Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2012 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Jérémy Jammes
, 
Benoît de Tréglodé

Troisième partie. La région

Brunei

Accroissement de la richesse, renforcement de l’idéologie

Marie-Sybille de Vienne

Texte intégral

1Le long de la modeste rivière Brunei (35 kilomètres de long) dont le bassin constitue le cœur historique du sultanat (5 770 km² – à peu près l’équivalent en superficie de la Corse), rien ne semble en apparence avoir bougé courant 2011. Tout au plus l’aménagement du quai au débouché de la Jalan Sultan – l’artère principale de la partie la plus anciennement bâtie sur la terre ferme (dans les années 1920) de l’actuelle capitale – qui traînait en longueur depuis des années, a-t-il été achevé. Il faut toutefois nuancer une simple lecture en termes d’immobilisme.

1- Prospérité et manne pétro-gazière

  • 1 Le prix du baril de Brent est passé de 61,90 dollars US en 2009 à 79,60 en 2010 et 108,50 en 2011, (...)
  • 2 IMF, World Economic Outlook Database, septembre 2011.
  • 3 EIU, loc. cit.
  • 4 IMF, World Economic Outlook Database, op. cit.

2La prospérité demeure au rendez-vous grâce aux hydrocarbures, qui produisent à ce jour 70 % du PIB brunéien. La croissance, qui était devenue négative en 2008-2009 en raison de l’évolution des prix pétro-gaziers, a retrouvé pour les mêmes raisons1 son rythme de croisière en 2010 (+ 2,5 %) et l’amélioration s’est poursuivie en 2011 (+ 2,7 %2). Eu égard à la légère appréciation (+ 1,6 %3) du dollar de Brunei (interchangeable avec le dollar de Singapour au taux de 1 :1) par rapport au dollar US en 2010, les 414 000 habitants du Brunei Darussalam jouissent en 2011 d’un confortable PIB per capita de 36 500 dollars US (en valeur nominale), ce qui place le Brunei au deuxième rang régional après Singapour (50 700 dollars US), soit très loin devant les deux poids lourds régionaux, la Thaïlande (5 300 dollars US) et l’Indonésie (3 470 dollars US)4.

Graphique 1 - Brunei, balance des paiements courants (1985-2011) en milliards de dollars (estimation FMI pour 2011)

Graphique 1 - Brunei, balance des paiements courants (1985-2011) en milliards de dollars (estimation FMI pour 2011)
  • 5 Depuis 1994, seuls trois exercices budgétaires ont été déficitaires sur une base calendaire.
  • 6 Brunei Darussalam Statistical Yearbook 2011, tableau 7.3, p. 112. Brunei calculant depuis 2003 en (...)
  • 7 Idem.

3Mais, surtout, le Brunei Darussalam continue d’engranger d’importants surplus financiers rapportés à l’aune de sa taille productive. Il jouit le plus souvent d’un solde budgétaire positif5, soit 0,6 milliard de dollars US sur l’année calendaire 20096 et vraisemblablement de l’ordre du double en 2010. Il s’y ajoute un confortable excédent de la balance des paiements courants : estimé à 5,5 milliards de dollars US en 2010, il devrait atteindre 7,5 milliards de dollars US en 2011, soit une hausse de 35 %7 ; s’il représentait déjà 45 % du PIB en 2010, il friserait ainsi les 50 % du PIB en 2011, faisant du Brunei le record régional en la matière (devant Singapour dont l’excédent courant de 18 % du PIB est inférieur de plus de moitié en termes relatifs).

  • 8 Avec l’Australien BHP Billiton et l’Américain Amerada Hess ; quant au bloc K, il avait été accordé (...)
  • 9 CA1 : ancien bloc J ; CA2 : ancien bloc K. La Malaisie récupère 10 % du bloc CA1 ; Brunei en conse (...)
  • 10 La répartition des parts du bloc CA2 est la suivante : 75 % pour les Malaisiens (45 % pour Petrona (...)
  • 11 Dow Jones Newswires, 14 mars 2011.
  • 12 « Bright future ahead with CA1, CA2 », The Brunei Times, 24 mars 2011.
  • 13 « Petronas starts oil-drilling off Brunei waters », The Star, 13 septembre 2011.

4À moyen terme, l’excédent de la balance des paiements courants ne peut qu’augmenter du fait des perspectives pétro-gazières. Au début de 2010, les réserves prouvées du sultanat étaient estimées à environ seize années de réserve de pétrole et plus d’une trentaine de gaz, et ce hors gisements en eaux profondes. À la fin 2011, la situation se présente de manière plus favorable encore du fait du règlement du contentieux territorial avec la Malaisie. Début 2003, les blocs M et L que Kuala Lumpur venait d’accorder à un consortium dirigé par Petronas (malaisien)-Murphy (américain) recouvraient en effet partiellement les blocs J et K, respectivement attribués par le Brunei à deux consortiums menés par Total E & P Borneo et Brunei Shell8 : alors que Petronas-Murphy venait de découvrir un large gisement pouvant s’étendre jusqu’au bloc J, la marine brunéienne avait poursuivi un bateau de forage de Murphy (mars 2003) ; le mois suivant, les Malaisiens prenaient en chasse un navire de Total opérant sur le bloc J, obligeant deux mois plus tard la compagnie à suspendre l’exploration. Après six ans de négociations et un premier accord frontalier (mars 2009), les modalités de mise en exploitation desdits blocs ont été précisées fin 2010 (en septembre pour le premier9, en décembre pour le second, renommés CA 1 et CA 210). Les dernières prospections laissent augurer de réserves beaucoup plus importantes : l’actuel leader du secteur dans le sultanat, Brunei Shell, a annoncé en mars 2011 une découverte pouvant représenter plusieurs centaines de millions de barils à Gerongong11, à 100 kilomètres du littoral et à près d’un millier de mètres de profondeur ; le second opérateur, Total E & P Borneo, a effectué les premiers sondages sur CA 112, présumé très riche, en septembre 2011, le Malaisien Petronas13 lui embrayant le pas quelques jours plus tard sur CA 2.

  • 14 Port en voie d’achèvement ; le projet malaisien a signé la lettre d’intention (voir « Sultan welco (...)
  • 15 En dehors d’un modeste projet agricole, la RPC n’a pas investi au Brunei.

5L’avènement de l’ère post-hydrocarbures ainsi repoussé d’une, voire de plusieurs dizaines d’années, tout laisse entendre que la diversification productive conservera son rythme prudentiel actuel : le seul projet industriel majeur réalisé sur ces dernières années (mai 2010) est l’usine de méthanol de Sungai Liang, en partenariat avec Mitsubishi. D’autres sont en négociation, comme celui mené par Petronas, qui envisage d’installer une usine pétrochimique à proximité du port en eaux profondes de Pulau Muara Besar14. Mais, en dehors de la pétrochimie, des services, des infrastructures (une nouvelle ligne électrique à haute tension reliant le sultanat et la Malaisie est en construction) et du BTP, les autres secteurs productifs ont de bonnes chances de demeurer atones : les hydrocarbures absorbent plus de 80 % des investissements directs étrangers (IDE) cumulés depuis les années 1990, les pays occidentaux (Europe et États-Unis) fournissant plus des trois quarts des stocks d’IDE15. La position privilégiée des investisseurs occidentaux s’explique par leur dominance dans le secteur pétro-gazier, alors même que l’Asie orientale (Asean, Japon, Corée du Sud et Chine) représente près de 70 % des exportations et 80 % des importations du sultanat en 2009.

  • 16 Brunei Darussalam Statistical Yearbook 2011, tableau 2.11, p. 44.
  • 17 Comme le disait le professeur Dr Hj Hashim Hj Abdul Hamid en mai 2011 lors d’un séminaire consacré (...)
  • 18 Recensement de 2001, Brunei Darussalam Statistical Yearbook 2011, tableau 2.9, p. 43-48.
  • 19 Seuls peuvent résider au Brunei les étrangers titulaires d’un titre de séjour en règle, lié à l’ob (...)
  • 20 Appartenant à l’une des plus anciennes familles chinoises du Brunei.

6En dépit de la création du Brunei Economic Development Board (BEDB) en 2001, une diversification économique qui ne soit pas un simple dérivé de l’industrie pétro-gazière se heurte en effet ici à un double handicap socioculturel. Le premier est celui du manque de main-d’œuvre. Certes, le Brunei souffre d’une pénurie d’ingénieurs et de gestionnaires mais, ce qui est plus grave, les citoyens brunéiens (47,6 % de la population active) préfèrent un poste leur garantissant à la fois sécurité matérielle et carrière : 25,7 % seulement des nationaux travaillent dans le secteur privé (en 2009)16 quand ce dernier fournit 62 % des emplois. Le second handicap, corollaire du précédent, est le manque d’esprit d’entreprise de la composante malaise de la population17, qui est celle qui détient les leviers de commande politiques : selon le dernier recensement (datant de 2001, le suivant, celui de 2011, étant en cours), 88 % de la main-d’œuvre travaillant dans l’administration et la défense est d’origine ethnique malaise, contre seulement 30 % de celle du secteur commercial18. À la différence des autres pays de l’Asean, une implantation industrielle au Brunei implique ainsi d’importer à la fois les technologies, une partie des cadres et l’essentiel de la main-d’œuvre de base : contrairement aux petits États du golfe Persique, le sultanat a choisi de préserver ses équilibres socioculturels en limitant les résidents étrangers à environ 35 % de la population totale, par un strict contrôle des flux migratoires19. Quels que soient les efforts déployés par les dirigeants successifs du BEDB (Dato Timothy Ong20, puis, depuis novembre 2010, Dato Ali Apong), le seul avantage comparatif décisif du sultanat tient à ses ressources en hydrocarbures et, partant, au faible coût de son énergie. D’où l’intérêt d’y implanter une fonderie d’aluminium, fortement consommatrice d’électricité ; le projet mené par l’Américain Alcoa, à l’étude depuis maintenant six ans, n’a toutefois toujours pas abouti, son équilibre économique n’ayant pas convaincu les autorités brunéiennes.

2 - « Printemps arabe » et contrôle accru des populations

  • 21 Voir l’exposé du Mufti Pehin Datu Seri Maharaja Dato Paduka Seri Setia Dr Ustaz Awang Hj Abdul Azi (...)
  • 22 L’offre d’élargissement de la Fédération malaise à Singapour et aux trois territoires de Bornéo so (...)
  • 23 CIA, The World Factbook, 27 septembre 2011.
  • 24 « Recensement de 2001 », Brunei Darussalam Statistical Yearbook 2011, tableau 1.8, p. 19.
  • 25 Généralisée dans le monde malais, Indonésie et Sud-Philippines inclus, et le sud de la Thaïlande.

7Le « printemps arabe » ayant démontré toute la fragilité des positions acquises, jusque dans certains États du Golfe dont la prospérité économique pouvait soutenir la comparaison avec le Brunei, notamment le Bahreïn, ce n’est donc pas la diversification économique qui constitue aujourd’hui le principal enjeu des autorités brunéiennes, mais bien le maintien de la stabilité politique : une préoccupation récurrente depuis l’indépendance de janvier 198421, qu’expliquent successivement la gravité des troubles de 196222 et la montée de l’islam « politique » dans le monde malais dans les années 1980. Au regard du niveau de rémunération et de protection sociale dont jouissent aujourd’hui les citoyens et, dans une large mesure, les résidents permanents, celle-ci ne paraît guère menacée. Qui plus est, à la différence du Bahreïn où la famille royale est sunnite quand ses sujets sont à 70 % chiites23, la dynastie Bolkiah comme la grande majorité (75 % de la population tous statuts confondus24) des résidents brunéiens relèvent d’une seule et même obédience religieuse, sunnite et de tradition juridique chaféite25.

8Pour couper court à toute contestation éventuelle, les autorités ont toutefois jugé utile d’accroître le contrôle de la population par une ostentation accrue du Melayu Islam Beraja (MIB) – l’idéologie nationale depuis l’indépendance de 1984 – décliné en trois volets.

  • 26 Discours ayant valeur de commandement prononcé par le roi ou la reine, traduisant le terme arabe a (...)
  • 27 Voir par exemple la liste des dignitaires classés par ordre de préséance dans le manuel de la clas (...)

91. Le premier a consisté à augmenter (si faire se peut !) le poids du Melayu Islam Beraja dans le formatage des esprits. L’intitulé apparemment anodin qui définit l’identité malaise comme musulmane et monarchique (que vide singulièrement de sa substance la traduction officielle anglaise Malay Islamic Monarchy) recouvre la mise en œuvre d’une idéologie d’État qui innerve de manière croissante l’ensemble de la sphère publique brunéienne depuis le rescrit (titah26) du sultan de juillet 1990. Le MIB sursignifie la légitimité « organique » de la couronne, seule à même d’opérer la synthèse de la coutume (adat-istiadat Melayu Brunei) et de la religion et, partant, de conjurer le traumatisme du passage à la modernité par la réinscription du sultanat dans un continuum culturel. La réécriture légitimatrice de l’histoire et l’imposition d’une norme comportementale islamique « orthodoxe » deviennent ainsi fondatrices d’une identité culturelle « brunéienne » où la monarchie, exemplaire en sus de légitime, se révèle l’instrument privilégié du projet divin relatif au sultanat de Brunei Darussalam : le sultan est conjointement chef de l’État, chef de la religion et chef de la coutume. Concrètement, le MIB se traduit par la diffusion via le canal éducatif d’un ensemble de connaissances relatives à la culture et aux institutions, à l’adat istiadat et à l’islam, en les adaptant à l’âge des récipiendaires, et ce de la première année d’études secondaires jusqu’à l’université : un mélange d’instruction civique et religieuse élémentaire, de manuels de protocole27 et d’instantanés ethnographiques ressassés à l’envie lors de sessions de formation ou de conférences auxquelles la présence est obligatoire pour les fonctionnaires.

  • 28 LUCT, à Cyberjaya, ville nouvelle futuriste située à 25 kilomètres au sud de Kuala Lumpur (en dire (...)
  • 29 Borneo Bulletin, 12 avril 2011.
  • 30 Pehin Dato Hj. Abdul Rahman ; le ministre des Finances est le Sultan.
  • 31 The Brunei Times, 20 mai 2011.
  • 32 Propos d’autant plus militants que leur auteur, Hjh Normah Suria Hayati, est la fille de l’un des (...)
  • 33 Secrétaire permanent (PermSec) du ministère de la Jeunesse et des Sports Dato Hj Jemat (The Brunei (...)

10Alors même que le Conseil du MIB avait été réactivé en mai 2009, ce qui traduisait une nouvelle crispation du régime, le vice-ministre de l’Éducation, invité le 12 avril 2011 (soit un mois après la promulgation de la loi martiale au Bahreïn) au lancement d’une licence conjointe entre la Limkokwing University of Creative Technology de Malaisie28 et l’International Graduate Studies College (IGS) du Brunei, y suggérait d’élargir le cursus à « quelques modules relatifs au MIB et aux Brunei Studies29 ». Un mois plus tard, l’Universiti Brunei Darussalam organisait un séminaire dressant le bilan de vingt-sept années de MIB, où le ministre en second des Finances30 rappelait ès-qualités que ledit MIB était devenu « synonyme de Brunei », associant développement économique, spiritualité et loyauté au souverain31. Mieux encore, comme le suggérait l’un des secrétaires permanents adjoints du ministère de l’Industrie et des Ressources primaires, il faudrait en faire la « marque déposée » du Brunei, vendre la capacité du sultanat à produire d’authentiques produits halal32 et à « désintoxiquer » les touristes par une plongée dans la religion. Ledit séminaire a corrélativement révélé une sourde inquiétude face aux technologies de l’information et aux réseaux sociaux vecteurs d’influences pernicieuses33, qu’il s’agit de contrebalancer par une meilleure diffusion du MIB, y compris par le biais des cadres de base, les chefs de village : sont ainsi soulignées par défaut les lacunes du filet idéologique.

  • 34 Seule la version anglaise des textes fait foi.
  • 35 Il délivre des licences et masters, ainsi que les certificats de droit islamique nécessaires aux a (...)
  • 36 C’est la thèse du Malaysien Dr Haji Mahmud Saedon bin Awang Othman, docteur en droit islamique de (...)
  • 37 Les anciennes kadi courts ont cédé la place aux syariah courts en 2000 ; à la différence des premi (...)
  • 38 Comme dans la plupart des pays du monde, s’ajoutent à ces tribunaux civils des tribunaux militaire (...)
  • 39 The Brunei Times, 18 mars 2011.
  • 40 L’Universiti Islam Sultan Sharif Ali, inaugurée en août 2007, est la seconde université du Brunei (...)
  • 41 L’adultère (zina) est en théorie puni par la lapidation des deux contrevenants ; mais, pour qu’un (...)

112. Conformément au deuxième terme de son équation idéologique, le renforcement du MIB est allé de pair avec une islamisation du droit. À ce jour, le système juridique brunéien est issu de deux écoles juridiques hétérogènes l’une à l’autre : la common law, d’une part, dont les magistrats sont formés au Royaume-Uni ou dans un de ses dominions, l’anglais restant la langue des tribunaux civils34 ; le droit islamique, d’autre part, enseigné au Sultan Haji Omar Ali Saifuddin Institute of Islamic Studies (SHOAS IIS)35 du Brunei et dont la langue de référence est le malais. Les plus traditionnalistes multipliant depuis le début des années 1990 les pressions en faveur de l’application du seul droit islamique, et donc du retrait de la common law36, une première avancée avait déjà été effectuée en 2000 avec la transformation des tribunaux religieux37 en syariah courts de manière à les mettre à parité avec les juridictions de type britannique : en élargissant leur compétence et en créant trois catégories de tribunaux38. En mars 2011, le sultan annonçait la future extension d’un droit pénal islamique destiné à traiter les crimes et délits mentionnés par la syariah (alcoolisme, vol, adultère, rapports sexuels illicites, homicide, etc.39), y compris dans des cas non explicitement décrits dans le Coran mais sur lesquels il existe une jurisprudence (taqzir) – sans toutefois en préciser le calendrier ni signifier le complet abandon de la common law, qui resterait applicable en matière commerciale. Un séminaire organisé par l’Unissa40 en bordait prudemment les contours deux mois plus tard, notamment en matière de hudud (châtiments corporels)41.

  • 42 Borneo Bulletin, 28 septembre 2011.

123. Le premier et le deuxième volets se sont accompagnés d’une attention accrue portée à la famille royale, tant au travers des médias (télévision et presse) que des déplacements royaux, confortant une double image de compétence et d’orthodoxie islamique, couplée à l’évidence de sa reconnaissance internationale : une illustration parmi beaucoup d’autres est l’écho donné au discours du prince héritier Al-Muhtadee Billah à la 66e session de l’Assemblée générale des Nations unies le 26 septembre 201142.

3 - Point n’est donc besoin de démocratie

  • 43 Voir le courrier des lecteurs, « MIB philosophy is harmonious », The Brunei Times, 1er janvier 201 (...)
  • 44 Salbiah binti Sulaiman (secrétaire permanent au bureau du Premier ministre) et Zasia binti Sirin ( (...)
  • 45 « Youth express strong support for implementation of NS programme », Borneo Bulletin, 28 septembre (...)
  • 46 Il s’agit de leur faire comprendre « comment ils peuvent contribuer au pays et non comment le pays (...)

13Pour maintenir les consensus, les autorités jouent ainsi l’amélioration de la gouvernance et non la mise en œuvre progressive d’une démocratie dont les prémices sont à peine esquissées, rappelant à l’occasion que certains pays sud-est asiatiques dotés d’institutions formellement démocratiques sont aujourd’hui caractérisés par une corruption endémique et une violence politique chronique43. Et, malgré une crispation identitaire et une inquiétude croissantes que traduit la « MIB-isation » des institutions, le sultan donne – parfois – « du mou » en direction des éléments potentiellement les plus moteurs de la société, comme les femmes, qui représentent les deux tiers des diplômés d’études supérieures et des boursiers du sultanat à l’étranger : deux d’entre elles ont été nommées en juin 2011 au Conseil législatif (Legco)44. A contrario, un projet de service national de trois mois à la fin des études secondaires, comprenant un apprentissage de la discipline, de l’exercice physique et des activités sociales ou d’intérêt général, sur la base du modèle singapourien, mais à l’exclusion de toute formation militaire (sécurité oblige), a été annoncé, contre toute attente, en septembre 2011 à l’occasion de Hari Belia, la Journée de la jeunesse. Objectif : renforcer le « patriotisme45 » et l’initiative46 – ce second point étant quelque peu antinomique de la finalité même de l’opération.

Annexes

Fiche Brunei Darussalam

Capitale : Bandar Seri Begawan

Superficie : 5 765 km²

Population (est. 2011) : 401 890 hab.

Langues : malais (langue officielle) ; dialecte malais de Brunei ; anglais, chinois (mandarin et divers dialectes de Chine du Sud)

Données politiques

Nature de l’État : monarchie traditionnelle

Nature du régime : monarchie islamique malaise

Suffrage : universel (à partir de 18 ans). Aucune élection législative n’a eu lieu depuis celle de 1962. Les seules élections actuellement tenues sont celles des Conseils de villages.

Chef de l’État : Sa Majesté le Sultan Hassanal Bolkiah (depuis le 5 octobre 1967)

Premier ministre : Sa Majesté le Sultan Hassanal Bokiah (depuis le 1er janvier 1984)

Ministre des Finances : Sa Majesté le Sultan Hassanal Bokiah (depuis le 23 février 1997)

Ministre de la Défense : Sa Majesté le Sultan Hassanal Bokiah (depuis le 21 octobre 1986)

Ministre des Affaires étrangères et du Commerce : S.A.R. le Prince Mohamed Bolkiah (depuis le 1er janvier 1984)

Ministre de l’Intérieur : Pehin Udana Khatib Dato Paduka Seri SetiaUstaz Haji Awang Badaruddin bin Pengarah Dato Paduka Haji Othman (depuis mai 2010)

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques : Malais (55 %) ; autres groupes indigènes (Kedayan, Tutong, Belait, Dusun, Murut, Dayak, Bisaya, etc.) (18 %) ; Chinois (9 %) ; autres (Indiens, Bangladeshis, Philippins…) (18 %)

Religions : musulmans (75 %), chrétiens (9,4 %), bouddhistes et religions chinoises (8,5 %), autres (6,9 %)

Taux de croissance démographique (est. 2011) : 1,71 %

Espérance de vie (est. 2011) : 76 ans

Indice de fécondité (est. 2011) : 1,8 125

Taux de natalité (est. 2011) : 17,8 ‰

Taux de mortalité (est. 2011) : 3,35 ‰

Taux de mortalité infantile (est. 2011) : 11,5 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2008) : 95 %

Taux d’urbanisation (2010) : 76 %

Indice de développement humain (2010) : 0,805 (rang 37)

Indicateurs économiques

Monnaie : dollar de Brunei (1 euro = 1,73 dollars de Brunei, octobre 2011)

Balance des paiements courants (2010) : 5,57 milliards $ US

Dette extérieure (2009) : 0,9 milliard $ US (estimation très heuristique)

PIB par habitant ou per capita (2010) : 31 439 $ US

Taux de croissance du PIB (2010) : 4,1 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (2009) : agriculture (0,6 %), hydrocarbures (70 %), autres industries, construction inclue (4 %), services (26 %)

Taux d’inflation (2010) : 0,35 %

Taux de chômage (2010) : 3,7 %

IDE entrant (cumulés ou stocks) (2010) : 11,22 millions $ US

IDE sortant (cumulés ou stocks) (2010) : 681 millions $ US (hors fonds souverain)

Principaux partenaires commerciaux (2009) : Japon, Corée du Sud, Indonésie, Australie, Singapour, Malaisie, États-Unis.

Importations (2010) : 3,35 milliards $ US

Principaux produits importés (2009) : matériels et équipements (dont éq. de transport, 30,1 %) ; produits métallurgiques (15,3 %) ; produits alimentaires, tabac, boissons et animaux vivants (14,7 %) ; produits chimiques et pétrochimiques (11,2 %) ; électronique et bureautique (7,6 %)

Exportations (2010) : 9,16 milliards $ US

Principaux produits exportés (2009) : hydrocarbures (96 %)

Portrait

Datin Paduka Hajah [Noor] Hayati binti Pehin Orang Kaya Shahbandar Dato Seri Paduka Haji Mohd Salleh, alias Hayati Salleh (Attorney General)

Grâce à une bourse du gouvernement brunéien, Hayati Salleh termine ses études secondaires (A level) au collège d’Exeter (Royaume-Uni) en 1974. Après l’obtention d’une licence de droit en 1979, elle rejoint l’une des plus prestigieuses écoles de préparation au barreau de Londres, la Lincoln’s Inn : particulièrement brillante (en plaidoirie comme à l’écrit), elle est reçue barrister au bout d’un an (en 1980). Conformément aux obligations des boursiers du gouvernement, elle rentre ensuite au Brunei et intègre la magistrature. Elle en franchit rapidement les échelons : procureur adjoint, juge de première instance, premier juge à la Cour suprême (1989), greffier en chef de la Cour suprême (1998). Décorée de l’ordre de la couronne de Brunei (2e classe) en juillet 1999, ce qui lui confère le titre de Datin47, elle est nommée à la Haute Cour du Brunei le 1er janvier 2001 : une première pour une femme. En août 2009, elle se voit confier l’institution gardienne de la tradition juridique britannique (Attorney General’s Chambers). Le poste est délicat, car la common law est de plus en plus menacée par les empiétements du droit islamique alors même que sa pérennité est nécessaire au développement des investissements étrangers (IDE), particulièrement élevés au Brunei (cumulés, ils représentent plus de 70 % du PIB en 2010).

Hj. Mohammad Rozan bin Dato Paduka Haji Mohd. Yunos, alias Rozan Yunos (Secrétaire permanent [PermSec], ministère de la Culture, Brunei Darussalam)

Approchant la cinquantaine (il est né en 1963), Rozan Yunos est également représentatif de l’intelligentsia brunéienne moderniste d’ethnie malaise, au demeurant très réduite en nombre. Après une licence de droit et de sciences économiques à la Keele University (Royaume-Uni), il entre dans la fonction publique comme la plupart des Brunéiens melayu. Mais, au lieu de se contenter d’une paisible progression à l’ancienneté, il obtient un master d’administration publique à la très prestigieuse Kennedy School de Harvard en 1997, ce qui l’insère dans le petit cercle d’officiels de haut rang sud-est asiatiques qui en sont diplômés, à l’instar notamment de l’actuel Premier ministre singapourien Lee Hsien Loong.

En 2001, Rozan Yunos intègre les services du Premier ministre (i.e. le Sultan du Brunei), qu’il quitte un an plus tard pour compléter sa formation financière par un MBA à la Heriot Watt University (Édimbourg). À son retour, il prend en charge la gestion de la Sécurité sociale brunéienne (Tabung Amanah Pekerja TAP, ou ETF en anglais), puis devient en 2005 secrétaire permanent adjoint du ministère des Finances. En 2008, il est promu secrétaire permanent (PermSec) du ministère de l’Équipement, puis devient « PermSec » au ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports en octobre 2011. Tout en suivant une carrière normale (du moins au Brunei, à la différence de ce qu’elle aurait pu être dans un environnement singapourien) pour un tel niveau de diplômes (MPA et MBA, au demeurant financés par l’État brunéien), il n’a pas encore reçu le titre de Dato, ce qui est en soi révélateur de la médiocre reconnaissance des institutions envers une personnalité qui déborde du seul moule « MIB ». Mais l’homme a une seconde vie : à la suite de sa participation à un programme de formation destiné aux responsables brunéiens organisé par l’Universiti Brunei Darussalam (UDB) en 2005, révélateur d’un manque d’informations généralistes sur le sultanat, il anime le site d’information culturelle Daily Brunei Resources ( http://bruneiresources.blogspot.com/​). Il publie en sus d’une plume alerte une chronique hebdomadaire historico-culturelle, savoureuse autant que variée, dans le quotidien The Brunei Times, « Our Golden Legacy48 » : l’humour et la finesse au service de l’identité nationale…

Affiche politique

Couverture de ‘dossier de presse’ bilingue jawi (arabo-malais) et malais
Conseil pour la célébration du Jubilé d’or de la fondation du Bureau de la langue
et des publications
17 septembre 2011, Séance plénière
Centre de Conférences internationales, Berakas
Brunei Darussalam

L’importance accordée à la célébration du 50e anniversaire du Dewan Bahasa dan Pustaka, créé deux ans après l’accession du Sultanat à l’autonomie interne (1959) est révélatrice d’une volonté de refondation de la culture malaise, l’édition en malais romanisé servant de véhicule à la ‘réinvention’ de la tradition. Au-dessus du ‘5’, « Pitié pour la langue » ; dans le ‘0’de 50, les armoiries du Dewan Bahasa dan Pustaka.

Notes

1 Le prix du baril de Brent est passé de 61,90 dollars US en 2009 à 79,60 en 2010 et 108,50 en 2011, soit une hausse de 75 % en deux ans (Economist Intelligence Unit [EIU], Country Report, Brunei, juin 2011, p. 10).

2 IMF, World Economic Outlook Database, septembre 2011.

3 EIU, loc. cit.

4 IMF, World Economic Outlook Database, op. cit.

5 Depuis 1994, seuls trois exercices budgétaires ont été déficitaires sur une base calendaire.

6 Brunei Darussalam Statistical Yearbook 2011, tableau 7.3, p. 112. Brunei calculant depuis 2003 en années fiscales (1er avril-31 mars), les données ont été annualisées sur la base de la formule suivante : (excédent budgétaire annéen-1 x 0,75) + (excédent budgétaire annéen x 0,25).

7 Idem.

8 Avec l’Australien BHP Billiton et l’Américain Amerada Hess ; quant au bloc K, il avait été accordé par les Brunéiens au consortium mené par Shell-Mitsubishi-Conoco Phillips (voir le site Internet de la Brunei National Petroleum Company Sdn bhd, www.pb.com.bn/Update %20- %20Block %20J&K. htm).

9 CA1 : ancien bloc J ; CA2 : ancien bloc K. La Malaisie récupère 10 % du bloc CA1 ; Brunei en conserve 90 %, attribués à un consortium comprenant Total E & P Borneo (60 % du consortium), BHP (25 %) et Amerada Hess (15 %), Petroleum Brunei rachetant 15 % du gisement à son entrée en exploitation.

10 La répartition des parts du bloc CA2 est la suivante : 75 % pour les Malaisiens (45 % pour Petronas et 30 % pour Murphy) ; 25 % pour les Brunéiens (12,5 % pour Brunei Shell, 6,25 % pour Mitsubishi et 6,25 % pour ConocoPhilips).

11 Dow Jones Newswires, 14 mars 2011.

12 « Bright future ahead with CA1, CA2 », The Brunei Times, 24 mars 2011.

13 « Petronas starts oil-drilling off Brunei waters », The Star, 13 septembre 2011.

14 Port en voie d’achèvement ; le projet malaisien a signé la lettre d’intention (voir « Sultan welcomes joint oil exploration deal », www.Sultanate.com/news_server/2010/14_dec_1.html ; « Petronas keen on Brunei petrochemical plant », New Straits Times, 14 septembre 2011).

15 En dehors d’un modeste projet agricole, la RPC n’a pas investi au Brunei.

16 Brunei Darussalam Statistical Yearbook 2011, tableau 2.11, p. 44.

17 Comme le disait le professeur Dr Hj Hashim Hj Abdul Hamid en mai 2011 lors d’un séminaire consacré au MIB à l’Universiti Brunei Darussalam (UBD), « there is little involvement of Malays in terms of contributing to the economy compared to other races […] » (The Brunei Times, 20 mai 2011).

18 Recensement de 2001, Brunei Darussalam Statistical Yearbook 2011, tableau 2.9, p. 43-48.

19 Seuls peuvent résider au Brunei les étrangers titulaires d’un titre de séjour en règle, lié à l’obtention d’un emploi ou d’une carte d’étudiant, ou ceux dont les conjoints ou les parents (comme les cadres des compagnies pétrolières) ont un salaire considéré comme suffisant pour assurer leur subsistance. Les immigrants clandestins reçoivent quelques coups de canne et sont renvoyés chez eux. De surcroît, les résidents temporaires ne peuvent pas accoucher au Brunei et les résidents permanents (à l’exception de ceux qui, étant apatrides, n’ont pas d’autre lieu pour finir leurs jours) n’ont pas le droit d’y passer leur retraite : leur pension leur sera versée dans leur pays d’origine. Il y aurait ainsi – au plus – quelques milliers d’immigrés clandestins dans le pays : les candidats à l’immigration viennent passer légalement quelques semaines pour chercher du travail et repartent s’ils n’en ont pas trouvé.

20 Appartenant à l’une des plus anciennes familles chinoises du Brunei.

21 Voir l’exposé du Mufti Pehin Datu Seri Maharaja Dato Paduka Seri Setia Dr Ustaz Awang Hj Abdul Aziz bin Juned à la Malay Experts Conference de 2010, « Stand strong against ideologies that threaten our monarchy system. Brunei’s State Mufti tells Muslims at conference », Borneo Bulletin, 27 juillet 2010.

22 L’offre d’élargissement de la Fédération malaise à Singapour et aux trois territoires de Bornéo sous protectorat britannique ayant entraîné une forte opposition, le PRB (Partai Rakyat Brunei, Parti du peuple de Brunei), favorable à une Fédération de Bornéo-ouest, avait remporté la totalité des sièges aux élections d’août 1962 ; en décembre, il lançait une insurrection, matée par les Britanniques.

23 CIA, The World Factbook, 27 septembre 2011.

24 « Recensement de 2001 », Brunei Darussalam Statistical Yearbook 2011, tableau 1.8, p. 19.

25 Généralisée dans le monde malais, Indonésie et Sud-Philippines inclus, et le sud de la Thaïlande.

26 Discours ayant valeur de commandement prononcé par le roi ou la reine, traduisant le terme arabe amr (« commandement »). Nous avons choisi de le traduire par « rescrit », « réponse donnée dans un cas particulier à un fonctionnaire ou à un juge embarrassé [par l’autorité et à valeur exécutive] » (voir Jean Gaudemet, « Romain (droit) », Encyclopædia Universalis, 2007, éd. électronique) qui semble correspondre le mieux aux usages brunéiens.

27 Voir par exemple la liste des dignitaires classés par ordre de préséance dans le manuel de la classe équivalent à la cinquième française, Melayu Islam Beraja menengah II [MIB, classe II], Bandar Seri Begawan, Jabatan Perkembangan Kurikulum, Kementerian Pendidikan, 1998, p. 18 sq.

28 LUCT, à Cyberjaya, ville nouvelle futuriste située à 25 kilomètres au sud de Kuala Lumpur (en direction de l’aéroport) résultant d’un des grands projets du Premier ministre Mahathir, inaugurée en 2003.

29 Borneo Bulletin, 12 avril 2011.

30 Pehin Dato Hj. Abdul Rahman ; le ministre des Finances est le Sultan.

31 The Brunei Times, 20 mai 2011.

32 Propos d’autant plus militants que leur auteur, Hjh Normah Suria Hayati, est la fille de l’un des deux promoteurs du MIB, l’historiographe officiel du Brunei Pehin Mohd Jamil al-Sufri (The Brunei Times, 20 mai 2011).

33 Secrétaire permanent (PermSec) du ministère de la Jeunesse et des Sports Dato Hj Jemat (The Brunei Times, 20 mai 2011).

34 Seule la version anglaise des textes fait foi.

35 Il délivre des licences et masters, ainsi que les certificats de droit islamique nécessaires aux avocats des tribunaux civils pour pouvoir intervenir devant les tribunaux religieux (voir Nabil Daraina Badaruddin, Hj., « Legal education in ASEAN in the 21st century : Brunei perspective », Eighth ASEAN Law Association General Assembly 2006, Singapour, 7 ff.)

36 C’est la thèse du Malaysien Dr Haji Mahmud Saedon bin Awang Othman, docteur en droit islamique de l’université al-Azhar (1976), expert auprès des affaires religieuses. Publiée une première fois en malais en 1996, sa thèse a été rééditée en anglais en 2008 (A Review on the Implementation and Administration of Islamic Law in Brunei Darussalam, Bandar Seri Begawan, Islamic Da’wah Centre, 2008). L’écho médiatique réservé à la réédition anglaise de l’ouvrage montrait déjà alors que le débat était loin d’être tranché (voir « A call for one court of Islamic law for all Brunei », The Brunei Times, 12 avril 2009).

37 Les anciennes kadi courts ont cédé la place aux syariah courts en 2000 ; à la différence des premières, les secondes, qui comprennent trois degrés (première instance, haute cour et cour d’appel), ont désormais juridiction exclusive sur les litiges relatifs au droit familial islamique et sur tout ce sur quoi la loi leur donne compétence (Azrinah Binti Haji Abdul Rahman, Legal System in Brunei Darussalam after the Signing of the Supplementary Agreement 1905/1906 between Brunei and Great Britain, Bandar Seri Begawan, Working Paper for National Day Seminar 2006, p. 23).

38 Comme dans la plupart des pays du monde, s’ajoutent à ces tribunaux civils des tribunaux militaires offrant à peu près les mêmes garanties.

39 The Brunei Times, 18 mars 2011.

40 L’Universiti Islam Sultan Sharif Ali, inaugurée en août 2007, est la seconde université du Brunei (quelque 420 étudiants en 2010) ; l’enseignement s’effectue en malais et en arabe. Concrètement, elle sert de recours aux étudiants n’ayant pu entrer au Sultan Haji Omar Ali Saifuddin Institute of Islamic Studies de l’UBD.

41 L’adultère (zina) est en théorie puni par la lapidation des deux contrevenants ; mais, pour qu’un tel châtiment puisse être appliqué, il faut non seulement que ces derniers reconnaissent leur offense, mais que leurs dires soit confirmés par quatre témoins hommes, en l’absence de quoi la lapidation ne peut avoir lieu (Chief Syar’ie Justice, « Pehin Datu Imam Dato Paduka Seri Setia Ustaz Haji Awang Abdul Hamid bin Bakal », Borneo Bulletin, 18 mai 2011). Outre le fait que les tribunaux religieux n’admettent ni le témoignage de nonmusulmans, ni la validité des preuves scientifiques comme les tests ADN, la mesure fragiliserait à l’évidence les plus vulnérables, les résidents temporaires, susceptibles d’être épiés et dénoncés à tout va pour usage d’alcool ou rapports sexuels extraconjugaux.

42 Borneo Bulletin, 28 septembre 2011.

43 Voir le courrier des lecteurs, « MIB philosophy is harmonious », The Brunei Times, 1er janvier 2011, qui fait allusion aux Philippines et à la Thaïlande.

44 Salbiah binti Sulaiman (secrétaire permanent au bureau du Premier ministre) et Zasia binti Sirin (directeur du Centre de propagation [Dakwah] de l’islam).

45 « Youth express strong support for implementation of NS programme », Borneo Bulletin, 28 septembre 2011.

46 Il s’agit de leur faire comprendre « comment ils peuvent contribuer au pays et non comment le pays peut contribuer [à leur épanouissement] », Borneo Bulletin, 28 septembre 2011.

47 Féminin de Dato.

48 Rassemblée en trois volumes : Rozan Yunos, The Golden Warisan Brunei Darussalam, Bandar Seri Begawan, 2009, 2 vols, et Rozan Yunos, Our Brunei Heritage, 2011.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 - Brunei, balance des paiements courants (1985-2011) en milliards de dollars (estimation FMI pour 2011)
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2382/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Le Brunei
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2382/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Couverture de ‘dossier de presse’ bilingue jawi (arabo-malais) et malaisConseil pour la célébration du Jubilé d’or de la fondation du Bureau de la langueet des publications17 septembre 2011, Séance plénièreCentre de Conférences internationales, BerakasBrunei Darussalam
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2382/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 211k

Auteur

Licenciée de chinois et d’indonésien, titulaire d’une maîtrise de gestion et docteur en études extrême-orientales. Elle est professeur à l’Inalco, où elle enseigne l’histoire économique et la géopolitique de l’Asie du Sud-Est, et dirige le Centre de préparation aux échanges internationaux (CPEI). Depuis 2006, elle assume la responsabilité de la revue Péninsule. Auteur d’une série d’ouvrages sur l’Asie du Sud-Est, elle a participé à Cambodge contemporain (dir. Alain Forest, Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, 2008) et à Thaïlande contemporaine (dir. Stéphane Dovert et Jacques Ivanoff, Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes, 2011). Son dernier ouvrage, Brunei, de la thalassocratie à la rente (Bangkok-Paris, Irasec-CNRS éditions, à paraître), est consacré à la dernière monarchie traditionnelle du Sud-Est asiatique.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site