Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2012 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Jérémy Jammes
, 
Benoît de Tréglodé

Troisième partie. La région

Timor-Leste

Le maintien de progrès et de la stabilité sur fond d’échéances électorales

Christine Cabasset-Semedo

Texte intégral

1Dans le prolongement des années précédentes, 2011 a été marquée par le maintien de la stabilité nationale, laquelle a constitué l’une des principales priorités du gouvernement de l’AMP (Alliance pour la majorité parlementaire) à son arrivée au pouvoir en août 2007. Le retour des 150 000 déplacés internes, la reconnaissance et les pensions versées aux vétérans de la lutte contre l’occupation indonésienne, et plus largement la mise en place d’une politique sociale, figuraient au titre des principaux axes d’action pour résoudre les foyers de tensions qui avaient émergé dans la foulée de la crise de 2006. La « paix », l’un des enjeux fondamentaux du pays, constitue le message principal des divers événements nationaux et internationaux organisés dans le pays comme le Concert pour la paix (13 août), la Course de la première Dame pour la Paix (26 août), le Tour du Timor pour la paix (11-16 septembre). Le président José Ramos-Horta en fait d’ailleurs systématiquement l’une de ses actions phare.

1 - Une vie politique animée par les échéances électorales

2Dès l’été, il était clair que la campagne électorale avait commencé, les différents partis mettant à profit ces quelques mois avant la campagne officielle pour consolider leur base dans les districts. Grâce à des « primaires » organisées le 20 août auprès de ses militants pour élire les dirigeants du parti, le Fretilin a bénéficié d’une grande visibilité dans le pays, bien en amont des autres partis. Une seule liste composée de Francisco Guterres ‘Lo Olu’ (président sortant et reconduit du Fretilin) et de Mari Alkatiri (secrétaire général sortant et reconduit) étant présentée pour ces primaires, l’issue de ces dernières a laissé peu de place au suspens.

  • 1 Il n’est pas aisé de donner une couleur politique aux différents partis à Timor-Leste, l’affiliatio (...)
  • 2 Accusé d’avoir distribué des armes aux civils durant la crise de 2006, il a été démis de ses foncti (...)

3À ce jour (novembre 2011), seuls quatre candidats se sont déclarés pour les prochaines présidentielles1 qui devraient avoir lieu en mars : Taur Matan Ruak (indépendant), général-major des forces armées (F-FDTL) qui a démissionné en septembre pour pouvoir participer aux élections ; Fernando ‘Lasama’ de Araujo, président du Parti démocratique (PD) et actuel président du Parlement ; Manuel Tilman, président du Kota et membre parlementaire ; Rogerio Lobato, ex-ministre de l’Intérieur (Fretilin, candidature 2012 comme indépendant)2. José Ramos-Horta, Président sortant (indépendant), Xanana Gusmão Premier ministre depuis 2007 (CNRT) et ex-président de la République de 2002 à 2007, ou Francisco Guterres ‘Lo Olu’, président du Fretilin et ancien président du Parlement de 2001 à 2007, ou d’autres encore, réservent l’annonce de leur candidature. Bien que dans ce régime semi-parlementaire les pouvoirs du président de la République apparaissent limités, ce dernier a pourtant une importance de premier plan dans sa capacité à apparaître légitime auprès des différents courants politiques et sociaux et à incarner lui-même la stabilité politique et la Constitution timoraise. Cela est d’autant plus vrai au Timor-Leste où, parallèlement à la construction d’un État « moderne », l’autorité des « grands chefs » joue un rôle essentiel. Pour un certain nombre d’observateurs timorais, le Président ne pourrait être qu’« indépendant » dans ce qui est encore une première phase de construction nationale, tandis que d’autres s’impatientent de voir arriver aux plus hauts postes de l’État des représentants de générations plus jeunes. La vie politique est nourrie et vingt-deux partis sont enregistrés auprès de la Commission nationale électorale. Néanmoins, c’est entre les principaux partis que se jouera l’issue des législatives (qui devraient avoir lieu en juin ou juillet 2012), notamment entre le Fretilin et le CNRT. Parallèlement, et à l’instar de 2007, devant la probabilité qu’aucun des deux partis n’atteigne la majorité absolue, des négociations sont en cours des deux côtés pour envisager une prochaine majorité parlementaire.

4L’enjeu fondamental des prochaines élections, présidentielles et législatives, est donc la stabilité nationale. Celles-ci sont attendues à la lumière de la crise de 2006 même si, en dépit de quelques turbulences dans l’est du pays à l’annonce de la nomination du gouvernement en août, les élections législatives de 2007 s’étaient relativement déroulées dans le calme. Dans cet objectif, diverses initiatives ont visé à atteindre un consensus des différents partis et figures politiques autour de la « stabilité ». Faisant suite à la première « Rencontre de Maubisse » qui avait réuni, en 2010, les leaders historiques de la lutte de libération, la deuxième rencontre organisée en juillet cette année a été élargie, cette fois, à un plus grand nombre d’acteurs politiques et de dirigeants d’ONG. Comme l’an dernier, cette rencontre s’est faite sous l’égide de l’église catholique, le père Martinho Gusmão, qui dirige par ailleurs la Commission nationale électorale, en ayant été cette année le porte

2 - La résistance comme ciment unitaire

  • 3 C. Cabasset-Semedo, « Timor-Leste : dix ans après le référendum, le retour de la stabilité, l’améli (...)
  • 4 Front de libération national du Timor-Leste, bras armé de la résistance.
  • 5 Le 12 novembre 1991, l’armée indonésienne tire sur la foule venue rendre hommage à un étudiant tué (...)

5Bien que partiellement à l’origine de la crise de 20063, la contribution à la lutte pour l’indépendance constitue aussi et surtout un enjeu politique et social de la construction nationale. Outre que la mémoire des souffrances et des grands évènements de la « lutte » soit toujours aigue, l’objectif est aussi de dépasser, dans cette période de post-indépendance, les dissensions politiques historiques réactivées depuis l’indépendance de 2002 afin de retrouver l’esprit de « nation » qui a porté la résistance pendant presque un quart de siècle. Plusieurs dates (et autant de jours fériés) dans l’année commémorent cette dernière, comme le 12 novembre (massacre du cimetière de Santa Cruz), le 28 novembre (indépendance de 1975), le 20 mai (restauration-proclamation officielle de l’indépendance), le 30 août (référendum de 1999), et elles font l’objet de grandes cérémonies, préparant les 10 ans de l’indépendance en 2012. La commémoration du 20 août 2011 était particulièrement significative car, au-delà d’être le Jour des Falintil4, elle était aussi la première cérémonie officielle de démobilisation de ceux qui restèrent le plus longtemps engagés dans la lutte (entre 15 et 24 ans), et de reconnaissance nationale, via la remise d’une médaille (et d’une pension déjà versée depuis 2008). Réunissant plusieurs milliers de personnes, la commémoration des 20 ans du massacre du cimetière de Santa Cruz5 a constitué aussi cette année une cérémonie phare de la mémoire résistante. « L’esprit qui a animé le 12 novembre a contribué au développement de la Nation » lisait-on sur les banderoles. Outre la messe célébrée à l’église de Motael et le cortège jusqu’au cimetière, ont eu lieu la pose de la première pierre du monument d’hommage aux victimes, et la projection, en divers lieux de la ville et du pays, d’un documentaire de Max Stahl sur la recherche et l’identification des victimes par une équipe (argentine et australienne) de médecins légistes.

3 - Un développement économique tiré par les ressources en hydrocarbures et par le secteur public

  • 6 Banque mondiale, « A 2009 Update of Poverty Incidence in Timor-Leste using the Surveyto-Survey Impu (...)
  • 7 En dehors du traitement spécial accordé à quinze commandants, vivants ou morts, et à plus de 200 pe (...)
  • 8 Direcção National de Estatísticas de Timor-Leste, Timor-Leste em números 2010, 2011, p. 49.

6La contribution à l’indépendance du pays revêt aussi un enjeu économique. Dans une nation où 41 % des habitants vivent sous le seuil de pauvreté (moins de 0,88 dollars US par jour)6, le montant des pensions7 explique le grand nombre d’individus revendiquant leur statut de vétérans. Si une première liste de 75 000 personnes a été établie en 2005, la liste définitive devrait porter plus de 200 000 noms intégrant les ex-guérilleros et les membres de l’action clandestine. Environ 10 000 personnes perçoivent déjà une pension8 et le travail d’évaluation se poursuit pour définir les vétérans éligibles.

7Le développement national repose sur les recettes pétrolières, lesquelles devraient atteindre 2,8 milliards de dollars américains en 2011. Au 30 juin 2011, le Timor-Leste dispose de 8,3 milliards de dollars américains placés dans un fonds pétrolier, créé en 2005, élaboré sur le modèle norvégien et géré par l’Autorité bancaire et de paiements, devenue en septembre la Banque Centrale de Timor-Leste. Le développement économique reste une priorité pour affranchir le pays d’une trop grande dépendance pétrolière (plus de 95 % des revenus nationaux et 91,6 % du budget de l’État en 2011) et pour développer une économie diversifiée. Le pays connaît cette année (comme en 2008 et 2009) une croissance économique à deux chiffres, cette dernière fournissant un argument souvent avancé par les membres du gouvernement pour stimuler les investissements, notamment étrangers. Le développement économique est toujours tiré par les recettes des hydrocarbures, par le secteur public et les travaux publics, et par la présence internationale, notamment des Nations unies. Des investissements du secteur privé ont cependant eu lieu ces dernières années, en particulier dans le domaine commercial, de l’hôtellerie et de l’immobilier haut de gamme dans les pôles de développement. Certains quartiers de Dili, la capitale, se transforment rapidement, comme ceux de Vila Verde et Caicoli qui concentrent, outre le quartier général de l’UNMIT (Mission des Nations unies pour le Timor-Leste), la plupart des ministères, ou encore la route de la plage des Cocotiers (ambassades, ministère des Affaires étrangères), celle de l’aéroport (palais présidentiel, ministère de la Défense et quartier général des F-FDTL - Falintil-Forces de défense de Timor-Leste -, galeries commerciales).

8Afin d’impulser des progrès significatifs, le gouvernement mise depuis 2007 sur une forte élévation du budget national. Ce dernier a continué à s’élever chaque année pour atteindre 1,3 milliard de dollars américains en 2011, et 1,6 milliard de dollars en 2012.

Prévision budgétaire à Timor-Leste (2006/2007 – 2012) (millions dollars US)

Prévision budgétaire à Timor-Leste (2006/2007 – 2012) (millions dollars US)

a) Budget de transition après les élections de 2007 : juillet-décembre 2007.
b) Le budget initial de 347,7 millions avait été élevé en juin à 788 millions, avant d’être jugé illégal par la Cour d’appel en novembre 2008. Le budget qui apparaît est le budget dépenses.
c) le budget de l’État 2010 approuvé par le Parlement le 4 décembre 2009, de 659,9 millions, a été relevé et approuvé par le Parlement, à 838 millions lors du budget rectificatif en juillet 2010.
d) Un premier budget de 985 millions avait été proposé par le gouvernement au Parlement en novembre 2010, avant d’être réévalué et approuvé le 14 février 2011.
e) Budget approuvé par le Parlement le 25 novembre 2011.
Sources : Ministry of Finance, State Budget 2012, book one, Budget overview, et communiqué du gouvernement, 26 novembre 2011.

  • 9 L’ESI a été dépassé de 103,6 millions de dollars américains en 2009, de 321 millions en 2011, et il (...)

9Les principaux postes budgétaires sont ceux des biens, des services et de la masse salariale, mais aussi des transferts publics (pensions aux vétérans de la résistance, instauration d’un revenu minimum mensuel de 30 dollars à quelque 90 000 personnes (2011) âgées, invalides, vulnérables ou mères seules avec enfants) et les infrastructures. La nouveauté apportée par le Plan stratégique de développement national 2011-2030 est la création de deux fonds spécifiques alloués au « Développement du capital humain » et aux « Infrastructures » (respectivement 25 millions et 600 millions de dollars américains en 2011). De nombreuses voix, notamment celles d’ONG comme Lao Hamutuk, critiquent cependant la forte élévation du budget de l’État, et particulièrement le dépassement systématique, depuis 2009, du revenu durable (ESI - Estimated Sustainable Income) pour accroître le budget9. Cette manne financière est également critiquée pour gaspiller l’argent public dans des projets réalisés parfois sans assez de concertations et de réflexions préalables, mais aussi pour favoriser le développement de la corruption. De fait, des allégations de corruption, népotisme et collusion sont régulièrement citées dans les médias, certains ministères ont mauvaise presse, et la Commission anticorruption, créée en 2009, est jugée encore peu active. La « transparence » constitue pourtant l’une des lignes fortes de la communication du gouvernement et le nombre de documents et de rapports accessibles en est l’un des signes d’une volonté politique. Le gouvernement a lancé en mars un site Internet dédié à la transparence et, fin août, a eu lieu la conférence régionale Asie-Pacifique de Extractive Industries Transparency Initiative (EITI), le Timor-Leste ayant été le premier pays d’Asie à obtenir le statut « Conforme » à EITI en 2010. Cette dernière a été aussi l’occasion pour le pays de présenter le « modèle de transparence du Timor-Leste » (diffusion d’information, gestion, gouvernance, traçabilité).

4 - Développement humain, le Plan stratégique de développement national 2011-2030, et l’aide au développement

  • 10 Timor-Leste, Plano Estratégico de desenvolvimento 2011-2030. Versão submetida ao Parlamento Naciona (...)

10Des progrès ont été enregistrés concernant le développement humain et un certain nombre d’indicateurs continuent à progresser (espérance de vie, mortalité infantile, indice de fécondité, scolarisation…). Mais le décalage entre les avancées observées à Dili, la capitale, et dans le reste du pays, en secteur rural, pour l’accès aux services de base domine toujours. En dépit de quelques progrès, les résultats du recensement de 2010, diffusés en 2011, montrent par exemple que si 66 % de la population totale a accès à une source d’eau potable, ce taux est de 91 % en secteur urbain contre 57,1 % en secteur rural. Le constat est le même pour les installations sanitaires, l’électricité, ou pour le réseau routier. Le gouvernement a élaboré un Plan stratégique de développement 2011-2030, lancé les 12-13 juillet lors de la réunion des partenaires du développement10. L’objectif de ce plan est de « faire passer Timor-Leste de la catégorie des pays à bas revenus à un pays à revenus intermédiaires-supérieurs, avec une population en bonne santé, instruite et en sécurité ». Pour atteindre cet objectif, ce Plan prévoit de profiter de la croissance économique de l’Asie de l’Est, de s’appuyer sur ses partenaires asiatiques, et de développer particulièrement le secteur du pétrole. Il mise sur l’implantation de gros pôles de développement industriels – pétrole, pétrochimie – notamment sur la côte sud, et sur l’implantation ou l’amélioration, d’infrastructures de transport. Outre la réfection du réseau routier, cela concerne notamment la construction de deux nouveaux ports d’envergure, à Tibar (à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Dili) et à Suai (côte sud), l’extension de la piste et la construction d’un terminal à l’aéroport de Dili et la remise en fonction d’aérodromes en quelques endroits du pays. Au-delà, tous les secteurs, de l’éducation à l’agriculture, font l’objet d’une vision à 20 ans, avec de grandes transformations. Ce Plan n’est pas exempt de critiques, dans le domaine de l’environnement naturel, jugé être insuffisamment considéré, ou de l’agriculture, dans un contexte où la « révolution verte » apparait comme modèle plutôt que l’agriculture biologique.

  • 11 La’o Hamutuk, 2009, How much money have international donors spent on and in Timor-Leste?, 2 p. D’a (...)

11La lecture de ce Plan renvoie aussi à la faiblesse des résultats constatés dans certains secteurs, celui de l’éducation (qualitatif) et des infrastructures par exemple. En dehors d’autres facteurs, ce constat questionne aussi l’aide au développement, au regard des plus de cinq milliards de dollars d’aides que le Timor-Leste est censé avoir reçu depuis 2000, mais dont on estime que seuls 10 % sont entrés dans le pays11. Au-delà des critiques, régulières, émises par le Président et le Premier ministre à ce sujet, nombre d’observateurs dans le pays et de chercheurs s’accordent sur le constat que le Timor-Leste constitue un nouvel exemple de nécessaires réformes de l’aide au développement. Celle-ci apparaît en effet surtout comme une industrie au service de son propre développement plutôt qu’au service du pays concerné. Ces informations, sans être vraiment nouvelles ni uniques au Timor-Leste, expliquent, au moins partiellement, une certaine focalisation des organisations internationales sur la « pauvreté », ou sur « l’insécurité », et lié à cela, la faible efficacité à le « développer ». Attentif à cette question, le pays s’est impliqué dans l’organisation de la 4e Conférence internationale sur l’efficacité de l’aide qui s’est tenue fin novembre, début décembre en Corée.

5 - L’identité timoraise, la langue portugaise et le catholicisme

  • 12 Le recensement de la population 2010 fait état de 32 langues vernaculaires dans le pays.
  • 13 Et 14,6 % pour l’anglais. Cf. Pourcentage des personnes de plus de 15 ans alphabétisées (parler, li (...)

12La Constitution (2002) reconnaît deux langues officielles (le tetum et le portugais) et deux langues de travail (l’anglais et l’indonésien), le tetum et les autres langues nationales12 devant être valorisées et développées par l’État. La question du portugais comme langue officielle reste, neuf ans après l’indépendance, un objet de débats et une question hautement politique. Le choix avait été motivé par des raisons historiques, y compris parce que le portugais a été la langue d’échange privilégiée par la résistance, et identitaire, mais aussi en raison des faiblesses du tetum, langue alors surtout orale, pour assumer pleinement le rôle de langue officielle (la norme orthographique du tetum a été établie en 2004). La politique de réimplantation du portugais connut des débuts laborieux, et les difficultés ont été renforcées par une forte présence internationale plutôt anglophone. Cette dernière s’est en effet montrée, dès les premières heures, hostile à ce choix politique, pour lui préférer l’option de l’indonésien, alors largement dominant, voire de l’anglais. En 2011, la société timoraise apparaît toujours, bien que de façon moins aigue qu’avant, partagée entre les lusophones (25,2 %) et les indonésianophones (43,3 %), le tetum étant aujourd’hui la langue véhiculaire majoritaire (56,1 %)13.

  • 14 Banque mondiale, An Analysis of Early Grade Reading Acquisition, 2010, 27 p.

13La question linguistique a resurgi cette année en liaison avec le projet, porté par Kirsty Sword Gusmão (Présidente de la Commission nationale Unesco et épouse du Premier ministre), de faciliter l’éducation, dans les premières classes, en recourant aux langues maternelles. Cette proposition visait, au final, à officialiser une procédure toujours en vigueur dans nombre de villages. Plusieurs rapports établis par l’Unicef ou d’autres organisations internationales comme la Banque mondiale14, ont en effet mis l’accent sur les difficultés d’apprentissage de la lecture par les écoliers et leurs conséquences sur la poursuite de l’éducation de ces derniers. Faisant suite à des travaux initiés en 2009 et à une première conférence en 2010, une deuxième conférence sur « l’éducation multilingue basée sur les langues maternelles » a eu lieu les 17-18 août. Jugé être une nouvelle tentative de « l’Australie » de faire obstacle à l’implantation du portugais, ou en mesure de favoriser des sentiments de suku-isme (localisme), ce projet a provoqué de vives réactions de la part d’un grand nombre d’Est-Timorais lusophones. Cependant, parallèlement à la réaffirmation de l’importance du portugais et du tetum dans le système éducatif timorais via une résolution approuvée par le Parlement fin août, le Ministère de l’éducation lançait, le 10 octobre, le projet pour 2012 de « l’éducation multilingue » dans trois districts pilotes, Oecussi, Lautem et Manatuto, dans lesquels l’utilisation de la langue locale dominante est supérieure à celle des langues officielles.

  • 15 Rôle important de l’église timoraise aux côtés de la résistance et obligation faite aux Est-Timorai (...)
  • 16 En voulant supprimer tout enseignement religieux dans les écoles du pays.
  • 17 Par exemple, les sept générateurs arrivés en août et destinés à la centrale électrique de Hera ont (...)

14Outre des raisons historiques, la réaffirmation de la stratégie linguistique nationale adossée à la langue portugaise est également motivée par l’appartenance du Timor-Leste à la Communauté de pays de langue portugaise (CPLP) et par l’accueil, à Dili, en septembre, de la IIIe Assemblée parlementaire de cette organisation. Elle est aussi étroitement associée à une autre stratégie, celle de l’affirmation du catholicisme comme caractéristique forte de l’identité timoraise. Cette religion, amenée par les missionnaires portugais au XVIe siècle et qui s’est considérablement développée lors de l’occupation indonésienne15, assure un rôle toujours plus prédominant (96,9 % de la population en 2011, contre 96 % au recensement de 2004). Contrairement aux gouvernements Fretilin (2001-2007) qui, en 2005, s’était mis à dos l’église catholique16, un secteur important de la société timoraise, le gouvernement de l’AMP a pris grand soin de s’y associer depuis 2007. De fait, l’alliance entre les autorités politiques, traditionnelles et catholiques n’en a été que plus renforcée, comme il est possible de l’observer à chacune des grandes cérémonies organisées dans le pays17. Facteurs de différenciation fortement sollicités lors de la lutte pour l’indépendance, la langue portugaise et le catholicisme devraient continuer à être toujours plus convoqués comme traits majeurs de l’identité culturelle nationale, permettant de singulariser le pays par rapport à ses deux grands voisins, l’Indonésie et l’Australie.

6 - Relations internationales : Asean, l’Indonésie et l’Australie

  • 18 Construction du palais présidentiel, ministères des Affaires étrangères et de la Défense et quartie (...)

15Si le Portugal, et plus largement l’Europe, l’Australie, le Japon, constituent ses partenaires de développement principaux, le Timor-Leste renforce aussi ses relations avec la Corée du Sud (livraison fin septembre des trois bateaux offerts au Timor-Leste pour la surveillance des eaux territoriales), et avec la Chine dont l’aide, très visible18, devrait être amenée à se développer. Parallèlement, le pays s’implique dans les coopérations avec l’Asean, la CPLP, le Forum des îles du Pacifique dont il est membre observateur, et le G7+ nations fragiles qu’il préside. Il est question de l’adhésion du Timor-Leste à l’Asean depuis plusieurs années maintenant et le pays a remis, en mars, sa demande officielle à l’Indonésie qui préside l’association. Sa demande a été rejetée peu après notamment sous l’influence de Singapour. Le principal motif invoqué a été le décalage de niveau de développement entre les pays membres et le Timor-Leste, jugé être une entrave à la consolidation de l’Asean prévue d’ici à 2015. Compte tenu des progrès réalisés par le Timor-Leste et surtout des grands contrastes régionaux existants au sein de la plupart des pays de l’Asean, ce motif a suscité localement quelques réactions. Lors de la réévaluation de sa demande, dans le cadre du Sommet de l’association, à Bali, 15-19 novembre, les ministres des affaires étrangères ont donné leur accord de principe à l’adhésion du pays.

  • 19 Conférence du ministre des Affaires étrangères, Zacharias da Costa, à l’Université nationale Timor (...)

16L’établissement de bonnes relations avec l’Indonésie constitue une priorité depuis l’indépendance et celles-ci se sont accrues dans de nombreux domaines. L’année 2011 est à nouveau riche en gestes symboliques avec la venue du ministre indonésien de la Défense, Purnomo Yusgiantoro, et du général Tri Sutrisno (qui avait interrogé Xanana Gusmão lors de sa capture en 1992 dans la prison de Cipinang où il resta jusqu’en 1999), lequel a remis officiellement les affaires que Xanana possédait lors de sa capture. Outre la signature, le 19 août, d’un nouvel accord de coopération dans le domaine de la défense, le ministre et le général, à la tête d’une délégation de 70 personnes, ont assisté à la cérémonie du Jour des Falintil. Fin août, la visite de Sri Mulyani (ex-ministre indonésienne des Finances et actuelle directrice de la Banque mondiale) à l’occasion de la conférence EITI à Dili, a donné l’occasion à diverses personnalités de l’État timorais de rencontrer cette personnalité qui bénéficie d’une bonne réputation au niveau international et national, et par ailleurs, l’un des candidats potentiels aux prochaines élections présidentielles indonésiennes. De plus, alors que plusieurs incidents impliquant l’armée indonésienne ont eu lieu ces dernières années, notamment dans les 3 % de territoire dont le tracé définitif de la frontière n’est pas encore établi (tous situés dans l’enclave d’Oecussi), les négociations entre les deux pays concernant les frontières terrestres devaient aboutir à un règlement définitif d’ici la fin d’année19.

  • 20 Refusé par le Parlement et par le gouvernement est-timorais, ce centre devrait être implanté sur l’ (...)

17Suite à la proposition australienne concernant l’implantation d’un centre de rétention de migrants au Timor-Leste20 qui a pesé dans les relations entre les deux pays en 2010, un autre sujet est revenu sur la scène médiatique en 2011. L’affaire qui oppose la société Woodside Petroleum au gouvernement timorais depuis 2009, sur la question de l’implantation d’une raffinerie du gaz naturel issu du grand gisement Greater Sunrise, a connu quelques développements en octobre 2011. Le litige porte sur la localisation de la raffinerie : alors que l’État timorais demande que cette dernière soit implantée au Timor-Leste, sur la côte sud, afin de profiter davantage à l’économie du pays, Woodside plébiscite une construction offshore sur une plateforme flottante, jugée moins couteuse. Les négociations, bloquées jusqu’alors, ont pris un autre tournant avec l’arrivée d’un nouveau patron à la tête de la compagnie, « ouvert à l’étude de la proposition timoraise », les deux parties espérant conclure un accord en fin d’année ou début 2012.

  • 21 Suite à sa déstructuration durant la crise de 2006, la responsabilité de cette dernière était passé (...)
  • 22 La mission des Nations unies pour le maintien de la paix est présente dans le pays depuis 1999 sous (...)

18Au-delà des cérémonies de commémoration du dixième anniversaire d’indépendance du Timor-Leste en 2012, cette étape constituera aussi l’heure d’un premier bilan. Si des avancées sont attendues dans divers domaines, notamment en direction du monde rural, ces dernières années témoignent pourtant de spectaculaires progrès. La finalisation, au printemps, du transfert de responsabilité de la police des Nations unies (UNPOL) à la police timoraise (PNTL)21, ou encore le retrait de la mission des Nations unies de maintien de la paix22, prévu en décembre 2012 et souhaité par le gouvernement timorais, en fournissent des illustrations. Les Nations unies devraient poursuivre une mission davantage dédiée au développement, notamment via les agences onusiennes. Les prochaines élections présidentielles et législatives constituent ainsi un enjeu important pour le maintien de la stabilité et la poursuite du développement national.

Annexes

Fiche Timor-Leste

Capitale : Dili

Superficie : 14 900 km²

Population (2010) : 1 060 000 hab.

Langues nationales : tetum, portugais (plus deux langues de travail : indonésien et anglais)

Données politiques

Nature de l'État : république unitaire

Nature du régime : démocratie parlementaire

Suffrage : universel (à partir de 17 ans)

Chef de l'État : président José Ramos-Horta (depuis 2007)

Premier ministre : Kay Rala Xanana Gusmão (depuis 2007)

Ministre des Affaires étrangères : Zacarias Albano Da Costa

Échéances : élections présidentielles et législatives en 2012

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethnolinguistiques : 32 groupes dont Mambai et Tetum (famille de langue austronésienne), Macassai, Fataluku, (famille de langue papou), plus minorités indonésienne, chinoise et autres étrangers

Religions (2010) : catholiques (96,9 %), protestants (2,2 %), musulmans (0,3 %), croyances traditionnelles (0,3 %), bouddhistes (0,05 %), hindouistes (0,01 %), autres (0,13 %). Une grande partie de la population suit les croyances traditionnelles.

Taux de croissance démographique (2010) : 2,4 %

Espérance de vie (2010) : 62,1 ans

Indice de fécondité (2010) : 5,7

Taux de natalité (2009-2010) : 40,3 ‰

Taux de mortalité (2009-2010) : 9,7 ‰

Taux de mortalité infantile (2009-2010) : 44 ‰

Taux d'alphabétisation (> 15 ans) (2009) : 58 %

Taux d’urbanisation (2010) : 29,6 %

Indice de développement humain (2011) : 0,495 (rang 147)

Indicateurs économiques

Monnaie : dollar des États-Unis (1 euro = 1,38 dollar, octobre 2011)

Balance des paiements courants (2010) : 1,2 milliard $ US

Dette extérieure : aucune jusqu’en 2011 ; emprunts 33,1 millions $ US projetés en 2012

PIB par habitant ou per capita (2010) : 5 303 $ US selon Pnud (673 $ US sans les revenus pétroliers 2011) ; 3 005 dollars selon IDH 2011 en PPP constant/2005

Taux de croissance du PIB (est. 2011) : 10 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (hors hydrocarbures) (2010) : agriculture (28 %) ; industrie et services (33 %) ; services (secteur public

+ Nations unies) (50,5 %)

Taux d'inflation (2010) : 10 %

Taux de chômage (> 15 ans) (2010) : 9,5 % (enregistrés auprès des services d’État concernés)

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (2010, chiffre 2009) : 41 %

Importations (2010) : 298 millions $ US

Principaux partenaires commerciaux (importations en 2010) : Indonésie (39 %), Singapour (18,3 %), Australie (10,2 %), Chine (8,7 %), Viêt Nam (5,7 %)

Principaux produits importés (2010) : véhicules ; combustible ; machinerie/pièces mécaniques ; appareils/équipements ; céréales ; boissons/alcools/liquides

Exportations (2010) : 41,6 millions $ US (16,3 millions $ US sans les réexportations)

Principaux produits exportés : café

Revenus pétrole et gaz (est. ministère des Finances, octobre 2011) : 2,830 milliards $ US

Portraits

Taur Matan Ruak

« Taur Matan Ruak » (nom de guerre, « Deux yeux perçants » en tetum ; José Maria Vasconcelos de son ‘vrai’ nom), 56 ans, originaire de Baguia (Est du pays) fait partie des figures historiques de la résistance armée dans laquelle il s’engage dès l’invasion indonésienne (décembre 1975). Gravissant les échelons de la hiérarchie militaire, il est responsable des opérations commando dans l’Est du pays en 1983, puis pour l’ensemble du pays en 1986. Avec la capture, fin 1992, de Xanana Gusmão, commandant en chef des Falintil, Taur Matan Ruak devient chef d’État-major, puis commandant des Falintil après la mort du commandant Konis Santana (1998). Suite à la démission des Falintil de Xanana Gusmão, le 20 août 2000, il accède à la responsabilité de commandant en chef des Falintil. Lors de la restauration-proclamation de l’indépendance du 20 mai 2002, il est fait chef d’État-major général des Forces armées (F-FDTL) et est promu major général en 2009. Il démissionne de son poste en septembre 2011 pour pouvoir se présenter aux élections présidentielles de 2012 (indépendant). Personnalité connue et charismatique, il constitue l’un des principaux candidats aux prochaines élections.

Fernanda Borges

Fernanda Borges (42 ans, née à Dili), présidente du Parti pour l’unité nationale (PUN), qu’elle a fondé en 2005, est membre du Parlement depuis 2007, où elle préside la Commission des sujets constitutionnels, de la justice, de l’administration publique, du pouvoir local et de la législation gouvernementale. Elle est aussi présidente exécutive de la branche Timor-Leste de la « Global Organisation of Parliamentarians Against Corruption (GOPAC) ». Partie en Australie comme réfugiée politique avec sa famille, elle revient au Timor-Leste en 1999, appelée par les Nations unies. D’abord conseillère économique, directrice des finances, du budget et des affaires économiques, elle est nommée ministre des Finances en 2001 par Sergio Vieira de Mello - représentant spécial du secrétariat général des Nations unies -, poste qu’elle garde jusqu’en avril 2002. Si le PUN, dans l’opposition à l’AMP, est un modeste parti (4,5 % aux élections de 2007, 2 sièges au Parlement actuellement), Fernanda Borges bénéficie d’une bonne notoriété au Timor-Leste. Connue pour parler « droit et fort », elle a fait de la justice, notamment pour les femmes et pour les victimes de l’occupation indonésienne, et de la transparence, ses principaux axes d’intervention.

Affiche politique

« République Démocratique du Timor-Leste,
Cérémonie de démobilisation et de reconnaissance des combattants du front armé de la résistance timoraise,
20 août 2011, commémoration du jour national des Falintil »
« Notre victoire est une question de temps »
Nicolau Lobato ;
« La paix est possible à Timor-Leste. Le dialogue est la voie pour la paix »
Xanana Gusmao

Notes

1 Il n’est pas aisé de donner une couleur politique aux différents partis à Timor-Leste, l’affiliation des militants à ces derniers étant liée à des affinités d’ordre très divers, historique, géographique, familial, etc., tout comme il est difficile de définir leur programme politique. Néanmoins, le Fretilin, qui incarne – sans être le seul -, historiquement, la lutte pour l’indépendance, a été dans le passé marqué du sceau du marxisme ; le CNRT créé par Xanana Gusmão en 2007 pourrait être qualifié de tendance « libérale » modérée par une politique sociale. Pour une remise en perspective des formations politiques, cf. Cabasset-Semedo C. et Durand F., « Les élections présidentielles de 2007 au Timor Leste : recherche de changement et de sortie de crise dans un rééquilibrage politique », EchoGéo no 1, en ligne le 15 juillet 2007, 8 p. http://echogeo.revues.org/document1164.html

2 Accusé d’avoir distribué des armes aux civils durant la crise de 2006, il a été démis de ses fonctions et condamné à sept ans de prison en 2007. La même année, il a pu bénéficier d’une autorisation de quitter le territoire pour raisons médicales par le nouveau gouvernement et il a été gracié par le Président en 2008.

3 C. Cabasset-Semedo, « Timor-Leste : dix ans après le référendum, le retour de la stabilité, l’amélioration des conditions de vie encore attendue », in A. Leveau et B. de Tréglodé, Asie du Sud-Est 2010, Bangkok, Irasec, 2010, p. 269-287.

4 Front de libération national du Timor-Leste, bras armé de la résistance.

5 Le 12 novembre 1991, l’armée indonésienne tire sur la foule venue rendre hommage à un étudiant tué quelques jours plus tôt ; il y aurait eu plus de 200 morts. Ayant été filmé pour la première fois, par le journaliste Max Stahl, cet événement a eu un retentissement mondial considérable. Cette commémoration a repris en 2000 comme « Jour de la jeunesse de Timor-Leste ».

6 Banque mondiale, « A 2009 Update of Poverty Incidence in Timor-Leste using the Surveyto-Survey Imputation Method », 2010, 6 p. Cette réactualisation a été demandée par le gouvernement en 2009 suite à un précédent rapport réalisé et diffusé fin 2008 par la même organisation selon lequel la pauvreté s’était accrue entre 2001 et 2007, avec 51 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté.

7 En dehors du traitement spécial accordé à quinze commandants, vivants ou morts, et à plus de 200 personnes cumulant plus de quinze ans dans la lutte, les pensions varient de 85 à 550 dollars/mois pour les combattants ou leur famille. Cf. C. Cabasset-Semedo, op. cit.

8 Direcção National de Estatísticas de Timor-Leste, Timor-Leste em números 2010, 2011, p. 49.

9 L’ESI a été dépassé de 103,6 millions de dollars américains en 2009, de 321 millions en 2011, et il est prévu d’être dépassé annuellement, jusqu’en 2016, de plus de 500 millions de dollars. Cf. Ministry of Finance, State Budget 2012, book one, Budget overview, p. 5.

10 Timor-Leste, Plano Estratégico de desenvolvimento 2011-2030. Versão submetida ao Parlamento Nacional, 2011, Governo, República Democrática de Timor-Leste, 238 p.

11 La’o Hamutuk, 2009, How much money have international donors spent on and in Timor-Leste?, 2 p. D’autres chiffres, supérieurs, ont circulé. Anthony Deutsch, AP 8 septembre 2009, Timor aid, where did billions go ?, parle d’un montant de plus de 8 milliards de dollars américains, tandis que d’autres organisations estiment que la part qui entre réellement dans le pays n’excède pas 5 %.

12 Le recensement de la population 2010 fait état de 32 langues vernaculaires dans le pays.

13 Et 14,6 % pour l’anglais. Cf. Pourcentage des personnes de plus de 15 ans alphabétisées (parler, lire et écrire) en tetum, portugais, indonésien, anglais, National Statistics Directorate, Population and Housing Census 2010, Book 3, 2011, p. xviii.

14 Banque mondiale, An Analysis of Early Grade Reading Acquisition, 2010, 27 p.

15 Rôle important de l’église timoraise aux côtés de la résistance et obligation faite aux Est-Timorais, comme autres citoyens indonésiens, de se prononcer en faveur de l’une des cinq religions monothéistes autorisées.

16 En voulant supprimer tout enseignement religieux dans les écoles du pays.

17 Par exemple, les sept générateurs arrivés en août et destinés à la centrale électrique de Hera ont été bénis selon les rites traditionnels et catholiques au cours d’une cérémonie qui réunissait un grand nombre de membres du gouvernement.

18 Construction du palais présidentiel, ministères des Affaires étrangères et de la Défense et quartier général des F-FDTL, deux navires de patrouille, et autres investissements privés. Cf. Cabasset-Semedo C., 2011, op. cit.; Horta L., 2007, Timor-Leste and China, the dragon’s newest friend, « Notes de l’Irasec » no 4, Irasec, 18 p. (accessible sur www.irasec.com); Horta L., US and China Build Timor-Leste Soft Power, 2011 (accessible sur www.geopoliticalmonitor.com).

19 Conférence du ministre des Affaires étrangères, Zacharias da Costa, à l’Université nationale Timor Lorosa’e, 23 août 2011, retranscrite par Lusa, 23 août 2011.

20 Refusé par le Parlement et par le gouvernement est-timorais, ce centre devrait être implanté sur l’île Manus (Papouasie Nouvelle Guinée).

21 Suite à sa déstructuration durant la crise de 2006, la responsabilité de cette dernière était passée sous la direction des Nations unies pour procéder à sa restructuration, avant d’être retransférée district par district à partir de mai 2009 vers le Commandement général de la PNTL.

22 La mission des Nations unies pour le maintien de la paix est présente dans le pays depuis 1999 sous la forme de diverses missions, Unamet, Interfet, Untaet, Unotil, et Unmit depuis août 2006 (suite à la crise).

Table des illustrations

Titre Prévision budgétaire à Timor-Leste (2006/2007 – 2012) (millions dollars US)
Légende a) Budget de transition après les élections de 2007 : juillet-décembre 2007.b) Le budget initial de 347,7 millions avait été élevé en juin à 788 millions, avant d’être jugé illégal par la Cour d’appel en novembre 2008. Le budget qui apparaît est le budget dépenses.c) le budget de l’État 2010 approuvé par le Parlement le 4 décembre 2009, de 659,9 millions, a été relevé et approuvé par le Parlement, à 838 millions lors du budget rectificatif en juillet 2010.d) Un premier budget de 985 millions avait été proposé par le gouvernement au Parlement en novembre 2010, avant d’être réévalué et approuvé le 14 février 2011.e) Budget approuvé par le Parlement le 25 novembre 2011.Sources : Ministry of Finance, State Budget 2012, book one, Budget overview, et communiqué du gouvernement, 26 novembre 2011.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Le Timor-Leste
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2392/img-2.png
Fichier image/png, 193k
Légende « République Démocratique du Timor-Leste,Cérémonie de démobilisation et de reconnaissance des combattants du front armé de la résistance timoraise,20 août 2011, commémoration du jour national des Falintil »« Notre victoire est une question de temps »Nicolau Lobato ;« La paix est possible à Timor-Leste. Le dialogue est la voie pour la paix »Xanana Gusmao
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2392/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

Auteur

Docteur en géographie et aménagement du territoire (Paris-IV-Sorbonne), avec une thèse consacrée à la contribution du tourisme à l’unité nationale en Indonésie. Elle continue depuis à s’intéresser à l’Indonésie et au Timor oriental (pays qu’elle visite chaque année). Elle a dirigé avec Frédéric Durand l’étude Timor-Leste : comment bâtir une nouvelle nation en Asie du Sud-Est au XXIe siècle (téléchargeable sur le site Internet de l’Irasec) et codirige actuellement une monographie nationale sur le Timor contemporain avec F. Durand et Benjamin de Araujo Corte Real. Elle travaille particulièrement aujourd’hui sur les enjeux de l’aménagement et de la gouvernance du tourisme. Elle a enseigné la géographie dans plusieurs universités, notamment celles de Paris-IV-Sorbonne et d’Évry, et collabore avec d’autres universités en Indonésie et au Timor-Leste.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site