Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2012 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Jérémy Jammes
, 
Benoît de Tréglodé

Troisième partie. La région

Birmanie

Prémices d’une transition annoncée

Renaud Egreteau et Abel Tournier

Texte intégral

  • 1 Comme recommandé par l’Académie française, nous préférons employer ici les termes francisés « Birm (...)
  • 2 Les acronymes de la langue anglaise étant les plus répandus dans la littérature, nous les conservo (...)

1Les élections de novembre 2010 ont été en Birmanie1 l’occasion d’une refonte institutionnelle majeure, inscrite dans la Constitution adoptée en 2008. Strictement encadrées par le régime en place (Conseil d’État pour la paix et le développement – SPDC2), ces premières élections depuis 1990 ont offert à l’armée birmane l’opportunité de repenser son rôle, toujours primordial, dans la conduite des affaires « civiles » de l’État. Surtout, elles laissent entrevoir ce que peut être une ère post-Than Shwe, l’homme fort du pays depuis 1992, lequel a officiellement pris sa retraite en mars 2011, quelques mois après un scrutin auquel il n’a pas participé. La transition tant annoncée depuis la publication en 2003 d’une feuille de route vers une « démocratie disciplinée et florissante » s’est donc accélérée en 2011. Un Parlement national et quatorze assemblées locales se sont réunis dès le mois de janvier. Puis, le 30 mars, le SPDC est officiellement dissous et, avec lui, la « junte », au pouvoir depuis 1988. Celle-ci est alors remplacée par un gouvernement « civil », dominé par l’ex-Premier ministre devenu président de la République de l’Union de Birmanie, Thein Sein. Si des gestes politiques encourageants s’accumulent en cette fin d’année 2011, telle la libération de prisonniers politiques en octobre, il ne s’agit que des prémices d’une longue et incertaine transition.

1 - De l’uniforme au longyi3, ou la transition birmane à l’essai

1.1 - Dissolution de la junte militaire et refonte institutionnelle

  • 4 Pour les raisons de ces élections, leur déroulement et les résultats, voir Abel Tournier, « Birman (...)

2Les élections du 7 novembre 2010 ont été une étape cruciale du programme transitionnel proposé par l’armée (Tatmadaw)4. Avec elles, l’appareil étatique – jusqu’alors aux mains exclusives des militaires – s’est vu profondément transformé, et ce en conformité avec la Constitution de 2008. Ce scrutin, largement condamné pour ses manquements démocratiques, a été remporté haut la main par la mouvance politique la plus proche de l’ancien régime. Le Parti pour la solidarité et le développement de l’Union (USDP), formé en avril 2010, a raflé en effet 76 % des sièges à pourvoir. Néanmoins, malgré l’absence d’Aung San Suu Kyi – libérée une semaine après les élections – dont le parti historique, la Ligue nationale pour la démocratie (NLD), a boycotté la campagne électorale et le scrutin, de nouveaux partis politiques ont émergé et fait leur entrée « légale » au sein des chambres nationale et locales. Une première depuis l’instauration de la dictature militaire en 1962, la formation d’un embryon d’opposition politique – notamment ethnique – est ainsi reconnue par l’armée.

  • 5 Thura est un préfixe honorifique signifiant « courageux » en birman. Thura et Thiha Thura sont les (...)

3La première session du nouveau Parlement national s’ouvre le 31 janvier 2011 pour se consacrer à l’élection des plus hauts personnages de l’État, pour la plupart d’anciens militaires troquant leur uniforme pour le sarong traditionnel, le longyi. L’ancien chef d’état-major de l’armée, Thura5 Shwe Mann, est élu président de la chambre basse (Pyithu Hluttaw), tandis que Khin Aung Myint, ancien major général, devient président de la chambre haute, dite Assemblée des nationalités (Amyotha Hluttaw). Début janvier 2011, 388 officiers d’active sont nommés pour occuper les 25 % des sièges revenant à Tatmadaw dans chacune des chambres. Ils choisissent Thiha Thura Tin Aung Myint Oo, ancien numéro 4 de la junte, pour candidat à la présidence de l’Union. Les membres élus de l’Assemblée des nationalités optent pour un civil issu de la minorité shan, le Dr Sai Mauk Kham. C’est toutefois le candidat des membres de la chambre basse et Premier ministre sortant, Thein Sein, qui est élu le 4 février président de l’Union birmane par l’ensemble du Parlement (Pyidaungsu Hluttaw), les deux autres candidats devenant vice-présidents. Né en 1945, diplômé de la prestigieuse école militaire birmane Defence Services Academy (DSA), Thein Sein est considéré comme un bureaucrate des forces armées, sans véritable expérience du combat, mais qui a su gravir les échelons de la hiérarchie de l’armée grâce à sa loyauté envers Than Shwe à partir des années 1990.

  • 6 « Burma military rule ends, but retains grip », The Bangkok Post, 30 mars 2011.

4Le 30 mars 2011, une page se tourne avec la dissolution officielle du Conseil d’État (SPDC). Âgé de 78 ans, le généralissime Than Shwe, chef suprême du pays depuis 1992, semble ainsi s’effacer en créant un échiquier institutionnel apparemment polycéphale censé diluer les jeux de pouvoir liés à sa succession6. Sa démission du poste de commandant en chef de Tatmadaw et son remplacement par le général Min Aung Hlaing sont confirmés dès avril 2011. La nouvelle configuration « civile » de l’autorité étatique semble favoriser l’émergence d’un triumvirat à sa tête. Un complexe équilibre de pouvoir se forme entre la présidence de l’Union sous Thein Sein, la chambre basse du Parlement dominée par Shwe Mann et, en discret retrait, l’armée, sous la coupe d’une nouvelle génération d’officiers sous les ordres du général Min Aung Hlaing. Ce triumvirat s’entoure de nombreux garde-fous, avec notamment le vice-président Tin Aung Myint Oo, réputé avec son entourage représenter l’aile dure de l’armée, le puissant Parti pour la solidarité et le développement de l’Union (USDP) et les quatorze ministres en chef des États et régions qui, tous, à l’exception de l’État kachin, sont d’anciens hauts gradés.

  • 7 Richard Horsey, « Who’s who in the new Myanmar government », Conflict Prevention and Peace Forum B (...)

5Formé de trente ministres « civils » issus de l’USDP, le nouveau gouvernement Thein Sein comprend toutefois trois généraux d’active nommés directement par le commandant en chef de Tatmadaw (Défense, Intérieur et Affaires frontalières), comme stipulé par la Constitution. Vingt-trois autres ministres sont d’anciens militaires ayant récemment quitté l’uniforme. C’est seulement à l’échelon des quatorze provinces décentralisées que l’on trouve des ministres issus de l’opposition civile élue, notamment dans les États arakanais, môn et shan7.

1.2 - Les balbutiements de l’ouverture

  • 8 À propos de la première session du Parlement, voir Richard Horsey, « The initial functioning of th (...)

6Entachées de fraudes, dominées par l’USDP et boycottées par la NLD, les élections de 2010 laissent présager de la poursuite d’un contrôle absolu du nouveau Parlement par l’armée, à l’instar de la précédente Convention nationale (2004-2007). La première session du nouveau Parlement, ouverte le 31 janvier 2011, s’annonce en effet relativement austère. Le dépôt à l’avance des questions devant passer la censure ou l’interdiction faite aux médias d’entrer dans les assemblées rappellent les conditions peu démocratiques des précédents exercices parlementaires. Au mois de mars, cependant, la session s’anime. Des membres des partis d’opposition (Force démocratique nationale ou NDF, Parti démocratique des nationalités shan ou SNDP) rejoignent les comités parlementaires nouvellement créés et chargés d’étudier les propositions de loi ou d’auditer les comptes publics. Des questions sensibles (sort de la communauté musulmane rohingya, coupures d’électricité récurrentes ou spoliations terriennes) sont peu à peu posées, et les ministres concernés essayent d’y répondre. C’est la première fois depuis la période parlementaire post-indépendance (1948-1962) que de telles pratiques sont entreprises – et tolérées. L’exercice affiche cependant vite ses limites, comme en témoigne le contenu lénifiant de certaines réponses ministérielles8.

7Il n’empêche, les signaux encourageants se multiplient avec l’intronisation de Thein Sein le 30 mars 2011. Ce dernier, dans ses premiers discours officiels appelant à une meilleure gouvernance, adopte une rhétorique pourtant bannie par l’ancien régime dont il était le Premier ministre. Lutte contre la corruption, appel au développement économique pour remédier à une pauvreté rurale désormais reconnue, et promotion d’une approche politique inclusive envers les opposants : Thein Sein s’approprie un nouveau lexique politique qui est accueilli avec surprise. Une commission consultative en charge d’assister le président est créée en avril. On y trouve des experts civils, mais aussi le respecté économiste U Myint, ancien expert des Nations unies et proche d’Aung San Suu Kyi. Les relations consultatives du nouveau gouvernement avec la société civile – le think tank Egress par exemple – et avec le secteur privé (Fédération des chambres du commerce et de l’industrie – UMFCCI) se sont aussi développées.

  • 9 Sur les changements de l’été 2011, voir International Crisis Group, « Myanmar : major reform under (...)

8La deuxième session du Parlement s’ouvre le 22 août 2011 dans une atmosphère encore plus optimiste. Cette fois, des journalistes birmans, mais aussi étrangers, sont autorisés à suivre les débats. La relâche de la censure au cours de l’été permet une couverture critique plus large par les médias locaux, tandis que l’accès aux sites Internet des médias étrangers et dissidents est autorisé. Faisant écho aux gages de bonne volonté de Thein Sein, Shwe Mann fait passer en septembre 2011 à la chambre basse une motion en faveur de la libération des prisonniers politiques qui est votée grâce au ralliement des députés militaires. De nouvelles propositions de loi significatives, en particulier sur le droit de grève ou la réforme de la propriété de terres agricoles, sont introduites. Enfin, dans un contexte de tensions armées en périphérie du territoire, un comité parlementaire pour les Affaires ethniques et la Paix intérieure est formé le 1er septembre et, la semaine suivante, une commission des Droits de l’Homme est créée9.

  • 10 James O’Connor, State Building, Infrastructure Development and Chinese Energy Projects in Myanmar,(...)

9Dans ce singulier contexte, la société civile birmane, active sur les questions humanitaires, sociales et environnementales depuis le sursaut civique provoqué par le passage du cyclone Nargis en mai 2008, devient plus audacieuse et revendicative. Internet et la presse notamment, moins soumis au couperet de la censure, s’en font l’écho. L’opposition au projet du barrage de Myitsone, l’un des aménagements hydroélectriques mis en œuvre en Birmanie par la société China Power Investment Corporation (CPI), illustre l’importance croissante de cette société civile émergente. Le barrage de Myitsone, sur le fleuve Irrawaddy dans l’État kachin, est destiné à approvisionner les provinces occidentales chinoises en énergie bon marché10. Son gigantisme – menace potentielle pour l’environnement – et sa localisation à la naissance de l’Irrawaddy (un lieu considéré comme faisant parti de l’héritage culturel de la nation birmane, et pas simplement kachin) effrayent. Les critiques, notamment fondées sur des considérations sociales et environnementales, parfois empreintes de sinophobie, se multiplient au sein des cercles politiques, ethniques, intellectuels et artistiques.

  • 11 « The government is elected by the people and it has to respect people’s will », The New Light of (...)
  • 12 Larry Jagan, « Burma’s new political dynamics », Radio Free Asia, 9 septembre 2011.

10Le 30 septembre 2011, dans une lettre au contenu historique adressée au Parlement, Thein Sein annonce la suspension de ce projet dans lequel la Chine était prête à investir quelque 3,6 milliards de dollars. Surtout, la principale raison invoquée par Thein Sein est son souhait de « respecter la volonté du peuple birman » – bien que les inquiétudes de nombreuses franges de l’armée face à une dépendance trop forte vis-à-vis de la Chine aient aussi pesées11. Mais, par-delà ces balbutiements parlementaires et une surprenante série de décisions jugées positives – même par Aung San Suu Kyi – l’enthousiasme reste feutré en dehors de Rangoun en cette fin d’année 201112.

2 - Repenser le dialogue avec les oppositions (et ses limites)

2.1 - Le retour accepté d’Aung San Suu Kyi

  • 13 À ce sujet, voir Lois Desaine et Abel Tournier, « Birmanie : une transition sous contrôle », in Ar (...)
  • 14 National League for Democracy, Sanctions Against Burma. A Review by the National League for Democr (...)

11Libérée le 13 novembre 2010, après plus de sept années d’assignation à résidence et un fantasque procès en 200913, Aung San Suu Kyi (66 ans) conserve une aura considérable tant auprès de la population birmane que de la communauté internationale. Sa libération intervient cependant au lendemain d’élections qu’elle a condamnées, et les six mois qui suivent la fin de son assignation à résidence illustrent le profond décalage entre le combat qu’elle incarne depuis 1988 et les bouleversements que la Birmanie a connus au cours des années 2000. Aung San Suu Kyi se retrouve en effet rapidement en porte-à-faux avec sa stratégie traditionnelle de résistance passive, confrontée à la nécessité de s’adapter à une transition en marche imposée par le pouvoir et que nombre de nouvelles forces d’opposition birmanes et ethniques ont acceptée. Après six mois de consultations et de rencontres diplomatiques de haut rang (autorisées par Naypyidaw) et quelques déclarations marquantes sur les sanctions internationales à l’encontre de son pays14, Aung San Suu Kyi tente de reprendre l’initiative politique au cours de l’été 2011. Étonnamment, elle est aidée en cela par le nouveau gouvernement.

  • 15 Larry Jagan, « What Thein Sein promised Suu Kyi », Asia Times, 30 septembre 2011.
  • 16 Ainsi du comédien Zarganar et de la jeune activiste Su Su Nway : voir « Myanmar frees scores of po (...)

12Début juillet, un premier voyage à titre personnel avec son fils cadet lui est concédé à l’extérieur de Rangoun, dans la région de Bagan. Les craintes concernant les risques liés à ses déplacements en province découlent de sa précédente arrestation, lors des incidents de Depeyin (haute Birmanie) qui ont vu son convoi violemment attaqué par des sympathisants de la junte en mai 2003. Un deuxième voyage, à caractère politique cette fois, est organisé à Bago en août 2011, sans que la sécurité de la lauréate du prix Nobel de la paix 1991 soit mise en danger. Ces gestes facilitent la relance des pourparlers, notamment via l’officier de liaison pourtant nommé par la précédente junte, le ministre du Travail Aung Kyi. Trois rencontres qualifiées de « très positives » par les deux interlocuteurs sont organisées les 25 juillet, 14 août et 30 septembre 2011. Surtout, Aung San Suu Kyi est conviée au mois d’août pour la première fois à Naypyidaw – nouvelle capitale de la Birmanie depuis 2005 – afin d’assister à un forum organisé par le gouvernement sur la pauvreté et le développement. Elle y rencontre le président Thein Sein en tête à tête, et tous deux jugent leurs discussions prometteuses15. C’est dans ce cadre de dialogue retrouvé que s’inscrit l’amnistie présidentielle accordée, le 12 octobre 2011, à plus de 6 300 prisonniers, dont plus de 200 prisonniers politiques16. Pratique courante du pouvoir birman, cette libération complète celle de mai 2011, qui a aussi délivré près de 16 000 condamnés de droit commun et quelques dizaines de « prisonniers de conscience » – terme désormais reconnu et manié par les autorités.

2.2 - L’impasse ethnique

13La question ethnique demeure dans l’impasse en 2011. La consolidation de la transition repose aussi sur la reprise du dialogue entre, d’un côté, le nouveau régime « civil » et l’armée (largement dominés par des individus issus de l’ethnie majoritaire bamar) et, de l’autre, les nombreuses minorités ethno-religieuses qui constituent environ un tiers de la population du pays. La question du partage des ressources politiques et économiques entre un centre bamar, aux traditionnelles tentations hégémoniques, et les périphéries ethniques, aux velléités autonomistes illustrées par des décennies de guerre civile, demeure source de contentieux irrésolus depuis l’indépendance en 1948.

14La Constitution de 2008 reconnaît pourtant dans ses principes fondateurs le droit à la décentralisation et au fédéralisme. Des Parlements locaux sont ainsi nés des élections de 2010 et des gouvernements provinciaux sont créés à partir de janvier 2011. Des représentants de partis d’opposition ethnique, comme le SNDP dans l’État shan ou le RNDP (Parti du développement des nationalités rakhines) dans l’État de l’Arakan, occupent des postes de ministre ou d’administrateur. Mais les habitudes de type jacobin persistent à Naypyidaw qui tarde à clarifier les compétences et la séparation des fonctions entre pouvoir central et pouvoirs de jure décentralisés.

  • 17 Transnational Institute & Burma Centrum Nederland, « Conflict or peace? Ethnic unrest intensifies (...)
  • 18 Entretiens avec les dirigeants de la KIO/KIA, août 2011.

15Surtout, dès novembre 2010, est observée une reprise des combats entre les forces gouvernementales et certains groupes ethniques pourtant signataires de cessez-le-feu. Des éléments de l’Armée de l’État shan du nord (SSA-N), de l’Armée démocratique karen bouddhique (DKBA) et de l’Organisation de l’indépendance kachin (KIO) refusent de voir leurs milices passer sous la coupe de Naypyidaw comme le prévoyaient la Constitution et le plan Border Guard Force (BGF) annoncé en avril 200917. Depuis mars 2011, une offensive localisée de Tatmadaw contre la SSA-N a déplacé près de 10 000 personnes. Le 9 juin 2011, le cessez-le-feu entre Naypyidaw et la KIO est officiellement rompu, entraînant la branche armée kachin forte de 7 000 à 8 000 hommes dans une guérilla de basse intensité, mais qui a engendré quelque 20 000 réfugiés et déplacés d’ethnie kachin, principalement le long de la frontière chinoise. Véritable épine dans le pied du gouvernement birman, les élites politiques et chrétiennes kachin – dont la participation du principal parti politique souhaitant les représenter lors des élections de 2010 a été refusée par Naypyidaw – retrouvent une unité idéologique qu’elles avaient perdue depuis l’officialisation du cessez-le-feu en 199418.

  • 19 « Politics taking side to military in new alliance », Shan Herald Agency for News, 17 février 2011

16Aussi, l’opposition au projet de barrage de Myitsone, en territoire kachin, est à l’origine d’un mouvement sociopolitique et transethnique particulièrement rassembleur. Mi-août 2011, Thein Sein déclare vouloir préparer la paix, tout en favorisant paradoxalement une approche fragmentée mêlant négociateurs militaires (commandants de région) et « civils » (gouvernements provinciaux). En septembre, Naypyidaw parvient cependant à remettre sur la table un nouvel accord de cessez-le-feu avec la puissante milice de l’ethnie Wa, ainsi qu’avec un groupe armé shan de la frontière chinoise. Mais un certain nombre de minorités, kachin, shan, karenni et chin notamment, rejettent cette option pour privilégier un accord global négocié par le Conseil fédéral des nationalités unies (UNFC), une alliance d’organisations ethniques aux intérêts divergents, formée en février 2011 par divers groupes armés issus de minorités ethniques19.

3 - Inquiétudes socioéconomiques

  • 20 Simon Montlake, « Burma opens for business. Or so goes the talk of the town under a modified regim (...)

17Les affirmations réformistes du gouvernement de Thein Sein et l’initiation d’un dialogue prometteur avec Aung San Suu Kyi ont conduit les milieux d’affaires internationaux à s’intéresser à la Birmanie, que certains voient comme un marché prometteur.20 Mais d’incontestables déficiences minent l’économie birmane qui peine encore à se lancer dans la voie du développement.

  • 21 « Burma allocates ¼ of new budget to military », Associated Press, 1er mars 2011.
  • 22 Clifford McCoy, « Asset grabs in Myanmar », Asia Times, 25 février 2011.
  • 23 « Foreign investment floods into Myanmar », The Myanmar Times, 27 juin-3 juillet 2011.

18La détermination du budget de l’État pour l’année fiscale 2011-2012 a ainsi complètement échappé au contrôle des nouvelles autorités civiles. Arrêté dès janvier 2011 par le SPDC, le nouveau budget a été rendu public en mars. Avec 23,6 % du total, le ministère de la Défense reste le principal bénéficiaire, loin devant l’éducation (4,13 %) et la santé (1,3 %), soulignent les critiques21. Par ailleurs, une deuxième vague de privatisations a suivi en février 2011 celle qui, avant les élections, avait déjà redistribué un grand nombre d’entreprises publiques à des conglomérats militaires, ou privés mais proches de la junte22. L’opacité du processus de sélection et de l’identité des nouveaux acheteurs laisse poindre la consolidation d’une puissante oligarchie. Outre la confirmation de l’essor du commerce international de la Birmanie (8,8 milliards de dollars d’exportations en 2010-201123), l’arrivée massive d’investissements directs étrangers (IDE) a engendré des interrogations. En effet, le pays a vu le montant total des IDE approuvés plus que doubler au cours de la seule année fiscale 2010-2011, selon les statistiques officielles.

Montant des investissements directs étrangers approuvés depuis 2005 (millions de dollars US)

Année

Total par année

Total cumulé

2005

6 065

13 842

2006

752

14 595

2007

172

14 768

2008

984

15 753

2009

302

16 055

2010

19 998

36 054

Source : Organisation birmane des statistiques (CS0),
publications mensuelles, années fiscales 2005-2010.

  • 24 « An industrial project that could change Myanmar », The New York Times, 28 novembre 2010.
  • 25 « China, Myanmar sign new cooperation accord », Xinhua, 17 février 2011.
  • 26 « India-Myanmar transit project to be ready by 2013 », Indo-Asian News Service, 27 septembre 2011.

19Cette hausse sans précédent provient pour majorité d’investissements pour des grands projets dans les secteurs minier et de l’énergie (gaz naturel et hydroélectricité), essentiellement chinois, thaïlandais et sud-coréens, et dont la réalisation devrait s’étaler au cours de la prochaine décennie. En outre, le SPDC a adopté le 26 janvier 2011 une nouvelle loi sur les zones économiques spéciales, afin de permettre la création de deux gigantesques complexes régionaux équipés de ports en eaux profondes et de zones industrielles connectées à l’international : l’un près de la ville de Dawei (isthme de Kra) sous la direction d’une entreprise thaïlandaise24, l’autre à Kyaukphyu sur le golfe du Bengale et qui devrait être mis en œuvre par une firme chinoise25. L’Inde, pour sa part, a engagé en décembre 2010 la construction d’un projet d’une centaine de millions de dollars destiné à développer un réseau de transports fluviaux entre le Mizoram (nord-est de l’Inde) et le port de Sittwe dans l’État de l’Arakan (Rakhine), voisin du Bangladesh26.

  • 27 Recensement personnel, Rangoun.
  • 28 « Burmese export taxes reduced from 10 percent to 7 percent », Mizzima News, 5 juillet 2011.
  • 29 « Statement by the honorable U Hla Tun, governor of the bank for Myanmar », Annual Meeting of the (...)

20L’afflux massif de devises étrangères liées au financement de ces vastes projets, mais aussi les ventes mirifiques de pierres précieuses lors d’enchères internationales organisées à Naypyidaw, et les réserves constituées des profits de la vente de gaz naturel à la Thaïlande ont contribué à une hausse spectaculaire du taux de change de la monnaie birmane, le kyat, face au dollar. Alors qu’au marché noir 1 dollar valait 1 060 kyat en octobre 2009, il n’en valait plus que 820 en octobre 201127. Pressé par les milieux d’affaires birmans qui affirment désormais leurs revendications, le gouvernement de Thein Sein a accepté en juillet 2011 de diminuer la taxe à l’exportation28. Plus généralement, la nécessité de réformer le système de taux de change multiple (officiellement, 1 dollar vaut 6 kyat) se fait plus pressante. Au point que, en août 2011, le gouvernement a demandé au Fonds monétaire international d’envoyer une mission d’aide technique pour initier ce processus de réforme structurelle29. Une prise de conscience des problèmes socioéconomiques de la nouvelle administration « civile » semble se dessiner. Afin de les résoudre, l’aide internationale paraît indispensable.

4 - Redéfinir son rapport au monde ?

  • 30 Ian Holliday, « Extending a hand in Myanmar », Dissent, vol. 58, no 2, 2011, p. 14-18.

21En 2011, Thein Sein et ses envoyés se sont lancés dans une nouvelle offensive de charme diplomatique. Une stratégie bien huilée et largement utilisée au cours des deux dernières décennies. Loin d’ouvrir le pays à l’étranger, il s’agit d’abord d’obtenir un soutien économique et financier, ainsi qu’une reconnaissance de normalité diplomatique pour un État longtemps traité en « paria » sur la scène internationale30. Cela permet également d’assurer une stabilité politique interne au pouvoir birman divisé par ses accointances diplomatiques. Contrebalancer l’influence croissante de la Chine, qui suscite de profonds ressentiments au sein des élites militaires, par des relations apaisées avec les voisins indiens et thaïlandais, les Occidentaux et les grandes organisations internationales est devenu un élément clé de la politique étrangère des nouvelles autorités.

22Thein Sein a ainsi officiellement demandé à ce que la Birmanie accède à la présidence de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean) en 2014, présidence à laquelle elle avait renoncée en 2006. La première visite internationale du président a eu lieu en Indonésie début mai 2011, à l’occasion du sommet annuel de l’Asean. De son côté, la Thaïlande, qui s’inquiète du renouveau des tensions ethniques à ses frontières, a repris avec son voisin birman un dialogue plombé par ses déboires politiques internes. Le commandant en chef des forces armées thaïlandaises s’est rendu en Birmanie en juin 2011, suivi en octobre par le Premier ministre Yingluck Shinawatra. Mi-juin 2011, une importante délégation vietnamienne conduite par le vice-Premier ministre du pays a visité Naypyidaw pour confirmer l’aide économique apportée par le Viêt Nam et les investissements de ce dernier, en matière agricole notamment.

23Surtout, les relations entre Naypyidaw et Pékin ont pris une nouvelle tournure en 2011. Si, en mai, Thein Sein a visité l’allié chinois pour confirmer de nombreux contrats de développement, sa décision unilatérale de suspendre la construction du barrage de Myitsone a été très mal accueillie. En octobre, le vice-président Tin Aung Myint Oo a tenté de raviver la relation sino-birmane en visitant à son tour Pékin, mais le renouveau du dialogue entre la Birmanie et l’Inde, et surtout avec l’Occident, inquiète de plus en plus la Chine.

24Après les élections très critiquées par Washington, les États-Unis ont toutefois repris les discussions inspirées par l’approche plus conciliante de l’administration Obama – qui maintient les sanctions américaines à l’encontre de la Birmanie, mais autorise le dialogue avec Naypyidaw. En juin 2011, le volubile sénateur John McCain a échangé à Naypyidaw avec le nouveau vice-président Tin Aung Myint Oo sur fond de relance des rumeurs de nucléarisation de la Birmanie. Un bâtiment nord-coréen venait en effet de faire route vers Rangoun, mais avait dû rebrousser chemin face à la marine américaine dans les eaux du Pacifique. Après trois années de tergiversations, un envoyé spécial américain pour la Birmanie, Derek Mitchell, a été nommé en mai 2011. Ce dernier a effectué sa première visite, jugée positive, en septembre 2011. Les États-Unis sont au cœur de la politique de sanctions à l’encontre de la Birmanie et toute levée de celles-ci passe par un difficile accord avec Washington. Les signes d’ouverture offerts par Thein Sein à partir de mars ont toutefois été notés positivement par l’administration américaine.

25Les Européens ont aussi enchaîné déplacements et consultations dans le pays. Malgré le renouvellement de la position commune le 12 avril 2011, l’assouplissement de la politique d’interdiction de visas à l’égard de quatre ministres et dix-huit vice-ministres birmans qui n’ont pas de passé militaire a été concédé par Bruxelles. En juin 2011, Robert Cooper, conseiller de la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, et Piero Fassino, envoyé spécial de l’Union européenne (UE) pour la Birmanie, ont visité Naypyidaw. Début septembre 2011, la commissaire européenne en charge des Affaires humanitaires a elle aussi visité le pays. On notera la visite en mai d’une mission d’information sur la Birmanie créée par la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale française, dont le rapport a appelé à un investissement plus large de la France – et de l’Union européenne – notamment dans les secteurs de l’éducation et de la société civile.

26Quant aux Nations unies, elles ont repris leurs activités de médiation et d’observation, bien que peu concluantes. L’envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies, Vijay Nambiar, a échangé avec la nouvelle élite birmane en mai 2011, et il a été suivi en septembre par Thomas O. Quintana, rapporteur spécial pour les droits de l’Homme. En outre, la Croix-Rouge internationale a fait son retour dans les prisons birmanes en juin, après sept années de restriction de ses activités aux programmes sanitaires. Au même moment, l’Inde a délégué son ministre des Affaires étrangères à Naypyidaw afin d’assurer la poursuite de fragiles contrats d’infrastructures difficilement négociés au cours des années précédentes. Bien qu’hésitante, New Delhi met désormais l’accent sur une politique axée sur l’aide au développement de sa voisine, un des thèmes abordés lors de la visite d’État du président Thein Sein dans la capitale indienne en octobre 2011.

27Enfin, l’armée birmane a montré que le partenariat avec la Russie demeure crucial. Une nouvelle livraison de MIG-29 à l’aviation birmane a été annoncée en mars 2011. En juin, le vice-ministre des Affaires étrangères russe débarque en Birmanie tandis que Shwe Mann observe le même mois à Moscou le fonctionnement de la Douma russe. Plus globalement, la diplomatie de Thein Sein cherche à combiner les atouts des stratégies passées en renforçant les partenariats existants, certes limités, tout en gagnant une respectabilité auprès de gouvernements hostiles ou distants, notamment afin de contrebalancer une influence chinoise visiblement jugée néfaste par de nombreux officiers de Tatmadaw. Cette politique pourrait être payante à moyen terme, mais Thein Sein devra surmonter le scepticisme du Congrès américain et les multiples voix divergentes à Bruxelles, tout en respectant les intérêts du puissant voisin chinois. L’Asean, elle aussi inquiète des tensions provoquées par l’affirmation de la Chine dans la région, se révèlera peut-être la meilleure alliée de Thein Sein à partir de 2012.

4.1 - Des fragilités de la transition

28Le 22 juin 2011, Michelle Yeoh, célèbre actrice malaisienne qui, depuis novembre 2011, incarne à l’écran Aung San Suu Kyi dans un film de Luc Besson (The Lady), s’est vue refuser l’entrée sur le territoire birman. Un signe qui illustre la fragilité des gages de bonne volonté offerts par le gouvernement Thein Sein. Malgré un optimisme rarement observé au cours des quinze dernières années, la transition tant annoncée demeure sous la coupe dirigiste des forces armées et le pays doit toujours faire face aux mêmes et multiples défis. Loin d’être démocratique, car codifiée par et pour Tatmadaw, cette transition définit cependant une gouvernance civile et parlementaire. Ce passage de témoin entre militaires et ex-militaires devenus civils en 2011 s’est progressivement accompagné de singuliers signes d’ouverture proposés par le président Thein Sein. Outre une reconnaissance des graves déficiences socioéconomiques auxquelles le pays est confronté, le nouvel appareil d’État a tendu la main à l’opposition démocratique incarnée par une Aung San Suu Kyi désormais libre, tout en se lançant dans une opération de séduction diplomatique envers la communauté internationale. Toutefois, les premiers balbutiements de l’exercice parlementaire et les rumeurs d’intrigues internes à l’armée – jusque-là discrète dans son acceptation de la transition accélérée – illustrent l’étendue de la fragilité de cet agenda. Le regain de violences interethniques laisse poindre la reprise d’une guerre civile. L’économie birmane, captive et corrompue, entrave la marche du pays vers le développement tandis que les sanctions occidentales semblent encore loin d’être levées.

29D’une plus grande acceptation de la pluralité dépendra la rupture de l’isolement imposé par les Occidentaux ces vingt dernières années. Des choix cruciaux en matière socioéconomique devront être faits dans les mois à venir, tant au sein du Parlement que dans les couloirs de l’état-major qui se taille toujours la part du lion de l’oligarchie birmane. Mais les tensions internes à cette institution militaire, réelles ou supposées, pourraient remettre en cause les maigres avancées obtenues en 2011. En effet, la consolidation de la transition militaire versus civile dépendra largement de la solidité de l’entente cordiale entre un pouvoir exécutif civil incarné par un Thein Sein aux tendances réformistes, des caciques de l’ancienne junte frustrés, des membres de l’oligarchie non étatique corrompue et des personnalités montantes de la société civile qui émergent de l’ère post-Than Shwe.

Annexes

Fiche Birmanie

Capitale : Naypyidaw

Superficie : 676 578 km²

Population (est. 2011) : 56 000 000 hab.

Langue officielle : birman

Données politiques

Nature de l’État : union fédérale

Nature du régime : présidentiel avec parlement bicaméral, sous contrôle de l’armée

Suffrage : universel (à partir de 18 ans)

Chef de l’État : Thein Sein (depuis mars 2011)

Vice-présidents : Tin Aung Myint Oo et Sai Mauk Kham (depuis mars 2011)

Ministre des Affaires étrangères : Wunna Maung Lwin

Ministre de l’Intérieur : Général Ko Ko

Échéances : élections parlementaires en 2015

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques : Birmans (69 %), Shan (8,5 %), Karen (6,2 %), Arakanais (4,5 %), Môn (2,4 %), Chin (2,2 %), Kachin (1,4 %)

Religions : bouddhistes (89,4 %), chrétiens (4,9 %), musulmans (3,9 %), animistes (1,2 %), hindous (0,5 %), autres (0,1 %)

Taux de croissance démographique (2010) : 1,52 %

Espérance de vie (2010) : 62,7 ans

Indice de fécondité (2009) : 1,89

Taux de natalité (2010) : 16,1 ‰ (rural) ou 14 ‰ (urbain)

Taux de mortalité (2010) : 8,7 ‰ (rural) ou 7,6 ‰ (urbain)

Taux de mortalité infantile (2010) : 30 ‰ (rural) ou 28,2 ‰ (urbain)

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2010) : 95,8 %

Taux d’urbanisation (2010) : 34 %

Indice de développement humain (2010) : 0,451 (rang 132) (rang 172 en 2000)

Indicateurs économiques

Monnaie : kyat (1 euro = 1 040 kyat, octobre 2011)

Balance des paiements courants (2010) : - 0,6 milliard $ US

Dette extérieure (2009) : 8,1 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita (2010) : 630 $ US

Taux de croissance du PIB (2010) : 5,5 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (2010) : agriculture (40 %), industrie/mines (23 %), services (37 %)

Taux d’inflation (2010) : 7,9 %

Taux de chômage (2010) : 4 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (2010) : 25,6 %

IDE entrant (flux) (2010) : 19,9 milliards $ US

IDE entrant (cumulé ou stocks) (2010) : 36 milliards $ US

IDE sortant (flux) : n. c.

IDE sortant (cumulé ou stocks) : n. c.

Principaux partenaires commerciaux (2010) : Chine, Thaïlande, Singapour, Inde

Importations (2010) : 6,2 milliards $ US

Principaux produits importés (2010) : machines ; équipements de transport ; pétrole raffiné ; textile ; produits pharmaceutiques ; produits alimentaires

Exportations (2010) : 8,8 milliards $ US

Principaux produits exportés (2010) : gaz naturel ; pois ; riz ; minéraux précieux et semi-précieux ; produits de la mer

Portraits

Min Aung Hlaing

Né en 1956, le général Min Aung Hlaing succède au généralissime Than Shwe au poste de commandant en chef de l’armée birmane en mars 2011, après avoir remplacé le général Shwe Mann comme chef d’état-major des trois forces armées en juin 2010. Tout comme Thein Sein, il est diplômé de la prestigieuse école militaire birmane Defence Services Academy (DSA), puis débute sa carrière militaire auprès de l’illustre 44e division d’infanterie légère. Il est promu commandant de la région militaire du Triangle d’or en 2005. Trois ans plus tard, il prend la direction du Bureau des opérations spéciales numéro 2 en charge des questions ethniques et frontalières à Naypyidaw, la nouvelle capitale administrative. Il est ainsi chargé de la planification de l’offensive militaire contre la milice Kokang, le long de la frontière chinoise, en août 2009. Peu charismatique, il est réputé pour être parvenu à s’assurer la considération des trois anciens ténors de Tatmadaw, les généraux Than Shwe, Maung Aye et Shwe Mann.

Bauk Ja

Âgée de 45 ans, Bauk Ja est une activiste d’ethnie kachin. Originaire de la vallée Hukawng, dans le nord-ouest birman, elle se fait en 2008 le porte-parole d’agriculteurs et fermiers spoliés de leurs terres par l’entreprise Yuzana, dirigée par un oligarque proche de la junte. Elle se montre ensuite particulièrement active dans la constitution de plaintes judiciaires et de pétitions qu’elle dépose auprès des autorités locales, nationales, mais aussi internationales (Bureau international du travail). Elle rejoint en 2010 les rangs de la Force démocratique nationale (NDF) afin de participer aux élections de novembre et contester le siège de la circonscription de Hpakant, au cœur de la région minière de l’État kachin. Battue, elle conteste le résultat en justice, mais abandonne sa plainte en parvenant à un accord avec son opposant, qui deviendra ministre des Coopératives du gouvernement Thein Sein et acceptera de financer des projets de développement dans sa circonscription. En juin 2011, alors que le conflit entre l’armée birmane et l’ethnie kachin reprend, elle soutient des étudiants kachin de Rangoun évincés de leur logement. En septembre, elle annonce sa volonté de poursuivre en justice la compagnie chinoise responsable du projet de barrage à Myitsone pour obtenir l’annulation pure et simple du projet. Épine dans le pied des autorités, elle a échappé à plusieurs arrestations cette année.

Affiche politique

Affiche présentant les candidats du Parti pour la Solidarité et le Développement de l'Union (USDP) pour les divers postes législatifs à pourvoir lors des élections législatives de novembre 2011 dans la circonscription de Thaketa (banlieue de Rangoun).

Notes

1 Comme recommandé par l’Académie française, nous préférons employer ici les termes francisés « Birmanie » et « Rangoun » que ceux, vernaculaires, de « Myanmar » et « Yangon ».

2 Les acronymes de la langue anglaise étant les plus répandus dans la littérature, nous les conservons dans ce texte.

3 Longue pièce d’étoffe drapée à la manière d’une jupe, similaire au sarong traditionnellement porté en Inde du Sud et en Asie du Sud-Est, le longyi est très répandu en Birmanie.

4 Pour les raisons de ces élections, leur déroulement et les résultats, voir Abel Tournier, « Birmanie : l’élection des généraux », in Arnaud Leveau et Benoît de Tréglodé (dir.), Asie du Sud-Est 2011, Bangkok, Irasec, 2011, p. 91-112 ; David Steinberg, « Myanmar in 2010 : the elections year and beyond », Southeast Asian Affairs, 2011, p. 173-189.

5 Thura est un préfixe honorifique signifiant « courageux » en birman. Thura et Thiha Thura sont les deux plus prestigieuses médailles militaires accordées pour hauts faits de guerre en Birmanie.

6 « Burma military rule ends, but retains grip », The Bangkok Post, 30 mars 2011.

7 Richard Horsey, « Who’s who in the new Myanmar government », Conflict Prevention and Peace Forum Briefing Paper, 14 avril 2011.

8 À propos de la première session du Parlement, voir Richard Horsey, « The initial functioning of the Myanmar legislature », Conflict Prevention and Peace Forum Briefing Paper, 17 mai 2011.

9 Sur les changements de l’été 2011, voir International Crisis Group, « Myanmar : major reform under way », Asia Briefing, no 127, 22 septembre 2011.

10 James O’Connor, State Building, Infrastructure Development and Chinese Energy Projects in Myanmar, Bangkok, Irasec, « Notes de l’Irasec », no 10, mars 2011.

11 « The government is elected by the people and it has to respect people’s will », The New Light of Myanmar, 1er octobre 2011.

12 Larry Jagan, « Burma’s new political dynamics », Radio Free Asia, 9 septembre 2011.

13 À ce sujet, voir Lois Desaine et Abel Tournier, « Birmanie : une transition sous contrôle », in Arnaud Leveau et Benoît de Tréglodé (dir.), Asie du Sud-Est 2010, Bangkok, Irasec, 2010, p. 95-112.

14 National League for Democracy, Sanctions Against Burma. A Review by the National League for Democracy, 8 février 2011.

15 Larry Jagan, « What Thein Sein promised Suu Kyi », Asia Times, 30 septembre 2011.

16 Ainsi du comédien Zarganar et de la jeune activiste Su Su Nway : voir « Myanmar frees scores of political prisoners », AFP, 12 octobre 2011.

17 Transnational Institute & Burma Centrum Nederland, « Conflict or peace? Ethnic unrest intensifies in Burma », Burma Policy Briefing, no 7, juin 2011.

18 Entretiens avec les dirigeants de la KIO/KIA, août 2011.

19 « Politics taking side to military in new alliance », Shan Herald Agency for News, 17 février 2011.

20 Simon Montlake, « Burma opens for business. Or so goes the talk of the town under a modified regime », Forbes Asia, septembre 2011.

21 « Burma allocates ¼ of new budget to military », Associated Press, 1er mars 2011.

22 Clifford McCoy, « Asset grabs in Myanmar », Asia Times, 25 février 2011.

23 « Foreign investment floods into Myanmar », The Myanmar Times, 27 juin-3 juillet 2011.

24 « An industrial project that could change Myanmar », The New York Times, 28 novembre 2010.

25 « China, Myanmar sign new cooperation accord », Xinhua, 17 février 2011.

26 « India-Myanmar transit project to be ready by 2013 », Indo-Asian News Service, 27 septembre 2011.

27 Recensement personnel, Rangoun.

28 « Burmese export taxes reduced from 10 percent to 7 percent », Mizzima News, 5 juillet 2011.

29 « Statement by the honorable U Hla Tun, governor of the bank for Myanmar », Annual Meeting of the Boards of Governors of the World Bank and International Monetary Fund, 23 septembre 2011.

30 Ian Holliday, « Extending a hand in Myanmar », Dissent, vol. 58, no 2, 2011, p. 14-18.

Table des illustrations

Titre La Birmanie
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2381/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Affiche présentant les candidats du Parti pour la Solidarité et le Développement de l'Union (USDP) pour les divers postes législatifs à pourvoir lors des élections législatives de novembre 2011 dans la circonscription de Thaketa (banlieue de Rangoun).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2381/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

Auteurs

Diplômé de l’Institut d’études politiques (IEP) de Bordeaux et de l’Institut des langues et civilisations orientales de Paris (Inalco), est docteur en science politique de l’IEP de Paris (2006), sa thèse ayant déconstruit l’argument d’une rivalité sino-indienne prenant forme en Birmanie depuis 1988. Research Assistant Professor auprès de l’université de Hong Kong depuis 2009, il est rattaché au Hong Kong Institute for the Humanities and Social Sciences (inc. Centre of Asian Studies). Il y poursuit ses travaux sur les questions relatives à la montée en puissance de l’Inde et de la Chine en Asie du Sud-Est, sur les problématiques politiques et transitionnelles de la Birmanie contemporaine, ainsi que sur les réseaux transnationaux des différentes communautés diasporiques birmanes. Il est l’auteur de Wooing the Generals. India’s New Burma Policy (New Delhi, CSH-Authorspress, 2003) et de Histoire de la Birmanie contemporaine. Le pays des prétoriens (Paris, Fayard, 2010).

Chercheur partenaire de l’Irasec, spécialiste de la Birmanie contemporaine. Diplômé de l’IEP de Paris et de l’Inalco, il s’intéresse depuis 2006 aux questions politiques et économiques en Birmanie où il effectue des séjours prolongés.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site