Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2012 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Jérémy Jammes
, 
Benoît de Tréglodé

Avant-propos. Énergie et souveraineté(s) en Asie du Sud-Est

Jérémy Jammes et Benoît de Tréglodé

Texte intégral

1Contrariant certaines analyses en cours depuis plusieurs siècles, l’Asie du Sud-Est n’est pas que l’ombre de ses puissants voisins chinois ou indiens, mais devient de plus en plus l’épicentre d’une intense activité géopolitique. Cette région suscite la convoitise de ses voisins dans différents domaines attractifs ou compétitifs (hydrocarbures, maind’œuvre, production agroalimentaire…), attisant des tensions sociales et des trafics en tous genres. Le présent ouvrage revient, sous la forme de dossiers, de débats et de chapitres par pays, sur certaines des zones sismiques particulières de cette région : la vitalité de trafics tous azimuts (de personnes, d’armes, de drogue, de bois, d’espèces animales et de contrefaçons) ; la recrudescence des conversions au protestantisme évangélique qui accompagne ou stimule les transformations des sociétés en Asie du Sud-Est ; le conflit Chine-Viêt Nam autour de questions énergétiques et qui stigmatisent des rivalités entre la Chine et les États-Unis. Trafic, christianisme et énergie deviennent les points d’orgue de l’instabilité ou de la stabilité géopolitique dans cette région du monde.

2L’actualité des années 2010-2011 révèle avec une certaine évidence une redistribution décisive des producteurs, consommateurs et distributeurs de puissance énergétique, nucléaire, maritime, agroalimentaire, etc., qui projette inévitablement l’Asie du Sud-Est sur la scène internationale et redessine le profil sécuritaire de la région. Citons quelques exemples.

3Optant subitement pour une stratégie d’ouverture vers de nouveaux partenaires étrangers, la Birmanie connaît une hausse exponentielle sans précédent des investissements étrangers (près de 20 millions de dollars en 2010 contre 300 000 dollars l’année précédente), dont la majorité est issue de projets colossaux dans les secteurs minier et de l’énergie (gaz naturel et hydroélectricité), essentiellement chinois, thaïlandais et sudcoréens. Le Laos entre dans la catégorie des pays « à revenu moyen inférieur » grâce à une économie expansionniste (avec les risques environnementaux que cela suppose) fondée sur le développement des secteurs minier, hydroélectrique et de l’agriculture commerciale exportatrice.

4Les groupes Total, PetroVietnam et Chevron notamment se font connaître au large de la ville cambodgienne de Sihanoukville par des chantiers d’exploration et des promesses d’investissements, révélant le potentiel énergétique et financier de ces gisements.

5Le sultanat du Brunei consolide quant à lui son modèle économique formé autour et à partir d’une rente pétro-gazière en investissant dans le gonflement de ses réserves en la matière. Après avoir réglé un contentieux territorial avec la Malaisie et à la suite de la découverte de nouveaux gisements en eaux profondes, le Brunei repousse d’une, voire de plusieurs dizaines d’années l’avènement de l’ère post-hydrocarbures, estimé au début de 2010 à quelque seize années de pétrole et plus d’une trentaine de gaz.

6Notre chronologie des événements principaux survenus en Asie du Sud-Est en 2011, en fin d’ouvrage, démontre à elle seule combien les relations internationales dans la région peuvent être rythmées et mises sous tension par la question énergétique en « mer de Chine méridionale » (vue de Pékin), en « mer de l’Est » (vue d’Hanoi) ou en « mer des Philippines de l’Ouest » (vue de Manille). La publication officielle par la Chine, le 10 avril, d’un rapport sur les réserves en hydrocarbure en mer de Chine du Sud, a confirmé les velléités énergétiques de Pékin dans la région et sa représentation extensible des marges méridionales de sa souveraineté maritime.

7Allant à l’encontre des démarcations juridiques des espaces maritimes nationaux et internationaux, ce rapport a produit une onde de choc qui s’est fait ressentir tout au long de l’année 2011, animant les rencontres et les (fragiles) alliances au sein de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean), tandis que des rapprochements bilatéraux des pays de la région se multiplient avec la Russie, l’Inde et les États-Unis.

8Le modèle de développement économique en cours en Asie du Sud-Est doit faire face aux contraintes d’une forte croissance démographique et économique, d’une urbanisation galopante, d’une fièvre consumériste, le tout suscitant une dégradation de l’environnement et le retour de conflits bilatéraux ou régionaux. Le phénomène peut être généralisé à la planète, mais il connaît une importance aiguë dans cette région du monde avec des taux de croissance démographique (de 2,4 % au Timor-Leste ou 2,3 % en Birmanie) et d’urbanisation très élevés (70 % en Malaisie, 65 % aux Philippines et 52 % en Indonésie). Le tout fait bien entendu écho à des taux de croissance du PIB qui sont encore pour la plupart élevés : 7,5 % au Laos (2009), 7 % au Timor-Leste (2010), 6 % en Indonésie (est. 2010) et au Cambodge (est. septembre 2011), 5,3 % au Viêt Nam (2009).

9Quel que soit le scénario écologique retenu, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) – qui représente les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) – prévoit que les combustibles fossiles resteront la source énergétique prédominante en 2035. Les projections les plus optimistes estiment que « les gisements exploités aujourd’hui ne devraient plus fournir qu’un cinquième de la production totale de pétrole conventionnel, ce qui signifie que plus de 80 % de la production devront provenir de nouveaux gisements en 2035 », de quoi justifier les actuelles et féroces transactions dans la région pour l’extraction de combustibles (gaz et pétrole).

10Dans ce contexte énergétique, un des enjeux des pays d’Asie du Sud-Est est de limiter leur vulnérabilité nationale face aux ruptures d’approvisionnement. Et ce d’autant plus que les poches de contestation des régimes en cours se font de plus en plus entendre dans la rue, suscitant la crispation des gouvernements et des actes de répression ciblés. La crainte d’une contagion du « printemps arabe » dans la région a été nettement exprimée lors des congrès des Partis communistes vietnamien et laotien par exemple, et constitue une hantise de la plupart des régimes à « tendance » autoritaire ou franchement dictatoriaux comme en Birmanie, à Singapour, en Malaisie ou au Cambodge.

11Les stratégies énergétiques choisies par les gouvernements sont aussi diverses que diversifiées. Si la carte de l’intégration régionale et de l’Asean est acceptée unanimement, l’on assiste aussi à une multiplication des négociateurs (Birmanie, Viêt Nam), à une vitalisation de réseaux de solidarité familiaux et ethniques (Singapour) ou religieux (Malaisie, Indonésie), ou bien encore à un détournement par une élite au pouvoir et sa clientèle (Cambodge). Un des modèles dans la région, le Brunei, demeure prudent dans sa politique de diversification productive, rappelant à l’économiste le poids du facteur socioculturel dans de tels choix politiques.

12Derrière cette actualité se déploient des stratégies géopolitiques originales et un système d’alliances bilatérales et internationales (Asean + 3 ou 4) qui pourraient être éprouvés dans les mois et années à venir. Si l’on ajoute à cette redistribution des puissances énergétiques la nouvelle répartition des puissances nucléaire, maritime et agroalimentaire, par exemple, la carte géopolitique de la région est alarmante. Potentiellement désastreuses sur le plan géopolitique (conflit en mer de Chine ou au temple khmer de Preah Vihear, où le sang a coulé alors qu’aucune goutte de pétrole n’a encore été extraite des gisements sous-marins cambodgiens), les stratégies en cours révèlent une nécessaire évolution de la gouvernance régionale et, bien entendu, mondiale dans le secteur de l’énergie. Or le patchwork des modes de gouvernance et, ne l’oublions pas, des charismes politiques qui tiennent une place si prépondérante dans cette région du monde (le président philippin Benigno Aquino III en Indonésie, les rois Bhumibol en Thaïlande et Sihanouk au Cambodge, etc.) rend encore plus complexe les problèmes, leur formulation, ainsi que les solutions politiques, économiques, voire religieuses proposées par les États ou les populations : union fédérale militaire (Birmanie), monarchie islamique malaise ou sultanat (Brunei), monarchie constitutionnelle (Cambodge et Thaïlande), république communiste (Laos), république socialiste à parti unique (Viêt Nam), république présidentielle (Indonésie), républiques unitaires avec un régime démocratique présidentiel (Philippines), parlementaire autoritaire (Singapour) ou démocratique parlementaire (Timor-Leste).

  • 1 Jacques Grinevald, La biosphère de l’anthropocène, Genève, Georg, 2007, p. 12.

13L’Asie du Sud-Est connaît unanimement aujourd’hui sa « révolution thermo-industrielle » « qui scelle de manière décisive la relation entre l’énergie et le développement économique »1 et qui plonge les pays de la région dans une dynamique historique nouvelle, aux implications socioécologiques, géopolitiques et anthropologiques décisives. Trois dossiers, un débat et onze chapitres pour chacun des pays de la région donnent forme à Asie du Sud-Est 2012. Fruit du travail de terrain tout au long de l’année d’une vingtaine de chercheurs, cet ouvrage procure des clés solides pour décrypter non seulement l’actualité brûlante, mais aussi les structures sociologiques, géopolitiques et économiques d’une région aussi dynamique qu’énergétique, au sens propre comme au figuré.

Indices IDH Asie du Sud-Est 2011

Indices IDH Asie du Sud-Est 2011

Taux de change monnaies locales/euros (novembre 2011)

Monnaie locale

Euro

1 € converti en monnaie locale

Birmanie

1 kyat

0,11257

8, 54 kyat

Brunei

1 dollar de Brunei

0,56125

1,73 dollars de Brunei

Cambodge

1 riel

0,00018

5 566,18 riel

Indonésie

1 roupie indonésienne

0,00008

12 115,3 roupies indonésiennes

Laos

1 kip

0,00009

10 597,50 kip

Malaisie

1 ringgit

0,23303

4,28 ringgit

Philippines

1 peso philippin

0,01705

58,33 peso philippins

Singapour

1 dollar de Singapour

0,56932

1,76 dollars de Singapour

Thaïlande

1 baht

0,02374

41,87 baht

Timor Leste

1 dollar des États-Unis

0,74

1,35 dollars des États-Unis

Viêt Nam

1 đồng

0,00003

28 088,20 đồng

Source : http://www.oanda.com/​currency/​converter/​ (consulté le 22 novembre 2011).

Notes

1 Jacques Grinevald, La biosphère de l’anthropocène, Genève, Georg, 2007, p. 12.

Table des illustrations

Titre Indices IDH Asie du Sud-Est 2011
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2368/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k

Auteurs

Directeur adjoint de l’Irasec à Bangkok, est docteur en ethnologie. Le sujet de sa thèse, soutenue à l’université Paris-X en 2006, portait sur le caodaïsme, l’activité missionnaire, les rituels médiumniques et les réseaux outre-mer de cette religion vietnamienne. Il a orienté ses recherches sur le christianisme auprès des populations vietnamiennes et montagnardes des deux côtés de la frontière vietnamo-cambodgienne, séjournant deux ans au Cambodge. C’est dans cette perspective qu’il codirige avec Pascal Bourdeaux (EPHE) un ouvrage collectif sur le protestantisme en Asie du Sud-Est. Il a dirigé avec ce dernier un numéro thématique sur les « Religions du Vietnam (XVIIIe-XXIe s.), ésotérisme traditionnel et nouvel occultisme » (Péninsule, décembre 2010) et a récemment publié le chapitre « L’État vietnamien face à la religion Cao Đài : procédures punitives et réponses des fidèles du Saint-siège de Tây Ninh » (in Arnaud Brotons, Yannick Brunneton et Nathalie Kouamé (dir.), État, Religion, Répression dans l’histoire de l’Asie orientale (XIIIe-XXIe siècles), Paris, éditions Karthala, 2011).

Bangkok, le 1er décembre 2011
Directeur de l’Irasec à Bangkok, est docteur en histoire et civilisation de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Pensionnaire pendant trois ans du centre de Hanoi de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO), puis du Collegium Budapest en Hongrie, ancien attaché culturel en charge de la coopération universitaire à l’ambassade de France à Tokyo, il a fondé et dirigé le Groupe d’études sur le Viêt Nam contemporain (Sciences Po, EHESS, MSH) et le séminaire « Sociétés et construction étatique aux Viêt Nam, Laos et Cambodge contemporains » de l’EHESS. Il est l’auteur de Héros et révolution au Viêt Nam (nouvelle édition remaniée à paraître en anglais en 2012 à Singapour chez NUS Press), de Naissance d’un État-Parti : le Viêt Nam depuis 1945 (dir. avec Christopher Goscha, Paris, Les Indes savantes, 2004) et de Viêt Nam contemporain (dir. avec Stéphane Dovert, Paris, Les Indes savantes, 2009). Il a coordonné et corédigé avec Arnaud Leveau les deux précédentes éditions de L’Asie du Sud-Est (2010 et 2011).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site