Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2014 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Jérémy Jammes
, 
François Robinne

Les contributeurs

Texte intégral

1Sarah Anaïs Andrieu est ethnologue. Sa thèse de doctorat soutenue en 2010 à l’EHESS traitait du wayang golek sundanais, un théâtre de marionnettes indonésien très populaire à Java Ouest et proclamé Chef d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’Humanité par l’Unesco en 2003. Il s’agissait d’étudier l’articulation des niveaux de décision et d’action sur des échelles locales, régionales et internationales, analysant les implications plus vastes (politiques, économiques, etc.) dans le cadre de la mondialisation. Sa thèse a obtenu en 2012 le 1er prix commun UQAM-Respatrimoni en études patrimoniales et est en cours de publication aux Presses universitaires de Rennes sous le titre Corps du bois, Souffle humain. Le théâtre de marionnettes wayang golek de Java Ouest. Installée depuis 2006 en Indonésie, elle poursuit actuellement ses recherches à propos des pratiques culturelles et leur reconnaissance aux niveaux national et international, en s’attachant aux problématiques politiques et identitaires qui leur sont liées. Elle s’apprête également à débuter une nouvelle recherche à propos des pratiques d’excision en Indonésie.

2François-Xavier Bonnet, chercheur associé de l’Irasec, est doctorant à l’Institut français de géopolitique (université Paris VIII). Sa thèse de géographie porte sur les interconnexions entre les conflits claniques (rido) et les insurrections musulmanes sur l’île de Mindanao. Il est l’auteur de trois chapitres dans la monographie nationale Philippines contemporaines (William Guéraiche (dir.), Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, 2013), ainsi que d’une série d’articles sur la géopolitique des Philippines, dont récemment « Geopolitics of Scarborough Shoal » (Irasec’s Discussion Paper, no 14, 2012). Il est par ailleurs consultant pour différentes agences des Nations unies (notamment l’Unesco) et pour certaines municipalités de Mindanao ayant des conflits locaux à régler.

3Christine Cabasset, chercheur associée de l’Irasec, est docteur en géographie et aménagement du territoire (université Paris IV-Sorbonne). Elle s’intéresse à l’Asie du Sud-Est, notamment l’Indonésie et Timor-Leste, depuis une vingtaine d’années. Elle a dirigé East-Timor: how to build a new nation in Southeast Asia in the 21st century ? (avec Frédéric Durand, « Carnet de l’Irasec », no 9, 2009), ainsi que la monographie nationale Timor-Leste contemporain. L’émergence d’une nation (avec Benjamim de Araújo e Corte-Real et Frédéric Durand, Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, à paraître en 2014). Parmi ses autres récentes publications : « L’aménagement du territoire à Timor-Leste : un enjeu récent entre héritage historique et internationalisation contemporaine »(in Timor-Leste contemporain, op. cit.) et « Le tourisme en Indonésie : un enjeu local et national en quête de gouvernance » (in Rémy Madinier (dir.), Indonésie contemporaine, Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, à paraître). Ses recherches portent aujourd’hui sur la gouvernance territoriale, ainsi que sur les questions d’intégration régionale et l’Asean. Elle a enseigné la géographie dans plusieurs universités (Paris IV-Sorbonne, Évry, en Indonésie et à Timor-Leste) et intervient sur des missions d’expertise, comme en 2012 auprès du ministère de l’Éducation de Timor-Leste.

4Jean-Raphaël Chaponnière, membre d’Asie 21 (Futuribles) et chercheur invité à Asia Centre, a été économiste au département « Asie » de l’Agence française de développement (AFD) entre 2005 et 2011. Auparavant ingénieur de recherche au CNRS, il a été chercheur invité à l’Institute of South-East Asian Studies (ISEAS) à Singapour (1982-1984), expert au National Economic and Social Development Board (NESDB) en Thaïlande, chercheur invité à l’Euro Asia Centre de l’Institut européen d’administration des affaires (Insead, 1995-1996), conseiller économique en Corée du Sud (1998-2000) et en Turquie (2000-2003). Parmi ses récentes publications : Le Temps de la Chine en Afrique (avec Jean-Jacques Gabas, Paris, Khartala, 2012), « The socioeconomic consequence of the global crisis on Asia » (in Ulrike Schuerkens (dir.), Socioeconomic Outcomes of the Global Financial Crisis, New York, Routledge, 2012), « Corée du sud, politique industrielle et ajustement à la Chine » (avec Marc Lautier, Économie Mondiale 2014, Cepii « Repères »).

5Arnaud Dubus est un journaliste basé en Thaïlande depuis 1989. Il couvre l'Asie du Sud-Est pour les quotidiens Libération et Le Temps (Suisse) ainsi que pour Radio France Internationale. Il s'est spécialisé sur la politique thaïlandaise et a écrit plusieurs livres sur la région. Il a publié, entre autres, une étude comparative sur les armées indonésienne et thaïlandaise, Armée du peuple, armée du roi. Les militaires face à la société en Indonésie et en Thaïlande (avec Nicolas Revise, Bangkok-Paris, Irasec-L’Harmattan, 2002), un guide « Thaïlande : Culture-Histoire-Société » (Paris, La Découverte, 2011) et une étude sur les musulmans du Sud thaïlandais (avec Sor Rattanamanee Polkla, Policies of the Thai State towards the Malay Muslim South, « Irasec’s Occasional Paper », no 16, 2001).

6Renaud Egreteau est docteur de l’Institut d’études politiques (IEP Paris, 2006), diplômé de l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) et chercheur associé à l’Irasec. Il fut Research Assistant Professor auprès de l’Université de Hong Kong de 2009 à 2013. Ses travaux actuels se penchent sur les récentes transformations politiques, législatives et prétoriennes intervenues en Birmanie, ainsi que sur la formation de réseaux transnationaux par différentes communautés diasporiques birmanes et indiennes. Il coordonne actuellement avec François Robinne la nouvelle édition de Contemporary Burma/Myanmar (projet de l’Irasec). Il est l’auteur de Wooing the Generals : India’s New Burma Policy (New Delhi, CSH-Authorspress, 2003), Histoire de la Birmanie contemporaine. Le pays des prétoriens (Paris, Fayard, 2010) et Soldiers and Diplomacy in Myanmar : Understanding the Foreign Relations of the Burmese Praetorian State (avec Larry Jagan, Singapour, NUS Press-Irasec, 2013).

7Nathalie Fau est docteur en géographie, maître de conférences à l’université Paris VII et chercheur au laboratoire SEDET (Sociétés en développement, études transdisciplinaires). Depuis septembre 2011, elle est en poste à Kuala Lumpur, rattachée à l’Irasec et affiliée au Maritime Institute of Malaysia (MIMA). Diplômée de l’université Paris X-Nanterre, agrégée de géographie, elle a consacré sa thèse de doctorat à la région nord de Sumatra, une périphérie indonésienne ouverte sur le détroit de Malacca. Elle a récemment publié « Les enjeux géoéconomiques et géostratégiques du détroit de Malacca » (Géoéconomie, no 67, nov. 2013) et « Maritime connectivity in the straits of Malacca : linking regions, connecting people » (avec Nazery Khalid, in Muhammad Subban, Sabariah Yaakub et Ahmad Bashawir Abdul Ghani (dir.), Port, Maritime and Hinterland Development in Southeast Asia : Issues and Challenges, Sintok, Universiti Utara Malaysia Press, 2013). Elle a par ailleurs édité l’ouvrage Transnational Dynamics in Southeast Asia : the Greater Mekong Subregion and Malacca Straits Economic Corridors (avec Sirivanh Khonthapane et Christian Taillard, Singapour, ISEAS, 2013).

8Bernard Formoso est professeur d’ethnologie à l’université Paris Ouest – Nanterre – La Défense et est membre du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC – UMR 7186). Il a successivement étudié l’évolution socio-économique de villages rizicoles du nord-est de la Thaïlande, les communautés chinoises de Thaïlande et d’Asie du Sud-Est, l’ethnicité des populations Taïes et des montagnards d’Asie du Sud-Est, la sémiologie des costumes des minorités du Yunnan et, tout dernièrement, les sociétés civiles d’Asie du Sud-Est. Il dirige actuellement un programme de recherches pour le compte de l’Irasec intitulé Sociétés civiles d’Asie du Sud-Est : le pilotage d’État face à l’initiative citoyenne. B. Formoso est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le Sud-Est asiatique. Il a notamment édité Ban Amphawan et Ban Han, le devenir de deux villages rizicoles du Nord-Est thaïlandais (Paris, CNRS/ADPF, 1997). Il a aussi publié Thaïlande, Bouddhisme renonçant, capitalisme triomphant (Paris, La Documentation Française, 2000), Identités en regard, Destins chinois en milieu bouddhiste thaï (Paris, éds CNRS/MSH, 2000), De Jiao, a Religious Movement in Contemporary China and Overseas : Purple Qi from the East (Singapour, NUS Press, 2010), L’Identité reconsidérée : des mécanismes de base de l’identité à ses formes d’expression les plus actuelles (Paris, L’Harmattan, 2011), Monnaie antique, monnaie moderne, monnaies d’ailleurs. Métissages et hybridation (avec Patrick Pion, Paris, Éditions de Boccard, 2012), ou encore Costumes du Yunnan (Nanterre, Société d’ethnologie, 2013).

9Éric Frécon enseigne les relations internationales à l’École navale et pilote l’Observatoire Asie du Sud-Est au sein de l’Asia Centre, à Paris. Il a soutenu sa thèse en 2007 sur la piraterie maritime en Asie orientale, à Sciences Po Paris. Post-doctorant à l’École normale supérieure de Lyon (Institut d’Asie orientale), il a été rédacteur en chef adjoint du bimestriel Diplomatie en 2011-2012 ainsi que research fellow rattaché au programme « Indonésie » de la S. Rajaratnam School of International Studies (RSIS) à Singapour, où il a séjourné durant trois ans. Il est l’auteur de Chez les pirates d'Indonésie (Paris, Fayard, 2011). Parmi ses dernières publications sur Singapour, on compte : « Singapour : un objet de recherche mésestimé ? » et « Singapour, gardienne de ses détroits » (Monde chinois, no 30, été 2012).

10Laurent Gédéon est géopolitologue, maître de conférences à l’université catholique de Lyon et chercheur à l’Institut d’Asie orientale (IAO, CNRS). Docteur en géopolitique de l’université Paris VIII, il a consacré sa thèse à la communauté sino-vietnamienne de Cholon. Il a publié un ouvrage (Les Hoa au Vietnam, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2001) ainsi que divers articles sur ce sujet. Il travaille actuellement sur les questions géopolitiques concernant l’Asie du Sud-Est ainsi que sur les enjeux liés à la géostratégie maritime de la Chine. Il est également codirecteur du projet Virtual Saigon (http://saigon.virtualcities.fr). Parmi ses dernières publications : « Vietnam : vers un nouveau positionnement stratégique ? » (Grands dossiers de Diplomatie, no 9, juin-juillet 2012).

11François Guillemot est historien, ingénieur de recherche au CNRS, en charge de la documentation sur le Viêt Nam à l’Institut d’Asie orientale (IAO, CNRS), École normale supérieure de Lyon. Auteur de Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie, 1938-1955 (Paris, Les Indes savantes, 2012) ; Des Vietnamiennes dans la guerre civile, 1945-1975. L’autre moitié de la guerre (Les Indes savantes, à paraître). Il mène des recherches sur la guerre civile vietnamienne, les mouvements nationalistes et les bataillons féminins des Jeunesses de choc (Thanh Niên Xung Phong) pendant la guerre du Viêt Nam. Il est le coordinateur du projet franco-vietnamien de cartographie interactive « Virtual Saigon » (http://saigon.virtualcities.fr/), le responsable de la plate-forme « Viêt-Nam Laos Cambodge. Sources et aides à la recherche » (http://vlc.ishlyon.cnrs.fr/) et de deux carnets de recherche : « Femmes et guerres au Viêt-Nam » (http://guerillera.hypotheses.org/) et « Mémoires d’Indochine » (http://indomemoires.hypotheses.org/​).

12Anne Yvonne Guillou est anthropologue, chargée de recherche au CNRS, en poste au Centre Asie du Sud-Est (UMR CNRS-EHESS, Paris). Elle a une triple formation de sociologue (DEA EHESS, 1988), de khmérologue (diplôme supérieur de Khmer, INALCO, 1990) et d’ethnologue (doctorat EHESS, 2001). De 1985 à 2005, elle a essentiellement réalisé des travaux en anthropologie médicale, d’abord auprès des réfugiés cambodgiens en France, puis au Cambodge à partir de 1990 (Cambodge. Soigner dans les fracas de l’histoire. Médecins et société, Paris, Les Indes savantes, 2009). Depuis 2006, elle travaille sur la question des ruptures sociales et de la construction des mémoires au Cambodge, notamment sur le plan de la religion et des rituels. Elle a récemment codirigé avec Silvia Vignato deux numéros spéciaux pour la revue Southeast Asia Research, intitulés : Life after collective death in South East Asia (Part 1. « The (re)fabrication of social bonds », juin 2012 et Part 2. « Helping and being helped », sept. 2013). Elle est présidente de l’Association française pour la recherche sur l’Asie du Sud-Est (Afrase) depuis 2012.

13Jérémy Jammes, directeur adjoint de l’Irasec à Bangkok, est docteur en ethnologie. Sa thèse, soutenue à l’université Paris X-Nanterre en 2006, portait sur le caodaïsme, l’activité missionnaire, les rituels médiumniques, les velléités indépendantistes et les réseaux outre-mer de cette religion vietnamienne. Tout en continuant ses travaux sur le caodaïsme, il a étendu ses recherches aux phénomènes de conversion et aux discours, pratiques et réseaux missionnaires chrétiens, ainsi qu’à l’ensemble des situations d’interpénétration culturelle engendrées auprès des populations vietnamiennes et montagnardes des deux côtés de la frontière vietnamo-cambodgienne, dans une démarche associant l’ethnologie à l’histoire et à la sociologie des religions. C’est dans cette perspective qu’il codirige avec Pascal Bourdeaux un ouvrage collectif ainsi qu’un numéro thématique sur « Protestantisme évangélique et sociétés d’Asie du Sud-Est » (Social Compass, vol. 60, no 4, déc. 2013). Il a auparavant dirigé avec ce dernier le numéro « Religions du Vietnam (XVIIIe -XXIe siècle), ésotérisme traditionnel et nouvel occultisme » (Péninsule, 2010). Son ouvrage sur le caodaïsme, Les Oracles du Cao Ðài, est en cours de publication (Paris, Les Indes savantes).

14Bruno Jetin est économiste en délégation CNRS à l’Irasec, basé à Bangkok, depuis septembre 2013. Il était auparavant maître de conférences en sciences économiques à l’université Paris Nord et a été directeur adjoint de son Centre d’Économie (CEPN, UMR CNRS 7115) de 2010 à 2012. De 2005 à 2008, il était en poste au Centre for Education and Labour Studies (CELS, université de Chiang Mai) accueilli par l’Institut de recherche et de développement (IRD). Ses domaines de recherches concernent l’Asean, les inégalités et la cohésion sociale, la croissance et la répartition des revenus. Il a notamment publié les chapitres « Industrial upgrading and Educational upgrading : two critical issues for Thailand » (in Yveline Lecler et Patarapong Intarakumnerd (dir.), Sustainability of Thailand’s Competitiveness, Singapour, ISEAS, 2010) et « Le développement économique de la Thaïlande est-il socialement soutenable ? » (in Stéphane Dovert et Jacques Ivanoff (dir.), Thaïlande contemporaine, Paris, Les Indes savantes-Irasec, 2011), ainsi que l’article « Distribution of income, labour productivity and competitiveness : Is the Thai labour regime sustainable ? » (Cambridge Journal of Economics, vol. 36, no 4, juillet 2012).

15Fabienne Luco est ethnologue, chercheur indépendante basée au Cambodge depuis 1993. Elle a consacré sa thèse de doctorat d’Anthropologie sociale au rôle de l’espace dans la transmission des normes et valeurs sociales à partir de l’étude de villages autour d’Angkor (EHESS). Elle est l’auteur de plusieurs articles sur l’évolution de la société cambodgienne : « Pratiques anciennes et nouvelles d’accès à la terre au Cambodge » (in Alain Forest (dir.), Cambodge contemporain, Paris, Irasec-Les Indes savantes, 2008) et « La religion des cambodgiens » (in Cambodge-soir : Chroniques sociales d’un pays au quotidien, Bangkok, IRASEC, 2005). Au Cambodge, elle a travaillé et publié des rapports en tant que consultante pour plusieurs agences des Nations unies (« La gestion communautaire et la société traditionnelle cambodgienne. Villages dans la forêt inondée du lac Tonle Sap » pour la FAO ; « Entre le Tigre et le crocodile : approche anthropologique des pratiques anciennes et nouvelles de gestion des conflits locaux » pour l’Unesco) ainsi que comme Chargée des droits de l’Homme au bureau UN des Droits de l’Homme (UNHCHR) et investigatrice au UNAKRT (tribunal hybride mis en place pour juger les Khmers rouges).

16Marie Mellac est docteur en géographie, maître de conférences à l’université Bordeaux Montaigne et membre de l’UMR 5185 Adess (« Aménagement, Développement, Environnement, Santé et Sociétés ») dont elle anime le pôle de recherche « Paysage et environnement ; qualité et ressource ». Elle travaille actuellement au rapprochement de la géographie et du droit en s’intéressant à la production des législations foncières et environnementales dans différents pays sud-est asiatique et à Madagascar. Ses principaux investissements vont cependant au Viêt Nam, pays sur lequel elle a réalisé une thèse de doctorat consacrée à la gestion forestière. Ce sujet l’a amené à s’intéresser progressivement aux reformes foncières en cours, d’abord d’un point de vue local puis du point de vue de l’État, réfléchissant au rôle joué par le foncier dans la construction de l’identité locale et nationale. M. Mellac a notamment publié « Land Reform and Changing Identities in Two Tai-Speaking Districts in Northern Vietnam » (in Jean Michaud et Tim Forsyth (dir.), Moving Mountains. Ethnicity and Livehoods in Highland China, Vietnam and Laos, Vancouver, UBC Press, 2011, p. 146-172) et « Foncier et citoyenneté des Tai du nord-ouest Viêt Nam (1850-2000) » (in Jean-Pierre Jacob et Pierre-Yves Le Meur (dir.), Politique de la terre et de l’appartenance, Droits fonciers et citoyenneté locale dans les sociétés du Sud, Paris, Karthala, 2010, p. 95-139).

17Grégory Mikaelian est historien moderniste, chercheur au CNRS depuis 2008. Diplômé de l’université Paris IV Sorbonne, il a consacré sa thèse de doctorat à l’histoire de la royauté khmère au XVIIe siècle. Il a publié deux ouvrages sur l’histoire du Cambodge, l’un portant sur les institutions de la période moderne (La Royauté d’Oudong. Réforme des institutions et crise du pouvoir dans le royaume khmer du XVIIe siècle, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2009), l’autre retraçant l’expérience ethnographique d’un administrateur colonial (Un partageux au Cambodge : biographie d’Adhémard Leclère suivie de l’inventaire du Fonds Adhémard Leclère, Paris, Association Péninsule, « Cahiers de Péninsule », no 12, 2011). Il s’intéresse à l’histoire contemporaine du pays khmer ainsi qu’à son actualité politique dans la mesure où elles procèdent en partie d’une historicité moderne.

18Vatthana Pholsena est chercheur au CNRS, affectée à l'antenne de l’Irasec à Singapour depuis 2011, et Associate Professor de l’Université nationale de Singapour (NUS, Department of Southeast Asian Studies) depuis janvier 2014. Elle a obtenu son doctorat au Centre for South-East Asian Studies de l’université de Hull (Grande-Bretagne). Elle a été post-doctorante, puis assistant professor à l’université nationale de Singapour (2002-2006). Elle est l’auteur de Post-War Laos: the Politics of Culture, History, and Identity (Singapour-Ithaca, ISEAS-Cornell University Press, 2006) et Laos. Un pays en mutation (Paris, Belin, 2011). Elle a par ailleurs dirigé les ouvrages collectifs suivants : Laos. Sociétés et pouvoirs (avec Vanina Bouté, Paris, Irasec-Les Indes savantes, 2012), et Interactions with a Violent Past. Reading Post-Conflict Landscapes in Cambodia, Laos, and Vietnam (avec Oliver Tappe, Singapour, Irasec-NUS Press, 2013). Ses recherches actuelles couvrent l’histoire sociale des guerres du Viêt Nam et les dynamiques ethno-politiques dans les régions frontalières entre le Laos et le Viêt Nam, ainsi que les relations entre État et société dans le Laos de l’après-socialisme.

19François Robinne, directeur de l’Irasec à Bangkok depuis septembre 2012, est directeur de recherche du CNRS. Diplômé de birman (Inalco) et titulaire d’une thèse d’ethnologie soutenue à l’EHESS en 1985, il a été directeur de l’Institut de recherches sur le Sud-Est asiatique (IRSEA, Université de Provence-CNRS) de 2008 à 2011 et directeur de la revue Moussons. Ses travaux portent actuellement sur les relations interethniques en Birmanie, à la fois en milieux bouddhique (État Shan et Birmanie centrale) et chrétien (États Kachin et Chin). Parmi ses publications, citons : Fils et maîtres du lac. Relations interethniques dans l’État Shan de Birmanie (Paris, CNRS-EHESS, 2000), Prêtres et chamanes. Métamorphoses des Kachin de Birmanie (Paris, L’Harmattan, 2007) ; il coordonne actuellement l’ouvrage collectif Contemporary Burma/Myanmar avec Renaud Egreteau (programme Irasec).

20Marie-Sybille de Vienne est professeur des universités et enseigne l’histoire économique et la géopolitique de l’Asie du Sud-Est à l’Institut national des langues et civilisations orientales de Paris (Inalco). Après y avoir dirigé le Centre de préparation aux échanges internationaux (CPEI), elle est actuellement vice-présidente en charge des affaires internationales. Depuis 2006, elle dirige également la revue Péninsule (http://peninsule.free.fr/​). Auteur d’une dizaine d’ouvrages sur le Sud-Est asiatique et la Chine du Sud, elle a notamment publié Les Chinois en Insulinde, échanges et sociétés marchandes au XVIIe siècle (Paris, Les Indes savantes, 2008). Elle a participé à Cambodge contemporain (Alain Forest (dir.), Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, 2008) et à Thaïlande contemporaine (Stéphane Dovert et Jacques Ivanoff (dir.), Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, 2011) et vient de publier Brunei, de la thalassocratie à la rente (Paris, CNRS Éditions, 2012). Ses recherches explorent deux axes de réflexion : sur le temps court, les phénomènes de crise (politique, économique et sécuritaire) ; sur la longue durée, l’évolution des sociétés sud-est asiatiques depuis l’époque moderne appréhendée sous le double prisme du jeu des échanges commerciaux et des institutions politiques.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site