Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2014 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Jérémy Jammes
, 
François Robinne

Troisième partie. La région

Timor-Leste

Un an après le départ de la MINUT, un resserrement des forces politiques

Christine Cabasset

Texte intégral

1Les élections présidentielles et législatives de 2012 constituaient le dernier test avant la fermeture de la Mission intégrée des Nations unies à Timor-Leste (MINUT), laquelle fut validée par le Conseil de sécurité en fin d’année, pour devenir effective fin décembre 2012. La présence d’une mission de la paix ne se justifiait plus au regard de la situation du pays dominée par la stabilité. L’année 2013 est restée marquée par la même tendance, les institutions ayant montré une maîtrise accrue de la situation sécuritaire face à quelques incidents. On assiste à un resserrement des forces politiques, à un changement de stratégie du Fretilin (principal parti d’opposition) en faveur d’une participation aux affaires du pays, et à un rapprochement entre deux dirigeants historiques, Mari Alkatiri et Xanana Gusmão. Dans les domaines socio-économiques, l’année a été dominée par le démarrage de quelques grands chantiers, comme la création de municipalités et la décentralisation, ou encore un plan d’aménagement et de développement de l’enclave d’Oecussi. Au plan de la politique étrangère, Timor-Leste se prépare à son adhésion à l’Asean et recherche activement une reconnaissance internationale sur les thèmes de la paix et de la résolution des conflits.

1 - L’enjeu sécuritaire

  • 1 C. Cabasset, « Timor-Leste. Dix ans d’indépendance, une année électorale sans faute et un retour su (...)

2Le bilan au plan de la stabilité et de la sécurité intérieure depuis 2008 a été spectaculaire, et la bonne tenue, tant sur le plan organisationnel que sécuritaire, des élections présidentielles et législatives de 2012, en a été un des signes forts1. L’annonce du retrait de la MINUT (2006-2012), l’une des missions de maintien de la paix des Nations unies présentes dans le pays sous différentes formes depuis 1999, avait généré des rumeurs d’instabilité. Outre les défis socio-économiques du pays, celles-ci étaient en mesure d’être alimentées par divers acteurs dont les intérêts économiques étaient directement menacés par ce retrait, par une perte d’emplois ou une baisse des revenus (dans le secteur locatif et hôtelier haut de gamme par exemple).

  • 2 Le 19 septembre 2011 a été signé un « Plan commun de transition » entre le gouvernement et la MINUT (...)

3Alors que certains observateurs pointaient la nécessité de conserver une mission de maintien de la paix des Nations unies, ne serait-ce que pour poursuivre la formation des forces de sécurité, les autorités est-timoraises ont préféré tourner la page2 : cette stratégie leur permettait de signer, autant au plan intérieur que pour leur politique étrangère, une évolution positive du pays, préférant s’en remettre aux ressources internes et aux coopérations bilatérales pour les questions sécuritaires et de formation. L’organisation reste présente aujourd’hui sous la forme des agences onusiennes, et d’une conseillère spéciale des Nations unies pour Timor-Leste, nommée par Ban Ki-moon le 10 juin, Noeleen Heyzer, qui garde, parallèlement, son poste de secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale pour l’Asie et le Pacifique (CESAP).

  • 3 Christine Cabasset et Frédéric Durand (dir.), East-Timor: How to Build a New Nation in Southeast As (...)
  • 4 Fundasaun Mahein, « Jestaun Fronteira no Kontrolu Migratoriu » [Gestion frontalière et contrôle mig (...)

4L’un des principaux enjeux sécuritaires réside dans le professionnalisme de la police et de l’armée, afin d’éviter, en cas de crise sociale notamment, l’implosion de ces deux corps, voire un conflit entre eux, comme cela s’était produit lors de la crise de 20063. Le professionnalisme des forces de sécurité est également important compte tenu de la localisation géographique du pays entre l’Asie et le Pacifique, et entre l’Indonésie et l’Australie : le Timor-Leste commence à être concerné par des trafics illégaux de personnes et de drogues4, tout comme il est déjà l’objet d’une importante pêche illégale. Enfin, autre enjeu, la tendance à une militarisation accrue, dans un contexte plus global où

  • 5 Pierre Journoud et Hugues Tertrais, « Militaires et politique en Asie du Sud-Est : des évolutions d (...)

« Les forces armées d’Asie du Sud-Est et leurs chefs ont en effet partout déployé, à défaut de menace extérieure constituée, une forte activité intérieure […] entretenant d’ailleurs une certaine confusion entre forces militaires et policières »5.

  • 6 « Entrevista exclusivo ho Afonso de Jesus. Rekursu PNTL limitadu, TL sai fatin transitô ba droga » (...)

5La police nationale de Timor-Leste (PNTL) a regagné la responsabilité totale de son fonctionnement par les Nations unies le 28 mars 2011, confirmée par une cérémonie officielle le 31 octobre 2012. La police compte 3 700 membres actuellement6. Un renouvellement et des améliorations sont en cours via l’intégration de nouvelles recrues et des formations assurées à certains corps spécialisés (les unités d’investigation criminelle et de la police spéciale, par exemple) par des instructeurs des polices australienne, néo-zélandaise et portugaise notamment. Mais, globalement, la PNTL doit encore gagner la confiance de la population dans un contexte où nombre d’éléments étaient déjà dans la police pendant l’occupation, aux côtés de l’armée indonésienne, et où l’on assiste à la poursuite de violences injustifiées à l’égard de civils.

  • 7 Cf. Résolution du gouvernement no 28/2011 du 21 septembre 2011.
  • 8 Des Seabees, des militaires-ingénieurs rattachés à la Navy américaine, présents dans le pays depuis (...)

6L’armée (Falintil-Forces de défense de Timor-Leste – F-FDTL) bénéficie d’une aura importante dans le pays et, selon divers observateurs, d’une meilleure discipline que la police : la lutte pour l’indépendance reste le fondement de son histoire et de son identité. Certes, des risques existent : le processus de recrutement initial des F-FDTL à partir de 2001, avec un déséquilibre marqué en faveur des Est-Timorais de l’Est du territoire, souvent prompts à revendiquer le rôle primordial qu’ils auraient joué dans la libération du pays, n’a pas été sans poser de problèmes comme l’a montré la crise de 2006. Par ailleurs, si la plupart des soldats sont loyaux à l’État eu égard à leur passé de résistants et à l’image de leur institution, certains groupes d’anciens combattants appellent le gouvernement à la vigilance. Constitués d’environ 2 000 membres aujourd’hui, les F-FDTL devraient compter 2 500 membres en 2015 et 3 600 en 20207. Il n’est pas inutile de rappeler que les dirigeants indépendantistes ont longtemps rêvé d’un pays sans armée. Mais la situation sécuritaire au tournant de l’indépendance, avec l’incursion régulière à Timor-Leste de membres de milices pro-intégrationnistes (à l’Indonésie), autant que le souci de donner une place aux anciens combattants dans le pays nouvellement indépendant, ont amené les autorités à créer une armée. Depuis le retrait de la MINUT, la formation des F-FDTL est assurée notamment par des instructeurs de l’armée australienne et néo-zélandaise dans le cadre du Programme de coopération de défense (DCP), de l’armée portugaise via l’Institut de défense nationale de Timor-Leste, et ponctuellement par des militaires de la Navy américaine8.

  • 9 Conselho Popular pela Defesa da Republica Democrática de Timor-Leste [Conseil populaire pour la déf (...)
  • 10 Voir par exemple Télévision de Timor-Leste (TVTL), 7 février 2013.
  • 11 Cf. Timor Post, 8 novembre 2013, p. 1 et 23 ; et Lusa (agence de presse), 14 novembre 2013.

7La paix a dominé l’année 2013, en dépit de deux sources d’incidents auxquelles les institutions ont réussi à faire face : des groupes d’anciens combattants et des associations d’arts martiaux, aucun d’eux n’étant une nouveauté. Réunissant des anciens combattants qui se disent fidèles à la Constitution et à la Déclaration d’indépendance de 1975, et ne reconnaissant, de ce fait, ni la Constitution, ni l’indépendance de 2002, le CPD-RDTL9 a régulièrement joué les trouble-fête. L’épisode le plus récent10 s’est produit entre novembre 2012 et février 2013, avec l’appel, suivi par plus de 10 000 personnes provenant de divers districts du pays, à s’installer dans le district de Manufahi pour y développer une coopérative agricole. Le problème a été résolu par l’intervention de la police et de l’armée, et par l’organisation conjointe, par le gouvernement et les chefs de districts d’origine, du rapatriement en camion des personnes déplacées. Profitant, pour réunir des milliers de personnes dans ce projet un peu fou, de leur statut d’anciens combattants, de leur filiation partisane, ou encore des faiblesses d’un État dont les bienfaits tardent à atteindre de nombreuses populations rurales, il s’agissait surtout pour le CPD-RDTL de montrer au gouvernement est-timorais qu’il constituait une force qui compte. En novembre 2013 a eu lieu un nouvel épisode impliquant des vétérans avec le retour dans le pays et au-devant de la scène de Paulino Gama « Mauk Moruk », un ancien commandant de la guérilla. Ce dernier a remis en cause Xanana Gusmão, actuel Premier ministre et ancien dirigeant de la résistance indépendantiste et ex-commandant en chef des Falintil pour des faits remontant au début des années 1980. Disant réunir quelque 800 personnes à ses côtés en désaccord avec la politique du gouvernement actuel, il demandait aussi la destitution de ce dernier. L’organisation, le 11 novembre, d’un débat public de près de six heures, auquel « Mauk Moruk » ne s’est finalement pas rendu, a donné l’occasion aux principaux dirigeants historiques de revenir sur l’histoire de la résistance11.

  • 12 James Scambary, « Informal Security Groups and Social Movements », in Michael Leach et Damien Kings (...)
  • 13 Jérome Tadié, Les territoires de la violence à Jakarta, Belin, Paris, 2006, 303 p.
  • 14 Fundasaun Mahein, « Forma Foun Operasaun Krime Organizadu iha Timor-Leste » [Nouvelles formes de cr (...)
  • 15 Cf. Independente, 30 septembre 2013, p. 1 et 11, et 7 octobre 2013, p. 2.

8L’année 2013 a également été marquée par une recrudescence de l’activité des groupes d’arts martiaux, notamment à Dili. Ces derniers sont multiformes et anciens, mais leur développement en groupes organisés à Timor-Leste est dû à l’armée indonésienne lors de l’occupation du territoire (1975-1999), selon quelques principes majeurs comme la militarisation des individus et la rivalité entre groupes. Parallèlement, ils permettaient aussi l’accès à des réseaux de parrainage, pour des bourses scolaires, des emplois, et surtout, la protection de l’armée et des milices12. Comme en Indonésie13, un certain nombre d’entre eux sont souvent des gangs impliqués dans des batailles entre bandes rivales, dans le contrôle de territoires urbains, et dans le crime organisé14. Ils sont aussi régulièrement liés à des partis politiques. Dès 2002, le gouvernement a tenté de les canaliser, particulièrement sous l’action du président de la République, alors Xanana Gusmão, et d’un ex-leader d’un mouvement de jeunes, devenu secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports en 2007, Miguel Manutelu. Plusieurs concertations ont eu lieu, pour finalement aboutir à un accord signé en mai 2011 – particulièrement important dans la perspective des élections de 2012 – dans lequel ces groupes juraient qu’ils contribueraient à la paix et la stabilité du pays. Toutefois, la recrudescence de leur activité à Dili au cours du premier semestre 2013, la reconnaissance de l’implication de membres de la police et de l’armée est-timoraise dans ces groupes, ainsi que la délocalisation de conflits en Indonésie comme à Malang, Java Est, en juillet (et à Surabaya en octobre), ont amené le gouvernement à prendre une mesure plus drastique avec l’interdiction, en juillet, de trois groupes : PSHT, Kork et Kerak Sakti. L’arrestation rapide, par la PNTL, des auteurs présumés d’agressions dans le centre de Dili, fin septembre 2013, et la remise, par 175 membres des F-FDTL, de leurs attributs d’arts martiaux début octobre15, ont été saluées comme des efforts salutaires pour les deux institutions. Surtout, la restauration de la sécurité a montré une maîtrise accrue de la situation intérieure par les deux forces de sécurité, Dili restant l’une des capitales les plus sûres.

  • 16 Front révolutionnaire de Timor-Leste indépendant, principal parti pro-indépendance créé en 1974-197 (...)
  • 17 Notamment les Rencontres de Maubisse (22-23 août 2010 et 26 juillet 2011) et la signature du Pacte (...)

9Au plan politique, dans la mesure où le long désaccord entre deux anciens dirigeants historiques de la résistance, Xanana Gusmão – ex-président de la République (2002-2007), Premier ministre depuis 2007 – et Mari Alkatiri – ex-Premier ministre (2002-2007) et secrétaire général du Fretilin16 – a tendu à alimenter des tensions, quelques événements récents montrent un tournant dans ces relations où domine de façon croissante la volonté de travailler au développement du pays en passant outre les dissensions historiques et politiques. D’une manière générale, beaucoup d’espoirs ont été placés depuis quelques années dans un consensus politique, réunissant tous les partis politiques, autour de la stabilité nationale17. Plus largement, la « résistance » reste l’élément fédérateur et le réseau transethnique et transpolitique le plus puissant.

  • 18 Le Fretilin avait en effet bénéficié d’un meilleur score (29 %) que le CNRT (24,1 %), mais il ne lu (...)
  • 19 Cf. le discours de Mari Alkatiri lors du vote par le Parlement de la loi concernant le budget de l’ (...)
  • 20 Respectivement le Congrès national de reconstruction de Timor, fondé en 2007 par Xanana Gusmão, le (...)
  • 21 La loi no 7/2011 du 22 juin 2011 permet aux seuls partis ayant atteint 3 % des votes de siéger au P (...)

10D’autre part, alors que le Fretilin s’est longtemps opposé au quatrième gouvernement18 (2007-2012) en traitant ce dernier de facto d’illégal, la nouvelle stratégie du parti montre une évolution positive. En a témoigné le vote, le 18 février 2013, à l’unanimité (y compris donc par les parlementaires du Fretilin), du budget de l’État 2013. Selon les dirigeants du parti, l’objectif est de se positionner dorénavant comme « une force constructive, inscrite dans une dynamique démocratique novatrice, dont la mission est de veiller à la bonne exécution du budget par le gouvernement »19. Enfin, autre facteur de stabilité, le cinquième gouvernement, qui repose sur une coalition du CNRT, PD et Frenti-Mudança20, fait appel à quelques membres des précédents gouvernements, tant ceux du Fretilin que d’autres partis minoritaires, dorénavant non représentés au Parlement depuis les élections législatives 201221, pour travailler comme conseillers sur quelques questions clés. C’est le cas de Mari Alkatiri (Fretilin) qui a en charge le développement régional de l’enclave d’Oecussi, ou de João Gonçalves (Parti social démocrate – PSD), ex-ministre de l’Économie et du Développement (2007-2012), responsable pour la partie timoraise de l’accord tripartite Indonésie-Timor-Leste-Australie.

2 - Le défi énergétique

  • 22 À noter que cette inauguration a été associée à la commémoration du Jour des Falintil (Forces armée (...)
  • 23 RDTL-Ministério das Finanças, State Budget 2013. Budget overview, Book 1. « Be a Good Citizen. Be a (...)

11Pour 2013, le budget de l’État, de 1,6 milliard $ US, a été motivé par la poursuite du Plan stratégique de développement 2011-2030, en particulier du secteur énergétique (173,9 millions $ US dont une grande partie consacrée à l’achèvement et l’inauguration, le 20 août22, de la centrale de Betano qui permet d’alimenter la côte sud en électricité), du pôle industriel Tasi Mane sur la côte sud (139 millions $ US), et du secteur routier (116 millions $ US). La hausse des salaires et des moyens dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de la sécurité notamment, ainsi que la poursuite des transferts publics (239 millions $ US) en direction des vétérans (84,8 millions $ US) et des personnes âgées et vulnérables (38,2 millions $ US) ont été d’autres composantes importantes du budget23.

Prévision budgétaire à Timor-Lestea (2006/07 – 2014) (millions $ US)

Prévision budgétaire à Timor-Lestea (2006/07 – 2014) (millions $ US)

a : Hors financements des partenaires de développement
b : Budget intermédiaire du nouveau gouvernement formé le 8 août 2007
c : Selon le budget rectificatif approuvé par le Parlement le 17 octobre 2012
d : Selon le budget approuvé à l’unanimité par le Parlement le 18 février 2013, de 150 millions $ US inférieur aux prévisions initiales
e : Selon le budget annoncé par le Conseil des ministres le 27 septembre 2013

  • 24 Banque centrale de Timor-Leste, Fundo Petrolífero de Timor-Leste - Relatório Trimestral, vol. 9 Pub (...)
  • 25 RDTL-Ministério das Finanças, op. cit., avril 2013, p. 52, 56-57.
  • 26 RDTL-Ministério das Finanças, State Budget 2012. Budget overview, Book 1. « Good Bye Conflict, Welc (...)

12Ce budget est financé à plus de 90 % par le fonds pétrolier (créé en 2005 et géré par le ministère des Finances et la Banque centrale), lequel s’élevait au 30 septembre 2013 à 14,6 milliards $ US24, les revenus des hydrocarbures devant atteindre 2,3 milliards $ US pour la seule année 2013, et les revenus internes (hors hydrocarbures) à 146,3 millions $ US25. Alors qu’en 2011, le gouvernement prévoyait un budget de l’État de 1,8 milliard $ US environ pour 2012, 2013 et 201426, les budgets 2013 et 2014 montrent une tendance à la baisse. De nombreuses critiques s’élevaient en effet devant le gonflement de ce dernier, dans un contexte où le taux et les modalités d’exécution restaient très aléatoires selon les ministères, secrétariats d’État et directions.

  • 27 Aderito de Jesus Soares, « Combating Corruption: Avoiding “Institutional Ritualism” », in M. Leach (...)
  • 28 Comme Emilia Pires, ministre des Finances, auditionnée en novembre au sujet de l’achat d’équipement (...)

13Le gouvernement a instauré, notamment à partir de 2008, une série de mesures socio-économiques importantes comme l’éducation de base universelle et gratuite, une allocation pour les personnes vulnérables de 30 $ US par mois, un revenu pour les vétérans (29 000 en 2012), une hausse du salaire des fonctionnaires, un traitement favorable accordé aux anciens parlementaires et ministres, le démarrage d’un système de sécurité sociale et de retraite. Ces avancées, cumulées à une hausse des investissements publics et privés, ont indéniablement permis la formation d’une classe moyenne – et d’une élite qui s’enrichit – et contribué à des changements sociaux et urbains rapides. Cependant, il n’est pas dit que les Est-Timorais restent d’une patience illimitée devant le manque d’emplois, l’accroissement des inégalités sociales et territoriales, le risque d’expansion de la corruption27, et la lenteur des avancées dans certains secteurs de base comme l’éducation, la santé, ou encore le réseau routier. Ces derniers ont d’ailleurs fait savoir, au tournant des élections présidentielles et législatives (2012), qu’ils attendaient des avancées socio-économiques plus significatives pour l’ensemble de la population, dans le monde rural et les quartiers défavorisés de Dili entre autres. Depuis, le président Taur Matan Ruak, réputé pour son intégrité, appelle régulièrement politiques et fonctionnaires à combattre la corruption. La Commission anticorruption (CAC) – en fonction depuis 2010 – intensifie aussi son action : outre l’ancienne ministre de la Justice Lucia Lobato condamnée en janvier à cinq ans de prison pour l’octroi de contrats à son époux, d’autres membres du gouvernement font l’objet d’enquêtes28. Parallèlement, l’arrivée en 2012, dans les organes étatiques, de quadragénaires attachés aux valeurs de la résistance, souvent formés à l’étranger, tout comme la vigueur de nombreux médias et associations locaux, sont d’autres éléments pouvant jouer en faveur d’une amélioration de la gouvernance est-timoraise. Celle-ci ne pourra réellement être menée que parallèlement à une amélioration de l’aide au développement.

  • 29 Pour les informations traitant de la décentralisation et des pouvoirs locaux, cf. entretien personn (...)
  • 30 Remarques émises par le public dans le cadre de la conférence « Décentralisation et pouvoirs locaux (...)
  • 31 Cf. Timor Post, 30 septembre 2013, p. 10.

14En 2013, le Premier ministre Xanana Gusmão s’est fortement investi dans deux grands chantiers : le Plan stratégique de développement d’Oecussi, enclave est-timoraise située à Timor-Ouest (Indonésie), et surtout la création de municipalités – se substituant aux actuels districts selon le modèle d’organisation territoriale portugais – et la décentralisation. Promus comme un outil permettant de mieux équilibrer l’aménagement territorial et stimuler la démocratie locale, les deux processus « municipalités et décentralisation », lancés en 2003, ont été plusieurs fois différés, en raison de la crise de 2006 notamment, avant d’être réactivés en 2009, puis en 2012-2013 comme une priorité du cinquième gouvernement29. Tout comme il avait présenté le Plan stratégique de développement 2011-2030 dans 65 des 67 sous-districts du territoire en 2010, le Premier ministre, accompagné de plusieurs ministres, a à nouveau sillonné le pays durant deux mois (février-mars) en 2013 pour présenter ce projet. Si celui-ci a été plutôt bien accueilli dans l’espoir de voir progresser l’aménagement et le développement des districts, il a soulevé aussi quelques remarques : ces nouveaux changements devraient ajouter à la complexité des processus dans le contexte d’une administration encore en formation ; nombre d’exemples dans la région, en Indonésie par exemple, montrent les effets limités de la décentralisation en termes de développement local, souvent du fait de l’accroissement de la corruption ; enfin, cette stratégie risque d’être un moyen pour l’État central de déléguer un peu trop rapidement aux municipalités la réalisation du Plan stratégique de développement national30. Le gouvernement a cependant prévu de procéder de façon progressive avec la création de municipalités et la tenue d’élections municipales – au suffrage universel direct – dans seuls trois à cinq des treize districts actuels, d’ici 2015-2017. Dans le même esprit a été lancé par le ministère de l’Administration d’État, le 27 septembre, le Programme national de développement des sucos (communes) par lequel les plus de 400 communes du pays devraient recevoir 50 000 $ US pour assurer l’entretien ou la construction d’infrastructures locales : irrigation, entretien ou rénovation d’écoles, routes, réseaux d’eau et sanitaires, etc.31

3 - Vers une visibilité (et reconnaissance) internationale

  • 32 Benjamim de Araújo e Corte-Real, C. Cabasset et F. Durand (dir.), « Introduction. La nécessité d’un (...)
  • 33 Le G7 + réunit 18 pays fragiles en situation de conflit ou post-conflit (www.g7plus.org/).

15Sachant qu’il doit en grande partie l’indépendance du pays à l’internationalisation de la question est-timoraise, le gouvernement soigne ses relations internationales depuis 2002. Cette stratégie s’est encore renforcée ces dernières années, ce qui lui permet de réduire le risque de dépendance excessive aux principaux pays présents sur le territoire : Portugal, Australie, Indonésie, Japon, Chine32. Elle lui permet aussi d’accroître sa visibilité et de tendre vers une reconnaissance internationale accrue. La présidence par Timor-Leste (nommé le 2 mai), pendant un an, de la Commission économique et sociale pour l’Asie et le Pacifique des Nations unies (UNESCAP) et de la 69e session de la Commission (Bangkok 26-28 août) y a contribué. La présidence de l’association G7 +33 dont le siège est à Dili et qui a donné lieu, en 2013, à deux conférences internationales organisées dans la capitale, et la présidence de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) qu’il assumera de 2014 à 2016, y participent aussi. L’activité internationale en 2013 a été également alimentée par les nombreux déplacements du Premier ministre Xanana Gusmão et du président de la République Taur Matan Ruak. L’activité diplomatique est axée de façon croissante sur un positionnement international en faveur de la paix et de la coopération économique. Moins connu sur la scène internationale que ses prédécesseurs à ce poste, Xanana Gusmão (2002-2007) et José Ramos-Horta (2007-2012), Taur Matan Ruak, ancien chef de la guérilla indépendantiste, s’est surtout investi durant sa première année de mandat sur la scène nationale. L’enchaînement de plusieurs déplacements, en 2013, a montré une posture plus internationale : outre l’Indonésie (20-22 juin), la Nouvelle-Zélande (22-26 juin), et l’Australie (8-12 juillet), il est allé au Portugal, aux États-Unis et à Cuba, respectivement les 20-22, 23-26 et 26-30 septembre. Intervenant pour la première fois au siège des Nations unies à New York, lors de la 68e Assemblée générale (25 septembre), Taur Matan Ruak, accompagné notamment des ministres des Affaires étrangères, des Finances, et de l’Éducation (respectivement José-Luis Guterres, Emilia Pires, et Bendito Freitas), a demandé aux Nations unies la poursuite de son soutien à son pays et, plus globalement, de renforcer, dans le monde, les programmes visant à la paix et aux constructions de l’État.

  • 34 Cf. Secrétariat de l’Asean, Master Plan on ASEAN Connectivity, Jakarta, Asean, 2011, 91 p. [1ère éd (...)
  • 35 Entretien personnel en août 2013.

16En marge de l’Assemblée générale, a également eu lieu une réunion trilatérale entre Timor-Leste, l’Indonésie et l’Australie, visant à dynamiser la coopération entre les trois pays, concernant en particulier l’Est de l’Indonésie, région sous-équipée et concernée par la pauvreté, Timor-Leste, et les régions Nord de l’Australie. Ce projet, initié en 2010-2011 par João Gonçalves, alors ministre de l’Économie et du Développement (2007-2012), a évolué plus rapidement en 2013, avec la mise en place d’une équipe de travail dans chacun des pays. Maître mot des corridors de développement économique dans la région, la connectivité34 entre les trois espaces concernés est, là aussi, l’axe fort de ce programme, via les transports, le tourisme et la croissance économique35. Les relations entre Timor-Leste et l’Australie s’étaient pourtant dégradées au cours du premier semestre 2013 au sujet de l’exploitation des hydrocarbures.

  • 36 D’autres accords entre les deux pays régissent l’exploitation des hydrocarbures, notamment le trait (...)
  • 37 « Australia spied during resource deal : Dili », Sunday Morning Herald, 3 mai 2013 ; « Arbitragem à (...)

17En effet, le 12 janvier 2006, les deux pays avaient signé un traité Certains arrangements maritimes en mer de Timor (connu sous l’acronyme anglais CMATS, et ratifié le 23 février 2007) selon lequel les recettes d’exploitation issues des gisements situés dans l’aire dite de « Greater Sunrise » étaient partagées à parts égales. En échange de quoi les négociations concernant les frontières maritimes étaient gelées durant la durée de l’accord (50 ans)36. Ce traité prévoyait sa dénonciation possible, unilatéralement, dans le cas où les deux États n’aboutiraient pas à un accord sur le Plan de développement de Greater Sunrise dans les six ans suivant la ratification du traité. Or, à la date du 23 février 2013, aucun accord n’avait encore été trouvé concernant la localisation de l’usine de raffinage : sur la côte sud de Timor-Leste selon le gouvernement esttimorais, ou bien offshore selon la compagnie australienne Woodside. L’adhésion de Timor-Leste à la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (UNCLOS) le 8 janvier 2013 – alors que l’Australie s’en est retirée en 2002 – a joué dans la détermination timoraise dans cette affaire. L’enjeu économique est en effet de taille : ce gisement étant situé dans sa zone économique exclusive (ZEE) selon le droit international, le Timor-Leste pourrait prétendre à une part plus importante, voire à l’intégralité, des royalties. L’impasse s’est confirmée lorsqu’au mois de mai le Timor-Leste a remis en cause ce traité, accusant l’Australie d’avoir espionné la partie est-timoraise durant les négociations en 2004. L’arbitrage sur cette question a débuté à La Haye le 5 décembre 201337.

  • 38 Communiqué de presse du bureau du Premier ministre, Dili, 24 octobre 2013.

18Les déplacements à l’étranger de Xanana Gusmão sont encore plus nombreux depuis le départ en février 2013 de José Ramos-Horta, co-prix Nobel de la paix (1996), comme représentant spécial des Nations unies en Guinée-Bissau. Du 5 au 8 octobre, Xanana Gusmão et Mari Alkatiri, accompagnés d’une délégation d’une vingtaine de personnes, s’y sont d’ailleurs rendus. Ce voyage a eu pour objectif de montrer que Timor-Leste peut intervenir à l’international dans les domaines de la paix et de la résolution des conflits. Dans ce cas précis, l’ambition est de s’adosser à une proximité historique et linguistique pour accompagner la Guinée-Bissau, par ailleurs membre du G7 +, dans la tenue des élections générales prévues en mars 2014, et vers une sortie de crise politique. À cet effet, une Mission de soutien au processus électoral en Guinée-Bissau, bénéficiant d’un fonds de 6 millions $ US, a été créée par le gouvernement de Timor-Leste38. Compte tenu de son expérience comme pays post-conflit et dans le domaine électoral, le pays pourrait être en mesure de faire la différence dans ce processus innovant.

  • 39 Sur cette question, cf. C. Cabasset, op. cit., 2013, et « Timor-Leste, prochain membre de l’Asean ? (...)
  • 40 Entretien personnel avec le Secrétariat d’État à l’Asean en octobre 2013.
  • 41 « Harnessing Natural Resource Wealth for inclusive growth and Economic Development », Dili, 17-19 s (...)

19À la suite de la demande officielle d’adhésion de Timor-Leste auprès de l’Asean en mars 201139, les voyages du Premier ministre et du secrétaire d’État à l’Asean, Roberto Soares, se sont néanmoins concentrés sur les pays membres dans une entreprise de rapprochement avec ces derniers : Thaïlande (25-29 avril), Singapour (3-5 juin), Philippines (5-9 juin) et Viêt Nam, Cambodge, Laos et Myanmar (3-15 septembre). Ce dossier est jugé capital par Timor-Leste et il est défendu comme tel, y compris dans le pays, comme en témoigne la tournée de présentation et de débats effectuée par Roberto Soares, entre mai et novembre 2013, dans tous les districts du pays, dans plusieurs universités, et auprès de partis politiques40. Du côté du Secrétariat de l’Asean, la demande d’adhésion est à l’étude, et ce dernier, autant que les pays membres, déclarent régulièrement que la question n’est pas « si » Timor-Leste va adhérer, mais « quand ». Les arguments souvent mis en avant, relayés par les médias, pour justifier cette incertitude, sont principalement de nature économique, pointant entre autres le décalage de développement dont souffrirait Timor-Leste. Pour la première fois, lors d’une conférence internationale à Dili en septembre41, plusieurs économistes ont souligné la pertinence, au plan économique, de l’adhésion de Timor-Leste à l’Asean. Parallèlement, des avancées sont à signaler durant la présidence de Brunei : le 22e Sommet, en avril 2013, statuait sur l’ouverture possible au territoire des principales réunions de l’organisation, et le 23e Sommet, début octobre, relevait les progrès effectués par le groupe de travail du Conseil coordinateur de l’Asean concernant la candidature timoraise.

  • 42 À noter que la part de l’Indonésie dans les importations est en baisse (42 % en 2009), les équipeme (...)
  • 43 Il y aurait 54 sociétés indonésiennes impliquées dans des projets à Timor-Leste, dont huit sociétés (...)
  • 44 Coopération économique pour l’Asie-Pacifique (Asia-Pacific Economic Cooperation en anglais).
  • 45 Bagus BT Saragih, « Yudhoyono Talks Borders, ASEAN with Timor Leste’s Gusmão », The Jakarta Post, 2 (...)
  • 46 « Indonesia-Timor Leste agreement on border demarcation is forward step », Antara News, 23 juin 201 (...)

20Outre les coopérations économiques que cette tournée du sud-est asiatique a permis de renforcer, c’est, là aussi, principalement la contribution du pays à la paix régionale qui est mise en avant. Le soutien de Timor-Leste, via un don de 250 000 $ US, à l’établissement, à Bangkok en 2012, du Conseil asiatique pour la paix et la réconciliation (Asian Peace and Reconciliation Council), dont José Ramos-Horta est un des fondateurs, est l’une des initiatives qui témoignent de cette démarche. Les relations avec l’Indonésie, plus grand pays et principale économie de l’Asean, permettent également aux deux pays d’afficher un rôle moteur dans la paix régionale. La rapidité avec laquelle les deux États ont restauré les liens depuis 1999, à la hauteur des nombreuses coopérations qu’ils ont initiées, de l’éducation à l’économie en passant par la défense et la santé, est en effet spectaculaire. En 2012, 22 % des importations proviennent d’Indonésie42 (notamment les principaux biens de consommation), et une cinquantaine de sociétés de l’archipel interviennent à Timor-Leste43 dans les secteurs pétrolier, des télécommunications, de la construction et de l’aménagement, par exemple. La domination des investissements étrangers par des Indonésiens et des Chinois n’est d’ailleurs pas sans faire grincer les dents à certains localement. Parallèlement, environ 7 000 étudiants est-timorais poursuivent des études dans les universités indonésiennes. Les frontières terrestres, non encore intégralement fixées sur trois segments entre Oecussi (Timor-Leste) et Timor Ouest, et lieux de conflits communautaires, représentent cependant une question litigieuse : la nécessité de la résoudre a d’ailleurs été pointée lors de la réunion des hauts fonctionnaires de l’Apec44 en juillet 2013 (Medan, Sumatra Nord, Indonésie). Peu avant, en mars, au cours d’une rencontre avec Xanana Gusmão, le président d’Indonésie, Susilo Bambang Yudhoyono, s’était engagé à régler le problème avant la fin de son mandat au printemps 201445. Le 21 juin, a eu lieu une nouvelle rencontre à Jakarta entre les présidents Yudhoyono et Matan Ruak concernant la signature d’un accord réglant l’un des points de litige, à Dilumil Memo46. C’est pourtant la volonté de coopérer qui domine depuis 2002 entre les deux États et, dans ce contexte, l’issue des prochaines élections présidentielles 2014 dans l’archipel sera importante pour le maintien de ces avancées.

Conclusion

21L’établissement d’organes étatiques et la stabilité ont constitué les enjeux majeurs et les principales réussites de la première décennie d’indépendance, notamment dans un contexte complexifié par un manque de ressources humaines compétentes et une présence internationale importante. Le Timor-Leste reste confronté à nombre de défis compte tenu de ses institutions récentes, de la permanence de fractures historiques et de dynamiques internationales, influant sur ses efforts et stratégies de gouvernance, tant sécuritaire que socio-économique. La reconnaissance de failles dans les forces de sécurité, le démarrage de quelques grands chantiers, le resserrement des formations politiques, et le rapprochement des anciens « frères ennemis » Gusmão et Alkatiri, illustrent l’apparente prise de conscience de ces enjeux par les dirigeants du pays. Au plan de la politique étrangère, 2012 et 2013 montrent un nouveau tournant avec une reconnaissance régionale et internationale croissante.

Annexes

Fiche Timor-Leste

Capitale : Dili

Superficie : 14 900 km²

Population (UNCTAD, 2013) : 1 133 000 hab.

Langues nationales : tetum, portugais (ainsi que deux langues de travail : indonésien et anglais)

Données politiques

Nature de l’État : république unitaire

Nature du régime : démocratie parlementaire

Suffrage : universel (à partir de 17 ans)

Chef de l’État : président Taur Matan Ruak (depuis 2012)

Premier ministre : Kay Rala Xanana Gusmão (depuis 2007)

Ministre des Affaires étrangères : José Luis Guterres (depuis 2012)

Échéances : élections présidentielle et législatives en 2017

Contentieux territoriaux et maritimes : Indonésie : règlement définitif de la frontière terrestre (environ 3 % en suspend) et délimitation de l’intégralité de la frontière maritime Australie : délimitation de la frontière maritime en mer de Timor

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethnolinguistiques : trente-deux groupes dont Mambai et Tetum (famille de langue austronésienne), Macassai, Fataluku (famille de langue papou), plus minorités indonésienne, chinoise et autres étrangers

Religions (2010) : catholiques (96,9 %), protestants (2,2 %), musulmans (0,3 %), croyances traditionnelles (0,3 %), bouddhistes (0,05 %), hindouistes (0,01 %), autres (0,13 %) ; une grande partie de la population suit les croyances traditionnelles

Taux de croissance démographique (2012) : 2,7 %

Espérance de vie (2012) : 61,6 ans

Indice de fertilité (2009-2011) : 5,7

Taux de natalité (2012) : 36,6 ‰

Taux de mortalité (2012) : 10 ‰

Taux de mortalité infantile (2009-2010) : 45 ‰

Taux d’alphabétisation (personnes > à 15 ans ayant été à l’école) (2010) : 61,4 %

Taux d’urbanisation (UNCTAD, 2013) : 31,4 %

Indice de développement humain (2012) : 0,576 (rang 134)

Indicateurs économiques

Monnaie : dollar des États-Unis

Balance des paiements courants (UNCTAD, 2012) : 1,9 milliard $ US

Dette extérieure : aucune jusqu’en 2011. Emprunts (JICA & BAD, en millions $ US) : 33,1 en 2012, 43,6 en 2013 ; 70,6 en 2014

PIB par habitant ou per capita en parité de pouvoir d’achat courant (FMI, 2013) : 10 344 $ US

PIB par habitant ou per capita en dollars courants (FMI, 2013) : 3 737 $ US (UNCTAD, 2012 : 5 772 $ US)

PIB par habitant ou per capita en dollars courants sans les revenus pétroliers (Banque mondiale, 2011) : 896 $ US

Taux de croissance du PIB (UNCTAD, 2012) : 10 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (hors hydrocarbures) (2011) : agriculture, forêts, pêche (14,6 %), industrie et construction (24,4 %), services (58,3 %)

Taux d’inflation (UNCTAD, 2012) : 11,8 %

Taux de chômage (population active > 15 ans en activité) (2010) : 45,3 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (2010, chiffre 2009) : 41 %

Informations IDE (UNCTAD, 2012) : 237 millions $ US

Importations (2012) : 670 millions $ US

Principaux partenaires commerciaux (importations en 2012) : Finlande (35 %), Indonésie (22 %), Malaisie (8 %), Singapour (7 %), Chine (7 %), Viêt Nam (5 %)

Principaux produits importés (2012, en valeur) : combustibles ; équipements industriels et électriques ; véhicules ; boissons et aliments

Exportations (2012) : 76,8 millions $ US (30,8 millions $ US sans les réexportations)

Principaux produits exportés : café

Revenus pétrole et gaz (estimation ministère des Finances, avril 2013) : 2,3 milliards $ US

Portrait

Aderito de Jesus Soares

Aderito de Jesus Soares47, 44 ans, né à Maliana à l’ouest de Timor-Leste, a été élu par le Parlement national au poste de premier Commissaire de la commission anticorruption (CAC) du pays établie en janvier 2010. Avant la consultation populaire d’autodétermination en 1999, il était engagé dans un mouvement clandestin en faveur de l’indépendance. En 2001, il a été l’un des membres élus à l’Assemblée constituante qui a rédigé la première Constitution du pays adoptée en mars 2002. Il a ensuite été consultant sur les questions de droit, de justice ou de résolution de conflits pour plusieurs ONG nationales et internationales, comme le Forum des ONG de Timor-Leste (2005), Asia Foundation (2008), auprès des Nations unies (UNMISET en 2004 et 2005, UNOTIL en 2006). Il a aussi enseigné, dans le pays, le droit et la sociologie de 2002 à 2007.

Aderito Soares a obtenu en 1996 un baccalauréat en droit à l’université chrétienne Satya Wacana, Java Centre/Indonésie, et, en 2003, un Master en droit à l’université de New York. Son élection à la CAC de Timor-Leste l’a amené à interrompre son Doctorat en droit international, droits humains et développement qu’il avait entrepris au Centre pour la gouvernance et la justice internationales (CIGJ) de l’université nationale australienne (ANU). Il a donné de nombreuses conférences sur le thème de la justice, et il est l’auteur de plusieurs publications comme « Combating Corruption : Avoiding Institutional Ritualism » (in Michael Leach et Damien Kingsbury (dir.), The Politics of Timor-Leste : Democratic Consolidation after Intervention, Ithaca (New York), Cornell Southeast Asia Program Publications, 2012) et « The Parallels and the Paradox of Timor-Leste and Western Sahara » (in Michelle Ann Miller (dir.), Autonomy and Armed Separatism in South and Southeast Asia, Singapour, ISEAS Publishing, 2012).

Affiche politique

20 août 2013 : commémoration du jour des combattants des Falintil (Front armé de libération nationale de Timor-Leste)
En haut au centre : « Avec l’esprit héroïque des Falintil, nous avançons vers le développement national ».
Dessous, au centre : « Deuxième démobilisation des combattants de la libération nationale – Front armé ».
À gauche : « Falintil 38 (38 ans), 20 août 1975-2013 »
À droite : « Inauguration de la centrale électrique de Betano ».

Notes

1 C. Cabasset, « Timor-Leste. Dix ans d’indépendance, une année électorale sans faute et un retour sur l’échiquier géostratégique mondial », in Jérémy Jammes (dir.), L’Asie du Sud-Est 2013 : bilan, enjeux et perspectives, Paris-Bangkok, Les Indes savantes-Irasec, 2013, p. 313-332.

2 Le 19 septembre 2011 a été signé un « Plan commun de transition » entre le gouvernement et la MINUT concernant le retrait de cette dernière si les élections est-timoraises se déroulaient bien. Plusieurs articles de presse parus durant le deuxième semestre 2012, après la formation du Ve gouvernement, montrent que celui-ci ne souhaitait plus de mission de maintien de la paix, ni même de mission politique comme il fut un moment envisagé, afin que le pays prenne confiance en ses propres institutions et en la stabilité qui s’était maintenue (Cf. Lusa, agence de presse, le 24 septembre et le 20 décembre 2012).

3 Christine Cabasset et Frédéric Durand (dir.), East-Timor: How to Build a New Nation in Southeast Asia in the 21st Century?, Bangkok, Irasec-CASE, 2009, 306 p. (www.irasec.com).

4 Fundasaun Mahein, « Jestaun Fronteira no Kontrolu Migratoriu » [Gestion frontalière et contrôle migratoire], Fondation Mahein, 13 février 2013, p. 13-21.

5 Pierre Journoud et Hugues Tertrais, « Militaires et politique en Asie du Sud-Est : des évolutions décisives ? », in J. Jammes (dir.), L’Asie du Sud-Est 2013, op. cit., 2013, p. 83-84.

6 « Entrevista exclusivo ho Afonso de Jesus. Rekursu PNTL limitadu, TL sai fatin transitô ba droga » [Entrevue exclusive d’Afonso de Jesus (vice-commandant de la PNTL). Ressources limitées de la PNTL, Timor-Leste devient une voie de transit pour la drogue], Semanário, 21 septembre 2013, p. 4.

7 Cf. Résolution du gouvernement no 28/2011 du 21 septembre 2011.

8 Des Seabees, des militaires-ingénieurs rattachés à la Navy américaine, présents dans le pays depuis 2006, collaborent avec les F-FDTL pour la restauration de bâtiments publics (écoles, hôpitaux, etc.) Par ailleurs, des navires de la Navy américaine viennent régulièrement à Timor-Leste. Cette année, le navire USS Denver est arrivé à Dili le 27 août pour quelques jours, avec à son bord 600 marines, pour des entraînements avec l’unité maritime des F-FDTL.

9 Conselho Popular pela Defesa da Republica Democrática de Timor-Leste [Conseil populaire pour la défense de la République démocratique de Timor-Leste].

10 Voir par exemple Télévision de Timor-Leste (TVTL), 7 février 2013.

11 Cf. Timor Post, 8 novembre 2013, p. 1 et 23 ; et Lusa (agence de presse), 14 novembre 2013.

12 James Scambary, « Informal Security Groups and Social Movements », in Michael Leach et Damien Kingsbury (dir.), The Politics of Timor-Leste. Democratic consolidation after intervention, Ithaca (New York), Cornell Southeast Asia Program Publications, 2013, p. 212.

13 Jérome Tadié, Les territoires de la violence à Jakarta, Belin, Paris, 2006, 303 p.

14 Fundasaun Mahein, « Forma Foun Operasaun Krime Organizadu iha Timor-Leste » [Nouvelles formes de crimes organisés à Timor-Leste], Fondation Mahein, Dili, 3 octobre 2013, 15 p.

15 Cf. Independente, 30 septembre 2013, p. 1 et 11, et 7 octobre 2013, p. 2.

16 Front révolutionnaire de Timor-Leste indépendant, principal parti pro-indépendance créé en 1974-1975.

17 Notamment les Rencontres de Maubisse (22-23 août 2010 et 26 juillet 2011) et la signature du Pacte de stabilité par les candidats aux élections présidentielles (28 février 2012).

18 Le Fretilin avait en effet bénéficié d’un meilleur score (29 %) que le CNRT (24,1 %), mais il ne lui permettait pas de gouverner, la plupart des autres partis s’étant ralliés au CNRT.

19 Cf. le discours de Mari Alkatiri lors du vote par le Parlement de la loi concernant le budget de l’État 2013, le 18 février 2013, et entretien personnel en avril 2013.

20 Respectivement le Congrès national de reconstruction de Timor, fondé en 2007 par Xanana Gusmão, le Parti démocrate, fondé en 2001 par Fernando « Lasama » de Araújo, et le Front de reconstruction national de Timor-Leste – Changement (Mudança) fondé par José-Luis Guterres en 2006, et sous son nom actuel en 2011.

21 La loi no 7/2011 du 22 juin 2011 permet aux seuls partis ayant atteint 3 % des votes de siéger au Parlement, soit quatre partis en 2012, le CNTR, le Fretilin, le PD, le Frenti-Mudança.

22 À noter que cette inauguration a été associée à la commémoration du Jour des Falintil (Forces armées de libération nationale de Timor-Leste), dont la date anniversaire est le 20 août, qui a eu lieu à Same, à une trentaine de kilomètres au nord de Betano, sur la côte sud du pays.

23 RDTL-Ministério das Finanças, State Budget 2013. Budget overview, Book 1. « Be a Good Citizen. Be a New Hero to our Nation » – Final version, Dili, ministère des Finances, 17 avril 2013, p. 15-18.

24 Banque centrale de Timor-Leste, Fundo Petrolífero de Timor-Leste - Relatório Trimestral, vol. 9 Publicação XXVI I, BCTL, 30 septembre 2013, p. 1.

25 RDTL-Ministério das Finanças, op. cit., avril 2013, p. 52, 56-57.

26 RDTL-Ministério das Finanças, State Budget 2012. Budget overview, Book 1. « Good Bye Conflict, Welcome Development », Dili, ministère des Finances, octobre 2011, p. 3.

27 Aderito de Jesus Soares, « Combating Corruption: Avoiding “Institutional Ritualism” », in M. Leach et D. Kingsbury (dir.), The Politics of Timor-Leste, op. cit., 2013, p. 85-97.

28 Comme Emilia Pires, ministre des Finances, auditionnée en novembre au sujet de l’achat d’équipements pour l’hôpital national Guido-Valadares sous le précédent gouvernement (2007-2012).

29 Pour les informations traitant de la décentralisation et des pouvoirs locaux, cf. entretien personnel avec le ministre de l’Administration d’État en avril 2013 ; la loi 11/2009 du 7 octobre 2009 concernant la division territoriale ; et RDTL – ministère de l’Administration d’État, Politika Desentralizasaun Administrativa & Poder Lokal [Politique de décentralisation administrative et pouvoir local], Dili, ministère de l’Administration d’État, 2013, 86 p.

30 Remarques émises par le public dans le cadre de la conférence « Décentralisation et pouvoirs locaux », Dili, Centre de conventions, 28-29 mai 2013.

31 Cf. Timor Post, 30 septembre 2013, p. 10.

32 Benjamim de Araújo e Corte-Real, C. Cabasset et F. Durand (dir.), « Introduction. La nécessité d’une vraie perspective géo-historique », in Timor-Leste contemporain. L’émergence d’une nation, Paris, Les Indes savantes-Irasec (à paraître).

33 Le G7 + réunit 18 pays fragiles en situation de conflit ou post-conflit (www.g7plus.org/).

34 Cf. Secrétariat de l’Asean, Master Plan on ASEAN Connectivity, Jakarta, Asean, 2011, 91 p. [1ère éd. déc. 2010].

35 Entretien personnel en août 2013.

36 D’autres accords entre les deux pays régissent l’exploitation des hydrocarbures, notamment le traité de la mer de Timor (20 mai 2002) et Sunrise IUA – Sunrise International Unitization Agreement (6 mars 2003). Cf. « Treaty between Australia and the Democratic Republic of Timor-Leste on Certain Maritime Arrangements in the Timor Sea » (www.laohamutuk.org, 14 p.), les résolutions du Parlement de Timor-Leste ratifiant le traité CMATS (résolutions no 4/2007 et no 5/2007 du 8 mars 2007), ainsi que l’accord sur l’unification des gisements Sunrise et Troubadour (formant le Greater Sunrise).

37 « Australia spied during resource deal : Dili », Sunday Morning Herald, 3 mai 2013 ; « Arbitragem às acusações de espionagem feitas por Timor-Leste à Austrália começa em dezembro », Lusa, agence de presse, 20 novembre 2013.

38 Communiqué de presse du bureau du Premier ministre, Dili, 24 octobre 2013.

39 Sur cette question, cf. C. Cabasset, op. cit., 2013, et « Timor-Leste, prochain membre de l’Asean ? Un objectif d’intégration régionale », in Éric Frécon (dir.), Lettre de l’observatoire de l’Asie du Sud-Est, Asia Centre (à paraître).

40 Entretien personnel avec le Secrétariat d’État à l’Asean en octobre 2013.

41 « Harnessing Natural Resource Wealth for inclusive growth and Economic Development », Dili, 17-19 septembre, organisée par le Fonds monétaire international et le gouvernement de Timor-Leste, soutenue par la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement, dans le cadre des travaux du G7 +.

42 À noter que la part de l’Indonésie dans les importations est en baisse (42 % en 2009), les équipements dont il se dote amenant Timor-Leste à avoir recours à d’autres pays fournisseurs.

43 Il y aurait 54 sociétés indonésiennes impliquées dans des projets à Timor-Leste, dont huit sociétés d’État comme Merpati Nusantara, Bank Mandiri, Telkom Internasional, Pertamina, Angkasa Pura et Sucofindo. Ces deux dernières ont signé un accord avec le groupe Kabiran basé à Dili pour l’extension de l’aéroport international à Dili et la construction du nouveau port maritime à Tibar à proximité de la capitale. Cf. Otniel Tamindael, « Timor Leste-Indonesia bilateral relations improve », Antara news, 27 septembre 2013.

44 Coopération économique pour l’Asie-Pacifique (Asia-Pacific Economic Cooperation en anglais).

45 Bagus BT Saragih, « Yudhoyono Talks Borders, ASEAN with Timor Leste’s Gusmão », The Jakarta Post, 21 mars 2013

46 « Indonesia-Timor Leste agreement on border demarcation is forward step », Antara News, 23 juin 2013.

47 Entretiens en septembre et octobre 2013.

Table des illustrations

Titre Prévision budgétaire à Timor-Lestea (2006/07 – 2014) (millions $ US)
Légende a : Hors financements des partenaires de développementb : Budget intermédiaire du nouveau gouvernement formé le 8 août 2007c : Selon le budget rectificatif approuvé par le Parlement le 17 octobre 2012d : Selon le budget approuvé à l’unanimité par le Parlement le 18 février 2013, de 150 millions $ US inférieur aux prévisions initialese : Selon le budget annoncé par le Conseil des ministres le 27 septembre 2013
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2493/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Le Timor-Leste
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2493/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 20 août 2013 : commémoration du jour des combattants des Falintil (Front armé de libération nationale de Timor-Leste)En haut au centre : « Avec l’esprit héroïque des Falintil, nous avançons vers le développement national ».Dessous, au centre : « Deuxième démobilisation des combattants de la libération nationale – Front armé ».À gauche : « Falintil 38 (38 ans), 20 août 1975-2013 »À droite : « Inauguration de la centrale électrique de Betano ».
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2493/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 247k

Auteur

Chercheur associée de l’Irasec, est docteur en géographie et aménagement du territoire (université Paris IV-Sorbonne). Elle s’intéresse à l’Asie du Sud-Est, notamment l’Indonésie et Timor-Leste, depuis une vingtaine d’années. Elle a dirigé East-Timor: how to build a new nation in Southeast Asia in the 21st century ? (avec Frédéric Durand, « Carnet de l’Irasec », no 9, 2009), ainsi que la monographie nationale Timor-Leste contemporain. L’émergence d’une nation (avec Benjamim de Araújo e Corte-Real et Frédéric Durand, Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, à paraître en 2014). Parmi ses autres récentes publications : « L’aménagement du territoire à Timor-Leste : un enjeu récent entre héritage historique et internationalisation contemporaine »(in Timor-Leste contemporain, op. cit.) et « Le tourisme en Indonésie : un enjeu local et national en quête de gouvernance » (in Rémy Madinier (dir.), Indonésie contemporaine, Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, à paraître). Ses recherches portent aujourd’hui sur la gouvernance territoriale, ainsi que sur les questions d’intégration régionale et l’Asean. Elle a enseigné la géographie dans plusieurs universités (Paris IV-Sorbonne, Évry, en Indonésie et à Timor-Leste) et intervient sur des missions d’expertise, comme en 2012 auprès du ministère de l’Éducation de Timor-Leste.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site