Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2014 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Jérémy Jammes
, 
François Robinne

Troisième partie. La région

Brunei

Des pieds, des mains et l’Asean

Marie-Sybille de Vienne

Texte intégral

1 - Conformément aux usages brunéiens, une présidence de l’Asean « en douceur »

  • 1 Aide publique au développement.
  • 2 Montants cumulés depuis 1990, investissements réalisés (et non pas approuvés), le taux de réalisati (...)
  • 3 The Economist, 18 août 2012.
  • 4 Lim Jock Seng, ministre des Affaires étrangères en second du Brunei, cité dans The Economist, 9 fév (...)

1Le sommet de l’Asean de 2012 à Phnom Penh s’était avéré un désastre. Cristallisant les divisions internes à l’Association autour des revendications croisées en mer de Chine méridionale, il avait été détourné de son principal objectif : la création d’une zone de libre-échange en 2015. Soucieux de préserver une aide au développement et des investissements directs conséquents (10 milliards $ US d’APD1 et de prêts bonifiés sur les dix-huit années précédant ledit sommet et 800 millions $ US d’investissements directs2), le Cambodge, puissance invitante, et son affidé laotien avaient soutenu le refus par Pékin d’un code de conduite en mer de Chine. Ulcérées de l’attitude du Cambodge, les Philippines avaient été jusqu’à en expulser l’ambassadeur en août 20123. S’engouffrant dans une brèche de plus en plus béante, les États-Unis en avaient profité pour consolider leurs liens stratégiques avec leur nouveau « pivot » régional : Viêt Nam, Philippines, Indonésie et Singapour. L’Asean une fois munie (en remplacement du Thaïlandais Surin Pitsuwan) d’un secrétaire général vietnamien (Lê Lương Minh) dont la neutralité pouvait être sujette à caution, sa présidence risquait d’être difficile à assumer pour le Brunei, d’autant que son ministère des Affaires étrangères ne compte qu’une trentaine de personnes travaillant sur le Sud-Est asiatique4.

  • 5 Lors de la 46e réunion ministérielle de l’Asean (AMM) le 1er juillet 2013.
  • 6 Chairman’s Statement of the 23rd ASEAN Summit, « Our People, our Future Together », Bandar Seri Beg (...)
  • 7 « ASEAN: Integration goal is mirred in constraints », Oxford Analytica, 26 février 2012.
  • 8 Cahier des charges présenté dans l’ASEAN Economic Community Blueprint, Jakarta,
  • 9 Secrétariat de l’Asean, janvier 2008, 56 p.
  • 10 MOFAT, « Situation in Syria », 31 août 2013, http://www.mofat.gov.bn/index.php/news/news-highlights (...)

2Bien qu’il soit partie prenante des revendications en mer de Chine, son contentieux territorial avec la Malaisie étant toutefois résolu depuis septembre 2010, Brunei a donc joué de sa petitesse et de son innocuité pour organiser une série de négociations préalables entre les parties, avant la tenue du sommet d’octobre 2013 à Bandar Seri Begawan. Après deux déplacements du Sultan, à Manille et à Pékin, en avril 2013, suivis d’une première réunion des dirigeants de l’Asean à Brunei, les Chinois acceptaient (en juillet5) d’engager des pourparlers sur l’élaboration d’un code de conduite contraignant en mer de Chine méridionale, avec pour résultat la tenue d’un premier groupe de travail Asean-RPC à Suzhou en septembre6 : une ouverture d’autant plus nécessaire que la République populaire de Chine est désormais le premier partenaire commercial de l’Association7. Pour autant, le Brunei n’a pas négligé la prochaine mise en œuvre de l’ASEAN Economic Community (AEC) en 2015, le Sultan rappelant qu’avec un cahier des charges8 réalisé à 79,7 %9, il restait encore beaucoup à accomplir en une quinzaine de mois, notamment pour réduire les barrières non tarifaires et avancer dans l’intégration douanière des services). Le 28e sommet fut donc un succès, conférant au Brunei un poids diplomatique outrepassant largement la modestie de ses dimensions productive et territoriale. Comme à l’accoutumée, la politique étrangère du Brunei – menée par le prince Mohamed, frère cadet du Sultan – a fait preuve d’un éclectisme habile, conjuguant adhésion à l’Asean, multiplication des partenariats avec le camp occidental (notamment en matière de défense), et solidarité de principe, mais avec réserves, envers les pays musulmans. En témoigne le récent communiqué du ministère des Affaires étrangères sur la Syrie10 qui, tout en condamnant l’utilisation d’armes chimiques (sans autres précisions), appelle à préserver la sécurité des civils et à résoudre la crise par des moyens pacifiques, mais se garde bien de dénoncer les autorités en place.

2 - Des performances économiques maussades

  • 11 Department of Statistics, Department of Economic Planning and Development, Brunei Darussalam Key In (...)
  • 12 Brunei Darussalam 2013, « Brunei Darussalam: Growing expectations », Oxford Business Group, 30 juil (...)
  • 13 World Oil Outlook 2013, OPEC, p. 123.
  • 14 Voir le détail des calculs dans Marie-Sybille de Vienne, Brunei de la thalassocratie à la rente, Pa (...)

3Les performances économiques du Brunei sont nettement moins brillantes que sa diplomatie. En 2012, la croissance du PIB a été dérisoire (+0,9 %11), les nécessités de maintenance des installations pétrolières ayant réduit la production de pétrole de 11 000 barils/jour12 ; qui plus est, sur les années 2000-2012, elle a été inférieure de plus de moitié à la moyenne de l’Asean. Avec l’entrée en production des nouveaux puits du gisement de Gerongong (exploité par Brunei Shell), qui devraient augmenter la production pétrolière de 40 000 barils/jour13 (soit un quart de la production actuelle) sur les deux ans à venir, l’économie brunéienne récupérerait à terme son habituelle vitesse de croisière : entre 1,8 et 2 % de croissance. Il reste que le sultanat jouit comme à l’accoutumée d’un très confortable excédent de sa balance des paiements courants, 8 milliards $ US (48 % du PIB) en 2012, qui alimente un important fonds souverain (au minimum de l’ordre de la centaine de milliards de dollars américains14), entièrement placé à l’étranger, dont le montant n’est jamais communiqué, et dont les dividendes ne sont pas incorporés au calcul du revenu national. Autant dire que, tant que durera la rente, la croissance ne constituera pas une priorité majeure.

  • 15 Wawasan [vision] Brunei 2035, Brunei Economic Development Board, 2008.
  • 16 Brunei Darussalam 2013, « Brunei Darussalam: Diversification efforts gather strength », Oxford Busi (...)
  • 17 Usine de méthanol alimentée au gaz naturel, co-entreprise entre Brunei Petroleum et Mitsubishi Gas (...)

4L’importance des hydrocarbures (c. 67 % du PIB, 86 % des recettes budgétaires et plus de 90 % des exportations en 2012) révèle la faiblesse persistante du secteur privé non pétro-gazier (21,5 % du PIB). En dépit de la rhétorique et des efforts réitérés du Brunei Economic Development Board (BEDB), la diversification reste un souhait plus qu’une option : la part du budget alloué à la création de nouveaux emplois, industriels ou de services, a diminué d’un tiers entre le 8e (2002-2007) et le 9e Plan (2007-2012), au profit du maintien d’une administration pléthorique et inefficace, de plus en plus assimilée à un dû dont les ayant droit sont les nationaux d’ethnie malaise ou assimilée (quelque 47 % des résidents). La création de petites et moyennes entreprises se heurte à un manque de volonté politique, que traduit – en dépit du plan directeur à trente ans, Wawasan 203515 – l’absence de véritable pensée stratégique. Les procédures relatives à l’investissement étranger restent très lourdes, les fonctionnaires hésitant à prendre une décision qui pourrait nuire à leur avancement, notamment en matière de licences et de permis de travail. L’exiguïté du marché impose de surcroît de travailler à l’exportation16 ; en dehors des dérivés des hydrocarbures, comme le méthanol17, dont l’usine a été inaugurée en mai 2010, l’emphase est jusqu’à ce jour surtout mise sur les débouchés des produits alimentaires halal – la certification brunéienne ayant en la matière des exigences à nulles autres pareilles – même si, en dehors des élevages de volailles et des cultures maraîchères, il n’y a plus guère d’agriculture au Brunei. Avec pour résultat que l’esprit d’entreprise fait défaut dans le sultanat, surtout chez les Malais.

  • 18 Depuis le 1er janvier 2013, les PME basiques doivent avoir plus de 90 % de salariés et une directio (...)

5Certes, le gouvernement s’est engagé en 2013 dans un vaste programme (sur sept ans) de formation technique et professionnelle insistant davantage sur l’employabilité : la « brunéisation » des effectifs imposée depuis 2012 aux entreprises18 et le contrôle de l’immigration, passent par une meilleure adéquation des nationaux au marché du travail. En parallèle, le BEDB soutient depuis mai 2013 la création de PME, dotées, pour les lauréates, d’une allocation de 50 000 dollars de Brunei (BND), soit 40 000 $ US, dans cinq domaines prioritaires : les technologies de l’information, la santé, l’environnement, l’énergie (et en priorité les énergies renouvelables) et la sécurité alimentaire.

  • 19 « Wealthy Brunei facing brain drain », Free Malaysia Today News, 14 novembre 2013.
  • 20 Une des très rares critiques exprimées par la presse, cf. « Law Society Makes Firm Stand on PA », B (...)
  • 21 « Should Brunei Punish its "Runaway" Scholars? », commentaire de « Mujahidjohar », http://globalvoi (...)

6Mais le problème n’est pas tant qu’à la différence de la licence ès sciences religieuses, les formations techniques soient toujours considérées par les Brunéiens (surtout malais) comme une voie de garage, que le manque d’enthousiasme pour les études scientifiques (malgré les largesses du sultanat en matière de bourses à pour l’étranger). Pire encore, les cerveaux les plus brillants quittent le Brunei. Les raisons en sont diverses : il faudrait créer 6 500 nouveaux emplois par an, à la fois pour importer les cadres et la main-d’œuvre nécessaires au développement de nouvelles activités productives, et pour utiliser à bon escient les jeunes diplômés employables dans le secteur privé. Or, une telle mesure va à l’encontre de l’actuelle politique de « brunéisation » des effectifs. De surcroît, même s’il n’existe aucune fiscalité sur le revenu des personnes physiques, les salaires du Brunei sont moindres qu’à Singapour, en Australie, à Hong Kong et a fortiori à Londres19. Les opportunités de carrière sont réduites (beaucoup d’entreprises privées sont familiales), et, pour ceux qui s’engagent dans l’administration, leur gestion manque de transparence dans une société où la courtisanerie fait office de compétence comme de vertu. Ainsi, une vingtaine de médecins formés à l’étranger sur financement de l’État brunéien ont décidé en 2012 de ne pas rentrer ; 12 d’entre eux devraient être inculpés pour non-respect de leurs engagements envers l’État. Il en va de même d’ingénieurs, de juristes, de graphistes, de publicitaires et d’architectes. Les mesures rétroactives (adoptées en 2012) de transformation de la propriété foncière des étrangers et des résidents permanents (acquise par le biais de cabinets juridiques spécialisés) en emphythéose de 60 ans, ont accru les incertitudes des non-Malais20 sur leur avenir. Le passage à l’étranger modifie de surcroît les mentalités, les Brunéiens y découvrant « qu’un gouvernement devrait être sujet à la critique, que l’âge n’implique pas toujours la compétence et que certaines questions de société ne seront pas résolues leur vie durant »21. Partant, s’ils trouvent mieux ailleurs, leur patriotisme cède aux attraits de la carrière, des rémunérations et, plus encore, de la liberté.

3 - En arrière, toutes : code pénal islamique et hudud

  • 22 Le Sultan est né le 15 juillet 1946.

7Ce ne sont pas les dernières mesures prises dans le domaine judiciaire qui risquent d’inverser la tendance. Jusqu’à ce jour, Brunei faisait cohabiter deux écoles juridiques hétérogènes l’une à l’autre : la Common Law, d’une part, dont les magistrats sont formés au droit britannique, l’anglais restant la langue des tribunaux civils ; le droit islamique, d’autre part, appliqué en matière familiale à tous les nationaux musulmans, où l’on plaide en malais. Une première avancée en faveur de la généralisation du droit islamique (syariah) avait déjà été effectuée en 2000, en élargissant la compétence des tribunaux religieux de manière à les mettre à parité avec les juridictions de la common law. En mars 2011, le Sultan annonçait l’extension du droit pénal islamique (jusque-là limité au domaine religieux), y compris dans des cas non explicitement mentionnés dans le Coran mais sur lesquels il existe une jurisprudence (taqzir) – sans toutefois signifier le complet abandon de la Common Law, qui resterait applicable en matière commerciale. Le 23 octobre 2013, lors d’une manifestation organisée officiellement pour célébrer son 67e anniversaire22, le souverain signait officiellement la nouvelle législation, qui rentrera en vigueur en avril 2014.

Crimes et châtiments

  • 23 « A look into some of "Hadd" Punishments », Borneo Bulletin, 24 octobre 2013.
  • 24 Le texte intégral de la loi n’ayant pas encore été publié, la typologie des délits présentée ici a (...)

8Les hudud, c’est-à-dire les châtiments corporels, seront ainsi appliqués aux contrevenants musulmans (sauf § d. 3 ci-après) âgés de plus de 15 ans (la majorité pénale en droit islamique) coupables de quatre types de délits23, soit pour citer les plus fréquemment repris par la presse locale24 :

a. Les délits d’ordre alimentaire

    • 25 Les durées d’emprisonnement mentionnées sont toutes des maxima.

    La consommation d’alcool ou de drogue, passible de 40 coups de rotin, de 80 pour un récidiviste, et de 80 coups et deux ans25 de prison pour un multirécidiviste.

  1. La vente de nourriture, boisson ou tabac, pour consommation immédiate dans un lieu public pendant le Ramadan, de 4 000 BND d’amende (3 200 $ US) et/ou un an de prison.

b. Les délits familiaux et sexuels

  1. Toute personne portant la vêture du sexe opposé en public, de 4 000 BND d’amende (3 200 $ US) et/ou d’un an de prison.

    • 26 La loi fait ainsi de la femme une éternelle mineure, dotée d’un époux ou de tuteurs légaux.

    Une femme célibataire quittant ses parents ou tuteurs légaux26 sans motif valable sera passible de 1 000 BND (800 $ US) et/ou un an d’emprisonnement.

  2. Toute personne encourageant une musulmane à déserter le foyer conjugal ou à quitter ses parents ou tuteurs légaux sera passible d’un maximum de 8 000 BND d’amende (6 400 $ US), et/ou 2 ans d’emprisonnement.

  3. L’avortement est puni (pour l’intervenant) d’une amende de 12 000 BND (9 600 $ US) et/ou d’un maximum de trois ans de prison, réduit à 4 000 BND (3 200 $ US) et/ou un an d’emprisonnement en cas de simple tentative. L’encourager est sanctionné par une amende de 8 000 BND (6 400 $ US) et/ou deux ans de prison.

  4. La dénonciation mensongère de relations adultères ou homosexuelles est passible de 80 coups de rotin.

  5. L’intimité étroite entre personnes de sexe opposée non mariées (khalwat), sans rapport sexuel, est passible d’une amende de 40 000 BND (32 000 $ US) et d’un an de prison.

    • 27 Y compris en cas de personne mariée, mais dont le mariage n’a pas encore été consommé.
    • 28 Ce point évoque les mariages d’enfants, consommés dès que la mariée devient pubère, dont on trouve (...)

    Les relations sexuelles entre personnes n’ayant jamais été mariées, de 100 coups, assortis d’un an de prison si l’une des deux personnes est vierge27 ; en cas d’adultère (i.e. si l’un des deux contrevenants est marié et a déjà eu des relations sexuelles28), de la lapidation.

  6. L’homosexualité ou la sodomie sont passibles des mêmes peines que celles mentionnées dans le point 7 ci-dessus.

  7. Le viol est passible de lapidation (du violeur) si la victime a déjà été mariée, de 100 coups et d’un an de prison si la victime n’a jamais eu de rapports sexuels.

c. Les délits de droit commun

    • 29 La deuxième récidive sera punie d’emprisonnement pour une durée maximum de 15 ans.

    Le vol est puni de l’amputation d’une main, puis d’un pied en cas de récidive29, si la valeur du bien volé est équivalente ou supérieure au montant du nisab, c’est-à-dire au montant des actifs rendant un individu redevable de la zakat, i.e. la contribution obligatoire du croyant ;

  1. Le vol à main armée, seul ou en réunion, vaut la peine de mort en cas de meurtre, l’amputation conjointe de la main et du pied dans les autres cas.

d. Les délits religieux

    • 30 « A closer look in some of "Hadd" Punishments », Borneo Bulletin, 24 octobre 2013.

    L’absence à la prière du vendredi à la mosquée coûte 200 BND (160 $ US) pour une première infraction, 300 BND (240 $ US) pour une récidive et 1 000 BND (800 $ US) pour une multi-récidive30.

    • 31 Les bomoh brunéiens avaient déjà fait l’objet d’une campagne condamnant leur activité fin 2007 (v. (...)

    La pratique de la magie noire est passible de 20 000 BND d’amende (16 000 $ US) et de 5 ans de prison ; le recours à un praticien, de 8 000 BND (6 400 $ US) et deux ans de prison31.

    • 32 Borneo Bulletin, 24 octobre 2013.

    La propagation d’une religion autre que l’islam auprès de musulmans ou de personnes sans religion, de 20 000 BND (16 000 $ US) d’amende et cinq ans de prison32.

    • 33 Ensemble des traditions orales relatives aux actes et paroles du prophète.
    • 34 « Introduction of Syariah penal approved in Brunei », Jakarta Post, 23 octobre 2013.

    Le dénigrement, l’ironie ou l’insulte relative au Coran ou aux hadith33 par un musulman est sanctionné jusqu’à 30 ou 40 ans d’emprisonnement34.

  1. L’apostasie, passible de mort, sauf si le contrevenant se repent et retourne à l’islam.

Pratique et jurisprudence

  • 35 Les autres États insulindiens pratiquaient un droit coutumier mélangeant des éléments de droit musu (...)
  • 36 Elle demeure encore pratiquée dans des plusieurs pays non musulmans du Commonwealth pour de petits (...)
  • 37 « Sultan tours Exhibition at knowledge Convention », Brunei Direct, 23 octobre 2013, http://mail.br (...)
  • 38 « Syariah Judge: Allah’s Laws have their purpose », Borneo Bulletin, 13 novembre 2013.

9Par-delà l’extrême sévérité d’un dispositif précisant que la syariah – rarement appliquée en matière pénale dans le monde malais en dehors d’Aceh35 – peut s’étendre aux non-musulmans aidant ou suggérant un acte contraire à la loi, les juristes brunéiens insistent sur son caractère dissuasif. Ils rappellent de surcroît les exigences du code pénal islamique en matière de preuve, qui requièrent l’absence de doute sur la culpabilité, ce qui implique la présence de témoins « crédibles » sur les lieux du délit : quatre, par exemple, pour les cas d’adultère ; deux en cas de vol. Lors de l’inauguration de la Majelis Ilmu (« Convention sur la connaissance ») par le Sultan, les démonstrations de flagellation36 effectuées par les gardiens de prison sur un mannequin au physique occidental (initialement conçu pour présenter des vêtements masculins), insistaient (comme le montre la vidéo de l’événement) sur le fait que « cela ne faisait pas trop mal »37. Bref, à suivre les propos des juristes brunéiens, le code pénal islamique ne serait applicable que pour un très petit nombre d’affaires, et ce en douceur et de manière « moderne »38.

  • 39 Ainsi que les écoutes téléphoniques et le criblage des courriels, systématique grâce aux techniques (...)

10Il reste que, comme la police ne peut pas faire irruption de but en blanc au domicile de particuliers, les dispositions relatives aux délits sexuels ou à la consommation d’alcool ou de drogue ne toucheront que les plus pauvres, ceux dont les logements sont le plus visibles de l’extérieur, dont les cloisons et les portes sont les plus minces, etc., et qui risquent d’être dénoncés par leurs rivaux ou leurs voisins, la surat layang (lettre anonyme) étant le sport le mieux pratiqué dans le sultanat39. En revanche la syariah ne prévoit rien pour la délinquance en col blanc, l’escroquerie, le détournement de fonds, la corruption, le cybercrime, etc., tout ce qui relève de la criminalité moderne, inconnue dans l’Arabie du Prophète.

  • 40 Pour une courte présentation de sa biographie, v. M.-S de Vienne, « Brunei 2011, Accroissement de l (...)
  • 41 « Practising a dual criminal justice system », Borneo Bulletin, 23 octobre 2013.

11Déjà pourvu d’un système dual en matière de droit de la famille, le Brunei se retrouvera en avril 2014 avec un double système pénal, qui fait que pour un certain nombre de délits, les contrevenants pourront être inculpés conjointement devant les deux cours, religieuse et civile. Plus largement, comme le souligne la plus haute autorité judiciaire civile du Brunei, l’attorney general Dato Seri Paduka Hj Hayati binti Pehin Orang Kaya Shahbandar Dato Seri Paduka Haji Mohd Salleh (qui, comme le mufti, a rang de ministre et est directement rattaché au Premier ministre)40, le fait que plusieurs instances judiciaires puissent être compétentes sur un même dossier peut aider à la mise en œuvre du code pénal islamique. Cette dernière n’ira pas de soi – ce qu’Hayati Salleh qualifie prudemment de « défi »41 – d’autant qu’à terme les deux codes ne devraient plus en faire qu’un.

Une mesure plus que contestée

  • 42 Parti Islam Seluruh Malaysia [Parti de l’Islam pour toute la Malaisie, le premier parti d’oppositio (...)
  • 43 Prime Minister’s Office, www.pmo.gov.bn/Theme/Home.aspx
  • 44 V. les commentaires suivant l’article « Syariah Judge : Allah’s Law have their purpose » ; Borneo B (...)
  • 45 Journal appartenant au prince Mohammed, ministre des Affaires étrangères et aîné des frères du Sult (...)
  • 46 V. www.brudirect.com/national/whats-hot/have-your-say-hot-topics/10581-let-s-havea-healthy-debate-o (...)
  • 47 « Pink Panther », qui s’exprime en dialecte malais de Brunei, prouvant ainsi son identité ethnique  (...)

12Unanimement louée par les dignitaires du sultanat – un exercice au demeurant imposé – et par les thuriféraires du PAS42 malaisien, convoqués pour l’occasion au titre d’experts43, la mesure est très loin de faire l’unanimité, comme en témoignent les propos négatifs recueillis sur les blogs brunéiens, y compris ceux accessibles44 via le Borneo Bulletin, ce qui déjà en soi est particulièrement symptomatique vu la nature du média45 : « arrêtez de réduire au silence la majorité qui y est opposée » ; « sortez du tribunal islamique et demandez à la population si vous voulez vraiment savoir ce que nous en pensons » ; « [citant l’article du 13 novembre 2013] « la syariah pourrait attirer les investissements étrangers » — comme l’interdiction de l’alcool attire des millions de touristes ? », etc. Sur les huit personnes qui débattent dans les commentaires suivant l’article « Lets have a healthy debate on syariah law »46, deux seulement sont en faveur du code pénal islamique, l’un des opposants s’en prenant même directement au mufti47.

Un sultanat à deux faces

  • 48 À Brunei, le gouvernement a pris en charge les familles des militants emprisonnés après l’insurrect (...)
  • 49 « Syariah judge: Allah’s laws have their purpose », Borneo Bulletin, 13 novembre 2013.
  • 50 Le point est mentionné à deux reprises dans l’article « Experts laud Brunei for introducing Syariah (...)
  • 51 La foi suffit, i.e. le salut par la foi.
  • 52 L’écriture (i.e. le livre saint) suffit.

13Plus Janus que jamais, le Brunei Darussalam présente ainsi deux façades contradictoires : d’un côté, l’ouverture, l’équilibre, la modernité et l’efficacité de sa diplomatie ; de l’autre, le repli, la crispation identitaire et l’angoisse eschatologique croissants de sa gestion interne. Pourquoi introduire le code pénal islamique dans une société par ailleurs réputée pour sa faible délinquance et sa bienveillance généralisée48 ? Aujourd’hui martelée par les médias, la réponse s’impose d’elle-même à quiconque connaît un tant soit peu le sultanat : pour témoigner de la « loyauté »49 du Brunei Darussalam envers le Tout-Puissant, et qu’ainsi Il continue à le « couvrir […] de ses bienfaits »50. La dévotion et la fidélité suffisent seules à garantir la pérennité de la rente ; en d’autres lieux et d’autres temps, on aurait écrit sola fides51 sola scriptura52

Annexes

Fiche Brunei Darussalam

Capitale : Bandar Seri Begawan.

Superficie : 5 765 km².

Population (estimation 2012) : 399 800 hab.

Langues : malais (langue officielle) ; dialecte malais de Brunei ; anglais, chinois (mandarin et divers dialectes de Chine du Sud).

Données politiques

Nature de l’État : monarchie traditionnelle.

Nature du régime : monarchie islamique malaise.

Suffrage : universel (à partir de 18 ans). Aucune élection législative n’a eu lieu depuis celle de 1962. Les seules élections actuellement tenues sont celles des conseils de village.

Chef de l’État : Sa Majesté le Sultan Hassanal Bolkiah (depuis le 5 octobre 1967).

Premier ministre : Sa Majesté le Sultan Hassanal Bolkiah (depuis le 1er janvier 1984).

Ministre des Finances : Sa Majesté le Sultan Hassanal Bolkiah (depuis le 23 février 1997).

Ministre de la Défense : Sa Majesté le Sultan Hassanal Bolkiah (depuis le 21 octobre 1986).

Ministre des Affaires étrangères et du Commerce : S.A.R. le Prince Mohamed Bolkiah (depuis le 1er janvier 1984).

Ministre de l’Intérieur : Pehin Udana Khatib Dato Paduka Seri Setia Ustaz Haji Awang Badaruddin bin Pengarah Dato Paduka Haji Othman (depuis mai 2010).

Échéances : aucune élection, parlement nommé en totalité.

Contentieux territoriaux et maritimes : Malaisie : réglé par l’accord de mars 2009 sur les frontières, mis en œuvre en septembre 2010.

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques : Malais (55 %) ; autres groupes indigènes (Kedayan, Tutong, Belait, Dusun, Murut, Dayak, Bisaya, etc.) (18 %) ; Chinois (9 %) ; autres (Indiens, Bangladeshis, Philippins…) (18 %).

Religions : musulmans (75 %) ; chrétiens (9,4 %) ; bouddhistes et religions chinoises (8,5 %) ; autres (6,9 %).

Taux de croissance démographique (2012) : 1,6 %.

Espérance de vie (2012) : 78 ans.

Indice de fécondité (2012) : 1,9.

Taux de natalité (2012) : 17,3 ‰.

Taux de mortalité (2012) : 3 ‰.

Taux de mortalité infantile (2012) : 9,3 ‰.

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2010) : 95 %.

Taux d’urbanisation (2012) : 76 %.

Indice de développement humain (2012) : 0,855 (30e rang).

Indicateurs économiques

Monnaie : dollar de Brunei (1 euro = 1,71 dollar de Brunei, décembre 2013).

Balance des paiements courants (2012) : 8,06 milliards $ US.

Dette extérieure (2012) : 1,8 milliard $ US (entièrement d’origine privée).

PIB (2012) : 16,6 milliards $ US.

PIB par habitant ou per capita (2012) : 38 800 $ US.

Taux de croissance du PIB (2012) : 0,9 %.

Répartition du PIB par secteur d’activité (2012) : agriculture (0,7 %) ; hydrocarbures (55,7 %) ; autres industries, construction incluse (14,6 %) ; services (28,2 %).

Taux d’inflation (2012) : 0,5 %.

Taux de chômage (2012) : 2,7 %.

IDE entrant (cumulés ou stocks) (2012) : 13,3 milliards $ US.

IDE sortant (cumulés ou stocks) (2012) : 699 millions $ US (hors fonds souverain).

Principaux partenaires commerciaux (2012) : Japon, Corée du Sud, Asean, Australie, Inde, R. P. de Chine.

Importations (2012) : 3,58 milliards $ US.

Principaux produits importés (2012) : bureautique et équipements de transport (28,9 %) ; autres biens de production53 (22,4 %) ; produits chimiques et pétrochimiques (16,4 %) ; produits alimentaires, tabac, boissons et animaux vivants (13,9 %).

Exportations (2012) : 12,98 milliards $ US.

Principaux produits exportés (2012) : hydrocarbures (95,7 %) ; méthanol (1,9 %).

Portrait

Yang Dimuliakan Pehin Orang Kaya Paduka Setia Raja Dato Seri Setia Ustaz Haji Awang Abdul Aziz bin Juned, mufti de Brunei

Né en décembre 1941 à Kampong Setia Pahlawan Lama (Kampung Ayer, où il fréquente successivement l’école primaire malaise et le collège Jamalul Alam), Abdul Aziz bin Juned termine ses études secondaires à l’al-Junied School54 de Singapour, l’une des meilleures écoles musulmanes de la ville (1955-1961), régulièrement fréquentée par les boursiers brunéiens issus de milieux religieux en raison d’un enseignement alors exclusivement en arabe55. Après une année supplémentaire à l’Islamic College of Malaya (aujourd’hui Kolej Islam Sultan Alam Shah, à Klang), il intègre l’Université al-Azhar du Caire où il obtient une licence d’études islamiques en 1969. De retour au Brunei, il rentre au ministère des Affaires religieuses. Après neuf ans d’administration (en 1979), il se voit proposer une année de formation complémentaire en droit musulman à l’Université al-Azhar. À son retour, il est d’abord nommé cadi (i.e. juge au tribunal islamique), puis successivement promu vice-chef cadi (1983), directeur du département de la Syariah (1986), mufti adjoint (1989), avant d’accéder au poste de mufti du royaume à la suite du décès de son prédécesseur en 1994. Le Sultan étant à la fois le « chef de la religion et la plus haute autorité du pays », la première mission du nouveau mufti est de « mettre en œuvre la loi de Dieu », la seconde, de « soutenir la position du Roi »56. Abdul Aziz bin Juned a ainsi la charge de rédiger – sous contrôle – l’unique prêche du vendredi, lu dans toutes les mosquées du royaume. Ses fonctions lui valent en sus de cumuler les distinctions : membre du Conseil de l’Universiti Brunei Darussalam (UBD), administrateur de la défunte Bank Islam Brunei Darussalam, etc. Son épouse, Datin Hajjah Maznah binti Haji Mohammad, issue d’une famille de notables de Labuan vraisemblablement d’ascendance arabe, conduit des récitations du Coran ou de doa selamat (prières d’action de grâces ouvrant toute manifestation officielle au Brunei) destinées à un public féminin.

Écrivain prolixe depuis plus d’un demi-siècle, maîtrisant bien l’arabe et mal l’anglais, Abdul Aziz bin Juned s’est spécialisé dans trois sortes d’ouvrages : les documents liés à l’exercice de sa profession, traités et manuels religieux, recueils de fatwa (points de droit musulman) ; les pièces ou saynètes de théâtre en un acte ; et la poésie, le plus souvent publiés sous le pseudonyme d’Adi Rumi (une référence non dénuée d’ambition à deux des plus grands poètes de la littérature classique persane, Saadi et Rumi, qui composaient à la fois en persan et en arabe). Ses travaux bénéficient d’une large diffusion par voie de presse, radio ou télévision, au Brunei, en Malaisie et dans la communauté malaise de Singapour. Grand adepte des réseaux sociaux, Adi Rumi communique régulièrement ses poèmes via twitter et facebook ; parmi les derniers en dates, « Lain Padang, Lain Belalang [Autre champ, autre sauterelle] » twitté le 13 mai 2013 de l’hôtel Shangri-La de Tokyo, où il accompagnait le Sultan à l’occasion des 40 ans du traité d’amitié nippo-brunéien. La poésie d’Adi Rumi lui a valu de recevoir (aux côtés d’autres lauréats) le prix thaïlandais des « Écrivains sud-est asiatiques de l’année » en septembre 2000, remis à l’hôtel Oriental de Bangkok.

Abdul Aziz bin Juned est ainsi un personnage à double face : la première est celle du plus haut dignitaire religieux du royaume et « chapelain » du Sultan et de sa famille, revêtu le plus souvent d’une austère robe sombre57 et d’une manière de chèche58 rouge ceint d’un tissu blanc ; la seconde est celle du poète nusantarien59 qui parcourt le Sud-Est asiatique et figure dans toutes les anthologies de littérature moderne, arborant une tenue décontractée, pantalon et chemise légère à col ouvert, et se voit décerner de multiples prix et récompenses.

Les deux faces du personnage se rejoignent dans une même maîtrise de l’art de l’encensement royal : plus le temps passe, plus les titah60 de Sa Majesté sont une source renouvelée d’inspiration pour le poète61. L’on passe ainsi du Negara Zikir (« Pays de la litanie », 2010) à l’évocation de l’idéologie d’État, le Melayu Islam Beraja (« Malais [signifie] musulman et monarchique », 2011) qualifiée de « couronne du pays » – une référence au célèbre texte malais Taj Al-Salatin, alias Mahkota raja raja (Couronne des rois, composé par Bukhari Al-Jauhari au tout début du XVIIe siècle) – pour arriver à la célébration rimée du code pénal islamique (2013). Autant dire que la proximité du Sultan et de son « chapelain » va croissant, à l’intérieur de la bulle d’étroite dévotion qui protège le souverain des menaces de ce monde tout en le préparant au suivant.

Publications d’Abdul Aziz bin Juned (sélection)

Koleksi Sajak-sajak Darussalam [Recueil de poésies du Pays de la Paix], 1979.

Senandung anak watan [Ce que fredonne un enfant du pays], 2000.

Dari jendela dunia : kumpulan puisi [De la fenêtre du monde : recueil de poésies], 2008.

Negara zikir [Pays de la litanie], 2010.

Melayu Islam Beraja : Mahkota negara [Malais, musulman et monarchique : la Couronne du pays], 2011.

Perintah qanun Jenayah Syari’ah ‘ Neraca Allah’ [Le gouvernement du code pénal islamique, la Balance de Dieu], avril 2013.

Affiche politique

« Knowledge Convention Appreciation Night » (Borneo Bulletin, 25 octobre 2013, borneobulletin. brunei-online. com)
Soirée de clôture de la « Majelis Ilmu [Convention de la Connaissance] ». Le ministre de l’Énergie (directement rattaché au Premier ministre, c’est-à-dire au Sultan), Pehin Datu Singamanteri Colonel (e.r.) Dato Seri Setia (Dr) Awg Hj Mohammad Yasmin bin Hj Umar (à droite), présente le certificat et la plaque commémorative de la manifestation au mufti (à gauche, en robe blanche), Pehin Datu Seri Maharaja Dato Paduka Seri Setia (Dr) Ustaz

Hj Awg Abdul Aziz bin Juned.
À droite de Pehin Yasmin est écrit Undang-Undang Jenayah Syariah Menjamin Keadilan dan Kesejahteraan untuk Semua (« Le code pénal islamique garantit la Justice et le Bien-être de Tous »), mercredi 24 octobre 2013.

Notes

1 Aide publique au développement.

2 Montants cumulés depuis 1990, investissements réalisés (et non pas approuvés), le taux de réalisation des IDE étant particulièrement bas au Cambodge : 15 %.

3 The Economist, 18 août 2012.

4 Lim Jock Seng, ministre des Affaires étrangères en second du Brunei, cité dans The Economist, 9 février 2013.

5 Lors de la 46e réunion ministérielle de l’Asean (AMM) le 1er juillet 2013.

6 Chairman’s Statement of the 23rd ASEAN Summit, « Our People, our Future Together », Bandar Seri Begawan, 9 octobre 2013, p. 9-10, www.asean.org/news/asean-secretariatnews/item/chairman-s-statement

7 « ASEAN: Integration goal is mirred in constraints », Oxford Analytica, 26 février 2012.

8 Cahier des charges présenté dans l’ASEAN Economic Community Blueprint, Jakarta,

9 Secrétariat de l’Asean, janvier 2008, 56 p.

Noelan Arbis, « Brunei’s ASEAN Chairmanship Scorecard », Jakarta, Center for Strategic and International Studies (CSIS), http://cogitasia.com/brunei-asean-chairmanship-scorecard

10 MOFAT, « Situation in Syria », 31 août 2013, http://www.mofat.gov.bn/index.php/news/news-highlights/item/881-situation-in-syria

11 Department of Statistics, Department of Economic Planning and Development, Brunei Darussalam Key Indicators 2012, release 2, p. 8.

12 Brunei Darussalam 2013, « Brunei Darussalam: Growing expectations », Oxford Business Group, 30 juillet 2013.

13 World Oil Outlook 2013, OPEC, p. 123.

14 Voir le détail des calculs dans Marie-Sybille de Vienne, Brunei de la thalassocratie à la rente, Paris, CNRS Édition, 2012, p. 168-170.

15 Wawasan [vision] Brunei 2035, Brunei Economic Development Board, 2008.

16 Brunei Darussalam 2013, « Brunei Darussalam: Diversification efforts gather strength », Oxford Business Group, 9 avril 2013.

17 Usine de méthanol alimentée au gaz naturel, co-entreprise entre Brunei Petroleum et Mitsubishi Gas Chemical and Itochu, pour un investissement total de 450 millions $ US.

18 Depuis le 1er janvier 2013, les PME basiques doivent avoir plus de 90 % de salariés et une direction strictement brunéiens. Les firmes « à potentiel de croissance » et au chiffre d’affaires (CA) supérieur à 10 millions BND (8 millions $ US) doivent compter 90 % de salariés et de cadres brunéiens ; les firmes à plus fort contenu technologique et au CA supérieur à 10 millions BND, entre 50 et 90 % de salariés brunéiens, et à terme 50 % de cadres ; seules les firmes de très haute technologie et au CA inférieur à 10 millions BND ne se voient pas attribuer d’objectifs chiffrés.

19 « Wealthy Brunei facing brain drain », Free Malaysia Today News, 14 novembre 2013.

20 Une des très rares critiques exprimées par la presse, cf. « Law Society Makes Firm Stand on PA », Brunei Times, 11 mai 2011.

21 « Should Brunei Punish its "Runaway" Scholars? », commentaire de « Mujahidjohar », http://globalvoicesonline.org/2013/10/06/should-brunei-punish-its-runaway, 6 octobre 2013.

22 Le Sultan est né le 15 juillet 1946.

23 « A look into some of "Hadd" Punishments », Borneo Bulletin, 24 octobre 2013.

24 Le texte intégral de la loi n’ayant pas encore été publié, la typologie des délits présentée ici a été reconstituée par l’auteur sur la base des informations éparses communiquées par voie de presse.

25 Les durées d’emprisonnement mentionnées sont toutes des maxima.

26 La loi fait ainsi de la femme une éternelle mineure, dotée d’un époux ou de tuteurs légaux.

27 Y compris en cas de personne mariée, mais dont le mariage n’a pas encore été consommé.

28 Ce point évoque les mariages d’enfants, consommés dès que la mariée devient pubère, dont on trouve encore trace dans les statistiques démographiques contemporaines : en 2007, Brunei compte 3 mariages musulmans avec des filles de moins de 15 ans (Brunei Darussalam Statistical Yearbook 2007, p. 30) ; en 2009, 3 également (plus un mariage où le marié a moins de 15 ans, Brunei Darussalam Statistical Yearbook 2009, p. 24).

29 La deuxième récidive sera punie d’emprisonnement pour une durée maximum de 15 ans.

30 « A closer look in some of "Hadd" Punishments », Borneo Bulletin, 24 octobre 2013.

31 Les bomoh brunéiens avaient déjà fait l’objet d’une campagne condamnant leur activité fin 2007 (v. « Prophet's Way, Not ‘ Bomoh’s Way », Brunei Times, 27 décembre 2007). La magie est par ailleurs très répandue en milieu malais traditionnel (v. Kirk Michael Endicott, An Analaysis of Malay Magic, Londres, Oxford University Press, 1970, 188 p.) ; ici il s’agit de magie noire, c’est-à-dire avec intention de nuire.

32 Borneo Bulletin, 24 octobre 2013.

33 Ensemble des traditions orales relatives aux actes et paroles du prophète.

34 « Introduction of Syariah penal approved in Brunei », Jakarta Post, 23 octobre 2013.

35 Les autres États insulindiens pratiquaient un droit coutumier mélangeant des éléments de droit musulman à des pratiques et traditions locales.

36 Elle demeure encore pratiquée dans des plusieurs pays non musulmans du Commonwealth pour de petits délits, notamment à Singapour.

37 « Sultan tours Exhibition at knowledge Convention », Brunei Direct, 23 octobre 2013, http://mail.brudirect.com/national/national/national-headlines/9300-sultan-tours-exhibition-at-knowledge-convention

38 « Syariah Judge: Allah’s Laws have their purpose », Borneo Bulletin, 13 novembre 2013.

39 Ainsi que les écoutes téléphoniques et le criblage des courriels, systématique grâce aux techniques de pointe.

40 Pour une courte présentation de sa biographie, v. M.-S de Vienne, « Brunei 2011, Accroissement de la richesse, renforcement de l’idéologie », in Jérémy Jammes et Benoît de Tréglodé (dir.), L’Asie du Sud-Est 2012, Paris-Bangkok, Les Indes savantes-Irasec, 2012, p. 127.

41 « Practising a dual criminal justice system », Borneo Bulletin, 23 octobre 2013.

42 Parti Islam Seluruh Malaysia [Parti de l’Islam pour toute la Malaisie, le premier parti d’opposition malaisien, à base ethnique malaise.

43 Prime Minister’s Office, www.pmo.gov.bn/Theme/Home.aspx

44 V. les commentaires suivant l’article « Syariah Judge : Allah’s Law have their purpose » ; Borneo Bulletin 13 novembre 2013.

45 Journal appartenant au prince Mohammed, ministre des Affaires étrangères et aîné des frères du Sultan.

46 V. www.brudirect.com/national/whats-hot/have-your-say-hot-topics/10581-let-s-havea-healthy-debate-on-syariah-law

47 « Pink Panther », qui s’exprime en dialecte malais de Brunei, prouvant ainsi son identité ethnique : « Ce convenable mufti qui fait des discours, on l’a interrogé sur la circoncision des Brunéiens au Royaume-Uni. Il a répondu pandai makan, pandai simpan [bon à manger, bon quand c’est court...] », ibid.

48 À Brunei, le gouvernement a pris en charge les familles des militants emprisonnés après l’insurrection de 1962 ; parmi ces derniers, le père de l’actuelle attorney general Hayati Salleh.

49 « Syariah judge: Allah’s laws have their purpose », Borneo Bulletin, 13 novembre 2013.

50 Le point est mentionné à deux reprises dans l’article « Experts laud Brunei for introducing Syariah law », Borneo Post online, 25 octobre 2013.

51 La foi suffit, i.e. le salut par la foi.

52 L’écriture (i.e. le livre saint) suffit.

53 Correspondant à la classe 6 de la classification internationale, soit les « produits manufacturés par matériaux », comprenant les principaux entrants industriels semi-finis (verre plat, céramiques, produits métallurgiques, etc.), étant entendu que ladite classification internationale est obsolète depuis plus de 30 ans.

54 Fondée en 1927, actuellement Madrasah aljunied al Islamiyah.

55 Tout en conservant un volume « enseignement » important en arabe, l’école suit désormais le cursus singapourien, en anglais et en malais.

56 « Mendukung Wawasan Raja », la seconde des huit attributions du mufti, Jabatan Mufti Kerajaan [Bureau du Mufti du Royaume], décembre 1997, www.brunet.bn/gov/mufti/alhadaf/dis97/h_ans4.htm

57 Il était toutefois vêtu de blanc lors de la Knowledge Convention d’octobre 2013, lançant la promulgation du code pénal islamique.

58 Une tenue classique chez les dignitaires religieux du monde malais.

59 De nusantara (archipel), néologisme désignant le monde malais au sens large.

60 Ordre, terme utilisé en malais depuis le XIVe siècle pour traduire le terme arabe amr (« commandement »). À Brunei, discours ayant valeur de commandement prononcé par le Sultan ou la Reine, i.e. « rescrit », « réponse donnée dans un cas particulier à un fonctionnaire ou à un juge embarrassé [par l’autorité impériale et à valeur exécutive] » (cf. Jean Gaudemet « Romain [droit] », Encyclopædia Universalis 2007), terme qui semble correspondre le mieux aux usages brunéiens.

61 Redzuan Bin Haji Rosli, « Majlis Pelancaran Buku Puisi Perintah qanun Jenayah Syari’ah "Neraca Allah" [Réunion de lancement du recueil de poésie Le gouvernement du Code pénal islamique, la Balance de Dieu] », 8 avril 2013, Royal Brunei Polo, Jerudong, www.khedn.gov.bn/bkhedn/index.php?option=com_content&view=article&id=523:majlis-pelancaranbuku-puisi-perintah-qanun-jenayah-syariah-qneraca-allah& catid=44:berita-terkini

Table des illustrations

Titre Le Brunei
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende « Knowledge Convention Appreciation Night » (Borneo Bulletin, 25 octobre 2013, borneobulletin. brunei-online. com)Soirée de clôture de la « Majelis Ilmu [Convention de la Connaissance] ». Le ministre de l’Énergie (directement rattaché au Premier ministre, c’est-à-dire au Sultan), Pehin Datu Singamanteri Colonel (e.r.) Dato Seri Setia (Dr) Awg Hj Mohammad Yasmin bin Hj Umar (à droite), présente le certificat et la plaque commémorative de la manifestation au mufti (à gauche, en robe blanche), Pehin Datu Seri Maharaja Dato Paduka Seri Setia (Dr) Ustaz
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2483/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

Auteur

Professeur des universités et enseigne l’histoire économique et la géopolitique de l’Asie du Sud-Est à l’Institut national des langues et civilisations orientales de Paris (Inalco). Après y avoir dirigé le Centre de préparation aux échanges internationaux (CPEI), elle est actuellement vice-présidente en charge des affaires internationales. Depuis 2006, elle dirige également la revue Péninsule (http://peninsule.free.fr/). Auteur d’une dizaine d’ouvrages sur le Sud-Est asiatique et la Chine du Sud, elle a notamment publié Les Chinois en Insulinde, échanges et sociétés marchandes au XVIIe siècle (Paris, Les Indes savantes, 2008). Elle a participé à Cambodge contemporain (Alain Forest (dir.), Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, 2008) et à Thaïlande contemporaine (Stéphane Dovert et Jacques Ivanoff (dir.), Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, 2011) et vient de publier Brunei, de la thalassocratie à la rente (Paris, CNRS Éditions, 2012). Ses recherches explorent deux axes de réflexion : sur le temps court, les phénomènes de crise (politique, économique et sécuritaire) ; sur la longue durée, l’évolution des sociétés sud-est asiatiques depuis l’époque moderne appréhendée sous le double prisme du jeu des échanges commerciaux et des institutions politiques.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site