Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2012 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Jérémy Jammes
, 
Benoît de Tréglodé

Troisième partie. La région

Viêt Nam

L’appel à un second Renouveau

Laurent Gédéon et François Guillemot

Texte intégral

1Indéniablement, l’année 2011 a été pour le Viêt Nam une année chargée sur le plan politique. Ceci que soit en politique intérieure avec une vigilance accrue face à la montée de la dissidence, ou en politique extérieure marquée de nouveau par un contexte régional tendu et la nécessité de maintenir des rapports de bonne harmonie avec la Chine. À chaque fois, les deux piliers du régime communiste, l’armée et la police, ont été fortement mobilisés. Si l’année politique se décline en janvier sous l’angle de la réaffirmation du rôle du Parti communiste vietnamien (PCV), dès février cette suprématie est interpellée par la résonance des soulèvements arabes contre leurs régimes autoritaires. Sur le plan intérieur, l’impact de ces mouvements extérieurs successifs a été suivi de près par les forces de la sécurité publique afin de contrecarrer fermement les appels à une « révolution de jasmin » qui auraient pu éclore. L’économie semble de son côté marquer une légère rémission alors que le problème de l’inflation ne trouve pas encore de solution à court terme. La société reste fragilisée par des écarts de richesse importants et une dégradation des relations sociales qui s’exprime notamment par la montée de la délinquance juvénile et des « fléaux sociaux ».

1 - Un congrès sous le signe du statu quo

2L’entrée en matière de l’année 2011 a été placée sous le signe d’un événement politique majeur : le XIe congrès du PCV. Ce grand rendez-vous politique incarnait pour les 1 377 délégués du parti unique l’adoption et la mise en œuvre de l’orientation socioéconomique du pays pour la décennie à venir (plan 2011-2020), définie auparavant en cercle clos, ainsi que le renouvellement d’une partie des plus hautes figures de l’État-Parti (le premier secrétaire du Parti, le chef de l’État, le Premier ministre). Cependant, comme souvent dans ce genre d’exercice, les choses semblaient jouées dès le mois de décembre 2010 quand on apprit les noms des membres du futur triumvirat au sommet de l’État.

  • 1 David Brown, « Rituals of renewal in Vietnam », Asia Times, 7 janvier 2011 (www.atimes.com).

3La nouvelle direction a très vite été confrontée à une série d’événements révolutionnaires se déroulant loin de ses frontières. Pour l’État-Parti qui avait réaffirmé son refus catégorique du multipartisme par la voie de Đinh Thế Huynh, membre du Comité central, deux jours avant l’ouverture du congrès, le spectre d’une « révolution de jasmin » fut pris très au sérieux, tout comme chez son grand voisin du nord. C’est sur cet avertissement que le congrès ouvrit ses portes du 12 au 19 janvier 2011 pour désigner les 175 membres du comité central et ses 25 suppléants. Ces « rituels du Renouveau », comme le suggère le journaliste David Brown, jouent interminablement la même partie : renouvellement par moitié des cadres du comité central, élection du Politburo (14 membres) et sélection de la troïka dirigeante représentant l’État-Parti pour cinq ans1.

4Le 22 mai, malgré les appels au boycott par dazibaos collés par de petits groupes clandestins, selon les chiffres officiels, plus de 90 % des 62 millions d’électeurs se déplacèrent pour l’élection des 500 députés de l’Assemblée nationale et des 300 000 membres des conseils populaires (mandat 2011-2016).

5Le 25 juillet 2011, Trương Tấn Sang, 62 ans, membre du bureau politique permanent du secrétariat du PCV et originaire du sud, était officiellement élu par l’Assemblée nationale président de la République socialiste du Viêt Nam (RSVN) avec 97,4 % des suffrages (487 voix), selon une procédure balisée sans surprise. Moins connue, Nguyễn Thị Doan, membre du comité central du PCV, était pressentie pour prendre la vice-présidence qu’elle obtint lors de sa réélection le jour suivant. Nguyễn Tấn Dũng, l’ancien Premier ministre et rival de Trương Tấn Sang, était également réélu le 26 juillet.

  • 2 Voir Christophe Gironde et Benoît de Tréglodé, « Viêt Nam, une année à l’ombre du Congrès », in Arn (...)
  • 3 « Thủ tướng Nguyễn Tấn Dũng - nhân vật của năm 2010 » [Le Premier ministre Nguyễn Tấn Dũng, personn (...)

6La réélection de Nguyễn Tấn Dũng (94 % des voix de l’Assemblée nationale contre 92 % en 2006) pour un second mandat, malgré quelques critiques internes relatives à l’exploitation de la bauxite et aux expropriations dans les campagnes ou encore au scandale Vinashin2, confirme le cap économique libéral qui a été mis en œuvre ces dernières années. Elle renforce la position de cet homme de 61 ans, proche des réseaux de l’armée et de la police qui sont de plus en plus présents dans les cercles du pouvoir. Il a, en outre, été intronisé « homme de l’année 2010 » par le très populaire quotidien en ligne VNExpress3. Parallèlement, Nguyễn Phú Trọng, 67 ans, originaire de Hanoi, était élu secrétaire général du PCV. Ce conservateur, proche de Beijing et ancien président de l’Assemblée nationale, représentait le candidat du compromis entre Sang et Dũng.

7Ce jeu de chaises musicales savamment orchestré en interne offre une combinaison dans laquelle les deux hommes forts de l’État, originaires du sud, prennent la main sur les affaires courantes, laissant aux hommes clés du Parti, originaires du nord, le soin de renouveler l’appareil. La poursuite d’un partage de pouvoir entre pragmatisme incarné par les hauts responsables de l’État et idéologie représentée par les représentants du Parti se confirme.

  • 4 Résolution du XIe Congrès du Parti communiste du Viêt Nam : http://lecourrier.vnagency.com.vn/defau (...)

8De manière générale, le XIe congrès n’a pas apporté de véritables changements politiques, mais a plutôt consacré la continuité de la politique du Parti en matière de sécurité nationale et de politique étrangère, tout en insistant fortement sur la poursuite des réformes économiques. Sur cette question, la résolution adoptée par le congrès à l’issue des débats insiste sur le fait que « la qualité, l’efficacité et la compétitivité de l’économie doivent connaître des améliorations notables et que les conditions […] ne sont pas encore réunies ». Sans approfondir ce point, la résolution souligne également, avec un certain réalisme, que « la compétence et la qualité d’une partie des cadres, des membres du Parti et des fonctionnaires ne répondent pas encore aux besoins de la nouvelle situation »4.

9Depuis mai 2011, le « quadriumvirat » de l’État-Parti (si l’on y ajoute Nguyễn Sinh Hùng, le président de l’Assemblée nationale) a mis en place un efficace réseau de communication sur Internet avec, pour chacun des leaders, une page personnelle officielle accompagnée de multiples déclinaisons visuelles (Flickr sur Yahoo !) et audiovisuelles (YouTube), ou encore une présence sur les réseaux sociaux Facebook ou Twitter. L’équipe du Premier ministre décline son site officiel sur une série de blogs (cinq au total) ainsi que sur YouTube (chaînes nguyentandungchannel et nguyentandungvip créées respectivement les 6 et 16 mai 2011). Cette offensive médiatique offre l’image d’une élite politique moderne maîtrisant parfaitement son image. Par cette action, le Parti entend se prévaloir d’une modernité assumée.

2 - Une contestation méthodiquement verrouillée

10L’accroissement de la répression marque traditionnellement les années pré congrès au Viêt Nam et témoigne des luttes que se livrent les courants internes du Parti. Toutefois, son durcissement au-delà du XIe congrès a été lié au « printemps arabe » et aux craintes d’une contagion en Asie, ainsi qu’aux tensions prévalant en mer Orientale. La résolution du XIe congrès faisait d’ailleurs prudemment état d’une « certaine instabilité sociopolitique ».

11La nouvelle direction a d’emblée donné le ton à travers un nouveau décret (no 2, « Sanctions pour violations administratives dans le journalisme et l’édition ») interdisant aux journalistes d’utiliser des sources anonymes sous peine d’amendes pouvant atteindre 2 000 dollars. Dès le début du mois de janvier, un incident laissait entrevoir le cap répressif adopté tout au long de l’année. Le 5 janvier, le département d’État américain s’insurgeait contre le fait qu’un de ses diplomates avait été brutalisé par des agents de la sécurité publique alors qu’il tentait de rendre visite le jour précédent au père Nguyễn Văn Lý, assigné à résidence à Huế pour traitement médical. L’image de cet homme bâillonné lors de son procès en 2007 et qui est, semble-t-il, aujourd’hui atteint d’une tumeur au cerveau a fait le tour du monde, offrant une représentation peu reluisante des procès politiques toujours en vigueur au Viêt Nam. Cet homme qui ose tenir tête et qui totalise dix-sept années de prison est, depuis le 25 juillet, retourné en cellule malgré les protestations d’Amnesty International.

  • 5 Manifestations à Hô Chi Minh-ville de dizaines de dân oan des provinces du delta du Mékong le 21 fé (...)

12Les catholiques de Cồn Dầu (diocèse de Đà Nẵng) sont restés dans le collimateur des forces de la sécurité publique depuis le microsoulèvement de mars 2010 lors de l’enterrement d’une fidèle. Six fidèles condamnés pour « troubles de l’ordre public » le 27 octobre 2010 avaient fait appel de leurs sentences de peines de prison. Quatre d’entre eux bénéficiant de condamnations avec sursis devaient être jugés en appel le 26 janvier. Sans surprise, les peines de prison ferme et de sursis ont été confirmées par le tribunal populaire de Đà Nẵng chargé de l’affaire. Celle-ci est révélatrice des changements qui s’opèrent dans la campagne et des mouvements de colère qui touchent « les plus humbles », ces dân oan (« peuple victime d’une injustice »), sorte d’indignés locaux qui s’élèvent régulièrement contre les expropriations et l’injustice sociale5. Elle met en outre en lumière le rôle de la commission « Justice et paix » dans le règlement de conflits de réquisition des terres des paroisses catholiques par les différentes autorités locales, comme ce fut le cas à Thái Hà à proximité de Hanoi en juin 2009. Elle rappelle que les questions foncières sont au cœur de ces accrochages entre autorités et populations locales.

13Heureux dénouement pour l’avocat Nguyễn Văn Đài qui recouvrait la liberté le 5 mars 2011 après quatre années de prison. Enfermé dans le camp de Nam Hà, il côtoya les Montagnards des hauts-plateaux du Centre qui s’étaient soulevés en 2001 et 2004. Condamné en novembre 2007 pour ses prises de position en faveur des droits de l’Homme et sa participation au Bloc 8406 dont il fut l’un des fondateurs, il incarne, à 42 ans, cette génération d’avocats frondeurs qui font trembler le régime. Autre membre du Bloc, le militant pro-démocratie Vi Đức Hồi, jugé le 26 janvier à Lạng Sơn, a été condamné pour propagande anti-étatique à cinq ans d’emprisonnement. Cet ancien membre du Parti de 1980 à 2007 (date de sa démission) avait été arrêté le 27 octobre 2010. Il symbolise comme le célèbre avocat Cù Huy Hà Vũ, condamné le 5 avril à sept ans d’emprisonnement par un tribunal de Hanoi, cette auto-évolution interne que redoute par-dessus tout le PCV. De son côté, le Dr Nguyễn Đan Quế, célèbre dissident, a été arrêté le 26 février (puis libéré sous caution) pour avoir lancé un appel à la « révolution de jasmin » au Viêt Nam.

  • 6 Sur une décennie de répression (2001-2011), voir le rapport de Human Rights Watch, Montagnard Chris (...)
  • 7 Arrêtés en juillet et août, quinze d’entre eux sont encore détenus.

14Du côté des ethnies minoritaires, la minorité hmong (1,2 % de la population) entra en rébellion au mois de mai, obligeant l’armée populaire à se déployer dans les régions montagneuses du nord-ouest. Ce mouvement de contestation court et rare, mais rassemblant des milliers de Hmong, souleva les protestations de Human Rights Watch, organisation non gouvernementale très au fait de la répression des Montagnards6. Si certains attribuent cette poussée de fièvre à une revendication indépendantiste de nature millénariste pour instaurer un hypothétique « royaume hmong », cette affaire s’inscrit, semble-t-il, dans la croissance de l’influence des églises évangéliques, phénomène qui recouvre désormais une réalité jamais égalée dans le passé. Autre signe de contestation religieuse, l’engagement croissant de jeunes catholiques (diocèse de Vinh) et de rédemptoristes en faveur des droits de l’Homme7.

  • 8 Voir www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=snUsXbw68sM

15En écho à cette vitalisation des religions, le messianisme du bouddhisme Hòa Hảo a été remis en scène à travers une impressionnante campagne de communication sur YouTube, qui présente les enseignements d’une jeune fille de 9 ans nommée Như Ý dont l’auditoire ne cesse de grandir. Les fidèles voient déjà en cette parole prolixe et vertueuse la réincarnation du grand maître Huỳnh Phú Sổ, assassiné par le Việt Minh en 19478.

16Le mois d’août restera sans doute dans les annales de la répression avec le procès en appel à Hanoi de l’avocat Cù Huy Hà Vũ, qui a vu confirmer sa peine de sept ans de prison pour « propagande contre l’État », une lourde condamnation prononcée lors d’un précédent procès le 5 avril, et la condamnation du mathématicien et blogueur Phạm Minh Hoàng à Hô Chi Minh-ville (HCMV) à trois ans de prison pour ses billets contestataires sur Internet et son appartenance au Việt Tân (peine réduite à 17 mois en appel le 29 novembre). Ces deux procès, à la charge politique lourde, sont un avertissement sévère pour deux net-citoyens qui ont pris fait et cause pour le multipartisme, la démocratie, les questions de la mer de Chine méridionale, de l’exploitation de la bauxite ou des spoliations des petites gens. De même, des cyberattaques ont été livrées depuis le Viêt Nam contre des sites politiques animés par l’opposition vietnamienne en exil ou contre des sites d’information générale du pays comme VietnamNet en novembre 2010. Le 14 février, le parti Vì Dân (Pour le peuple) avertissait que tous les sites qu’il gérait à l’extérieur du pays avaient été attaqués et dénonçait le « terrorisme technique » de l’État vietnamien. En France, le site du Việt Tân (Parti pour la réforme du Viêt Nam), un des sites les plus actifs de la communauté, a été piraté à plusieurs reprises au mois d’août. Selon l’enquête même de ce parti et l’analyse des numéros IP des ordinateurs détournés, la cyberattaque prenait sa source au Viêt Nam, ce que démentent encore formellement les autorités. Quoi qu’il en soit, la guerre du Net entre opposants et partisans du régime s’affirme de plus en plus ouvertement via les blogs et les vidéos postées sur YouTube, tous deux souvent agrémentés de commentaires où l’insulte fuse facilement.

3 - Une économie nationale en rémission

17La fin de l’année 2010 a été marquée les 15 et 23 décembre par deux dégradations successives de la note de la dette à long terme du Viêt Nam par l’agence de notation financière Standard & Poor’s. Celle-ci jugeait en effet le système bancaire vietnamien trop exposé à un éventuel choc économique ou financier.

18En dépit de ces incertitudes économiques, 2011 a débuté avec la volonté affichée lors du XIe congrès « dans n’importe quelle condition et situation […] [d’]être résolu à réaliser la ligne et l’objectif du Renouveau ». De fait, les objectifs définis pour la décennie à venir (2011-2020) par le comité central semblent très ambitieux. Pour ne citer que les principaux : faire du Viêt Nam un pays industrialisé et moderne d’ici 2020, maintenir une croissance annuelle de 7 % à 7,5 % sur la période 2011-2015, multiplier le PIB par 2,2 d’ici 2020, amener le PIB par habitant à 2 000 dollars US à l’horizon 2015.

  • 9 Quỳnh Anh, « IMF dự báo lạm phát Việt Nam năm 2011 là 19 % » [Le FMI prévoit une inflation de 19 % (...)
  • 10 Même type de critiques dans C. V. Kinh, L. Kiên et V. V. Thành, « Lương không theo kịp lạm phát » [ (...)

19Si la croissance économique est toujours de mise et le dynamisme des affaires incontestable, l’économie vietnamienne dans son ensemble semble marquer une pause et reste préoccupante sur plusieurs points. Tout d’abord, l’inflation semble impossible à juguler de façon déterminante, elle atteint encore près de 18 % cette année (et devrait être de 19 % selon le FMI)9. Les six premiers mois de l’année ont confirmé la tendance d’une croissance estimée à 5,6 %, toutefois en légère régression par rapport à 2010 pour la même période (6,16 %). Selon les sources officielles, les points positifs de cette année 2011 s’incarnent dans la progression des recettes budgétaires, la réduction du déficit budgétaire, la stabilisation du marché des changes, une amélioration des structures de protection sociale. Pourtant, le comité économique de l’Assemblée nationale modérait ces quelques aspects positifs et jugeait le bilan économique du ministère trop optimiste, car ne faisant pas ressortir les causes des limites et des faiblesses du développement, et pointait du doigt plus particulièrement la forte inflation restée sans réponse convaincante. Dans une analyse de la 13e mandature présentée par Hà Văn Hiền lors de la première session de l’Assemblée nationale le 24 juin 2011, ce comité consultatif critiquait la copie du ministère en estimant qu’elle manquait de profondeur et ne reflétait donc pas tous les enjeux et défis de l’heure10.

  • 11 Thạch Giản, « Khi tham nhũng trở thành một thứ “văn hóa” » [Lorsque la corruption devient une sort (...)

20Cependant, le gouvernement n’est pas resté inactif et il a lancé au mois d’août une réflexion d’envergure pour trouver des solutions et résorber l’inflation qui pèse sur la vie quotidienne. Cette consultation était toujours en cours début octobre et plusieurs causes étaient soulevées pour expliquer la persistance d’une inflation à deux chiffres : effets d’une baisse du crédit à la consommation et effets du déséquilibre entre l’offre monétaire et la quantité de marchandises dans l’économie. Bref, ce sujet complexe sur lequel se penchent les meilleurs spécialistes de l’économie du Viêt Nam semble démontrer les limites d’une économie « à orientation socialiste », fortement conditionnée par la pesanteur des entreprises étatiques déficitaires, du secteur bancaire et d’une corruption endémique. Sur ce dernier point, les journalistes n’hésitent plus à parler de véritable « culture de la corruption », confirmant son ancrage en profondeur dans toutes les couches de la société11.

  • 12 Nguyên Hà, « Cà phê cuối tuần : “Cần có đổi mới lần hai” » [Au café du week-end : « Nous avons beso (...)

21Un des effets positifs de l’inflation est de questionner les experts sur la viabilité de l’économie vietnamienne et l’on pressent qu’une restructuration générale serait souhaitable. Sur ce sujet, l’économiste réputé Lê Đăng Doanh appelait sans ambages le 30 septembre à un « second Đổi Mới » (second Renouveau) pour faire face à la crise financière vietnamienne et dénonçait l’inefficacité des politiques d’investissement du gouvernement. Il préconisait une réforme profonde de l’appareil d’État, des entreprises étatiques, ainsi qu’une nouvelle gestion des ressources naturelles et des terres du pays12.

  • 13 Sur cette incroyable affaire, voir l’enquête très sérieuse des journalistes Richard Baker et Nick M (...)

22Sujet sensible qui commence tout juste à être évoqué au Viêt Nam, l’affaire RBA (Reserve Bank of Australia) prend de plus en plus l’aspect d’une affaire de corruption logée au plus haut niveau des deux États. Elle concerne des commissions en millions de dollars prélevées sur la fabrication en Australie par des intermédiaires des billets de banque vietnamiens en polymères. Les intermédiaires, selon l’enquête australienne qui débute, seraient liés pour partie au ministère de la Sécurité publique du Viêt Nam, notamment un certain Lương Ngọc Anh. Cet homme de l’ombre est un agent de renseignements dont le beau-père ne serait autre que le ministre de la Police (Công an), le puissant Lê Hồng Anh, selon les investigations du journaliste Lê Minh depuis Sydney. À l’issue de deux ans d’enquête, cette affaire qui touche le Viêt Nam, l’Australie, mais aussi l’Indonésie et la Malaisie est déjà présentée comme étant « la plus grosse affaire de corruption de l’Australie13 ».

23Les indicateurs sur le niveau de vie des habitants en 2010 ont été rendus publics par le département général des Statistiques en juin. On y apprend sans réelle surprise que les dépenses des Vietnamiens ont augmenté de 52,8 % par rapport à celles de 2008 (soit une hausse de 23,6 % par an en moyenne). En parallèle de cette forte augmentation du coût de la vie, les revenus n’ont augmenté que de 18,1 % par an, démontrant ainsi une perte du pouvoir d’achat assez importante. En milieu urbain, si le revenu mensuel moyen par personne est actuellement de 2,1 millions de đồng, il reste le double de celui d’un habitant des zones rurales. Indéniablement, les écarts de richesse se creusent avec un ratio de 9,2 entre les ménages moyens et ceux issus de milieux pauvres (Thanh Niên, 30 juin 2011). Pour endiguer le mécontentement social et notamment les grèves à répétition dans le sud, les autorités réfléchissent à une forte augmentation du salaire minimum vietnamien.

24Ainsi, sans être catastrophique, la situation économique du pays nécessite une vigilance particulière, car plusieurs indicateurs paraissent problématiques : dévaluations successives du đồng (six en trois ans pour un total de 20 %), diminution des réserves monétaires (23,9 milliards de dollars US en 2008 contre 13,6 milliards début 2011), dette publique s’élevant à 29 milliards de dollars US, soit 42 % du PIB, déficit de la balance des paiements, augmentation de 12,17 % des prix à la consommation en janvier 2011 comparé à janvier 2010 et, enfin, intérêts annuels liés au remboursement de la dette élevés. Ils représentent en effet 12 % du budget de l’État, soit près de 4 milliards de dollars US. Or le fait que les réserves financières représentent moins de 50 % du montant de la dette expose le pays à un défaut de paiement en cas d’événement exceptionnel.

25Malgré ces conditions relativement peu favorables, les Việt kiều (Vietnamiens de l’étranger) semblent de plus en plus attirés par leur pays d’origine. C’est en effet plus de 500 000 compatriotes qui rentrent chaque année au pays (Pháp Luật Thành Phố Hồ Chí Minh, 8 juin 2011). C’est à HCMV, où ils résident à près de 80 %, qu’ils investissent massivement. À elle seule, la ville rassemble plus de 2 500 sociétés tenues par des Việt kiều pour un montant de 37 000 milliards de đồng (1,76 milliard de dollars) et 111 projets d’un montant global de plus de 275 millions de dollars. On estime que l’apport des Vietnamiens de l’étranger à leur famille s’est élevé à plus de 20 milliards de dollars au cours des dernières années.

4- Une société fragilisée par ses nouvelles mutations

  • 14 Sur la diversification des réseaux de prostitution, voir l’analyse de Lê Thị Hà, vicedirectrice de (...)

26On sait encore relativement peu de choses sur les impacts négatifs du développement depuis l’avènement du Đổi Mới au niveau de la qualité de vie. Les experts sont tous d’accord pour souligner la baisse massive de la pauvreté depuis un peu plus de dix ans. Selon la Banque mondiale, en 1998, le ratio de la population pauvre en fonction du seuil de pauvreté national était de 37,4 %. Un chiffre qui s’effondre à 14,5 % en 2008. Ces chiffres rassurant sur l’état général de la situation occultent une série de problèmes graves qui touchent de plein fouet les jeunes, que les autorités ont nommés depuis deux décennies les « fléaux sociaux » (tệ nạn xã hội) et qui en disent long sur l’état de santé du pays. C’est ainsi que la résolution du XIe congrès souligne que « la corruption, le gaspillage, la criminalité, les fléaux sociaux, la décadence en matière de moralité et de mode de vie posent encore de nombreux problèmes ». Sous ce vocable prudent, les deux fléaux que représentent la drogue et la prostitution ont de quoi inquiéter14.

27Autre fait majeur du climat social, on observe une recrudescence de la délinquance juvénile que les réseaux d’information sur Internet relaient sans fard. Il n’est qu’à lire quotidiennement les nouvelles sur les sites populaires Xã Luận et VNExpress pour s’interroger sur la brutalité exprimée par une jeunesse prise dans les convulsions de la mondialisation et toujours avide de profits rapides. Les affaires criminelles récentes interpellent sur la dégradation des mœurs et la fin de la morale confucéenne. Les crimes sexuels contre des enfants sont régulièrement rapportés et les meurtres les plus atroces font les gros titres pendant plusieurs jours. Ce fut par exemple le cas d’une double agression commise par un mineur (de presque de 18 ans) sur un couple propriétaire d’une boutique d’or à Bắc Giang, sauvagement assassiné à coups de hachoir. Des personnes âgées égorgées par des voleurs, des enfants maltraités, voire torturés par leurs parents, des jeunes qui se poignardent entre eux, des cadavres de jeunes filles assassinées découpés et jetés dans le Mékong, des lycéennes qui se prostituent, des milliers d’adolescents qui se droguent au thuốc lắc (méthamphétamine), une partie croissante de la jeunesse semble avoir perdu tout repère dans une société corrompue et sans autre idéal que l’argent facile.

  • 15 Dương Thu Hương, Sanctuaire du cœur, Paris, Sabine Wespieser éditeur, 2011.
  • 16 « Hotboy nổi loạn và câu chuyện về thằng Cười, cô gái điếm và con vịt » [Chaud garçon en rébellion (...)
  • 17 Projeté au 36e festival international de Toronto, voir la bande-annonce sur YouTube : www.youtube.c (...)
  • 18 Nguyễn Huy Thiệp, À nos vingt ans !, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2011.

28Cette dégradation des mœurs et des rapports sociaux est à juste titre mise en scène dans le dernier roman de l’écrivaine exilée Dương Thu Hương qui, dans Sanctuaire du cœur15, expose la décadence des liens familiaux à travers l’itinéraire d’un fils de cadre qui se prostitue. Simple inspiration prise dans une société hanoïenne où argent, sexe, violence et pouvoir ont balayé les idéaux. La troisième œuvre du cinéaste Vũ Ngọc Đãng intitulée Lost in Paradise16 fait aussi le point sur ces questions et la vie sentimentale de jeunes marginaux. Le film aborde frontalement la question de la prostitution masculine17. Rappelons-nous que la désespérance sociale d’une partie de la jeunesse avait déjà été abordée il y a quelques années par l’écrivain phare du Đổi Mới, Nguyễn Huy Thiệp, dans son roman À nos vingt ans !18, mettant en scène son fils toxicomane.

  • 19 Femme de pouvoir, sophistiquée et provocatrice dans ses déclarations à la presse, celle qui fut nom (...)

29Ces évolutions, qui semblent révélatrices de profondes mutations sociales, interviennent alors que s’éteignent certaines figures marquantes du Viêt Nam d’hier. C’est ainsi qu’on apprenait, le 24 avril 2011, le décès à l’âge de 86 ans, à Rome, de Mme Ngô Đình Nhu, née Trần Lệ Xuân, véritable égérie de la première République du Viêt Nam (1955-1963)19. Le 23 juillet 2011, une autre figure marquante de la République du Viêt Nam, le général Nguyễn Cao Kỳ, est décédée en Malaisie à l’âge de 80 ans. L’ancien dirigeant sud-vietnamien était revenu au Viêt Nam en 2004, célébré comme un héros repenti, chantre d’une réconciliation nationale unilatérale.

  • 20 « VN lên tiêńg về ông Trương Văn Sương » [Le Viêt Nam se justifie à propos de Trương Văn Sương], B (...)

30Moins médiatisés, les décès de vieux prisonniers politiques méritent d’être mentionnés. Celui de Trương Văn Sương tout d’abord, mort en prison à l’âge de 68 ans, le 12 septembre, d’une « grave maladie de cœur » après avoir totalisé vingt-sept années d’enfermement. Ce détenu était un ancien officier de l’armée de la République du Viêt Nam (sud), rallié à la résistance armée anticommuniste de Trần Văn Bá dans les années 1980 et condamné à perpétuité en 1985, payant ainsi le prix de son engagement. Auparavant, le 11 juillet, Nguyễn Văn Trại mourait d’un cancer au camp de Xuân Lộc, à l’âge de 74 ans. Condamné à quinze ans de prison en 1996 pour s’être rendu à l’étranger dans le but de s’opposer au gouvernement révolutionnaire, il devait achever sa peine quelques mois plus tard20. Enfin, le célèbre poète Hà Thượng Nhân (Phạm Xuân Ninh) décédait le 11 octobre à San José à l’âge de 91 ans.

31Quinze jours avant le début de l’année 2011, le 16 décembre 2010, Trần Văn Giàu, figure historique du Viêt Nam révolutionnaire au sud, historien et auteur de nombreux ouvrages, s’éteignait centenaire. Il laisse à la postérité une fondation chargée de récompenser des œuvres en sciences sociales sur le sud et ses mémoires sur la période révolutionnaire, rédigés en 1995 et diffusés sur Internet après sa mort.

5 - Printemps tardif et incertitudes géopolitiques

32Très vite, le nouveau bureau politique permanent composé de quatorze membres a pris la mesure de l’impact des révolutions arabes. Pour la première fois depuis la réunification, des Vietnamiens dans les deux métropoles du nord et du sud sont descendus dans la rue pour protester contre la politique chinoise en mer de Chine méridionale. Spectacle imprévisible et impossible il y a encore quelques années, des manifestations en série ont été organisées avec, semble-t-il, la bienveillance des autorités policières. Elles se sont déroulées chaque dimanche, pendant onze semaines, à Hanoi et quatre seulement ont eu lieu à HCMV. Mais cette expression bon enfant ne pouvait guère s’installer dans le temps sans inquiéter les autorités. La tolérance policière a trouvé ses limites lorsque les slogans anti-chinois ont pris une tournure nationaliste, rappelant que la terre appartenait au peuple seul, aux « 90 millions de Vietnamiens » et à personne d’autre, sous-entendu à l’État-Parti non plus.

  • 21 Les films des onze manifestations des 5, 12, 19, 26 juin, des 3, 10, 17, 27 juillet et des 7, 14 et (...)

33Le 18 août, le comité populaire de la ville annonçait, via un communiqué très contesté, l’interdiction des manifestations pour préserver l’ordre public. Le coup de sifflet de cette joyeuse et inédite récréation fut donné lors de la onzième manifestation à Hanoi lorsque la police procéda à des interpellations dans un calme relatif, malgré le geste d’un policier en civil frappant le visage d’un manifestant neutralisé et sans défense. Cet accès de fièvre qui vit descendre dans la rue principalement des intellectuels, des étudiants et des dizaines de policiers en civil a donné quelques frissons au pouvoir par la vitesse avec laquelle l’information a circulé à travers les blogs, les réseaux sociaux ou encore YouTube, où ont été postées les images de ces rendez-vous dominicaux d’une jeunesse enthousiaste, pacifique et assez déterminée21. C’est sans doute pour prévenir un nouveau débordement que, le 28 septembre, le ministère de la Justice présenta sa proposition de mettre sur pied une loi sur les manifestations en confiant cette mission au ministère de la Sécurité publique. Cette proposition en dit long sur le rôle que la police entend jouer pour maintenir l’ordre public. Printemps tardif et été avorté, le visage de cette contestation nationaliste aux accents transnationalistes et contestataires a fortement inquiété le gouvernement. Dépossédées de leur discours sur les Paracel et les Spratley, les autorités ont mis en place au mois d’août le site Trường Sa-Hoàng Sa (http://truongsahoangsa. info/) pour contrecarrer les critiques fustigeant un pouvoir à la botte des Chinois. L’affaire de ces îles étant reprise en main officiellement, il fut interdit aux catholiques de la commission épiscopale « Justice et paix » d’organiser en septembre un colloque sur la mer de Chine méridionale.

34Au-delà des manifestations qui ont marqué la scène politique intérieure du Viêt Nam, la crise de la mer de Chine méridionale, qui a connu un pic le 25 mai avec un incident impliquant directement deux navires chinois et vietnamien, est apparue comme le révélateur des tensions latentes entre la Chine et le Viêt Nam, la résolution du XIe congrès ayant déjà souligné que l’Asie du Sud-Est demeurait une région où subsistaient des « facteurs d’instabilité avec en premier lieu les litiges territoriaux, maritimes et insulaires ». La question se pose en outre de la place et de l’influence des cercles « pro-chinois » du PCV au sein de l’appareil et sur les affaires politiques et économiques du pays. Si la promotion de plusieurs militaires de haut rang ainsi que de responsables des services de sécurité à l’issue du XIe congrès avait laissé prévoir un possible durcissement à l’égard de la Chine, a contrario, des critiques internes se sont rapidement élevées, accusant le pouvoir d’être « à la botte des Chinois ».

  • 22 Discours tenu à Hanoi le 21 juillet 2010 en marge de la 43e rencontre ministérielle de l’Asean.

35L’un des axes clés de la géopolitique vietnamienne consiste à contrebalancer l’influence croissante de Beijing, qu’elle soit maritime ou qu’elle s’exerce en direction des pays voisins de la péninsule Indochinoise, en particulier le Laos, dont le Viêt Nam reste l’un des premiers partenaires commercial. Hanoi, qui considère que sa sécurité nationale est étroitement liée à sa croissance économique, à son intégration à l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean) et au renforcement de ses liens avec des partenaires internationaux puissants, développe une diplomatie active sur les plans régional et international. Les États-Unis, notamment, sont perçus comme un possible allié dans le bras de fer qui oppose Hanoi à Beijing, bien que Hanoi doive faire preuve de prudence sur ce point car les Américains demeurent toujours très attentifs aux atteintes en matière de droits de l’Homme, comme en témoigne la condamnation par Washington du procès de sept militants le 30 mai 2011. Le rapprochement américano-vietnamien s’est intensifié au cours de la dernière décennie, en particulier sur le plan militaire depuis la visite en novembre 2003 du USS Vandegrift, premier navire militaire américain à faire escale au port de HCMV depuis 1975. Le premier dialogue de défense bilatéral s’est tenu en août 2010 à Hanoi. Les manœuvres navales conjointes, conduites le 15 juillet 2011, participent également de ce rapprochement. Cette stratégie s’inscrit dans la logique vietnamienne qui vise à ne pas se trouver isolé face à la Chine et témoigne de la volonté, côté américain, d’affirmer sa présence dans une région qui relève de l’« intérêt national des États-Unis » selon Hillary Clinton22. Outre les États-Unis, le Viêt Nam cherche à mobiliser les acteurs régionaux concernés par la mer de Chine méridionale, tels les Philippines qui ont émis une protestation diplomatique à l’Onu contre la Chine le 12 avril, ou encore l’Asean qui, sous l’impulsion de l’Indonésie (qui en assure la présidence en 2011), cherche à développer des discussions multilatérales incluant Beijing. Au-delà de l’Asean, on voit se dessiner un rapprochement entre Hanoi et New Delhi qui s’affirme comme un nouvel acteur régional majeur et un rival possible pour l’influence chinoise.

36L’année 2011, féconde en agitation sociale et politique, rappelle deux évidences qui prennent forme : l’État-Parti organise sa protection en cas de trouble majeur en alliant répression et communication en direction du peuple, et la population ressent plus vivement le divorce entre elle et les instances dirigeantes. La présence de milliers de travailleurs chinois autorisés à exploiter les ressources naturelles du pays renforce la croyance populaire d’un Parti soumis aux volontés du grand voisin du nord. Les Vietnamiens y voient le signe clair que les priorités du Parti se font au détriment de leurs propres intérêts et cela fournit un excellent prétexte pour le développement d’une opposition transnationale. Depuis les manifestations de l’été, plus personne à l’intérieur du pays n’est dupe de la nature profonde du régime. D’un autre côté, une auto-évolution du Parti paraît inévitable, ne serait-ce que pour s’adapter aux turbulences mondiales. L’effort de communication personnelle des dirigeants démontre qu’ils ont pris conscience de l’importance de leur image et que le Parti doit se moderniser profondément et accepter de changer. Mais qui incarnera la nouvelle élite ? La question qui se pose est de savoir quelles seront les limites du changement et si l’on assistera, à défaut de démocratie, à la mise en place d’un pouvoir personnel au Viêt Nam. Les dirigeants sont néanmoins conscients que la mise en place d’un plan de communication pour renforcer la bonne image du pays ne pourra faire fi de réalités économiques et sociales toujours plus préoccupantes.

Annexes

Fiche Viêt Nam

Capitale : Hanoi

Superficie : 331 051 km²

Population (est. 2011) : 88 000 000 hab.

Langue officielle : vietnamien

Données politiques

Nature de l’État : république socialiste

Nature du régime : communiste, parti unique

Suffrage : universel (à partir de 18 ans)

Secrétaire général du PCV : Nguyễn Phú Trọng

Chef de l’État : Trương Tâń Sang

Premier ministre : Nguyễn Tấn Dũng

Ministre des Affaires étrangères : Phạm Bình Minh

Ministre de la Sécurité publique : Trần Đại Quang

Ministre de la Défense nationale : Phùng Quang Thanh

Président de l’Assemblée nationale : Nguyễn Sinh Hùng

Échéances : organisation du 7e sommet CLV (Cambodia-Laos-Vietnam) à Hanoi en 2012 ; 6e sommet CLMV (Cambodia-Laos-Myanmar-Vietnam) au Laos en 2012 ; XIIe congrès du PCV et élection de la nouvelle Assemblée nationale en 2016

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques : Viêt ou Kinh (85,7 %), Tai (1,9 %), Thai (1,8 %), Muong (1,5 %), Khmers (1,4 %), Hmong (1,2 %), Chinois (1,1 %), Nung (1,1 %)

Religions : bouddhistes (50 %), catholiques (8 %), Hòa Hảo (1,5 %), caodaïstes (1,5 %)

Taux de croissance démographique (est. 2011) : 1,077 %

Espérance de vie (est. 2011) : 72,18 ans

Indice de fécondité (est. 2011) : 1,91

Taux de natalité (est. 2011) : 17,07 ‰

Taux de mortalité (est. 2011) : 5,96 ‰

Taux de mortalité infantile (est. 2011) : 20,9 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2009) : 94 %

Taux d’urbanisation (2010) : 30 %

Indice de développement humain : 0,572 (rang 113)

Indicateurs économiques

Monnaie : đồng (1 euro = 28 725,40 đồng, octobre 2011)

Balance des paiements courants (est. 2010) : - 12,22 milliards $ US

Dette extérieure (est. 2010) : 32,84 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita (est. 2010) : 3 100 $ US

Taux de croissance du PIB (est. 2010) : 6,8 %

Répartition du PIB par secteur d’activité : agriculture (20,6 %), industrie/mines (41,1 %), services (38,3 %)

Taux d’inflation (est. 2010) : 11,8 %

Taux de chômage (est. 2010) : 2,9 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (est. 2010) : 10,6 %

IDE entrant (cumulé ou stocks) (est. 2010) : 77,95 milliards $ US

IDE sortant (cumulé ou stocks) (est. 2010) : 7,7 milliards $ US

Principaux partenaires commerciaux : Chine, Taiwan, Corée du Sud, États-Unis, Japon

Importations (est. 2010) : 84,3 milliards $ US

Principaux produits importés : machinerie et équipements ; produits pétroliers ; engrais ; produits en acier ; coton brut ; blé ; ciment ; motos

Exportations (est. 2010) : 72,03 milliards $ US

Principaux produits exportés : pétrole brut ; produits de la mer ; caoutchouc ; riz ; café ; thé ; vêtements ; chaussures

Portraits

Cù Huy Hà Vũ ou l’auto-évolution assumée

L’homme qui a défié le Premier ministre Nguyễn Tấn Dũng est en prison. Né le 2 décembre 1957 à Ân Phú dans la province de Hà Tĩnh, la célèbre province natale de Hố Chí Minh, Cù Huy Hà Vũ, figure inconnue du grand public il y a deux ans, est devenu en quelques mois le dissident le plus célèbre du Viêt Nam. Issu d’une famille intellectuelle renommée, il n’est autre que le fils du célèbre poète Huy Cận, ancien ministre de la Culture du gouvernement de la République démocratique du Viêt Nam. Ce docteur en droit diplômé de la Sorbonne, avocat de métier, a pris la défense des victimes du régime spoliées de leurs biens dans les campagnes. Il s’est élevé contre l’oppression des faibles, des exclus, des indignés, et s’est attaqué aux grandes affaires de corruption de 2007-2008, dont la plus connue reste celle de PM18 (Project Management Unit 18) : elle a éclaté au début de 2006 et impliquait de hauts fonctionnaires vietnamiens. Elle avait eu pour effet le détournement de plusieurs millions de dollars d’aide internationale destinée au Viêt Nam, en particulier en provenance du Japon. Habité par un solide sentiment de justice sociale, Cù Huy Hà Vũ s’engage le 11 juin 2009 dans une tentative risquée en osant braver le saint des saints du régime communiste et porte plainte contre le puissant Premier ministre Nguyễn Tấn Dũng pour « autorisation illégale » de l’exploitation de la bauxite par les Chinois sur l’ancienne piste Hố Chí Minh. Cet acte de bravoure lui vaut d’être arrêté le 5 novembre 2010 à HCMV sous le prétexte fallacieux d’une affaire de mœurs et il est très vite poursuivi le 15 novembre pour « propagande contre l’État ». Jugé en première instance le 4 avril 2011, il est condamné à sept ans de prison ferme et trois ans de résidence surveillée, une peine confirmée en appel le 2 août. Cette lourde condamnation, pour des faits qui relèvent de la liberté d’expression et d’une volonté de justice, souleva l’indignation et la colère de plusieurs dizaines d’intellectuels du pays venus manifester à Hanoi à chacune de ses comparutions pour protester contre ces parodies de procès. Personnalité très humaine, intègre et généreuse selon ses proches, Cù Huy Hà Vũ incarne parfaitement ce désir d’équité et de démocratie ouvertement revendiqué aujourd’hui au Viêt Nam. Il illustre cette auto-évolution décomplexée tant redoutée par les services de la sécurité publique.

Nguyễn Chí Vịnh, l’armateur secret et le diplomate

Né en 1957 à Hanoi (mais originaire de Huế), Nguyễn Chí Vịnh, général de l’Armée populaire et actuellement vice-ministre de la Défense et membre du comité central du PCV, est une figure montante du régime. Son parcours reflète l’ascension d’un homme de l’ombre propulsé sur le devant de la scène du fait du regain de tension entre la Chine et le Viêt Nam en mer Orientale. Fils cadet du célèbre général Nguyễn Chí Thanh, il grandit au sein de l’armée et reçoit très tôt une éducation militaire. En 1981, diplômé de l’Université technique de l’armée, il intègre les services de renseignements en tant qu’officier. Il est affecté au service de la recherche de la défense et débute une carrière qui le portera en 1995 à la vice-direction du Service de renseignements de la défense, nouvellement rebaptisé Service général no 2 (Tống cục 2), autrement dit une des places les plus sensibles du régime. Il dirige ce service de 2002 à 2009, soutient une thèse en relations internationales en 2003 et prend régulièrement du grade. Son épouse est d’ailleurs la fille de celui qui avait été le responsable de ce service entre 1994 et 2002, le général Ðặng Vũ Chính. Il intègre le comité central du PCV lors du XIe congrès du Parti en janvier. Il a acquis une réputation au sein de son exercice au Service no 2 en décernant le titre de héros des Forces armées populaires à de nombreux régiments ou personnalités. Son ascension rapide et sa réorganisation du 2e Bureau de l’armée lui ont valu de sévères critiques de la part d’anciens cadres de ce service qui ont dénoncé la mainmise d’un clan dangereux sous son contrôle, une sorte de cabinet noir développant des pratiques d’espionnage politique. Détesté ou apprécié, ce haut cadre de l’armée s’est récemment exprimé ouvertement en juin 2011 sur la question de la mer Orientale, lors d’une interview de la BBC à l’occasion du Shangri-La Dialogue de juin 2011 organisé à Singapour, où il a affiché une approche pragmatique et réaliste. Homme clé de l’armée, personnage de l’ombre redouté, il apparaît sûr de son réseau et de ses chances de gravir les échelons balisés de l’État-Parti.

Affiche politique

« Souvenons-nous à jamais des héros-patriotes du Viêt Nam :
74 combattants sacrifiés aux îles Paracel en 1974,
64 combattants sacrifiés aux îles Spratley en 1988. »
Manifestation du 24 juillet 2011 à Hanoi.
La banderole fait allusion à la résistance de l’armée sud-vietnamienne de 1974 et celle de l’Armée populaire de 1988. Vers un transnationalisme oppositionnel ?
Source : http://www.youtube.com/​watch?v=FNgnKf1YuT8&feature=related
extrait d’entretien avec la manifestante Trịnh Kim Tiến.

Notes

1 David Brown, « Rituals of renewal in Vietnam », Asia Times, 7 janvier 2011 (www.atimes.com).

2 Voir Christophe Gironde et Benoît de Tréglodé, « Viêt Nam, une année à l’ombre du Congrès », in Arnaud Leveau et Benoît de Tréglodé (dir.), Asie du Sud-Est 2011, Paris, Les Indes savantes, 2011, p. 311.

3 « Thủ tướng Nguyễn Tấn Dũng - nhân vật của năm 2010 » [Le Premier ministre Nguyễn Tấn Dũng, personnalité de l’année 2010], Viêt Nam Express, 1er janvier 2011 (http://vnexpress.net/).

4 Résolution du XIe Congrès du Parti communiste du Viêt Nam : http://lecourrier.vnagency.com.vn/default.asp?page=newsdetailchuyenmuc&newsid=1245

5 Manifestations à Hô Chi Minh-ville de dizaines de dân oan des provinces du delta du Mékong le 21 février, puis de nouveau les 9 et 10 mai 2011 devant l’ambassade des États-Unis.

6 Sur une décennie de répression (2001-2011), voir le rapport de Human Rights Watch, Montagnard Christians in Vietnam. A Case Study in Religious Repression, New York, mars 2011, www.hrw.org/sites/default/files/reports/vietnam0311WebVersion_2. pdf

7 Arrêtés en juillet et août, quinze d’entre eux sont encore détenus.

8 Voir www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=snUsXbw68sM

9 Quỳnh Anh, « IMF dự báo lạm phát Việt Nam năm 2011 là 19 % » [Le FMI prévoit une inflation de 19 % au Viêt Nam en 2011], Viêt Nam Express, 21 septembre 2011 (http://vnexpress.net/).

10 Même type de critiques dans C. V. Kinh, L. Kiên et V. V. Thành, « Lương không theo kịp lạm phát » [Les salaires ne rattrapent pas l’inflation], Tuổỉ Trẻ, 22 octobre 2011 (http://tuoitre.vn).

11 Thạch Giản, « Khi tham nhũng trở thành một thứ “văn hóa” » [Lorsque la corruption devient une sorte de « culture »], Tuâǹ Việt Nam, 6 janvier 2011 (http://tuanvietnam.vietnamnet.vn).

12 Nguyên Hà, « Cà phê cuối tuần : “Cần có đổi mới lần hai” » [Au café du week-end : « Nous avons besoin d’un second Renouveau »], VNeconomy, 30 septembre 2011 (http://vneconomy.vn). L’expert Bùi Trinh, de son côté, pense qu’il faut restructurer en profondeur l’économie vietnamienne : Bùi Trinh, « Tư duy cho tái cơ cấu kinh tế » [Penser la restructuration de l’économie], Sài Gòn Tiếp Thị, 26 octobre 2011 (http://sgtt.vn).

13 Sur cette incroyable affaire, voir l’enquête très sérieuse des journalistes Richard Baker et Nick McKenzie, « The money men », The Age, 2 juillet 2011, www.theage.com. au, et le court reportage de Nick McKenzie intitulé Dirty Money : the Securency Scandal (2011).

14 Sur la diversification des réseaux de prostitution, voir l’analyse de Lê Thị Hà, vicedirectrice des services de lutte contre les fléaux sociaux : Lê Nguyễn, « Chống mại dâm : Giảm bề nổi, trội bề sâu » [Lutte contre la prostitution : diminue en surface, dominante en profondeur], Tiêǹ Phong, 21 septembre 2011 (www.tienphong.vn).

15 Dương Thu Hương, Sanctuaire du cœur, Paris, Sabine Wespieser éditeur, 2011.

16 « Hotboy nổi loạn và câu chuyện về thằng Cười, cô gái điếm và con vịt » [Chaud garçon en rébellion et histoire d’un benêt souriant, d’une prostituée et d’un canard].

17 Projeté au 36e festival international de Toronto, voir la bande-annonce sur YouTube : www.youtube.com/watch?v=PQBgqpb0EX4&feature=related

18 Nguyễn Huy Thiệp, À nos vingt ans !, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2011.

19 Femme de pouvoir, sophistiquée et provocatrice dans ses déclarations à la presse, celle qui fut nommée la « Dragon Lady » joua un rôle encore assez mal connu au sein du régime de Ngô Đình Diệm. Installée en Italie à la suite de la chute du régime, elle y resta jusqu’à sa disparition.

20 « VN lên tiêńg về ông Trương Văn Sương » [Le Viêt Nam se justifie à propos de Trương Văn Sương], BBC, 14 septembre 2011 (www.bbc.co.uk/vietnamese).

21 Les films des onze manifestations des 5, 12, 19, 26 juin, des 3, 10, 17, 27 juillet et des 7, 14 et 21 août sont tous présents sur ce site. Des manifestations « silencieuses » de moindre envergure se sont déroulées en octobre à Hanoi pour la liberté de manifestation.

22 Discours tenu à Hanoi le 21 juillet 2010 en marge de la 43e rencontre ministérielle de l’Asean.

Table des illustrations

Titre Le Viêt Nam
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2393/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende « Souvenons-nous à jamais des héros-patriotes du Viêt Nam :74 combattants sacrifiés aux îles Paracel en 1974,64 combattants sacrifiés aux îles Spratley en 1988. »Manifestation du 24 juillet 2011 à Hanoi.La banderole fait allusion à la résistance de l’armée sud-vietnamienne de 1974 et celle de l’Armée populaire de 1988. Vers un transnationalisme oppositionnel ?Source : http://www.youtube.com/​watch?v=FNgnKf1YuT8&feature=relatedextrait d’entretien avec la manifestante Trịnh Kim Tiến.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2393/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 218k

Auteurs

Géopolitologue, maître de conférences à l’université catholique de Lyon et chercheur à l’Institut d’Asie orientale (IAO, CNRS). Docteur en géopolitique de Paris-VIII, il a consacré sa thèse à la communauté sino-vietnamienne de Cholon. Il a publié un ouvrage (Les Hoa au Vietnam, Lyon, Presses universitaires du Septentrion, 2001) ainsi que divers articles sur ce sujet. Il travaille actuellement sur les questions géopolitiques intéressant l’Asie du Sud-Est.

Historien, ingénieur de recherche au CNRS, en charge de la documentation sur le Viêt Nam à l’Institut d’Asie orientale (IAO, CNRS), ENS de Lyon. Il est docteur en histoire de l’EPHE et auteur de Đại Việt, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie, 1938-1955 (Paris, Les Indes savantes, à paraître). Il a co-organisé avec Agathe Larcher-Goscha le colloque « Les identités corporelles au Viêt Nam d’hier à aujourd’hui » (ENS de Lyon, mai 2007). Il mène des recherches sur la guerre civile, les mouvements nationalistes et les bataillons féminins des Jeunesses de choc (Thanh Niên Xung Phong) pendant la guerre du Viêt Nam. Il est le coordinateur du projet franco-vietnamien de cartographie interactive « Virtual Saigon » (http://saigon.virtualcities.fr/) et le responsable des plates-formes « Femmes et guerres » (http://femmesguerres.ens-lyon.fr/) et « Viêt-Nam Laos Cambodge. Sources et aides à la recherche » (http://vlc.ish-lyon.cnrs.fr/).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site