Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2012 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Jérémy Jammes
, 
Benoît de Tréglodé

Troisième partie. La région

Philippines

Aquino III, an I : un premier pas vers le changement ?

Solomon Kane

Texte intégral

  • 1 Social Weather Stations, Second Quarter 2001. President Aquino Net Satisfaction Rating : + 46, Man (...)
  • 2 Benigno Aquino III est le fils de deux figures du mouvement démocratique philippin : le sénateur B (...)

1Promu aux fonctions suprêmes à l’issue des premières élections locales et nationales de l’histoire de l’archipel, le président Benigno Aquino III continue, un an et demi après le début de son mandat (30 juin 2010), de jouir d’un état de grâce auprès de Philippins déçus par la médiocrité du bilan de Mme Gloria Macapagal-Arroyo lorsque celle-ci était aux affaires (2001-2010), en matière de développement des infrastructures, de réforme agraire et de lutte contre la pauvreté. En juin 2011, un sondage d’opinion réalisé par la Social Weather Stations crédite le président de 46 % d’opinions favorables contre 64 % en novembre 20101. Si la cote de popularité du chef de l’État reste élevée (comparée à celle de ses prédécesseurs un an après leur investiture), cet indicateur montre que l’aura parentale2 dont jouit de facto Benigno Aquino III tend à s’estomper et qu’elle ne saurait à long terme remplacer l’ambitieux programme de réformes annoncé lors de la campagne électorale pour extraire les Philippines, pays parmi les plus développés d’Asie au milieu du XXe siècle, de l’ornière dans laquelle les élites, l’armée et l’Église catholique, trois forces conservatrices, se sont ingéniées à le maintenir pour préserver leurs intérêts.

1 - Politique et économie

  • 3 Pour renflouer les caisses de l’État au lendemain de la chute du régime Marcos (1965-1986), « Cory (...)

2Seize mois après avoir prêté serment et pris ses quartiers à Malacañang, le président Aquino III peut se prévaloir d’un bilan relativement positif. Son mandat s’est traduit par un rétablissement sans précédent depuis la présidence de Fidel Ramos (1992-1998) de la confiance du public vis-à-vis des institutions. En outre, bénéficiant d’un taux de croissance de 7,3 % en 2010 et d’un taux d’inflation modérément élevé (4,8 %) au premier semestre 2011, il a pris à bras-le-corps l’épineux dossier de la fiscalité et a mis en place plusieurs mesures allant de l’élargissement de la base d’imposition3 à l’introduction d’une TVA de 12 % sur les péages du réseau autoroutier. Toujours afin d’accroître les revenus de l’État et d’atteindre à l’horizon 2015 des recettes représentant 16 % à 17 % du PIB (contre 13,4 % en 2010), le président a aussi ordonné aux services de police compétents de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour lutter plus efficacement contre la prévarication des fonctionnaires, la fraude et l’évasion fiscale… En 2010, le fisc philippin n’a en effet récupéré qu’un cinquième des recettes de la TVA, selon la Banque asiatique de développement. Par ailleurs, pour éviter que les paysans aient à pâtir à l’avenir de détournements de fonds publics (à des fins de financement des campagnes électorales des partis politiques, entre autres), le président a annoncé la création de centrales d’achat placées directement sous la tutelle du département de l’Agriculture. Enfin, le chef de l’État, contrairement à ses prédécesseurs, semble aussi bien décidé à mettre en œuvre sa politique de planning familial et de contrôle artificiel des naissances, et ce contre l’avis de l’Église catholique, fermement opposée à cette initiative.

3Ponctuées de quelques mesurettes ou promesses encore trop vagues pour être comptabilisées à son actif (en particulier en matière de création d’emplois, d’amélioration du système de santé et d’éducation), ces avancées significatives s’accompagnent d’un revers s’apparentant à un échec sur le plan de la sécurité intérieure avec, depuis la mi-octobre, la reprise de combats meurtriers (35 morts et 10 000 à 12 000 déplacés dans la péninsule de Zamboanga et l’île voisine de Basilan) entre des unités du Front islamique de libération moro (MILF) et les forces armées dans le sud de l’archipel. Le président n’a pas réussi non plus à réduire le nombre d’exécutions extrajudiciaires. Aux forces armées, le président a enfin dû concéder l’achat de matériel de guerre dévolu à la défense des eaux archipélagiques, en réaction aux récentes tensions avec Pékin dans les îles de mer de Chine du Sud.

  • 4 Parmi les contrats annulés ou suspendus figurent des projets de dragage du lac Laguna, la principa (...)

4Héritant d’un déficit public élevé (3,7 % du PIB en 2010) et d’une enveloppe budgétaire modeste (7 milliards de dollars US en 2011), le président philippin n’a pas eu les moyens nécessaires pour lancer de nouveaux projets d’infrastructures qui, à terme, permettraient de pérenniser le développement d’un tissu industriel sous-dimensionné et fragilisant de ce fait la compétitivité des Philippines tout en minant les perspectives d’emploi. À l’image de ses prédécesseurs, le quinzième président de la République des Philippines s’est en revanche employé à annuler divers contrats signés par l’administration précédente, érodant de ce fait en ce début de mandat la confiance des investisseurs étrangers4.

2 - Sécurité

2.1 - Le Muslim Islamic Liberation Front (MILF)

  • 5 Voir également : François-Xavier Bonnet, Mindanao – Séparatisme, autonomie et vendetta, « Carnet d (...)
  • 6 Moros (de l’espagnol) ou Maures est le nom donné au XVIe siècle aux musulmans de l’archipel par le (...)
  • 7 L’entité juridique Bangsamoro (ou « nation maure » en malais) regroupait l’Autonomous Region of Mu (...)

5Les gestes d’apaisement et autres gages de bonne volonté, qui se sont multipliés au lendemain de la passation de pouvoir à Malacañang en juin 2010 et se sont poursuivis jusqu’en août 2011 avec – pour la première fois depuis le début des pourparlers en 1997 – une réunion secrète à Tokyo entre le chef de l’État philippin et le président du MILF, Ibrahim Mourad, à l’issue de laquelle les deux hommes avaient convenu d’accélérer les pourparlers de paix, n’ont pas résisté à l’épreuve des faits : aux mains d’une oligarchie traditionnelle prédatrice, le pouvoir à Manille n’entend pas céder la moindre parcelle de souveraineté aux autonomistes musulmans du Sud philippin5. Déjà au mois d’août 2008, l’annulation par la Cour suprême d’un accord préalable entre l’administration Arroyo et le MILF prévoyant d’octroyer davantage d’autonomie en matière de gouvernance politique et économique (répartition des revenus produits par l’exploitation des ressources minières, forestières, halieutiques, etc.) aux Moros6 avait sonné le glas des espoirs de paix. L’échec de ce processus – devant mettre fin à un conflit ayant coûté la vie à 150 000 personnes depuis 1978 et aboutir à la création d’une « entité juridique Bangsamoro7 » pour les 3,9 millions de musulmans installés à Mindanao et dans l’archipel des Sulu – s’était alors soldé par des combats meurtriers entre l’armée gouvernementale et des unités (dirigées par les commandants « Kato », « Bravo » et « Pangalian ») du Bangsamoro Islamic Armed Forces (BIAF). Le bras armé du MILF est fort de 11 500 moudjahidine. Trois ans plus tard, aux propositions du MILF, le gouvernement philippin a une nouvelle fois répondu par une fin de non-recevoir et proposé en retour un « projet de réformes économiques et sociales » qui ne peuvent satisfaire ni les éléments radicaux ni les modérés au sein de la mouvance islamiste. En septembre, les pourparlers de paix à Kuala Lumpur ont été interrompus et les combats ont repris.

2.2 - La mouvance Abu Sayyaf

6Fondée en 1990 par Abdurajak Abu Bak’r Janjalani, la mouvance Abu Sayyaf (littéralement : le « Père de l’épée ») est aujourd’hui composée d’un « noyau dur » de deux cents moudjahidine et d’une nébuleuse fluctuante de centaines de sympathisants tantôt recherchés par la justice pour divers délits, tantôt pécuniairement intéressés par les activités criminelles (rapt contre rançon, extorsion de fonds, etc.) permettant au groupuscule d’acheter les armes et les munitions nécessaires à la poursuite de son Jihad al-’Asghar (« petit Jihad ») contre la minorité chrétienne de l’archipel des Sulu, terreau de la mouvance islamiste. Partagé en son sein par une faille ethnolinguistique (tausug à Jolo et yakan à Basilan), le groupuscule est constitué en chefferies dirigées par Radulan Sahiron et Kair Mundus. Instigateur de la prise d’otages de Sipadan (2000) et Palawan (2001), dont le fief historique se trouve dans les montagnes de Patikul, sur la côte nord de l’île de Jolo, le premier est épaulé par plusieurs lieutenants : Umbra Gumbahali Jumdail (alias « Abu Pula » ou « Dr Abu »), Isnilon Totoni Hapilon (alias « Abu Musab »), Yass’r Igasan (alias « Abu Ali ») et Juhurin Hussein. Un second groupe actif dans le sud de l’île voisine de Basilan est dirigé, quant à lui, par Kair Mundus et ses deux lieutenants Puruji Indama et Nur Hassan Jamiri. Ce dernier, blessé en janvier 2011 lors d’une escarmouche dans la juridiction de Tipo-Tipo, est à l’initiative de la décapitation de soldats philippins capturés au cours d’opérations contre les bastions de la mouvance jihadiste radicale installés sur le versant méridional du mont Puno Mahaji.

7Les Forces armées philippines, fortes des succès engrangés en 2010 contre le groupuscule islamiste grâce au soutien tactique d’unités des Forces spéciales américaines au sol et dans les airs, de moyens de surveillance électronique (avion P-3 Orion, drone Predator, etc.) déployés dans l’archipel par les États-Unis au lendemain de l’inscription en 2002 par le département d’État américain d’Abu Sayyaf sur la liste des « organisations terroristes étrangères », ont repris les opérations dans le courant du premier semestre 2011. Dès le mois de janvier, Najer Ibrahim Sapayani (alias « Appih ») est arrêté à Zamboanga. En février, Arabi Sali (alias « Amil ») est interpellé sur l’île de Tawi-Tawi, la troisième grande île de l’archipel des Sulu, tandis qu’à Basilan Suhud Tadjanalin tombe sous les balles des M-16 des unités spéciales de la police (PNP). Moins d’un mois plus tard, Nawaf Jainuddin est arrêté à Lamitan, ville portuaire de la côte est de l’île de Basilan. En avril, Abi Pamanay (alias « Abe ») et Mohammad Gaddung tombent à leur tour dans les mailles du filet tendu par la police et par l’armée à Sultan Kudarat et Zamboanga (Mindanao). Entre le 5 et le 9 mai, l’imam Arabani Jakiran, Asdatul Sahirun (alias « Abu Nawas ») et Abdurrahman Andang (alias « Abu Nas ») sont arrêtés à Basilan et à Manille.

  • 8 Le seul militant d’importance éliminé en 2011 est Suhud Tadjanalin. Celui-ci n’est que l’un des so (...)
  • 9 Solomon Kane, en collaboration avec Felice Noelle Rodriguez, La Croix et le Kriss. Violences et ra (...)
  • 10 « Security adviser : Abu Sayyaf to “disintegrate” after bin Laden’s death », GMA News, 4 mai 2011.
  • 11 Entretien de l’auteur à Aleosan, 2006.
  • 12 Les montants des primes des militants arrêtés ou éliminés en 2011 : Arabi Sali (20 000 dollars), S (...)

8Sonnant comme autant de victoires sur la mouvance, ces arrestations (parfois relayées sans nuance par la presse internationale qui donne ainsi une vision exagérée des succès engrangés par les forces de sécurité sur le terrain) ne sont cependant que des « victoires à la Pyrrhus », aucun des militants interpellés ou éliminés en 2011 n’étant des pièces maîtresses de la nébuleuse8. Si ces raids réduisent les capacités opérationnelles du groupuscule à commettre des attentats à la bombe, il est prématuré d’annoncer, comme le nouveau conseiller à la Sécurité nationale, le général à la retraite Cesar Garcia, au lendemain de l’élimination d’Oussama Ben Laden, chef d’Al-Qaida avec laquelle la mouvance islamiste du Sud philippin a eu de brefs contacts et obtenu d’elle quelques fonds au début des années 19909, la « désintégration » imminente d’Abu Sayyaf du fait de la perte « de sa direction, de ses gens et de ses capacités logistiques10 ». En 2006, un des membres de l’équipe du conseiller à la Sécurité nationale de l’époque, Roberto Gonzales, installé à Mindanao, mesurait l’efficacité de la lutte contre Abu Sayyaf « au montant des primes offertes par le département d’État américain pour l’arrestation de tel ou tel militant11 ». Et ce « chasseur de primes » à ses heures perdues, installé dans une hacienda des faubourgs d’Aleosan, de conclure « qu’en dessous d’un certain montant – rétrocommissions au responsable chargé du dossier à l’ambassade des États-Unis à Manille oblige – on ne se dérange pas et on attend que le menu fretin devienne de gros poissons12 » !

2.3 - Le Communist Party of the Philippines – New People’s Army – National Democratic Front (CPP-NPA-NDF)

  • 13 L’ancien président du CPP vit en exil à Utrecht (Pays-Bas) depuis 1986.

9La situation sur le front communiste n’invite pas davantage à l’optimisme, ce malgré la reprise, sept ans après l’échec des derniers pourparlers de paix, d’un nouveau cycle de négociations à Oslo entre les autorités de Manille et le Front national démocratique (NDF), vitrine du Parti communiste philippin (CPP), interdit. Mouvance politico-militaire d’obédience maoïste, le CPP, ainsi que son bras armé, l’Armée du peuple nouveau (NPA), et ses organisations de masse (NDF) sont en lutte contre le gouvernement de Manille depuis quatre décennies. Fondée en 1968 par Jose Maria Sison13, cette organisation autochtone aligne quelque 4 500 maquisards en armes et s’appuie sur un réseau de cadres et militants implantés dans les régions rurales de soixante-neuf des quatre-vingts provinces de l’archipel.

10Figurant depuis 2003 sur les listes des organisations terroristes étrangères du département d’État américain et du Conseil des ministres de l’Europe, le CPP-NPA-NDF a, faute d’appui extérieur, mis en place un système de racket ciblant les « ennemis de classe » pour financer le fonctionnement d’un « gouvernement révolutionnaire » se substituant au gouvernement de Manille en « zones libérées ». Pour opérer dans les territoires placés sous le contrôle de la guérilla, les compagnies sont forcées de monnayer leur sécurité contre un impôt estimé à 6 % ou 7 % des revenus réalisés. Les contrevenants encourent des sanctions : comme chaque année, plusieurs sociétés de transport routier, plantations (Sumitomo Fruit Corp.), exploitations minières (Taganito Mining Corp., St Augustine Copper and Gold, etc.) appartenant à des sociétés locales ou étrangères ont été la cible de raids orchestrés par des éléments de la NPA en 2011.

  • 14 Attorney Al A. Parreño, Report on the Philippine Extrajudicial Killings 2001-2010, Makati City, Th (...)

11Mouvance prônant un changement radical de l’ordre établi (abolition du métayage, redistribution des terres aux paysans, étatisation des appareils de production, etc.), le CPP-NPA-NDF est considéré par bon nombre de militaires comme la « menace la plus sérieuse » pesant sur le pays. Depuis 2002, la mouvance est la cible d’une guerre contre-insurrectionnelle répondant au nom d’Oplan « Bantay Laya » (Opération « Gardien de la liberté »). Orchestrée par les forces armées, la police, les milices et les unités d’autodéfense, cette campagne d’élimination s’est soldée en dix ans par l’assassinat de 390 à 600 activistes. Un rapport datant de 2011 montre que les victimes sont des activistes appartenant ou non à des organisations de masse du NDF (32 %), des élus (15 %), des journalistes (15 %), des fermiers (10 %), des rebelles de la NPA (8 %) et des avocats, juges, etc. (20 %)14. Mise en place sous l’administration Arroyo, cette campagne d’élimination s’est poursuivie sous la présidence de Benigno Aquino III.

3 - Géopolitique

  • 15 Environ 600 Special Forces sont déployées depuis 2002 dans le Sud philippin. Leur mission officiel (...)
  • 16 En 2009, Manille avait mis le feu aux poudres en revendiquant (Archipelagic Baselines Act, no 9522 (...)
  • 17 Sept incursions de navires chinois dans les zones maritimes philippines ont été recensées entre fé (...)

12Près de dix ans après les attentats du 11 septembre 2001 et le déploiement dans le cadre de la guerre contre le terrorisme islamiste « partout dans le monde » des premiers contingents15 de Forces spéciales américaines dans le sud de l’archipel, les Philippines et les États-Unis ont entamé des manœuvres navales conjointes au large de l’île de Palawan16. S’inscrivant dans le cadre d’un traité de défense mutuelle (1951), ces exercices, impliquant trois navires de guerre américains dont les contretorpilleurs USS Chung-Hoon et USS Howard, divers bâtiments de la marine des Philippines parmi lesquels le fleuron de la flotte, le cuirassé RP Rajah Humabon, a été mis en service pendant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que 800 marines américains et 450 philippins, surviennent alors que Pékin multiplie les revendications en mer de Chine du Sud, notamment dans l’archipel présumé riche en hydrocarbure des Spratley17. Situés à l’est de Palawan, les 148 îlots et récifs coralliens des Spratley sont revendiqués par la Chine, la Malaisie, les Philippines, Taïwan et le Viêt Nam. Le sultanat de Brunei n’a aucune revendication territoriale sur l’archipel, mais a étendu sa zone de pêche pour ses chalutiers dans la partie sud de ce dernier. La mer de Chine méridionale est par ailleurs un point de passage pour les superpétroliers approvisionnant la Chine en or noir provenant du Moyen-Orient. Son contrôle revêt une importance géostratégique capitale pour Pékin, notamment dans la perspective d’une détérioration des relations entre les deux rives du Pacifique, du fait de la montée en puissance de la Chine face aux États-Unis désireux de conserver leur suprématie militaire dans la région Asie-Pacifique.

13C’est dans ce contexte que le président a intensifié l’acquisition de matériel de guerre américain réalisé dans le cadre du programme de modernisation des Forces armées philippines. Le déblocage d’une enveloppe de 318 millions de dollars ponctionnés sur le budget 2011 s’est traduit par l’achat d’un premier bâtiment de classe Hamilton. Arrivé mi-août dans les eaux territoriales de l’archipel, ce patrouilleur côtier, rebaptisé BRP Gregorio del Pilar, devrait permettre à la marine d’accroître sa présence dans les 250 miles marins de zone économique exclusive (ZEE). S’inscrivant dans le cadre d’un programme de vente d’armement par les États-Unis à des pays tiers, cette acquisition illustre les relations ambiguës entre Washington et Manille en matière de sécurité. Bien que les deux pays soient liés par un accord de défense mutuelle (1951), les Philippines – contrairement à la Thaïlande, à la Corée du Sud ou à Singapour – ne peuvent prétendre qu’à du matériel de guerre de « deuxième », voire parfois de « troisième main ». Bâtiment de 115 mètres de long, le nouveau fleuron de la marine des Philippines est entré en service en 1967. Les F-5 Northrop de facture américaine qui équipent les forces aériennes ont été achetés à la Thaïlande après une « deuxième vie » dans l’armée de l’air du royaume. Les réticences américaines à fournir à leurs alliés le matériel de guerre (frégates, sous-marins, chasseurs à long rayon d’action, etc.) souhaité par le haut-commandement s’expliquent certes par la faiblesse du budget alloué par l’État philippin au secteur de la défense, mais aussi par le refus des administrations philippines successives d’autoriser les États-Unis à utiliser leurs anciennes bases militaires dans le pays. Survenues à la fin du mandat de « Cory » Aquino (1992), les fermetures de la base aérienne de Clark (1991), puis de la base navale de Subic Bay (1992) sur l’île septentrionale de Luzon avaient constitué un camouflet pour Washington qui s’efforce de reprendre militairement pied – l’accord sur le stationnement des forces étrangères de 1999 en est une illustration – et ce de manière durable aux Philippines.

4 - Société

  • 18 En 2011, un Philippin en âge de travailler sur dix est un travailleur migrant, selon l’ONG Migrant (...)
  • 19 Les familles les plus riches (5 % de la population) accaparent un tiers des richesses nationales, (...)

14Les révoltes du « printemps arabe » ne constituent pas une bonne nouvelle pour les Philippines qui, faute de pouvoir absorber les centaines de milliers de demandeurs d’emploi entrant chaque année sur le marché du travail, exportent depuis le début des années 1970 leurs travailleurs dans le monde entier18. Si les États-Unis, l’ancienne puissance coloniale, constituent le premier débouché (avec 2 millions de travailleurs outre-mer) pour cette main-d’œuvre bon marché, les pays du Machrek et, dans une moindre mesure, du Maghreb arrivent en second. Selon les sources utilisées, entre 40 000 et 60 000 travailleurs philippins ont été évacués du Bahreïn et de la Libye au premier semestre 2011. En 2010, un tiers des 18,76 milliards de dollars de revenus injectés dans l’économie du pays par les travailleurs outre-mer provenaient de cette région du globe. Bien qu’épargnée par les troubles touchant nombre de pays voisins, l’Arabie saoudite, qui emploie 1,3 million de travailleurs en provenance des Philippines, a pour sa part gelé les embauches à la fin du premier trimestre. Cette mesure est une fin de non-recevoir à la requête émise par les autorités de Manille d’accroître le salaire minimum (de 250 à 400 dollars) des travailleurs migrants installés dans le royaume wahhabite. Elle signale aussi un changement dans la politique du gouvernement de Ryad en matière d’emploi. Épiphénomène des révolutions arabes, la « saoudisation » de 75 % des emplois aujourd’hui occupés par les travailleurs migrants (Bangladesh, Pakistan, Philippines, etc.) pourrait se traduire par le non-renouvellement de 360 000 contrats de travail, accroissant de ce fait le nombre de chômeurs (2,9 millions) et de personnes affectées par le sous-emploi (7,1 millions) aux Philippines, et augmenterait encore un peu plus le niveau de pauvreté et les inégalités19.

  • 20 « L’épiscopat catholique menace d’excommunication le président de la République s’il met en place (...)
  • 21 Indicateurs : PIB par habitant en dollars PPA internationaux, Banque mondiale, 2009.

15Imputable à l’emprise exercée sur la société par une oligarchie foncière traditionnelle reconvertie dans les affaires et qui monopolise l’appareil législatif, la pauvreté est également le résultat du diktat imposé aux hommes politiques par l’Église catholique en matière de planning familial et de contrôle artificiel des naissances. Tout élu tentant de légiférer sur ce sujet est menacé d’excommunication par le haut clergé à Manille. En 2010, le président Aquino n’avait pas échappé à la règle20… Cet oukase clérical a des répercussions sur la démographie des Philippines. Pays doté d’une population proche de celle de la Thaïlande en 1975, l’archipel compterait 94 millions d’individus – contre 66 millions pour la Thaïlande – en 2010 et pourrait dépasser les 140 millions en 2040. Selon l’Asian Institute of Management, le PIB par habitant (3 500 dollars) aurait été multiplié par quatre en l’espace de vingt-cinq ans et avoisinerait aujourd’hui celui de la Malaisie si les autorités de l’époque avaient agi dans le sens d’un contrôle des naissances21.

  • 22 Conclusions de l’auteur au terme de dix années de présence irrégulière sur le terrain.

16La paupérisation découlant de la forte natalité apparaît comme une aubaine pour le clergé catholique qui, en finançant des projets sociaux destinés aux plus démunis grâce à l’argent du jueteng, parvient à se substituer à l’État et exerce de ce fait un contrôle social sur cette vaste frange de population. Le jueteng, ce jeu de paris clandestin fort apprécié des Philippins les plus modestes (il n’existe aucune mise plancher), opéré par les chefs des mafias locales avec la complicité de membres corrompus des forces de police, est au cœur du clientélisme et du problème de l’impunité. Il permet en effet aux hommes politiques, qui, moyennant protection, reçoivent de la pègre une partie de l’argent des paris, de financer leur campagne électorale et de distribuer aux électeurs les « enveloppes » leur permettant d’assurer la victoire du candidat lors du scrutin et d’asseoir l’influence du clan qu’il représente sur la population22.

5 - Environnement

17Les Philippines ont payé en 2011 un lourd tribut humain aux intempéries qui se sont abattues sur le pays. Balayé au premier semestre par des inondations (75 morts, 400 000 déplacés) et des glissements de terrain (25 morts), l’archipel a aussi été frappé par une vingtaine de typhons et tempêtes entre mai et octobre. Avec des vents de 176 km/h, l’ouragan de catégorie 4 Nanmadol a été en août le cyclone le plus violent (29 millions de dollars de dégâts) auquel le pays a dû faire face en 2011. Avec 35 morts, il n’est toutefois pas le plus meurtrier. Un mois plus tôt, les typhons Nockten et Muifa ont fait 70 morts. En septembre et octobre, les passages de Nesat et Nalgae sur l’île septentrionale de Luzon ont coûté la vie à 101 personnes. La violence des crues s’explique en partie par la déforestation et par la dégradation du couvert forestier par les usagers (bois d’œuvre et de chauffage). Les Philippines ont déjà sacrifié 93 % de leur forêt primitive au profit du commerce du bois et de l’urbanisation, une tendance durable au regard de l’évolution démographique. Bon an mal an, le pays perd ainsi 2 % de sa couverture forestière par an, indique le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles. Quant aux 27 000 km2 de récifs coralliens qui, dans les années 1960, ceinturaient les 36 289 kilomètres de côtes de l’archipel, 5 % seulement auraient été épargnés par les activités piscicoles.

18La destruction des forêts et de la barrière corallienne, habitat et lieu de nidification pour un grand nombre d’espèces aquatiques, a également un impact sur la biodiversité de l’archipel. Avec plus de 53 000 espèces animales et végétales recensées à ce jour, les îles Philippines font partie des dix-sept pays de la « mégadiversité » où vivent les deux tiers des espèces animales du globe, selon le classement (2000) de Conservation International, une ONG australienne.

  • 23 Communiqué du ministère philippin de l’Environnement et des Ressources naturelles, Manille, 21 jui (...)

19Alors qu’il s’agit d’un des pays les mieux pourvus au monde sur le plan de la biodiversité, les Philippines sont devenus une plaque tournante du braconnage de geckos, holothuries, corail noir, tortues ou requins provenant des forêts de Palawan (11 % des forêts primaires et 38 % des forêts de mangroves sont localisés sur cette île) et de Mindanao ou des eaux archipélagiques. Passibles d’une peine ne pouvant excéder un mois de prison et 20 000 pesos (464 dollars) d’amende, les gangs de braconniers opèrent en collaboration avec des trafiquants qui proposent sur la Toile des produits aux vertus médicinales, réelles ou supposées, à des clients installés principalement en Chine, à Taïwan et en Corée du Sud. En 2008, les autorités de Manille estimaient que plus de la moitié de la faune endémique et un sixième de la flore du pays étaient en voie d’extinction du fait des activités humaines23.

202011, année de réformes courageuses mais insuffisantes, figurera-telle dans les manuels scolaires d’histoire comme le début d’une nouvelle ère pour les Philippines ou bien, comme par le passé, l’impulsion donnée par la présidence sera-t-elle étouffée sous le poids des intérêts particuliers et immédiats de trois forces conservatrices traditionnelles figées sur leurs acquis ?

Annexes

Régions et provinces

I Ilocos
1 Ilocos Norte
2 Ilocos Sur
3 La Union
4 Pangasinan

CAR (Cordillera Administrative Region)
5 Abra
6 Apayao
7 Benguet
8 Ifugao
9 Kalinga
10 Mountain Province

II Cagayan Valley
11 Batanes
12 Cagayan
13 Isabela
14 Nueva Vizcaya
15 Quirino

III Central Luzon
16 Zambales
17 Tarlac
18 Nueva Ecija
19 Pampanga
20 Bataan
21 Bulacan
22 Aurora

IVa CALABARZON
23 Rizal
24 Cavite
25 Laguna
26 Batangas
27 Quezon

IVb MIMAROPA28
Mindoro Occidental
29 Mindoro Oriental
30 Marinduque
31 Romblon
32 Palawan

V Bicol
33 Camarines Norte
34 Catanduanes
35 Camarines Sur
36 Albay
37 Sorsogon
38 Masbate

VI Western Visayas
39 Antique
40 Aklan
41 Capiz
42 Iloilo
43 Negros Occidental

VII Central Visayas
44 Oriental Negros
45 Cebu
46 Bohol
47 Siquijor

VIII Eastern Visayas
48 Northern Samar
49 Samar
50 Eastern Samar
51 Leyte
52 Southern Leyte
53 Biliran

IX Zamboanga Peninsula
54 Zamboanga del Norte
55 Zamboanga Sibugay
56 Zamboanga del Sur

X Northern Mindanao
57 Camiguin
58 Misamis Occidental
59 Misamis Oriental
60 Bukidnon
61 Lanao del Norte

XI Davao
62 Compostela Valley
63 Davao del Norte
64 Davao del Sur
65 Davao Oriental

XII SOCCSKSARGEN
66 Cotabato
67 Sarangani
68 South Cotabato
69 Sultan Kudarat

XIII CARAGA
70 Agusan del Norte
71 Agusan del Sur
72 Dinagat Islands
73 Surigao del Norte
74 Surigao del Sur

ARMM (Autonomous Region of Muslim Mindanao)
75 Lanao del Sur
76 Maguindanao
77 Basilan
78 Sulu
79 Tawi-Tawi

NCR (National Capital Region)
80 Metro Manila

Fiche Philippines

Capitale : Manille

Superficie : 299 764 km², 7 107 îles parmi lesquelles 2 773 portent un nom

Population (est. 2010) : 94 349 600 hab. (88 574 614 en 2007)

Langues officielles : philippin (pilipino depuis 1989, ex-tagalog) et anglais

Données politiques

Nature de l’État : république unitaire

Nature du régime : démocratie présidentielle

Suffrage : universel (à partir de 18 ans)

Chef de l’État : Benigno dit « Nonoy » Cojuangco Aquino III (depuis juin 2010)

Vice-président : Jejomar dit « Jojo » Cabauatan Binay (depuis juin 2010)

Ministre des Affaires étrangères : Albert Ferreros del Rosario (depuis février 2011)

Échéances : élections législatives en mai 2013 et élections générales en mai 2016

Contentieux territoriaux et maritimes :

République populaire de Chine, Malaisie, Taiwan et Viêt Nam : souveraineté sur dix îles, atolls et récifs de l’archipel des Spratley Malaisie : souveraineté de l’État de Sabah, dans la partie nord de l’île de Bornéo

République des Palaos (Micronésie) : négociations pour la délimitation de frontières maritimes

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques (2000) : Tagalog (28,1 %), Cebuano (13,1 %), llocano (9 %), Bisaya (7,6 %), Ilonggo (7,5 %), Bikol (6 %), Waray (3,4 %), autres (25,3 %)

Religions : catholiques romains (80,9 %), protestants et sectes chrétiennes (11,6 %), musulmans (5 %)

Taux de croissance démographique (est. 2011) : 1,903 %

Espérance de vie (2010) : 71,64 ans (femme) et 66,11 ans (homme)

Taux de fertilité (2010) : 3,18 ‰

Taux de natalité (2010) : 22,80 ‰

Taux de mortalité (2010) : 5,48 ‰

Taux de mortalité infantile (2010) : 20,56 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2003) : 93,4 %

Taux d’urbanisation (2010) : 49 %

Indice de développement humain (2011) : 0,644 (rang 112)

Indicateurs économiques

Monnaie : peso (1 euro = 58,33 pesos, novembre 2011)

Dette extérieure (2011) : 63,7 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita (2010) : 3 500 $ US

Taux de croissance du PIB (2010) : 7,3 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (2010) : agriculture (13,9 %), industrie (31,3 %), services (54,8 %)

Taux d’inflation (2011) : 4,8 %

Taux de chômage (2011) : 7,1 %

Taux de sous-emploi (2011) : 19,1 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (2006) : 32,9 %

IDE entrant (cumulé ou stocks) (est. 2010) : 24,5 milliards $ US

IDE sortant (cumulé ou stocks) (est. 2010) : 6,495 milliards $ US

Principaux partenaires commerciaux : Japon, États-Unis, République populaire de Chine, Singapour

Importations (2010) : 61,1 milliards $ US

Principaux produits importés (2011) : céréales ; minerais ; acier et fer ; plastiques ; machinerie-outils ; équipements de transport ; équipements de télécommunications ; énergies fossiles ; matériels électroniques

Exportations (2010) : 50,7 milliards $ US

Principaux produits exportés (2011) : pièces en métaux ; huile de noix de coco ; matériels électroniques ; composants automobiles et aéronautiques ; composants pour téléviseur ; textile ; mobilier ; thon ; banane ; semi-conducteurs

Portrait

Ameril Umbra Kato

Ancien étudiant à l’université de Médine (Arabie saoudite) devenu uztadz (professeur) dans une école coranique de Davao avant de rejoindre le Front islamique de libération moro (MILF) au sein duquel il exerce notamment les fonctions de commandant de la Base 105 (camp Viêt Nam) à Maguindanao, Ameril Umbra Kato, 72 ans, a rompu en janvier 2011 avec la direction du MILF et, à la tête d’un groupe d’environ trois cents moudjahidine et d’un nombre indéterminé de supplétifs, créé le Mouvement islamique de libération bangsamoro (BIFM). Il était considéré comme l’un des trois chefs de guerre (aux côtés des commandants « Bravo » et « Pangalian ») parmi les plus radicaux du MILF. Comme feu Hashim Salamat, fondateur du MILF, le commandant Kato a été influencé par les thèses du Sayyid Qutb, Frère musulman (Ikhwan muslimin) radical de l’université al-Azhar (Caire), exécuté par pendaison par le régime égyptien deux ans après la parution de son livre Ma’alim fi al-tariq (Signe de piste) en 1964. Au premier trimestre 2011, Ameril Umbra Kato reprochait à la direction du MILF, présidée par Ibrahim Murad, de vouloir – faute de mieux – accepter le plan dit « Trois composants pour une solution » proposé par l’administration Aquino III. Selon Kato, la signature d’un tel accord décrédibiliserait de facto le MILF et constituerait un « désaveu total pour tous les Moros caressant des idéaux autonomistes à Mindanao ».

Affiche politique

Benigno « Nonoy » Aquino III : « Je ne volerai point. »
Crédit : Jay Directo/Agence France-Presse.

Notes

1 Social Weather Stations, Second Quarter 2001. President Aquino Net Satisfaction Rating : + 46, Manille, 21 juin 2011.

2 Benigno Aquino III est le fils de deux figures du mouvement démocratique philippin : le sénateur Benigno Aquino Jr, abattu en 1983 sur le tarmac de l’aéroport de Manille, et Corazón Aquino (1933-2009), qui a repris la fronde contre le dictateur Ferdinand Marcos avant de lui succéder à la tête du pays entre 1986 et 1992.

3 Pour renflouer les caisses de l’État au lendemain de la chute du régime Marcos (1965-1986), « Cory » Aquino avait, elle aussi, élargi la base d’imposition, provoquant dans le contexte inflationniste de l’époque (21 % au dernier trimestre 1991) un appauvrissement des familles les plus nécessiteuses de l’archipel.

4 Parmi les contrats annulés ou suspendus figurent des projets de dragage du lac Laguna, la principale source de poissons d’eau douce de l’archipel, de construction d’infrastructures ferroviaires ou de construction d’une zone portuaire destinée à accueillir des rouliers (navires chargés à l’aide de grues).

5 Voir également : François-Xavier Bonnet, Mindanao – Séparatisme, autonomie et vendetta, « Carnet de l’Irasec » no 18, Bangkok, Irasec, 2011.

6 Moros (de l’espagnol) ou Maures est le nom donné au XVIe siècle aux musulmans de l’archipel par les conquistadores. La communauté compte treize groupes ethnolinguistiques : Maguindanao (Cotabato et Maguindanao), Maranao (Lanao del Sur et Marawi City), Tausug (Sulu), Samal (Northern Samar et Tawi-Tawi), Yakan (Basilan), Iranum (baie d’Illana et Zamboanga Sibugay), Palawani (Palawan), Badjao (Sulu et Panay), Jama-Mapun (Tawi-Tawi et Cagayan de Sulu), Kolibugan (Zamboanga del Norte), Kalagan (Davao oriental), Molbog (Balabac) et Sangkil (golfe de Davao et Sarangani).

7 L’entité juridique Bangsamoro (ou « nation maure » en malais) regroupait l’Autonomous Region of Muslim Mindanao (ARMM) qui est constituée des provinces de Basilan (à l’exception d’Isabela City), de Lanao del Sur, de Maguindanao, de Sulu, de Tawi-Tawi et de Marawi City ainsi que des municipalités de Baloi, de Munai, de Nunungan, de Pantar, de Tagoloan et de Tangkal (Lanao del Norte).

8 Le seul militant d’importance éliminé en 2011 est Suhud Tadjanalin. Celui-ci n’est que l’un des sous-lieutenants de Nur Hassan Jamiri.

9 Solomon Kane, en collaboration avec Felice Noelle Rodriguez, La Croix et le Kriss. Violences et rancœurs entre chrétiens et musulmans dans le sud des Philippines, Paris, Les Indes savantes, 2006.

10 « Security adviser : Abu Sayyaf to “disintegrate” after bin Laden’s death », GMA News, 4 mai 2011.

11 Entretien de l’auteur à Aleosan, 2006.

12 Les montants des primes des militants arrêtés ou éliminés en 2011 : Arabi Sali (20 000 dollars), Suhud Tadjanalin (70 000 dollars), Astadul Sahirun (76 500 dollars), etc.

13 L’ancien président du CPP vit en exil à Utrecht (Pays-Bas) depuis 1986.

14 Attorney Al A. Parreño, Report on the Philippine Extrajudicial Killings 2001-2010, Makati City, The Asia Foundation et USAid, 2011.

15 Environ 600 Special Forces sont déployées depuis 2002 dans le Sud philippin. Leur mission officielle est d’encadrer et de former le personnel militaire local et d’apporter une assistance humanitaire aux populations civiles dans la zone. Officieusement, ces unités participent à des opérations de renseignement et de contre-insurrection aux côtés des Forces armées philippines contre les mouvances islamistes (Abu Sayyaf et Jemaah Islamiyah) ou prétendues telles (MNLF lost command). Leur présence dans le pays a été rendue possible grâce à la signature d’un accord sur le stationnement des forces étrangères (1999). Jugé anticonstitutionnel par ses détracteurs, cet accord permet depuis à Washington de disposer de facto d’une force militaire certes encore minime, mais néanmoins permanente (et pouvant être amenée à croître dans le cas, par exemple, d’une dégradation de la situation entre l’armée et le MILF) sur le territoire.

16 En 2009, Manille avait mis le feu aux poudres en revendiquant (Archipelagic Baselines Act, no 9522) la souveraineté de la République des Philippines sur l’archipel des Spratley. Un an plus tard, le gouvernement de Mme Arroyo faisait part de sa volonté de rénover et de développer les bases militaires sur les dix îles et atolls occupés par l’AFP (Armed Forces of Philippines), et ce en violation du code de conduite signé entre la Chine et les dix États membres de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean) qui interdit l’occupation de nouvelles îles et la construction de nouvelles infrastructures sur les terres occupées.

17 Sept incursions de navires chinois dans les zones maritimes philippines ont été recensées entre février et octobre 2011.

18 En 2011, un Philippin en âge de travailler sur dix est un travailleur migrant, selon l’ONG Migrante International.

19 Les familles les plus riches (5 % de la population) accaparent un tiers des richesses nationales, soit cinq fois ce que gagnent les 32,6 % de pauvres recensés par le National Statistics Office en 2006.

20 « L’épiscopat catholique menace d’excommunication le président de la République s’il met en place un financement public des méthodes de contraception artificielle », Bulletin d’Église d’Asie, no 537, 30 septembre 2010.

21 Indicateurs : PIB par habitant en dollars PPA internationaux, Banque mondiale, 2009.

22 Conclusions de l’auteur au terme de dix années de présence irrégulière sur le terrain.

23 Communiqué du ministère philippin de l’Environnement et des Ressources naturelles, Manille, 21 juillet 2008.

Table des illustrations

Titre Les Philippines
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2389/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Benigno « Nonoy » Aquino III : « Je ne volerai point. »Crédit : Jay Directo/Agence France-Presse.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2389/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

Auteur

Rédacteur en chef du magazine Asies. En poste au Cambodge, au Viêt Nam et en Thaïlande, il couvre l’Asie du Sud-Est depuis 1992. Basé à Bangkok, il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont le Dictionnaire des Khmers rouges (nouvelle édition révisée, Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, 2011), La Croix et le Kriss. Violences et rancœurs entre chrétiens et musulmans dans le sud des Philippines (Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, 2006) et Pirates et terroristes en mer d’Asie : un maillon faible du commerce mondial (Paris, Autrement, 2005).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site