Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2012 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Jérémy Jammes
, 
Benoît de Tréglodé

Troisième partie. La région

Malaisie

Une année préélectorale et de contestations

Nathalie Fau

Texte intégral

1L’année 2011 en Malaisie a été une année préélectorale et d’attentes impatientes de l’annonce des prochaines élections générales du pays. Elle a été marquée par un mouvement inédit de contestation contre le Barisan Nasional (BN) et son principal parti l’UMNO (United Malay National Organization), au pouvoir depuis l’indépendance du pays en 1957.

2La société civile s’est mobilisée contre le gouvernement en dépit des craintes de répression et la demande de réformes démocratiques, attisée par une érosion du pouvoir d’achat, a alimenté une protestation qui a dépassé les clivages communautaires du pays. Le gouvernement fédéral a dû également faire face à une vive opposition émanant des gouvernements des États fédérés passés à l’opposition en 2008 : la multiplication des altercations a montré que le fonctionnement même du système fédéral malaisien est en crise. Les élections dans l’État du Sarawak ont par ailleurs souligné une crise interne au Barisan Nasional, dont la stabilité reposait jusqu’alors sur la grande cohésion des partis qui le composent : cette coalition, institutionnalisée en juillet 1974, comprend notamment le Malaysian Indian Congress (MIC) et la Malaysian Chinese Association (MCA), dont le rôle était de capter les voix des Malaisiens indiens et chinois. Cependant, les politiques souvent contradictoires du BN et de l’UMNO envers les non-Malais et la faiblesse des revendications de la MCA et du MIC ont incité les électeurs chinois et indiens à voter pour l’opposition. Enfin, le ralentissement de la croissance économique de la Malaisie, estimée à 5 % pour 2011 contre 7,2 % en 2010, n’est pas non plus favorable à l’UMNO et au Premier ministre Datuk Sri Najib Tun Razak pour la tenue anticipée des élections générales. C’est dans ce contexte que l’on peut finalement se demander si la multiplication des annonces de réformes, lancées par Najib depuis août 2011, est une simple stratégie électorale ou bien le début d’un changement en profondeur de la Malaisie.

1 - Bersih : l’affirmation d’une société civile

  • 1 Nathaniel Tan, Cerita Sebenar 9 July 2011. What Really Happened, Kuala Lumpur, Kinibooks, 2011, p. (...)
  • 2 Ibid., p. 19.

3Le 9 juillet 2011, en dépit de l’interdiction de la manifestation, plus de 50 000 personnes sont descendues dans la rue pour demander que les prochaines élections générales soient libres, équitables et transparentes. Sous la bannière Bersih (« propre » en malais), soixante-six organisations issues de la société civile se sont réunies afin de proposer une réforme du système électoral : contrôle plus strict du vote par correspondance, usage d’encre indélébile pour éviter les votes multiples, vérification des registres électoraux, libre et égal accès aux médias officiels pour tous les partis, ainsi que des mesures pour empêcher les achats de voix1. Cette manifestation pourtant pacifique a été durement réprimée par les autorités et plus de 1 600 personnes, dont plusieurs députés, ont été arrêtées2.

  • 3 Johan Saravanamuttu, « The political impact of Bersih 2 », ISEAS Viewpoints, 20 juillet 2011, http (...)
  • 4 Nigel Aw, « Pollster : 88% of Malaysians back Bersih demands », Malaysiakini, 29 août 2011.
  • 5 Suara Rakyat Malaysia (Suaram), Women’s Development Collective (WDC) et Writers Alliance for Media (...)

4La gestion par le pouvoir de ce mouvement de protestation a été une succession d’erreurs politiques. En refusant de laisser l’opposition s’exprimer, la coalition au pouvoir a perdu des points dans l’opinion avant d’en perdre sûrement aux prochaines élections générales si aucune réforme n’est mise en place3. Selon une enquête du Merdeka Center for Opinion Research menée en août 2011, 88 % des Malaisiens approuvent les demandes de Bersih4. Cette coalition pour des élections propres et justes est née en juillet 2005 avec la formation du Joint Action Comittee for Electoral Reform qui regroupe des membres de partis politiques et d’ONG5. Elle a été officiellement lancée le 23 novembre 2006 dans le hall du Parlement malaisien avec la divulgation de son premier communiqué et de ses revendications. Après sa première manifestation historique le 10 novembre 2007, réprimée aussi durement que celle de 2011, la coalition d’opposition, le Pakatan Rakyat (PR), regroupant le Parti Keadilan Rakyat (PKR), le Democratic Action Party (DAP) et le Parti Islam Semalaysia (PAS), a connu un succès électoral sans précédent lors des élections générales de 2008 : pour la première fois depuis l’indépendance, le BN a perdu sa majorité des deux tiers des sièges requise pour amender la Constitution et l’opposition a pris le contrôle de cinq États. Le scénario de 2008 pourrait bien se reproduire.

  • 6 Arnaud Dubus, « La tension monte en Malaisie », Le Temps, 9 juillet 2011 ; Ooi Kee Beng, « Weighin (...)

5Par ailleurs, les revirements successifs de Najib vis-à-vis de la légalité de cette manifestation ont non seulement discrédité sa capacité à prendre des décisions, mais également dégradé les relations du gouvernement malaisien avec le pouvoir royal. La manifestation d’abord interdite par le ministre de l’Intérieur, l’impopulaire Hishammuddin Hussein, a ensuite été autorisée par Najib, après l’intervention du roi de Malaisie, Tuanku Mizan Zainal Abidin (né en 1962). La Malaisie est une monarchie parlementaire où la fonction de chef de l’État (Yang di-Pertuan Agong) est occupée de manière tournante par les neufs sultans malais. Même si, dans la pratique, la fonction de roi est essentiellement honorifique et cérémonielle, le monarque reste dans la Constitution le garant de la protection de l’identité malaise et de la foi musulmane, et demeure à ce titre une autorité nationale encore respectée et écoutée par de nombreux Malais. C’est ainsi précisément au roi et non au gouvernement que les opposants avaient fait appel pour présenter leurs doléances, et le fait que le jaune, couleur du pouvoir royal, soit le symbole du mouvement souligne cette allégeance au pouvoir royal tout en désavouant l’administration de Najib. Un compromis avait été trouvé le 6 juillet pour que le rassemblement se déroule non dans la rue, mais dans le stade Merdeka de Kuala Lumpur, un lieu symbolique puisque c’est là que le Premier ministre Tunku Abdul Rahman avait déclaré officiellement l’indépendance du pays. Finalement, la manifestation a été interdite. Cette volte-face peut apparaître comme un manque de respect vis-à-vis du monarque6.

  • 7 Service d’information des Nations unies, « Malaisie, des experts de l’ONU critiquent les méthodes (...)
  • 8 Voir Nathaniel Tan, Cerita Sebenar 9 July 2011, op. cit., p. 136-156.

6Enfin, la répression policière, disproportionnée au regard du caractère pacifique du rassemblement, risque de ternir l’image du pays et de provoquer une réaction de méfiance de la part des investisseurs. Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme (HDCH) et Amnesty International ont dénoncé le recours à une force excessive contre les protestataires7. Le HDCH s’est également inquiété des mesures prises avant même la manifestation : mise au ban de la coalition Bersih par le gouvernement en la déclarant illégale en juillet 2011, interdiction d’accès au centre-ville pour les personnes liées à l’opposition, interpellation et détention sans procès d’opposants politiques et de toute personne portant un T-shirt jaune en vertu de l’Internal Security Act (ISA) de 1960 : cette loi sécuritaire permet l’arrestation de toute personne dont les actions seraient préjudiciables à la sécurité de la Malaisie. Des manifestations de soutien au mouvement Bersih ont eu lieu un peu partout dans le monde8. Cette image de régime autoritaire, qui plus est dans le contexte des révoltes du « printemps arabe », va à l’encontre de l’image que le gouvernement cherche à renvoyer au reste du monde, celle d’un pays démocratique, musulman à l’islam modéré et cosmopolite, où les différentes communautés vivent dans la paix et l’harmonie.

2 - Un État central contesté par les autorités fédérales

  • 9 Tricia Yeoh, « Giving federalism a future », Penang Economic Monthly, janvier 2010, p. 56-57 ; Wil (...)
  • 10 Jomo K. S. et Wee Chonh Hui, « The political economy of Malaysian federalism: economic development (...)

7Le système politique de la Malaisie est organisé sur plusieurs niveaux comprenant un État fédéral, treize États fédérés, trois territoires fédéraux et cent cinquante collectivités locales. Ce système progressivement mis en place depuis 1948, date de la création de la Federation of Malaya, était alors perçu comme le meilleur garant de la diversité socioéconomique du pays. Cependant, au nom d’une meilleure gestion et d’une politique de développement visant à favoriser les populations malaises, ce système fédéral unique en Asie du Sud-Est évolue précisément à l’opposé de ses voisins : le gouvernement fédéral concentre de plus en plus les pouvoirs politiques, mais aussi les ressources du pays, et les États fédérés ne disposent de ce fait que d’une faible autonomie financière. Le gouvernement fédéral se sert de cette situation de dépendance pour affaiblir les États passés dans l’opposition9. Le Kelantan et le Terengganu, deux des États les plus pauvres de la péninsule contrôlée épisodiquement par le parti islamique PAS, voient ainsi leurs allocations fluctuer au gré du résultat des élections10.

  • 11 Nik Ali Mat Yunus, fonctionnaire public responsable de la gestion des fonds alloués par le gouvern (...)
  • 12 Melissa Chi, « Penang in the dark on 10 MP, says Guang Eng », The Malaysian Insider, 14 février 20 (...)
  • 13 Baradan Kuppusamy, « Let information flow, Selangor tells federal government », Malaysiakini, 29 s (...)

8Les années 2010-2011 ont ainsi été émaillées de conflits récurrents entre le gouvernement fédéral et les autorités des États passés à l’opposition en 2008. Les critiques des Premiers ministres de Penang (Lim Guang Eng) et du Selangor (Tan Sri Khalid Ibrahim) ont été particulièrement virulentes. Lim a dénoncé à la fois le mode d’allocation des ressources financières et les attitudes outrageantes des fonctionnaires nommés par l’État fédéral11. En février 2011, il a même lancé des attaques directes contre le gouvernement fédéral en révélant dans la presse que l’État de Penang avait été apparemment écarté des propositions du 10e plan malaisien et qu’il ne connaissait toujours pas le budget qui lui était alloué12. Quant à Tan Sri Khalid Ibrahim, il s’est opposé à la nomination par le gouvernement fédéral, et sans son consentement, du secrétaire de l’État du Selangor, Datuk Mohd Khusrin Munawi, membre du BN. En réaction, il a proposé un amendement de la Constitution pour que la nomination des fonctionnaires soit du ressort exclusif du sultan et des autorités fédérées. Pour contrer le BN et l’UMNO, les gouvernements de Penang et du Selangor ont joué sur le seul levier de protestation qui ne dépend par directement de l’État fédéral : la promulgation de loi à l’intérieur de leur juridiction. En 2011, ils ont ainsi tous deux promulgué des lois sur la liberté d’information afin de permettre à chaque citoyen de s’informer sur les décisions prises par le gouvernement local et garantir une plus grande transparence de leur action13.

  • 14 Stephanie Sta Maria, « Anwar criticizes unethical wealth distribution », Malaysiakini, 15 mars 201 (...)

9Pour l’opposition14, l’une des réformes à mener dans le pays est la décentralisation des prises de décision, la dévolution des pouvoirs aux autorités fédérées et la clarification du rôle des fonctionnaires publics dont la mission devrait être la défense des intérêts de l’ensemble de la nation indépendamment des partis politiques.

3 - Les élections du Sarawak au centre de toutes les attentions

  • 15 Johan Saravanamuttu et Rusaslina Idrus, « The Sarawak polls 2011 : implications for coalition poli (...)

10Les élections du 16 avril 2011, qui ont eu lieu dans l’État du Sarawak, ont été au centre de toutes les attentions de la communauté nationale comme internationale. L’opposition, qui avait obtenu sept des soixante et onze sièges de l’assemblée locale en 2006, espérait priver le Barisan Nasional de sa majorité des deux tiers. Ces élections étaient ainsi perçues comme un test électoral. Le BN a conservé les deux tiers des sièges, mais avec seulement 55 % des voix et la perte de huit sièges. Ces élections ont surtout confirmé le déclin des partis de la coalition représentant les non-Malais : le SUPP (Sarawak United People’s Party) a ainsi perdu les voix des populations chinoises au profit du DAP15.

  • 16 « Anri-Taib campaign kicks off in UK in Monday », Malaysiakini, 26 février 2011.
  • 17 Johan Saravanamuttu, « More than the state at stake in Sarawak election », The Strait Times, 11 av (...)
  • 18 « FBI told to cut ties with Taib’s family », Malaysiakini, 27 juillet 2011 ; « Wikileaks : US cabl (...)

11L’élection a été par ailleurs particulièrement suivie à l’étranger16. Clare Rewcastle-Brown, qui n’est autre que la belle-sœur de l’ancien Premier ministre britannique Gordon Brown, a activement mené une campagne contre Abdul Taib Mahmud, le Premier ministre actuel de l’État. Depuis une radio locale londonienne, Radio Free Sarawak, et sur son blog Sarawak Report, elle l’accuse d’avoir pillé les ressources naturelles de Bornéo et de s’être enrichi personnellement depuis trente ans en accordant des concessions à des exploitations forestières et à des plantations de palmiers à huile. Ses enquêtes montrent que Taib possède de très nombreux biens immobiliers au Canada, aux États-Unis et au Royaume-Uni. En dépit de la présence de pétrole, de gaz et de bois dans l’État du Sarawak, le taux de pauvreté est très élevé : 5,6 % selon le gouvernement, mais 30 % d’après la plupart des analyses économiques17. En 2011, les autorités de Suisse, d’Allemagne et des États-Unis ont ouvert des enquêtes sur Taib et sa famille pour suspicion de corruption et de blanchiment d’argent18.

4- Une situation économique peu favorable

  • 19 Kian-Teng Kwek, « New Economic Model : what lies ahead for Malaysia », Regional Outlook 2011-2012,(...)
  • 20 « Le programme de transformation économique de la Malaisie », Publications des services économique (...)
  • 21 Dynamiser le secteur privé, améliorer la qualification de la main-d’œuvre, promouvoir la compétiti (...)

12L’économie malaisienne, en pleine croissance dans les années 1990, s’est contractée tout au long de la décennie écoulée. La crainte du gouvernement est de voir le pays bloqué dans la « trappe à revenus intermédiaires » et incapable d’accéder au statut de pays développé et à hauts revenus en 2020 ; pour y parvenir, la croissance annuelle de la Malaisie devrait être de près de 9 % par an durant les dix années à venir19. Le Programme de transformation économique (ETP), lancé en juin 2010, a pour objectif de promouvoir l’innovation et les gains de productivité en faisant émerger un nouveau modèle économique (NEM). Ce dernier favorise douze secteurs d’activité (National Key Economics Aera – NKEA), déclinés en cent trente et un projets, identifiés comme les moteurs de la croissance du pays20 : aménagement de Kuala Lumpur-Klang Valley, énergie, huile de palme, services aux entreprises, commerce, tourisme, services financiers, électriques et électroniques, infrastructures de communication, santé, éducation et agriculture. Le 8 août 2011, le gouvernement a par ailleurs annoncé la mise en œuvre rapide de six réformes structurelles21. Ces réformes se heurtent toutes cependant à de réelles difficultés de mise en œuvre.

  • 22 « United Nations Conference on Trade and Development, UNCTAD », World Investment Report, 2011, www (...)

13Tout d’abord, l’évolution de la Malaisie vers une économie tournée vers l’innovation et les produits à plus forte valeur ajoutée nécessite des investissements massifs aussi bien malaisiens qu’étrangers. Or, comme le soulignent les Publications des services économiques d’avril 2011, « l’évolution de l’investissement privé est préoccupante : de 30 % du PIB à la veille de la crise, le taux d’investissement est passé à 15 % au lendemain de la crise de 2001 avant de chuter à 10 % au cours de ces dernières années » et à 6 % en 2009. Cette évolution est en contradiction avec les intentions du gouvernement formulées dans l’ETP qui sont de limiter sa participation directe dans l’activité économique du pays au profit du secteur privé. Le pays n’est plus aussi attractif pour les investissements étrangers qui ont diminué tant en valeur absolue qu’en valeur relative par rapport aux autres pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean). Le changement du siège social de la compagnie internationale d’aviation low cost Air Asia, de Kuala Lumpur à Jakarta, a par ailleurs eu un impact négatif sur les investisseurs potentiels. Les prévisions de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) pour 2011 se révèlent cependant plus optimistes et les investissements directs étrangers (IDE) devraient atteindre 10 milliards de dollars US en 2011, dépassant le niveau de 2010 (9,1 milliards)22.

14D’autre part, l’ambition du gouvernement de sortir la Malaisie du modèle « pays à bas coût » se heurte à un manque de qualification de la main-d’œuvre disponible. Le rapport d’avril 2011 de la Banque mondiale, intitulé explicitement Brain Drain, montre qu’une montée en gamme technologique de la production sera difficilement réalisable tant que la Malaisie ne parviendra pas à retenir ses populations les plus qualifiées. Le pays souffre d’une véritable fuite de ses diplômés : en 2010, près d’un million de Malaisiens vivaient à l’étranger, contre 750 000 en 2000. Talent Corp, une agence gouvernementale, a été créée en 2010 afin d’encourager les Malaisiens expatriés à rentrer au pays en leur accordant des exemptions fiscales.

  • 23 Yab Dato’Sri Mohd Najib Tun Abdul Razak, The 2012 Budget Speech. Introducing the Supply Bill (2012 (...)
  • 24 Ibid., p. 34.
  • 25 Ooi Kee Beng, « Will Najib’s election goodies be enough? », ISEAS Viewpoints, 10 octobre 2011, htt (...)

15Enfin, l’un des buts explicitement annoncés du NEM est d’accroître le revenu économique des populations pauvres gagnant moins de 1 500 ringgit de Malaisie (RM) par mois (350 euros), soit 40 % des foyers, et de réduire les disparités économiques entre la péninsule et les États du Sabah et du Sarawak, ainsi qu’entre les zones rurales et urbaines. Le budget 2012 de la Malaisie, présenté le 7 octobre par Najib23, a résolument pour objectif de compenser la baisse du pouvoir d’achat des populations les plus fragiles touchées par la croissance de l’inflation, mais aussi par une baisse des subventions gouvernementales sur l’essence et la nourriture : aide à l’accès à la propriété pour les foyers gagnant moins de 3 000 RM (750 euros) par mois (My First Home Scheme), aide spécifique de 300 millions de RM (7,5 millions d’euros) pour les pêcheurs, aides nombreuses pour les chauffeurs de taxi, bons d’achat de 200 RM pour chacun des 1,3 million d’étudiants du pays, hausse de 7 % à 13 % des salaires des fonctionnaires, etc. Ce nouveau budget, davantage orienté vers les besoins de la population, se présente comme une réponse aux détracteurs du budget 2011 dénonçant « un gouvernement qui est uniquement intéressé par les mégaprojets de plusieurs milliards de dollars24 ». Pour les plus sceptiques, et notamment pour l’opposition, le budget 2012 est cependant surtout une avalanche de cadeaux préélectoraux qui risque de creuser un peu plus le déficit budgétaire de la Malaisie25.

5 - Enrayer les protestations politiques et économiques en attisant les conflits religieux : est-ce encore possible ?

  • 26 Voir surtout l’année 2010 : Sophie Lemière, « Malaisie, l’année du kriss », in Arnaud Leveau et Be (...)

16Ces tensions politiques et ces divisions socioéconomiques sont cependant sous-évaluées, voire occultées par le gouvernement malaisien qui se focalise davantage sur les problèmes religieux et intercommunautaires. La Malaisie est un pays multiculturel de 28 millions d’habitants qui se compose de trois ensembles communautaires distincts : les Bumiputra (62 % de la population), catégorie qui regroupe les Malais et les minorités indigènes de la Malaisie insulaire et péninsulaire, les Chinois (24 %) et les Indiens (12 %). Contrairement à l’image promue par l’Agence nationale du tourisme en Malaisie d’une population cosmopolite vivant en paix et en harmonie, les tensions et les incidents entre les différentes communautés sont encore très fréquents26. Ils semblent cependant surtout attisés par une presse au service de l’UMNO et par une manipulation politique des ressentiments communautaires. Les dirigeants du pays tolèrent les incitations à la haine raciale et, dans certains cas, provoquent même par leurs paroles et leurs actes des tensions entre les communautés.

  • 27 Le slogan pourrait être traduit par « Les Malais et les fils du sol d’abord ».
  • 28 Datuk Zaini Hassan, « Ayuh ! Gerakkan segera 1 Melayu, 1 Bumi », Utusan Malaysia, 20 avril 2011.
  • 29 Rokia Abdullah dan Mohamed Khuzairi Ismail, « Malaysia negara Kristian? », Utusan Malaysia, 7 mai (...)
  • 30 La Constitution malaisienne définit légalement l’identité malaise : est reconnue comme malaise tou (...)
  • 31 John R. Malott, « The price of Malaysia’s Racism », The Asian Wall Street Journal, 16 mars 2011.

17Utusan Malaysya, le principal journal en langue malaise et propriété de l’UMNO, s’est particulièrement distingué cette année par la publication d’articles et de rapports alimentant ces tensions. Le 20 avril 2011, son rédacteur en chef, Datuk Zaini Hassan, demande au propriétaire du journal, l’UMNO donc, de créer le mouvement « 1 Melayu, 1 Bumi27 » afin de regrouper les partis malais pour contrer le DAP qui est en train, selon lui, de réunir la communauté chinoise et de prendre le pouvoir sur le pays28. Ce détournement du slogan One Malaysia (Une Malaisie unie), lancé en 2009 par Najib afin de promouvoir une Malaisie préservant et conservant son unité dans la diversité, est non seulement ouvertement ségrégationniste, mais décrédibilise également la capacité de l’UMNO à représenter l’ensemble de la population. Le journal récidive le 7 mai 2011 avec un article en première page intitulé « Malaysia negara Kristian ? » (La Malaisie, un pays chrétien ?)29. Fort de prétendus rapports secrets, le journal a décidé de révéler au grand jour l’existence d’une « conspiration chrétienne » alliant des religieux catholiques et des dirigeants du DAP dont l’objectif serait d’abolir l’islam comme religion officielle de la Malaisie et d’installer aux plus hautes fonctions de l’État un chrétien ; or, selon la Constitution, le Premier ministre malaisien doit être ethniquement malais, c’est-à-dire musulman30. Parmi les autres élucubrations du journal, citons également l’annonce que l’opposition allait faire de la Malaisie une colonie de la Chine et abolir la monarchie malaise31.

  • 32 Schawzan Mustafa Kemal, « Perkasa says will lead “1 Melayu, 1 Bumi” movement », Malaysiakini, 21 a (...)
  • 33 Regina Lee, « Pembela : Christianity biggest “threat” to Islam », Malaysiakini, 7 mai 2011.

18Certes, Najib a rejeté l’appel à la formation du parti « 1 Melayu, 1 Bumi » malais en indiquant que ce point de vue n’engageait que son auteur et qu’il allait diligenter une enquête sur la « conspiration chrétienne », mais la mollesse de sa réaction et l’absence de condamnation explicite et judiciaire du journal favorisent l’audience des organisations nationalistes pro-malaises. Les mouvements d’extrême droite, comme Perkasa (Pertubuhan Pribumi Perkasa Malaysia) et Pembela, reprennent à leur compte toutes les accusations de Utusan Malaysya pour se poser en défenseurs de la suprématie de la « race » malaise attaquée par les non-Malais et spoliée économiquement par une minorité chinoise. Le 21 avril, Perkasa a décidé de prendre la tête du mouvement « 1 Melayu, 1 Bumi »32. Le 7 mai 2011, Pembela a organisé un forum intitulé « L’islam assiégé : que faire ? »33 où un de ses membres est allé jusqu’à affirmer que Pelaling Jaya (la capitale administrative du pays) était devenue le centre des activités chrétiennes de fonctionnaires convertis.

  • 34 Nathaniel Tan, Cerita Sebenar 9 July 2011, op. cit.

19Toutes les allégations mensongères et répétées de Utusan Malaysia, réduisant la vie politique malaisienne à une caricature d’opposition entre Malais et Chinois, entre musulmans et chrétiens, pourraient être un risque pour l’unité nationale du pays. Pourtant, les émeutes communautaires du 13 mai 1969, qui ont marqué un sommet dans l’hostilité entre les communautés malaise et chinoise, faisant un peu plus de deux cents morts, pourraient-elles se reproduire ? Les mobilisations politiques et non pas communautaires de l’année 2011 pourraient permettre d’être un peu plus optimiste et de partager davantage le point de vue de Nathaniel Tan, l’un des leaders du mouvement Bersih : « Le 9 juillet a dépassé le 13 mai comme date marquante de l’histoire de notre nation – là où nous craignons la discorde et la violence, nous voyons maintenant à quel point les Malaisiens de toutes couleurs et de toutes religions peuvent se réunir pacifiquement pour défendre leurs droits34. » La manifestation a été impulsée par des initiatives de la société civile, par une classe moyenne jeune et urbaine qui est peut-être en train de changer la donne de la politique malaise et qui est de moins en moins dupe.

6 - Les prémices des changements politiques : stratégies électorales ou réel changement ?

20Le 15 août 2011, le Premier ministre Najib a annoncé la création d’une commission parlementaire (PSC) dont la fonction serait de discuter et d’évaluer les réformes électorales à entreprendre afin de garantir des élections générales qui ne soient pas entachées de suspicions de manipulation électorale. L’objectif, selon les dires de Najib, n’est pas de céder aux injonctions de la rue, mais de transformer la Malaisie en un modèle de démocratie. Si l’opposition, et notamment le DAP et le PR, a salué cette avancée démocratique, elle a émis quelques doutes et des craintes sur la dissolution du Parlement et donc la tenue des prochaines élections générales avec la remise des conclusions du PSC.

  • 35 Juliette Van Wassenhove, État, « société civile » et changement politique en Malaisie. Approche pr (...)
  • 36 Sophie Lemière, « Malaisie, l’année du kriss », loc. cit., p. 199-218.

21Une nouvelle annonce spectaculaire a eu lieu le 15 septembre 2011, à la veille de la fête nationale, lors d’un discours télévisé ; Najib a déclaré l’abrogation de deux lois sur la sécurité intérieure, l’Internal Security Act de 1960 et l’Emergency Ordinance : « Je suis heureux d’annoncer en cette nuit historique que l’ISA va être entièrement supprimée […]. Ces changements visent à avoir une démocratie efficace, mûre et moderne qui continue à préserver l’ordre public tout en garantissant une plus grande liberté civile et le maintien de l’harmonie raciale. » Ces ordonnances de coercition avaient été prises par l’autorité coloniale britannique pour lutter contre la menace communiste et les insurrections déclenchées en 1948 par le Parti communiste de Malaya (PCM) dans le nord du pays. Pourtant envisagées par les Britanniques comme des mesures d’exception, elles étaient devenues des lois ordinaires présentées comme nécessaires au soutien de l’État de droit malaisien35. Autorisant le placement en détention sans procès préalable pendant deux ans, renouvelables indéfiniment, elles avaient permis l’arrestation de plusieurs milliers de personnes pendant cinquante et un ans. Dans ce même discours du 15 septembre 2001, Najib a par ailleurs annoncé que le Printing Presses and Publications Act de 1984 sur la presse écrite et l’édition devrait également être amendé : le lancement d’un titre est soumis annuellement à une autorisation qui le place sous le contrôle du gouvernement et le condamne ainsi à l’autocensure36.

  • 37 Selon le Merdeka Centre for Opinion Research, la popularité de Najib est passée de 65 % en mai 201 (...)

22Simple manœuvre électorale d’un Premier ministre en forte baisse de popularité37 ou réel changement ? Depuis l’indépendance, le système politique malaisien alterne de façon si régulière entre périodes de répression et moments d’ouverture démocratique qu’il est presque impossible de prévoir l’évolution vers l’un ou l’autre de ces deux pôles. Même si l’opposition se réjouit de cette décision et y voit un succès de ses pressions politiques, elle demeure attentiste, voire incrédule, et espère des actes plutôt que de simples discours. Et de rappeler que l’Emergency Ordinance avait encore été utilisée en juillet 2011 pour arrêter six membres du parti Sosialis Malaysia (PSM) se rendant à la manifestation de Bersih et que, une semaine avant cette annonce, le ministre de l’Intérieur avait affirmé que le gouvernement n’avait nullement l’intention de supprimer l’ISA.

23Des espoirs de changement, mais une faible réalisation concrète pourrait être le bilan du Premier ministre Najib pour l’année 2011. Son slogan One Malaysia, sa réforme économique comme la révision des mesures de discrimination positive promises par le gouvernement politique n’ont pas encore réussi à s’imposer et à dépasser les réticences d’une partie des Malais attachés à leurs privilèges. Ses tergiversations ont plutôt alimenté la prolifération de mouvements pro-malais. Les changements viendront peut-être de la société civile et de l’étranger : le mouvement Bersih, les révolutions du « printemps arabe », mais aussi la baisse de compétitivité du pays poussent le gouvernement à entreprendre des réformes. Depuis août 2011, Najib multiplie les annonces, mais les déclarations contradictoires émanant de son propre camp rendent difficiles les prévisions pour l’année 2012 qui sera sans aucun doute riche en rebondissements. Les enjeux sont pourtant nombreux : réformes du système électoral, du système fédéral ou encore de la politique de discrimination positive. Pour se faire réélire, Najib a le choix entre attiser les haines communautaires pour récupérer l’électorat malais ou appliquer – et ce en dépit des contestations des mouvements d’extrême droite – les réformes annoncées dès son arrivée au pouvoir. Il semble que, à l’approche des élections, la conciliation des inconciliables ne soit plus permise.

Annexes

Fiche Malaisie

Capitale : Kuala Lumpur

Superficie : 329 847 km²

Population (est. 2011) : 28 728 607 hab.

Langue officielle : malaisien

Données politiques

Nature de l’État : monarchie fédérale

Nature du régime : constitutionnel

Suffrage : universel (à partir de 21 ans)

Chef de l’État : Sultan Mizan Zainal Abidin ibni Al-Marhum Sultan Mahmud Al-Muktafi Billah Shah

Premier ministre : Mohamed Najib bin Abdul Razak (depuis 2009)

Ministre des Affaires étrangères : Anifah Aman

Ministre de l’Intérieur : Hishammuddin Tun Hussein

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques (UNDP, 2006) : Bumiputera38 (62 %), Chinois (24 %), Indiens (7 %), autres (7 %)

Religions (2000) : musulmans (60,4 %), bouddhistes (19,2 %), chrétiens (9,1 %)

Taux de croissance démographique (est. 2011) : 1,576 %

Espérance de vie (est. 2011) : 73,79 ans

Indice de fécondité (est. 2011) : 2,67

Taux de natalité (est. 2011) : 21,08 ‰

Taux de mortalité (est. 2011) : 4,93 ‰

Taux de mortalité infantile (est. 2011) : 15,02 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2000) : 88,7 %

Taux d’urbanisation (2010) : 72 %

Indice de développement humain (2010) : 0,744 (rang 57)

Indicateurs économiques

Monnaie : ringgit (1 euro = 4,32 ringgit, juillet 2011)

Balance des paiements courants (est. 2010) : 34,14 milliards $ US

Dette extérieure (est. 2010) : 72,6 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita (est. 2010) : 14 700 $ US

Taux de croissance du PIB (est. 2010) : 7,2 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (est. 2010) : agriculture (9,1 %), industrie (41,6 %), services (49,3 %)

Taux d’inflation (est. 2010) : 1,7 %

Taux de chômage (est. 2010) : 3,5 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (est. 2007) : 3,6 %

IDE entrant (cumulé ou stocks) (2008) : 73,262 millions $ US

IDE sortant (cumulé ou stocks) (2008) : 67,580 millions $ US

Principaux partenaires commerciaux (2008) : Singapour, Chine, Japon, États-Unis, Union européenne, Thaïlande

Importations (est. 2010) : 174,3 milliards $ US

Principaux produits importés : électronique ; machinerie ; plastiques ; véhicules ; produits pétroliers ; produits en fer ; produits en acier ; produits chimiques

Exportations (est. 2010) : 210,3 milliards $ US

Principaux produits exportés : appareils électriques ; pétrole ; gaz naturel liquéfié ; textile ; bois ; produits en bois ; huile de palme ; caoutchouc ; produits chimiques

Portraits

Steve Gan (cofondateur et rédacteur en chef de malaysiakini.com, premier site d’information indépendant)

Né en 1962 à Kerati, un petit village du Pahang au nord de la Malaisie, d’un père conducteur de bus et d’une mère institutrice dans une école chinoise, Steve Gan a lancé le premier site malaisien d’information indépendant. Après des études universitaires d’économie et de science politique en Australie, il débute sa carrière journalistique à Hong Kong. Il couvre ensuite la guerre du Golfe en 1991 et rentre en Malaisie en 1994 où il devient rédacteur au Sun. Son reportage sur la mort de cinquante-neuf détenus du centre de rétention d’immigrés clandestins de Semenyhi n’est pas publié dans la presse malaisienne. Alors qu’il suit les manifestations qui accompagnent la Conférence de 1996 sur le Timor oriental, il est arrêté et incarcéré pendant cinq jours. Devant le refus de son journal de publier ses papiers sur la conférence, il démissionne et devient éditorialiste du journal The Nation de Bangkok, puis entreprend la création de malaysiakini.com en 1999 et acquiert alors une notoriété internationale comme défenseur de la liberté d’expression. Récipiendaire de différents prix internationaux saluant les initiatives de la presse indépendante, il coécrit en 2004 un essai sur les médias et l’Internet (Asian Cyberactivism. Freedom of Expression and Media Censorship39). Il est invité au Forum de Davos en 2007 et à Bali en octobre 2011 dans le cadre de l’ASEAN Dialogue.

Ambiga Sreenavasan (leader de Bersih 2)

Née en 1956 dans une famille indienne de Malaisie, Ambiga Sreenavasan est la fille d’un néphrologue réputé. Elle suit des études dans la prestigieuse école pour filles de Kuala Lumpur, Covent Bukit Nanas. Elle embrasse la carrière d’avocate en 1982 et fait entendre, dans différentes instances nationales et internationales, un discours de défense des femmes et des minorités ; elle est ainsi coprésidente de l’Observatoire des droits des Orang Asli, membre du comité exécutif de l’Organisation d’aide aux femmes, membre de l’Association internationale pour la défense de la propriété intellectuelle. Élue bâtonnière du barreau national en 2007, elle lance la même année une « Marche pour la justice » à Putrajaya qui rassemble plus de 2 000 membres de la profession réclamant une réforme de la justice et la lutte contre la corruption. Alors qu’elle est bâtonnière, elle plaide la cause de deux journalistes arrêtés pour des raisons politiques et s’élève contre l’interdiction d’un parti ethnique indien et l’arrestation de ses membres. Son action en faveur de l’égalité des sexes et la liberté de culte lui valent des honneurs internationaux : elle est reçue en 2009 par Hillary Clinton à Washington pour recevoir un prix saluant les femmes de courage et elle est faite chevalier de la Légion d’honneur par le gouvernement français en septembre 2011. Elle est le porte-parole du mouvement Bersih 2 dont elle dit après la journée du 9 juillet : « S’il a permis de révéler le pire de certains, il a aussi révélé le meilleur des autres et c’est là que réside notre espoir. »

Affiche politique

Affiche de couleur jaune annonçant la marche Bersih du 9 juillet et énumérant les principales revendications du mouvement pour des élections libres et justes :

● Mise à jour de la liste électorale

● Réforme du vote par correspondance

● Utilisation d’encre indélébile

● Libre accès pour tous au media

● Période de campagne d’un minimum de 21 jours

● Renforcement des institutions publiques

● Mettre fin à la corruption

● Mettre fin à la politique sale

Notes

1 Nathaniel Tan, Cerita Sebenar 9 July 2011. What Really Happened, Kuala Lumpur, Kinibooks, 2011, p. 10-13.

2 Ibid., p. 19.

3 Johan Saravanamuttu, « The political impact of Bersih 2 », ISEAS Viewpoints, 20 juillet 2011, http://web1.iseas.edu.sg/?p=4442

4 Nigel Aw, « Pollster : 88% of Malaysians back Bersih demands », Malaysiakini, 29 août 2011.

5 Suara Rakyat Malaysia (Suaram), Women’s Development Collective (WDC) et Writers Alliance for Media Independence (WAMI); voir Nathaniel Tan, Cerita Sebenar 9 July 2011, op. cit., p. 2-5.

6 Arnaud Dubus, « La tension monte en Malaisie », Le Temps, 9 juillet 2011 ; Ooi Kee Beng, « Weighing the political cost of July 9 », ISEAS Viewpoints, 11 août 2011, http://web1.iseas.edu.sg/?p=4288

7 Service d’information des Nations unies, « Malaisie, des experts de l’ONU critiquent les méthodes de la police », www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp? NewsID=25817& Cr=Malaisie&Cr1=

8 Voir Nathaniel Tan, Cerita Sebenar 9 July 2011, op. cit., p. 136-156.

9 Tricia Yeoh, « Giving federalism a future », Penang Economic Monthly, janvier 2010, p. 56-57 ; William Case, « Semi-democracy and minimalist federalism in Malaysia », in Baogang He, Brian Galligan et Takashi Inoguchi, Federalism in Asia, Cheltenham, Edward Elgard, 2007.

10 Jomo K. S. et Wee Chonh Hui, « The political economy of Malaysian federalism: economic development, public policy and conflict containment », Discussion Paper, no 113, United Nations University, World Institute for Development Economics Research, 2002.

11 Nik Ali Mat Yunus, fonctionnaire public responsable de la gestion des fonds alloués par le gouvernement fédéral pour le développement des projets de Penang, a même été jusqu’à qualifier Lim Guang Eng de biadap (« grossier personnage »).

12 Melissa Chi, « Penang in the dark on 10 MP, says Guang Eng », The Malaysian Insider, 14 février 2011.

13 Baradan Kuppusamy, « Let information flow, Selangor tells federal government », Malaysiakini, 29 septembre 2011.

14 Stephanie Sta Maria, « Anwar criticizes unethical wealth distribution », Malaysiakini, 15 mars 2011.

15 Johan Saravanamuttu et Rusaslina Idrus, « The Sarawak polls 2011 : implications for coalition politics in Malaysia », ISEAS Viewpoint, 4 mai 2011, http://web1.iseas.edu.sg/?p=3456

16 « Anri-Taib campaign kicks off in UK in Monday », Malaysiakini, 26 février 2011.

17 Johan Saravanamuttu, « More than the state at stake in Sarawak election », The Strait Times, 11 avril 2011.

18 « FBI told to cut ties with Taib’s family », Malaysiakini, 27 juillet 2011 ; « Wikileaks : US cables portray Taib as highly corrupt », Malaysiakini, 31 juillet 2011.

19 Kian-Teng Kwek, « New Economic Model : what lies ahead for Malaysia », Regional Outlook 2011-2012, Singapour, ISEAS, p. 106-108.

20 « Le programme de transformation économique de la Malaisie », Publications des services économiques, décembre 2010, DG Trésor, www.tresor.economie.gouv.fr/se/malaisie/documents_new.asp?V=1_PDF_157245

21 Dynamiser le secteur privé, améliorer la qualification de la main-d’œuvre, promouvoir la compétitivité de l’économie domestique, renforcer le secteur public, élaborer un socle de connaissances, favoriser les sources de croissance.

22 « United Nations Conference on Trade and Development, UNCTAD », World Investment Report, 2011, www.unctad-docs.org/files/UNCTAD-WIR2011-Full-en.pdf

23 Yab Dato’Sri Mohd Najib Tun Abdul Razak, The 2012 Budget Speech. Introducing the Supply Bill (2012) in the Dewan Rakyat, 7 octobre 2011, http://sc.com.my/eng/html/resources/budget2012/bs12.pdf

24 Ibid., p. 34.

25 Ooi Kee Beng, « Will Najib’s election goodies be enough? », ISEAS Viewpoints, 10 octobre 2011, http://web1.iseas.edu.sg/?p=5469

26 Voir surtout l’année 2010 : Sophie Lemière, « Malaisie, l’année du kriss », in Arnaud Leveau et Benoît de Tréglodé (dir.), Asie du Sud-Est 2011, Paris, Les Indes savantes, 2011, p. 199-218.

27 Le slogan pourrait être traduit par « Les Malais et les fils du sol d’abord ».

28 Datuk Zaini Hassan, « Ayuh ! Gerakkan segera 1 Melayu, 1 Bumi », Utusan Malaysia, 20 avril 2011.

29 Rokia Abdullah dan Mohamed Khuzairi Ismail, « Malaysia negara Kristian? », Utusan Malaysia, 7 mai 2011.

30 La Constitution malaisienne définit légalement l’identité malaise : est reconnue comme malaise toute personne qui parle quotidiennement la langue malaise, suit les coutumes malaises et est de confession musulmane.

31 John R. Malott, « The price of Malaysia’s Racism », The Asian Wall Street Journal, 16 mars 2011.

32 Schawzan Mustafa Kemal, « Perkasa says will lead “1 Melayu, 1 Bumi” movement », Malaysiakini, 21 avril 2011.

33 Regina Lee, « Pembela : Christianity biggest “threat” to Islam », Malaysiakini, 7 mai 2011.

34 Nathaniel Tan, Cerita Sebenar 9 July 2011, op. cit.

35 Juliette Van Wassenhove, État, « société civile » et changement politique en Malaisie. Approche préliminaire pour une étude du rôle des acteurs non gouvernementaux, mémoire de DEA, Ceri, Sciences Po, 2002, www.ceri-sciencespo.com/themes/asie/ceri/enseignements/memoire/memjvw.pdf

36 Sophie Lemière, « Malaisie, l’année du kriss », loc. cit., p. 199-218.

37 Selon le Merdeka Centre for Opinion Research, la popularité de Najib est passée de 65 % en mai 2011 à 59 % en août : « Najib’s sliding popularity, “a blip on the radar” », Malaysiakini, 31 août 2011.

38 Bumiputera est une catégorie administrative regroupant les populations indigène et malaise, considérées comme « fils du sol » ; les Malais seuls représentent environ 50 % de la population.

39 Steve Gan, Asian Cyberactivism. Freedom of Expression and Media Censorship, Bangkok, Friedrich Naumann Foundation, East and Southeast Asia Regional Office in association with Journalism and Media Studies Centre, Eliot Hall, University of Hong Kong, 2004.

Table des illustrations

Titre La Malaisie
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2388/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2388/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

Auteur

Docteur en géographie, maître de conférences à l’université Paris-VII et chercheuse au laboratoire SEDET (Sociétés en développement, études transdisciplinaires). Depuis septembre 2011, elle est en poste à Kuala Lumpur, rattachée à l’Irasec et affiliée au Maritime Institute of Malaysia (MIMA). Diplômée de Paris-X-Nanterre, agrégée de géographie, elle a consacré sa thèse de doctorat à la région nord de Sumatra, une périphérie indonésienne ouverte sur le détroit de Malacca. Elle est coéditrice, avec Christian Taillard et Sirivanh Khonthapane, de Dynamics and Territorial Redefinitions in Southeast Asia. The Greater Mekong Subregion and Malacca Strait Economic Corridors (Singapour, ISEAS, 2012). Elle a récemment publié « Être malais de part et d’autre du détroit de Malacca, approche transfrontalière » (Aséanie, no 23, 2009) et « Singapore’s strategy of regionalization » (in Jean-Louis Margolin, Karl Hack et Karine Delaye, Making the Global City : Singapore from Srivijaya to the Twenty First Century, Singapour, NUS Press, 2010).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site