Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2012 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Jérémy Jammes
, 
Benoît de Tréglodé

Troisième partie. La région

Thaïlande

Un jeu d’ombre et de lumière

Arnaud Dubus et Jacques Ivanoff

Texte intégral

1Le théâtre d’ombres traditionnel a toujours eu un rôle social important en Asie du Sud-Est et, parfois, de nouvelles figures apparaissent au gré des événements historiques, sociaux ou politiques qu’elles sont chargées de commenter. Ce théâtre peut être une satire et une caricature de la société. De la même façon, c’est à partir d’un terreau culturel traditionnel – la politique au service de l’argent et des parrains – que l’image de Yingluck Shinawatra, le nouveau Premier ministre depuis juillet 2011, a été façonnée de toutes pièces par les conditions sociales du pays. C’est une nouvelle figure dans le paysage politique, la nouvelle marionnette d’un théâtre reflétant les archaïsmes de la Thaïlande, qui, de plus, est manipulée par le « méchant » Thaksin Shinawatra, son frère aîné, Premier ministre de 2001 à 2006. Une nouvelle scène se joue dans la longue quête des Thaïlandais pour se doter d’un appareil politique moderne.

2Yingluck, à qui le monde entier s’est empressé de donner une légitimité, est-elle la nouvelle figure manipulée par son frère et une clique de politiciens sans morale ? Si l’on en croit les discours et la gestion de l’inondation catastrophique de la fin 2011, il faut constater que Yingluck ne « délivre » pas le potentiel politique qu’on lui accordait. Elle semble débordée par le « job » alors que disparaissent opportunément de la scène médiatique les grands parrains du système politique thaïlandais et partenaires de la coalition actuelle : Chalerm Yoobamrung, Banharn Silapa-Archa, Snoh Thienthong… Ces derniers marquent leur distance avec un gouvernement qu’ils ne maîtrisent pas totalement et avec un mouvement rouge qui les a portés au pouvoir, mais qu’ils n’ont jamais vraiment compris. Ils s’éloignent d’un Premier ministre dont ils se méfient tout en profitant de la crise et de leur position pour encaisser ce qu’ils estiment leur revenir de droit. Après tout, ce sont eux les « faiseurs de roi », ceux qui font basculer les circonscriptions de la Plaine centrale dans un camp ou dans un autre. Que va donner cette fragile alliance entre les figures traditionnelles du théâtre politique et la nouvelle venue ?

1 - Une campagne sans vision et la déconfiture des démocrates

3Entrée en politique moins de deux mois avant le scrutin du 3 juillet, Yingluck a connu une ascension fulgurante. La simplicité apparente de ses manières, son contact facile avec les gens du peuple, son sourire communicatif lui ont d’emblée donné l’avantage sur le candidat du Parti démocrate d’opposition et Premier ministre sortant, Abhisit Vejjajiva, plus intellectuel et plus distant. Ces différences de caractère représentent deux faces de la politique thaïlandaise. C’est donc un jeu d’images qui s’est déroulé sous les yeux des électeurs, qui, déçus par le blocage social faisant suite à la répression de l’année précédente, ont jugé des candidats sur la forme plus que sur le fond. De plus, bien conseillée, Yingluck a adopté un ton conciliant, notamment vis-à-vis des militaires, vivement critiqués pour leur rôle dans la répression des manifestations des Chemises rouges de l’été 2010. Ravivant le mythe de l’unité thaïlandaise, la candidate a considéré que, si les différentes parties travaillaient avec le même objectif de « maintenir l’avenir du pays », une entente était possible et qu’il fallait « oublier le passé, aussi douloureux soit-il », c’est-à-dire faire revenir Thaksin – une question épineuse car il ne devait pas apparaître ouvertement comme le vainqueur avant même le scrutin. C’était le temps de l’illusion et tout le monde fit semblant de croire à un nouveau consensus, à l’absence de Thaksin et des parrains de la politique.

4D’ores et déjà, le Parti pour les Thaïlandais (Phuea Thai) et Yingluck faisaient face à la difficulté de concilier les demandes de justice de leur base politique – les Chemises rouges – et la nécessité de compromis avec les autres secteurs de l’élite – militaires, milieux d’affaires conservateurs, bureaucrates – pour ne pas provoquer une confrontation post-électorale. Mais le temps court de l’élection a permis aux discours flous et promesses vides de pallier le déficit provoqué par la rupture sociale jamais comblée depuis 2009 et approfondie par une absence de la royauté (dont il était interdit de parler pendant la campagne).

5La campagne des démocrates s’est focalisée, au contraire, sur le rappel de la violence des mois d’avril et mai 2011. Fustigeant les « incendiaires » lors du rassemblement final de la campagne sur le parvis du complexe commercial Central World, le chef de file du Parti démocrate a poussé l’interprétation jusqu’à jurer que l’armée n’avait tué aucun manifestant. Les manœuvres, frisant parfois l’absurde, pour disqualifier Yingluck n’ont pas non plus manqué : ainsi la candidate du Phuea Thai s’est-elle vue accusée d’acheter des voix pour avoir préparé des nouilles sautées pour quelques villageois durant une halte dans sa tournée électorale.

6La victoire plus large qu’attendue du Phuea Thai – 265 sièges sur les 500 de la chambre basse – l’a placé en position de force pour négocier la participation des formations secondaires au gouvernement. Les tractations sur la répartition des ministères suivant le « système des quotas » (l’octroi des portefeuilles dépend du nombre de sièges contrôlés par un clan politique) ont abouti à la formation d’une coalition gouvernementale de six partis – Phuea Thai, Chart Thai Pattana, Chart Pattana Pheua Phaendin, Phalang Chon, Mahachon, New Democracy Party – dotée d’une confortable majorité parlementaire de 300 sièges. Cette nouvelle partition politique a surtout fait apparaître le fait que, pour être nommé, il fallait des relations et de l’argent, tout ce que n’avaient pas les élus du nord-est, un berceau populaire du mouvement rouge. La politique traditionnelle a ainsi refait son apparition : achats de postes à responsabilité et donc rentables, réseaux et menaces, rapports de forces… L’idéal rouge des rues communardes de 2009 est loin. Le Phuea Thai a mieux enterré le mouvement que les démocrates. D’ailleurs, des débandades de l’UDD (Front uni de la démocratie contre la dictature) dans les provinces commencent à apparaître à la suite de l’interventionnisme des leaders du Phuea Thai pour gagner les postes importants au détriment des leaders locaux. Pour le Parti démocrate, qui n’a remporté que 159 sièges, il s’agit de la quatrième défaite électorale consécutive face à un parti pro-Thaksin – et de la troisième pour Abhisit Vejjajiva en tant que leader du parti. Il y a près de vingt ans que le Parti démocrate n’a pas remporté un scrutin. Malgré cette déroute, le comité exécutif du parti a reconduit Abhisit Vejjajiva à la tête de la formation, apparemment par manque d’alternative.

  • 1 Yvan Cohen, www.yvancohen.blogspot.com, 2 juillet 2011.

7Étant donné l’ampleur des bouleversements politiques que traverse la Thaïlande, il est frappant de constater qu’aucun des leaders politiques n’a proposé pendant la campagne une vision globale d’avenir pour le pays ; ils se sont limités à une série de promesses concrètes et à court terme. Le thème d’un « nouveau consensus national » ou d’un « nouveau contrat social » n’a pas été évoqué, alors même que les institutions démocratiques thaïlandaises – un système judiciaire indépendant, une presse libre, une bureaucratie neutre, une monarchie censée être apolitique – ont été sérieusement ébranlées par cinq années de crise politique1.

2 - Pourquoi cette victoire ?

  • 2 Jean Baffie, « Une “démocratie” entre populisme et défiance envers le peuple : la politique en Thaï (...)

8Les élections ont donc été attendues avec impatience et soulagement. Il fallait avant tout arrêter la crise sociale qui freinait le pays dans son développement économique et ternissait son image à l’extérieur. La société thaïlandaise est une société de l’apparence où l’absence de profondeur politique a permis au fonctionnement traditionnel de se remettre en marche : cliques opportunistes, Parti démocrate contre opposition multiforme, parrains donnant leur bénédiction et apportant leurs voix contre des promesses de postes2.

  • 3 Jacques Ivanoff, Narumon Hinshiranan, Olivier Ferrari et Arnaud Leveau, Thaïlande. Aux origines d’u (...)

9Certains ont cru que la « Commune » de l’année 20093 aurait pu avoir des résultats concrets en introduisant des réformes dans la vie politique. La répression, notamment celle qui s’est abattue pendant des mois dans les provinces rouges, a bloqué la possible formation d’un dispositif politique populaire. Les provinces n’ont pu se rassembler et créer par exemple des plates-formes de discussion, des comités de village, et il n’y a pas eu de relais entre le mouvement populaire et celui des élites qui étaient pro-Rouges. La fracture sociale était trop importante, et l’armée et les démocrates ont bien compris qu’il fallait couper toute tentative de communication entre les élites et le peuple. Ils y sont parvenus, ce qui n’empêche pas certains intellectuels (de l’université Thammasat notamment) et politiciens (une branche du Phuea Thai) de se déclarer pro-Rouges. La répression a fait jouer les rouages d’une bureaucratie lourde et sous contrôle. Après avoir libéré quelques dizaines des grandes figures rouges en 2011, la justice a eu la main lourde pour certains leaders de provinces à la fin de l’année.

  • 4 Narumon Hinshiranan et Olivier Ferrari, « Khwampenthai ou la pratique de l’idéologie culturelle en (...)
  • 5 Considérés comme de « bons bouddhistes » selon les mots d’un ancien Premier ministre proche de Thas (...)
  • 6 Maxime Boutry et Jacques Ivanoff, « De la segmentation sociale à l’ethnicité dans les suds péninsul (...)

10Le parti des « Rouges », le Phuea Thai, a donc officiellement gagné, mais ceux qui sont aux commandes représentent la face cachée de la Thaïlande, celle qui participe à la construction de la thainess4, décidément indestructible, d’autant qu’un de ses piliers, la royauté, est totalement absent du discours et de l’action politique depuis l’hospitalisation du roi et son instrumentalisation par les médias et les partis politiques lors de la crise de 2008-2010, ce qui a créé un vide. Qui peut se revendiquer d’être le porte-parole de la nation en l’absence du roi ? Le pays s’est condamné à chercher un consensus « mou » en attendant d’y voir plus clair. Yingluck était la candidate parfaite pour faire patienter. La nouvelle élite politique fait réapparaître les vieux démons de la Thaïlande (népotisme, corruption…), la vivacité du système socioculturel qui considère l’intérêt des puissants comme une nécessité vitale à la survie de la nation reste présente. Rappelons qu’une des actions du nouveau Premier ministre a été un voyage éclair en Birmanie en octobre 2011, certainement téléguidé par son frère. Ce voyage et les intérêts qu’il cache sont la face « sombre » de la thainess qui considère comme une norme de travailler avec le voisin birman5. Le pays revient donc à une politique dictée par les intérêts financiers réciproques et la nation sort de la thainess version Parti démocrate qui essayait de régler la question des frontières et des réfugiés6 en s’appuyant sur des valeurs de « bonne gouvernance » (droits de l’Homme, par exemple), considérées par beaucoup de Thaïlandais comme n’étant pas thaïlandaises. Rappelons que Médecins sans frontières veut partir de Thaïlande en 2011 puisque le pays l’empêche de faire son travail. La Thaïlande veut négocier elle-même « ses » réfugiés avec son voisin birman. En attendant, l’union sacrée autour des inondations de septembre-novembre 2011 a forcé Yingluck à mettre de côté son rôle de VRP pour se consacrer à celui, plus difficile, de Premier ministre solidaire de la nation. Et elle ne brille pas par son leadership, selon la presse.

3 - La victoire à quel prix ?

11Une première lecture de la politique thaïlandaise pour l’année 2011 donne donc l’impression d’un pays rentré dans un ordre démocratique acceptable. Pourtant, c’est une victoire par défaut d’un parti pro-Thaksin qui a eu lieu. Le choix pour les provinces rouges n’était pas possible. Comment voter pour les démocrates, ces « privilégiés libéraux » représentant l’élite et le sud ? Comment voter pour le Bhumichathai qui a trahi Thaksin pour permettre à Abhisit de prendre les commandes ? Il ne restait donc que le Phuea Thai pour le « peuple » (les pauvres, les « Rouges », les paysans, un peu toux ceux qui ne viennent pas de la Plaine centrale, sous les ordres directs des parrains).

12Tout s’est joué en trois semaines. Le Parti démocrate et ses alliés contre nature (la clique de Newin Chidchob) devaient respecter leur promesse de laisser le peuple choisir pour ne pas sembler accaparer un pouvoir qu’ils avaient obtenu de manière douteuse et peu démocratique en 2006. Les politiciens n’ont pas bien mesuré la frustration engendrée par la répression, la colère de ceux qui ont voulu faire de la politique autrement, les oubliés du développement qui voulaient comprendre leur place au sein de la nation. En interrompant le dialogue, ils se sont coupés d’une base et sont revenus à celle qui les soutient depuis longtemps, la classe moyenne bourgeoise et citadine à laquelle s’ajoutent les provinces du sud. En chiffres, cela ne suffisait pas à faire gagner les élections, car le gros des voix est apporté par le nord-est. Les efforts pour démocratiser leur image ont été un échec, la campagne d’Abhisit un modèle de mauvaise représentation. Même si ce dernier apparaît comme un homme intègre, son image de privilégié ne l’a pas quitté et il n’avait aucune crédibilité dans le milieu paysan. Alors se sont engouffrés dans la brèche avec une facilité évidente ceux qui s’opposent à ce modèle bourgeois opprimant les « masses laborieuses ». Personne n’était dupe. La Thaïlande est revenue au temps des achats de voix en masse, des règlements de compte et de la raison du plus fort, des valeurs que les Thaïlandais ont toujours respectées : donner son vote à un puissant, c’est assurer sa protection.

13Cependant, Yingluck a su faire preuve d’un instinct politique éphémère, mais très sûr. Les « Rouges » militants et emprisonnés, récemment libérés de prison, ont demandé une récompense pour leur « sacrifice » et ont été intégrés dans les rangs du Phuea Thai. Ces hommes ont choisi de se vendre dans le camp qui était censé les représenter. C’est là qu’une rupture apparaît puisque ce parti ne représente pas vraiment le mouvement rouge dans son ensemble. Les caciques ont été réticents à accepter ces trublions, mais il fallait bien les prendre car ils représentaient la base électorale légitime qui s’était battue et dont le parti avait arraché la parole pour en faire ses slogans politiques. Le coup de génie de Yingluck a été de dire qu’il n’était pas question d’accepter quelques leaders rouges, mais de faire une large place à ceux qui avaient été présents dans le mouvement. Elle a ouvert à ses « frères rouges » les portes du pouvoir, en bousculant les ténors du parti, les imposant en grand nombre sur les listes électorales. Elle a remporté les élections en ouvrant largement les portes de son parti. Les places des uns et des autres, c’est-à-dire la place des Rouges par rapport aux caciques, se réglera plus tard avec la marginalisation des élus du nord-est. Elle a en outre su valoriser une image de femme providentielle et à l’écoute du peuple.

  • 7 Michael H. Nelson, Central Authority and Local Democratization in Thailand, Bangkok, White Lotus, 1 (...)

14Le second facteur qui favorisa la victoire est structurel. Il est impossible pour un paysan d’un village du nord-est par exemple de voter autre chose que « rouge », c’est-à-dire pour le Phuea Thai qui avait les moyens financiers à la hauteur de ses ambitions. Être un village démocrate dans le nord-est serait « perdre la face », stigmatiser la communauté et se couper des réseaux des puissants des provinces, des crédits de développement. Ainsi, il n’y avait en réalité pas de choix possible. Les villageois ont voté, surveillés par la communauté, comme autrefois7 et comme un seul homme. Il est significatif que la seule opposition possible eût été l’abstention, et encore, dans les capitales de province contrôlant moins les votants.

4 - Le programme économique du parti Phuea Thai

15La plate-forme du Phuea Thai s’est appuyée sur une série de mesures favorables aux Thaïlandais en bas de l’échelle économique et de mesures de redistribution : forte augmentation du salaire minimum quotidien sur l’ensemble du pays pour le faire passer à 300 baht (7,10 euros), achat des récoltes de riz par le gouvernement au prix fort, instauration d’un salaire mensuel minimum de 15 000 baht (357 euros) pour les jeunes titulaires d’une licence et commençant une carrière dans la fonction publique, suspension des dettes pour une période allant de trois à cinq ans pour les Thaïlandais ayant des dettes d’un montant compris entre 500 000 et 1 000 000 de baht (entre 12 000 et 24 000 euros), distribution d’une tablette informatique à tous les écoliers du primaire…

  • 8 Thithinan Pongsudhirak, « Disparate policies lack integrated growth strategy », Bangkok Post, 2 sep (...)
  • 9 L’innovation tant vantée et voulue depuis deux décennies ne peut prendre racine dans un pays habitu (...)

16Ce programme économique apparaît comme un ensemble de mesures populistes disparates, qui n’a pas été pensé comme un programme intégré permettant de donner à l’économie thaïlandaise une direction claire dans un environnement financier mondial fortement perturbé8. La logique d’accorder un salaire minimum de 15 000 baht aux nouveaux fonctionnaires valorise plus le diplôme que l’expérience, créant de nouveaux déséquilibres. L’octroi de millions de tablettes informatiques aux écoliers du primaire ne s’est pas appuyé sur une étude sérieuse de la valeur ajoutée qu’apporterait cet instrument pour l’apprentissage des bases de l’écriture et de l’arithmétique9. L’achat du riz au prix fort par le gouvernement – 15 000 baht/tonne pour le riz paddy et 20 000 baht/tonne pour le riz jasmin, soit un doublement par rapport au prix du marché – vise à satisfaire les riziculteurs. Mais des experts, comme Amar Siamwalla, ont mis en garde contre le risque d’enrichir surtout les intermédiaires et les propriétaires de rizeries, et non les riziculteurs, provoquant de fortes perturbations du marché. Sous Thaksin, la stratégie économique – développer le marché de la consommation intérieure tout en renforçant le poids économique international de la Thaïlande par une politique agressive d’investissements et d’exportations – traçait une ligne permettant au royaume d’être le leader de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean).

5 - Les difficultés d’une « rethaksinisation »

17Pour la première fois de son histoire, le pays s’est retrouvé entre les mains d’une femme d’affaires plutôt discrète. Yingluck, âgée de 44 ans, est entrée dans l’arène politique à la demande de son frère pour défendre les intérêts de la famille. Comme de nombreuses familles sino-thaïlandaises, la famille Shinawatra fonctionne selon le système du kong si (公司, maisons de clan), qui donne corps à des entreprises familiales où les membres jouent un rôle assigné pour contribuer au progrès du clan. Pendant la campagne, Yingluck a ainsi déclaré que les Thaïlandais « plaçaient leurs espoirs entre les mains de sa famille ». Évoquant le coup d’État de 2006, elle a dit que celui-ci « n’avait fait qu’infliger d’extrêmes souffrances à [sa] famille ».

18La carrière de Yingluck s’est déroulée à l’ombre de celle de son frère, qui est son aîné de dix-huit ans : il lui a offert son premier emploi dans le conglomérat Shin Corp qu’il a fondé et, lorsqu’il est entré en politique, il l’a placée à la tête de SC Asset, le fleuron du groupe. De surcroît, Thaksin et Yingluck semblent être particulièrement proches. Dépourvue de l’arrogance de son frère, moins agressive et moins fascinée par le pouvoir, Yingluck présente l’avantage d’être acceptable pour l’establishment conservateur. Il est même envisageable qu’elle puisse réunir les « durs » du clan Thaksin et les forces conservatrices.

19Thaksin a poussé sa sœur à se porter candidate aux élections avec pour objectif d’être exonéré de sa condamnation par la Cour suprême en 2008 (deux ans de prison pour abus de pouvoir dans une affaire d’achats de terrains par son épouse de l’époque, Pojaman na Pombejra), de rentrer au pays et de récupérer les 46 milliards de baht de sa fortune saisis en février 2009 par cette même Cour suprême. Yingluck, pressée par les médias sur la question de l’amnistie, a maintenu une attitude prudente, tout en laissant son vice-Premier ministre, Chalerm Yoobamrung, prendre les devants avec sa verve caractéristique. Juridiquement, le défi est toutefois de taille, l’amnistie ne pouvant être accordée qu’à des détenus ayant purgé au moins un tiers de leur peine ; il faut y ajouter le fait que Thaksin, ayant fui le pays pour échapper à la justice, a commis un second crime. Des experts juridiques du Phuea Thai travaillent à trouver une formule qui habillerait une amnistie d’une apparence de légalité, mais Abhisit Vejjajiva, désormais chef de l’opposition parlementaire, a indiqué fin août 2011 qu’une amnistie, permise par exemple par une réforme de la Constitution et débouchant sur le retour de Thaksin, serait inacceptable.

20Les signes d’impatience de Thaksin et de son clan ont été nombreux. À la faveur de la crise des inondations en octobre, la réémergence de Sudarat Keyuraphan, ancienne ministre de la Santé du gouvernement Thaksin, abreuvant le gouvernement Yingluck de ses conseils sur la gestion des flux d’eau, n’est probablement pas non plus un hasard. La formation du gouvernement avait déjà semblé indiquer une forte dépendance de Yingluck vis-à-vis des réseaux Thaksin : le ministre des Affaires étrangères Surapong Towijakchaikul est un membre de la famille Shinawatra ; le vice-Premier ministre Chalerm est un complice de longue date de Thaksin, etc. Dans le même temps, toutefois, Yingluck a très peu consulté les conseillers que lui a imposés son frère. À la fin 2011, Yingluck, prise entre son devoir de respect et de protection de son clan familial et sa volonté de mener son mandat comme elle l’entend, n’avait pas encore réussi à résoudre ce dilemme.

  • 10 Thak Chaloemtiarana, Thailand, the Politics of Despotic Paternalism, Chiang Mai, Silkworm Books, 20 (...)
  • 11 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker, Thaksin, Chiang Mai, Silworm Books, 2009.

21Selon les circonstances, la personnalité de Yingluck constitue un avantage ou un handicap. Son langage châtié, sa patience, sa volonté de consulter largement, son attitude respectueuse envers la famille royale ont permis d’atténuer le fossé qui séparait le parti Phuea Thai de l’establishment conservateur. En revanche, son manque de présence, sa lenteur à décider, sa réticence à se « médiatiser » ont donné l’impression qu’elle ne tenait pas véritablement les rênes du pays. La crise des inondations a nettement mis en relief ce manque de leadership. Face au modèle du nakleng, du politicien-bandit peu scrupuleux mais prompt à la décision, tel que l’ont incarné Sarit Thanarat (Premier ministre de 1958 à 1963)10 ou Thaksin (Premier ministre de 2001 à 2006)11, les contours du modèle alternatif de la femme de pouvoir restent encore flous.

6 - L’armée et l’enquête sur les morts d’avril et mai 2010

22Le résultat des élections du 3 juillet 2011 a été un camouflet pour les chefs de l’armée. L’ISOC avait déployé 17 000 hommes pour tenter de prendre en flagrant délit de fraude électorale les candidats du Phuea Thai. Le général Prayuth Chan-ocha avait appelé les électeurs à voter pour des « personnes bonnes », précisant que si le résultat du scrutin était le même qu’en 2007, « il n’y aurait aucune amélioration dans le pays ». Les chefs militaires avaient toutefois anticipé leur échec et pris leurs garanties par deux dispositions : le vote d’une loi sur l’administration de la défense et un modus vivendi apparemment négocié avec le Phuea Thai pour que le futur gouvernement se montre flexible sur la question de la responsabilité concernant les manifestants Chemises rouges tués lors de l’été 2011. Promulguée en 2008, la loi sur l’administration de la défense assure, par l’instauration d’un Comité de défense dominé par les chefs militaires et chargé de décider des promotions annuelles, que le gouvernement civil ne peut pas interférer dans ces promotions. En clair, les chefs de l’armée deviennent intouchables et, dotés de la possibilité de s’autoréguler, constituent un État dans l’État.

  • 12 Entretien avec Thida Thavornseth, août 2010.

23La question de la responsabilité des morts d’avril et mai 2011 est des plus sensible pour le gouvernement de Yingluck. Élue en grande partie grâce aux voix des Chemises rouges, elle ne peut totalement ignorer leur demande de justice. Cela d’autant plus que Thida Thavornseth, chef en titre des Chemises rouges, n’a jamais caché sa méfiance vis-à-vis à la fois du Phuea Thai et de la famille Thaksin12. Yingluck a tenté de désamorcer cette question en déclarant son plein soutien à la commission Vérité et Réconciliation, chargée de faire la lumière sur les violences d’avril et mai 2011. Les Chemises rouges ont toutefois de sérieux doutes sur l’efficacité du travail de la commission, qui n’est pas dotée du pouvoir de convoquer les officiers militaires à témoigner.

7 - Le désastre imprévu des inondations : crise ou opportunité ?

24À peine un mois après la formation de son gouvernement, Yingluck a dû faire face au plus important désastre naturel qu’ait connu le royaume depuis le tsunami de décembre 2004. Du fait de pluies de mousson d’une intensité de 35 % supérieure à la moyenne des trente dernières années et d’un apparent mauvais calcul du département en charge de l’irrigation, lequel a retenu trop longtemps l’eau accumulée dans les barrages réservoirs, le nord du pays, puis la totalité de la Plaine centrale, y compris l’ancienne capitale royale Ayuthaya, et, en octobre, Bangkok ont été inondés par des masses d’eau d’une ampleur jamais vue depuis 1942. La réponse initiale de Yingluck et de son administration a laissé à désirer : tergiversations, mauvaise communication avec le public, incompétence, rivalités politiques, y compris à l’intérieur du Phuea Thai… Des ministres comme Plodprasob Suraswadi (ministre de la Recherche et de la Technologie) ont occupé l’avant-scène, donnant l’impression que Yingluck se laissait déborder et n’avait pas le pays en main. Il a fallu attendre le 22 octobre pour que le chef du gouvernement décrète la mise en vigueur de la loi sur les désastres naturels et s’occupe plus énergiquement de la gestion de la crise. Les divergences de vues avec Sukhumbhand Paribatra, gouverneur de Bangkok et membre du comité exécutif du Parti démocrate, sur la façon de réagir face aux inondations ne lui ont certes pas facilité la tâche. Yingluck n’a pas réussi ce premier test de leadership : à la mi-octobre, un sondage effectué par l’université Assumption a indiqué que 87 % des personnes interrogées n’avaient pas confiance dans les informations diffusées par le gouvernement sur les inondations. Le choix de protéger le quartier des affaires de Bangkok au détriment des quartiers périphériques, plus populaires, et des provinces de la Plaine centrale a aussi provoqué l’amertume dans certaines zones pourtant dominées par les Chemises rouges, comme par exemple la province de Nonthaburi.

25Le coût humain et économique de ce désastre a été considérable. Au début de novembre 2011, 537 personnes avaient péri, le plus souvent par noyade ou par électrocution. Évaluées le 9 novembre par le gouvernement à 2,8 milliards d’euros, les pertes économiques et financières ont été estimées à la même date à 4,7 milliards d’euros par la firme d’évaluation Moody’s Investors Service. La Banque centrale de Thaïlande a ramené sa prévision de croissance du PIB pour 2011 de 4,1 % à 2,6 % et n’excluait pas une nouvelle révision. Il faut comparer ce chiffre au taux de croissance de 2010, 7,8 %, qui avait été le meilleur chiffre depuis quinze ans. Certes, le contexte international s’est fortement dégradé au moment de la passation de pouvoir entre Abhisit Vejjajiva et Yingluck Shinawatra, mais le contraste n’en confirme pas moins l’idée répandue que le Parti démocrate remet l’économie en ordre quand il est au pouvoir et se fait chasser du pouvoir une fois le travail terminé. Facteur aggravant : l’inondation de sept zones industrielles au nord de Bangkok a émoussé la confiance des investisseurs étrangers, notamment japonais, dans le pays. Des stratégies de redéploiement ne sont pas à exclure. La reconstruction qui va suivre le retrait de l’eau devrait toutefois donner un coup de pouce à l’économie, atténuant l’impact direct du désastre.

26Le mandat de Yingluck sera déterminé par la façon dont elle saura ou non « rebondir » après la crise des inondations, notamment dans l’application du plan de réhabilitation de 800 milliards de baht (19 milliards d’euros) annoncé par le gouvernement fin octobre. De trop grandes faveurs faites aux gros industriels par rapport aux compensations offertes aux agriculteurs et aux PME accentueraient l’érosion de sa popularité.

  • 13 Stéphane Dovert et Jacques Ivanoff, « Introduction. La Thaïlande contemporaine : réussite ou failli (...)

27Après les nombreux échecs de la démocratisation du système politique (depuis la crise économique et le changement de la Constitution en 1997) qui ont provoqué un coup d’État, invité Thaksin à se servir dans les caisses de l’État pour des réformes populistes et populaires, brisé le consensus entraînant le « modèle thaïlandais » à douter de lui-même13, la Thaïlande a cherché des alternatives (le mouvement des Chemises rouges, par exemple), mais elle a perdu ses repères politiques et rappelé les hommes forts du pays. La résilience sociopolitique est telle en Thaïlande que le pays, en créant une « certaine façon d’être thaïlandais » avant toutes autres morales, religions, politiques, ethnicités, classes sociales, s’est inévitablement créé des interdits, par exemple la défense de parler de la royauté, un pilier de sa thainess. Le pays n’a eu d’autres choix que de revenir aux recettes du passé. Après le passage de la tourmente économique et politique, la Thaïlande espère maintenant remettre le train sur les rails et croire qu’elle saura rattraper le retard socioéconomique. Mais La Thaïlande se retranche dans ses comportements culturels reconnus. Pourtant, même si Yingluck n’est qu’une marionnette, elle se doit de régler certains problèmes et se révéler au grand jour pour gérer un pays en crise. Et il faudra bien que la question de Thaksin soit ouvertement discutée pour qu’enfin la Thaïlande puisse sortir de l’ornière dans laquelle elle est tombée, quitte à ce que les chars l’y aident à nouveau. Mais le pays a une structure socioéconomique telle qu’elle lui permet de survivre aux crises, aux manquements des gouvernants ; elle a le temps et des opportunités dispersées, mais liées par des réseaux économiques et politiques complexes. Voilà pourquoi elle résiste à tous les soubresauts et garde un certain leadership en Asie du Sud-Est.

28Or, cette souplesse, c’est aussi la raison pour laquelle le monde politique semble ne pas avoir besoin de son peuple pour exister. La « culture politique » thaïlandaise a créé des systèmes de plus en plus autonomes : l’armée, le gouvernement, la royauté, la population, qui ne se parlent plus que pour protéger leurs privilèges et s’inscrire dans des réseaux d’influence qui garantissent leur indépendance, c’est-à-dire leur possibilité d’accéder en toute impunité aux richesses du pays.

Annexes

Fiche Thaïlande

Capitale : Bangkok

Superficie : 513 120 km²

Population : 66 720 153 hab.

Langue : thai

Données politiques

Nature de l’État : monarchie

Nature du régime : constitutionnel

Suffrage : universel et obligatoire (à partir de 18 ans)

Chef de l’État : roi Bhumibol Adulyadej (Rama IX) (depuis 1946)

Premier ministre : Yingluck Shinawatra (depuis le 8 août 2011)

Ministre des Affaires étrangères : Surapong Towichakchaikul

Ministre de l’Intérieur : Yongyuth Wichaidit

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques (2006) : Siamois (Thais du centre) (25 %), Isaan (Thais du Nord-Est, Thai-Lao) (30 %), Thais du Sud (4 %), Chinois (10,5 %), Môn et Khmers (2,3 %), Malais (3 %), Karen, Hmong, Mien, Akha, Lahu et Lisu (0,9 %), Vietnamiens (0,2 %), Indiens (0,1 %)

Religions : bouddhistes (94,6 %), musulmans (4,6 %), chrétiens (0,7 %)

Taux de croissance démographique (est. 2011) : 0,566 %

Espérance de vie (est. 2011) : 73,6 ans

Indice de fécondité (est. 2011) : 1,66

Taux de natalité (est. 2011) : 12,95 ‰

Taux de mortalité (est. 2011) : 7,29 ‰

Taux de mortalité infantile (est. 2011) : 16,39 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (est. 2011) : 92,6 %

Taux d’urbanisation (2010) : 34 %

Indice de développement humain (2010) : 0,654 (rang 92)

Indicateurs économiques

Monnaie : baht (1 euro = 42,07 baht, novembre 2011)

Balance des paiements courants (est. 2010) : 12,29 milliards $ US

Dette extérieure (est. 2010) : 82,5 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita (est. 2010) : 8 700 $ US

Taux de croissance du PIB (est. 2010) : 7,8 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (est. 2010) : agriculture (10,4 %), industrie/mines (45,6 %), services (44 %)

Taux d’inflation (est. 2010) : 3,3 %

Taux de chômage (est. 2010) : 1,2 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (2006) : 9,6 %

IDE entrant (cumulé ou stocks) (est. 2010) : 117,9 milliards $ US

IDE sortant (cumulé ou stocks) (est. 2010) : 20,3 milliards $ US

Principaux partenaires commerciaux : États-Unis, Japon, Chine, Hong Kong, Malaisie

Importations (est. 2010) : 156,9 milliards $ US

Principaux produits importés : biens d’équipement ; biens intermédiaires ; matières premières ; carburants

Exportations (est. 2010) : 191,3 milliards $ US

Principaux produits exportés : textile ; pêche ; riz ; caoutchouc ; bijoux ; automobiles ; appareils électriques

Portraits

Chumpol Silapa-archa

À 71 ans, Chumpol Silapa-archa est l’un des rares ténors de la Plaine centrale à n’avoir pas été banni de la politique pour cinq ans après la dissolution du parti Chart Thai (Parti de la nation thaie), dirigé par son frère aîné Banharn, par la Cour constitutionnelle en décembre 2008. Bien que ses relations avec son frère n’aient pas toujours été harmonieuses, Chumpol, ancien professeur de sciences politiques à l’université Thammasat, a poursuivi la tradition des « politiciens-anguilles » du Chart Thai – devenu à partir de 2008 le parti Chart Thai Pattana (Parti de la nation thaie et du développement) – qui suivent le courant et changent de camp en fonction des opportunités. Après la dissolution de 2008, Chumpol a quitté le parti pro-Thaksin du Pouvoir du peuple (Palang Prachachon) et rejoint le gouvernement formé autour du Parti démocrate d’Abhisit Vejjajiva, où il a occupé le portefeuille du Tourisme et des Sports. Quand le Parti démocrate a perdu les élections de juillet 2011, Chumpol a de nouveau changé de camp et rejoint le parti Phuea Thai de Yingluck Shinawatra, où il a conservé son portefeuille tout en se voyant gratifier du titre de vice-Premier ministre. Étant donné l’âge avancé de son frère (79 ans), Chumpol est considéré comme l’héritier de cette famille politique sino-thaïlandaise qui contrôle depuis les années 1960 la province rizicole de Suphanburi. Les deux frères personnifient le système de patronage qui reste la base de la politique thaïlandaise en province. Deux enfants de Banharn, Kanchana et Worawuth, ont occupé des postes de vice-ministres – respectivement au ministère de l’Éducation et au ministère des Transports et des Communications – dans le gouvernement d’AbhisitVejjajiva entre janvier 2008 et juillet 2011.

Chuvit Kamolvisit

Un seul candidat lors des élections de juillet 2011 a fait campagne en réclamant d’être élu pour pouvoir faire partie de l’opposition parlementaire : Chuvit Kamolvisit, 50 ans, ancien propriétaire d’une chaîne de salons de massage coquins et leader improbable d’une croisade anti-corruption. Ses posters de campagne – par exemple, celui portant le slogan « La politique, c’est comme les couches, il faut en changer souvent » et le montrant grimaçant avec un bébé dans les bras – ont de nouveau témoigné d’un sens aigu du marketing politique. Son bon score – quatre sièges pour son parti Rak Thailand (Aimons la Thaïlande) – ont confirmé qu’il n’était pas qu’un bouffon et que son langage direct et son style provocateur séduisaient particulièrement les jeunes. Une partie de son relatif succès vient également de ce qu’il n’essaie pas de se faire passer pour ce qu’il n’est pas. S’il estime être bien placé pour dénoncer la corruption, c’est parce qu’il a corrompu pendant de nombreuses années les responsables de la police pour pouvoir gérer ses salons de massage. Ses interventions dévastatrices (pour le gouvernement) sur les bancs de l’opposition tendent à montrer qu’il tient ses promesses de campagne.

Affiche politique

« Ensemble nous pouvons. »
Affiche appelant à l’unité nationale vue dans les rues de Bangkok.

Notes

1 Yvan Cohen, www.yvancohen.blogspot.com, 2 juillet 2011.

2 Jean Baffie, « Une “démocratie” entre populisme et défiance envers le peuple : la politique en Thaïlande depuis la Seconde Guerre mondiale », in Stéphane Dovert et Jacques Ivanoff (dir.), Thaïlande contemporaine, Paris, Les Indes savantes, 2011, p. 139-200.

3 Jacques Ivanoff, Narumon Hinshiranan, Olivier Ferrari et Arnaud Leveau, Thaïlande. Aux origines d’une crise, Bangkok, « Carnets de l’Irasec », no 13, 2010.

4 Narumon Hinshiranan et Olivier Ferrari, « Khwampenthai ou la pratique de l’idéologie culturelle en Thaïlande », in S. Dovert et J. Ivanoff (dir.), Thaïlande contemporaine, op. cit., p. 101-138.

5 Considérés comme de « bons bouddhistes » selon les mots d’un ancien Premier ministre proche de Thaskin (voir Pavin Chachavalpongpun, A Plastic Nation. The Curse of Thainess in Thai-Burmese Relations, Lanham, University Press of America, 2005).

6 Maxime Boutry et Jacques Ivanoff, « De la segmentation sociale à l’ethnicité dans les suds péninsulaires ? Réflexions sur les constructions identitaires et les jalons ethniques à partir de l’exemple des pêcheurs birmans du Tenasserim », Aséanie, no 22, 2008, p. 11-46 ; La Monnaie des frontières. Migrations birmanes dans le sud de la Thaïlande, structure des réseaux et internationalisations des frontières, Bangkok, « Carnets de l’Irasec/Série Observatoire », no 2, 2009.

7 Michael H. Nelson, Central Authority and Local Democratization in Thailand, Bangkok, White Lotus, 1998.

8 Thithinan Pongsudhirak, « Disparate policies lack integrated growth strategy », Bangkok Post, 2 septembre 2011.

9 L’innovation tant vantée et voulue depuis deux décennies ne peut prendre racine dans un pays habitué au respect du plus fort, de la hiérarchie, et à la répétition (Audrey Baron-Guitty et Supat Chupradit, Education, Economy and Identity. Ten Years of Educational Reform in Thailand, Bangkok, Irasec, « Occasional Papers », no 11, 2009).

10 Thak Chaloemtiarana, Thailand, the Politics of Despotic Paternalism, Chiang Mai, Silkworm Books, 2007.

11 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker, Thaksin, Chiang Mai, Silworm Books, 2009.

12 Entretien avec Thida Thavornseth, août 2010.

13 Stéphane Dovert et Jacques Ivanoff, « Introduction. La Thaïlande contemporaine : réussite ou faillite ? », in S. Dovert et J. Ivanoff (dir.), Thaïlande contemporaine, op. cit., p. 1-18.

Table des illustrations

Titre La Thaïlande
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2391/img-1.png
Fichier image/png, 559k
Légende « Ensemble nous pouvons. »Affiche appelant à l’unité nationale vue dans les rues de Bangkok.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2391/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

Auteurs

Journaliste, correspondant basé en Thaïlande des quotidiens Libération et Le Temps (Suisse), de Radio France internationale et de TV5. Il s’intéresse particulièrement aux questions politiques, religieuses et culturelles en Thaïlande depuis une vingtaine d’années. Il a publié, entre autres, une étude comparative sur les armées indonésienne et thaïlandaise (avec Nicolas Revise, Armée du peuple, armée du roi, Bangkok-Paris, Irasec-L’Harmattan, 2002), un guide « Culture-Histoire-Société » sur la Thaïlande (Paris, La Découverte, 2011) et une étude sur les Musulmans du Sud thaïlandais (avec Sor Rattanamanee Polkla, « Policies of the Thai State towards the Malay Muslim South », Occasional Paper, no 16, Bangkok, Irasec, 2001).

Ethnologue au CNRS depuis 1992 et rattaché à l’Irasec. Il travaille sur les populations des frontières, les dynamiques migratoires, les résiliences ethniques et sociales. Il a vécu pendant plusieurs années avec les Austronésiens moken, nomades marins de l’archipel Mergui, en Thaïlande et en Birmanie. Il a récemment coordonné Thaïlande contemporaine avec Stéphane Dovert (Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, 2011) et publié un ouvrage sur le Sud de la Thaïlande (The Cultural Roots of Violence in Malay Southern Thailand, 2 vols, Bangkok, White Lotus Press, 2009 et 2012) expliquant la dynamique culturelle de la rébellion. Enfin, il a copublié deux « Carnets » de l’Irasec concernant les trafics humains : La Monnaie des frontières (2009) et Thaïlande : aux origines d’une crise (2010), ce dernier expliquant les facteurs socioéconomiques et les archaïsmes culturels qui ont provoqué la crise dite « des Jaunes et des Rouges ».

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site