Version classiqueVersion mobile

L’Asie du Sud-Est 2012 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Jérémy Jammes
, 
Benoît de Tréglodé

Troisième partie. La région

Cambodge

Une agonie programmée

Grégory Mikaelian

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’on peut penser que l’année 2011 aura valu pour beaucoup de Cambodgiens confirmation des tendances engagées vingt ans plus tôt, lors de la réouverture du pays khmer à la suite de la signature des accords de Paris (1991). Derrière l’apparence d’un ordre nouveau succédant à la guerre civile (1967-1989), magnifié bientôt par une restauration royale (1993), un désordre institutionnalisé s’est progressivement installé à mesure que l’actuel Premier ministre, Hun Sen, consolidait ses réseaux de prédation, en même temps qu’il parvenait à pacifier le pays en ralliant les réduits khmers rouges (1997-2000). Autant qu’il est possible d’en juger sur le court terme, ce désordre résulte de l’alliance objective entre, d’une part, une classe dirigeante affairiste de plus en plus connectée aux flux financiers internationaux et, d’autre part, l’ordre libéral mondialiste, qui se manifeste au Cambodge sous des atours variés, parfois contradictoires en apparence : les mercantilismes chinois et sud-corée...

Auteur

Historien moderniste, chercheur au CNRS depuis 2008. Diplômé de l’université Paris-IV-Sorbonne, il a consacré sa thèse de doctorat à l’histoire de la royauté khmère au XVIIe siècle. Il a publié deux ouvrages sur l’histoire du Cambodge, l’un portant sur les institutions de la période moderne (La Royauté d’Oudong. Réforme des institutions et crise du pouvoir dans le royaume khmer du XVIIe siècle, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2009), l’autre retraçant l’expérience ethnographique d’un administrateur colonial (Un partageux au Cambodge : biographie d’Adhémard Leclère suivie de l’inventaire du Fonds Adhémard Leclère, revue Cahiers de Péninsule, no 12, 2011). Il s’intéresse à l’histoire contemporaine du pays khmer ainsi qu’à son actualité politique dans la mesure où elles procèdent en partie d’une historicité moderne.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search