Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2011 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Arnaud Leveau

Troisième partie. La région

Timor-Leste

La voie de la normalisation

Christine Cabasset-Semedo

Texte intégral

1Huit ans après son indépendance (20 mai 2002), le pays présente un tableau très contrasté, marqué par nombre de caractères inhérents aux pays fragiles dont il fait partie, mais aussi par une stabilité sociale qui se prolonge, à Dili, par une très rapide évolution économique et urbaine. Plusieurs chantiers sont en effet en cours, de nombreux ministères et édifices publics ont été rénovés ou construits, plusieurs investissements, notamment dans l’immobilier et le tourisme, ont été réalisés ou sont en voie de l’être, préfigurant la transformation rapide de certains quartiers. Pour qui ne sort pas de la capitale, il est ainsi très facile d’oublier que Dili est loin de refléter la situation générale et, surtout, que le pays est en situation de post-conflit, depuis le long et meurtrier affrontement qui l’a opposé à l’Indonésie et dont il est sorti détruit en 1999 et, plus récemment, de la crise militaire, sociale et politique de 2006. Dans ce contexte, la paix et la stabilité restent l’une des principales réussites du quatrième gouvernement de l’Alliance pour une majorité parlementaire (AMP). Pour autant, la vie politique est loin d’être atone, les oppositions et les critiques s’élevant régulièrement, concernant par exemple le champ économique, la corruption ou la justice.

1 - Paix et politique sociales à l’œuvre

2L’établissement d’une culture de paix est un objectif que poursuit le pays et que José Ramos-Horta, co-prix Nobel de la paix en 1996 avec l’évêque Carlos Belo, veut particulièrement incarner. Au leitmotiv « Dili, ville de paix », véhiculé tout au long de l’année 2009, a succédé en 2010 celui de « Timor, pays de paix ». Les activités sportives et artistiques sont les principaux vecteurs de cette politique, comme en témoigne l’organisation des concours de pêche sportive, marathon de Dili, course de voiliers, deuxième Tour de Timor à vélo, concours de photo sous-marine, festival culturel du Ramelau (en montagne), etc.

3D’autres actions ont joué de façon significative dans le retour de la stabilité à partir de 2008, un grand nombre d’entre elles relevant d’une politique sociale active mise en œuvre notamment par le ministère de la Solidarité sociale (MSS) dirigé par Domingas « Micato » Fernandes Alves. Elles ont pris la forme de la fermeture des camps de déplacés internes et de l’aide au retour, du versement d’une allocation mensuelle aux vétérans selon la durée de leur engagement dans la résistance armée, ou encore du versement d’une allocation mensuelle de 30 dollars aux personnes âgées et invalides. D’autres programmes participent à cette politique sociale, comme la scolarisation gratuite durant les neuf années d’enseignement de base, la fourniture, sur l’ensemble du territoire, d’un repas par jour aux écoliers, la prise en charge médicale gratuite pour tous dans les établissements publics de santé du territoire, etc. Un nouveau volet de cette politique sociale concerne l’établissement d’un système de sécurité sociale et de retraite, dont le principe a été validé en Conseil des ministres en août. Cette politique sociale est innovante dans le contexte asiatique. Elle est nécessaire dans un pays marqué par la grande faiblesse des indicateurs de développement humain, même si le rapport du PNUD (Programme des Nations unies pour le développement) sur l’IDH (Indice de développement humain) 2010 a révélé une amélioration de la situation. Les résultats du recensement effectué en juillet devraient donner prochainement un portrait plus complet de la population.

2 - Une vie politique entre entente cordiale, surchauffe et médiation de l’Église catholique, sur fond d’échéances électorales 2012

4L’un des principaux événements qui ont animé la vie politique a été la tournée effectuée entre avril et septembre par le Premier ministre, Xanana Gusmão, et des membres du gouvernement dans les 67 sous-districts du territoire, pour présenter le Plan stratégique de développement 2011-2030. Illustrée par des cartes et des photos, cette présentation a eu comme grand intérêt de présenter le pays et ses enjeux aux Timorais et de replacer les difficultés qu’ils rencontrent au niveau local (réseaux d’eau et assainissement, routes et transports, électricité, écoles et centres de santé) dans le cadre plus large des défis nationaux.

  • 1 Le ministre des Affaires étrangères demandant aux ambassadeurs timorais de ne pas venir à cette ré (...)
  • 2 Âgé de 73 ans, Mario Carrascalão est un personnage très connu de la scène politique pour avoir été (...)
  • 3 Mario Carrascalão a été accusé d’avoir privilégié certains membres de sa famille et le gouvernemen (...)

5La vie politique a connu plusieurs épisodes de tensions, comme le conflit qui a opposé, en avril, le ministre des Affaires étrangères et président du Parti social démocrate (PSD), Zacarias da Costa, au Premier ministre, Xanana Gusmão, lors de la préparation de la réunion des bailleurs, adossée à la conférence internationale G7 + États fragiles organisée pour la première fois à Dili1. Fin août-début septembre, c’est Mario Carrascalão2, vice-Premier ministre en charge de la Commission anticorruption (depuis janvier 2009), qui a essuyé les foudres du Premier ministre, avant de démissionner le 8 septembre. Contrairement au précédent différend, celui-ci a fait l’objet de polémiques, le thème de la « corruption3 » étant au cœur de l’affaire. Par ailleurs, des observateurs n’ont pas manqué de relever que Mario Carrascalão et Zacarias da Costa étaient tous deux du PSD, deuxième parti d’opposition au Fretilin (Front révolutionnaire pour l’indépendance du Timor-Leste), derrière le CNRT (National Congress for the Reconstruction of East Timor) dirigé par Xanana Gusmão. Estimant qu’il s’agissait d’une querelle de personnes, le PSD est resté dans la coalition.

6Pourtant, l’idée qui a dominé est celle d’une recherche d’entente, y compris avec le Fretilin. Le principal événement, organisé par l’Église, a été, fin août, un « Sommet des leaders historiques » réunissant les dirigeants de la « génération 1975 » – José Ramos-Horta, Xanana Gusmão, Mari Alkatiri, Francisco Guterres « Lu Olo », José Luis Guterres (vice-Premier ministre ; Fretilin Mudança), Mario Carrascalão, Taur Matan Ruak (chef de l’état-major général des forces armées) – sous la médiation de Mgr Basilio de Nascimento, évêque de Baucau et homme clé de l’Église catholique et de la vie politique. Présentée comme un temps de dialogue sur l’avenir du pays, cette rencontre était aussi destinée à montrer un attachement commun à la paix et à la stabilité.

  • 4 Aux côtés de D. Alberto Ricardo, évêque de Dili, et de Basilio de Nascimento, évêque de Baucau.

7L’année 2010 a également été marquée par la confirmation du retour politique de l’Église. Si la construction de l’ambassade du Vatican à Dili n’a guère progressé pendant un an, le pouvoir de l’Église catholique a été considérablement consolidé en 2010 avec la nomination et l’ordination de Norberto do Amaral, en charge du diocèse de Maliana (Ouest du pays), troisième évêque du pays4, qui permettra au Timor-Leste de tenir sa propre conférence épiscopale.

8Sur les plans politiques comme économiques, la perspective de la prochaine échéance des élections présidentielles et législatives de 2012 était déjà présente. La candidature des personnalités politiques de la « génération 1975 » est attendue, mais des doutes demeurent, notamment au sujet de la place qui sera accordée à la génération suivante représentée par Domingas « Micato » Alves (Fretilin), Fernando « Lasama » de Araujo, président du Parti démocratique et actuel président du Parlement, Rui Maria de Araujo, ancien ministre de la Santé durant les précédents gouvernements Fretilin (2001-2007), Fernanda Borges, présidente du Parti d’union national (PUN), ou encore Emilia Pires, actuelle ministre des Finances et gouverneur du FMI pour le Timor-Leste (CNRT), etc.

  • 5 Au 95e rang mondial en 2010, le Timor-Leste est le mieux placé de tous les pays d’Asie du Sud-Est (...)

9Le long engagement dans l’organisation de la résistance et les formations professionnelles acquises en Australie, en Indonésie ou au Portugal expliquent le développement d’une élite politique importante. La démocratie à l’œuvre depuis plusieurs années joue pour beaucoup dans cette évolution et dans la maturité des figures politiques. Ainsi, alors que le Fretilin a rendu la vie dure aux oppositions lorsqu’il était au pouvoir et qu’il a très mal vécu son passage dans l’opposition en 2007, ces dernières années lui ont donné l’occasion d’aiguiser de nouveaux outils politiques démocratiques et de constituer une opposition vivace. Au plan des libertés d’opinion et d’expression, le pays est aujourd’hui plutôt bien placé au regard de la situation de l’Asie5. Certes, quelques événements ont montré aussi des points à améliorer (des violences policières, ou la poursuite en justice de Jose Antonio Belo, fondateur et directeur du journal Tempo Semanal, pour avoir écrit un article impliquant la ministre de la justice pour des contrats favorisant des proches).

3 - Économie : investissements étrangers, retrait de la mission de l’ONU, émergence d’une classe moyenne et influence du modèle asiatique

10En arrivant au pouvoir en 2007, le gouvernement avait considérablement augmenté le budget de l’État afin de lancer des mesures significatives en termes de politique sociale et de développement d’infrastructures.

Prévision budgétaire à Timor-Leste entre 2006-2007 et 2011 (millions de dollars)

Prévision budgétaire à Timor-Leste entre 2006-2007 et 2011 (millions de dollars)

a) Budget de transition après les élections de 2007 : juillet-décembre 2007.
b) Le budget initial, de 347,7 millions, avait été élevé en juin à 788 millions, avant d’être jugé illégal par la Cour d’appel en novembre 2008. Le budget qui apparaît est le budget « dépenses ».
c) Le budget de l’État 2010 approuvé par le Parlement le 4 décembre 2009, de 659,9 millions, a été relevé et approuvé par le Parlement, à 838 millions lors du budget rectificatif en juillet 2010.
d) Budget proposé par le gouvernement au Parlement en novembre 2010.
Source : gouvernement de Timor-Leste.

11La hausse du budget a été permise grâce aux revenus du pétrole et du gaz, transférés depuis 2005 dans un Fonds pétrolier sécurisé. Fin septembre 2010, ce Fonds s’élevait à 6,6 milliards de dollars, et les recettes du pétrole se sont élevées à 1,8 milliard de dollars pour l’année 2010. Les hydrocarbures fournissent au pays les moyens financiers de son développement, mais le challenge pour ce dernier, dont le budget est financé à plus de 90 % par le Fonds pétrolier, est le démarrage d’une économie qui réduise sa dépendance pétrolière. C’est sur sa tendance à augmenter le budget et à puiser dans le Fonds pétrolier au-delà du revenu durable (Estimate Sustainable Income – ESI) que les critiques à l’encontre du gouvernement sont les plus sévères. Ainsi, le budget réévalué de 2010 a reposé sur un prélèvement dépassant l’ESI de plus de 300 millions de dollars. Le gouvernement préparant une loi destinée à modifier les critères de calcul de l’ESI, les critiques sur le sujet devraient se poursuivre, dans un contexte où c’est de la bonne gestion du Fonds pétrolier que dépend l’avenir du pays, notamment lorsque celui-ci ne disposera plus de ressources en hydrocarbures.

Des investissements privés concentrés dans l’immobilier résidentiel et touristique et la formation d’une classe moyenne

  • 6 Forte actuellement de 3 000 personnes environ, militaires et civiles, la MINUT a succédé en 2006 a (...)

12Le Timor-Leste connaît une croissance économique estimée entre 7 % et 12 % depuis trois ans. Cette bonne performance traduit surtout pour le moment une croissance des recettes pétrolières. Par ailleurs, la vie économique est particulièrement stimulée par des investissements publics et par une importante présence internationale due notamment à la Mission intégrée des Nations unies au Timor-Leste (MINUT6). La capacité du gouvernement à attirer des investissements étrangers est pourtant réelle, ceux-ci se concentrant dans l’immobilier résidentiel et touristique et le commerce. Le tourisme, secteur promu comme un axe important de diversification économique, reste dominé par les déplacements entrepris dans un cadre professionnel.

13Le plus gros investissement (250-300 millions de dollars américains) prévu dans le domaine du tourisme concerne l’hôtel Dili Sutera/Pelican Paradise Resort (consortium malaisien). L’établissement est appelé à être le premier hôtel cinq étoiles du pays, comprenant 400 chambres environ, un parcours de golf vingt-sept trous et un centre d’affaires. Il est situé à Tasi Tolu, à quelques kilomètres du centre de Dili, à proximité de l’aéroport. Initialement prévu pour être terminé en 2012, le chantier a été suspendu en début d’année, lorsque neuf squelettes humains ont été trouvés durant les travaux de fondation. Le site est en effet connu pour avoir été l’un des lieux utilisés par l’armée indonésienne pour se débarrasser des corps de ses victimes. De nombreuses voix se sont réjouies de la suspension du projet, ne voyant pas d’un bon œil sa réalisation sur un site présentant par ailleurs un grand intérêt au plan environnemental. Un nouveau rebondissement s’est produit à l’automne après que l’ONG Lao Hamutuk a fait circuler des informations de nature à affecter le projet. En septembre 2009, la société Asian Champ Investment Ltd (société parapluie du projet de l’hôtel) a demandé à la ministre des Finances, sous la forme d’une lettre signée par Edward Ong (à la tête du projet Pelican Paradise), un emprunt de 1,2 milliard de dollars américains issu du Fonds pétrolier devant être déposé en cash sur un compte bancaire. Cette somme devait être remboursée au bout d’un an avec 7,5 % d’intérêts. Si cette opération ne s’est pas faite, vigoureusement déconseillée par le Bureau de conseil sur les investissements du Fonds pétrolier (ministère des Finances), elle montre aussi combien les revenus pétroliers du pays sont à même d’aiguiser les appétits.

14D’autres investissements ont en revanche été réalisés ou sont en passe de l’être à Dili, la plupart dans le domaine de l’immobilier résidentiel et entrepris par des investisseurs étrangers. Ont ainsi ouvert ou vont ouvrir les Palm Spring Estate et Palm Beach Apartment, le Beach Garden Estate, le Brighton Apartments, etc. Leur configuration (de type condominiums/résidences-hôtels) autant que leur prix (le plus souvent de 2 000 à 5 000 dollars par mois) visent explicitement la clientèle à hauts revenus des expatriés, notamment onusiens et personnels des ambassades. Au moins deux autres projets d’envergure sont en cours : l’un sur la route de l’aéroport, développé par un Sino-Timorais, Jape Kong Su, et dont la première phase de construction d’un « New Dili Centre » concerne un centre commercial de cinq étages, avec bureaux, hôtel et appartements (Timor Plaza) ; l’autre dans le centre historique, développé par la société portugaise Ensul-Meci, comprenant un complexe de bureaux, logements, commerces et hôtel. Eu égard à ces nouvelles constructions, rien ne porte à croire au retrait pourtant annoncé, après les élections présidentielles et législatives de 2012, de la Mission des Nations unies. Dans un contexte où il est peu imaginable que le tourisme puisse investir ces nouveaux lieux, à ce prix, dans un si court délai, on peut déduire que ces investisseurs misent sur la permanence d’un nombre significatif d’expatriés et sur l’émergence d’une élite économique timoraise. D’ailleurs, si dans le secteur immobilier les prix paraissent n’avoir jamais autant flambé, cette tendance concerne également les maisons individuelles louées par des Timorais à des étrangers. Le secteur immobilier est, depuis 2000, l’un des principaux lieux d’enrichissement d’une élite économique en formation.

15L’émergence d’une classe moyenne et supérieure et le développement d’un secteur privé timorais, jusqu’à présent très embryonnaire, constituent quelques-uns des objectifs du gouvernement depuis son arrivée au pouvoir, réaffirmé dans le Plan stratégique de développement. La hausse importante, en 2009 et 2010, du nombre de voitures, y compris des voitures de luxe, à Dili, comme la fréquentation accrue des supermarchés – longtemps l’apanage des expatriés – par des Timorais, traduisent l’évolution de cette classe moyenne et supérieure. C’est afin de développer le secteur privé que le gouvernement a mis sur pied, au printemps 2010, un système permettant la prise en charge d’un certain volume de travaux publics, en particulier les routes rurales, des écoles, etc. par des entrepreneurs nationaux. Un fonds, baptisé Referendum package, de 70 millions de dollars américains, a été alloué à plusieurs centaines de petits entrepreneurs pour leur permettre de se lancer. L’opération a été critiquée, accusée de « gaspiller » les deniers publics en donnant de l’argent à des personnes et à des structures dépourvues de compétences dans le domaine des travaux publics.

  • 7 L’indice de perception de corruption 2010 émis par Transparency International place le pays à la 1 (...)

16Les critiques concernant le gaspillage et la corruption sont fréquentes, d’autant que nombre de contrats concernant de gros projets d’infrastructures sont signés sans passer par des appels d’offres et qu’un certain nombre d’entre eux profiteraient directement aux amis et aux familles de membres du gouvernement. De fait, certains ministères ont triste réputation au plan du népotisme, collusion et corruption7 et un travail de fond est attendu de la commission anti-corruption créée en juin 2009.

L’aide chinoise et le modèle asiatique en arrière-plan

  • 8 Le montant annuel de la pêche illégale est estimé à 36 millions de dollars américains (voir le dis (...)

17La plupart des investissements d’envergure en cours sont le fait d’investisseurs étrangers et une grande partie d’entre eux sont entrepris par des investisseurs chinois (de Chine, de Malaisie ou de Singapour). Si bien que, entre l’aide chinoise (construction du grand palais présidentiel et de celui du ministère des Affaires étrangères, du quartier résidentiel militaire à Metinaro, du prochain bâtiment qui hébergera le ministère de la Défense et le quartier général des forces armées timoraises, ou encore projet du nouveau Parlement) et les investissements privés, la présence chinoise est très visible. Nombreux sont ceux qui la remarquent, d’autant que, au Timor-Leste comme ailleurs, l’aide chinoise – sans être la seule – est loin d’être dénuée d’intérêts. Le gouvernement timorais a ainsi signé divers contrats avec des entreprises chinoises, comme la China Metallurgical Construction pour la construction de quatre hôpitaux (dont celui de Suai, déjà en fonction, dans le Sud-Ouest du pays), ou encore l’entreprise CNI22 (China Nuclear Industry 22nd Construction Co. Ltd) pour la construction d’une centrale électrique et de ses neuf sous-stations (360 millions de dollars) qui doivent être terminées fin 2011. La centrale devait initialement fonctionner avec du matériel d’occasion et du fioul lourd. Critiquée en 2009 par les ONG pour son coût et son caractère polluant, celle-ci a finalement évolué vers l’emploi de générateurs neufs qui fonctionnent à l’essence ou au diesel. En juin 2010 ont par ailleurs été livrés les deux navires militaires (28 millions de dollars américains) achetés (en 2008) à la Chine et destinés à surveiller les eaux territoriales et à lutter contre la pêche et le commerce illégaux8.

18Les critiques concernant la présence chinoise sont devenues virulentes en 2010, jugeant disproportionnés les contrats attribués au regard du montant de l’aide chinoise comparée à celle des principaux bailleurs du Timor-Leste que sont l’Europe (surtout le Portugal), l’Australie et le Japon. Il est aussi reproché aux entrepreneurs chinois d’amener sur les chantiers des travailleurs chinois, stratégie qui ne profite pas à la formation et à l’emploi des Timorais. Compte tenu des ambitions nationales présentées dans le Plan stratégique de développement, ce n’est pourtant probablement, avec la Chine, que le début d’une longue coopération. Ce que propose en effet le Plan est une transformation rapide du pays et, dans le contexte mondial actuel, ce sont surtout ses partenaires asiatiques – Chine, Japon, Singapour, Malaisie – qui devraient l’y aider. Le modèle asiatique et la modernité qu’il incarne étaient déjà illustrés par des gratte-ciel sur les affiches politiques du CNRT lors de la campagne législative de 2007. Le thème a été repris pour le logo du Timor-Leste à l’Exposition universelle de Shanghai 2010, représentant un crocodile et une maison traditionnelle sur fond de gratte-ciel, surmontés par le clocher d’une église.

4 - Un développement des infrastructures concentré à Dili

  • 9 Premiers résultats du recensement 2010, gouvernement de Timor-Leste.

19La ville de Dili poursuit sa rénovation avec la construction ou la réhabilitation de plusieurs édifices publics, des ambassades et divers bâtiments commerciaux, le traitement des rues et des routes (trottoirs, plantations d’arbres), dont la promenade du front de mer qui relie le centre (palais du gouvernement) aux diverses plages jusqu’à l’extrémité Est de la baie (Cristo Rei). Néanmoins, les efforts sont concentrés d’abord sur les parties et axes « utiles », visibles et économiques de la ville. La construction de logements sociaux, par exemple, se compte par unité alors qu’il s’agirait d’en construire au moins plusieurs centaines, voire quelques milliers par an pour faire face à l’accroissement rapide de la population. Les premiers résultats du recensement 2010 ont en effet révélé la présence de presque 200 000 habitants dans l’aire urbaine, soit un cinquième de la population totale9 (contre 150 000 habitants estimés lors du recensement de 2004). Outre un taux de fertilité fort (six enfants par femme contre plus de sept en 2004), cette situation confirme la poursuite d’un exode rural, Dili concentrant les établissements d’enseignement supérieur et les opportunités de ressources économiques. Par ailleurs, la ville, comme le reste du pays, a également souffert de pluies violentes, tombées même durant la saison « sèche », obligeant à un ravitaillement de localités de montagne par hélicoptère et provoquant à Dili d’importantes inondations en plein mois de juillet. L’année 2011 devrait voir le démarrage de la réfection d’un réseau de canaux de drainage devenu déficient depuis sa construction par l’administration coloniale portugaise.

5 - Relations avec les pays voisins

20Motivé par des aspects pratiques mais révélateur de l’état des relations entre l’Indonésie et le Timor-Leste (impensable il y a encore quelques années), un système de pass frontalier a été lancé le 27 juillet 2010 et inauguré le jour même au poste de Motain-Batugade. Sur cette frontière poreuse, animée par les innombrables flux des populations frontalières, par la présence de marchés, mais aussi par un abondant trafic illicite, la procédure vise à faciliter les déplacements des populations résidentes et à mieux contrôler les flux illégaux de personnes et de biens. La mise en place de ce système n’a pas empêché, mi-juillet, l’émergence de violentes tensions dans la localité de Naktuka, dans l’enclave d’Oecussi. Des militaires de la TNI (armée nationale indonésienne) y ont en effet détruit des maisons qui venaient d’être construites par le gouvernement timorais pour reloger des victimes de catastrophes naturelles, ainsi qu’un entrepôt de biens alimentaires, et ont sommé les habitants de quitter les lieux. Les négociations diplomatiques ont cherché à calmer les tensions en attendant l’avancement du dossier. Revendiquée par le Timor-Leste et par l’Indonésie, Naktuka fait partie des 3 % du tracé de la frontière, tous situés à Oecussi, qui restent encore sous négociation.

21L’autre grand événement, très couvert médiatiquement, a été la proposition, faite début juillet par le Premier ministre australien Julia Gillard, d’implanter au Timor-Leste un centre régional de rétention et de traitement des migrants et demandeurs d’asile. La proposition a provoqué une levée de boucliers générale et un vote négatif du Parlement. Les Timorais, réticents à cette idée, mettent en avant leurs difficultés, économiques notamment, qu’ils ne tiennent pas à voir s’accroître en acceptant ce centre de migrants avec le risque que ces derniers cherchent à s’implanter dans le pays. Tant Julia Gillard que Chris Bowen, ministre de l’Immigration, ont multiplié les discussions sur le sujet à l’automne, avec le Timor-Leste, mais aussi avec l’Indonésie et la Malaisie, pays qui seraient les premiers concernés par les flux de personnes se destinant au Timor-Leste. Sous la forme d’un centre délocalisé, l’Australie recherche dans la région une solution alternative aux centres surpeuplés qu’elle gère aux îles Chrismas et sur le continent, comme Villawood à Sydney. Le pays doit en effet faire face à l’arrivée croissante de migrants venant de nombreux pays d’Asie, Afghanistan, Pakistan, Sri Lanka, Iran, Irak, Chine. L’Australie met dans la balance la prise en charge financière totale du projet (30 millions de dollars américains pour sa construction, 30 millions pour son fonctionnement). Les personnalités timoraises ouvertes à l’étude du dossier, comme José Ramos-Horta, mettent en avant les conditions et la durée de détention des migrants (qui dépasse régulièrement cinq ou six ans) ou encore la durée de fonctionnement d’un tel centre s’il est implanté au Timor. Les négociations devraient se poursuivre jusqu’à la tenue du prochain « Processus de Bali » (forum régional sur le trafic d’êtres humains) prévu début 2011.

6 - Justice : État de droit versus impunité

22Le printemps 2010 a été le théâtre du procès des « rebelles » de 2006-2008, dont Gastão Salsinha, ainsi que vingt-trois autres hommes, impliqués dans les attentats contre José Ramos-Horta et Xanana Gusmão et condamnés à des peines de prison allant de neuf ans et demi à dix ans et demi. Mais c’est surtout la grâce présidentielle qui leur a été accordée en août, suivie par leur libération le même mois, soit deux ans après leur emprisonnement et deux mois après leur condamnation, qui a attisé les critiques. Il a été reproché au président de favoriser une culture d’impunité. Ce sentiment s’est trouvé renforcé dans la mesure où tous les autres prisonniers impliqués dans les événements de 2006 ont été graciés et libérés. Tant les dirigeants du Fretilin que ceux de l’AMP considèrent ces derniers comme des « victimes ». Face à la priorité que constitue la stabilité, et pour ne pas condamner des Timorais quand les principaux criminels de guerre ne l’ont jamais été, le pardon prévaut à chacune des crises que connaît le pays (2004, 2006, 2008).

  • 10 Parmi la dizaine de commissions d’enquête et de justice menées depuis 1999 sur les crimes de guerr (...)

23Très attendus depuis 2005, les débats au Parlement concernant les deux lois pour la création d’une agence gouvernementale chargée de mettre en place les recommandations de la Commission pour l’accueil, la vérité et la réconciliation (CAVR) et de la Commission pour la vérité et l’amitié (CTF)10 et pour définir un programme de réparations aux victimes, ont eu lieu durant l’été. Un « Institut de la mémoire et des droits humains » devrait voir prochainement le jour, l’éducation et les réparations devraient être ses principales missions. Tout aussi important dans la mesure où la majorité des Indonésiens méconnaissent toujours ce qui s’est passé au Timor-Leste entre 1975 et 1999, et significatif des avancées démocratiques que l’Indonésie a connues depuis la chute de Suharto, un autre temps fort a été la publication, en octobre, à Jakarta, de la version indonésienne du rapport « Chega ! » de la CAVR (3 500 pages en cinq volumes) par l’un des principaux éditeurs indonésiens, KP Gramedia.

Conclusion

24L’année 2010 a été marquée par une normalisation de la situation caractérisée par une stabilité sociale et politique. La vie politique devrait s’animer en 2011 dans la perspective des élections présidentielles et législatives de 2012. On observe la montée de personnalités politiques prêtes à prendre la relève au sein des différents partis politiques. Prévu pour démarrer en 2011, le Plan stratégique de développement devrait voir le début de grands travaux dans divers secteurs, notamment dans le domaine des infrastructures et du développement rural. Notoirement limité jusqu’à présent par manque de ressources humaines, le secteur de la justice (y compris la Commission anticorruption) devrait également bénéficier de la hausse, annoncée, de personnels et de juges.

Annexes

Fiche Timor-Leste

Capitale : Dili

Superficie : 14 900 km²

Population (2010) : 1,06 million hab.

Langues officielles : tetum, portugais (plus deux langues de travail, indonésien et anglais)

Données politiques

Nature de l’État : république unitaire

Nature du régime : démocratie parlementaire

Suffrage : à partir de 17 ans, universel

Chef de l’État : président José Ramos-Horta (depuis 2007)

Premier ministre : Kay Rala Xanana Gusmão (depuis 2007)

Ministre des Affaires étrangères : Zacarias Albano Da Costa

Échéances : élections présidentielles et législatives en 2012

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethnolinguistiques : une vingtaine de groupes principaux, Mambai et Tetum (de langues austronésiennes), et Macassai, Fataluku (de langue papou), plus une minorité chinoise

Religions (2004) : catholiques (96 %), protestants (2 %), musulmans (0,3 %) ; une grande partie de la population est animiste

Taux de croissance démographique (2010) : 2,4 %

Espérance de vie (2010) : 62,1 ans

Indice de fécondité (2009) : 6

Taux de natalité (2009) : 40,3 ‰

Taux de mortalité (2009) : 9,7 ‰

Taux de mortalité infantile (2009) : 44 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2009) : 58 %

Taux d’urbanisation (2010) : 29,6 %

Indice de développement humain : 0,502 (120e rang en 2010) ; 0,489 (162e rang en 2007) ; 0,488 (158e rang en 2004)

Indicateurs économiques

Monnaie : dollar des États-Unis (1 euro = 1,32 dollar, décembre 2010)

Balance des paiements courants (2009) : 1,3 milliard de dollars

Dette extérieure : aucune

PIB par habitant ou per capita (2009) : 2 520 $ US (600 $ US sans les revenus pétroliers 2010)

Taux de croissance du PIB (2010) : 7 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (2008) : 31,5 % (agriculture)/15,9 % (industrie)/52,5 % (services)

Taux d’inflation (2010) : 3,2 %

Taux de chômage : n. c.

Taux de population sous le seuil de pauvreté (2010) : 40 %

Informations IDE : n. c.

Principaux partenaires commerciaux (2009) (importations) : Indonésie (38 %), Singapour (19 %), Australie (10 %)

Importations (2009) : 295 millions $ US

Principaux produits importés (2009) : véhicules, combustible, céréales, équipement électrique, machinerie

Exportations (2009) : 34,5 millions $ US (8,4 millions $ US sans les réexportations)

Principaux produits exportés : café

Revenus pétrole et gaz (2010) : 1,8 milliard $ US

Portraits

Fernando « Lasama » de Araujo
Fernando « Lasama » de Araujo avait 12 ans lors de l’invasion de 1975 et il a été le témoin du meurtre de nombre de ses proches. En 1988, étudiant à Bali, il a fondé le RENETIL (Résistance nationale des étudiants du Timor-Leste) dont il a été premier secrétaire général. Capturé en 1991, peu après le massacre de Santa Cruz, il a été emprisonné de 1992 à 1998 à Jakarta, dans la même prison que Xanana Gusmão. Le PD (Parti démocratique) qu’il préside depuis sa création en 2001 a constitué le principal parti d’opposition lors des gouvernements Fretilin (2001-2007). À la suite des élections présidentielle et législatives de 2007, « Lasama » a été élu président du Parlement. Il a assuré pendant quelques mois la fonction de président de la République par intérim après l’attentat contre José Ramos-Horta. Il incarne la « jeune génération » indonésianophone.

Domingas « Micato » Fernandes Alves
Domingas « Micato » Fernandes Alves s’est engagée à 16 ans, dès l’invasion du Timor-Leste, dans la résistance aux côtés du Fretilin, en particulier comme secrétaire de l’organisation de femmes OPMT et dans l’équipe rapprochée du président Nicolãu Lobato. Travaillant ensuite comme fonctionnaire, elle n’a jamais cessé ses activités de résistante, témoignant notamment de la situation des femmes. Ses diverses responsabilités l’ont amené à être l’un des pivots du front clandestin, cofondatrice de l’ONG Fokupers (soutien aux femmes victimes de violences) (1997), cofondatrice de la Commission pour les droits humains (1999), conseillère auprès du Premier ministre (Mari Alkatiri) dans l’Office pour la promotion de l’égalité (à partir de 2002). Elle est ministre de la Solidarité sociale depuis 2007 au sein du gouvernement de l’AMP.

Affiche politique

« Promouvoir une bonne gouvernance maintenant !
‘Les fonctionnaires publics sont les serviteurs de l’État et du peuple.’ »

Notes

1 Le ministre des Affaires étrangères demandant aux ambassadeurs timorais de ne pas venir à cette réunion, le Premier ministre leur demandant au contraire de venir au Timor-Leste pour y participer.

2 Âgé de 73 ans, Mario Carrascalão est un personnage très connu de la scène politique pour avoir été gouverneur du territoire durant l’occupation indonésienne, entre 1982 et 1992. Il a été également le fondateur du Parti social démocrate en 2001.

3 Mario Carrascalão a été accusé d’avoir privilégié certains membres de sa famille et le gouvernement le soupçonne d’avoir porté de fausses allégations de corruption ; pour les autres, son évincement du gouvernement est lié à sa mission et à la dénonciation d’actes de corruption.

4 Aux côtés de D. Alberto Ricardo, évêque de Dili, et de Basilio de Nascimento, évêque de Baucau.

5 Au 95e rang mondial en 2010, le Timor-Leste est le mieux placé de tous les pays d’Asie du Sud-Est pour la liberté de la presse, voir Reporters sans frontières, Classement mondial de la liberté de la presse 2010, octobre 2010.

6 Forte actuellement de 3 000 personnes environ, militaires et civiles, la MINUT a succédé en 2006 aux différentes missions en place dans le pays depuis 1999.

7 L’indice de perception de corruption 2010 émis par Transparency International place le pays à la 127e place sur 178 pays (contre la 146e place en 2009), et à la 7e place sur les 11 pays d’Asie du Sud-Est.

8 Le montant annuel de la pêche illégale est estimé à 36 millions de dollars américains (voir le discours du Premier ministre lors de l’inauguration des navires, le 11 juin 2010).

9 Premiers résultats du recensement 2010, gouvernement de Timor-Leste.

10 Parmi la dizaine de commissions d’enquête et de justice menées depuis 1999 sur les crimes de guerre, la procédure la plus significative a été celle de la CAVR, commission indépendante soutenue par les Nations unies, et dont le rapport, « Chega ! » (« Ça suffit ! » en portugais), établi à la suite d’une enquête menée entre 2000 et 2005, documente en 2 500 pages les crimes commis entre 1974 et 1999 et propose une série de recommandations. La CTF (Commission for Truth and Friendship) a été lancée par l’Indonésie et le Timor-Leste pour enquêter sur les seuls crimes de 1999.

Table des illustrations

Titre Prévision budgétaire à Timor-Leste entre 2006-2007 et 2011 (millions de dollars)
Légende a) Budget de transition après les élections de 2007 : juillet-décembre 2007.b) Le budget initial, de 347,7 millions, avait été élevé en juin à 788 millions, avant d’être jugé illégal par la Cour d’appel en novembre 2008. Le budget qui apparaît est le budget « dépenses ».c) Le budget de l’État 2010 approuvé par le Parlement le 4 décembre 2009, de 659,9 millions, a été relevé et approuvé par le Parlement, à 838 millions lors du budget rectificatif en juillet 2010.d) Budget proposé par le gouvernement au Parlement en novembre 2010.Source : gouvernement de Timor-Leste.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2345/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Le Timor-Leste
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2345/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende « Promouvoir une bonne gouvernance maintenant !‘Les fonctionnaires publics sont les serviteurs de l’État et du peuple.’ »
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2345/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

Auteur

Docteur en géographie et aménagement du territoire (université Paris IV-Sorbonne), est spécialisée dans l’étude du tourisme et enseigne à l’université d’Évry-Val-d’Essonne. Elle s’intéresse particulièrement à l’Indonésie et au Timor-Leste. Elle a dirigé avec Frédéric Durand le « Carnet de l’Irasec » Timor Leste, comment bâtir une nouvelle nation en Asie du Sud-Est au XXIe siècle (no 9, 2009) et codirige actuellement une monographie nationale sur le Timor contemporain avec Frédéric Durand et Benjamin de Araujo Corte Real.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site