Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2014 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Jérémy Jammes
, 
François Robinne

Troisième partie. La région

Birmanie

Place au réalisme ?

Renaud Egreteau

Texte intégral

  • 1 Comme recommandé par l’Académie française, nous préférons employer ici les termes francisés de « Bi (...)

1La Birmanie1 vient de traverser une période d’optimisme quasi-euphorique ces deux dernières années. Depuis la libération d’Aung San Suu Kyi en novembre 2010 et surtout la transition initiée par le gouvernement du nouveau président élu, Thein Sein, qui a succédé à la junte du général Than Shwe en mars 2011, le pays est redevenu fréquentable sur la scène internationale. Il suscite de nouvelles convoitises commerciales et les grandes puissances occidentales semblent redécouvrir son intérêt stratégique. Toutefois, l’euphorie présentant la Birmanie comme un eldorado aux ressources inépuisables, et surtout comme un modèle de transition démocratique pour la région, laisse peu à peu place à un réalisme plus cru. Malgré d’incontestables avancées politiques depuis les élections de 2010, la grande majorité des maux dont elle souffre depuis son indépendance en 1948 pèse toujours sur le pays au quotidien.

2Certes, les pourparlers de paix entre le pouvoir central et la plupart des minorités ethniques ont accéléré en 2013. De même, la réconciliation entre les militaires et l’opposition historique incarnée par Aung San Suu Kyi ainsi que son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (NLD) se poursuit. Enfin, de nombreuses réformes progressistes ont été adoptées par un Parlement national cherchant désormais ouvertement à consolider son rôle de force d’opposition institutionnelle au pouvoir exécutif – une première depuis les années 1950.

3Toutefois, ces soudaines mutations politiques ont fortement fragilisé la société birmane, comme l’illustre par exemple l’éruption régulière de violences sectaires entre communautés bouddhistes et musulmanes à travers le pays. De surcroît, loin d’être une « ruée vers l’or », l’arrivée d’investisseurs étrangers s’affiche très désordonnée, beaucoup étant, au final, rebutés par les déficiences phénoménales du pays en matière d’infrastructures, de capacités humaines et de législation. Enfin, l’armée birmane reste toujours largement aux commandes, même si sa hiérarchie s’est retirée du devant de la scène. Petit à petit, le monde réalise que les processus de démocratisation, de pacification et de développement prendront bien plus de temps que l’euphorie de la transition de 2011 ne l’a suggéré.

1 - Activisme parlementaire et continuation de l’ouverture

4L’année 2013 a été marquée par la continuation de l’élan réformiste initié en 2011 par le gouvernement de Thein Sein. En avril 2013, l’assouplissement de la censure d’État était confirmé par l’autorisation de la diffusion de quotidiens privés à travers le pays – une première depuis 1964. En particulier, le Voice Daily, The Standard Times et Golden Fresh Land, tous trois en langue birmane, ont vu le jour. De nouveaux prisonniers politiques ont été libérés au cours de l’année : quelques dizaines en avril, mai, juillet, octobre puis novembre 2013. Le président Thein Sein, désormais à mi-mandat, a fait la promesse de tous les libérer avant la fin de l’année 2013. Les efforts de réconciliation nationale se poursuivent aussi : le 8 août 2013 fut en effet organisée l’une des plus importantes commémorations de la répression du mouvement pro-démocratique de l’été 1988. Vingt-cinq ans après la tragédie, anciens leaders étudiants, activistes exilés, journalistes et diplomates présents sur place, ayant pour certains assisté au massacre du 8 août 1988 (8-8-88), ainsi que responsables de partis d’opposition se réunissaient à Rangoun autour d’Aung San Suu Kyi et de deux ministres du gouvernement. Un premier essai d’introspection était ainsi proposé, mais sans repentance ni quête de justice.

  • 2 « Thein Sein makes first big administrative reshuffle », The Irrawaddy-on-line, 2 avril 2013 ; et « (...)

5Diverses mesures symboliques furent aussi adoptées par le gouvernement Thein Sein en 2013, comme le démantèlement au mois de juillet de la très redoutée police des frontières (Na Sa Ka), particulièrement active dans l’État Arakan (Rakhine), aux confins du Bangladesh. Dans une région minée par les tensions intercommunautaires, la suppression d’une force de sécurité largement impliquée dans les violences à l’encontre de la minorité des Rohingya fut considérée comme un geste d’apaisement octroyé par le pouvoir central. Par ailleurs, après un écrémage de la fonction publique d’État décidé par Thein Sein en avril 2013, un nouveau remaniement ministériel eut lieu trois mois plus tard2. Il consistait cependant encore une fois en un vaste jeu de chaises musicales, destiné à replacer les proches conseillers du président à des postes ministériels cruciaux, tout en faisant émerger quelques experts et technocrates dans des fonctions où l’incompétence, voire la léthargie, de certains ministres devenaient trop visibles. Enfin, en septembre 2013, Thein Sein nomma pour la seconde fois un membre de l’opposition (ethnique de surcroît) à un poste de vice-ministre (en charge de l’Hôtellerie et du Tourisme). La nomination d’un député shan (qui rejoignait au même poste un autre député birman de la Force démocratique nationale – NDF) montrait que Thein Sein était prêt à faire bouger les lignes politiques entre partis d’opposition et de gouvernement.

  • 3 Entretien de l’auteur avec Khin Aung Myint, président de la Chambre haute, Naypyitaw, août 2013.
  • 4 Renaud Egreteau, « Patterns of military behavior in Myanmar’s new legislature », Asia-Pacific Bulle (...)
  • 5 « Myanmar will continue to face land grab : commission », Eleven Myanmar, 27 septembre 2013.

6Surtout, à mi-parcours de la première législature « post-junte » (2010-2015), le Parlement national a confirmé son rôle d’institution étatique incontournable. Loin de se montrer moribondes ou à la solde d’un pouvoir exécutif tout puissant, les deux chambres du Parlement formées après les élections controversées de 2010 ont cherché, sessions après sessions, à consolider leurs prérogatives législatives, et ce au point de se positionner en force d’opposition brute au gouvernement de Thein Sein3. La renaissance du pouvoir législatif et surtout de la notion de contrôle de l’exécutif par une institution parlementaire est un fait nouveau, mais très bien venu dans une Birmanie se cherchant de nouveaux repères politiques. Par-delà les balbutiements de l’après-élections de 2010, le Parlement national façonne un nouvel espace politique, en véritable juge et « censeur » des décisions prises par le gouvernement et les propositions de loi qu’il élabore, et ce malgré la domination outrageante du parti majoritaire supposé proche du pouvoir et la présence dans toutes les assemblées d’officiers militaires nommés, et non élus4. Le Parti pour la solidarité et le développement de l’Union (USDP) domine en effet avec plus de 50 % des sièges les deux chambres du Parlement national. Mais il s’est montré prêt à renvoyer à de maintes reprises les propositions de lois rédigées par le cabinet ministériel de Thein Sein. À mesure que la censure disparaît, le Parlement se pose donc en un nouveau lieu d’expression de la contestation, du moins du désaccord, avec un exécutif – et des forces armées – jusqu’alors intouchables. Ainsi, régulièrement au cours des sixième (janvier-mars 2013), septième (juin-aout 2013), puis huitième sessions parlementaires (octobre-novembre 2013), des députés ont publiquement dénoncé la confiscation de terres par les militaires dans leurs circonscriptions. Une commission parlementaire fut même créée en mars 2013 afin de recenser les nombreuses doléances à l’encontre de l’armée5.

  • 6 « Politicians debate NLD congress », The Myanmar Times, 18 mars 2013.

7Néanmoins, un cruel manque d’expertise et une approche d’opposition systématique au gouvernement freinent l’efficacité législative des nouvelles assemblées. De même, la résurgence du factionnalisme et la consolidation de réseaux clientélistes autour de personnalités charismatiques (Aung San Suu Kyi et Shwe Mann, président de la Chambre basse depuis janvier 2011, entre autres) se dessinent déjà – trahissant une constante dans la façon dont les activités politiques se construisent en Birmanie. D’ailleurs, l’absence de renouvellement générationnel au sein de la NLD, qui s’est réunie en congrès en mars 2013 sans fondamentalement bouleverser son organigramme, montre bien que le parti peine à dépasser l’hypertrophie liée au charisme d’Aung San Suu Kyi6.

2 - Persistance de la question institutionnelle

  • 7 « Suu Kyi says amending the Constitution is possible », Eleven Myanmar, 2 août 2013.

8Si les nouvelles institutions créées par la Constitution de 2008, telles la présidence de l’Union et le Parlement, semblent peu à peu consolider leur autonomie et ainsi s’affirmer dans le contexte « post-junte », nombre de clauses constitutionnelles n’en restent pas moins fortement controversées. En faisant le choix de participer aux élections partielles d’avril 2012, la NLD avait bien précisé que l’un de ses objectifs primordiaux, une fois au Parlement, était de faire amender cette Constitution, pensée par et pour les forces armées. Le voyage d’Aung San Suu Kyi en Europe, en octobre 2013, confirmait la position de l’opposante. Son objectif primordial restait, déclara-t-elle alors qu’elle recevait du Parlement européen le Prix Sakharov 1990, qu’elle n’avait pu recouvrer il y a 23 ans celui de faire réviser les articles les plus problématiques de cette Constitution. Elle cherchait en cela le soutien des pays européens. Face à la montée des critiques, le Parlement national installé à Naypyitaw annonça, en juillet 2013, la formation d’un comité parlementaire spécialement chargé de proposer une révision constitutionnelle. Composé de 109 membres, dont sept députés de la NLD et 52 du parti majoritaire, l’USDP, il a entamé ses travaux deux mois plus tard7.

9Nombre d’articles de la Constitution s’avèrent en effet problématiques, en particulier ceux garantissant de vastes prérogatives législatives et une immunité constitutionnelle aux forces armées, ou bien encore la trop faible décentralisation du pouvoir malgré la présence d’une structure politique et législative de type fédéral. Mais c’est un alinéa bien particulier de la Constitution qui a retenu l’attention du monde extérieur : l’article 59f. Celui-ci prévient en effet que tout citoyen birman ayant un conjoint (ainsi que des enfants) de nationalité étrangère ne peut se porter candidat à la présidence de l’Union. Baptisé par nombre d’observateurs « clause Aung San Suu Kyi » – les enfants de cette dernière étant citoyens britanniques de par son mariage avec l’universitaire anglais Michael Aris, décédé en 1999 – cet article reflète pourtant une volonté politique largement répandue en Birmanie, comme ailleurs dans le monde postcolonial, celle de réserver les plus hautes fonctions de l’État à des membres de la communauté nationale sans lien familial, et donc de loyauté, avec l’étranger. Rien n’indique donc que le parti majoritaire, ainsi que nombre de partis d’opposition indépendants de la NLD soutiennent une révision de cet article. Les propositions de réformes du comité de révision constitutionnel ne seront cependant pas connues avant le début de l’année 2014.

  • 8 Republic of the Union of Myanmar President Office Order No. 12/2013, 25 février 2013 (www.president (...)

10Par ailleurs, en septembre 2012, la démission collective des neuf membres du Tribunal constitutionnel avait attesté des quelques errements institutionnels « post-junte » dans lesquels la nouvelle élite en charge du pouvoir s’était empêtrée. Le Parlement national, sous l’égide de Shwe Mann et d’Aung San Suu Kyi qui avaient ensemble mené la fronde contre le Tribunal au cours de l’été 2012, avait refusé de se soumettre à une décision de celui-ci – pourtant seule instance compétente en affaires constitutionnelles. Le Tribunal s’était alors auto-dissous. Il reprit vie en février 2013 avec la nomination de nouveaux membres entérinée par le président Thein Sein8. Mais les vieilles habitudes hiérarchiques et clientélistes perdurent. Il sera en effet difficile pour cette Cour constitutionnelle d’affirmer son autorité dans un avenir proche face aux deux pouvoirs exécutif et législatif, puisqu’ayant cédé à une procédure d’« empêchement » (impeachment) dès la première décision qu’elle voulut rendre peu après sa formation.

  • 9 Min Zin, « Burma’s presidential race takes off », Foreign Policy, 21 juin 2013.
  • 10 Gwen Robinson, « The contenders », Foreign Policy, 12 juillet 2013.

11Enfin, les acteurs politiques du moment se positionnent peu à peu dans la course à la présidence et aux principaux postes politiques décisionnels qui seront à pourvoir une fois la première législature « post-junte » achevée en 2015. Deux ans avant l’échéance, il y a de fortes chances que les ambitions de pouvoir déjà affichées se cristallisent en rivalités personnelles. Ancien chef d’état-major de l’armée et actuel président de la Chambre basse, Shwe Mann a déjà publiquement annoncé son souhait de briguer la succession du président Thein Sein en 20159. Devenu patron de l’USDP en mai 2013, il a pris la présidence tournante du Parlement national réuni en congrès (Pyidaungsu Hluttaw) le 1er août 2013, succédant ainsi à Khin Aung Myint, actuel président de la Chambre haute qui exerçait cette fonction depuis janvier 2011. Dans le même temps, Aung San Suu Kyi a elle aussi officiellement déclaré son intention de devenir présidente de l’Union en 201510. Étant exclue constitutionnellement (article 59f oblige), elle a d’ores et déjà entamé une vaste campagne afin de réviser cet article avant 2015. Rien n’assure qu’elle puisse obtenir gain de cause auprès d’une élite politique et militaire birmane profondément nationaliste et réticente à se priver d’un article empêchant tout futur chef d’État birman d’avoir une quelconque connexion étrangère. Se profile ainsi une profonde crise sur fond d’embarras diplomatique pour la communauté internationale si aucun accord ne peut être trouvé, et surtout si Aung San Suu Kyi décide de brusquement se retirer du jeu politique afin de revenir aux stratégies initiales de boycott et d’opposition frontale au pouvoir en place.

3 - De nouveaux efforts dans le dialogue interethnique

  • 11 Anthony Davis, « Pyrrhic victory in Myanmar », Asia Times, 30 janvier 2013.
  • 12 Yun Sun, « Chinese Intervention in the Myanmar-Kachin Peace Talks », Asia-Pacific Bulletin, no 200, (...)
  • 13 Pour un rappel de la question kachin et sur la résurgence du conflit depuis 2011 : International Cr (...)

12L’hiver 2012-2013 a été marqué par une violente reprise du conflit entre l’Armée d’indépendance kachin (KIA – Kachin Independence Army) et les troupes birmanes, provoquant plusieurs centaines de morts et des dizaines de milliers de nouveaux déplacés le long de la frontière chinoise. L’armée birmane s’est en effet rapprochée à quelques kilomètres du quartier général de la KIA situé à Laiza, sur la frontière avec le Yunnan voisin11. Le fief de la rébellion kachin n’est pourtant pas tombé et les pourparlers furent relancés au printemps 2013. Il semble que l’insistance de la Chine, inquiète de l’instabilité grandissante à ses frontières, ait été déterminante12. Celle-ci a peu à peu ouvertement rompu avec sa traditionnelle position de non-ingérence dans les affaires intérieures de ses voisins afin de proposer une médiation entre le gouvernement de Naypyitaw et les rebelles kachin à partir du mois d’avril 2013. Après de premières négociations sous le patronage d’envoyés diplomatiques de Pékin, un fragile accord de cessez-le-feu fut finalement signé le 7 octobre entre la KIA et le représentant du président Thein Sein, l’ex-général Aung Min13.

  • 14 Tin Maung Maung Than, « Ethnic Insurgencies and Peacemaking in Myanmar », ISEAS Perspective, no 21, (...)
  • 15 Larry Jagan, « Myanmar’s Shan see long path to peace », Asia Times, 6 septembre 2013.
  • 16 « Government and KNPP hold third round of peace talks », Eleven Myanmar, 23 octobre 2013.
  • 17 « Burma Police: bombers trying to care investors », The Washington Post, 18 octobre 2013, et « Bomb (...)

13Du côté de la frontière thaïlandaise, les négociations de paix, notamment avec les Karen, les Shan et les Karenni, avaient avancé bien plus vite. Dès 2012, de nombreux cessez-le-feu avaient effectivement été conclus. L’équipe de négociateurs du gouvernement réunie, entre autres, autour d’Aung Min et du Myanmar Peace Centre (voir « Portraits » ci-après) s’est attachée à poursuivre le dialogue avec les différents groupes ethniques de cette zone proche de la Thaïlande. Le but affiché est d’enfin pouvoir dépasser les simples « cessez-le-feu » et proposer des stratégies de développement socio-économique dans les régions nouvellement pacifiées ; puis surtout de jeter les bases d’une entente politique durable entre ethnies minoritaires et majorité bamar, celle-ci dominant toujours les couloirs du pouvoir à Naypyitaw14. Le chef de l’Armée shan du sud (SSA-S – Shan State Army-South), le général Yawd Serk, fut ainsi accueilli à Naypyitaw en juin 2013, afin d’y rencontrer Thein Sein15. Le même mois, le Parti national progressiste karenni (KNPP – Karenni National Progressive Party) signa un nouvel accord avec Aung Min, confirmé par de nouveaux pourparlers en octobre 2013.16 L’Union nationale karen (KNU – Karen National Union), poursuivait aussi le dialogue, malgré de fortes dissensions en son sein. En octobre 2013, un individu proche de ce mouvement karen en rébellion armée depuis 1947 avouait être l’auteur d’une série de petits attentats à la bombe perpétrés à Rangoun17.

  • 18 « Myanmar’s ethnic conflicts: waiting for the dividend », The Economist, 5 octobre 2013.
  • 19 « Myanmar’s powerful Wa rebels seek their own state », AFP, 29 mai 2013.
  • 20 « Small agreements after Myitkyina meeting », The Myanmar Times, 5 novembre 2013.
  • 21 Elliott Brennan, « Minerals, militants and Myanmar peace », Asia Times, 23 octobre 2013.

14Les négociations piétinent toutefois, butant sur des points d’achoppement classiques : gestion des ressources locales, rivalités entre élites locales et bamar pour l’attribution de concessions, contrôle des voies de communication, retrait de l’armée birmane et démobilisation des diverses milices ethniques18. De surcroît, reprenant une politique éprouvée par le précédent régime militaire, le gouvernement de Thein Sein a d’abord choisi de négocier au cas pas cas, avec chaque force combattante ethnique et politique individuellement. Les essais de dialogue commun, en particulier par le truchement de la plate-forme interethnique du Conseil fédéral des nationalités unies (UNFC – United Nationalities Federal Council, basée en Thaïlande) ne semblent pas encore porter leur fruit, malgré quelques rencontres organisées le long de la frontière birmano-thaïlandaise et à Chiang Mai, en mai, juillet, puis septembre 2013. L’UNFC cherche à proposer une Constitution alternative à celle de 2008, de type fédéraliste, mais peine toujours à unifier les différentes voix ethniques, somme toute elles aussi fort discordantes. Les Wa, par exemple, ont récemment annoncé qu’ils souhaitaient voir la création d’un État Wa au sein de l’Union birmane, au même titre que les minorités kachin, shan ou karen19. Pourtant une conférence réunissant une quinzaine de groupes ethniques armés et le gouvernement central était organisée début novembre 2013 à Myitkyina, dans l’État Kachin. Le dialogue se poursuivait, mais sans avancée concrète20. Si 2014 s’annonce pour la première fois depuis l’indépendance en 1948 comme une année au cours de laquelle la paix semble à portée de main dans l’ensemble du territoire birman, les difficultés apparaissent encore trop grandes pour parvenir à l’établissement d’une union fédérale stable, fonctionnelle et apaisée21.

4 - Violences intercommunautaires et montée de l’islamophobie

  • 22 « Kristallnacht in Myanmar », The New York Times, 29 mars 2013.
  • 23 Human Rights Watch, « All You Can Do Is Pray »: Crime against Humanity and Ethnic Cleansing of Rohi (...)
  • 24 « Meiktila erupts », The Myanmar Times, 25 mars 2013.
  • 25 Entretien avec le député NLD de la circonscription de Meiktila, Naypyitaw, août 2013.
  • 26 « After riots; fear stalks Thandwe Muslims », The Myanmar Times, 21 octobre 2013.

15Par-delà la question ethnique historique, la résurgence des violences sectaires entre communautés musulmanes et bouddhistes inquiète fortement les observateurs internationaux – au point que nombre d’entre eux s’interrogent sur la probabilité de voir l’élan réformiste insufflé par le gouvernement Thein Sein depuis 2011 freiné, si ce n’est inversé22. Cantonnées en 2012 à l’État de l’Arakan (Rakhine), frontalier du Bangladesh23, les tensions intercommunautaires se sont propagées, sporadiquement, à l’ensemble du territoire au cours de l’année 2013. D’anciens conflits étouffés par la dictature militaire avant 2011 ou même oubliés par les jeunes générations de Birmans resurgissent peu à peu. En outre, ils ne concernent plus simplement la minorité apatride des Rohingya ; mais aussi d’autres communautés musulmanes d’implantation plus anciennes et reconnues par les autorités birmanes comme minorités nationales, telles les Kaman du sud-ouest birman. Les différentes communautés musulmanes de Birmanie – musulmans d’origine indienne ou chinoise, et Birmans islamisés – ont en effet fait l’objet de violents pogroms et sont victimes de vastes campagnes d’intimidation de la part de populations locales bouddhistes. À Rangoun, en février puis avril 2013, dans la ville de Lashio dans l’État Shan au cours de l’été, mais surtout en mars à Meiktila dans le centre du pays, des pans entiers de quartiers musulmans ont été mis à sac et brûlés par des foules haranguées par quelques meneurs religieux. Face à un bilan d’une cinquantaine de morts et 12 000 déplacés, l’état d’urgence fut imposé par le gouvernement central dans le district de Meiktila24. Il fut reconduit par un vote du Parlement en juin 2013, pour n’être levé que fin juillet 201325. Enfin, alors que le président Thein Sein se rendait en septembre 2013 dans l’Arakan (Rakhine) pour y encourager les efforts de réconciliation, de nouveaux heurts éclatèrent dans la ville de Thandwe26.

  • 27 Le choix des chiffres est symbolique. Il fait d’abord écho au « 786 » ornant les devantures de tous (...)
  • 28 Matthew J. Walton, « Buddhism turns violent in Myanmar », Asia Times, 2 avril 2013.
  • 29 Time Magazine, The Face of Buddhist Terror, 1er juillet 2013.

16Cette violence sectaire semble coïncider avec le renforcement d’un mouvement politico-religieux radicalisé d’obédience bouddhique, symbolisé par le chiffre « 969 »27. Des extrémistes bouddhistes birmans, dont quelques bonzes charismatiques, ont développé un discours violemment islamophobe, très mobilisateur28. Ils dénoncent lors de meetings publics ou à travers des réseaux sociaux désinhibés par la levée de la censure d’État, les « invasions » de populations musulmanes à la démographie perçue comme galopante, et la menace que celles-ci paraissent poser aux communautés bouddhistes locales. Prônant le boycott de commerces musulmans, certains moines de ce mouvement vont jusqu’à encourager la destruction de quartiers musulmans, et une véritable chasse aux kala (terme péjoratif renvoyant aux populations musulmanes d’origine indienne et à la peau foncée) se généralise peu à peu. Cette situation met ainsi en porte-à-faux un gouvernement central très embarrassé, car en quête de respectabilité et ne souhaitant pas employer la manière forte pour calmer les tensions, et une population birmane sensible aux sirènes d’une islamophobie populiste. L’un des responsables du mouvement « 969 », le moine activiste Wirathu, fit même la Une du magazine américain Time en juillet 2013. En couverture, Wirathu était affublé du sous-titre « Le nouveau visage de la terreur bouddhiste »29. Déjà condamné par la précédente junte pour haine raciale, ce bonze ultranationaliste offre une image confondante d’une Birmanie bouddhiste violemment islamophobe.

  • 30 « Rakhine report recommends security; aid boost », Radio Free Asia, 29 avril 2013.
  • 31 International Crisis Group, « The Dark Side of Transition: Violence against Muslims in Myanmar », A (...)

17Une commission fut pourtant mandatée par Naypyitaw afin d’enquêter sur les événements meurtriers qui eurent lieu en Arakan en 2012. Composée d’experts gouvernementaux, de militants politiques et de quelques intellectuels et universitaires birmans, cette commission rendit son rapport le 29 avril 201330. Malgré des recommandations jugées positives, bien qu’insuffisantes, par la communauté internationale, la commission ne parvint pas à calmer l’agitation sociale. Le rapporteur spécial des Nations unies pour les droits de l’Homme en Birmanie, Tomas O. Quintana, s’est d’ailleurs par deux fois en 2013 (février, puis août) rendu dans l’Arakan (Rakhine), foyer primordial des violences communautaires à l’encontre des Rohingya. Très vite, par son choix de focaliser l’attention sur la détresse des Rohingya, il s’est vu férocement critiqué par les populations (mais aussi les élites) locales, particulièrement les milieux arakanais bouddhiques. Les Nations unies, et plus généralement les ONG, médias et organisations internationales venant en aide à cette minorité rohingya sont devenus l’objet de critiques fortement négatives dans le pays. Plus généralement, d’aucuns ne craignent donc qu’une exacerbation des tensions entre bouddhistes et musulmans n’enraye la marche transitionnelle et les efforts de libéralisation du pays en cours depuis 201131.

5 - La ruée vers l’or birman, et ses limites

  • 32 « World Bank revises GDP growth to 6,8% », The Myanmar Times, 13 octobre 2013.

18La transition, et l’ouverture politique qui l’accompagne, ont suscité un engouement grandissant auprès des différentes communautés d’affaires internationales qui peu à peu redécouvrent un pays riche en ressources si longtemps resté en marge des flux commerciaux mondiaux. Dernière « frontière » asiatique, « ruée vers l’or », « terres d’opportunités », la Birmanie a attiré ces derniers mois nombre d’investisseurs étrangers venus prospecter. Au début du mois de juin 2013, le Forum économique mondial se réunit pour la première fois à Naypyitaw. Plus d’un millier de délégués internationaux s’y rassemblèrent, louant le potentiel économique du pays et sa place retrouvée en Asie du Sud-Est. La Banque mondiale prévoit d’ailleurs pour l’année 2013-2014 une croissance du PNB birman de 6,8 %32.

  • 33 « How a Myanmar tycoon is profiting from change », Associated Press, 2 juin 2013.
  • 34 Simon Montlake, « General Electric’s Last Frontier: Return to Myanmar (Burma) », Forbes, 27 juin 20 (...)
  • 35 « Qatar’s Ooredoo eyes Myanmar network sharing with Telenor – exec », Reuters, 2 octobre 2013.
  • 36 « S. Korean bid wins contract to build Myanmar airport », Agence France Presse (AFP), 11 août 2013; (...)

19Les grandes multinationales, longtemps tenues à l’écart du marché birman par les politiques de sanctions occidentales, cherchent dorénavant à s’y réimplanter. En mars 2013, le patron de Google, Eric Schmidt, était ainsi en visite à Naypyitaw. Fin 2012, le groupe hôtelier Accor réussit son entrée dans le pays grâce à une joint-venture conclue avec le conglomérat Max Myanmar, dirigé par le magnat Zaw Zaw33. La construction de nouveaux hôtels de luxe, notamment deux Novotel à Rangoun et Mandalay, constitue le cœur du projet du groupe français en Birmanie. Par ailleurs, British American Tobacco, Unilever, General Electric, Philips, Coca-Cola, Ford et General Motors ont tous annoncé au cours de l’année 2013 leur retour dans le pays34. En juin 2013, le gouvernement birman annonça le résultat de l’appel d’offres du marché très lucratif des licences de télécommunication : Ooredoo (Qatar) et Telenor (Norvège) en furent les deux vainqueurs35. Deux mois plus tard, les Sud-Coréens de l’Incheon International Airport Corporation remportèrent le marché du nouvel aéroport de Rangoun (Hanthawaddy), alors que l’Inde étendait son réseau bancaire dans le pays grâce à sa banque d’import-export Exim.36

  • 37 « Nicole Bricq emmène une quinzaine d’entreprises en Birmanie », AFP, 25 juillet 2013.

20Pour ces grandes entreprises internationales, les investissements directs en Birmanie s’accompagnent immanquablement de grands projets humanitaires et de responsabilité sociale. Le pays, sous le feu des revendications militantes et prodémocratiques depuis deux décennies, est désormais appelé à devenir un banc d’essai des « investissements responsables ». Aung San Suu Kyi elle-même a appelé les milieux d’affaires internationaux à s’impliquer dans le développement socioéconomique du pays afin que celui-ci ne devienne pas un simple puits de ressources surexploitées, et ce sans compensation en retour. Les 30 et 31 juillet 2013, la visite de la ministre française du Commerce extérieur, Nicole Bricq, allait dans ce sens : développer le commerce et les investissements français en Birmanie en proposant des programmes d’assistance ciblés37.

  • 38 « Fury over Letpadaung copper report », The Myanmar Times, 18 mars 2013.

21Déjà, nombre d’investissements thaïlandais, et surtout chinois, effectués du temps de la junte ont fait l’objet de fortes critiques dans le pays, à l’instar des mines de cuivre de Letpadaung, situées près de la ville de Monywa, au nord-ouest de Mandalay. La société chinoise Wanbao Mining Corporation avait investi dans ce projet près d’un milliard de dollars du temps du régime de Than Shwe. En novembre 2012, de violents heurts eurent lieu entre la police locale et les paysans de la région dénonçant les évictions forcées, la pollution excessive du site et l’insuffisance des indemnisations proposées par la compagnie chinoise. Une commission parlementaire, dont Aung San Suu Kyi a été nommée présidente, fut chargée d’évaluer ce projet chinois. Elle rendit son rapport en mars 2013, préconisant le maintien sur le site de l’entreprise chinoise, mais recommandant à celle-ci d’améliorer les conditions de travail, de veiller au respect des normes environnementales et de mieux dédommager les paysans évincés de leurs terres désormais incultivables38.

  • 39 « Foreign investments in Myanmar surges, office rents sizzles », Reuters, 20 septembre 2013.

22Toutefois, après deux années de prospection, les investissements étrangers semblent bien moins conséquents qu’initialement envisagés. Excès d’optimisme ? Si elle pose de premières bases légales, la nouvelle loi sur les investissements, adoptée par le Parlement en novembre 2012, n’a pas atténué les inquiétudes des investisseurs étrangers potentiels – son esprit demeure en effet fortement protectionniste. Surtout, les déficiences évidentes des infrastructures du pays, la corruption toujours généralisée, les carences du secteur énergétique et la faiblesse d’une bureaucratie au final trop peu compétente et encore engluée dans ses relations de clientèle, rebutent nombre de petites et moyennes entreprises étrangères. De surcroît, la flambée des prix des loyers et de l’accès à la propriété à Rangoun, porte d’entrée principale de la Birmanie pour tout étranger, freine l’implantation de ces derniers39.

  • 40 « Japan’s Abe ends Myanmar visit with aid, debt write-off », Reuters, 26 mai 2013.
  • 41 « PM’s visit boost Dawei », The Bangkok Post, 18 décembre 2012; « Dawei speedup deal agreed », The (...)
  • 42 Lire à ce propos le dernier rapport du Fonds monétaire international sur la Birmanie : IMF Country (...)
  • 43 « Myanmar kyat resumes slide against US dollar », The Myanmar Times, 1er juillet 2013.

23Les partenaires du pays dans la région poursuivent cependant leur pénétration entamée dans les années 1990, alors que les puissances occidentales optaient pour des politiques de sanction. Le Japon se veut ainsi de nouveau à la pointe de l’aide au développement de la Birmanie, après une décennie de discorde avec la junte du général Than Shwe. En visite à Rangoun et Naypyitaw en mai 2013, le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, annonça une assistance humanitaire massive et l’effacement de quelque deux milliards de dollars de dettes birmanes40. Tokyo s’avouait toutefois réticent à investir dans des projets pharaoniques d’infrastructures, à l’exception du complexe de Thilawa, au sud de Rangoun. En septembre 2013, les Japonais se retiraient ainsi du grand projet portuaire de Dawei, situé le long des côtes sud-est du pays. Seule la Thaïlande continuait à développer ce grand complexe industriel, soutenu par la visite à Dawei de la chef du gouvernement thaïlandais, Yingluck Shinawatra, en décembre 2012, puis par celle de Shwe Mann à Bangkok en septembre 201341. Il n’empêche, de nombreux organismes internationaux prévoient encore une forte croissance de l’économie birmane dans les mois à venir42. La hausse du commerce extérieur, dopée par la levée quasi-totale des sanctions occidentales, était par ailleurs encouragée par une forte baisse du kyat, au cours du printemps 2013, de près de 20 %43.

6 - Renouer avec le monde : philanthropies et séductions diplomatiques

  • 44 « Suu Kyi urges world to pressure Myanmar leaders on reform », AFP, 21 octobre 2013.

24Au cours des deux dernières années, les liens entre l’ancien État paria et le monde extérieur ont été renoués, particulièrement avec les grandes instances internationales et les puissances occidentales. Mais le rétablissement de relations diplomatiques n’est pas le gage de l’essor de partenariats économiques et stratégiques durables. Tant le cabinet présidentiel birman que les grandes figures parlementaires birmanes, comme le président de la Chambre basse Shwe Mann et surtout Aung San Suu Kyi, se sont ainsi attachés à parcourir le monde à la recherche de promesses d’aide au développement et de soutiens dont la Birmanie manque cruellement en matière d’éducation, de santé et de formations bureaucratiques. Aung San Suu Kyi s’est ainsi rendue à Hawaï et en Corée du Sud en février 2013, au Japon en avril, puis à Singapour et en Europe centrale en septembre. En octobre 2013 elle effectua une tournée européenne de deux semaines la menant à Strasbourg, Londres et même Belfast, tandis qu’elle se rendait en Australie le mois suivant44.

  • 45 « China-Myanmar gas pipeline starts to deliver gas to China », Xinhua, 28 juillet 2013.

25Le président Thein Sein a, de son côté, aussi parcouru l’Europe, les États-Unis puis l’Australie et la Nouvelle-Zélande (mars, mai et juillet 2013), ainsi que la Chine en avril et en août 2013. Le partenariat avec Pékin reste l’un des plus cruciaux, mais aussi des plus problématiques, pour Naypyitaw. La Birmanie ne peut se passer du poids commercial que peut offrir la Chine – et particulièrement la province frontalière du Yunnan. La construction d’un double pipeline pétrole-gaz naturel reliant cette dernière au port arakanais de Kyaukphyu a été achevée en juin 2013 ; le pipeline est devenu opérationnel le mois suivant45. Pékin, qui a nommé un nouvel ambassadeur à Rangoun au début de l’année 2013, souhaite ainsi poursuivre d’étroits rapports avec Naypyitaw, malgré une résistance accrue de la part des élites birmanes. Celles-ci cherchent au contraire de plus en plus ouvertement à repenser cette relation bilatérale et s’éloigner de l’influence du grand voisin chinois, mais sans toutefois le vexer.

  • 46 Celeste Montera, « EU Restoration of Myanmar Preferential Trade Regime: Neglect of Human Rights Con (...)
  • 47 Michael F. Martin, U.S. Sanctions on Burma: Issues for the 113th Congress, Washington DC, Congressi (...)
  • 48 Catherine A. Traywick, « As new ASEAN chair, Myanmar braces for year of 1,000 meetings », Foreign P (...)

26Enfin, l’Union européenne a décidé, en avril 2013, la levée complète de ses sanctions commerciales et diplomatiques à l’encontre de la Birmanie après une suspension d’un an décidée en 2012. Le pays était ainsi réadmis dans le système européen de tarifs préférentiels en juillet 2013, ce qui a de fortes chances d’intensifier les échanges commerciaux46. Seul l’embargo sur les armes demeurait en place. Parallèlement, le président Thein Sein, puis Shwe Mann étaient accueillis à Washington avec tous les honneurs, respectivement en mai et juin 2013, marquant ainsi le retour en grâce de la Birmanie auprès d’une grande partie des dirigeants politiques américains. Le Congrès a ainsi renoncé en juillet 2013 à la plupart des sanctions contenues dans le Burma Freedom and Democracy Act élaboré par l’administration de George W. Bush en 2003. L’interdiction portant sur l’importation de pierres précieuses birmanes était en revanche maintenue, ainsi que diverses restrictions concernant certaines personnalités birmanes47. Les États-Unis s’affichaient décidés à reprendre la coopération militaire avec les forces armées birmanes, à l’instar de la Grande-Bretagne dont le chef d’état-major rencontrait son homologue birman à Naypyitaw au printemps 2013. Enfin, en octobre 2013, le Brunei officiellement passait à la Birmanie le flambeau de la présidence tournante de l’Asean pour l’année 2014. En premier test organisationnel de la capacité du pays à gérer plusieurs centaines de réunions en une seule année, la ville de Naypyitaw s’apprêtait dans le même temps à accueillir les Jeux du Sud-Est Asiatique au mois de décembre 2013 (voir « Affiche » en fin d’article)48.

Conclusion

  • 49 En sciences politiques, le néologisme de « civilianisation » réfère au processus de « démilitarisat (...)

27Peu à peu, l’euphorie optimiste d’une transition espérée, mais dont l’étendue réformiste a surpris la plupart des observateurs du pays depuis 2011, laisse place aux interrogations et à un réalisme froid. Aucun des problèmes fondamentaux du pays n’a été réglé par l’ouverture politique et la libéralisation initiée par le gouvernement Thein Sein, pas même l’interventionnisme récurrent des forces armées birmanes, et ce malgré des efforts de « civilianisation »49 évidents. Même si l’optimisme prévaut encore en cette fin d’année 2013, alors que la Birmanie prend la présidence de l’Asean, aucune véritable « feuille de route » pour préparer l’avenir du pays et de sa société n’a encore été proposée par les élites du pays, de plus en plus obnubilées par les échéances électorales de 2015. L’année 2014 s’annonce ainsi pleine de tensions politiques et communautaires, avant le grand changement et la deuxième phase transitionnelle « post-junte » attendue par tous en 2015.

Annexes

Fiche Birmanie

Capitale : Naypyidaw

Superficie : 676 578 km²

Population (est. 2013) : 58 000 000 hab.

Langue officielle : birman

Données politiques

Nature de l'État : union fédérale

Nature du régime : présidentiel avec Parlement bicaméral, sous contrôle des forces armées

Suffrage : universel (à partir de 18 ans)

Chef de l’État : Thein Sein (depuis mars 2011)

Vice-présidents : Nyan Tun (depuis août 2012) et Sai Mauk Kham (depuis mars 2011)

Ministre des Affaires étrangères : Wunna Maung Lwin

Ministre de l’Intérieur : Lt-général Ko Ko

Échéances : élections parlementaires nationales et locales en 2015

Contentieux territoriaux et maritimes :

Bangladesh : négociations pour la délimitation de frontières maritimes

République populaire de Chine et Inde : délimitation de la trijonction Inde-Chine-Birmanie en suspend du fait du contentieux territorial sino-indien

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques : Birmans (69 %), Shan (8,5 %), Karen (6,2 %),

Arakanais (4,5 %) Môn (2,4 %), Chin (2,2 %), Kachin (1,4 %)

Religions : bouddhistes (89,4 %), chrétiens (4,9 %), musulmans (3,9 %), animistes

(1,2 %), hindous (0,5 %), autres (0,1 %)

Taux de croissance démographique (2012) : 1,07 %

Espérance de vie (2012) : 65,7 ans

Taux de fertilité (2012) : 2,23

Taux de natalité (2010) : 16,1 ‰ (rural)/14 ‰ (urbain)

Taux de mortalité (2010) : 8,7 ‰ (rural)/7,6 ‰ (urbain)

Taux de mortalité infantile (2010) : 30 ‰ (rural)/28,2 ‰ (urbain)

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2010) : 95,8 %

Taux d’urbanisation (2010) : 34 %

Indice de développement humain : 0,498 (rang 149 en 2012) ; 0,380 (rang 172 en 2000)

Indicateurs économiques

Monnaie : kyat (1 euro = 1 318 kyat, 16 octobre 2013)

Balance des paiements courants (2011) : – 0,2 milliard $ US

Dette extérieure (2012) : 4,5 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita en parité de pouvoir d’achat courant (FMI,

2011) : 1 325 $ US

PIB par habitant ou per capita en dollars courants (FMI, 2011) : 824 $ US

Taux de croissance du PIB (2011) : 5,5 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (2011) : primaire (36,4 %), secondaire

(26 %), tertiaire (37,6 %)

Taux d’inflation (2012) : 5,8 %

Taux de chômage (2012) : 4 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (2010) : 25,6 %

IDE entrant (flux) (2012) : 2,2 milliards $ US

IDE entrant (cumulés ou stocks) (2012) : 11 milliards $ US

IDE sortant (flux) : n. c.

IDE sortant (cumulés ou stocks) : n. c.

Principaux partenaires commerciaux (2013) : Chine, Thaïlande, Singapour, Inde

Importations (2011) : 10,13 milliards $ US

Principaux produits importés (2012) : pétrole raffiné ; machines ; équipements

de transport ; matériaux de construction ; huiles végétales

Exportations (2011) : 9,9 milliards $ US

Principaux produits exportés (2012) : gaz naturel ; pois et légumineux ; teck et autres bois précieux ; vêtements ; produits de la mer

Portraits

Myanmar Peace Center (MPC)

Le MPC est l’archétype d’une GONGO (Organisation non gouvernementale organisée par le gouvernement), formée à Rangoun en novembre 2012. Dirigé par l’ex-général Aung Min, ancien ministre du Conseil d’État pour la paix et le développement (SPDC) et du gouvernement Thein Sein, le MPC a été façonné par d’anciens dissidents en exil, intellectuels birmans et des membres de la diaspora birmane revenus au pays à la faveur de l’ouverture de 2011 : comme le Dr Kyaw Yin Hlaing (City University of Hong Kong), Hla Maung Shwe (Myanmar Egress), Aung Naing Oo et le Dr Zaw Oo (Vahu Development Institute, Chiang Mai). Tous ont eu en commun au cours des années 2000 d’avoir dénoncé comme contreproductives les politiques de sanctions internationales et d’encourager le dialogue avec l’armée birmane afin de faciliter la libéralisation du pays. Débutant avec divers financements européens, puis japonais et onusiens, le MPC eut d’abord pour vocation d’accompagner les pourparlers de paix entre le nouveau gouvernement central « post-junte » de Thein Sein et les principales forces armées d’opposition (pour la plupart ethniques), qu’elles aient conclu, ou non, des accords de cessez-le-feu avec la précédente junte50. Alors qu’il compte aujourd’hui une trentaine d’employés et cinq départements, le MPC a étendu son rôle de « conseiller du prince », faisant désormais office de think tank gouvernemental sur toute question ethnique, ainsi que dans les domaines touchant à la pacification de zones de conflits, à l’assistance humanitaire ou au développement des zones périphériques du pays. Ses bureaux se trouvent au nord de la pagode Shwedagon à Rangoun51.

U Soe Thane (ou U Soe Thein)

Né en 1949, cet ancien vice-amiral a fait carrière dans la marine militaire birmane (Tamadaw Yei), dont il est devenu le commandant en chef au milieu des années 2000 avant de rejoindre le Conseil d’État pour la paix et le développement (SPDC) au poste de ministre de l’Industrie en 2008. Élu député du Tenasserim sous étiquette USDP, le parti réputé proche de l’ancien régime militaire devenu majoritaire après les élections du 7 novembre 2010, il ne siège toutefois pas longtemps au Parlement, étant reconduit dans son ministère par le président Thein Sein en mars 2011. Dans le même temps, il devient président de la Commission des investissements, poste qu’il occupera jusqu’en mai 2013. Il eut ainsi un rôle crucial dans l’élaboration de la nouvelle législation sur les investissements étrangers, adoptée par le Parlement réuni en congrès en novembre 201252. Affable, anglophone, les diplomates et hommes d’affaires étrangers louent son influence et sa clairvoyance. Propulsé ministre délégué auprès du Bureau présidentiel en août 2012, il fait partie de l’entourage étroit de conseillers spéciaux du président Thein Sein. Supervisant une douzaine de ministères à vocation économique et financière, U Soe Thane se veut l’un des chefs de files progressistes de la nouvelle élite birmane « post-junte »53.

Affiche politique

Road to 27th SEA Games (« La route vers les 27e Jeux du Sud-Est asiatique »)
Alors que la Birmanie prend la présidence tournante de l’Asean, la capitale nationale Naypyitaw accueille en décembre 2013 les 27e Jeux du Sud-Est asiatique. L’événement est l’occasion pour les autorités birmanes de fêter leur retour sur la scène internationale – le dernier événement semblable avait été organisé à Rangoun en 1969 – mais aussi de tester les infrastructures d’accueil que le pays peut proposer en prévision du prochain sommet de l’Asean en 2014.

Notes

1 Comme recommandé par l’Académie française, nous préférons employer ici les termes francisés de « Birmanie » et « Rangoun » à ceux, vernaculaires, de « Myanmar » et « Yangon ».

2 « Thein Sein makes first big administrative reshuffle », The Irrawaddy-on-line, 2 avril 2013 ; et « Myanmar’s Cabinet undergoes strategic reshuffle », The Myanmar Times, 27 juillet 2013.

3 Entretien de l’auteur avec Khin Aung Myint, président de la Chambre haute, Naypyitaw, août 2013.

4 Renaud Egreteau, « Patterns of military behavior in Myanmar’s new legislature », Asia-Pacific Bulletin, no 233, Washington DC, East-West Center, 24 septembre 2013.

5 « Myanmar will continue to face land grab : commission », Eleven Myanmar, 27 septembre 2013.

6 « Politicians debate NLD congress », The Myanmar Times, 18 mars 2013.

7 « Suu Kyi says amending the Constitution is possible », Eleven Myanmar, 2 août 2013.

8 Republic of the Union of Myanmar President Office Order No. 12/2013, 25 février 2013 (www.president-office.gov.mm/en/?q=briefing-room/orders/2013/02/26/id-1634).

9 Min Zin, « Burma’s presidential race takes off », Foreign Policy, 21 juin 2013.

10 Gwen Robinson, « The contenders », Foreign Policy, 12 juillet 2013.

11 Anthony Davis, « Pyrrhic victory in Myanmar », Asia Times, 30 janvier 2013.

12 Yun Sun, « Chinese Intervention in the Myanmar-Kachin Peace Talks », Asia-Pacific Bulletin, no 200, Washington DC, East-West Center, 20 février 2013.

13 Pour un rappel de la question kachin et sur la résurgence du conflit depuis 2011 : International Crisis Group, « A Tentative Peace in Myanmar’s Kachin Conflict », Asia Briefing, no 140, Bruxelles, 12 juin 2013.

14 Tin Maung Maung Than, « Ethnic Insurgencies and Peacemaking in Myanmar », ISEAS Perspective, no 21, Singapour, 11 avril 2013.

15 Larry Jagan, « Myanmar’s Shan see long path to peace », Asia Times, 6 septembre 2013.

16 « Government and KNPP hold third round of peace talks », Eleven Myanmar, 23 octobre 2013.

17 « Burma Police: bombers trying to care investors », The Washington Post, 18 octobre 2013, et « Bomb blast suspect confesses connection to KNU », Eleven Myanmar, 17 octobre 2013.

18 « Myanmar’s ethnic conflicts: waiting for the dividend », The Economist, 5 octobre 2013.

19 « Myanmar’s powerful Wa rebels seek their own state », AFP, 29 mai 2013.

20 « Small agreements after Myitkyina meeting », The Myanmar Times, 5 novembre 2013.

21 Elliott Brennan, « Minerals, militants and Myanmar peace », Asia Times, 23 octobre 2013.

22 « Kristallnacht in Myanmar », The New York Times, 29 mars 2013.

23 Human Rights Watch, « All You Can Do Is Pray »: Crime against Humanity and Ethnic Cleansing of Rohingya Muslims in Burma’s Arakan State, Washington DC, HRW Publications, avril 2013.

24 « Meiktila erupts », The Myanmar Times, 25 mars 2013.

25 Entretien avec le député NLD de la circonscription de Meiktila, Naypyitaw, août 2013.

26 « After riots; fear stalks Thandwe Muslims », The Myanmar Times, 21 octobre 2013.

27 Le choix des chiffres est symbolique. Il fait d’abord écho au « 786 » ornant les devantures de tous les commerces, hôtels ou restaurants musulmans en Asie. Le 6 et le 9 sont en outre particulièrement importants dans la philosophie bouddhique : les neuf attributs du Bouddha, les six points de la doctrine du Dhamma, les neuf attributs de tout bonze, entre autres.

28 Matthew J. Walton, « Buddhism turns violent in Myanmar », Asia Times, 2 avril 2013.

29 Time Magazine, The Face of Buddhist Terror, 1er juillet 2013.

30 « Rakhine report recommends security; aid boost », Radio Free Asia, 29 avril 2013.

31 International Crisis Group, « The Dark Side of Transition: Violence against Muslims in Myanmar », Asia Report, no 251, Bruxelles, 1er octobre 2013.

32 « World Bank revises GDP growth to 6,8% », The Myanmar Times, 13 octobre 2013.

33 « How a Myanmar tycoon is profiting from change », Associated Press, 2 juin 2013.

34 Simon Montlake, « General Electric’s Last Frontier: Return to Myanmar (Burma) », Forbes, 27 juin 2013.

35 « Qatar’s Ooredoo eyes Myanmar network sharing with Telenor – exec », Reuters, 2 octobre 2013.

36 « S. Korean bid wins contract to build Myanmar airport », Agence France Presse (AFP), 11 août 2013; et « Exim Bank opens office in Yangon, Myanmar », The Times of India, 12 septembre 2013.

37 « Nicole Bricq emmène une quinzaine d’entreprises en Birmanie », AFP, 25 juillet 2013.

38 « Fury over Letpadaung copper report », The Myanmar Times, 18 mars 2013.

39 « Foreign investments in Myanmar surges, office rents sizzles », Reuters, 20 septembre 2013.

40 « Japan’s Abe ends Myanmar visit with aid, debt write-off », Reuters, 26 mai 2013.

41 « PM’s visit boost Dawei », The Bangkok Post, 18 décembre 2012; « Dawei speedup deal agreed », The Bangkok Post, 24 septembre 2013.

42 Lire à ce propos le dernier rapport du Fonds monétaire international sur la Birmanie : IMF Country Report, no 13/250, août 2013.

43 « Myanmar kyat resumes slide against US dollar », The Myanmar Times, 1er juillet 2013.

44 « Suu Kyi urges world to pressure Myanmar leaders on reform », AFP, 21 octobre 2013.

45 « China-Myanmar gas pipeline starts to deliver gas to China », Xinhua, 28 juillet 2013.

46 Celeste Montera, « EU Restoration of Myanmar Preferential Trade Regime: Neglect of Human Rights Concern? », Bruxelles, EU-Asia at a Glance, août 2013.

47 Michael F. Martin, U.S. Sanctions on Burma: Issues for the 113th Congress, Washington DC, Congressional Research Service, rapport no R42939, 4 octobre 2013.

48 Catherine A. Traywick, « As new ASEAN chair, Myanmar braces for year of 1,000 meetings », Foreign Policy, 11 octobre 2013.

49 En sciences politiques, le néologisme de « civilianisation » réfère au processus de « démilitarisation » ou de retour aux civils des structures ou institutions dominées jusque-là par les militaires.

50 Charles Petrie et Ashley South, « Mapping of Myanmar Peacebuilding Civil Society », conférence, Civil Society Dialogue Network meeting, Bruxelles, 7 mars 2013.

51 Son site web: www.mmpeacemonitor.org/

52 Robert H. Taylor, « Myanmar in 2012: mhyaw ta lin lin or Great Expectations », Southeast Asian Affairs 2013, p. 189-203.

53 Gwen Robinson, « Key reform minister exits Myanmar investment body », Financial Times, 8 mai 2013.

Table des illustrations

Titre La Birmanie
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2482/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Road to 27th SEA Games (« La route vers les 27e Jeux du Sud-Est asiatique »)Alors que la Birmanie prend la présidence tournante de l’Asean, la capitale nationale Naypyitaw accueille en décembre 2013 les 27e Jeux du Sud-Est asiatique. L’événement est l’occasion pour les autorités birmanes de fêter leur retour sur la scène internationale – le dernier événement semblable avait été organisé à Rangoun en 1969 – mais aussi de tester les infrastructures d’accueil que le pays peut proposer en prévision du prochain sommet de l’Asean en 2014.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2482/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 219k

Auteur

Docteur de l’Institut d’études politiques (IEP Paris, 2006), diplômé de l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) et chercheur associé à l’Irasec. Il fut Research Assistant Professor auprès de l’Université de Hong Kong de 2009 à 2013. Ses travaux actuels se penchent sur les récentes transformations politiques, législatives et prétoriennes intervenues en Birmanie, ainsi que sur la formation de réseaux transnationaux par différentes communautés diasporiques birmanes et indiennes. Il coordonne actuellement avec François Robinne la nouvelle édition de Contemporary Burma/Myanmar (projet de l’Irasec). Il est l’auteur de Wooing the Generals : India’s New Burma Policy (New Delhi, CSH-Authorspress, 2003), Histoire de la Birmanie contemporaine. Le pays des prétoriens (Paris, Fayard, 2010) et Soldiers and Diplomacy in Myanmar : Understanding the Foreign Relations of the Burmese Praetorian State (avec Larry Jagan, Singapour, NUS Press-Irasec, 2013).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site