Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2011 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Arnaud Leveau

Avant-propos

L’année des faux-semblants

Arnaud Leveau et Benoît de Tréglodé

Texte intégral

  • 1 Rapport de la Banque asiatique de développement, disponible sur : http://www.adb.org/media/Articles (...)

1Les apparences sont souvent trompeuses. À première vue, l’Asie du Sud-Est a plutôt bien résisté à la crise financière internationale débutée en 2007. La croissance économique dans la région est repartie à un rythme élevé. Les estimations pour l’année 2010 sont éloquentes : 1,1 % pour Brunei, entre 3,5 % et 4,5 % pour la Thaïlande, 5 % pour l’Indonésie et le Cambodge, 5,2 % pour la Birmanie, entre 5 % et 6 % pour les Philippines, 6 % pour la Malaisie, 6,4 % pour le Viêt Nam, 7,7 % pour le Laos, 7,8 % pour le Timor-Leste et entre 13 % et 15 % pour Singapour, soit une moyenne supérieure à 6 % pour l’ensemble de la zone. Même si elle risque d’être moins élevée en 2011, la croissance devrait rester robuste, en grande partie grâce à une forte demande chinoise, un haut niveau d’exportations et une accélération des échanges avec l’Inde. Pourtant, un ralentissement a commencé à se faire sentir dès le dernier trimestre de l’année 2010. Le rebond des exportations en 2010 a tout autant été marqué par une augmentation des volumes exportés que par une hausse des prix des produits de base. Si, pour des pays comme l’Indonésie, la Malaisie ou le Viêt Nam, les prix de l’huile de palme, du caoutchouc, du cuivre ou du café sont encore inférieurs aux sommets atteints en 2008, ils restent entre trois et quatre fois supérieurs à leurs cours de 2002. L’augmentation plus faible des prix du gaz, du pétrole, du charbon et des céréales en 2010 a été compensée par une hausse encore plus faible du prix des produits finis importés1. Des gains importants en matière de balance des échanges ont donc été réalisés début 2010, ce qui a stimulé la consommation.

2Toutefois, sur le moyen et long terme, des inquiétudes se dessinent, notamment en ce qui concerne l’accroissement des inégalités. À l’exception de Singapour et, dans une moindre mesure, de la Malaisie et de la Thaïlande, les investissements publics dans l’éducation et les infrastructures restent faibles. Les politiques sociales demeurent peu ambitieuses avec comme conséquence la marginalisation de pans entiers de la population. Ces différents indices annoncent des risques importants pour l’avenir de la région, notamment en période de crise de liquidités et de baisse des prix des produits d’exportation. Sur ce terrain, le rôle et le poids croissants du yuan chinois, et de la Chine qui n’est pas un partenaire comme les autres, en Asie du Sud-Est commencent parallèlement à limiter les marges de manœuvre monétaires des pays de la région.

3Sur le volet politique, les faiblesses sont encore plus aiguës. La menace du terrorisme islamique que représentait la Jemaah Islamiyah tend à s’effacer, mais le risque d’instabilité politique demeure élevé dans plusieurs pays sud-est asiatiques, et plus particulièrement en Thaïlande. Le pays n’arrive toujours pas à gérer sa transition, sans doute en partie car il ne sait pas encore vers quoi il veut tendre. Les incidents violents du printemps 2010 ont éclairé d’un nouveau jour la profonde crise identitaire que connaît un pays fragilisé par une délicate succession dynastique à venir.

4Aux Philippines, l’euphorie qui a suivi l’élection au poste de président de Benigno Aquino III, en mai 2010, aura été de courtes durées, le nouveau président n’ayant finalement pas les coudées franches pour se lancer dans les grandes réformes promises, notamment celles du système judiciaire, ni pour lutter contre une corruption endémique. Malgré de bons résultats économiques confirmés par la présence du pays au sommet du G20 en novembre 2010, l’Indonésie peine à se réformer. Mal organisé, incapable de se financer correctement, l’État indonésien ne parvient toujours pas à investir ni à redistribuer correctement les richesses. À court terme, la croissance risque de buter sur ce problème de gouvernance. La Malaisie n’a pas non plus profité du retour de la croissance pour se lancer dans des réformes démocratiques pourtant tant espérées. Le pays reste une monarchie constitutionnelle et fédérative avec un système juridique sclérosé entre loi islamique et loi civile. Si le sultanat de Brunei semble être un havre de paix, l’absence de perspectives professionnelles pour les jeunes générations, ainsi que la fin annoncée de la rente pétrolière que les autorités peinent à anticiper, commencent à inquiéter la population. Le Laos continue de faire figure de bon élève en matière d’éradication de la pauvreté, mais ses réformes pour conserver le soutien de ses bailleurs sont un trompe-l’œil. L’autoritarisme des dirigeants est toujours de mise. Le pouvoir cambodgien, conforté par les élections législatives de 2008 et par de bonnes perspectives économiques, s’est engagé dans une phase de durcissement de la vie politique avec une judiciarisation accentuée de ses différends. Au Viêt Nam, l’année 2010 aura été marquée par la préparation du XIe Congrès du Parti communiste (janvier 2011). Pourtant, les décisions qui y seront adoptées ne devraient avoir que peu d’influence en matière de changement. En 2010, le Viêt Nam a mis à profit sa stabilité politique et ses bons résultats économiques pour engranger des points sur la scène internationale. Sa présidence tournante de l’ASEAN s’est déroulée sans accroc, contrastant avec le fiasco de la présidence thaïlandaise de 2009. De même, le Viêt Nam a été l’un des seuls pays à revenu intermédiaire à avoir été invités à la réunion du G20 à Séoul, en novembre. L’économie vietnamienne semble néanmoins moins bien sortir de la crise mondiale que ses voisins. Ses déficits sont importants, ce qui se traduit par un durcissement des conditions d’emprunt sur les marchés internationaux, alors que le pays a besoin d’emprunter pour financer ses besoins d’investissements en infrastructures. La forte inflation et la dépréciation du đồng pourraient contribuer à l’émergence de nouveaux mouvements sociaux en 2011. En Birmanie, la transition annoncée au cours de l’année, bien que sous contrôle des militaires, contient des éléments d’ouverture sans équivalent au cours des deux dernières décennies. La libération d’Aung San Suu Kyi en est un élément majeur. L’année 2011 montrera jusqu’où la junte est prête à aller. Elle comprend également des éléments d’incertitude, une nouvelle génération d’officiers étant appelée à prendre progressivement les commandes. Le Timor-Leste est parvenu à une certaine stabilité sociale. La vie politique du pays devrait toutefois s’animer en 2011 en perspective des élections présidentielle et législatives de 2012. La cité-État de Singapour, sortie de la crise en fanfare, réaffirme ses ambitions régionales et se permet de laisser souffler un vent de liberté. Un vent sous contrôle, bien entendu, mais la société se détend progressivement. Intellectuels et artistes prennent plus facilement la parole et des débats sur l’histoire et l’identité de la cité-État ont enfin lieu.

5Après la crise, l’Asie du Sud-Est a donc retrouvé des signes ostensibles de croissance. Ces derniers voudraient tout excuser, servant de prétexte aux gouvernants pour repousser les réformes à plus tard. Cet attentisme pourrait compromettre sur le long terme le développement de la région. Ni tout à fait développée, ni tout à fait sous-développée, l’Asie du Sud-Est hésite sur la voie à prendre, au risque de faire jouer les réflexes nationalistes et les tentatives de repli sur soi. La faiblesse des marchés intérieurs et le peu d’interaction et de complémentarité entre les pays de la région rendent cette dernière toujours plus dépendante de ses exportations en direction des États-Unis, de l’Union européenne, de la Chine, du Japon, mais aussi de la Corée du Sud. La Corée qui, après avoir longtemps ignoré l’Asie du Sud-Est, nourrit depuis peu des ambitions importantes dans la région. L’Asie du Sud-Est retrouve ainsi plus que jamais sa fonction d’interface, de balancier entre les grands pôles asiatiques. La conciliation des dynamiques internes et externes reste donc une alchimie très sensible dans la région.

6Grâce au travail de terrain tout au long de l’année d’une vingtaine de chercheurs et spécialistes de chacun des pays concernés, Asie du Sud-Est 2011 procure des clés pour décrypter une région pleine de promesses et de défis en remettant dans leur perspective historique et culturelle les événements qui ont fait l’actualité au cours des derniers mois.

7Séoul et Bangkok, le 1er décembre 2010

Notes

1 Rapport de la Banque asiatique de développement, disponible sur : http://www.adb.org/media/Articles/2010/13334-asian-developments-outlooks/

Auteurs

Arnaud Leveau a effectué une partie de ses études à Beijing avant de débuter sa carrière professionnelle à Hong Kong et à Hô Chi Minh Ville. Il a été responsable du département Asie de l’Icosi (Institut de coopération sociale internationale) et a cofondé l’association Asie Pacifique Recherche. Basé en Asie du Sud-Est, il a été correspondant de presse pour plusieurs titres français et internationaux avant d’être directeur adjoint de l’Irasec de 2006 à 2010. Il est l’auteur de Le Destin des fils du dragon (L’Harmattan-Irasec, 2003). Actuellement à Séoul, il finalise une thèse de doctorat (Institut d’Asie orientale-École normale supérieure de Lyon) sur les relations entre la Corée du Sud et l’Asie du Sud-Est avec une bourse de terrain de la Korean Foundation et le soutien d’Eads.

Directeur de l’Irasec à Bangkok, est docteur en histoire et civilisation de l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales). Pensionnaire pendant trois ans du centre de Hanoi de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO), puis du Collegium Budapest en Hongrie, ancien attaché culturel en charge de la coopération universitaire à l’ambassade de France à Tokyo, il a fondé et dirigé le Groupe d’études sur le Viêt Nam contemporain (Sciences Po, EHESS, MSH) et le séminaire « Sociétés et construction étatique aux Viêt Nam, Laos et Cambodge contemporains » de l’EHESS. Il est l’auteur de Héros et révolution au Viêt Nam (L’Harmattan, 2001, nouvelle édition remaniée à paraître en 2011), de Naissance d’un État-Parti : le Viêt Nam depuis 1945 (dir. avec Christopher Goscha, Les Indes savantes, 2004) et de Viêt Nam contemporain (dir. avec Stéphane Dovert, Les Indes savantes, 2009). Il a coordonné avec Arnaud Leveau la précédente édition de cet annuaire (Asie du Sud-Est 2010, Irasec-Lignes de repères, 2010).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site