 1945-1975. L’autre moitié de la guerre (Les Indes savantes, à paraître). Il mène des recherches sur la guerre civile vietnamienne, les mouvements nationalistes et les bataillons féminins des Jeunesses de choc (Thanh Niên Xung Phong) pendant la guerre du Viêt Nam. Il est le coordinateur du projet franco-vietnamien de cartographie interactive « Virtual Saigon » (http://saigon.virtualcities.fr/), le responsable de la plate-forme « Viêt-Nam Laos Cambodge. Sources et aides à la recherche » (http://vlc.ishlyon.cnrs.fr/) et de deux carnets de recherche : « Femmes et guerres au Viêt-Nam » (http://guerillera.hypotheses.org/) et « Mémoires d’Indochine » (http://indomemoires.hypotheses.org/).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site