Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2012 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Jérémy Jammes
, 
Benoît de Tréglodé

Troisième partie. La région

Indonésie

La seconde disparition de l’État ou les limites de l’indécision

Rémy Madinier

Texte intégral

  • 1 Au moment de la chute de Suharto, l’Indonésie avait connu une crise politique, économique et social (...)
  • 2 On se permettra ici de renvoyer le lecteur à Rémy Madinier, « Indonésie : l’enlisement de l’élan ré (...)

1Comment un pays dont le gouvernement est à peine à mi-mandat peut-il vivre, toute l’année 2011, les yeux rivés sur la prochaine échéance électorale prévue pour juillet 2014 ? Faut-il y voir le signe d’une crise d’un genre nouveau ? Non l’une de celles qui dévastent les économies et propulsent les États au bord de la guerre civile, mais plutôt l’une de ces régressions, plus sournoises, qui sanctionnent l’enlisement politique et moral d’un système à bout de souffle1 ? L’immobilisme d’un président triomphalement (et démocratiquement) réélu au premier tour en 2009 avait fait ici même l’objet d’un constat d’étonnement2. La persistance des maux alors décrits invite désormais à l’alarmisme. Sans doute le long cri d’une presse dont la liberté demeure l’honneur du pays n’est-il pas étranger à ce pessimisme et on pourra peut-être à cet égard trouver dans la longue litanie des scandales parus en première page des journaux des raisons de ne pas désespérer.

1 - De Gayus à Nazaruddin : la coalition des aigrefins

  • 3 À titre d’exemple parmi tant d’autres, Indonesian Corruption Watch (ICW) révélait ainsi en avril qu (...)
  • 4 L’enquête ouverte à la suite de la divulgation l’an dernier de dix-sept comptes bancaires d’officie (...)
  • 5 Tempo, 19 septembre 2011.
  • 6 Koran Tempo, 4 janvier 2011.

2Comme on le pressentait depuis la rocambolesque affaire Century qui avait signé l’« enlisement » de l’élan réformateur du président Susilo Bambang Yudhoyono (SBY) à l’orée de son second mandat, des nuages de plus en plus sombres menacent l’aptitude de l’exécutif à poursuivre la lutte contre la corruption qui avait constitué l’un des points forts du premier quinquennat. L’habituelle et monotone série des arrangements, fantaisies comptables et autres détournements de fonds publics ou privés n’est pas ici en cause : elle avait presque, en cette année 2011, quelque chose de rassurant3. Même l’enfouissement judiciaire du scandale des « comptes gras » de la police relevait d’un terrain connu4. Certaines affaires prêtèrent presque à sourire. Le cas de Malinda Dee, par exemple, avec son épilogue à la morale douteuse. Cette chargée de clientèle de la City Bank menait grand train depuis des années grâce aux millions de dollars qu’elle détournait des comptes de ses clients. Elle fut inculpée mais faute de plaintes officielles des victimes – sans doute incapables de justifier de la provenance des fonds confiés à cette employée – l’affaire faillit en rester là. On évoqua même la possibilité de rendre à l’employée indélicate ses voitures de luxe que la justice avait imprudemment saisies5. En janvier, dans le même registre, on apprit la naissance d’un nouveau métier du secteur informel : prisonnier remplaçant. Une détenue de Bojonegoro (Java Est) avait été incarcérée en lieu et place d’une femme d’affaires moyennant finance et avec la complicité de membres du parquet6.

  • 7 Kompas, 18 janvier 2011.
  • 8 Kompas, 21 octobre 2011.

3Au-delà de ces cas individuels, plusieurs enquêtes publiées dans l’année ont confirmé l’ampleur du mal qui continue de ronger la démocratie indonésienne : au début de l’année, plus de la moitié des gouverneurs de province étaient sous le coup d’enquêtes judiciaires7. En octobre, une association de lutte pour la transparence budgétaire chiffrait à 1,3 milliard d’euros le coût de l’incapacité de l’administration à mettre en œuvre des mesures efficaces pour récupérer l’argent spolié des contribuables identifiés depuis le premier mandat de SBY8.

  • 9 Kompas, 30 décembre 2011. Autre illustration des difficultés du travail de la KPK : le vigoureux co (...)

4Mais, avec un peu d’optimisme, l’ensemble de ces scandales pourrait encore être rangé dans la catégorie des inévitables ratés d’une entreprise de longue haleine dont on espérait qu’elle se poursuivait. D’autres affaires montrent cependant que, ayant atteint le cœur du système, la lutte contre la corruption paralyse désormais la vie politique. Alors que le premier mandat du président SBY avait permis d’indiscutables progrès, en particulier en s’en prenant aux élites locales et à un certain nombre de corrupteurs, si ce n’est isolés du moins mal organisés, de véritables réseaux apparaissent désormais au grand jour, tissant leur toile jusqu’au plus haut niveau de l’État. À la fin de l’année 2010, la Commission anti-corruption (KPK) rappela opportunément son bilan flatteur : elle était parvenue, depuis sa création en 2003, à éviter l’engloutissement de plus de 600 millions d’euros. Mais elle concéda, dans le même temps, avoir atteint les limites de son action, évoquant pudiquement les obstacles auxquels elle se heurtait9.

  • 10 Kompas, 6 septembre 2011.
  • 11 Tempo, 4 octobre 2011.

5Confirmant ses craintes, les dysfonctionnements des institutions chargées de suppléer aux carences d’une justice largement corrompue éclatèrent au grand jour : pour la première fois de l’histoire de la Commission, les conclusions de l’une de ses instructions (toujours très bien argumentées) n’étaient pas suivies par un tribunal anti-corruption régional (Tipikor), en l’espèce celui de Bandung. Devant une autre juridiction, le procès en révision de son ancien président, Antasari Azhar, s’enlisait malgré les preuves évidentes d’une manipulation ayant conduit à sa condamnation à dix-huit ans de prison en 2010 pour son implication dans une obscure affaire de meurtre. Les « preuves » sur lesquelles s’était appuyé le premier jugement avaient été pour la plupart fabriquées : le cadavre de la victime avait été maquillé avant l’autopsie, les experts en balistique contestaient le scénario du meurtre et, enfin, le soi-disant message de menace adressé par Antasari à sa future victime n’avait pas été, contrairement aux affirmations de l’accusation, envoyé de son téléphone. Devant ces évidences, la famille de la victime elle-même se disait persuadée de l’innocence de l’ancien « tsar de la lutte anti-corruption10 ». Las, ces nouvelles preuves d’un complot, tout comme la tentative déjouée la même année d’une manœuvre conjointe de la police et de la justice pour impliquer deux autres dirigeants de la KPK, n’y ont rien fait. Le procès en révision ouvert début septembre a démarré sous de sombres auspices et, un mois plus tard, la plupart des témoins convoqués par la défense se retiraient11.

  • 12 Kompas, 6 janvier 2011.
  • 13 Jakarta Globe, 17 janvier 2011.

6Deux véritables feuilletons qui tinrent l’opinion en haleine durant l’année permettent de mieux comprendre les causes de ce blocage. En janvier, l’affaire Gayus Tambunan a rebondi. Ce modeste employé de l’administration fiscale avait déjà défrayé la chronique l’année précédente pour avoir été au centre d’un vaste réseau de trafics d’influence visant à enterrer les enquêtes pour fraudes fiscales dont il avait la charge. Plusieurs sociétés du groupe appartenant à Aburizal Bakrie, président du Golkar (l’ancien parti officiel de l’ère Suharto) et homme fort de la coalition au pouvoir, avaient été mises en cause. L’enquête démontra que, malgré les preuves accumulées (des millions de dollars transitaient par les comptes de cet agent subalterne), Gayus avait bénéficié de protections au sein des tribunaux. Il était ainsi devenu le symbole de cette « mafia judiciaire » qui rendait impossible tout progrès réel dans la lutte contre la corruption. En décembre 2010, la police décida de ne retenir que des charges mineures contre lui, ne s’intéressant nullement aux sociétés dont il avait la charge. Dans le même temps, un tribunal reconnaissait le juge qui, en mars 2010, avait acquitté Gayus lors d’un premier procès, coupable de « violation du code d’éthique » pour avoir reçu de l’argent de l’accusé. En dépit de la logique la plus élémentaire, le tribunal s’était refusé à faire le lien entre la somme touchée par le juge et l’acquittement de Gayus, dans une affaire pour laquelle le procureur avait requis une peine de trois ans et demi de prison. Dans ce dossier en bonne voie d’enterrement, le ridicule vint cependant au secours de la morale lorsque l’on apprit que Gayus avait pu quitter sa cellule à soixante-huit reprises entre septembre et décembre 2010. Photographié lors de la finale du tournoi de tennis de Bali, en novembre 2010, le détenu s’était également rendu, durant cette période, en Malaisie et à Macau, sans doute pour mettre une partie de ses richesses à l’abri de l’enquête12. La facilité avec laquelle il se procura de faux passeports orienta l’enquête vers les services de l’immigration, témoignant de l’ampleur des protections dont il bénéficiait. Ces révélations, mais également la désinvolture de l’accusé (qui proposa, en pleine instruction, qu’on le nomme adjoint du chef de la police !), obligèrent le président à réagir. Le 16 janvier, il donna à son gouvernement une série de consignes pour mettre à bas la « mafia du fisc13 ».

  • 14 Incriminant au passage la CIA (Jakarta Globe, 20 janvier 2011) !
  • 15 Kompas, 13 septembre 2011.

7Pourtant, quelques jours plus tard, le tribunal de Jakarta Sud infligea un cinglant démenti au volontarisme présidentiel en ne condamnant Gayus qu’à sept années d’emprisonnement alors que le procureur en avait requis vingt pour corruption, blanchiment d’argent et obstruction à la justice. Ravi du verdict, l’accusé en profita pour politiser l’affaire en accusant le chef de l’unité anti-mafia de la justice (Satgas), Denny Indrayana, d’avoir tenté de compromettre Aburizal Bakrie14. L’affaire semblait devoir en rester là malgré les révélations, quelques mois plus tard, de l’un des amis d’enfance de Gayus devant le tribunal anti-corruption de Jakarta. Ce dernier expliqua avoir mis en contact les représentants de trois filiales du groupe Bakrie avec Gayus, afin que ce dernier annule les arriérés d’impôt de ces sociétés en échange de 3 millions de dollars15.

  • 16 Le 20 juillet, l’Agence de surveillance des transactions financières (PPATK) indiquait que 144 tran (...)
  • 17 Kompas, 11 juillet 2011.

8L’autre grand scandale de l’année 2011 eut pour vedette Muhammad Nazaruddin, le trésorier du Parti démocrate. En décembre 2010, il fut mis en cause dans une importante affaire de corruption dans l’attribution des marchés liés à la construction du village des athlètes des futurs jeux d’Asie du Sud-Est, prévus pour le mois de novembre 2011. Blanchi dans un premier temps par une enquête interne au parti (lors de laquelle il menaça les responsables démocrates de révélations fracassantes), Nazaruddin fut confondu par l’enquête de la KPK. Il fut prouvé qu’il avait touché une commission de 13 % sur le montant des travaux et qu’une société appartenant à son frère avait emporté, sans appel d’offres, le marché des cérémonies d’ouverture et de clôture des jeux. Au fil des semaines, l’ampleur des détournements se fit plus évidente16. Surtout, il apparut que ces détournements, loin d’être isolés, constituaient pour Nazaruddin une pratique habituelle. Devant les progrès de l’enquête, il quitta l’Indonésie en mai, obligeant les dirigeants du Parti démocrate à d’embarrassantes contorsions pour justifier son départ. Forcés de se désolidariser de leur trésorier, ils s’exposèrent à ses révélations distillées, depuis sa retraite, à travers SMS et interviews. Et de dénonciations, Nazaruddin ne fut pas avare : chiffres et descriptions circonstanciées à l’appui, il mit en cause Andi Mallarangeng, ministre des Sports, et Anas Urbaningrum, président du Parti démocrate17. Il expliqua ainsi comment ce dernier avait « financé » son élection à la tête du parti grâce à la distribution de plusieurs millions d’euros en liquide, arrivés sur les lieux du congrès dans une camionnette conduite par une employée de l’une des sociétés contrôlées par Nazaruddin.

  • 18 Ainsi d’ailleurs que Muhaimin Iskandar, président du PKB et ministre de l’Emploi et de la Transmigr (...)

9Les similitudes entre les affaires Gayus et Nazaruddin ne manquent pas et toutes deux révèlent les maux profonds de la politique indonésienne. Fruit des déclarations aussi troublantes que fracassantes d’intermédiaires de haut vol refusant de porter un chapeau qu’ils jugeaient trop grand pour eux, elles ébranlèrent les deux principaux piliers de la coalition au pouvoir : le Parti démocrate et le Golkar. Dans les deux cas, un gouffre abyssal apparut très vite entre l’ampleur des malversations révélées – et ce même si certaines accusations semblaient parfois fantaisistes – et la faiblesse de leurs conséquences judiciaires et surtout politiques pour les personnalités impliquées. Dans la plupart des démocraties, en effet, de tels scandales auraient suffi à discréditer définitivement tout prétendant à l’élection présidentielle et à faire tomber le gouvernement. Or il n’en fut rien : Aburizal Bakrie semble désormais définitivement installé dans le rôle de candidat naturel du Golkar, Anas Urbaningrum est toujours président du Parti démocrate et Andi Mallarangengont a été reconduit au gouvernement lors du remaniement d’octobre18.

2 - Un pouvoir pusillanime et velléitaire

  • 19 Devant les protestations de l’ensemble de la population, le projet évolua et le gouvernement propos (...)
  • 20 Un sondage publié par l’agence Indo Barometer révélait que 40 % des Indonésiens préféraient la situ (...)
  • 21 On reprocha ainsi à Aburizal Bakrie d’avoir tenté de s’emparer de la gloire éphémère des Garuda en (...)

10L’attachement de la population de Yogyakarta au statut spécial de la province, son désir de voir pérenniser, contre la volonté présidentielle, la désignation automatique du sultan comme gouverneur19, mais aussi la nostalgie de plus en plus nettement exprimée de la période de l’Ordre nouveau20 constituent certainement des indices de la désillusion profonde d’une partie de la population à l’égard du pouvoir. Dans cette atmosphère politique délétère, la qualification de l’équipe nationale de football pour la finale de la coupe d’Asie du Sud-Est en décembre 2010 constitua l’un des rares moments de célébration d’une unité nationale mise à mal. Mais l’état de grâce fut de courte durée et, après la défaite face à la Malaisie en finale, le pays retomba de plus belle dans ses querelles21.

11Pourtant, plus que la politisation à outrance de la vie publique indonésienne, c’est son blocage, de plus en plus patent, qui inquiéta les observateurs tout au long de l’année. Les craintes exprimées dans les derniers mois de 2010 avec la formation d’un « secrétariat de la coalition » présidé par Aburizal Bakrie se confirmèrent. Agissant en véritable gouvernement bis, il démonétisa celui-ci et entraîna une profonde insatisfaction des autres partenaires de la coalition. Le PAN et le PKS en particulier, alliés de la première heure désormais marginalisés au profit du Golkar, firent très tôt part de leur amertume. Le parti du président répliqua en alimentant, à partir du mois de mars, la menace d’un remaniement. L’affaire traîna en longueur, entretenant un climat nocif tout au long de l’année. Dans ce dossier comme dans d’autres, le président apparu velléitaire et hésitant : menaçant régulièrement ministres turbulents et incompétents, il usa progressivement son autorité faute d’avoir su s’en servir.

  • 22 Jakarta Globe, 19 octobre 2011.

12La solution finalement adoptée à la mi-octobre fut de ménager la chèvre et le chou. L’exigence dans la gestion des affaires de l’État conduisit Susilo Bambang Yudhoyono à confier à dix-neuf hauts fonctionnaires des postes de vice-ministres (contre six auparavant), mais sans pour autant diminuer le nombre des ministères (trente-quatre)22. Grâce à l’embonpoint du nouveau gouvernement, le président espérait répondre aux attentes populaires de compétence et d’efficacité, tout en maintenant un équilibre subtil entre les différentes composantes de la coalition. Celle-ci ne fut que légèrement modifiée, la seule véritable nouveauté résidant dans la perte d’un ministre pour le PKS qui laisse planer un doute sur l’éventuel maintien du Parti islamiste au sein du cabinet. Incapable, elle aussi, de prendre une décision, la direction du PKS décida prudemment de s’en remettre à l’avis ultérieur de son conseil religieux.

  • 23 Kompas, 21 octobre 2011.
  • 24 Une possibilité évoquée également par les responsables du Partai Demokrat Kompas (Jakarta Globe, 30 (...)

13Face à cet immobilisme de l’exécutif, on ne voyait pas très bien comment le pouvoir pouvait espérer rebondir et retrouver un souffle nouveau pour les trois ans restant avant la prochaine échéance électorale. Cette usure du gouvernement fut rapidement confirmée par les enquêtes d’opinion : fin octobre, 62 % des personnes interrogées se disaient insatisfaites de l’action de SBY en matière de lutte contre la corruption, un comble pour un président réélu, au premier tour et sur ce même score flatteur, deux ans auparavant23. Devant cette absence de dynamique, chacun se mit sans vergogne à préparer la prochaine échéance présidentielle (2014). Confirmant la confusion totale régnant sur la scène politique, le principal parti d’opposition (le PDIP) évoqua fin décembre une possible alliance avec le Parti démocrate afin de contrer la candidature d’Aburizal Bakrie, le président du Golkar pourtant responsable du secrétariat de la coalition au pouvoir. Afin de donner corps à cette hypothèse, une alliance des deux familles fut alors évoquée par des responsables démocrates sous la forme d’un possible tandem Ani Yudhoyono (épouse de SBY) – Puan Maharani (fille de Megawati)24. Pramono Edhie Wibowo (beau-frère d’Ani Yudhoyono), commandant de la Réserve stratégique (Kosrad), nommé chef d’état-major en juillet, étant l’un des autres prétendants démocrates, on mesure, une fois encore, le poids croissant des dynasties politiques sur la scène indonésienne.

  • 25 De fait, il n’existe pas sur la scène indonésienne de réelle alternative idéologique (y compris isl (...)
  • 26 Jakarta Globe, 12 avril 2011. Le parti prit le nom de Parti national de la prospérité d’Insulinde ( (...)
  • 27 Parti que rejoignit bientôt un autre patron de presse, Hary Tanoesoedibjo, suscitant l’inquiétude d (...)

14Le caractère infini des jeux d’alliance possibles soulignait l’absence de lignes de faille claires dans la vie politique25. En l’absence d’idéologie, voire de programme, la plupart des partis ne constituent que des écuries électorales déstabilisées par les périodes de désœuvrement séparant deux échéances. D’où la propension des partis existants à se diviser au gré du choc des égocentrismes. Ainsi, en avril, consacrant un conflit déjà ancien au sein du parti fondé par son père, l’ancien président Abdurahman Wahid, Yenny Wahid se décida à fonder son propre parti, officialisant une scission de fait datant de 200426. Quelques semaines plus tard, ce fut au tour du Mouvement national démocrate, fondé en février 2010 par Surya Paloh, magnat des médias et rival malheureux de Bakrie à la présidence du Golkar, de se transformer en parti27.

  • 28 Dont l’auteur de ces lignes ; voir Rémy Madinier, « Indonésie : la fin de la Reformasi ? », in Arna (...)
  • 29 Kompas, 23 mai 2011.
  • 30 Koran Tempo, 31 octobre 2011.

15Le relatif optimisme qui avait conduit certains observateurs28 à conclure à l’ouverture d’une nouvelle ère politique à la fin du premier mandat de Susilo Bambang Yudhoyono, se heurte désormais à un constat sans appel : si la Reformasi a bien légué des institutions irréprochables à la jeune démocratie indonésienne, elle n’a pas suscité le renouvellement espéré pour les faire fonctionner de manière satisfaisante. Et il ne s’agit pas, comme on a pu un temps l’espérer, uniquement d’une affaire de génération : 70 % des hommes politiques sont désormais issus de la génération de 1998, celle ayant mis à bas l’Ordre nouveau, et les survivants de l’époque Suharto, pour éminents qu’ils soient, sont désormais minoritaires29. C’est donc bien toute une culture politique – mélange d’affairisme, de népotisme et de vide idéologique – qui s’est transmise d’une génération à l’autre. Ce constat – qui interroge le système éducatif indonésien fondé davantage sur la répétition et la reproduction que sur la valorisation de l’autonomie – présente cependant ceci de rassurant qu’il semble à présent unanimement partagé. Tant les Indonésiens que les organisations représentant la société civile analysent parfaitement les maux dont souffre leur mode de gouvernance. Un sondage réalisé en octobre montrait ainsi que seules 25 % des personnes interrogées estimaient les jeunes politiciens susceptibles d’être porteurs de changement, contre près de 60 % les considérant comme semblables ou pires que leurs aînés30. Quant aux figures de la société civile, largement relayées par la presse, elles saisirent chaque commémoration, en particulier celles du mois de mai célébrant le treizième anniversaire des débuts de la Reformasi, pour clamer haut et fort tout le mal qu’elles pensaient de la déliquescence morale de leurs dirigeants et de la démocratie en trompe-l’œil qui en résultait.

3 - Une économie robuste et autonome, une société en mal d’arbitre

  • 31 World Bank, Indonesia Economic Quarterly, octobre 2011.

16En matière économique, le pays n’a pas semblé souffrir de cette crise de la gouvernance. L’Indonésie afficha une santé insolente tout au long de l’année. En octobre, la Banque mondiale publia des indicateurs à faire pâlir d’envie n’importe quel dirigeant de pays développé31. Les perspectives de croissance demeuraient excellentes avec 6,5 % prévus en 2011 et 6,7 % en 2012 (contre 4,6 % en 2009 et 6,1 % en 2010). L’inflation, annoncée autour de 6 % pour 2011 en début d’année, restait sous la barre des 5 %. La consommation intérieure demeurait robuste, l’investissement direct étranger battait de nouveaux records, ainsi que l’indice de la production manufacturée qui passait pour la première fois, en rythme annuel, au-dessus de 6 %. En ces temps de crise grecque, le déficit budgétaire indonésien apparaissait comme particulièrement vertueux (1,8 % en 2011 ; 1,5 % dans le projet de budget 2012) pour une dette publique (en baisse) d’environ 25 % du PIB. Les importantes réserves de change (deux fois plus élevées qu’avant la crise de 2008) semblaient pouvoir mettre le pays relativement à l’abri de tout risque de contagion.

  • 32 www.theprakarsa.org
  • 33 La Banque mondiale souligna ainsi en octobre la situation de plus en plus tendue de la production é (...)

17Dans la sphère de l’économie / pour éviter la répétition, seules deux questions posaient problème, toutes deux relevant, et ce n’est pas un hasard, de la compétence de l’État. La répartition des fruits de cette croissance vigoureuse était remise en cause. Certes, selon la Banque mondiale, le pourcentage de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté était passé de 13,3 % à la fin 2010 à 12,5 % en octobre 2011, mais ces chiffres furent l’objet de nombreuses querelles. Un rapport du Centre d’étude de la prospérité (Perkumpulan Prakarsa) soulignait ainsi que ces progrès étaient uniquement dus à une baisse du seuil de pauvreté retenu et que, si on retenait celui de la Banque asiatique de développement, la pauvreté officielle aurait augmenté de près de 3 millions de personnes ces trois dernières années32. L’étude montrait également l’impressionnante augmentation du nombre des ultra-riches, notant que la fortune des quarante Indonésiens les plus aisés avait augmenté en moyenne de 80 % par an ces dernières années, pour atteindre un patrimoine équivalent à celui de 60 millions d’Indonésiens moyens ! Dans ce contexte, on s’inquiéta de la forte augmentation des produits de première nécessité. La plupart étant d’origine locale, cette évolution pouvait bénéficier, au moins en partie, au monde rural, mais elle risquait de poser problème aux populations urbaines pauvres et présentait, de ce fait, un risque d’explosion sociale. Ceci explique peut-être les tergiversations du gouvernement autour de la question du carburant subventionné. L’augmentation des prix du pétrole pesant de plus en plus lourd sur les dépenses publiques, on annonça à plusieurs reprises la fin des subventions pour les particuliers, sans toutefois passer à l’acte. Cette valse-hésitation favorisa des pénuries dans certaines régions en incitant les spéculateurs à stocker d’importantes quantités d’essence subventionnée pour pouvoir les revendre plus tard au prix fort. Enfin, le domaine sur le développement duquel l’inaction de l’État risque de peser tôt ou tard est celui des infrastructures : la difficulté des administrations à dépenser leur budget d’équipement, malgré les remontrances du président, commence à se faire sentir dans plusieurs secteurs, tout particulièrement celui de l’énergie33.

18Si les effets des défauts d’arbitrage de l’État ne sont pas encore trop visibles en termes économiques et sociaux, ils ont d’ores et déjà des effets délétères dans le domaine des relations interconfessionnelles.

  • 34 Cette unité antiterroriste, fondée avec l’assistance des États-Unis, a à son actif près de 600 arre (...)
  • 35 International Crisis Group, Rapport, no 107, 6 juillet 2010.

19Au niveau de la lutte contre le terrorisme, les autorités ont certes confirmé leur indéniable aptitude au démantèlement rapide des réseaux responsables d’attentats, grâce aux efforts du désormais célèbre Détachement spécial 88 (Densus 88)34. L’enquête conduite depuis février 2010 sur le camp d’entraînement découvert à Aceh a ainsi abouti à l’arrestation de dizaines de personnes durant l’année écoulée, et les preuves accumulées ont permis la condamnation, en juin, d’Abu Bakar Ba’asyir, ancien émir de la Jemaah Islamiyah (JI), à la suite d’un procès tenu sous haute surveillance35. En mars, à la suite de l’envoi de colis piégés à plusieurs personnalités, dont Ulil Abshar Abdalla, fondateur du Réseau de l’islam libéral (JIL), l’enquête conduisit au démantèlement d’un groupe lié à Abdullah Sunata, l’un des nouveaux responsables de la JI, et à la découverte de plusieurs bombes placées le long d’une conduite de gaz qui devaient exploser lors de la messe de Pâques dans une banlieue de Jakarta. Quelques semaines plus tard, à la mi-avril, un attentat-suicide dans une mosquée située au sein d’un complexe policier à Cirebon révéla l’existence, dans cette région de la côte nord de Java, d’un nouveau groupe, lié à la Jamaah Anshorut Tauhid, dont les membres furent rapidement arrêtés.

  • 36 Ahmad Abdul Rabani a depuis été condamné à cinq ans et demi de prison. Son procès a confirmé son is (...)

20Cet efficace travail policier est certes parvenu à mettre à mal les principaux réseaux structurés, mais il peine à contrer un terrorisme de plus faible intensité qui voit des petits groupes sans contact les uns avec les autres, voire des individus isolés, tenter de passer à l’action à intervalles réguliers. Cette éclosion brouillonne renvoient à la question du terreau de l’extrémisme musulman en Indonésie que les autorités ne sont pas parvenues à assécher. En mai 2011, Ahmad Abdul Rabani, symbole de ce terrorisme au rabais, passait en jugement. Son inexpérience et le faible budget consacré à l’entreprise (moins de 20 euros) avaient fait échouer son projet d’attentat-suicide au vélo piégé contre un agent de police : le policier visé n’avait été que légèrement blessé et lui-même avait eu une jambe brisée36.

  • 37 Kompas, 9 février 2011.
  • 38 Kompas, 29 juillet et 3 août 2011.

21En dehors de ce « jihadisme du pauvre », l’intolérance ambiante continue d’engendrer un hooliganisme religieux à l’égard duquel les autorités font preuve d’une indulgence coupable. L’année 2011 connut son lot de fermetures de lieux de culte chrétiens par des milices comme le Front des défenseurs de l’islam (FPI). Parfois édifiés sans autorisation, mais aussi parfois entièrement légaux, ces temples ou églises sont souvent victimes de la lâcheté, voire de la complicité des autorités locales. Mais cette année fut également marquée par une certaine escalade dans ce type de conflits. En février, deux affaires défrayèrent la chronique : à Temanggung (Java Centre), des émeutiers saccagèrent trois églises à la suite de la condamnation pour blasphème prononcée contre un chrétien par le tribunal local. Les émeutiers entendaient ainsi protester contre cette peine jugée trop clémente – quand bien même elle constituait le maximum autorisé par la loi. Les enquêtes menées par la presse, dans les jours qui suivirent l’incident, mirent en lumière l’inaction et l’inorganisation des forces de l’ordre, pourtant averties des possibilités de réactions violentes face au verdict37. Ces mêmes carences expliquèrent le drame qui avait eu lieu quelques jours plus tôt lorsque, dans le village de Cikeusik (Java Ouest), trois membres de l’Ahmadiyah (un mouvement musulman considéré comme déviant par de nombreuses organisations) furent tués lors de l’attaque de l’une de leurs maisons par près d’un millier de personnes. Quelques semaines plus tard, la justice fit preuve d’une bien curieuse appréciation des responsabilités : elle condamna douze des assaillants à des peines allant de trois à six mois d’emprisonnement seulement et, peu après, infligea une peine plus sévère à l’un des membres de l’Ahmadiyah venu prêter main-forte à ses coreligionnaires lors de l’attaque, au grand dam des organisations de défense des droits de l’Homme38.

22Mais les représentants des religions ne furent pas que les fossoyeurs d’une démocratie ouverte durant l’année écoulée, bien au contraire. L’Indonésie demeure la terre d’un islam tolérant, même si la conjonction des intérêts médiatiques et de la surenchère radicale tend parfois à le faire oublier. Les responsables des différentes confessions surent ainsi prendre toute leur place au sein d’une société civile porteuse d’espoir par son activisme lucide et sa critique acerbe de la classe politique. Dès janvier 2011, un « Mouvement interconfessionnel contre le mensonge » réunit d’éminentes personnalités qui appelèrent le gouvernement à un sursaut moral. Leur parole porta haut : rapidement reçus par le président en personne, ils demeurent aujourd’hui encore le symbole d’une vigilance citoyenne dont on peut espérer qu’elle n’attendra pas 2014 pour remettre les valeurs de la Reformasi à l’ordre du jour.

Annexes

Fiche Indonésie

Capitale : Jakarta

Superficie : 1 904 569 km²

Population (est. 2011) : 245 613 043 hab.

Langue officielle : indonésien

Données politiques

Nature de l’État : république

Nature du régime : présidentiel

Suffrage : universel (à partir de 18 ans)

Chef de l’État : président Susilo Bambang Yudhoyono (depuis 2004, réélu en 2009)

Vice-président : Boediono (depuis 2009)

Ministre des Affaires étrangères : Marty Natalegawa

Ministre de l’Intérieur : Gamawan Fauzi

Échéances : élections législatives en 2014

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques (2000) : Javanais (40,6 %), Soundanais (15 %),

Madourais (3,3 %), Minangkabau (2,7 %), Betawi (2,4 %), Bugis (2,4 %), Bantenais (2 %), Banjar (1,7 %), autres (29,9 %)

Religions (2000) : musulmans (86,1 %), protestants (5,7 %), catholiques (3 %), hindous (1,8 %), bouddhistes (1 %), autres (2,4 %)

Taux de croissance démographique (est. 2011) : 1,1 %

Espérance de vie (est. 2011) : 71,33 ans

Indice de fécondité (est. 2011) : 2,25

Taux de natalité (est. 2011) : 18,1 ‰

Taux de mortalité (est. 2011) : 6,26 ‰

Taux de mortalité infantile (est. 2011) : 27,95 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2004) : 90,4 %

Taux d’urbanisation (2010) : 44 %

Indice de développement humain (2010) : 0,600 (rang 108)

Indicateurs économiques

Monnaie : roupie indonésienne (1 euro = 12 305,2 roupies indonésiennes, octobre 2011)

Balance des paiements courants (est. 2010) : 8,532 milliards $ US

Dette extérieure (2009) : 172,9 milliards $ US (est. 2010 : 196,1 milliards dollars $ US)

PIB par habitant ou per capita (2010) : 4 200 $ US

Taux de croissance du PIB (2010) : 6,1 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (2010) : agriculture (16,5 %), industrie (46,4 %), services (37,1 %)

Taux d’inflation (est. 2010) : 5,1 %

Taux de chômage (2010) : 7,1 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (2010) : 13,33 %

IDE entrant (cumulé ou stocks) (2008) : 67 044 millions $ US

IDE sortant (cumulé ou stocks) (2008) : 27 233 millions $ US

Principaux partenaires commerciaux (2008) : Japon, Singapour, Chine, États-Unis

Importations (est. 2010) : 111,1 milliards $ US

Principaux produits importés : machines et équipements ; produits chimiques ; carburants ; denrées alimentaires

Exportations (est. 2010) : 146,3 milliards $ US

Principaux produits exportés : pétrole ; gaz ; huile de palme ; charbon ; appareils électriques ; contreplaqué ; textile ; caoutchouc

Portrait

Surya Paloh

Rival malheureux d’Aburizal Bakrie lors de l’élection à la présidence du Golkar en 2009, ce magnat des médias a fondé, en février 2010, le Mouvement national démocrate (Nasdem) appelant à une rénovation profonde de la politique indonésienne. Le mouvement a été transformé en parti en juillet 2011 (Partai Nasdem) afin de pouvoir participer aux élections de 2014. La puissance du groupe Media qu’il contrôle (dont les fleurons sont la chaîne d’information continue Metro TV et le quotidien Media Indonesia) inquiète certains observateurs, d’autant qu’il a été rejoint par Hary Tanoesoedibyo, président du groupe Media Nusantara Citra, propriétaire, entre autres, des chaînes de télévision RCTI, MNC TV et Global TV ainsi que de l’un des plus grands quotidiens du pays, Seputar Indonesia. Sa volonté de barrer la route de la présidence à Aburizal Bakrie, lui aussi propriétaire de plusieurs médias, annonce une campagne très dure. Mais elle pourrait lui valoir le soutien d’authentiques réformateurs, surtout si la candidature de Sri Mulyani, l’ancienne ministre des Finances, très populaire pour sa lutte contre la corruption, ne parvient pas à prendre corps.

Affiche politique

Fondé en mai 2011, le parti Serikat Rakyat Independen (SRI, Union du peuple indépendant) a pour acronyme une partie du nom de celle qu’il entend présenter à l’élection présidentielle de 2014 : Sri Mulyani. Directrice exécutive de la Banque mondiale, cette ancienne ministre des Finances est une figure d’une lutte contre la corruption qui s’essouffle quelque peu en Indonésie et que le symbole du nouveau parti (le balai traditionnel indonésien) entend remettre à l’honneur.

Notes

1 Au moment de la chute de Suharto, l’Indonésie avait connu une crise politique, économique et sociale très profonde dont la disparition de l’autorité de l’État avait été à la fois la cause et le symptôme.

2 On se permettra ici de renvoyer le lecteur à Rémy Madinier, « Indonésie : l’enlisement de l’élan réformateur », in Arnaud Leveau et Benoît de Tréglodé (dir.), Asie du Sud-Est 2011, Paris, Les Indes savantes, 2011, p. 155-176.

3 À titre d’exemple parmi tant d’autres, Indonesian Corruption Watch (ICW) révélait ainsi en avril que le projet proposé par le DPR à sa propre appréciation pouvait être divisé par deux, tant en termes de coûts que de surface, tout en continuant à satisfaire et les besoins des députés et les normes en la matière. Le montant des économies réalisées – et donc de la gabegie potentielle – s’élève à environ 50 millions d’euros (Kompas, 6 avril 2011).

4 L’enquête ouverte à la suite de la divulgation l’an dernier de dix-sept comptes bancaires d’officiers supérieurs de la police contenant des millions de dollars (somme sans commune mesure avec leur solde) concluait en janvier à une « situation normale ».

5 Tempo, 19 septembre 2011.

6 Koran Tempo, 4 janvier 2011.

7 Kompas, 18 janvier 2011.

8 Kompas, 21 octobre 2011.

9 Kompas, 30 décembre 2011. Autre illustration des difficultés du travail de la KPK : le vigoureux conflit l’opposant à l’Assemblée nationale (DPR). Une commission de l’Assemblée refusa en janvier la présence de deux de ses dirigeants lors d’une audition (Bibit Slamat Riyanto et Chandra M. Hamzah) en prétextant qu’ils étaient toujours suspects dans l’affaire Century. Cet affrontement intervint quelques jours après l’arrestation de dixneuf députés et anciens députés du Golkar, du PDI-P et du PPP dans une autre affaire (Kompas, 28 janvier 2011). En octobre, pour la première fois, des députés ont évoqué la possibilité de dissoudre cette institution emblématique de la Reformasi.

10 Kompas, 6 septembre 2011.

11 Tempo, 4 octobre 2011.

12 Kompas, 6 janvier 2011.

13 Jakarta Globe, 17 janvier 2011.

14 Incriminant au passage la CIA (Jakarta Globe, 20 janvier 2011) !

15 Kompas, 13 septembre 2011.

16 Le 20 juillet, l’Agence de surveillance des transactions financières (PPATK) indiquait que 144 transactions impliquant 150 sociétés travaillant pour les jeux étaient considérées comme suspectes.

17 Kompas, 11 juillet 2011.

18 Ainsi d’ailleurs que Muhaimin Iskandar, président du PKB et ministre de l’Emploi et de la Transmigration.

19 Devant les protestations de l’ensemble de la population, le projet évolua et le gouvernement proposa au sultan un poste honorifique de « gouverneur principal » sans réel pouvoir.

20 Un sondage publié par l’agence Indo Barometer révélait que 40 % des Indonésiens préféraient la situation sous le régime de l’Ordre nouveau plutôt que la situation actuelle (Kompas, 3 mai 2011).

21 On reprocha ainsi à Aburizal Bakrie d’avoir tenté de s’emparer de la gloire éphémère des Garuda en recevant l’équipe à son domicile, au lendemain de la demi-finale remportée contre les Philippines, pour leur promettre des primes mirifiques en cas de victoire. Le président de la Fédération indonésienne de football, Nurdin Halid, lui-même membre de la direction du Golkar, fut sévèrement critiqué pour avoir laissé distraire ses joueurs. La querelle s’envenima et se transforma en un conflit ouvert entre lui et le ministre (démocrate) des Sports, les espoirs de victoire laissant place à l’image d’une nation divisée, incapable de dépasser ses clivages partisans (Tempo, 3 janvier 2011).

22 Jakarta Globe, 19 octobre 2011.

23 Kompas, 21 octobre 2011.

24 Une possibilité évoquée également par les responsables du Partai Demokrat Kompas (Jakarta Globe, 30 décembre 2010).

25 De fait, il n’existe pas sur la scène indonésienne de réelle alternative idéologique (y compris islamiste) à un libéralisme économique socialement conservateur.

26 Jakarta Globe, 12 avril 2011. Le parti prit le nom de Parti national de la prospérité d’Insulinde (PKB Nusantara).

27 Parti que rejoignit bientôt un autre patron de presse, Hary Tanoesoedibjo, suscitant l’inquiétude du Conseil de la presse (Kompas, 14 octobre 2011).

28 Dont l’auteur de ces lignes ; voir Rémy Madinier, « Indonésie : la fin de la Reformasi ? », in Arnaud Leveau (dir.), Asie du Sud-Est 2009, Paris, Lignes de repères, 2009, p. 141-157.

29 Kompas, 23 mai 2011.

30 Koran Tempo, 31 octobre 2011.

31 World Bank, Indonesia Economic Quarterly, octobre 2011.

32 www.theprakarsa.org

33 La Banque mondiale souligna ainsi en octobre la situation de plus en plus tendue de la production électrique.

34 Cette unité antiterroriste, fondée avec l’assistance des États-Unis, a à son actif près de 600 arrestations et le démantèlement de la plupart des cellules liées à la Jemmah Islamiyah.

35 International Crisis Group, Rapport, no 107, 6 juillet 2010.

36 Ahmad Abdul Rabani a depuis été condamné à cinq ans et demi de prison. Son procès a confirmé son isolement au sein de la mouvance terroriste (Koran Tempo, 25 mai 2011).

37 Kompas, 9 février 2011.

38 Kompas, 29 juillet et 3 août 2011.

Table des illustrations

Titre L'Indonésie
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2385/img-1.png
Fichier image/png, 504k
Légende Fondé en mai 2011, le parti Serikat Rakyat Independen (SRI, Union du peuple indépendant) a pour acronyme une partie du nom de celle qu’il entend présenter à l’élection présidentielle de 2014 : Sri Mulyani. Directrice exécutive de la Banque mondiale, cette ancienne ministre des Finances est une figure d’une lutte contre la corruption qui s’essouffle quelque peu en Indonésie et que le symbole du nouveau parti (le balai traditionnel indonésien) entend remettre à l’honneur.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2385/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

Auteur

Historien, chercheur au CNRS. En poste à Jakarta et rattaché à l’Irasec entre 2008 et 2011, il est aujourd’hui au Centre Asie du Sud-Est et codirecteur de l’Institut d’études de l’islam et des sociétés du monde musulman. Ses travaux portent principalement sur l’histoire contemporaine de l’islam et des rapports islamo-chrétiens en Indonésie. Ses derniers ouvrages publiés sont : L’Indonésie, entre démocratie musulmane et islam intégral. Histoire du parti Masjumi (1945-1960), Paris, Karthala, 2011; (dir. avec Michel Picard), The Politics of Agama in Java and Bali, Londres-New York, Routledge, 2011; (avec Andrée Feillard), The End of Innocence? Indonesian Islam and the Temptations of Radicalism, Singapour-Hawaï, Irasec-NUS Press-University of Hawaï Press, 2011 (traduction anglaise actualisée de La Fin de l’innocence ? L’islam indonésien face à la tentation de 1967 à nos jours, Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, 2006).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site