Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2012 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Jérémy Jammes
, 
Benoît de Tréglodé

Troisième partie. La région

Cambodge

Une agonie programmée

Grégory Mikaelian

Texte intégral

1L’on peut penser que l’année 2011 aura valu pour beaucoup de Cambodgiens confirmation des tendances engagées vingt ans plus tôt, lors de la réouverture du pays khmer à la suite de la signature des accords de Paris (1991). Derrière l’apparence d’un ordre nouveau succédant à la guerre civile (1967-1989), magnifié bientôt par une restauration royale (1993), un désordre institutionnalisé s’est progressivement installé à mesure que l’actuel Premier ministre, Hun Sen, consolidait ses réseaux de prédation, en même temps qu’il parvenait à pacifier le pays en ralliant les réduits khmers rouges (1997-2000). Autant qu’il est possible d’en juger sur le court terme, ce désordre résulte de l’alliance objective entre, d’une part, une classe dirigeante affairiste de plus en plus connectée aux flux financiers internationaux et, d’autre part, l’ordre libéral mondialiste, qui se manifeste au Cambodge sous des atours variés, parfois contradictoires en apparence : les mercantilismes chinois et sud-coréen, l’impérialisme étasunien et celui de la République populaire de Chine (RPC), mais aussi l’idéologie des droits de l’Homme et ses relais développementalistes : organisations internationales, ONG (confessionnelles ou non), certaines églises évangéliques. Quelles ont été, pour l’année 2011, les principales manifestations de ce désordre ?

1 - Le renforcement d’une classe dirigeante oppressive aux dépens du peuple

  • 1 En translittération académique, uk ñā : vieux titre précolonial dont l’octroi allait de pair avec (...)

2Dès le mois de novembre 2010, lors de la Fête du renversement des eaux à Phnom Penh, la saison sèche de l’année du lièvre avait débuté par ce qui restera comme la première catastrophe imputable à la bétonisation sauvage des années 2000. Le soir du 22 novembre, une bousculade provoquée par l’affluence d’une masse de Phnompenhois et de provinciaux venus participer aux festivités sur l’île de Koh Pich, un des éléments urbains du Grand Phnom Penh, provoquait la mort de 351 personnes et en blessait 395 autres, écrasées sur l’un des ponts qui en desservent l’accès. La diligence du Premier ministre Hun Sen à décréter une journée de deuil national pour déplorer « la plus grande tragédie depuis le régime de Pol Pot » s’explique par la portée du drame dont les images morbides ont irrigué le réseau télévisé du pays, mais aussi par la nécessité de masquer la responsabilité que lui-même et ses affidés revêtent dans l’affaire. Cette Elite Town mise en chantier sur l’île du diamant appartient en effet à une série de délires urbains (Camco City, International City, Gold Tower, Phnom Penh Tower) conçus par l’oligarchie cambodgienne, en partenariat avec des promoteurs chinois ou sud-coréens, pour transformer la petite Phnom Penh et ses 2 millions d’habitants en quartiers d’affaires à tours et gated communities résidentielles sur le modèle de Bangkok. Dans le cas de Koh Pich, c’est un des grands compradores du royaume titrés oknha1 par le truchement lucratif desquels passent tous les « investissements » du royaume, le magnat Pung Keav Se (Canadia Bank), qui a financé l’opération au moyen de concessions foncières. Il a d’abord fallu expulser les 135 familles résidantes en 2005 avant de démarrer les travaux. Dans ce futur eldorado du business aux infrastructures irréfléchies pour gens heureux, mais attirant une masse croissante de Phnompenhois fascinés par ce qui leur paraît être une vitrine de la modernité, un nombre limité de personnes pouvait affluer quotidiennement via les ponts qui la reliaient au centre-ville, alors même que la population urbaine double durant ces réjouissances ; c’est pourtant là que la chaîne de télévision Bayon TV, détenue par Hun Mana, une fille de Hun Sen, avait cru bon d’organiser un concert populaire en direct, le soir même de la clôture des festivités. On comprend dès lors le zèle de Pung Keav Se à dédommager les victimes, de même que la rapidité avec laquelle Bayon TV a lancé un appel à dons. Est-il possible d’imaginer symbole plus explicite de la spoliation des petites gens mise en œuvre par les dirigeants au profit d’une marchandisation systématique des ressources du pays, dont ils tirent une rente viagère sans souci du lendemain ?

  • 2 Marie-Sybille de Vienne, « Les Chinois au Cambodge. Des champs de la mort à la jungle des affaires (...)

3Tout comme ces dernières années, la question foncière et son lot d’expulsions violentes n’ont d’ailleurs pas cessé d’occuper l’actualité. Le principe est pérenne : des Chinois du Cambodge jouent les intermédiaires entre, d’un côté, des compagnies d’État chinoises, des entreprises de la Chine d’outre-mer (taïwanaises, hongkongaises, chinoises de Malaisie, de Thaïlande, etc.), des entreprises sud-coréennes ou encore des entreprises d’État vietnamiennes, et, de l’autre côté, les principaux barons sino-cambodgiens du gouvernement. Ces derniers font alors appel aux forces armées pour déloger les habitants et réprimer les contestations populaires consécutives aux expulsions, lesquelles sont paradoxalement fondées en droit sur la base d’une législation autochtone viciée, en partie grâce à l’appui de la communauté internationale2.

4Les racines lointaines de ce droit des forts sont en effet à chercher dans la législation coutumière. Selon cette dernière, et contrairement à une doxa qui remonte à une lecture coloniale du droit khmer d’ancien régime, le roi n’est pas propriétaire des terres du royaume, mais il en est souverain et, à ce titre, il dispose d’un droit d’allocation. C’est en vertu de ce droit qu’il pouvait répartir les apanages et, le cas échéant, affermer des cités portuaires entières à des Chinois venus tenter l’aventure, comme jadis le Haïnanais Mạc Cửu (XVIIe siècle). De leur côté, les paysans étaient bien propriétaires des terres dès lors qu’ils les faisaient fructifier, en ce qui s’apparente, transposé dans nos conceptions juridiques romaines, à une possession utile, que rien ne venait menacer parce que le pouvoir royal était lointain, encourageait la culture des terres, et qu’elles étaient légion.

  • 3 Chatomukh, no 230, mars 2011, p. 2-3.

5Les tentatives de réforme menées sous le Protectorat (1863-1953), puis sous le régime du Sangkum (1955-1970) pour imposer la propriété romaine n’ont guère changé la donne, et ce n’est que depuis la libéralisation du régime de la République populaire du Kampuchéa à partir de 1989 et de la nouvelle loi foncière de 2001 que les spoliations massives ont débuté. Au sommet du système, le droit d’allocation s’est maintenu via le principe des concessions emphytéotiques octroyées par le gouvernement – fait du prince par excellence et toujours une marque de la souveraineté du pouvoir. Mais, d’une part, il est appliqué de manière compulsive au point d’obérer les ressources naturelles du royaume et, d’autre part, la possession utile, base de ce système coutumier, a été littéralement sapée avec l’aide de la Banque mondiale, par l’imposition de titres de propriété et d’un cadastre (Land Management and Administration Project, 2002-2009)3. Seuls les nantis ayant l’entregent et l’argent nécessaires à l’obtention de titres auprès d’une administration qui se rémunère sur le service qu’elle facture au citoyen, la paysannerie et les citadins pauvres sont placés dans une insécurité foncière complète. Dans ces conditions, les barons du régime n’ont plus qu’à invoquer le bon droit et l’absence de titres de propriété pour expulser les habitants des concessions qu’ils viennent d’allouer à l’oknha de leur choix.

  • 4 Yunnan Southeast-Asia Economy and Technology Investment Industrial.

6L’affaire du Boeung Kak est exemplaire. Ce lac naturel de déversement du trop-plein des eaux de la saison des pluies, situé dans le nord de la capitale, abritait 4 000 familles. En 2007, le conseiller économique de Hun Sen, Lao Meng Khin, propriétaire de la société Pheapimex, a obtenu une concession de 99 ans contre 79 millions de dollars pour y construire un gigantesque complexe commercial et résidentiel en partenariat avec une entreprise d’État du Yunnan4. Outre le remblaiement du lac et les dangers d’inondation afférents, l’opération prévoyait l’expulsion de 20 000 personnes. Les manifestations se sont enchaînées au rythme des inondations (2010), dénonçant un plan de réinstallation irréaliste ou des indemnisations insuffisantes, de surcroît réservées aux possesseurs de titres de propriété. Les protestations gênées de la Banque mondiale devant une nouvelle vague d’expulsions (mars-avril 2011) n’ont guère eu d’impact. Moins que la lettre des députés de l’opposition (Parti Sam Rainsy) envoyée à ladite banque et rendue publique le 5 septembre, laquelle a provoqué une nouvelle vague d’expulsions dix jours plus tard. Ce scénario se retrouve dans tout le pays, par exemple avec les plantations de palmier à huile des oknha Mong Reththy à Preah Sihanouk et Ly Yong Phat à Kompong Speu.

7Quand on ne brade pas les terres, on asservit les êtres humains : 50 000 Cambodgiennes envoyées comme femmes de ménage en Malaisie sont maltraitées par une centaine d’agences de placement ; dans les usines textiles, les conditions de travail entraînent des évanouissements en série chez les ouvrières. En plus d’être criminogène, la faible croissance qui résulte de cette course au gain par les puissants – les prévisions pour 2011 sont à environ 6 % – est entièrement factice. La seule production locale qui augmente est celle du riz, mais le jeu des spéculations a fait baisser de moitié le prix d’achat au producteur. Les inondations qui ont sévi d’août à octobre viennent en sus de détruire 190 000 hectares de paddy. Si le plan rizicole du Premier ministre prévoyant d’exporter un million de tonnes de riz d’ici 2015 reste inchangé, c’est que les autorités, dans la perspective des élections (2012), s’empressent de distribuer les aides d’urgence ayant afflué par millions de dollars (Chine, États-Unis, etc.).

2 - L’éviction des concurrences gouvernementales nationales et étrangères

8Désigné à nouveau comme candidat du Parti du peuple cambodgien (PPC) aux prochaines élections législatives lors du 36e congrès du Parti tenu en juillet, le Premier ministre est en train d’achever de circonvenir ses trois principaux concurrents au gouvernement du pays : la clique adverse du président du Sénat et président du PPC, Chea Sim, l’opposition pro-étatsunienne de Sam Rainsy, et la nébuleuse morale des organisations internationales et des ONG, toujours très présentes dans le débat public.

9Paradoxalement, les donateurs sont le principal outil en même temps que l’allié objectif de cette entreprise de domination politique. Après vingt ans de pratique, le principe de cette alchimie des contraires est rodé. Sous la pression internationale qui veut imposer au nom de l’idéologie des droits de l’Homme une « bonne gouvernance » de façade, mais surtout une libéralisation économique en finançant des réformes administratives – c’est le vent de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international, de la Banque asiatique de développement et des multiples coopérations bilatérales – l’État patrimonial « hunsénien » – c’est le moulin – produit une norme juridique, source d’un double profit pour le régime : en amont, le budget de la réforme est massivement détourné pour irriguer les réseaux de fidélité du Premier ministre au détriment des rivaux ; en aval, le contournement de la norme est négocié par le contrevenant sous la forme d’une rente à verser au titulaire d’une charge administrative, la loi autorisant ce dernier à faire monter les prix du passe-droit. Cette fine farine est transformée en bon pain lorsque, faisant d’une pierre deux coups, les nouvelles normes juridiques sont appliquées contre les concurrents internes au régime pour montrer aux donateurs que la réforme fonctionne. Personne n’est dupe, mais comme les donateurs sont idéologiquement rivés à l’obligation de succès sous peine de délégitimer leurs actions réformistes dont la finalité est d’étendre leur sphère d’influence, personne ne va au-delà de protestations formelles, lesquelles sont devenues rituelles. La clique de Hun Sen doit à l’aide étrangère son hégémonie actuelle.

  • 5 Phnom Penh Post, 30 janvier 2009.

10Mis en difficulté depuis leur coup d’État manqué de 1994, les affidés de Chea Sim résistent avec peine. Après la mort du chef de la police Hok Lundy dans un accident d’hélicoptère en novembre 2008, la disparition de ce fidèle de Hun Sen faisait pencher dangereusement la balance du côté de Sar Kheng. Ce beau-frère de Chea Sim, vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, était alors en situation de préempter le maillon policier du pouvoir. Hun Sen avait aussitôt pris le contrôle du commandement de l’armée en limogeant le général Ke Kim Yan, dont la fille est mariée au fils de Sar Kheng, au motif qu’il avait utilisé sa position militaire pour faire du trafic de terres5. Alors commandant en chef des Forces armées royales khmères, il fut remplacé en janvier 2009 par le général Pol Saroeun, un sbire du Premier ministre, en un spectaculaire retournement de la rhétorique de la « bonne gouvernance » pour évincer les outsiders. Et si, en janvier 2011, Sar Sokha, le fils de Sar Kheng et beau-fils de Ke Kim Yan, a pu être nommé vice-directeur de la police municipale de Phnom Penh, c’est sous les ordres de Neth Savoeun, neveu par alliance du Premier ministre. Dernièrement, cinq proches de Chea Sim, dont sa chef de protocole et le chef de son unité des gardes du corps, ont été démis de leurs fonctions et arrêtés pour escroquerie à l’encontre d’une cinquantaine d’entreprises.

  • 6 Phnom Penh Post, 1er juin 2011.
  • 7 Raoul Marc Jennar, Trente Ans depuis Pol Pot. Le Cambodge de 1979 à 2009, Paris, L’Harmattan, 2010 (...)

11De son côté, l’opposition pro-étasunienne subit les contrecoups de la mise en place d’un État de droit, qui utilise les lois existantes ou en fait voter de nouvelles pour réduire ses cadres au silence. Pour avoir contesté le bornage de la frontière entre le Cambodge et le Viêt Nam, Sam Rainsy, leader du parti éponyme (PSR), a d’abord été privé de son immunité parlementaire et forcé à l’exil (fin 2009), puis condamné in absentia (2010) à douze ans de prison, ce qui le disqualifie pour les élections législatives de 2013. Hun Sen a dès lors la voie libre pour acheter ceux des députés PSR qui peuvent l’être, en leur faisant intégrer la structure concurrente, le Parti des droits de l’Homme de Kem Sokha. La stratégie est visiblement d’en faire le parti d’opposition en remplacement du PSR pour offrir une vitrine démocratique aux bailleurs de fonds. Mais, pour éviter que Kem Sokha ne joue trop bien son jeu américain et ne réunisse une coalition incluant le PSR, Hun Sen a fait diffuser en mai dernier un entretien datant de 2007, dans lequel l’on comprend que les deux hommes sont en bonne intelligence et que le Premier ministre lui a demandé de débaucher des membres du PSR6. Dans l’immédiat, le 5e congrès du PSR s’est tenu en septembre à Phnom Penh, sans son président. Celui-ci se place dans la situation paradoxale de combattre un régime désormais soutenu par l’appareil d’État américain pour contrer la forte influence que la RPC y exerce, dénonçant au besoin le capitalisme sauvage et l’emprise étrangère alors qu’il est lui-même soutenu par l’International Republican Institute, organe de promotion de l’ordre ultralibéral américain7.

  • 8 Grégory Mikaelian, « Pour une relecture du jeu politique cambodgien », in Alain Forest (dir.), Cam (...)
  • 9 Chatomukh, no 163, avril 2005.

12La troisième force qui concurrence le gouvernement du Premier ministre est d’ordre moral. Elle est constituée par la nébuleuse des ONG ainsi que par les organisations internationales, adossées aux opinions publiques et aux gouvernements occidentaux qui les financent ou les innervent idéologiquement. Le procès des Khmers rouges figure comme le point d’orgue de cette économie morale de « développés » consistant à discréditer la légitimité politique du régime. Les pressions étasuniennes ont d’emblée vidé le procès de sa portée judiciaire : il ne s’agissait pas de faire œuvre de justice en instruisant le dossier des criminels de guerre ayant mené le Cambodge au chaos (Nixon, Kissinger et les hiérarques khmers rouges), mais seulement, parmi eux, celui des vaincus8. L’opération est apparue dès lors comme une arme diplomatique destinée d’une part à nier les responsabilités américaines dans le drame cambodgien, d’autre part à menacer le gouvernement composé d’anciens Khmers rouges d’une instruction, monnaie d’échange toujours utile pour asseoir l’influence étasunienne au Cambodge. Ceux-là mêmes qui avaient rompu avec le régime khmer rouge en 1977-1978, quand les États-Unis choisirent de soutenir la guérilla khmère rouge à partir de 1979, en devenaient potentiellement des complices justiciables devant une juridiction internationale. Pour faire pièce à cette malhonnêteté, la partie cambodgienne a bien voulu blanchir les États-Unis (2003), mais elle a négocié l’établissement d’une juridiction mixte internationale et cambodgienne – les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) – de manière à pouvoir limiter l’instruction des dossiers à cinq personnes (Duch, Khieu Samphan, Ieng Sary, Ieng Thirith et Nuon Chea) ; elle a en outre utilisé les CETC comme une ligne de crédit confortable puisqu’elle s’est fait verser quelque 200 millions de dollars depuis le début des procédures en 2005. Duch a finalement été condamné à dix-neuf ans de prison et son procès en appel, qui s’est déroulé en mars 2011, devrait aboutir début 2012. En juin a débuté le procès des quatre anciens hauts dirigeants khmers rouges, qui vient d’être segmenté en procédures thématiques distinctes pour éviter qu’il ne s’enlise avant leur décès. Quelle qu’en soit l’issue, ce procès ubuesque dont l’écrasante majorité des Cambodgiens se désintéresse restera comme un modèle d’ingérence dans les affaires cambodgiennes9 ; il n’est pas jusqu’au rôle des ONG dans le conditionnement des parties civiles qui n’ait été décrit comme un exercice de manipulation.

  • 10 Jacques Népote, « La reconstruction du Cambodge : inverser la logique du développement », Chatomuk (...)

13À de rares exceptions près, le tissu social des ONG composé d’étrangers et de Cambodgiens des villes autorise environ 3 000 de ces structures à consolider la position de la bourgeoisie au détriment des campagnes où l’aide n’arrive guère que de manière anecdotique10. Si les ONG ont raison de craindre le projet de loi que leur concocte le gouvernement pour les contrôler, ce sera aussi l’occasion pour elles de s’interroger sur leur degré de complicité dans la destruction du pays, aux côtés des puissants, depuis vingt ans. Les financements qu’engendre cette économie du bon sentiment en font un concurrent plus qu’un adversaire des prédateurs aux commandes.

3 - Les impasses d’une diplomatie néo-sihanoukienne

14Le contentieux frontalier de Preah Vihear est non seulement un plat réchauffé – un conflit similaire avait éclaté dans les années 1950, déjà en raison de troubles politiques internes à la Thaïlande – mais ses ressorts intimes remontent à l’expansion siamoise de la fin du XVIIIe siècle. Depuis lors, cycliquement, les deux royautés se disputent la souveraineté des provinces de l’ouest du lac Tonlé Sap et du nord de la chaîne montagneuse des Dangrek selon des modalités récurrentes : lorsque la royauté khmère est vulnérable, Bangkok investit l’une, l’autre, ou la totalité de ces régions. Inversement, lorsque le pouvoir siamois chancelle ou lorsqu’un roi du Cambodge parvient à refonder l’unité politique, celui-ci s’essaye à restaurer son influence, au besoin à l’aide de puissances étrangères.

  • 11 Serge Thion, « Quelques constantes de la vie politique cambodgienne », Affaires cambodgiennes, 197 (...)

15Si la présence française avait posé les jalons d’une délimitation frontalière, la constante des gouvernements en cause fut de la rejeter, informés qu’ils étaient par une politique « galactique » propre aux royautés théravadines de l’âge moderne11. Celles-ci répugnent à reconnaître des frontières fixes qui limitent ainsi le potentiel de rayonnement d’une cour sur une autre. Les Thaïlandais refusaient cette délimitation à l’endroit du Cambodge et le Cambodge, qui la reconnaissait à l’encontre du Siam, la déniait au Sud-Viêt Nam, autrefois en partie cambodgien. Les années 1960 avaient ainsi connu la victoire juridique de Phnom Penh sur Bangkok autour de Preah Vihear, un temple angkorien du XIe siècle (jugement du tribunal international de La Haye, 1962). Mais la décomposition du pouvoir sihanoukiste en une guerre civile avait ensuite laissé le champ libre aux réseaux d’influence « bangkokiens » (Khmers Serei, résistance anti-vietnamienne), jusqu’à transformer les zones disputées en bases de résistance khmère rouge sous le contrôle économico-politique de l’armée thaïlandaise dans les années 1980. Ce n’est qu’avec la réintégration des fiefs khmers rouges dans l’orbite phnompenhoise de Hun Sen au milieu des années 1990 que la question de la souveraineté territoriale a commencé à se poser de nouveau. L’on ne s’étonne pas qu’elle ait mis le feu aux poudres au moment où le pouvoir de Bangkok, entré en crise depuis 2006, s’affaiblissait considérablement.

  • 12 Droit de la mer. Bulletin du droit de la mer, no 39, 1999, p. 27-29.

16À cette logique des vases communicants s’est adjointe récemment une approche pragmatique des frontières. La Thaïlande et le Viêt Nam venaient en effet de s’entendre sur le dos du Cambodge pour délimiter leurs eaux territoriales, avec en ligne de mire le partage des hydrocarbures (traité du 9 août 199712). Pour récupérer les zones disputées, Hun Sen a rompu avec la doctrine régalienne de ne jamais fixer les frontières et entamé des négociations bilatérales avec ses deux voisins, incluant la question des frontières terrestres. Côté thaïlandais, un Memorandum of Understanding avait été signé en 2000, puis un accord d’exploitation offshore commune des 26 000 km² litigieux en 2001. C’est dans le cadre de ces négociations que le gouvernement Thaksin avait soutenu la demande cambodgienne d’inscrire le temple de Preah Vihear sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, choisissant lui aussi de se départir de la doctrine régalienne siamoise. Si bien que, peu après le sac de l’ambassade de Thaïlande en janvier 2003, probablement lié aux négociations des frontières terrestres, un plan directeur pour la délimitation des bornes avait pu être signé. En août 2006, des négociations secrètes débouchaient sur un accord de répartition des potentiels hydrocarbures en zone maritime. Un mois plus tard, un coup d’État militaire évinçait Thaksin. Entre-temps, côté vietnamien, l’abdication de Sihanouk au profit de son fils Sihamoni (2004) avait permis la signature d’un accord frontalier en 2005. En souverain du siècle passé, le vieux roi s’y était toujours refusé.

17La crise thaïlandaise, qui procède d’une mise en cause du rôle de l’institution royale au sein d’une société politique plus que jamais soumise au règne de la marchandise, aura paradoxalement relancé la mécanique classique d’appréhension des frontières. C’est peut-être parce qu’elle n’est pas tant une « crise » politique qu’un palimpseste de troubles factieux, naturels en période de succession royale. La santé déclinante du roi Bhumibol laisse ouverte toutes les options quant à sa succession, y compris celle, relayée par des prophéties millénaristes, de la fin de la dynastie des Chakris. Sur ce terreau instable, la reconnaissance de Preah Vihear par l’Unesco est intervenue en juillet 2008. L’armée thaïlandaise a aussitôt investi les alentours du temple, déclenchant un conflit larvé avec le Cambodge, qui a duré trois ans (2008-2011). La dizaine d’accrochages qui s’en est suivie le long des Dangrek a été rythmée par le calendrier de la crise du pouvoir à Bangkok, mais aussi par le jeu diplomatique cambodgien. Celui-ci est parvenu à casser l’impasse des relations bilatérales en internationalisant le conflit, notamment en recourant à la médiation de l’Asean en février 2011. Si les échanges de feu se sont intensifiés à l’approche des élections thaïlandaises, dans la pratique la frontière n’a jamais été fermée que ponctuellement et le commerce a continué de prospérer. Derrière le nationalisme d’opérette de Hun Sen et les gages de doxa souverainistes que son homologue thaïlandais Abhisit Vejjajiva devait offrir aux factions royalistes, aucun des protagonistes n’oubliait le nécessaire partage des hydrocarbures. La victoire de Yingluck Shinawatra, la sœur de Thaksin, aux élections législatives de juillet 2011 a vu la formation d’un nouveau gouvernement acquis à l’option pragmatique. Les négociations ont repris lors de sa visite et celle de son frère à Phnom Penh en septembre dernier. La résorption complète du conflit dépendra de la stabilité politique thaïlandaise, toujours hypothéquée par la résolution de la succession royale. Elle est aussi soumise à la variable sino-américaine : derrière l’engagement de troupes thaïlandaises au Cambodge, d’aucuns ont vu affleurer une manifestation de la guerre froide que les États-Unis mènent contre la Chine sur le théâtre d’opérations indochinois.

  • 13 Aymeric Chauprade, Chronique du choc des civilisations. Du 11 septembre au printemps arabe, actual (...)

18Depuis la chute du Mur (1989), on sait comment les États-Unis veillent à préserver leur position hégémonique de toute velléité d’instauration d’un ordre multipolaire. Dans le cas de la Chine, l’opération consiste à déstabiliser l’empire du Milieu à sa périphérie, tout en limitant ses accès aux hydrocarbures. Le contrôle du Moyen-Orient et la guerre contre le « terrorisme » lancée à la suite du 11 septembre 2001 participent de cette stratégie d’endiguement de la RPC13. En plus d’importer des matières premières comme le bois, celle-ci recherche via le Cambodge un accès au golfe de Siam. Pour les hydrocarbures qu’il recèle, pour ceux qu’elle y ferait acheminer depuis le Moyen-Orient sans avoir à passer par le détroit de Taïwan, mais encore et surtout pour y implanter une base navale de désenclavement permettant de faire pièce à la 7e flotte américaine (Pacifique Ouest) dans la perspective du rattachement de Taïwan. Au niveau régional, cette stratégie cambodgienne permet à la RPC de renforcer son implantation en mer de Chine pour régler la question des îles Paracel et Spratley, et de prendre à revers son turbulent « tributaire » du Sud, le Viêt Nam, lequel s’est rapproché des États-Unis via des exercices militaires communs pour desserrer l’étau chinois.

  • 14 Nasir Abdoul-Carime, « Mise en perspective de la diplomatie sihanoukienne : une logique doublement (...)

19Le Cambodge, renouant cette fois plus fidèlement avec la diplomatie « galactique » sihanoukienne14, joue de conserve les deux puissances, d’une part pour les contrebalancer l’une par l’autre, d’autre part pour faire pièce aux appétits de ses voisins. Côté américain, Hun Sen a d’abord souscrit à la « lutte anti-terroriste » (2002) dont son fils, Hun Manet, formé à West Point, est aujourd’hui le responsable en titre (voir Portrait) ; puis il a participé à des exercices militaires conjoints (Angkor Sentinel, 2010-2011) autorisant l’annulation de la dette contractée sous Lon Nol (1970-1975) ; enfin, les compagnies ConocoPhillips et Chevron sont sur les rangs pour exploiter le pétrole offshore. C’est toutefois la Chine qui l’emporte largement au regard des sommes pharaoniques qui sont engagées au Cambodge. Après la fermeture de la représentation taïwanaise (1997), la RPC est devenue le premier investisseur (2004), puis le premier donateur (57 % de l’aide en 2008), toujours très loin devant ses concurrents, cela en multipliant les projets : exploitation forestière et minière, construction d’infrastructures routières, ferroviaires et fluviales (barrages hydroélectriques), livraison de matériel militaire, construction des sièges du pouvoir (Sénat, présidence du Conseil), implantations bancaires, etc. La « meilleure amie du Cambodge » célébrée par Hun Sen détruit sans vergogne l’environnement, pille allègrement les ressources naturelles et s’implante durablement tout en renforçant la camarilla au pouvoir.

Un avenir crépusculaire ?

20Les élections sénatoriales seront l’occasion pour le Premier ministre de rééquilibrer ses forces en récompensant ses affidés d’un des soixante et un sièges à pourvoir. 2012 sera aussi l’année des élections communales qui permettront au PPC de réitérer son contrat de protection avec l’échelon villageois. Les élections législatives de 2013 confirmeront la mainmise du PPC sur le pays et verront peut-être l’écroulement du PSR au profit du PDH de Kem Sokha, à moins que les pressions de l’IRI ne parviennent à réintroduire Sam Rainsy dans la course. Dans tous les cas, le pouvoir n’en sera pas affecté, ni la marche chaotique du pays.

21En revanche, l’arrivée de la rente pétrolière annoncée pour 2015 aura pour effet d’accroître la domination et la violence que perpètrent les réseaux prédateurs de Hun Sen, comme c’est le cas depuis vingt ans à chaque afflux monétaire provenant des aides bilatérales et des organisations internationales. La concurrence de la Chine dans le domaine textile devrait provoquer la décomposition d’un secteur employant 300 000 personnes, avec à terme un chômage massif. L’entrée en vigueur de la zone de libre-échange interne à l’Asean prévue en 2015 accentuera le phénomène. À la conjonction de l’appauvrissement des pauvres, de l’enrichissement des riches et de la monopolisation du pouvoir par la faction de Hun Sen, les contradictions internes au système politique iront crescendo. Les tensions factieuses autrefois externes se reporteront possiblement à l’intérieur même du clan du Premier ministre (Hun Sen versus Sok An, actuel vice-Premier ministre et ministre du Conseil des ministres). Partant, l’avènement d’une « révolution colorée » à partir d’un ferment de mécontentements populaires exploités par l’opposition – qui s’appuierait sur une génération de jeunes nantis diplômés à l’étranger associés à la clique de Chea Sim et à certaines sous-composantes de la clique de Hun Sen – n’est pas inenvisageable. L’évocation du « printemps arabe » lors du congrès du PSR le 11 septembre 2011 invite à ne pas oublier que ces « révolutions » se sont faites sous influence américaine. Installer une base navale au Cambodge (ou empêcher la RPC de le faire) est sans doute une des priorités régionales sur l’agenda des diplomates étasuniens.

  • 15 Jacques Népote, « Les nouveaux sino-khmers acculturés : un milieu social perturbateur ? », Péninsu (...)

22Rien de cela n’infléchirait la tendance séculaire qui travaille la société cambodgienne, sinon pour l’accélérer. L’hégémonie de la bourgeoisie sino-khmère15 se renforce en effet aussi bien d’une alliance de la classe dirigeante avec les deux « Chine » (intérieure et extérieure) par le truchement de Chinois nationaux, que du ralliement de l’opposition et des classes moyennes émergentes à l’ultralibéralisme anglo-saxon, ses relais développementalistes et son modèle consumériste. Dans les deux cas, l’idéologie ambiante d’un nécessaire « développement » de rattrapage à la suite du radical renoncement urbain du régime khmer rouge légitime les postures de prédation de la ville sur les campagnes. Partant, on s’achemine vers la destruction de la paysannerie et de la culture khmères par la force, l’argent et le laid. Dans ces conditions, de quoi le Cambodge sera-t-il le nom ? L’histoire est par définition toujours ouverte.

Annexes

Fiche Cambodge

Capitale : Phnom Penh

Superficie : 181 035 km²

Population (est. juillet 2011) : 14 701 717 hab.

Langue officielle : khmer

Données politiques

Nature de l’État : monarchie

Nature du régime : constitutionnel

Suffrage : universel (à partir de 18 ans)

Chef de l’État : roi Norodom Sihamoni (depuis 2004)

Premier ministre : Hun Sen (n. 1952, depuis 1985)

Ministre des Affaires étrangères : Hor Nam Hong (n. 1935, 1990-1993 et depuis 1998)

Ministre de l’Intérieur : Sar Kheng (n. 1951, depuis 1992)

Échéances : élections sénatoriales le 21 janvier 2012 ; élections communales le 3 juin 2012 ; élections législatives en juillet 2013.

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques : Khmers (90 % dont 1-2 millions de Sino-Khmers), Vietnamiens (5 %), Chinois (1 %), autres (4 %)

Religions (1998) : bouddhistes (96,4 %), musulmans (2,1 %), autres (1,5 %)

Taux de croissance démographique (est. 2011) : 1,698 %

Espérance de vie (est. 2011) : 62,6 ans

Indice de fécondité (est. 2011) : 2,84

Taux de natalité (est. 2011) : 25,4 ‰

Taux de mortalité (est. 2011) : 8,07 ‰

Taux de mortalité infantile (est. 2011) : 55,49 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2008) : 78 %

Taux d’urbanisation (2010) : 20 %

Indice de développement humain (2010) : 0,494 (rang 124) (rang 137 en 2009)

Indicateurs économiques

Monnaie : riel (1 euro = 5 513,48 riel, octobre 2011)

Balance des paiements courants (2010) : 990,6 millions $ US

Dette extérieure (2011) : 29,7 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita (2010) : 1 952 $ US

Taux de croissance du PIB (est. septembre 2011) : 6 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (2009) : agriculture (33,4 %), industrie/mines (21,4 %), services (45,2 %)

Taux d’inflation (2011) : 6,4 %

Taux de chômage (2010) : 2,5 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (2007) : 31 %

IDE entrant (flux) (2010) : 700 millions $ US

IDE entrant (cumulé ou stocks) (2008) : 4,637 millions $ US

IDE sortant (flux) (2008) : 24 millions $ US

IDE sortant (cumulé ou stocks) (est. 2011) : 231 millions $ US

Principaux partenaires commerciaux (2010) : Chine, États-Unis, Thaïlande, Union européenne, Viêt Nam, Corée du Sud

Importations (est. 2011) : 8,11 milliards $ US

Principaux produits importés (2011) : produits pétroliers ; cigarettes ; or ; matériaux de construction ; textile ; véhicules motorisés ; produits pharmaceutiques ; électricité

Exportations (est. 2011) : 6,29 milliards $ US

Principaux produits exportés (2011) : textile ; chaussures ; caoutchouc ; riz ; poisson ; tabac ; bois de construction ; sable

Portrait

Hun Manet

Fils aîné du Premier ministre, 33 ans et sourire aux lèvres, Hun Manet affiche la bonhomie d’un héritier. Désigné par la presse internationale comme un successeur potentiel de son père, ce dernier vient de le hisser à des postes clés de l’appareil militaire. Le public cambodgien le découvre lorsqu’il reçoit son diplôme de l’Académie militaire américaine de West Point (1999), cursus parachevé par un Ph. D. à l’université de Bristol en économie. C’est à Londres qu’il rencontre sa future épouse, Chanmony Pich, laquelle rédige alors son doctorat de santé publique. Mariage d’amour plus que de raison, semble-t-il, puisque le père de la bru, Sophoan Pich, simple secrétaire d’État au Travail, n’est pas un baron du régime. Les jeunes gens n’ont pas la réputation d’être des criminels débauchés doublés d’incapables, comme il est souvent dit que le sont la plupart des rejetons des oligarques de Phnom Penh. C’est cette réputation de gentil éduqué qui vaut à Manet d’être le candidat de certains observateurs à la succession de Hun Sen, lequel a peut-être d’autres objectifs. Non content d’avoir placé son fils dans la prestigieuse école d’officiers américains, il lui fait suivre une formation à l’« antiterrorisme » au George C. Marshall European Center for Security Studies (Garmisch-Partenkirchen, Allemagne, janvier-mars 2010), c’est-à-dire au renseignement, puis le nomme à la tête de l’Unité nationale antiterroriste du ministère de la Défense instituée en avril 2010, couronnement de la collaboration américano-cambodgienne. D’autres nominations indiquent que, en plus de servir la diplomatie de son père, Manet occupe des fonctions de surveillance. En septembre 2010, il est fait commandant adjoint de l’unité des gardes du corps du Premier ministre (environ 4 000 hommes) sous les ordres du général Hing Bun Heang, puis, tout en conservant les affectations précédentes, il est élevé au grade de général de division et nommé commandant en chef adjoint de l’infanterie des Forces armées royales khmères (janvier 2011). Hun Sen étant âgé d’une soixantaine prometteuse, et son fils d’une trentaine, on y lira plus le baromètre de la défiance du Premier ministre à l’encontre de ses forces armées que la marque de velléités dynastiques. Au demeurant, l’histoire des dynasties cambodgiennes montre que les fils ne succèdent pas toujours aux pères. Dans cette optique, Manet devrait affronter la concurrence de ses sœurs, Hun Maly, alliée au fils de Sok An, et Hun Mana, mariée au fils de feu le directeur de la police Hok Lundy.

Affiche politique

Parti des Droits de l'Homme (P.D.H)
Servir - Protéger - Construire
Du peuple, par le peuple, pour le peuple

« Vision

Le PDH veut que le Cambodge soit un pays peuplé de Khmers ayant tous la même chance en vue de construire ensemble un avenir honorable, prospère et heureux.

Objectif

Le PDH a pour but de rassembler toutes les forces patriotiques, toutes les personnes attachées à leur sol et tous les citoyens tant à l'intérieur du pays qu’à l’extérieur, afin de servir, protéger et construire le Cambodge et d'aider notre peuple à réformer, dans tous les domaines, les systèmes de direction et d'administration du pays, conformes aux vrais principes de démocratie et de liberté.

Devise

Le PDH a pour devise : Servir, Protéger, Construire

Logo

Le PDH a comme logo l’image de la pleine lune blanche inscrite au milieu d'un rectangle vert avec mention souscrite PDH.

Définition du logo :

- La pleine lune éclaire tout le monde sans discrimination

- La pleine lune est une lumière fraîche témoignant la douceur et la non-violence

- La pleine lune est une lumière éternelle qui résiste aux déchaînements des éléments, symbolisant une lutte sans recul. »16

Notes

1 En translittération académique, uk ñā : vieux titre précolonial dont l’octroi allait de pair avec les plus importantes charges administratives.

2 Marie-Sybille de Vienne, « Les Chinois au Cambodge. Des champs de la mort à la jungle des affaires (1970-2007) », Péninsule, no 56, 2008/1, p. 167-195.

3 Chatomukh, no 230, mars 2011, p. 2-3.

4 Yunnan Southeast-Asia Economy and Technology Investment Industrial.

5 Phnom Penh Post, 30 janvier 2009.

6 Phnom Penh Post, 1er juin 2011.

7 Raoul Marc Jennar, Trente Ans depuis Pol Pot. Le Cambodge de 1979 à 2009, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 208-212.

8 Grégory Mikaelian, « Pour une relecture du jeu politique cambodgien », in Alain Forest (dir.), Cambodge contemporain, Paris, Les Indes savantes, 2008, p. 154-155.

9 Chatomukh, no 163, avril 2005.

10 Jacques Népote, « La reconstruction du Cambodge : inverser la logique du développement », Chatomukh, no 142, mai 2003.

11 Serge Thion, « Quelques constantes de la vie politique cambodgienne », Affaires cambodgiennes, 1979-1989, Paris, L’Harmattan, « Asie-Débat », no 5, 1989, p. 224-247.

12 Droit de la mer. Bulletin du droit de la mer, no 39, 1999, p. 27-29.

13 Aymeric Chauprade, Chronique du choc des civilisations. Du 11 septembre au printemps arabe, actualité, analyses géopolitiques et cartes pour comprendre le monde, Paris, Éditions Chronique, 2011, p. 104-129.

14 Nasir Abdoul-Carime, « Mise en perspective de la diplomatie sihanoukienne : une logique doublement péninsulaire et de temps long », Péninsule, no 36, 1998/1, p. 175-191.

15 Jacques Népote, « Les nouveaux sino-khmers acculturés : un milieu social perturbateur ? », Péninsule, no 30, 1995, p. 133-154.

16 http://www.hrpcambodia.info/France/

Table des illustrations

Titre Le Cambodge
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Parti des Droits de l'Homme (P.D.H)Servir - Protéger - ConstruireDu peuple, par le peuple, pour le peuple
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2383/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

Auteur

Historien moderniste, chercheur au CNRS depuis 2008. Diplômé de l’université Paris-IV-Sorbonne, il a consacré sa thèse de doctorat à l’histoire de la royauté khmère au XVIIe siècle. Il a publié deux ouvrages sur l’histoire du Cambodge, l’un portant sur les institutions de la période moderne (La Royauté d’Oudong. Réforme des institutions et crise du pouvoir dans le royaume khmer du XVIIe siècle, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2009), l’autre retraçant l’expérience ethnographique d’un administrateur colonial (Un partageux au Cambodge : biographie d’Adhémard Leclère suivie de l’inventaire du Fonds Adhémard Leclère, revue Cahiers de Péninsule, no 12, 2011). Il s’intéresse à l’histoire contemporaine du pays khmer ainsi qu’à son actualité politique dans la mesure où elles procèdent en partie d’une historicité moderne.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site