Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2014 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Jérémy Jammes
, 
François Robinne

Troisième partie. La région

Malaisie

Continuité politique dans un pays en mutation

Nathalie Fau

Texte intégral

1La 13e élection législative de la Malaisie, la plus disputée depuis l’indépendance en 1957, a enfin eu lieu après les deux ans d’attente qui ont suivi l’annonce, en juin 2011, par le Premier ministre, Najib Rasak, d’élections anticipées. À force de rechercher la période la plus favorable pour la coalition au pouvoir, le Front national (BN – Barisan Nasional) qui regroupe l’Organisation nationale unifiée malaise (UMNO – United Malay National Organization), le Congrès des Indiens de Malaisie (MIC – Malaysian Indian Congress) et l’Association des Chinois de Malaisie (MCA – Malaysian Chinese Association), Najib Rasak est finalement allé jusqu’au bout de son mandat. Ses tergiversations autour de la date des élections reflètent les inquiétudes du BN quant à ses capacités à vaincre la coalition d’opposition, l’Alliance du peuple (PR – Pakatan Rakyat) qui regroupe également trois partis : le Parti de la justice nationale (PKR – Parti Keadilan Rakyat), le Parti d’action démocratique (DAP – Democratic Action Party) et le Parti islamique malais (PAS – Parti Islam SeMalaysia). L’inscription sur les listes électorales de 3,2 millions de nouveaux votants, dont 60 % de jeunes de moins de 30 ans, sur un total de 13,3 millions, rendait par ailleurs l’issue du scrutin encore plus incertaine. Le 5 mai, la commission électorale (CE) malaisienne a cependant annoncé la nouvelle victoire du BN qui a remporté 133 des 222 sièges du Parlement fédéral, soit près de 60 % des représentants. Alors, beaucoup de peur pour rien ?

  • 1 Gaik Cheng Khoo, « The rise of constitutional Patriotism in Malaysian civil society », Asian Studie (...)
  • 2 Bruno Philip, « Aspiration au changement en Malaisie », Le Monde, 26 avril 2013.

2Pas vraiment, car même si la Malaisie ne connaît toujours pas d’alternance politique, le BN étant au pouvoir depuis l’indépendance, le paysage politique malaisien est en pleine mutation. Avec des taux de participation de 84,5 % aux législatives et de 85 % aux élections des assemblées fédérales, jamais les Malaisiens n’ont été si nombreux à voter. Cette forte mobilisation est la traduction dans les urnes d’un activisme politique en plein essor : avant d’être Malais, Chinois ou Indiens, les Malaisiens se veulent être de plus en plus citoyens1. Jusqu’à la fin des années 1990, les partis d’opposition étaient quasi invisibles et les tentatives de former des coalitions d’opposition infructueuses. Surtout, la Malaisie se composant de trois communautés, les Bumiputra (62 % de la population) qui regroupent les Malais et les minorités indigènes, les Chinois (24 %) et les Indiens (12 %), le débat politique se focalisait presque exclusivement sur des thématiques d’appartenance communautaire, chaque parti politique représentant une communauté ethnique ou religieuse : l’UMNO pour les Malais, le MCA et le DAP pour les Chinois, le PAS pour les musulmans et le MIC pour les Indiens ; quant au PKR, il est l’unique parti se réclamant multiculturel. Les élections générales de 2008 avaient déjà fait souffler un vent de changement dans ce traditionnel clivage communautaire et religieux ; la victoire de l’opposition dans cinq des États de la Fédération s’expliquait uniquement par le rejet des électeurs d’un vote communautaire systématique : des Chinois ont voté pour le parti islamiste et des Malais pour le DAP afin de faire gagner la coalition d’opposition. C’est cette même volonté d’en finir avec une politique communautaire2 qui a prévalu au sein du PR durant ces élections et ses deux slogans les plus populaires ont été Ubah ! (« Le changement ! ») et Inikali lah tukar (« Le changement, c’est maintenant ! »). Or, même si le PR n’a obtenu que 89 sièges, il a en revanche gagné le vote populaire en remportant 50,87 % des voix contre 47,38 % pour le BN.

3Ubah, le changement, est bien le mot qui résume cette année 2013 en dépit de la nouvelle victoire du BN, au pouvoir depuis l’indépendance. Avec une forte implication de la population, notamment dans la blogosphère et sur les réseaux sociaux, la campagne électorale a reflété cette mutation politique. Quant aux résultats, ils n’expriment pas qu’une simple continuité politique car ils ont surtout révélé la fin du BN en tant que coalition transcommunautaire. L’opposition n’a pas gagné dans les urnes, peut-être en raison d’une fraude électorale massive, mais sa mobilisation n’a pas diminué en dépit du retour d’une politique répressive que Najib Razak lui-même jugeait pourtant en 2012 peu conforme aux aspirations démocratiques du pays. Changement également dans les priorités économiques annoncées : après la multiplication des cadeaux préélectoraux, place à une politique de rigueur budgétaire. Changement enfin de perception de l’espace maritime malaisien : rassuré par la très forte baisse de la piraterie dans le détroit de Malacca, le gouvernement avait sous-évalué la porosité des frontières maritimes du Sabah, envahi par des Philippins armés en février 2013.

1 - Une année électorale

Une campagne électorale sous tension à l’ère des réseaux sociaux

4Le 3 avril, le roi Yang di Pertuan Agong annonce, à la demande du Premier ministre Najib Tun Razak, la dissolution du Parlement et la tenue des élections. La campagne électorale a duré une quinzaine de jours (du 21 avril au 4 mai), soit la plus longue depuis les élections de 1982, mais d’une durée encore inférieure à celle de 21 jours réclamée par l’opposition. Même si la Malaisie est officiellement un système multipartite, avec 33 partis enregistrés d’après la commission électorale, les élections ont uniquement opposé deux coalitions, l’une au pouvoir (BN) incarnée par le Premier ministre Najib Razak, l’autre dans l’opposition (PKR) menée par Anwar Ibrahim, leader du mouvement de réformes de 1998 (Reformasi) écarté de la ville politique de 1999 à 2008 suite à une accusation pour pratiques sexuelles délictueuses. De la campagne de mai 2013 trois éléments majeurs sont à retenir.

  • 3 Voir le site pakatan-harapan-rakyat.com
  • 4 « GE 13 a battle of ‘who can be more populist », Straits Times, 4 avril 2013. Voir aussi A. B. Sham (...)
  • 5 Nathalie Fau, « L’année des promesses tenues ? », in Jérémy Jammes (dir.), L’Asie du Sud-Est 2013, (...)
  • 6 Voir le livre d’Elsa Lafaye de Micheaux, La Malaisie, un modèle de développement souverain ?, Lyon, (...)

5- Les questions économiques et les promesses d’amélioration du niveau de vie de la population ont dominé la campagne. Sur ce point, les manifestes électoraux du PR (Manifesto Rakyat, « Le manifeste du peuple »)3 et du BN (Rakyat Didahlukan, « Le peuple d’abord ») sont très proches : ils promettent une augmentation des salaires, des aides en tous genres, la construction de logements à loyers modérés, une baisse des prix et des impôts ou encore une éducation et un système de santé gratuits. Pour Wan Saiful Wanjan, le directeur de l’Institute for Democracy and Economic Affairs (Ideas), « ce n’est pas une bataille politique sérieuse mais une bataille entre celui des deux qui sera le plus populiste »4. Les mesures à prendre pour augmenter le pouvoir d’achat des Malaisiens sont cependant un peu différentes : si le BN prône simplement la poursuite des mesures entamées durant le gouvernement Najib5, le Pekatan souhaite redistribuer les richesses confisquées par une élite politique du pays en luttant contre la corruption et le crony capitalism (le capitalisme de copinage) qui se caractérise par une collusion toujours plus étroite entre les affaires et le milieu politique, une concentration des affaires entre quelques mains et une politisation de l’économie se traduisant par un favoritisme dans l’attribution des marchés publics. Ce système clientéliste caractérisé par le patronage politique a bénéficié aussi bien à des Malais qu’à des Chinois, la condition étant d’être dans le cercle politique de l’UMNO6.

  • 7 The Star, 26 avril 2013, p. 18.
  • 8 The Star, 27 avril 2013, p. 44.

6-Les invectives et les attaques verbales se sont substituées à tout débat politique, le grand absent de la campagne. Le BN a joué sur la peur du changement et a attisé les craintes afin de convaincre la population de ne pas se lancer dans une aventure hasardeuse : tous les jours dans la presse quotidienne s’étalaient en pleine page des slogans tels que « Votez pour le DAP et aidez à la faillite du pays dans deux ans7 » ou « Est-ce que le DAP va vraiment vous aider ? ». Lors d’un entretien télévisé, Najib Razak a affirmé que la population avait le choix entre un gouvernement réformiste ou une opposition qui mènerait le pays à sa ruine. L’UMNO a également répété à l’envi aux Malais qu’un vote pour l’opposition serait une remise en cause de leur souveraineté au profit des Chinois. Il a agité le spectre du 13 mai 1969, date funeste où des affrontements interethniques avaient fait des centaines de morts, et d’un retour des violences communautaires si l’opposition passait. Le BN a également tenté de faire imploser la coalition d’opposition en revenant continuellement sur les positions divergentes du PAS et du DAP concernant la place de l’islam dans la société et l’application des hudud, c’est-à-dire les sanctions pénales islamiques requises en cas de transgression des lois. Ce débat autour des hudud a été instrumentalisé aussi bien par le MAC que l’UMNO. Dans l’État de Johor, où la campagne électorale a été particulièrement virulente, le MAC a multiplié des slogans du type « Un vote pour le DAP et un vote pour le PAS », « Savez-vous vraiment pour qui vous votez ?8 » ou encore « Le futur Premier ministre sera du PAS ». L’objectif était de convaincre les électeurs chinois que de voter pour le DAP et non pour le MAC, c’était prendre le risque de transformer Johor en un État gouverné selon les lois islamiques. De son côté l’UMNO, a profité de cette controverse autour des hudud pour dépeindre le DAP comme une menace à l’encontre des musulmans et des Malais du pays.

7Quant au PR, il a fait toute sa campagne sur la lutte contre la corruption et a dénoncé explicitement le peu d’intégrité de la coalition au pouvoir. Il a également critiqué le manque de transparence et de démocratisation du système politique en accusant nommément la commission électorale (CE) d’être à la solde du BN : elle aurait rechigné à inscrire sur les listes électorales des Malaisiens vivant à l’étranger alors qu’elle aurait fermé les yeux sur l’affrètement de charters entiers depuis l’État de Sabah pour faire voter des immigrants indonésiens et philippins naturalisés de fraîche date. La virulence des attaques entre les deux coalitions s’est traduite par des actes de violence (envoi de cocktails Molotov dans les centres de campagne, heurts physiques avec des machettes et des couteaux entre les opposants, etc.) : près de 1 200 cas ont été recensés, alors qu’ils étaient inexistants lors des élections de 2008.

  • 9 « Najib : G13 will be first social media polls », The Star Online, 28 février 2013.
  • 10 Karim Raslan, « In GE13, Politics goes local », Penang Monthly, mai 2013, p. 10-13.

8- La blogosphère a joué un rôle central durant toute la campagne. Ces élections, comme le souligne Najib Razak lui-même9, sont les premières à l’ère de la société de l’information. L’opposition qui n’a pu s’exprimer dans les médias écrits et télévisés entièrement contrôlés par le pouvoir en place, a eu massivement recours aux réseaux sociaux, aux médias électroniques et aux sites alternatifs d’information comme Malaysiakini, Malaysian Insider, Free Malaysia Today, Malaysia Chronicle, etc. pour diffuser son programme et ses propres informations10. Elle a été en partie protégée de toute censure par la loi multimedia qui a été prise en 1998 après le lancement du « Super Corridor Multimedia » visant à doter le pays de meilleures technologies de l’information et de la communication et à attirer des multinationales liées à ce secteur. Avec un taux de pénétration de 62 %, le plus fort d’Asie du Sud-Est derrière Singapour, et 13 millions d’abonnés Facebook sur une population de 28 millions d’habitants, Internet est devenu l’outil privilégié du militantisme des « Net-citoyens » dans un pays classé, en 2013, en 145e position sur 179 dans le classement mondial de la liberté de la presse publié par Reporters sans frontières. L’opposition a été tellement présente sur la Toile que le journal Utusan a accusé le DAP de financer une « cyber-troupe » de 200 militants, dénommée la Red Bean Army (« l’armée des haricots rouges ») dont l’objectif serait d’inonder le Net de rumeurs et de fausses informations afin de discréditer le gouvernement et les personnalités proches du pouvoir. Pour contrer ces attaques de l’opposition, le BN a créé son propre réseau de sites Internet et le Premier ministre lui-même est très présent sur Twitter : il y aurait près de 1,5 million d’amis (followers) mais selon ses détracteurs, 70 % seraient cependant fictifs. Les blogs, mais aussi les réseaux sociaux, sont devenus un nouveau front de lutte de la politique malaisienne.

La fin du BN en tant que coalition transcommunautaire

  • 11 M. Nawab M. Osman, « Whither Malaysia : Rethinking Ethnic Politics », RSIS Commentaries, 14 mai 201 (...)

9Si l’UMNO a gagné 9 sièges depuis les dernières élections (88 en 2013 contre 79 en 2008), en revanche ses partenaires ont obtenu de piètres résultats. Le MCA a ainsi perdu un peu plus de la moitié de ses sièges (7 en 2013 contre 15 en 2008) au profit du DAP qui en a gagné 9 (29 en 2008 contre 38 en 2013). Sitôt ce résultat connu, le Premier ministre l’a qualifié de « tsunami chinois », une formule faisant écho à celle de « tsunami politique » utilisée lors des élections de 2008 où l’opposition avait remporté cinq États et fait perdre pour la première fois au BN la majorité absolue des 2/3 des sièges. Cette expression malheureuse, qui va à l’encontre de la politique inclusive « One Malaysia » lancée par Najib lui-même en 2010 afin de promouvoir une nation unie, a immédiatement conduit les partis malais les plus extrémistes à attiser les haines communautaires11. Le lendemain, le journal malais Utusan, propriété de l’UMNO, affichait en gros titres sur une double page « Apa lagi Cina Mahu ? » (Que veulent encore les Chinois ? »). Quant à l’ancien Premier ministre Mahathir, il a affirmé, le 7 mai lors d’une conférence de presse, que la communauté chinoise a « rejeté les mains de l’amitié des Malais » en votant pour le DAP, un parti qui selon lui aurait fait sa campagne en incitant les Chinois à détester les Malais. Des membres de l’UMNO ont lancé des appels au boycott des produits vendus par des commerçants et des hommes d’affaires chinois afin de punir la communauté chinoise d’avoir soutenu le PR. Un de ces boycotts était même dirigé contre Air Asia dont le président directeur général avait critiqué les propos racistes du journal Utusan Malaysia. Cette politique et cette rhétorique ethno-nationaliste et pro-malaise rappellent les heures sombres de l’histoire malaisienne alors que les mentalités de nombreux Malaisiens ont pourtant évolué.

  • 12 Satees Muniandy, « Analysis of the Malaysian Indian votes at GE13 », The Malaysian Insider, 13 mai (...)
  • 13 47 % des Indiens seulement ont voté pour le BN en 2004 alors qu’ils étaient 82 % en 2004 (cf. Johan (...)
  • 14 « Hindraf’s Uthayakumar jailed for sedition », The Malaysian Insider, 5 juin 2013.

10Les Indiens ont également massivement voté pour l’opposition12 : le MIC, qui avait déjà connu un échec électoral cuisant en 2008 se stabilise et obtient 4 sièges contre 3 en 2008. Le MIC a toujours été le parti le plus faible de la coalition du BN. Les défections des Indiens vis-à-vis du MIC ont atteint un pic en 2007 avec les protestations de l’organisation Hindraf (Hindu Rights Action Force) contre la destruction de temples hindous, la marginalisation des écoles tamoules et de nombreux conflits liés à la conversion d’hindous à l’islam13. À la veille des élections 2013, le Barisan et Najib Razak avaient pourtant tenté de reconquérir cet électorat qui représente tout de même 950 000 votants : le 26 janvier 2013, l’Hindraf est retiré par le ministre de l’Intérieur de la liste des ONG interdites, le 8 mars, elle est enregistrée officiellement ; le 18 avril, le président de l’Hindraf, P. Waythamoorthy signe avec le BN un mémorandum d’entente (MoU) prévoyant d’améliorer la situation des travailleurs indiens expropriés à la suite de la conversion de zones de plantation en zones urbaines, de régler la question des Indiens apatrides, de financer des écoles tamoules et d’augmenter les aides à la création d’entreprises et la part d’employés dans la fonction publique. Certes, c’est la première fois que le BN accède aux revendications de la communauté indienne, mais pour le cofondateur d’Hindraf, P. Uthayakumar, par ailleurs le frère de P. Waythamoorthy, cette signature et l’appel à voter pour le BN qui s’en est suivi, constituent une trahison et vont à l’encontre de la volonté d’indépendance politique du mouvement. Après les élections, P. Waythamoorthy est devenu secrétaire d’État placé sous l’égide du Premier ministre. Il a en charge de mettre en œuvre le MoU signé avec l’Hindraf. Les événements de ces derniers mois rendent cependant dubitatifs quant à la concrétisation de ce MoU : P. Waythamoorthy dispose de peu de moyens, l’annexe d’un temple hindou a été détruite par la municipalité de Kuala Lumpur, la communauté indienne a été stigmatisée dans la presse comme étant responsable de l’augmentation de la criminalité en Malaisie et surtout P. Uthayakumar a été arrêté et condamné à deux ans et demi de prison pour avoir enfreint l’Acte de sédition de 1948 en ayant écrit en 2007 une lettre à Gordon Brown, dans laquelle il dénonçait la situation des Indiens en Malaisie14.

11Avec 109 des 133 sièges remportés par le BN, l’UMNO n’est plus seulement le pilier central de la coalition, il est la coalition. Le nouveau cabinet ministériel est composé presque exclusivement de membres de l’UMNO, et notamment ceux de la branche la plus conservatrice, tandis que les minorités chinoises et indiennes sont sous-représentées : en raison de la faiblesse de son score électoral, le MCA a refusé de participer au gouvernement ; il n’y a de ce fait que deux Chinois au gouvernement contre 16 dans le précédent, le nombre d’Indiens restant en revanche stable (6). La composition de ce cabinet est pensée uniquement dans l’optique de permettre à Najib Razak d’être réélu. Cette situation est en porte à faux dans un pays où la population, en particulier la classe moyenne urbanisée, rejette de plus en plus une politique basée sur l’ethnicité. Elle favorise par ailleurs la montée des extrémistes pro-malais au détriment de l’unité nationale et d’une poursuite des réformes. Le 17 mai, le fraîchement nommé ministre de l’Intérieur, Zahid Hamidi a ainsi donné sa conception de la démocratie en affirmant que ceux qui n’étaient pas contents avec le mode de scrutin actuel pouvaient migrer ailleurs. Loin d’être condamnée, cette petite phrase a été reprise par de nombreux députés du BN. Dans ce contexte, les appels de Najib Razak à la réconciliation nationale ont du mal à se faire entendre.

Espoirs déçus de l’opposition : réactions, répressions et arrestations

  • 15 Lee Hock Guan, « Steadily Amplified Rural Votes Decide Malaysian Elections », Iseas Perspective, 6 (...)

12Les résultats de ces élections ont été une déception pour le PR pour qui elles devaient être « la route pour Putrajaya », la nouvelle capitale administrative et politique de la Malaisie : avec pourtant 270 000 voix de plus que le BN, il n’obtient que 89 des 222 sièges du Parlement. Si le DAP et le PKR ont gagné respectivement 9 et 7 sièges, en revanche le PAS en a perdu 2 (23 en 2008 contre 21 en 2013). Pour Anwar Ibrahim, cette défaite s’explique avant tout par une fraude électorale massive : vote d’électeurs fantômes, attribution du droit de vote à des travailleurs immigrés, bourrage des urnes, encre indélébile censée empêcher les votes multiples qui disparaît en se lavant les mains ou encore pannes de courant intempestives durant le dépouillement des votes. Elle résulte également d’un découpage électoral surreprésentant le vote des populations rurales, essentiellement malaises et acquises de longue date par la distribution de nombreuses aides financières, et de celles du Sabah et du Sarawak qui ont contribué pour 47 des 133 sièges du BN. Or, dans l’Est de la Malaisie, le découpage électoral est particulièrement favorable au pouvoir en place : il faut en moyenne 19 074 voix au BN pour obtenir un siège à l’Assemblée contre 84 053 pour l’opposition, soit 4,4 fois plus ; à l’échelle nationale, cet écart est un peu réduit : 39 381 voix pour un siège pour le BN contre 63,191 pour le PR15.

  • 16 Ooi Kee Beng, « After the elections : a new game begins », Penang monthly, juin 2013, p. 8-15.

13Anwar Ibrahim – président du PKR, le principal mouvement d’opposition – refuse dans un premier temps de reconnaître les résultats d’une élection qu’il qualifie comme étant « la plus sale qu’on ait jamais vue ». Afin de protester contre les nombreuses irrégularités du scrutin, il en appelle à des rassemblements pacifiques, les « Black 505 », terme utilisé en référence à l’élection du 5 mai, un jour de deuil pour la démocratie. Ces rassemblements postélectoraux se sont répandus dans toute la Malaisie. Le 6 mai, en signe de protestation envers les fraudes électorales qui musellent les voix des opposants, des marches silencieuses se sont déroulées dans les centres commerciaux des grandes villes du pays, les manifestants étaient habillés de noir et avaient des sparadraps sur la bouche. Le 8 mai, entre 50 000 et 60 000 personnes se sont rassemblées pacifiquement dans un stade en bordure de Kuala Lumpur, le 11 mai, ils étaient près de 80 000 à Penang et 30 000 à Ipoh à participer aux « Black 505 », le 14 mai des rassemblements similaires ont lieu à Kuantan (30 000 personnes) et à Johor Bahru (30 000). C’est la première fois que de telles manifestations, déclarées interdites et illégales par la police, remportent un tel succès. Et surtout, elles reflètent les changements de la société en cours : les manifestants sont aussi bien chinois, indiens que malais, les drapeaux des trois partis qui forment le PR ont flotté ensemble durant la campagne électorale et lors de ces rassemblements, images d’un multiculturalisme accepté et revendiqué16. Contrairement à l’interprétation de Najib Razak du résultat des élections, toutes les analyses politiques montrent que le critère ethnique a été moins déterminant que le critère sociologique : la classe moyenne malaise urbanisée et connectée aux réseaux sociaux rejette désormais le BN ; le discours de l’UMNO sur la suprématie malaise et le clientélisme ne fait plus recette, voire il excède désormais.

14Manœuvres répressives et arrestations des dissidents ont cependant suivi. Le 18 mai, Adam Adli, un étudiant qui avait appelé à manifester dans les rues contre la fraude électorale, a été inculpé au titre de la loi relative à la sédition (Sedition Act de 1948). Le 22 mai à Penang, une vingtaine de jeunes militants qui avaient organisé une veillée à la bougie en soutien à Adam Adli, sont placés en détention pour « réunion illégale ». Le 23 mai, les militants de l’opposition Tian Chua (député et vice-président du PKR), Ibrahim Haris (leader du mouvement « Tout sauf l’UMNO ») et Tamrin Ghafar (PAS) sont à leur tour interpellés pour avoir appelé à manifester pacifiquement. Fin mai, d’autres députés et membres du PR ont été inculpés dans les États de Johor, Penang, Perak et Negeri Sembilan et la police a fait des descentes dans les locaux de journaux proches de l’opposition. Najib Razak avait pourtant promis d’abroger le Sedition Act qu’il qualifiait lui-même comme étant le « d’un symbole d’une époque révolue ». Force est de constater que toutes les réformes démocratiques entreprises et promises en 2012 ne tiennent déjà plus face à une aile droite de l’UMNO de plus en plus virulente dans ses demandes de réprimer la contestation politique.

Le renouvellement des assemblées fédérales

15Tous les États fédérés de Malaisie, à l’exception du Sarawak, ont organisé des élections régionales le même jour. Pour la coalition au pouvoir, le défi était triple : éviter de perdre de nouveaux États, retenir les États volatiles du Perak et du Terengganu et reconquérir les États perdus en 2008 du Kedah et du Selangor. Pour le PR, l’objectif était de conserver les États gagnés en 2008, à savoir le Selangor, Penang, Kelantan et Kedah. Les résultats sont finalement assez mitigés. Le BN a conservé la majorité absolue (2/3 des sièges) dans six États, à savoir Perlis, Pahang, Negeri Sembilan, Melaka, Johor et Sabah et une majorité simple dans les États de Terengganu et Perak. Et surtout, il a réussi à reprendre à l’opposition le Kedah. Cependant, en termes de nombre de sièges obtenus, le pouvoir du BN s’érode : il perd des sièges dans neuf États, soit 32 sièges au total (307 en 2008 contre 275 en 2013). Quant à la coalition de l’opposition, si elle concède l’un des quatre États qu’elle contrôlait (Kedah), elle a obtenu une majorité absolue dans les États de Penang, Kelantan et Selangor et un total de 229 sièges en 2013 contre 196 en 2008. Le grand gagnant a été sans conteste le DAP qui occupe désormais 95 sièges en 2013 contre 73 en 2008 et qui a bénéficié, comme à l’échelle nationale, d’un report des Chinois votant jusqu’alors pour le BN.

2 - Changements de politique économique

Réduire les déficits publics

  • 17 Khor Yu Lang, « The Tough Task of Narrowing Malaysia’s Fiscal Deficit », Iseas Perspective, 10 octo (...)

16Le dernier rapport de l’agence de notation Fitch, sorti en juillet 2013, a énoncé un avis négatif, et non plus stable, sur les perspectives de la Malaisie (A-)17. Il relève une augmentation rapide de la dette publique, passant de moins de 40 % du PIB en 2008 à 53,3 % en 2012. Directement en cause une fiscalité prodigue axée sur une politique de soutien massif aux investissements et aux grands projets ; cette politique fiscale a certes permis de compenser le recul des exportations, mais elle a surtout profité à des grandes entreprises à participation publique majoritaire (GLC) et à des entreprises privées liées par des collusions d’intérêts à la coalition politique au pouvoir. Par ailleurs, les dépenses préélectorales ont également grevé le budget : depuis presque trois ans, sous couvert de politique sociale, le parti au pouvoir a multiplié les aides en faveur des groupes sociaux traditionnellement proches de l’UMNO afin d’assurer sa victoire ; les subventions, aides et cadeaux divers sont estimés à 22,2 milliards de RM en 2013 et 22,2 milliards en 2012.

  • 18 G. Sivalingam, « Avoiding the Twin Deficits in Malaysia », Iseas Perspective, 24 octobre 2013.

17À peine trois mois après les élections, la priorité du gouvernement est désormais à la maîtrise des dépenses et le budget 2014 est un budget de rigueur ayant pour priorité de réduire le déficit public à 3,5 % en 2014 contre 4 % en 2013. Les subventions sur l’essence ont été diminuées, celles sur le sucre supprimées (une baisse de 15,6 % du budget des subventions est prévue par rapport à 2013), les taxes sur les cigarettes ont augmenté, les projets d’investissements sont reportés, et à la surprise générale, le Premier ministre a décidé d’introduire une nouvelle taxe sur les biens et les services (GTS) de 6 %, et non de seulement 4 % comme attendu, qui devrait être effective à partir d’avril 2015 ; une telle taxe permettrait de diversifier l’origine des revenus fiscaux qui proviennent encore à 40 % de la compagnie pétrolière nationale Petronas. Par ailleurs, dans un contexte de dévaluation du ringgit, depuis trois ans par rapport au dollar américain et depuis 15 ans par rapport au dollar singapourien, le gouvernement souhaite diminuer des importations devenues de plus en plus coûteuses et dont la croissance, plus rapide que celle des exportations18, laisse craindre un déficit commercial.

18Le Fonds monétaire international avait prévu 5,1 % de croissance pour 2013 ; depuis le début de l’année, elle a été cependant inférieure aux prévisions : elle s’établit à 4,1 % pour le premier trimestre et 4,3 % pour le second sous l’effet conjugué d’une demande mondiale toujours atone et d’un ralentissement des dépenses d’investissement aussi bien publiques que privées qui par ailleurs se concentrent à 43,7 % dans le secteur immobilier.

Développer les relations bilatérales

  • 19 Khor Yu Leng, « The Significance of China-Malaysia Industrial Parks », Iseas Perspective, 17 juin 2 (...)
  • 20 G. Sivalingam, « The second Phase of Malaysia’s « Look East Policiy », Iseas Perspective, 19 août 2 (...)

19Pour relancer l’économie malaisienne, le gouvernement mène une politique de développement des relations bilatérales et multilatérales. Le 5 février 2013, les gouvernements malaisien et chinois ont lancé une construction croisée et conjointe de parcs industriels avec l’ouverture du parc Chine-Malaisie (5 500 ha) à Qinzhou, province du Guangxi, et du parc Malaisie-Chine (MCKIP, 600 ha) à Kuantan, État du Pahang19. Les secteurs clefs de coopération sont les industries pétrolières, électroniques, électriques et les pièces détachées automobiles. Par ce projet, la Malaisie espère attirer 10 milliards de dollars américains d’investissements chinois sur 5 ans et ainsi confirmer l’accroissement des échanges entre les deux pays : depuis la crise de 2008, la Chine est le premier partenaire commercial de la Malaisie, elle-même premier partenaire commercial de la Chine au sein de l’Asean. En octobre, le nouveau président chinois, Xi Jinping, s’est par ailleurs rendu en Malaisie pour une visite d’État. Autre visite d’État, celle en juillet du Premier ministre japonais, Shinzo Abe ; cette visite de deux jours avait pour objectif d’approfondir les relations économiques entre les deux pays afin d’aider la Malaisie à concrétiser son désir de devenir un État à revenus élevés d’ici 202020. L’un des projets phares de cette coopération est le financement japonais du projet de train à grande vitesse entre Kuala Lumpur et Singapour.

20Le 29 juillet, Jean-Marc Ayrault, a également effectué une visite officielle en Malaisie, une première pour un chef de gouvernement français depuis Pierre Mauroy en 1982. Au sein de l’Asean, la Malaisie est le deuxième partenaire économique de la France avec des échanges qui se montent à 5,5 milliards d’euros et près de 250 entreprises françaises y sont implantées. Et surtout, la France est le premier fournisseur de la Malaisie dans le domaine de l’armement et de la défense. Lors d’une conférence commune avec son homologue malaisien, le Premier ministre français a également tenu à rassurer la Malaisie, le deuxième producteur mondial d’huile de palme, sur les intentions du gouvernement français de mettre en place « l’amendement Nutella », une taxe de 300 % sur l’huile de palme proposée en novembre 2012 par la commission des affaires sociales du Sénat en raison de ses effets nocifs sur la santé et l’environnement. Jean-Marc Ayrault a précisé que cette proposition n’avait pas été adoptée par le gouvernement et que la « France n’est pas hostile à l’huile de palme », avant de préciser néanmoins que « dès l’année prochaine, la réglementation européenne rendra obligatoire les indications du nom des huiles utilisées », laissant le choix et la décision aux consommateurs.

21Enfin, du 15 au 25 juillet, Kota Kinabalu, chef-lieu de l’État de Sabah, a accueilli la 18e étape (round) de négociations de l’Accord de partenariat transpacifique (TPP), un accord de libre-échange entre 12 pays de la région Asie-Pacifique représentant 40 % du PIB mondial et un tiers du commerce international. Le gouvernement malaisien, qui s’est joint aux négociations en 2010, doit cependant faire face à une opposition croissante qui dénonce l’ouverture des marchés publics malaisiens, la protection des droits de propriété intellectuelle, mais aussi la demande de Washington de réduire les avantages offerts aux entreprises des Bumiputra. Avec la réaffirmation en septembre 2013 par Najib Razak lui-même de poursuivre plus avant la politique de discrimination positive en faveur des Malais, les perspectives de ratifier le traité avant la fin 2013 paraissent désormais irréalistes.

3 - Crise au Sabah : le réveil d’une « dispute territoriale dormante » entre la Malaisie et les Philippines

  • 21 Mohd Hazmi bin Mohd Rusli et Muhammad Azim bin Mazian, « Sultan of Sulu’s Sabah Claim: a case of ‘l (...)

22Le 11 février 2013, 200 à 300 Philippins armés se réclamant de « l’Armée royale de Sulu » ont débarqué à Lahad Datu, un district côtier malaisien de l’État de Sabah. Ils ont ensuite pris possession du village de Tanduo au nom du sultan autoproclamé du sultanat de Sulu, Jamalul Kiram III. Même si le Sabah fait partie de la fédération de Malaisie depuis 1963, les Philippines continuent de revendiquer cet État qui appartenait en partie au sultanat de Sulu jusqu’en 1878 avant d’être loué à une compagnie commerciale, puis annexé par les Britanniques en 1945. Cette réclamation « d’un territoire ancestral » s’appuie sur le fait que les héritiers du sultan continuent de percevoir annuellement 5 300 ringgit (environ 1 300 euros) de la part des autorités malaisiennes au titre d’un loyer21. Cependant, elle ne tient guère au regard du droit international : en 2002, la Cour internationale de Justice a ainsi reconnu les îles de Sipadan et Ligitan, situées au large du Sabah et faisant l’objet d’un litige entre la Malaisie et l’Indonésie, comme appartenant à la Malaisie. Cette décision montre tacitement que la communauté internationale reconnaît Sabah comme étant un État malaisien. Le débarquement du 11 février, auquel personne ne s’attendait, a tourné au drame le 5 mars 2013 : après avoir tenté de négocier et lancer des ultimatums, l’armée malaisienne est passée à l’offensive, faisant officiellement une soixantaine de morts, dont huit policiers malaisiens, et a mis fin à l’occupation. Cet épisode, à la fois rocambolesque et tragique, a révélé au grand jour au moins deux problèmes pourtant récurrents dans l’État de Sabah.

  • 22 Ian Storey, « The triborder Sea Area: Maritime Southeast Asia’s Ungoverned Space », Terrorism Monit (...)
  • 23 Lino Miani, The Sulu Arm Markets : National responses to a regional problem, Singapour, ISEAS Publi (...)

23Le premier problème est la sécurité maritime dans les mers de Sulu-Sulawesi, qualifiées de longue date par le gouvernement américain de « triangle du transit des terroristes » et de « zone de non droit »22. Depuis les attentats du 11 septembre 2001, toutes les marines de la région se sont focalisées sur le détroit de Malacca, principal axe maritime entre l’Asie et l’Europe, et ont oublié par contrecoup cet autre point noir de la sécurité maritime. La triple frontière maritime Malaisie-Philippines-Indonésie, particulièrement poreuse, n’a jamais entravé la poursuite de flux traditionnels comme le commerce de troc, les migrations, plus ou moins légales, tous deux soutenus par des réseaux familiaux nombreux. Mais surtout, elle a favorisé, outre une importante contrebande et les pratiques de pêche illégales, l’installation d’un trafic d’armes transnational dont les nœuds principaux sont Sandakan (Sabah), Zamboanga et Général Santos (Philippines) et Manado et Ternate (Indonésie)23, et qui alimente tous les groupes terroristes et les pirates de la région.

24Le second problème concernant Sabah est lié à l’importance des immigrés philippins dont le nombre a quadruplé depuis les années 1970 pour atteindre près de 800 000 aujourd’hui, soit près d’un tiers de la population du Sabah. L’une des craintes durant le conflit a été le possible ralliement des Philippins de Sabah à la cause des insurgés philippins. Si ce scénario ne s’est pas produit, en revanche les affrontements de Lahad Datu ont provoqué une vague d’arrestations de Philippins sans papiers, le déplacement de milliers de villageois et incité les Philippins du Sabah à se réfugier temporairement aux Philippines. À la veille des élections, cette question des immigrés philippins au Sabah a quelque peu embarrassé l’UMNO, accusée de fournir aux immigrants illégaux philippins des cartes d’identité en échange de leur vote.

25Afin de prévenir une nouvelle intrusion dans les eaux territoriales de Sabah, le gouvernement malaisien a renforcé sa présence militaire en confiant la sécurité maritime de cette zone non plus à l’Agence Malaisienne de Sécurité Maritime mais directement au Ministère de la Défense. En revanche, la coopération maritime entre les trois pays riverains n’a guère réellement progressé.

Conclusion : l’UMNO peut-elle se reformer ?

26Dans cette période de changement politique, de montée de la société civile et d’aspirations de la population malaisienne à plus de démocratie, l’UMNO semble au contraire se raidir sur ses fondamentaux historiques. En dépit de résultats électoraux décevants pour le BN, Najib Razak et Muhyiddin Yassin ont été tacitement réélus le 24 septembre au poste de Premier ministre et de vice-Premier ministre puisqu’aucun concurrent ne s’était présenté. Les élections à la vice-présidence de l’UMNO (trois postes), tremplin indispensable pour accéder aux plus hautes fonctions de l’organisation, ont eu lieu le 19 octobre. Les heureux élus, le ministre de l’Intérieur Zahid Hamidi, le ministre de l’Agriculture Shafie Apdal et le ministre de la Défense Hishammudin Hussein, sont tous des proches de Najib Razak et de fervents défenseurs de la suprématie malaise et de ses privilèges. Ces derniers ont fait front pour contrer les ambitions politiques de proches de Mahathir et notamment de son propre fils, Mukhriz Mahathir. Leur élection ne signifie pas pour autant un rejet du passé et une volonté de changement.

  • 24 Reme Ahmad, « Malaysian Politicians get heat for racial comment », The Straits Times, 10 octobre 20 (...)
  • 25 Pour plus de détails concernant cette controverse, voir les articles d’Églises d’Asie, http://eglas (...)

27Les dernières réparties de Zahid Hamidi, pressenti comme Premier ministre après Najib Razak, résument assez bien les orientations actuelles de l’UMNO. Ce dernier ne fait pas de détails dans les clichés communautaires : dans un discours sur la lutte contre la criminalité en Malaisie, il présente les Chinois et les Indiens comme des criminels et les Malais comme des victimes : « les plus gros trafiquants de drogue sont les Chinois, les plus petits les Indiens, et les consommateurs les Malais24 ». Concernant la controverse sensible sur l’utilisation du nom d’Allah par les chrétiens de Malaisie, Zahid Hamidi s’est exprimé en tant que ministre de l’Intérieur alors même qu’une décision de justice était en délibéré sur ce sujet : « le nom d’Allah est réservé seulement à l’usage des musulmans et les non-musulmans doivent cesser de défier ce droit absolu. Point final25. » Il prête enfin facilement le flanc à des accusations de corruption et de collusion : dans une conversation qu’il aurait voulu réserver aux militants de l’UMNO, mais qui a été enregistrée par un journaliste présent, il défend les agissements d’un gang malais, Tiga line, pourtant sur la liste noire de la police, et laisse même entendre qu’il en fait partie avec d’autres membres de l’UMNO. Loin de revenir sur ses propos, Zahid Hamidi s’est contenté de menacer de fermeture les journaux qui les avaient publiés tout en les remerciant, après les élections de l’UMNO, de lui avoir facilité la tâche en lui faisant autant de publicité. Simple fanfaronnade ?

28Si l’UMNO était un parti parmi d’autres au sein d’une coalition gouvernementale transcommunautaire, il serait en partie dans son rôle de défense de la communauté malaise. L’UMNO et le BN étant cependant désormais interchangeables, il est légitime de s’inquiéter sur l’avenir des orientations politiques de la Malaisie.

Annexes

Fiche Malaisie

Capitale : Kuala Lumpur

Superficie : 329 847 km²

Population (2012) : 29 457 000 hab.

Langue officielle : malais

Données politiques

Nature de l’État : monarchie fédérale

Nature du régime : constitutionnel

Suffrage : universel (à partir de 21 ans)

Chef de l’État : le Yang di Pertuan Agong sultan Abdul Halim Mu’adzan Shah (depuis avril 2012)

Premier ministre : Mohamed Najib bin Abdul Razak (depuis 2009)

Ministre des Affaires étrangères : Anifah Aman

Ministre de l’Intérieur : Datuk Seri Dr Ahmad Zahid Hamidi Échéances :

Contentieux territoriaux et maritimes :

Brunei : contentieux maritime au nord de Bornéo (Louisa Reef) réglé par l’accord de mars 2009 sur les frontières, mis en œuvre en septembre 2010 Indonésie : dans la mer des Célèbes autour du plateau continental Ambalat, et délimitation des frontières maritimes situées aux larges des îles Sipadan et Ligitan, reconnues « malaisiennes » en 2002 par la Cour internationale de justice Philippines : souveraineté de l’État de Sabah, dans la partie nord de l’île de Bornéo République populaire de Chine, Philippines, Taiwan et Viêt Nam : souveraineté insulaire revendiquée dans les îles Spratley (îles d’Amboyna Cay, Barque Canada Reef, Commodore Reef et Royal Charlotte Reef)

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques (UNDP, 2006) : Bumiputera26 (62 %), Chinois (24 %), Indiens (7 %), autres (7 %)

Religions (2000) : musulmans (60,4 %), bouddhistes (19,2 %), chrétiens (9,1 %)

Taux de croissance démographique (2012) : 1,7 %

Espérance de vie (2012) : 74,5 ans

Indice de fécondité (2012) : 2,67

Taux de natalité (2011) : 21,08 ‰

Taux de mortalité (2012) : 4,93 ‰

Taux de mortalité infantile (2012) : 6 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2012) : 93,1 %

Taux d’urbanisation (2012) : 73,68 %

Indice de développement humain (2012) : 0,758 (rang 64)

Indicateurs économiques

Monnaie : ringgit (1 euro = 4,47, déc. 2013)

Balance des paiements courants (est. 2010) : 34,14 milliards $ US

Dette extérieure (est. 2010) : 72,6 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita en parité de pouvoir d’achat courant (FMI, 2011) : 16 240 $ US

PIB par habitant ou per capita en dollars courants (FMI, 2012) : 10 344 $ US

Taux de croissance du PIB (2012) : 5,6 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (2011) : agriculture (12 %), industrie (41 %), services (48 %)

Taux d’inflation (2012) : 1,6 %

Taux de chômage (2012) : 3,025 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (2012) : 1,7 %

IDE entrant (cumulés ou stocks) (2012) : 132,400 millions $ US

IDE sortant (cumulés ou stocks) (2012) : 120,396 millions $ US

Principaux partenaires commerciaux (2012) : Chine, Singapour, Japon, États-Unis, Union européenne, Thaïlande

Importations (2012) : 196,615 milliards $ US

Principaux produits importés : électronique ; machinerie ; plastiques ; véhicules ; produits pétroliers ; produits en fer ; produits en acier ; produits chimiques

Exportations (2012) : 227,388 milliards $ US

Principaux produits exportés : appareils électriques ; pétrole ; gaz naturel liquéfié ; textile ; bois ; produits en bois ; huile de palme ; caoutchouc ; produits chimiques

Portraits

Dato’Seri Dr Ahmad Zahid Hamidi

Zahid Hamidi est un homme politique en pleine ascension, dont le parcours est loin d’avoir été linéaire, mais qui a toujours su rebondir grâce au soutien d’hommes politiques influents. Né en 1953, fils aîné d’une famille de 9 enfants, il a d’abord travaillé dans le secteur bancaire avant de devenir parlementaire en 1995, puis président des jeunes de l’UMNO en 1996. Sa carrière connaît une interruption en 1998 après qu’il ait dénoncé le Premier ministre Mohamad Mahatihr et son gouvernement de cronysme, de corruption et de népotisme. Alors proche d’Anwar Ibrahim, il est emprisonné sans jugement au nom de l’Internal Security Act. Après son retour au sein de l’UMNO en 1999, il reste une figure très secondaire du parti. Abdhullah Badawi redonne un second souffle à sa carrière : il le nomme directeur de cabinet du ministre du Tourisme en 2004 puis ministre dans son propre cabinet en 2008. Najib Razak le nomme ministre de la Défense en avril 2009 puis ministre de l’Intérieur en mai 2013. À nouveau réélu en 2013 comme vice-président de l’UMNO, il est pressenti comme Premier ministre potentiel en dépit de la tenue fréquente de propos peu démocratiques et souvent violents envers les Chinois, les Indiens, l’opposition et la presse.

Pete Teo

Auteur, chanteur et compositeur né en 1972, Pete Teo est devenu un symbole des aspirations aux changements de la population malaisienne. Si ses deux albums en solo ont connu un certain succès, remportant notamment de nombreux prix aux Victoires de la musique malaisienne, ce sont ses clips engagés qui lui ont valu une reconnaissance auprès du grand public. Ils se sont à chaque fois classés parmi les 5 premières vidéos virales de l’année en Malaisie : le clip C’est ici ma maison, datant de 2008 et interprété par une cinquantaine d’artistes malaisiens, est une vidéo antiraciste rappelant que les Malais, les Chinois et les Indiens sont tous Malaisiens, Undilah ! (« Votez ! ») de 2011 incite les Malaisiens à exercer leur droit de vote en leur rappelant l’importance de la souveraineté populaire : « nos dirigeants travaillent pour nous, nous sommes les patrons de ce pays. » En 2009, il a produit des courts-métrages intitulés 15 Malaysia tournés par de jeunes réalisateurs qui abordent directement des problèmes comme la corruption, le vol et le racisme en donnant la parole à des artistes locaux, des célébrités et des hommes politiques de tous les bords politiques.

Affiche politique

« Le changement maintenant, pour une Malaisie Propre ! » (Kuala Lumpur, octobre 2013).

Notes

1 Gaik Cheng Khoo, « The rise of constitutional Patriotism in Malaysian civil society », Asian Studies Review, 37, 2013 (http://dx.doi.org/10.1080/10357823.2013.767309).

2 Bruno Philip, « Aspiration au changement en Malaisie », Le Monde, 26 avril 2013.

3 Voir le site pakatan-harapan-rakyat.com

4 « GE 13 a battle of ‘who can be more populist », Straits Times, 4 avril 2013. Voir aussi A. B. Shamsul, « BN-PR Manifesto War : Different Platforms, Same School », RSIS Commentaries, 22 avril 2013.

5 Nathalie Fau, « L’année des promesses tenues ? », in Jérémy Jammes (dir.), L’Asie du Sud-Est 2013, Bilan, Enjeux et perspectives, Paris-Bangkok, Les Indes savantes-Irasec, 2013, p. 219-243.

6 Voir le livre d’Elsa Lafaye de Micheaux, La Malaisie, un modèle de développement souverain ?, Lyon, ENS Éditions, 2012, 344 p.

7 The Star, 26 avril 2013, p. 18.

8 The Star, 27 avril 2013, p. 44.

9 « Najib : G13 will be first social media polls », The Star Online, 28 février 2013.

10 Karim Raslan, « In GE13, Politics goes local », Penang Monthly, mai 2013, p. 10-13.

11 M. Nawab M. Osman, « Whither Malaysia : Rethinking Ethnic Politics », RSIS Commentaries, 14 mai 2013.

12 Satees Muniandy, « Analysis of the Malaysian Indian votes at GE13 », The Malaysian Insider, 13 mai 2013.

13 47 % des Indiens seulement ont voté pour le BN en 2004 alors qu’ils étaient 82 % en 2004 (cf. Johan Saravanamuttu, « Malaysian UMNO in survival mode », Aliran, 2012).

14 « Hindraf’s Uthayakumar jailed for sedition », The Malaysian Insider, 5 juin 2013.

15 Lee Hock Guan, « Steadily Amplified Rural Votes Decide Malaysian Elections », Iseas Perspective, 6 juin 2013.

16 Ooi Kee Beng, « After the elections : a new game begins », Penang monthly, juin 2013, p. 8-15.

17 Khor Yu Lang, « The Tough Task of Narrowing Malaysia’s Fiscal Deficit », Iseas Perspective, 10 octobre 2013.

18 G. Sivalingam, « Avoiding the Twin Deficits in Malaysia », Iseas Perspective, 24 octobre 2013.

19 Khor Yu Leng, « The Significance of China-Malaysia Industrial Parks », Iseas Perspective, 17 juin 2013.

20 G. Sivalingam, « The second Phase of Malaysia’s « Look East Policiy », Iseas Perspective, 19 août 2013.

21 Mohd Hazmi bin Mohd Rusli et Muhammad Azim bin Mazian, « Sultan of Sulu’s Sabah Claim: a case of ‘long lost’ Sovereignty? », RSIS Commentaries, 12 mars 2013.

22 Ian Storey, « The triborder Sea Area: Maritime Southeast Asia’s Ungoverned Space », Terrorism Monitor, vol. 5 (19), 11 octobre 2007.

23 Lino Miani, The Sulu Arm Markets : National responses to a regional problem, Singapour, ISEAS Publishing, 2011, 215 p.

24 Reme Ahmad, « Malaysian Politicians get heat for racial comment », The Straits Times, 10 octobre 2013.

25 Pour plus de détails concernant cette controverse, voir les articles d’Églises d’Asie, http://eglasie.mepasie.org/asie-du-sud-est/malaisie

26 « Bumiputera » est une catégorie administrative regroupant les populations indigène et malaise, considérées comme « fils du sol » ; les Malais seuls représentent environ 50 % de la population.

Table des illustrations

Titre La Malaisie
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2488/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende « Le changement maintenant, pour une Malaisie Propre ! » (Kuala Lumpur, octobre 2013).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2488/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 143k

Auteur

Docteur en géographie, maître de conférences à l’université Paris VII et chercheur au laboratoire SEDET (Sociétés en développement, études transdisciplinaires). Depuis septembre 2011, elle est en poste à Kuala Lumpur, rattachée à l’Irasec et affiliée au Maritime Institute of Malaysia (MIMA). Diplômée de l’université Paris X-Nanterre, agrégée de géographie, elle a consacré sa thèse de doctorat à la région nord de Sumatra, une périphérie indonésienne ouverte sur le détroit de Malacca. Elle a récemment publié « Les enjeux géoéconomiques et géostratégiques du détroit de Malacca » (Géoéconomie, no 67, nov. 2013) et « Maritime connectivity in the straits of Malacca : linking regions, connecting people » (avec Nazery Khalid, in Muhammad Subban, Sabariah Yaakub et Ahmad Bashawir Abdul Ghani (dir.), Port, Maritime and Hinterland Development in Southeast Asia : Issues and Challenges, Sintok, Universiti Utara Malaysia Press, 2013). Elle a par ailleurs édité l’ouvrage Transnational Dynamics in Southeast Asia : the Greater Mekong Subregion and Malacca Straits Economic Corridors (avec Sirivanh Khonthapane et Christian Taillard, Singapour, ISEAS, 2013).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site