Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2011 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Arnaud Leveau

Troisième partie. La région

Viêt Nam

Une année à l’ombre du Congrès

Christophe Gironde et Benoît de Tréglodé

Texte intégral

1L’année 2010 restera marquée par la préparation du XIe Congrès du Parti communiste vietnamien (PCV) prévu pour début 2011. Pourtant, les décisions qui y seront adoptées ne devraient avoir guère d’influence sur le cours du développement économique du Viêt Nam. Comment le Parti prépare-t-il son Congrès, comment se (re) positionne-t-il dans le système d’État-Parti et par rapport à une société en profonde transformation ? De quelle marge de manœuvre le Viêt Nam dispose-t-il face à son « encombrant » voisin chinois ? Telles sont les principales questions politiques qui se posent à la fin de l’année 2010. Sur le plan économique, une nouvelle phase de croissance élevée – de l’ordre de 7 % par an pour la période 2011-2015 – se dessine, mais la question se pose de savoir si ce contexte prévisionnel de croissance peut permettre au Viêt Nam de moderniser son appareil productif et d’assumer son nouveau statut de pays à revenu intermédiaire.

1 - « L’édification du Parti, une tâche clé »

  • 1 La vie idéalisée du secrétaire du Parti de la province de Vĩnh Phúc, Kim Ngọc, est l’objet d’une s (...)

2Nông Đức Mạnh, secrétaire général du PCV, n’a eu de cesse de le répéter : « Le développement de l’économie est une tâche centrale, l’édification du Parti une tâche clé. » Sous l’égide du Bureau politique ou du Comité central, la préparation du XIe Congrès du PCV a largement dominé l’agenda 2010, à la fois dans les comités de province, de district, les villages, les entreprises publiques, les organisations de masse et les syndicats. Le Parti réaffirme son rôle de moralisateur de la société1. En octobre, la célébration du millénaire de Hanoi lui a donné, avec force, les moyens de le rappeler. La crise économique internationale lui en a également offert l’occasion en lui permettant d’expliquer combien il est important d’encadrer le capitalisme financier pour en contenir les dérives. Mais moralisation rime souvent avec répression. En avril, la directive 34 revenait sur la nécessité d’encadrer les libertés civiles afin de « protéger la société d’un risque d’éclatement ». En 2010, au moins vingt-cinq Vietnamiens (avocats, blogueurs, militants des droits de l’Homme) ont été arrêtés et condamnés pour leur liberté d’expression. La répression des opposants ou des forces de contestation ne signifie pas pour autant que le régime se sente davantage menacé. Il s’agit aussi de signaux entre rivaux dans des luttes politiques au sein de l’appareil d’État (Parti versus gouvernement, ministère versus ministère, services de sécurité entre eux, etc.) pour le maintien au pouvoir d’un clan.

  • 2 Christian Culas et Nguyễn Văn Sửu (dir.), Norms and Pratices in Contemporary Rural Vietnam. Social (...)

3Fort de ses 3,5 millions de membres, l’équivalent de près d’un dixième de la population active, le PCV est omniprésent et tient en main la bureaucratie. Il n’est pas pour autant exempt de toute critique. L’ouverture du pays engendre aussi un vide, une crise des valeurs qui est en train de créer un décalage entre les générations, les classes sociales, les ethnies et les terroirs. En 2009, la crise de la bauxite a été à l’origine d’une pétition lancée par des opposants et signée par plus de 2 700 personnes, un rassemblement hétéroclite de chercheurs, d’intellectuels, de vieux membres du Parti déçus par le nouvel affairisme, de quelques dissidents politiques et d’adversaires du régime de Hanoi au sein des communautés de Việt Kiều (les « Vietnamiens d’outre-mer »). La base du mouvement est aujourd’hui en train de s’élargir, et cela d’autant plus facilement que les « anti-bauxite » recourent désormais systématiquement au patriotisme antichinois. Une seconde pétition a été lancée à l’automne. Des personnalités aussi emblématiques que Nguyễn Thị Bình, ancienne vice-présidente de la RSVN (République socialiste du Viêt Nam), le général Lê Vãn Cýõng ou le vieil intellectuel communiste Nguyên Ngọc y figuraient parmi les premiers signataires. Le texte a été signé par plus de 2 500 personnes en quelques semaines. La politisation du mouvement a divisé l’appareil d’État. Le plus jeune frère du président Nguyễn Minh Triết, anciennement secrétaire du Parti de la province d’An Giang, a apporté son soutien au mouvement. Nguyên Ngọc est intervenu dans les médias pour condamner l’érosion de la culture villageoise, la hausse de l’individualisme à l’origine d’une recrudescence des viols et des crimes sur les enfants, etc. Plusieurs vieux intellectuels lui ont emboîté le pas pour critiquer, et cette fois très ouvertement, un privilège des personnes âgées au Viêt Nam à qui l’on octroie traditionnellement plus de liberté de parole, ainsi que l’incapacité du Parti communiste à gérer la transition. Dans la culture vietnamienne, le pouvoir a toujours toléré un « accommodement du pouvoir », une manière pour le peuple de s’adapter aux décisions de l’autorité centrale. Cette critique de l’admissible, l’État l’a toujours acceptée. Il en est de même aujourd’hui. La population s’engouffre lentement dans la brèche. Deux bavures policières au cours de l’année ont provoqué de violents heurts en province, à Thanh Hóa puis à Bắc Giang, des milliers d’habitants protestant contre les décès, « accidentels », de personnes innocentes lors de leurs gardes à vue. Serait-ce là la preuve d’une plus grande liberté dans la société2 ?

  • 3 Rappelons que le produit intérieur brut du Viêt Nam est de 93,5 milliards de dollars courants en 2 (...)
  • 4 Groupe de construction navale, Vinashin fabrique également des plates-formes pétrolières, des équi (...)
  • 5 James Hookway et Patrick Barta, « A troubled state flagship makes waves in Vietnam », The Wall Str (...)
  • 6 Vedan s’est engagée à indemniser les paysans du Ðồng Nai à hauteur de 6,15 millions de dollars.
  • 7 Un réseau de soutiens à Hanoi ou Hô Chi Minh Ville demeure indispensable pour l’ascension des diri (...)

4Plusieurs scandales, cette année encore, ont rappelé qu’au Viêt Nam le politique conserve l’ascendant sur l’économique. Latente depuis deux ans, l’affaire Vinashin a finalement éclaté le 1er juillet lorsque le gouvernement a annoncé la restructuration du groupe qui affichait alors une dette de 4,3 milliards de dollars (soit 4,5 % du produit intérieur brut – PIB – du pays en 2009)3. La diversification des activités du groupe s’est traduite par autant de prises de risques et de « prises d’intérêts » pour ses dirigeants et ses cadres4. Phạm Thanh Bình, son directeur, a été mis « en détention provisoire pour avoir violé intentionnellement les réglementations de gestion économique provoquant de graves conséquences ». Le même sort a été réservé à son successeur un mois plus tard. Et le gouvernement s’est vu vivement critiqué pour avoir injecté des capitaux publics dans le conglomérat depuis 2005 en dépit de sa mauvaise gestion5. L’éviction du directeur de Vinashin a répondu aussi à des enjeux politiques. Plusieurs proches du Premier ministre ont été condamnés par la justice et par le Parti. Plus généralement, au Viêt Nam, les affaires et scandales, savamment distillés dans les médias, sont l’occasion de régler des comptes personnels. Il en a ainsi été cette année de l’affaire de la pollution de la rivière Thị Vải, causée par l’entreprise taiwanaise Vedan6, ou de l’affaire Jet Star dont le directeur au Viêt Nam, Lýõng Hoài Nam, a été arrêté pour ne pas avoir respecté les règles de sécurité aérienne. La politique vietnamienne est construite autour de rapports de forces entre des clans qui se constituent selon l’origine géographique (notamment autour des trois principaux sous-ensembles régionaux, le Nord, le Centre et le Sud), les réseaux de formation (ou lieux d’études, dans l’ancien bloc soviétique, en Chine ou dans les meilleures universités anglo-saxonnes) et la famille7. Il n’existe pas de rivalités au sens strictement idéologique du terme. L’argent joue également un rôle grandissant dans ces rapports et la réorganisation des groupes de pouvoir. Et le discours se dérègle parfois lorsque c’est l’État qui est en cause, comme cela a été le cas avec le fonds d’investissement gouvernemental SCIC dont les salaires des responsables, révélés par la presse, étaient élevés malgré les médiocres rendements de l’organisme. L’affaire a soulevé une forte indignation populaire et mis dans l’embarras des proches du Premier ministre.

  • 8 Nguyễn Lệ Chi, « Kêu gọi cải cách chính trị tại Trung Quốc » [Appeler à une réforme politique en C (...)

5Depuis vingt-cinq ans, une classe moyenne éduquée, et urbaine le plus souvent, s’est imposée. Ces Vietnamiens aiment parler de politique et n’hésitent plus désormais à critiquer ouvertement les travers de l’administration, les élites à l’échelon local et au sommet de l’appareil. Cette liberté de ton ne s’accompagne pas encore d’une revendication structurée visant plus de démocratie sou l’instauration immédiate du multipartisme. Mais le PCV prend les devants et communique sur sa démocratisation. L’exemple de la Chine en la matière est systématiquement mis en avant8. S’agit-il de répondre à l’évolution de la société ? La stratégie est de mettre de côté les personnalités trop impopulaires localement, pour ne pas donner prise aux protestations citoyennes. « La démocratie est la clé, le levier du renouveau. L’élection du secrétaire du Parti au suffrage direct vise à étendre la démocratie au sein du Parti », affirme Nguyễn Đình Hýõng, ancien vice-président de la Commission centrale de ladite Organisation du Parti. L’expérimentation de l’élection du secrétaire du Parti au suffrage direct par les délégués du Congrès a été instaurée cette année dans 1 400 comités du Parti de la base et 230 comités du Parti des districts. Elle a été élargie aux réunions locales de préparation du Congrès du Parti de dix provinces à travers le pays (Tây Ninh, Hà Tĩnh, Lai Châu, Ðà Nẵng, Thái Bình, Ninh Thuận, Quảng Ngãi, Kon Tum, Bến Tre et Sóc Trăng). Enfin, le Bureau politique du Parti a chargé la Commission centrale de l’Organisation du Parti de se préparer à la possibilité d’élire le secrétaire général du Parti à l’occasion du XIe Congrès. Comment interpréter cette expérience ? Elle pose pour le moins la question de la nature du choix proposé aux électeurs. Dès lors qu’il doit se faire entre plusieurs candidats officiels retenus par le Parti, peut-on vraiment parler de démocratisation ?

2 - L’armée du peuple n’est jamais très loin…

  • 9 Carlyle A. Thayer et Gérard Hervouet, « The army as a political and economic actor in Vietnam », i (...)
  • 10 Christophe Gironde, Benoît de Tréglodé, « Viêt Nam. La crise, quelle crise ? », in Benoît de Trégl (...)
  • 11 The Military Balance in Asia : 1990-2010. A Quantitative Analysis, rapport CSIS, 14 septembre 2010 (...)

6À l’approche d’un Congrès, l’influence de l’Armée populaire du Viêt Nam (APVN) est traditionnellement plus marquée9. Elle n’hésite pas à intervenir dans le débat politique lorsqu’elle l’estime nécessaire. À l’automne, ce sont des officiers de l’APVN qui ont défendu publiquement le Premier ministre Nguyễn Tấn Dũng en proie à une recrudescence de critiques dans l’affaire Vinashin. Certes, les questions de défense nationale ne sont toujours pas discutées à l’Assemblée nationale et les poser continue d’être tabou au Viêt Nam. Et, pourtant, la visibilité des militaires au sein du futur Bureau politique (et de son Comité permanent) et du Comité central à la tête des provinces est faible. Leur nombre dans le Comité central du Parti diminue même depuis plusieurs années. On en compte 18 parmi les 160 membres titulaires élus au Xe Congrès et beaucoup sont d’ailleurs des commissaires politiques. À la différence de Lê Khả Phiêu (secrétaire général du PCV de 1997 à 2001), le sommet de l’État n’est pas représenté par des militaires. Du moins en apparence (cf. portrait de Nguyễn Thiện Nhân). Il convient de ménager les bailleurs de fonds occidentaux. L’exemple birman est dans toutes les têtes. Au Viêt Nam, le ministère de la Défense est riche, mais son budget a été opportunément gelé en 2010. La prudence est de mise. En 2009, la Chine a condamné les programmes d’acquisition de la marine vietnamienne10. Symboliquement, dans l’attente de son nouveau bâtiment sur la place Ba Đình, les sessions de l’Assemblée nationale se tiennent dans l’amphithéâtre du ministère de la Défense. En valeur absolue, le budget de la Défense augmente légèrement depuis dix ans mais, en valeur relative, sa part dans le budget national continue de décroître11. En 2009, les achats d’équipements de douze avions de combat Su-30 Mk2 ne figuraient pas dans le budget officiel. Depuis le traumatisme de la démobilisation de l’APVN au Cambodge à la fin des années 1980, le ministère dispose de ses propres ressources au sein du budget central. Les politiques d’acquisition (gérées par les deux centrales d’achat rivales, la Vacsuco et le Gaet) dépendent en grande partie d’un second budget, une « caisse noire », dont le montant est gardé secret. Les activités financières et commerciales du ministère lui permettent d’engranger d’importants bénéfices, la gestion foncière du Grand Hanoi également.

7Du temps de Phạm Vãn Trà (ministre de la Défense de 1997 à 2006), il était difficile d’évoquer ouvertement la question de la modernisation de l’armée. En 2010, cela pose moins problème, l’APVN mettant en avant la vétusté de ses équipements, et notamment ceux de la marine nationale et de l’armée de l’air, et la nécessité en période d’intégration du pays sur la scène internationale d’un « élargissement de l’éventail des partenaires économiques de l’Armée populaire du Viêt Nam ». Depuis la visite du Premier ministre français François Fillon au Viêt Nam (novembre 2009), la France travaille à un partenariat de défense avec Hanoi. Selon le général Nguyễn Châu Thành, directeur général des Techniques du ministère de la Défense, le Viêt Nam doit aujourd’hui moderniser son armée, et rapidement.

3 - Le Viêt Nam, la Chine et le reste du monde

8Vinashin, Vedan, Jet Star, les actions du mouvement « antibauxite »… toutes ces affaires ont permis aux opposants au Premier ministre, à l’approche du Congrès, de lui reprocher devant l’Assemblée nationale d’avoir cédé à des pressions chinoises. L’argument est classique au Viêt Nam. En 2000, l’ancien secrétaire général du Parti, Lê Khả Phiêu, a subi des accusations similaires à la suite de l’accord sur les frontières terrestres signé avec la Chine. À l’approche du Xe Congrès du Parti en 2004, le PCC a menacé son homologue vietnamien de divulguer au public des cas de corruption à très haut niveau qui pourraient être fatals au PCVN. Le Premier ministre Nguyễn Tấn Dũng est aujourd’hui accusé d’avoir touché un pot-de-vin de 150 millions de dollars.

  • 12 La RSVN avait précédemment publié deux Livres blancs sur la défense (1998 et 2004) : www.scribd.co (...)
  • 13 www.iiss.org/conferences/the-shangri-la-dialogue/

9Début 2010, le Viêt Nam a énoncé pour la première fois clairement dans son troisième Livre blanc sur la défense le « caractère encombrant du grand voisin du Nord12 ». L’acte, officiel, est surprenant et audacieux car, pour encombrante qu’elle puisse être, la Chine aurait accordé au Viêt Nam une aide financière substantielle début 2008. Alors que, dans les discours officiels, la relation avec Pékin est excellente, la situation est plus confuse sur le terrain. Les craintes irrationnelles réapparaissent, comme en témoigne la panique liée au projet de construction d’une centrale nucléaire chinoise dans le Guangxi à proximité de la ville frontalière de Móng Cái qui, en cas d’accident, menacerait la capitale vietnamienne. En juin, à l’occasion du Dialogue Shangri-La à Singapour, le général Phùng Quang Thanh, ministre de la Défense depuis 2006 et personnalité populaire au Viêt Nam, a prononcé un discours très offensif à l’encontre de la Chine13. Parallèlement, les dirigeants jusque-là connus pour leur soutien ouvert à la politique de Pékin, tels Tô Huy Rứa (président de la Commission de propagande et d’éducation du Comité central) ou Trýõng Tấn Sang (membre du Bureau politique, membre permanent du secrétariat du Comité central du PCV), sont en perte d’influence.

  • 14 Nguyễn Chí Vịnh (vice-ministre de la Défense et ancien chef des services secrets) rappelle toutefo (...)

10En 2010, la question des îles des Spratleys (Trýờng Sa) et des îles Paracel (Hoàng Sa) a continué d’occuper le devant de la scène. En juin, le Comité provincial du Parti communiste chinois (PCC) à Hainan a annoncé un plan de développement de l’île (qui comprend administrativement les îles Paracel) en trois étapes : « Début des chantiers en 2010, achèvement de la transformation des éléments touristiques fondamentaux en 2015, et accomplissement des tâches principales en 2020. » La réaction du Viêt Nam a été immédiate. Le PCV savait qu’il devait faire quelque chose pour protéger un territoire qui se tourne aujourd’hui vers la mer (les quatre cinquièmes du commerce extérieur empruntent la voie maritime). En juillet, Hillary Clinton a déclaré, lors du Forum régional de l’Asean à Hanoi, que Washington défendrait désormais une « gestion pacifique de la souveraineté en mer de Chine orientale entre les différents belligérants ». La déclaration a fait l’effet d’une bombe. La Chine a interrompu la séance avant de protester violemment. Depuis le printemps 2009, il est conseillé aux journalistes vietnamiens de ne plus s’exprimer librement sur la Chine et de se conformer à l’esprit des déclarations officielles. En 2010, les arraisonnements de pêcheurs vietnamiens par la marine chinoise au large des îles Paracel ne se sont pas ralentis. La ville de Ðà Nẵng en a profité pour donner le nom de ces îles à deux de ses rues. Hasard du calendrier, une escale historique et « amicale » début août du porte-avions américain George-Washington et du destroyer John-S. -McCain à Ðà Nẵng a été largement médiatisée14. Le rapprochement États-Unis-Asean déplaît à Pékin. Les tensions de l’été ont toutefois été tempérées lors de la première réunion régionale des ministres de la Défense qui s’est déroulée à Hanoi en octobre.

  • 15 Article du China Daily, Pékin 22 septembre 2010.
  • 16 Hýõng Giang, « Hợp tác không phýõng hại ðến nýớc khác » [Coopérer ne porte pas préjudice aux autre (...)

11L’année 2010 a été marquée pour la RSVN par sa présidence tournante de l’Asean. La coopération régionale est l’une des priorités affichées de Hanoi. L’Asie du Sud-Est représente 60 % de ses exportations (dont une bonne partie est réexportée vers les États-Unis et l’Union européenne). Mais la Chine voit désormais derrière le multilatéralisme de l’Association la présence de Washington15. La RSVN continue de vouloir équilibrer ses partenariats. Les États-Unis sont aujourd’hui le 6e pays investisseur étranger16. Les liens entre Hanoi et Washington se sont renforcés. Certains officiels n’hésitent pas à évoquer une nouvelle « communauté d’esprit ». Sont évoqués l’influence regagnée par les réseaux des Việt Kiều à la périphérie du pouvoir (dont le gendre du Premier ministre) et le nouveau pragmatisme de la politique étrangère de Hanoi. La division entre pro-Chinois et pro-Américains n’est pas au centre des enjeux de politique intérieure. La majorité des membres du Bureau politique et du Comité central s’entendent sur l’idée d’un Viêt Nam indépendant, ancré sur la scène internationale (Asean, ONU), bénéficiaire de la présence militaire des États-Unis en Asie du Sud-Est et partenaire politique et commercial aussi égalitaire que faire se peut de la Chine. Le Viêt Nam a d’ailleurs continué cette année de signer des accords de partenariat stratégique (avec l’Espagne, la Corée du Sud, etc.), au risque d’en appauvrir le sens politique. Une chose est certaine, la diplomatie vietnamienne ne cache plus sa volonté de renforcer son ancrage international et en Occident en particulier.

4 - Les élites, le Grand Hanoi et le pouvoir

  • 17 http://vietabroader.org/portal/en/programs/vietabroader-businessconference/vietabroader-business-c (...)

12Dans un contexte où l’essor du secteur privé et la refonte du secteur public contraignent l’État à s’adapter, le développement économique entraîne l’apparition et l’affirmation de deux sous-groupes sociaux de privilégiés : une haute bourgeoisie économique très proche du pouvoir politico-militaire et une bourgeoisie économique issue des nouvelles classes moyennes urbaines. La défense de leurs intérêts est devenue l’une des raisons d’être des gouvernants soucieux d’un statu quo politique. La nouvelle haute bourgeoisie vietnamienne est méconnue. On parle de 150 familles. Il n’existe guère d’entrepreneurs indépendants dans le pays qui soient déconnectés du politique. De nombreux enfants de dirigeants politiques travaillent dans le secteur de l’immobilier, du pétrole, de la défense et dans la plupart des anciennes entreprises d’État. Les mariages entre les membres de l’élite ne sont pas laissés au hasard. Plusieurs unions ont été bloquées afin de préserver l’identité et l’homogénéité du groupe. Plus le niveau des affaires est élevé, plus les liens avec le politique sont vitaux. Parallèlement, une élite technique, originaire de la nouvelle classe moyenne, est en train d’émerger. Rarement membre du PCV et parfois même assez hostile à son égard, car se sentant rejetée d’un monde de privilèges auquel elle estime avoir d’ores et déjà droit, cette nouvelle élite ne représente pas encore une communauté très organisée mais son nombre augmente et elle s’autonomise de l’autorité de l’État. Depuis 2003, la Vietnam Young Business Association récompense 200 jeunes chefs d’entreprise chaque année. Les clubs d’hommes d’affaires sont nombreux, à l’image du VietAbroader composé de jeunes Vietnamiens (nés dans les années 1980) formés à l’étranger, surtout aux États-Unis, en Australie et au Royaume-Uni. L’association organise des conférences et des rencontres afin de connecter une communauté d’affaires en dehors des vieux réseaux liés aux décideurs politiques et économiques. En août, le VietAbroader a organisé sa réunion annuelle en présence du ministre de l’Intérieur Trần Vãn Tuấn, de Vũ Khoan, ministre de l’Industrie et du Commerce de 2000 à 2002, d’économistes comme Martin Rama (Banque mondiale) et Võ Chí Thanh, du directeur de la société APT et de plusieurs représentants d’importantes entreprises étrangères. Vũ Khoan a rappelé lors de son intervention que la jeunesse se devait de devenir riche pour servir le développement du pays, qu’il lui fallait rejoindre le monde des affaires et non le secteur public car « aujourd’hui c’est là où il faut être quand on est jeune et ambitieux au Viêt Nam17 ».

  • 18 Danielle Labbé et Clément Musil, « L’extension des limites administratives de Hanoi : un exercice (...)
  • 19 En septembre, l’Assemblée nationale a bloqué le projet de relocalisation du centre administratif d (...)
  • 20 Le district de Mê Linh accueille l’usine d’assemblage de Honda dont la taxe professionnelle est dé (...)

13Depuis le lancement du Đổi mới en 1986, le foncier a souvent été à l’origine de l’enrichissement d’une partie de ces deux nouvelles élites. En 2008, l’extension de Hanoi a été votée deux fois à l’Assemblée nationale, rejetée la première fois, acceptée à 98 % lors d’un second vote. La décision était hautement politique. D’un point de vue urbanistique, était-il vraiment nécessaire d’étendre la ville18 ? Trois ans plus tard, les avis sont partagés19. Avec désormais 3 000 km2, le Grand Hanoi a récupéré la province de Hà Tây, le district de Mê Linh (qui appartenait à la province de Vĩnh Phú)20 et trois communes de la province de Hòa Bình. L’objectif est de montrer que le pouvoir contrôle toujours la redistribution de la richesse et, de ce fait, que le PCV et le gouvernement représentent toujours un modèle politique d’avenir. Avec le Grand Hanoi, d’importantes réserves foncières ont été redistribuées aux proches du pouvoir, dans le giron du PCV, de l’armée et des organisations de masse. L’APVN reste toujours le premier propriétaire foncier du pays. Sur la route de Hòa Lạc, la majorité des terrains qui bordent le nouvel axe de circulation ont été achetés par des fonctionnaires locaux ou gouvernementaux. Parallèlement, le Grand Hanoi crée du désordre. Il règne une cacophonie entre plusieurs acteurs étatiques : entre le ministère de la Construction et le Comité populaire de Hanoi – dont le maire Nguyễn Thế Thảo, en charge du dossier, architecte de formation, sera en fin de mandat en 2011 – mais également entre le ministère de l’Environnement, celui de la Défense, etc. C’est le Comité populaire de Hanoi qui valide le changement du plan d’usage des sols des terres périurbaines. Les expropriations sont réalisées via les comités populaires de district sous couvert de l’autorité de la province qui fixe les barèmes (en principe, après discussion avec les communes et les organisations de masse) pour le versement des compensations lors des procédures d’expropriation (le plus souvent, en deçà des valeurs du marché). Depuis 2003, l’État confie progressivement la tâche à des groupes immobiliers et de construction (Vinacomex, Song Da, Jimenex, Cienco, Handico) ; avec, à leurs têtes, des enfants de la haute bourgeoisie. À l’aube du XIe Congrès, le Grand Hanoi n’est pas seulement un rêve de développement urbanistique, mais également un instrument de fidélisation et de reproduction des élites.

5 - Une reprise en trompe-l’œil ?

  • 21 Le montant estimé des IDE pour l’année est de 7,6 milliards de dollars ; il semble toutefois hasar (...)
  • 22 Organisation for Economic Co-operation and Development, Southeast Asian Outlook 2010, Development (...)

14La reprise de la croissance économique, sensible à partir du deuxième trimestre 2009, s’est confirmée en 2010. On pouvait craindre que la levée des mesures de soutien de l’activité (taux d’intérêt subventionnés, abattements et exemptions fiscales) entrave la reprise ; cela n’a pas été le cas. Les indices de la production industrielle et du commerce de détail pour le premier trimestre sont supérieurs à ceux de la même période l’année précédente. La reprise a été tirée d’une part par la demande intérieure, comme en atteste le dynamisme de la construction (+ 8 % au premier semestre), des transports et des communications. L’activité économique a par ailleurs bénéficié de la reprise de l’économie mondiale, à l’image des exportations de produits manufacturés (textiles, chaussures et appareils électroniques). Le Viêt Nam peut également escompter une reprise des investissements directs étrangers (IDE)21, et enregistre une hausse des revenus de transfert et du tourisme, avec un tiers de visiteurs supplémentaires au cours des huit premiers mois de l’année. Les prévisions ont ainsi été revues à la hausse en milieu d’année et l’on table maintenant sur un taux annuel de croissance du PIB de 6,7 %, soit 1,4 point de plus qu’en 2009 (5,3 %), et de 13 % environ pour le secteur industriel. Le Viêt Nam n’a pas retrouvé son taux de croissance d’avant la crise (8,5 % par an en moyenne pour les années 2004-2007), mais les prévisions à moyen terme sont bonnes : 7,1 % de croissance par an pour la période 2011-2015 selon l’OCDE22.

  • 23 Entretien, Paris, 20 octobre 2010.
  • 24 The World Bank, Robust Recovery, Rising Risks, East Asia and Pacific Economic Update, vol. 2, The (...)
  • 25 Le ðồng est cependant toujours échangé sur le marché noir à un niveau inférieur à sa parité offici (...)

15Quoi qu’il en soit des consolidations et corrections d’indicateurs, le PCV pourra ouvrir son prochain Congrès sur l’hymne à la croissance. Pourtant, l’économie vietnamienne, qui a fait mieux que ses voisins et rivaux du Sud-Est asiatique durant la crise, avec une moindre contraction de la croissance puis une reprise plus précoce que les autres, semble sortir moins bien de la crise mondiale, comme l’explique Jean-Raphaël Chaponnière de l’Agence française de développement (AFD)23. La reprise dans la région Asie Pacifique suscite des inquiétudes liées à la forte reprise des flux entrants de capitaux24. C’est l’inverse au Viêt Nam qui, cette année, a attiré nettement moins de capitaux étrangers que les économies voisines comparables (Thaïlande, Malaisie, Indonésie) ; les investissements de portefeuille en particulier demeurent très faibles. La croissance est repartie, mais le Viêt Nam ne suscite pas l’enthousiasme chez les investisseurs comme avant la crise. Autre symptôme, la monnaie vietnamienne est aujourd’hui affaiblie en dépit de la reprise, tandis que les autres monnaies asiatiques se sont appréciées avec la reprise. L’état des finances du pays est d’ordinaire qualifié pudiquement de préoccupant mais tenable par ses bailleurs, en référence aux déficits structurels des comptes publics et de la balance des comptes courants. Le déficit budgétaire rapporté au PIB diminuera cette année : il devrait être de 5,5 % du PIB, contre 8,9 % en 2009 ; mais il pèse sur la monnaie nationale. Le ðồng a perdu 11 % de sa valeur par rapport au dollar américain depuis novembre 200925. L’économie vietnamienne est aujourd’hui pénalisée par une monnaie qui suscite plutôt la défiance des entrepreneurs et de la population qui lui préfèrent le dollar américain et l’or.

6 - Les limites de la régulation à court terme

  • 26 Banque mondiale, Banque asiatique de développement, aide bilatérale du Japon.
  • 27 La concession pour l’exploitation de la bauxite sur les hauts plateaux du Centre constituant la co (...)

16Le gouvernement aura montré, à travers la crise, sa capacité à réguler l’activité économique à court terme, notamment en agissant sur les taux d’intérêt. Ladite capacité doit toutefois être appréciée à l’aune des aides financières extérieures importantes dont a bénéficié le Viêt Nam : le concours des bailleurs institutionnels est connu26 ; il est par ailleurs très plausible que la Chine ait contribué à une importante opération de « sauvetage » à la fin de l’année 200827. La capacité d’intervention n’est pas non plus sans limites dans la mesure où les acteurs économiques ne se laissent pas réguler sans réagir. La thésaurisation de dollars dans la perspective d’une nouvelle dépréciation du ðồng en fournit la meilleure illustration. Face à cette défiance, la Banque d’État du Viêt Nam (la Banque centrale) a multiplié les déclarations assurant qu’aucune dévaluation du ðồng n’était planifiée avant la fin de l’année 2010. À l’annonce de l’indice des prix de septembre, le conseiller du gouvernement Nguyễn Xuân Phúc a affirmé que l’inflation n’aurait pas d’impact sur la croissance, tandis que, dans le même temps, le Premier ministre demandait à la Banque d’État de « donner priorité à la lutte contre l’inflation ». Les déclarations se multiplient, se croisent et peuvent se contredire. Le gouvernement a aussi brandi la menace de procéder au blocage des prix de certains produits, mais personne ne croit que de telles mesures permettront, sauf ponctuellement, de lutter contre l’inflation. À trop s’agiter pour essayer de rassurer, les autorités montrent qu’elles perdent la main, du moins que le volontarisme et l’autoritarisme atteignent des limites face aux « forces des marchés ».

  • 28 Philippe Papin et Laurent Passicousset proposent une analyse bien illustrée des rapports public-pr (...)
  • 29 Voir à ce sujet l’article de Bill Hayton, « Vietnam’s new money », Foreign Policy, 21 janvier 2010

17La question est de savoir dans quelle mesure les autorités ont aujourd’hui la capacité de procéder aux réformes nécessaires à la modernisation de l’appareil productif, notamment de s’attaquer à l’assainissement d’un système financier qui pèse sur la compétitivité et l’attractivité du Viêt Nam. Avec les lois de 2010 sur la Banque d’État du Viêt Nam et les institutions de crédit, le pays a donné des gages de confiance aux bailleurs et aux investisseurs en établissant un cadre pour les faillites, fusions et absorptions. Ces lois, assorties de la fixation d’un ratio rehaussé de capital des banques et de conditions plus strictes de prêt selon les secteurs d’investissement, devraient, en principe, permettre de réduire les « mauvais prêts » et le refinancement des entreprises publiques déficitaires. Mais il ne s’agit que de textes, leur application peut se révéler différente. Les dirigeants de l’État-Parti sont en effet nombreux à la tête de ces entreprises (le plus souvent par l’entremise de membres de leur famille) ou ont d’importants intérêts financiers personnels dans les entreprises publiques, ainsi que dans des entreprises privées dont l’activité se fait dans la mouvance des premières28. Et, là aussi, les opérateurs ne restent évidemment pas sans réagir. Les compagnies générales, conglomérats d’entreprises du même secteur d’activité inspiré du modèle coréen des chaebols, et les plus grandes entreprises étatiques se sont dotées ces dernières années de puissants « circuits » de financement propres, par l’acquisition de parts et des prises de contrôle de sociétés financières, de sociétés de courtage, de banques commerciales et de compagnies d’assurances29. Cette consolidation des entreprises publiques pèse d’autant sur l’émergence et le développement des entreprises privées.

7 - Un pays à revenu intermédiaire et à vie chère

  • 30 Le Viêt Nam appartenait jusqu’alors à la catégorie des pays les moins avancés.
  • 31 Jean-Pierre Cling, Nguyễn Hữu Chí, Mireille Razafindrakoto et François Roubaud, « Urbanization and (...)
  • 32 C’est le poste « éducation » qui a enregistré pour le mois de septembre 2010 la plus forte « hauss (...)

18Le Viêt Nam est passé en 2010 dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire de la Banque mondiale30. Ce changement traduit le formidable accroissement du revenu réel enregistré depuis le lancement des réformes de la transition vers l’économie de marché au cours des années 1980. Mais, à ne regarder que les indicateurs de croissance et de revenu, on se méprend sur l’évolution des conditions de vie réelles de la population, marquée en l’occurrence par une augmentation non moins formidable des coûts de la vie avec la transformation des besoins sociaux. Le premier de ces coûts a trait aux activités productives : la plus récente enquête sur l’emploi indique que seul un travailleur sur trois est salarié ; l’auto-emploi, l’agriculture familiale et le secteur informel non agricole représentent, quant à eux, 73 % de l’emploi31. Autrement dit, trois travailleurs sur quatre doivent financer leur(s) activité(s) productive(s). Pour ceux-là, la croissance est synonyme d’abord d’investissements, d’emprunts et d’endettement. Avec la hausse du prix des terres et des systèmes de culture et d’élevage qui exigent plus d’investissements et de dépenses d’intrants, il en coûte toujours davantage à la paysannerie ordinaire. Il en est de même pour l’ensemble des familles-entreprises si elles veulent se démarquer de leurs innombrables concurrents (commerçants détaillants, réparateurs, restaurants de rue, etc.). Ensuite, les citoyens doivent supporter des dépenses accrues d’éducation et de santé, pour des services publics désormais payants, ou pour l’école et la médecine privées, plus chères encore32. Enfin, la population subit depuis 2006 une inflation de l’ordre de 10 % par an (avec un pic à 20 % en 2008), un taux deux fois supérieur à celui de la première moitié des années 2000. Les hausses de prix touchent tous les biens, y compris les produits alimentaires : le kilo de sucre en poudre coûte aujourd’hui 29 000 đồngs (1,07 euro) contre 7 000 đồngs en 2006, le litre de lait frais a augmenté de 10 000 à 26 000 ðồngs (0,96 euro) au cours de la même période. Les Hanoiens payaient autour de 10 000 đồngs le kilo de riz il y a quatre ans, contre 16 000 đồngs (0,60 euro) en 2010 ; le budget « essence » pour les motos a été multiplié par quatre environ. Pays à revenu intermédiaire, le Viêt Nam est donc aussi un pays où la vie est devenue conséquemment plus chère ; la dépréciation du đồng renforce encore cet effet.

  • 33 Jean-Pierre Cling, Mireille Razafindrakoto et François Roubaud, « Assessing the potential impact o (...)

19Le Viêt Nam a été peu affecté par la crise asiatique de la fin des années 1990, « bien heureux » de ne pas être ouvert à l’époque aux flux internationaux de capitaux qui ont emporté les économies thaïlandaises et indonésiennes dans la crise. Cette fois encore, le Viêt Nam est, avec la Chine, le pays qui aura le mieux traversé la crise, en raison principalement de la structure de son économie et de l’emploi, en l’occurrence des secteurs agricole et non agricole informels qui font vivre une part plus importante de la population, comme l’ont montré les travaux de l’équipe DIAL de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) basée à Hanoi33. Ces secteurs ont en effet été moins affectés que les secteurs « modernes » de l’industrie et de la finance qui ont enregistré l’essentiel des pertes d’emplois. Le Viêt Nam peut donc se réjouir de cette flexibilité, mais celle-ci traduit également un retard de développement que le pays ne parvient pas à combler, avec une croissance qui creuse le déficit budgétaire mais ne crée encore que trop peu d’emplois formels, des IDE toujours motivés par une main-d’œuvre bon marché mais peu qualifiée, pour des exportations industrielles qui contiennent toujours autant de composants importés.

Conclusion

  • 34 Jean-Pierre Cling, Mireille Razafindrakoto et François Roubaud, « Desperately seeking model countr (...)

20Le Viêt Nam affiche ainsi en 2010 des résultats économiques meilleurs qu’en 2009, mais ce ne sont pas tant les comparaisons d’une année sur l’autre que les performances mises en rapport avec les économies de la région, la Thaïlande notamment ou l’Indonésie qui affiche un redressement remarquable, qui importent. Le Viêt Nam peut compter sur le soutien de ses bailleurs, la Banque mondiale en premier lieu, qui n’est pas prête à lâcher un pays « qui marche34 », mais les déficits doivent être réduits. Aujourd’hui, ce n’est pas tant le niveau des réserves internationales ou de la dette publique qui inquiète les investisseurs privés, que le fait que cette dernière est libellée pour moitié en devises étrangères. Ce risque, perçu ou réel, de « défaut de l’État » ne peut se traduire que par un durcissement des conditions d’emprunt sur les marchés internationaux, emprunts dont le Viêt Nam a besoin pour financer les considérables investissements d’infrastructures physiques et humaines nécessaires au développement d’une industrie à plus haute valeur ajoutée.

Annexes

Fiche Viêt Nam

Capitale : Hanoi

Superficie : 331 210 km²

Population (2009) : 86 967 524 hab.

Langue officielle : vietnamien

Données politiques

Nature de l’État : république socialiste
Nature du régime : communiste, parti unique
Suffrage : à partir de 18 ans, universel
Secrétaire général du PCV : Nông Đức Mạnh (nouveau Secrétaire général en janvier 2011)
Chef de l’État : président Nguyễn Minh Triết (depuis 2006) (nouveau Président en janvier 2011)
Premier ministre : Nguyễn Tấn Dũng (depuis 2006) (nouveau Premier ministre en janvier 2011)
Ministre des Affaires étrangères : Phạm Gia Khiêm
Ministre de la Sécurité publique : Lê Hồng Anh
Échéances : XIe Congrès du PCV en janvier 2011

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques : Vietnamiens (86,2 %), Tais (1,9 %), Thaïs (1,7 %), Muongs (1,5 %), Khmers (1,4 %), Chinois (1,1 %), Nungs (1,1 %), Hmongs (1 %)
Religions : bouddhistes (50 %), catholiques (8 % à 10 %), Hòa Hảo (1,5 % à 4 %), caodaïstes (1,5 % à 3 %)
Taux de croissance démographique (moyenne annuelle 1999-2009) : 1,2 %
Espérance de vie (2010) : 74,9 ans
Indice de fécondité (2009) : 2,03
Taux de natalité (2009) : 17,6 ‰
Taux de mortalité (2009) : 6,8 ‰
Taux de mortalité infantile (2009) : 16 ‰
Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2009) : 94 %
Taux d’urbanisation (2009) : 29,6 %
Indice de développement humain : 0,572 (113e rang sur 182 pays en 2010)

Indicateurs économiques

Monnaie : đồng (1 euro = 26 034 đồngs, décembre 2010)

Balance des paiements courants (2009) : - 7,19 milliards $ US

Pourcentage de la dette extérieure dans le PIB (2009) : 46,5 %

Revenu brut par habitant (2010) : 2 995 $ US (parité de pouvoir d’achat $ US de 2008)

Taux de croissance du PIB (2009) : 5,3 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (2005) : agriculture (22 %), industrie (39,9 %), services (38,1 %)

Taux d’inflation (2009) : 6,5 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (2007) : 14,7 %

IDE entrant (flux) (2009) : 7,4 milliards $ US

IDE entrant (cumulé ou stocks) (2009) : 55,7 milliards $ US

Importations (2008) : 65,4 milliards $ US

Principaux produits importés (2009) : machinerie et équipements, produits pétroliers, engrais, produits en acier, coton brut, blé, ciment, motos

Principaux fournisseurs : Chine (24 %), Taiwan (10 %), Corée du Sud (9 %), États-Unis (8 %) Exportations (2009) : 57 milliards $ US

Principaux produits exportés (2009) : pétrole brut, produits de la mer, caoutchouc, riz, café, thé, vêtements, chaussures

Principaux marchés d’exportation : États-Unis (20 %), Union européenne (16 %), Japon (11 %), Chine (9 %)

Solde de la balance commerciale (2009) : - 8,9 milliards $ US

Solde de la balance des comptes courants (2009) : - 8 milliards $ US

Portraits

Hoang Trung Hai
Né en 1959 dans la province de Thái Bình, Hoàng Trung Hải est le père de deux adolescents, dont l’aîné poursuit des études en France. Ingénieur en génie électrique, diplômé de l’université généraliste de Hanoi en 1981, Hoàng Trung Hải est également titulaire d’un MBA de l’université de Dublin obtenu en 1993. Il est entré au Parti en 1990. Ingénieur de la centrale électrique de Phả Lại, secrétaire du ministre, délégué de l’Assemblée nationale (alors qu’il n’était pas encore membre du PCV – Parti communiste vietnamien), il a occupé plusieurs postes dans la commission de Quang Tri, puis a été nommé chef du bureau de l’Inspection, directeur général de l’entreprise Électricité du Viêt Nam et, enfin, vice-ministre de l’Industrie. Hoàng Trung Hải est membre du Comité central et a été ministre de l’Industrie de 2002 à 2007. Il a été le plus jeune ministre que le Viêt Nam ait connu lors de sa nomination à l’âge de 42 ans. Le 2 août 2007, Hoàng Trung Hải est devenu le plus jeune vice-Premier ministre du pays. Responsable des questions économiques pour le gouvernement, il est connu pour être un excellent anglophone.

Nguyen Thien Nhan
Né en 1953 dans la province de Cà Mau, Nguyễn Thiện Nhân a rejoint l’armée populaire du Viêt Nam à la sortie du lycée, et il y a servi de juin 1970 à mars 1983 Il est entré au Parti communiste en 1980, un an après sa soutenance de thèse de doctorat en cybernétique à l’université de Magdebourg (RDA). De 1980 à 1983, il a été chercheur dans un institut de recherche du ministère de la Défense. En 1993, il a également obtenu un diplôme de master en administration publique de l’université d’Oregon, et a validé une formation en finance à l’université de Harvard, après un séjour d’une année aux États-Unis dans le cadre d’une bourse Fullbright. Professeur à l’université de Technologie de Hô Chi Minh Ville, Nguyễn Thiện Nhân a occupé le poste de maire adjoint de la capitale économique du Sud entre 1999 et 2006. Député à l’Assemblé nationale depuis 1997, il a été nommé par Nguyễn Tấn Dũng ministre de l’Éducation en 2006, membre du Comité central du PCV (Parti communiste vietnamien) puis, fin 2007, vice-Premier ministre. Nguyễn Thiện Nhân est réputé pour ses dons d’orateur et pour être un excellent anglophone, voire un américanophile. Il doit largement sa réputation dans les milieux politiques au fait d’avoir été un des principaux artisans de la réforme du système éducatif vietnamien.

Affiche politique

« Les cadres, le peuple et les forces armées du district de Yên Bình étudient avec acharnement et vivent selon l’exemple moral de Hồ Chí Minh. »

Notes

1 La vie idéalisée du secrétaire du Parti de la province de Vĩnh Phúc, Kim Ngọc, est l’objet d’une série télévisée à large audience sur la chaîne nationale VTV1 depuis le mois de septembre 2010. Intitulée Le Secrétaire du Parti provincial, la série s’inspire de la vie d’un cadre du Parti émérite dans les années 1960 et 1970 qui prit l’initiative de la « formule forfaitaire » en matière de production agricole au Viêt Nam.

2 Christian Culas et Nguyễn Văn Sửu (dir.), Norms and Pratices in Contemporary Rural Vietnam. Social Interactions between Authorities and People, Irasec, « Carnet de l’Irasec » no 15, Bangkok, octobre 2010, 144 p.

3 Rappelons que le produit intérieur brut du Viêt Nam est de 93,5 milliards de dollars courants en 2009.

4 Groupe de construction navale, Vinashin fabrique également des plates-formes pétrolières, des équipements pour les cimenteries, et construit des aciéries, des usines thermoélectriques, des produits électriques, des moteurs hydrauliques, etc.

5 James Hookway et Patrick Barta, « A troubled state flagship makes waves in Vietnam », The Wall Street Journal, NYC, 22 septembre 2010.

6 Vedan s’est engagée à indemniser les paysans du Ðồng Nai à hauteur de 6,15 millions de dollars.

7 Un réseau de soutiens à Hanoi ou Hô Chi Minh Ville demeure indispensable pour l’ascension des dirigeants « des provinces ».

8 Nguyễn Lệ Chi, « Kêu gọi cải cách chính trị tại Trung Quốc » [Appeler à une réforme politique en Chine], Thanh Niên, 24 août 2010, p. 20. Lê Kiên, « 3 câu hỏi khi bỏ HÐND quận, Huyện, phýờng » [3 questions au sujet de la suppression des assemblées populaires d’arrondissement, de district, de quartier], Tuổi Trẻ, 17 août 2010, p. 3. Dong Lisheng, « Démocratie locale en Chine : quelle direction prendre après 20 ans d’expérimentations ? », Perspectives chinoises, Hong Kong, no 2, 2010, p. 58-70.

9 Carlyle A. Thayer et Gérard Hervouet, « The army as a political and economic actor in Vietnam », in Benoît de Tréglodé et Christopher E. Goscha (dir.), Naissance d’un État-Parti. Le Viêt Nam depuis 1945, Les Indes savantes, Paris, 2004, p. 355-381.

10 Christophe Gironde, Benoît de Tréglodé, « Viêt Nam. La crise, quelle crise ? », in Benoît de Tréglodé et Arnaud Leveau (dir.), Asie du Sud-Est 2010, Irasec-Lignes de repères, Bangkok, 2010, p. 304.

11 The Military Balance in Asia : 1990-2010. A Quantitative Analysis, rapport CSIS, 14 septembre 2010. En 2005, 16,278 trillions de đồngs (1,872 % du PNB) ; en 2006, 20,577 trillions de đồngs (2,194 % du PNB) ; en 2007, 28,922 trillions de đồngs (2,529 % du PNB) ; en 2008, 27,024 trillions de đồngs (1,813 % du PNB).

12 La RSVN avait précédemment publié deux Livres blancs sur la défense (1998 et 2004) : www.scribd.com/doc/23918915/Thayer-Vietnam-s-New-Defence-White-Paper/

13 www.iiss.org/conferences/the-shangri-la-dialogue/

14 Nguyễn Chí Vịnh (vice-ministre de la Défense et ancien chef des services secrets) rappelle toutefois avec prudence que « le développement des relations maritimes militaires avec la Chine constitue une priorité de la politique extérieure du Viêt Nam en matière de défense », Quân đội Nhân dân, 14 août 2010, p. 1 et 3.

15 Article du China Daily, Pékin 22 septembre 2010.

16 Hýõng Giang, « Hợp tác không phýõng hại ðến nýớc khác » [Coopérer ne porte pas préjudice aux autres pays], Tuổi Trẻ, Hô Chi Minh Ville, 18 août 2010, p. 3.

17 http://vietabroader.org/portal/en/programs/vietabroader-businessconference/vietabroader-business-conference-2010/introduction/

18 Danielle Labbé et Clément Musil, « L’extension des limites administratives de Hanoi : un exercice de recomposition territoriale sous pression », www.cybergeo.revues.org/

19 En septembre, l’Assemblée nationale a bloqué le projet de relocalisation du centre administratif de la capitale sur le site de Ba Vì (à 50 km du centre de la capitale). « Il ne convient pas de précipiter l’aménagement de la capitale », a réaffirmé le vice-président de l’Union des associations scientifiques et techniques du Viêt Nam, Hồ Uy Liêm, dans Tuổi Trẻ le 20 septembre 2010.

20 Le district de Mê Linh accueille l’usine d’assemblage de Honda dont la taxe professionnelle est désormais reversée au Comité populaire de Hanoi. Pour pallier le manque à gagner pour ce riche district, l’administration centrale a confié à la province de Vĩnh Phú la gestion d’un axe routier qui relie le chef-lieu de la province au périphérique no 5.

21 Le montant estimé des IDE pour l’année est de 7,6 milliards de dollars ; il semble toutefois hasardeux de nous prononcer sur l’effectivité de ces investissements dans la mesure où de nombreux projets se concrétiseront, le cas échéant, après le Congrès.

22 Organisation for Economic Co-operation and Development, Southeast Asian Outlook 2010, Development Centre, OECD, Paris, 2010.

23 Entretien, Paris, 20 octobre 2010.

24 The World Bank, Robust Recovery, Rising Risks, East Asia and Pacific Economic Update, vol. 2, The World Bank, Washington, DC, novembre 2010.

25 Le ðồng est cependant toujours échangé sur le marché noir à un niveau inférieur à sa parité officielle.

26 Banque mondiale, Banque asiatique de développement, aide bilatérale du Japon.

27 La concession pour l’exploitation de la bauxite sur les hauts plateaux du Centre constituant la contrepartie de l’aide financière.

28 Philippe Papin et Laurent Passicousset proposent une analyse bien illustrée des rapports public-privé dans leur récent ouvrage, Vivre avec les Vietnamiens (L’Archipel, Paris, 2010, p. 104 et suiv.).

29 Voir à ce sujet l’article de Bill Hayton, « Vietnam’s new money », Foreign Policy, 21 janvier 2010.

30 Le Viêt Nam appartenait jusqu’alors à la catégorie des pays les moins avancés.

31 Jean-Pierre Cling, Nguyễn Hữu Chí, Mireille Razafindrakoto et François Roubaud, « Urbanization and integration to the labour market in Vietnam : the role of the informal sector », in Centre for Urban and Development Studies (coll.), Trends of Urbanization and Suburbanization in Southeast Asia, Thê Gioi, Hanoi, 2011 (à paraître).

32 C’est le poste « éducation » qui a enregistré pour le mois de septembre 2010 la plus forte « hausse des prix » (+ 12 %). Pour singulier qu’il soit (à quels biens et services correspond ce chiffre ?), ce taux ne rend certainement pas compte des dépenses informelles d’éducation, essentiellement les contributions pour le fonctionnement des établissements et les cours supplémentaires qui sont bien souvent supérieures aux dépenses comptabilisées par l’Office général des statistiques.

33 Jean-Pierre Cling, Mireille Razafindrakoto et François Roubaud, « Assessing the potential impact of the global crisis on the labour market and the informal sector in Vietnam », Working Paper Series, no 2010/05, Development and Policies Research Center (DEPOCEN), Hanoi, 17 p.

34 Jean-Pierre Cling, Mireille Razafindrakoto et François Roubaud, « Desperately seeking model countries : the World Bank in Vietnam », Document de travail, no 4, Développement, institutions et analyses de long terme (DIAL), IRD, Paris, avril 2009, 29 p.

Table des illustrations

Titre Le Viêt Nam
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2346/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende « Les cadres, le peuple et les forces armées du district de Yên Bình étudient avec acharnement et vivent selon l’exemple moral de Hồ Chí Minh. »
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2346/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

Auteurs

Christophe Gironde est socioéconomiste. Titulaire d’un doctorat en études du développement de l’université de Genève, il est chargé de cours à l’IHEID (Institut des hautes études internationales et du développement) de Genève. Le développement rural, la pauvreté et les inégalités sont ses principaux domaines de recherche. Il est le coéditeur (avec Jean-Luc Maurer) de Le Viêt Nam à l’aube du XXIe siècle. Bilan et perspectives politiques, économiques et sociales (2004) et a récemment publié « Réformes, croissance et augmentation des inégalités dans le delta du Fleuve rouge (1980-2000) », Moussons (2009) et (avec Phi Vân Evelyne Nguyên) « Negotiating (in) dependency : social journeys of Vietnamese women to Cambodia », Asian Journal of Social Science (2010).

Benoît de Tréglodé, directeur de l’Irasec à Bangkok, est docteur en histoire et civilisation de l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales). Pensionnaire pendant trois ans du centre de Hanoi de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO), puis du Collegium Budapest en Hongrie, ancien attaché culturel en charge de la coopération universitaire à l’ambassade de France à Tokyo, il a fondé et dirigé le Groupe d’études sur le Viêt Nam contemporain (Sciences Po, EHESS, MSH) et le séminaire « Sociétés et construction étatique aux Viêt Nam, Laos et Cambodge contemporains » de l’EHESS. Il est l’auteur de Héros et révolution au Viêt Nam (L’Harmattan, 2001, nouvelle édition remaniée à paraître en 2011), de Naissance d’un État-Parti : le Viêt Nam depuis 1945 (dir. avec Christopher Goscha, Les Indes savantes, 2004) et de Viêt Nam contemporain (dir. avec Stéphane Dovert, Les Indes savantes, 2009). Il a coordonné avec Arnaud Leveau la précédente édition de cet annuaire (Asie du Sud-Est 2010, Irasec-Lignes de repères, 2010).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site