Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2014 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Jérémy Jammes
, 
François Robinne

Première partie. Les dossiers de l’année

L’Asean entre le Japon et la Chine

Jean-Raphaël Chaponnière

Texte intégral

1Jusqu’aux années 1990, le Japon était le premier partenaire commercial des pays de l’Asean et certains redoutaient l’avènement de la zone de « co-prospérité » qu’avait envisagé l’empire du Soleil-Levant dans les années 1930. Depuis, cette crainte s’est effacée et la Chine est le partenaire commercial incontournable de l’Asean. Peut-on en conclure qu’elle s’organise désormais autour de la Chine ? Sans doute pas et l’analyste a tout intérêt à se méfier des apparences : quand le sage pointe la lune, l’idiot regarde le doigt dit le dicton chinois. En fait, l’intensification des échanges entre l’Asean et la Chine s’explique par l’insertion de l’industrie chinoise dans le « circuit intégré asiatique » organisé par les firmes américaines et japonaises qui demeurent les principaux acteurs étrangers de l’Asean.

1 - Le basculement de l’Asean du Japon vers la Chine

  • 1 Pétrole et gaz : Indonésie, Malaisie, Thaïlande. Étain, caoutchouc, huile de palme : Indonésie, Ma (...)

2À l’exception de Singapour qui, dès l’éclatement de la Fédération de Malaisie en 1965 s’est ancré à l’économie mondiale pour dépasser une région qui lui était hostile, les pays de l’Asean ont poursuivi des stratégies classiques de valorisation des ressources naturelles1, accompagnées de politiques de substitution aux importations menées à l’abri de barrières tarifaires et non tarifaires. Ces stratégies ont attiré les entreprises étrangères, notamment japonaises lesquelles, pour accéder à ces marchés se sont associées aux firmes locales, entreprises des diasporas chinoise et indienne ou entreprises d’État selon les pays et les secteurs. Assez modestes, les exportations manufacturières étaient le fait de filiales étrangères qui s’étaient implantées dès les années 1960 dans les zones franches des Philippines ou de Malaisie.

  • 2 Diminutif d’endaka fukyō, l’endaka désigne la réévaluation du yen.
  • 3 En décidant de ne pas intervenir contre la baisse du dollar, les banques centrales des États-Unis, (...)
  • 4 Yoshihara Kunio, The rise of Erzast capitalism in South East Asia, Londres, Oxford University Pres (...)
  • 5 Ainsi, dès l’annonce de l’endaka, le gouvernement thaïlandais qui avait suspendu la construction d (...)

3Au début des années 1980, plusieurs pays de l’Asean, mis en difficulté par le contre-choc pétrolier, ont engagé des programmes d’ajustement (Indonésie et Thaïlande) ou infléchi leur stratégie (Malaisie) et adopté des politiques de promotion des exportations. Fort heureusement, cette inflexion a coïncidé avec l’appréciation du yen (endaka2) que Washington a imposée au Japon après le « non-accord »3 de l’hôtel Plazza en 1985. Au cours des cinq années suivantes, la monnaie japonaise s’est appréciée de 60 % (en valeur nominale) vis-à-vis du dollar et des monnaies de l’Asean ancrées sur la devise américaine. Cette réévaluation a d’abord été perçue comme une mauvaise nouvelle par les gouvernements des pays de l’Asean, car s’ils redoutaient ses conséquences sur le renchérissement du prix des pièces et composants importés du Japon, ils ne pensaient pas pouvoir tirer parti de l’appréciation du yen pour concurrencer les produits japonais. En effet, ne s’étant pas accompagnée d’investissements leur permettant d’intégrer les fabrications de composants ou de biens d’équipement, leur stratégie de substitution aux importations avait abouti à construire un « ersatz de capitalisme »4. À la surprise générale5, les entreprises japonaises ont réagi à l’endaka en délocalisant des fabrications dans les pays de l’Asean et en réorientant la production de leurs filiales vers l’exportation. Aux délocalisations japonaises se sont ajoutées celles des filiales des entreprises étrangères implantées à Singapour, provoquées par les hausses de charges salariales décidées par la « Révolution industrielle singapourienne » en 1985 ; ces hausses ont en effet contraint ces entreprises à abandonner leurs activités employant une main-d’œuvre importante comme l’habillement ou l’assemblage de composants électroniques et à les relocaliser dans les autres pays de l’Asean.

  • 6 Les Philippines vivent une période de crise politique (assassinat de B Aquino en 1983, départ de M (...)
  • 7 Voir à ce sujet l’article d’Ian Coxhead, « A new resource curse ? Impacts of China’s boom on compa (...)

4Ces différentes impulsions asiatiques – Coréens et Taïwanais ont délocalisé à leur tour pour contrer la concurrence des exportations des filiales japonaises – ont transformé les pays de l’Asean en exportateurs de produits manufacturés. Échappant ainsi aux contrecoups du second choc pétrolier, les pays de l’Asean (hormis les Philippines6) ont connu leurs « dix glorieuses » entre 1985 et 1995, alors que cette décennie a été une période de stagnation en Afrique du Nord et en Amérique Latine7 où l’on parle de « décennie perdue ».

  • 8 Préconisée par le Fonds monétaire international car elle facilitait l’accès des pays émergents à l (...)

5Bien qu’impulsée par les entreprises japonaises, la modification de la structure des exportations (Graphique 1) et des importations (Graphique 2) de l’Asean, ne s’est pas accompagnée de la remontée du poids du Japon dans le commerce de l’Asean. Bien au contraire, à partir de 1985 son poids dans le commerce extérieur (importations et exportations) de l’Asean a diminué, alors que celui des États-Unis et de l’Union européenne (UE) s’est maintenu. Les pays de l’Asean sont devenus des tremplins d’exportation pour les entreprises japonaises et ils n’ont été que très peu affectés par le ralentissement de l’économie mondiale de 1990. Cette résilience a attiré des capitaux étrangers vers ces pays qui, conseillés par les institutions financières internationales8, avaient ouvert leur compte de capital. L’ouverture du compte de capital, signifie l’assouplissement des restrictions appliquées aux flux de capitaux franchissant la frontière d’un pays donné. Dans le cas des pays de l’Asean, cette réforme mis en œuvre au début de la décennie 1990, a autorisé les banques, les entreprises et parfois les ménages à emprunter en devises Il en a résulté une forte intégration financière et des entrées et de sorties de capitaux importantes. Rassurés par l’ancrage des monnaies des pays de l’Asean au dollar et attirés par les différentiels de taux, les capitaux sont entrés massivement. Ces entrées ont provoqué des surchauffes dans ces pays dont les exportations commençaient à subir l’impact de la concurrence chinoise. Si des corrections de change étaient prévisibles, personne n’avait prévu que la dévaluation du baht de juillet 1997 déclencherait la crise asiatique qui a tout particulièrement affecté l’Indonésie et la Thaïlande. Les économies de l’Asean en sont sorties transformées. Leur croissance est repartie à un rythme plus lent car l’investissement a tardé à retrouver son niveau d’avant crise. Leur ouverture s’est accrue et la géographie de leurs échanges s’est modifiée avec la montée de la Chine qui s’est accentuée après son adhésion à l’OMC en 2001. Devenue le premier débouché et le second fournisseur (après l’Union européenne) de l’Asean, la Chine est son premier partenaire loin devant le Japon : le commerce sino-Asean (425 milliards de dollars en valeur annualisée en juin 2013) est deux fois plus élevé que le commerce nippo-Asean (240 milliards de dollars).

Graphique 1 - Importations de l'Asean

Graphique 1 - Importations de l'Asean

Sources : Chelem, Cepii.

Graphique 2 - Exportations de l'Asean

Graphique 2 - Exportations de l'Asean

Sources : Chelem, Cepii.

6Cette évolution a modifié la perception par les pays de l’Asean de l’émergence chinoise très vite ressentie comme une menace. Ainsi, passée inaperçue lorsqu’elle a eu lieu, l’unification des taux de change chinois en 1994 a été présentée, a posteriori, comme ayant contribué à la détérioration des balances courantes avant la crise asiatique. En 1998, en refusant la dévaluation compétitive du yuan et venant financièrement à l’aide de l’Asean, la Chine est apparue comme un partenaire responsable. Enfin, pendant la crise mondiale ouverte en 2008, la résistance chinoise a contribué à la résilience économique de l’Asean.

2 - Les enjeux des échanges entre l’Asean et la Chine

  • 9 Un accord de partenariat économique va au-delà d’un accord de libre-échange (ALE) et inclut des ch (...)
  • 10 Ces sommets réunissent les chefs d’État de l’Asean, la Chine, le Japon, la Corée, l’Inde, l’Austra (...)

7Le Japon a réagi à la concurrence chinoise en prenant l’initiative de proposer des accords bilatéraux. Le premier – un accord de partenariat économique9 – a été signé avec Singapour en 2002. Deux ans tard, la Chine créait la surprise en signant un accord de libre-échange (ALE) avec l’Asean (10 membres) qui avait seulement été évoqué à l’East Asian Summit10 deux ans plus tôt. Le Japon a réagi en signant un ALE avec les différents pays de l’Asean et l’Asean proprement dite en 2008. Alarmée par la concurrence sino-japonaise, la Corée a signé un ALE avec l’Asean en 2006.

  • 11 La clause de la nation la plus favorisée (NPF) signifie qu’un pays ne peut pas faire de discrimina (...)

8Ces accords qui relèvent souvent de la posture sont considérés comme peu « profonds » car ils contiennent de nombreuses exceptions. Ils ont abouti à un entrelacs contre-productif qui a amené de nombreux commentateurs à évoquer la construction d’un « bol de nouilles asiatiques » : confrontés à la multiplication des règles d’origine, les exportateurs préfèrent utiliser la clause de la nation la plus favorisée11.

  • 12 Selon l’expression de Thomas Hale, « The de facto preferential trade agreement in East Asia », Rev (...)
  • 13 Le « premier dégroupage » ayant eu lieu à l’époque des « quatre dragons » : Corée du Sud, Taiwan, (...)

9En signant ces accords, la Chine et le Japon participent à l’intégration économique de jure12 de l’Asean qu’il faut distinguer de son intégration de facto. Cette dernière est bien davantage la conséquence de la transformation de la division internationale du travail caractérisée par un « deuxième dégroupage » (second unbundling)13 : l’éclatement des chaînes de production entre pays selon leurs avantages comparatifs. En s’insérant dans ces réseaux, la Chine a modifié la géographie industrielle de l’Asie : des opérations d’assemblage qui se déroulaient aux Philippines, en Malaisie ou en Thaïlande ont été transférées en Chine. Cependant, contrairement à ce qui était redouté, ce transfert qui s’est accompagné d’une plus grande fragmentation des processus a intensifié les échanges de pièces et de composants.

10En quoi les échanges entre la Chine et l’Asean diffèrent des échanges entre le Japon et l’Asean ?

3 - Un jeu « gagnant-gagnant »

11Le Japon a toujours dégagé un excédent dans ses échanges avec l’Asean, qu’en est-il de la Chine ? Multiplié par 20 entre l’an 2000 et 2013, le commerce entre la Chine et l’Asean est déficitaire selon les douanes chinoises, aussi Pékin le présente comme un jeu « gagnant-gagnant » pour souligner que son engagement se fait à l’avantage des pays de l’Asean. Toutefois si les pays les plus avancés (Malaisie et Thaïlande, exportateurs de composants électroniques) dégagent des excédents, les moins avancés (Viêt Nam, Cambodge, Laos et Birmanie, exportateurs de ressources naturelles) sont déficitaires et, rapporté à leur PIB, ce déficit est parfois considérable comme dans le cas du Viêt Nam (Tableau 1). Quant aux Philippines et l’Indonésie, leurs échanges avec la Chine sont plus équilibrés.

  • 14 Ando Mitsuyo et Ayako Obashi, « The Pervasiveness of Non-Tariff Measures in Asean: Evidences from (...)

12Les importations chinoises occupent une part croissante, mais encore modeste (8 % en Indonésie et Malaisie) dans la consommation apparente – définie comme la somme de la production et des importations diminuées des exportations. Car, si elles sont dynamisées par le traité de libre-échange, ces importations restent freinées par la multiplication des barrières non tarifaires qui a accompagné la baisse des tarifs douaniers dans l’Asean14. La Chine est le plus grand fournisseur de l’Asean en produits textiles, mais le textile n’occupe qu’une place modeste dans les exportations chinoises qui se concentrent sur les produits électroniques et les biens intermédiaires.

Graphique 3 - Les échanges de la Chine avec l’Asean (somme des 4 derniers trimestres, décembre 1999 à juin 2013, en milliards de dollars)

Graphique 3 - Les échanges de la Chine avec l’Asean (somme des 4 derniers trimestres, décembre 1999 à juin 2013, en milliards de dollars)

Source : à partir des données de Global Trade Atlas (Chine).

Tableau 1 - Solde bilatéral avec la Chine en pourcentage du PIB des pays

2000

2011

Indonésie

0,3 %

-0,3 %

Malaisie

2,4 %

9,2 %

Philippines

-0,5 %

1,0 %

Singapour

-1,4 %

0,4 %

Thaïlande

0,9 %

1,7 %

Viêt Nam

-0,6 %

-13,0 %

Source : Chelem.

  • 15 La primarisation, qui signifie l’augmentation du poids du secteur primaire dans les exportations, (...)

13Au cours des dix dernières années, l’appétit chinois a expliqué la bonne tenue des cours des matières premières et a renforcé la « primari15 » des pays exportateurs. Cela concerne l’Indonésie et dans une moindre mesure la Malaisie. Entraînant une baisse de la demande et des cours, le ralentissement chinois menace l’Indonésie d’une « double peine » !

4 - Exportations industrialisantes

14Jusqu’à l’endaka, le Japon qui importait des ressources naturelles et exportait des produits manufacturiers entretenait des relations de type Nord-Sud avec l’Asean. Cette structure s’est ensuite modifiée avec l’augmentation des produits manufacturés – souvent fabriqués par les filiales japonaises – dans les importations du Japon en provenance des pays de l’Asean.

15La structure des importations chinoises de l’Asean s’est également transformée et les produits manufacturés occupent une place plus importante que dans le cas du Japon (Graphique 4). Cela concerne les exportations de la Thaïlande et la Malaisie vers la Chine, et depuis l’entrée en production des usines d’Intel et de Samsung, celle du Viêt Nam. En revanche, la part des matières premières a augmenté dans les exportations indonésiennes vers la Chine.

16Entre 1998 et 2010, la part chinoise dans la production manufacturière mondiale (mesurée en valeur ajoutée) a triplé et la Chine est devenue la première puissance manufacturière devant les États-Unis. Cet envol spectaculaire ne s’est pas fait aux dépens de l’Asean dont le poids dans l’industrie mondiale a doublé pour atteindre 4,5 %. Cette progression est surtout le fait de la Thaïlande, où la part du secteur manufacturier dans le PIB a augmenté, alors qu’il a diminué en Malaisie et aux Philippines depuis 2000, et s’est stabilisé en Indonésie après avoir chuté pendant la crise asiatique.

Graphique 4 - Part des produits manufacturés dans les exportations de l’Asean vers la Chine, le Japon et le monde

Graphique 4 - Part des produits manufacturés dans les exportations de l’Asean vers la Chine, le Japon et le monde

Sources : Chelem, Cepii.

5 - Relativiser l’importance du marché chinois

  • 16 Dong He et Wenlang Zhang, « How dependent is the Chinese economy on exports and in what sense has (...)

17Les statistiques douanières montrent que les pays de l’Asean exportent deux fois plus vers la Chine que vers le Japon. Paradoxalement, on ne peut pas en conclure que le marché chinois absorbe deux fois plus d’exportations de l’Asean que le marché japonais. En effet, ces exportations sont composées d’un pourcentage élevé de produits semitransformés assemblés en Chine et réexportés, c’est notamment le cas des exportations de l’industrie électronique qui représentent près de la moitié des exportations de l’Asean vers la Chine et un tiers de ses importations de l’Asean en provenance de Chine (Tableau 2). En s’appuyant sur les déclarations des entreprises, He et Zhang16 montrent que la moitié seulement des exportations singapouriennes, malaisiennes et thaïlandaises vers la Chine est dirigée vers le marché chinois. Prenant en compte la destination finale des exportations on peut en conclure que le débouché chinois est sans doute d’une taille équivalente au marché japonais et non deux fois plus important. C’est ce que confirment les approches du commerce en valeur ajoutée qui cherchent à pallier les insuffisances des statistiques douanières.

Tableau 2 - Structure des échanges entre l’Asean et la Chine en 2011

Exportation vers la Chine

Importation de Chine

Ressources naturelles (énergie, agriculture, mines)

28 %

11 %

Textile, habillage, cuir

2 %

14 %

Bois, papier, chimie

15 %

17 %

Sidérurgie, métallurgie

8 %

7 %

Mécanique, automobile

2 %

16 %

Appareils électriques et électroniques

45 %

35 %

Source : Chelem.

18En effet, ces statistiques ne permettent pas de mesurer l’impact économique des échanges au sein des chaînes de valeur globale : elles mesurent les flux qui traversent les frontières sans distinguer si les différentes étapes de la chaîne sont ou non l’occasion d’un accroissement de la valeur ajoutée des produits : ainsi dans le cas extrême et très médiatisé de l’iPhone, les douanes chinoises indiquent une exportation de cent dollars alors que la valeur créée par l’assemblage en Chine est de 4 dollars. Au lieu de mesurer la valeur des importations ou des exportations, il est bien plus pertinent de mesurer la valeur ajoutée de ces flux. C’est ce que commencent à faire l’OCDE (Organisation de la coopération et du développement économique) et l’OMC (Organisation mondiale du commerce) en s’inspirant des travaux précurseurs des Japonais. L’OCDE et l’OMC se sont appuyées sur les tableaux « entrées-sorties » de 41 pays dont quatre asiatiques (Japon, Chine, Corée, Indonésie), pour mesurer les échanges en valeur ajoutée pour l’année 2009. S’agissant de l’Indonésie, seul pays de l’Asean qui a été analysé, le tableau 3 indique ses partenaires selon les statistiques douanières et selon les données en valeur ajoutée. Selon les douanes, la Chine est le second fournisseur de l’Indonésie derrière le Japon et la première destination des exportations indonésiennes loin devant le Japon et les États-Unis. Les données en valeur ajoutée montrent que la Chine est le troisième fournisseur de l’Indonésie et un débouché marginal des exportations de l’Indonésie.

Tableau 3 - Structure géographique du commerce indonésien, en valeur nominale et en valeur ajoutée (2009)

Tableau 3 - Structure géographique du commerce indonésien, en valeur nominale et en valeur ajoutée (2009)

Sources : OCDE, OMC.

6 - Investissements : lorsque la Chine concurrence l’Asean avec un Japon comme acteur de premier rang

  • 17 Helen Nesadurai, Globalisation, Domestic Politics and Regionalism: The Asean Free Trade Area, Lond (...)
  • 18 Parmi ces investissements, une partie provient des pays de l’Asean. En effet, la baisse de l’inves (...)

19La Chine a été très vite considérée comme une destination concurrente de l’Asean. La crainte d’être marginalisés par la Chine aurait précipité la décision des chefs d’État de l’Asean de construire l’accord de libre-échange de l’Asean (ASEAN Free Trade Agreement)17. Cela n’a pas suffi et les investissements directs étrangers (IDE) vers l’Asean ont diminué tandis qu’ils18 progressaient en direction de la Chine. Depuis 2002, les IDE vers la Chine et vers l’Asean progressent dans le même sens (graphique 5).

  • 19 Ces enquêtes sont réalisées régulièrement depuis 1989 : www.jbic.go.jp/en/research/index.html

20Si le Japon a toujours figuré parmi les premiers investisseurs étrangers dans l’Asean, les entreprises japonaises ont été très tôt attirées par la Chine qui est leur destination préférée d’après leurs réponses aux enquêtes annuelles de la Banque japonaise pour la coopération internationale (JBIC)19. À partir de 2005, les tensions sino-japonaises ont amené les entreprises japonaises à adopter une stratégie « China + one », investissant en Chine et dans un autre pays asiatique. Après avoir stagné dans les années 2000, les IDE japonais dans l’Asean ont repris depuis 2009 : le regain des tensions politiques entre le Japon et la Chine et les hausses de salaires en Chine contribuent à la redécouverte de l’Asean par les entreprises japonaises. Cette reprise conforte la place du Japon en Asie.

21Le montant cumulé des investissements japonais (Tableau 4) dans l’Asean est quatre fois plus important que le stock chinois mesuré par le ministère du Commerce extérieur (Mofcom). Les entreprises japonaises sont les principaux acteurs industriels à travers leur présence dans l’électronique, l’automobile et la pétrochimie. Singapour, la Thaïlande, l’Indonésie et la Malaisie sont les quatre principaux pays de destination.

22Selon le Mofcom, le stock d’investissements chinois dans l’Asean a doublé entre 2010 et juin 2013 pour atteindre 30 milliards de dollars ; en 2010, Singapour en avait accueilli la moitié et l’autre moitié se répartissait entre le Cambodge, le Laos et la Birmanie, des pays où l’influence politique de la Chine est forte. Ces statistiques chinoises sont sujettes à caution car selon ces sources les trois quarts de ces IDE se dirigent vers Hong Kong ou des paradis fiscaux d’où ils repartent vers d’autres directions : ailleurs en Asie ou dans le monde, sans qu’il soit possible de connaître leurs destinations finales et donc la répartition effective des IDE chinois. Pour contourner cette difficulté, la fondation américaine Heritage suit les projets chinois d’un montant supérieur à 100 millions de dollars. Selon cette source, le montant cumulé (janvier 2005-juin 2013) des IDE chinois dans l’Asean a été de 26 milliards de dollars (à comparer avec les 72 milliards d’IDE cumulés japonais au cours de la même période). La moitié vers l’Indonésie et un cinquième vers Singapour. Rarement dirigés vers le secteur manufacturier, ces investissements privilégient les ressources naturelles et l’immobilier et le secteur financier.

Graphique 5 - Entrées d’IDE dans l’Asean et la Chine (milliards de dollars)

Graphique 5 - Entrées d’IDE dans l’Asean et la Chine (milliards de dollars)

Source : CNUCED.

Tableau 4 - Montant cumulé des IDE chinois, stock d’IDE japonais dans l’Asean et montant cumulé des IDE de l’Asean en Chine (milliards de dollars)

Tableau 4 - Montant cumulé des IDE chinois, stock d’IDE japonais dans l’Asean et montant cumulé des IDE de l’Asean en Chine (milliards de dollars)

7 - L’ajustement à la concurrence chinoise

  • 20 À partir d’une approche différente, Mohamed Aslam Serge Besanger et Marie-Aimée Tourres (« The ris (...)

23Entre 2000 et 2012, la part de l’Asean dans les exportations mondiales oscille autour de 6 % : la progression des exportations vers la Chine compensant leur stagnation sur le marché américain ou européen où elles sont confrontées à la concurrence chinoise. Quels pays sont les plus concernés par cette concurrence ? Plus les structures d’exportation entre deux pays sont proches et plus la concurrence potentielle est forte. Le tableau 5 mesure cette similitude sur le marché américain à partir d’une décomposition fine – 1 200 postes – des exportations de plusieurs pays de l’Asean et de la Chine entre 2001 et 2011. Plus le coefficient est proche de 1, plus la concurrence potentielle de la Chine est élevée. En 2001, l’Indonésie avec un coefficient de 0,64, était le pays le plus directement concerné, devant la Thaïlande, par la concurrence chinoise. Depuis, la montée en gamme des exportations chinoises, d’une part, et la baisse de la part des produits manufacturés dans les exportations indonésiennes, d’autre part, ont ramené ce coefficient à 0,22 : l’Indonésie est le pays le moins concerné par la concurrence chinoise. Avec un coefficient de 0,77, la Thaïlande apparaît comme le pays le plus directement confronté à la Chine20.

Tableau 5 - Degré de similitude des structures d’exportation avec la Chine

2001

2008

2011

Indonésie

0,64

0,42

0,22

Malaisie

0,40

0,70

0,57

Thaïlande

0,55

0,77

0,79

Viêt Nam

0,20

0,42

0,27

Source : degrés calculés à partir des données USITC, CTCI niveau 3.

  • 21 J.-R. Chaponnière et Marc Lautier, « Corée du Sud : croissance industrielle et ajustement à la Chi (...)
  • 22 De 33 % du PIB en 1996 à 12 % en moyenne entre 2000 et 2012.

24Confronté à la concurrence chinoise, les pays du Nord Est asiatique conjuguent une stratégie de délocalisation (vers la Chine ou le Sud-Est asiatique) et de « dépassement » en montant en gamme comme l’illustre la Corée21. Les pays de l’Asean n’ont pas les moyens d’une stratégie de dépassement : d’une part les entreprises étrangères contribuent peu à la transformation de la production vers des fabrications à plus forte valeur ajoutée, et d’autre part les entreprises locales préfèrent investir dans des activités plus rémunératrices que l’industrie, comme les finances, l’immobilier ou la distribution. Ainsi, en Malaisie, la croissance manufacturière est divisée par deux depuis la crise asiatique et l’investissement privé par trois22. À défaut de données sur l’investissement manufacturier, on l’appréhende en rapportant les importations de biens d’équipement au PIB, il apparaît que ce rapport a diminué, de 14 % en 2000 à 10 % en 2011.

  • 23 À partir des statistiques du ministère des Finances, d’Economic Survey 2010 et des données www.adb (...)
  • 24 Ruth Pearson et Kyoko Kusakabe, Thailand’s Hidden Workforce. Burmese Migrant Women Factory Workers(...)

25Les pays de l’Asean cherchent parfois à réduire leurs coûts en favorisant l’immigration. En Malaisie, les migrants, officiellement deux millions et probablement deux fois plus, représentent un cinquième des salariés et un tiers des effectifs industriels23. Lorsque le gouvernement a instauré un salaire minimum, il a d’abord prévu de l’appliquer à l’ensemble des travailleurs et en mars 2013, le National Wage Council (organisme tripartite – État, syndicat, patronat – qui organise les négociations salariales) a exclu les travailleurs migrants. En Thaïlande, le ministère du Travail évalue à 1,3 million le nombre de migrants illégaux dont les trois quarts en provenance de Birmanie. Et pour se rapprocher de cette main-d’œuvre et diminuer ses coûts, l’industrie textile se déplace au nord-ouest du pays24. Dans l’un et l’autre cas, le recours à une main-d’œuvre bon marché n’incite guère à monter en gamme.

Perspectives

26L’Asean fait face aux évolutions de ses deux grands partenaires asiatiques – ralentissement chinois, reprise japonaise – et aux incertitudes créées par la politique monétaire américaine.

27Entamé au second semestre 2012, le tassement de la croissance chinoise affecte les exportations de l’Asean vers la Chine alors que ses importations de Chine continuent de progresser (Graphique 1). Aussi, pour la première fois depuis 2000, la Chine dégage un excédent commercial significatif dans ses échanges avec tous les pays de l’Asean, à l’exception de la Malaisie dont l’excédent a néanmoins fondu. Cette inflexion qui a commencé au troisième trimestre 2012 pourrait annoncer la fin du jeu « gagnant-gagnant ». En avril 2013, la Banque asiatique de développement a révisé à la baisse ses projections de croissance pour l’Asean du fait du tassement chinois : l’Indonésie est l’économie la plus affectée avec la Malaisie et la Thaïlande. Un ralentissement confirmé par les projections du Fonds monétaire international (FMI) six mois plus tard.

28Au-delà, l’Asean devra s’adapter aux transformations structurelles de la Chine. D’une part, la contraction de la population en âge de travailler qui, commencée en 2012, accélère la hausse des coûts salariaux et suscite des déménagements vers les provinces de l’Ouest de la Chine et des délocalisations vers le reste de l’Asie : la part de marché chinoise aux États-Unis s’est stabilisée à 20 % – le pourcentage qu’occupait le Japon avant l’endaka – alors qu’augmentent très légèrement les parts de marché du Viêt Nam, du Cambodge, de l’Indonésie, de la Birmanie et du Bangladesh. D’autre part, le rééquilibrage de l’économie chinoise – évoqué depuis longtemps vers une croissance « harmonieuse » qui repose davantage sur la consommation et les services et devrait s’accompagner d’une baisse du taux d’investissement notamment dans l’industrie lourde. Au sein de l’Asean, l’Indonésie qui exporte le plus de ressources naturelles pourrait être le plus affecté par ce changement : selon des analystes, un point de baisse de la croissance de l’investissement chinois entraîne mutatis mutandis une diminution deux fois plus élevée des exportations indonésiennes.

  • 25 Cette perspective dépend de nombreuses hypothèses qui ne sont pas sûres de se vérifier, qu’il s’ag (...)

29Alors que la croissance chinoise ralentit, le gouvernement japonais a pris des mesures pour sortir du marasme. Les injections massives de liquidités ont permis une reprise encore timide de la consommation qui n’a pas encore eu d’impact sur les exportations de l’Asean vers le Japon : mesurées en dollars courants, elles ont diminué entre juin 2012 et juin 2013. Paradoxalement, alors qu’en 1985, l’appréciation du yen a précipité des délocalisations vers l’Asean, sa dépréciation pourrait, si l’on en croit des analystes25, provoquer un mouvement analogue. Anticipant cette évolution, les entreprises japonaises espèrent une hausse du retour sur fonds propres de leurs investissements à l’étranger.

30Ces injections de liquidités n’ont pas pallié les conséquences de l’annonce de la fin de la politique d’assouplissement quantitatif par la Réserve fédérale américaine. Elle a provoqué le reflux de capitaux investis dans les pays émergents et une baisse des monnaies des pays (dont l’Indonésie, la Malaisie et la Thaïlande) qui en dépendent le plus pour financer leurs déficits des paiements courants. Si elles se sont résorbées depuis que la Réserve fédérale a remis à plus tard cette décision, ces tensions n’en démontrent pas moins qu’en dépit de leurs ancrages asiatiques, les économies de l’Asean restent très sensibles à la conjoncture américaine. Ces tensions et les incertitudes créées par la politique américaine sont autant de facteurs qui amènent à s’interroger sur la légitimité du statut international du dollar.

  • 26 Jeffrey A. Frankel et Shang-Jin Wei, « Is a yen bloc emerging? », 5th U.S.-Korea Academic Symposiu (...)
  • 27 I. Takatoshi, K. Satoshi et S. Kiyotaka, « Why has the Yen failed to become a dominant invoicing c (...)

31En 1994, Jeffrey Frankel26 s’était interrogé sur la construction d’un « bloc yen » pour conclure que ce scénario n’aurait pas lieu ; des recherches27 ont d’ailleurs montré que la plupart des entreprises japonaises préféraient libeller leurs transactions en dollars plutôt qu’en yens. Vingt ans plus tard, alors que la Chine a supplanté le Japon pour devenir le premier partenaire commercial de l’Asean, la même question se pose à propos du renminbi (RMB).

Tableau 6 - Accords de swap monétaire entre la Chine et les pays de l’Asean

Dates

Milliards De RMB

De 3 années d’échanges bilatéraux (en 2011)

Malaisie

2012-2015

180

10 %

Indonésie

2013-2016

97,5

8 %

Singapour

2013-2017

299

32 %

Thaïlande

2011-2014

70

5 %

Sources : presse et Chelem Cepii

  • 28 Mais selon le Financial Times (« Renminbi trade finance », 3 décembre 2013), ce taux s’explique pa (...)
  • 29 Paola Subacchi, « The Connecting Dots of China’s Renminbi Strategy London and Hong Kong », Chatham (...)
  • 30 Cet accord ne prévoit pas de limite à l’utilisation du yen et RMB pour les échanges et prévoit la (...)

32Le gouvernement chinois veut en faire une monnaie internationale et, en quatre ans (2009 au second trimestre 2013), le pourcentage du commerce chinois libellé en RMB serait passé de 0 à 16 %28. Pour être en mesure de concurrencer le dollar, le RMB doit devenir une monnaie convertible : l’établissement en septembre 2013, de la « zone pilote de libre-échange » de Shanghai qui envisage une convertibilité très contrôlée de la monnaie chinoise est un premier pas. Selon Paola Subacchi29, les autorités chinoises accompagnent l’internationalisation du RMB en favorisant la création de marchés offshore de la monnaie chinoise et en multipliant des accords de swap. Dans ces accords, les signataires s’accordent mutuellement un prêt d’égal montant dans leur propre monnaie pour une durée fixée ; chaque pays peut régler ses importations dans la monnaie de son partenaire commercial. La Banque populaire de Chine a signé des accords avec plusieurs pays dont le Japon30 et la Corée en 2011, et en 2013 elle a renouvelé et amplifié les accords signés avec les pays de l’Asean (Tableau 6). Rapportés à trois années de commerce bilatéral, ces accords représentent entre 5 (Thaïlande) et 32 % (Singapour) des échanges de la Chine avec ces pays.

  • 31 Arvind Subramanian, Eclipse: Living in the Shadow of China’s Economic Dominance, Washington Peters (...)
  • 32 Depuis 2005, si elles fluctuent par rapport au yen – elles se sont dépréciées de 20 % depuis que l (...)

33Il est peu probable que le RMB détrône le dollar d’ici la fin de la décennie comme l’annonçait Subramanian (2011)31. Le dollar avait lui-même commencé à supplanter la livre sterling près de 40 ans après que le PIB américain ait dépassé le PIB britannique et la monnaie américaine dispose en outre d’un avantage que la livre n’avait pas, l’existence de nombreux marchés, aux États-Unis et en dehors qui fonctionnent en dollar. En revanche, l’émergence d’un bloc RMB est plus probable à moyen terme et les monnaies asiatiques devraient davantage suivre celles du RMB32 qui conservera sans doute encore longtemps le statut d’une monnaie de second rang comme le yen en Asie.

Notes

1 Pétrole et gaz : Indonésie, Malaisie, Thaïlande. Étain, caoutchouc, huile de palme : Indonésie, Malaisie, Thaïlande.

2 Diminutif d’endaka fukyō, l’endaka désigne la réévaluation du yen.

3 En décidant de ne pas intervenir contre la baisse du dollar, les banques centrales des États-Unis, du Royaume-Uni, de France, d’Allemagne et du Japon ont provoqué une hausse de la parité du yen.

4 Yoshihara Kunio, The rise of Erzast capitalism in South East Asia, Londres, Oxford University Press, 1988, 297 pages.

5 Ainsi, dès l’annonce de l’endaka, le gouvernement thaïlandais qui avait suspendu la construction des grandes zones industrielles (Map Tha Phut et Laem Chabang), a été pris de court et l’afflux d’investisseurs japonais a très vite provoqué une saturation des infrastructures.

6 Les Philippines vivent une période de crise politique (assassinat de B Aquino en 1983, départ de Marcos 1986).

7 Voir à ce sujet l’article d’Ian Coxhead, « A new resource curse ? Impacts of China’s boom on comparative advantage and resource dependence in South East Asia », World development, Elsevier, vol. 35 (7), juillet 2007, p. 1099-1119.

8 Préconisée par le Fonds monétaire international car elle facilitait l’accès des pays émergents à l’épargne des pays riches, cette réforme a été encouragée par le département du Trésor américain car elle ouvrait les marchés aux sociétés de Wall Street. Cette réforme était en revanche sévèrement critiquée par les conseillers de la présidence américaine (Joseph E. Stiglitz, La grande désillusion, Paris, Fayard, 2002, p. 144) qui la jugeaient dangereuse pour les pays où la supervision bancaire était lacunaire.

9 Un accord de partenariat économique va au-delà d’un accord de libre-échange (ALE) et inclut des chapitres portant sur l’investissement et la propriété intellectuelle.

10 Ces sommets réunissent les chefs d’État de l’Asean, la Chine, le Japon, la Corée, l’Inde, l’Australie et la Nouvelle Zélande.

11 La clause de la nation la plus favorisée (NPF) signifie qu’un pays ne peut pas faire de discrimination entre ses partenaires : s’il abaisse le droit de douane perçu sur un produit, il doit le faire pour tous les autres membres de l’OMC.

12 Selon l’expression de Thomas Hale, « The de facto preferential trade agreement in East Asia », Review of International Political Economy, vol. 18 (3), 2011.

13 Le « premier dégroupage » ayant eu lieu à l’époque des « quatre dragons » : Corée du Sud, Taiwan, Singapour et Hong Kong. Voir Richard Baldwin, « Trade And Industrialisation After Globalisation’s 2nd Unbundling: How Building And Joining A Supply Chain Are Different And Why It Matters », NBER Working Paper, no 17716, National Bureau of Economic Research, Washington, décembre 2011.

14 Ando Mitsuyo et Ayako Obashi, « The Pervasiveness of Non-Tariff Measures in Asean: Evidences from the Inventory Approach », Research Workshop on Rising Non-tariff Protectionism and Crisis Recovery, Macao, Chine, 14-15 décembre 2009.

15 La primarisation, qui signifie l’augmentation du poids du secteur primaire dans les exportations, est très marquée en Indonésie et en Malaisie.

16 Dong He et Wenlang Zhang, « How dependent is the Chinese economy on exports and in what sense has its growth been export led? », Journal of Asian Economics, Elsevier, vol. 21 (1), février 2010 p. 87-104.

17 Helen Nesadurai, Globalisation, Domestic Politics and Regionalism: The Asean Free Trade Area, Londres, Routledge, 2003, 244 pages.

18 Parmi ces investissements, une partie provient des pays de l’Asean. En effet, la baisse de l’investissement privé depuis la crise asiatique pourrait être en partie expliquée par le plus grand engagement en Chine des entreprises de la diaspora chinoise qui dominent le monde des affaires dans les divers pays de l’Asean. On peut remarquer à ce sujet que le stock des investissements réalisés en Chine par des pays de l’Asean (60 milliards de dollars en 2010 selon les statistiques chinoises) est supérieur au montant cumulé des IDE de la Chine dans les pays de l’Asean.

19 Ces enquêtes sont réalisées régulièrement depuis 1989 : www.jbic.go.jp/en/research/index.html

20 À partir d’une approche différente, Mohamed Aslam Serge Besanger et Marie-Aimée Tourres (« The rise of China’s economy and its impact on ASEAN », Les cahiers de la Recherche, no 15, Centre interdisciplinaire de recherche sur le commerce extérieur et l’économie exports, mai 2012) concluent que les pays les moins avancés de l’Asean (Cambodge, Laos et Viêt Nam) qui exportent des produits à autre intensité de maind’œuvre sont les plus touchés.

21 J.-R. Chaponnière et Marc Lautier, « Corée du Sud : croissance industrielle et ajustement à la Chine », CEPII : L’économie mondiale 2014, Paris, Éditions Repères, 2013, 20 pages.

22 De 33 % du PIB en 1996 à 12 % en moyenne entre 2000 et 2012.

23 À partir des statistiques du ministère des Finances, d’Economic Survey 2010 et des données www.adbi.org/files/2011.01.18.cpp. sess1.4.ahmad.trends.outlook.labour.migration.malaysia.pdf

24 Ruth Pearson et Kyoko Kusakabe, Thailand’s Hidden Workforce. Burmese Migrant Women Factory Workers, Londres, Zed books, 2012, 216 pages.

25 Cette perspective dépend de nombreuses hypothèses qui ne sont pas sûres de se vérifier, qu’il s’agisse de l’évolution de la parité du yen et des différentes monnaies de l’Asean ou de l’évolution des profits que transféreront les filiales au Japon.

26 Jeffrey A. Frankel et Shang-Jin Wei, « Is a yen bloc emerging? », 5th U.S.-Korea Academic Symposium: « Economic Cooperation and Challenges in the Pacific: Japan, Korea, China, the United States and the Economies of East Asia », University of California, Berkeley, 7-9 septembre, 1994 (www.hks.harvard.edu/fs/jfrankel/KEI4YEN.BLC.PDF).

27 I. Takatoshi, K. Satoshi et S. Kiyotaka, « Why has the Yen failed to become a dominant invoicing currency in Asia? », NBER Working Paper, no 16231, 2010.

28 Mais selon le Financial Times (« Renminbi trade finance », 3 décembre 2013), ce taux s’explique par l’utilisation dévoyée de lettres de crédit libellées Rmb pour contourner le contrôle des capitaux.

29 Paola Subacchi, « The Connecting Dots of China’s Renminbi Strategy London and Hong Kong », Chatham house briefing, Londres, septembre 2012.

30 Cet accord ne prévoit pas de limite à l’utilisation du yen et RMB pour les échanges et prévoit la possibilité d’investissements japonais en RMB en Chine.

31 Arvind Subramanian, Eclipse: Living in the Shadow of China’s Economic Dominance, Washington Peterson Institute For International Economics, 2011, 106 pages.

32 Depuis 2005, si elles fluctuent par rapport au yen – elles se sont dépréciées de 20 % depuis que le Japon a adopté « l’Abenomics », les monnaies de l’Asean évoluent moins par rapport au RMB.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 - Importations de l'Asean
Légende Sources : Chelem, Cepii.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Graphique 2 - Exportations de l'Asean
Légende Sources : Chelem, Cepii.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2474/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique 3 - Les échanges de la Chine avec l’Asean (somme des 4 derniers trimestres, décembre 1999 à juin 2013, en milliards de dollars)
Légende Source : à partir des données de Global Trade Atlas (Chine).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2474/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Graphique 4 - Part des produits manufacturés dans les exportations de l’Asean vers la Chine, le Japon et le monde
Légende Sources : Chelem, Cepii.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2474/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Tableau 3 - Structure géographique du commerce indonésien, en valeur nominale et en valeur ajoutée (2009)
Légende Sources : OCDE, OMC.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2474/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Graphique 5 - Entrées d’IDE dans l’Asean et la Chine (milliards de dollars)
Légende Source : CNUCED.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2474/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tableau 4 - Montant cumulé des IDE chinois, stock d’IDE japonais dans l’Asean et montant cumulé des IDE de l’Asean en Chine (milliards de dollars)
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2474/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

Auteur

Membre d’Asie 21 (Futuribles) et chercheur invité à Asia Centre, a été économiste au département « Asie » de l’Agence française de développement (AFD) entre 2005 et 2011. Auparavant ingénieur de recherche au CNRS, il a été chercheur invité à l’Institute of South-East Asian Studies (ISEAS) à Singapour (1982-1984), expert au National Economic and Social Development Board (NESDB) en Thaïlande, chercheur invité à l’Euro Asia Centre de l’Institut européen d’administration des affaires (Insead, 1995-1996), conseiller économique en Corée du Sud (1998-2000) et en Turquie (2000-2003). Parmi ses récentes publications : Le Temps de la Chine en Afrique (avec Jean-Jacques Gabas, Paris, Khartala, 2012), « The socioeconomic consequence of the global crisis on Asia » (in Ulrike Schuerkens (dir.), Socioeconomic Outcomes of the Global Financial Crisis, New York, Routledge, 2012), « Corée du sud, politique industrielle et ajustement à la Chine » (avec Marc Lautier, Économie Mondiale 2014, Cepii « Repères »).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site