Version classiqueVersion mobile

L’Asie du Sud-Est 2010 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Arnaud Leveau
, 
Benoît de Tréglodé

Troisième partie. La région

Malaisie. Bomohs1 et politiciens : Une année (presque) comme les autres en Malaisie

Sophie Lemière

Texte intégral

  • 1 Les bomohs sont des sorciers ou chamanes pratiquant la magie noire et blanche. Peu avant la passat (...)

1L’année 2009 a été marquée par une série de sept défaites de la coalition gouvernementale lors des élections partielles. Malgré une entrée en fanfare du nouveau Premier ministre Dato' Seri Mohd Najib bin Tun Haji Abdul Razak (Najib) mue par des ambitions de réformes politiques et sociales, le gouvernement n’est pas parvenu à maintenir son électorat dans ses rangs, ni d’ailleurs les représentants de sa coalition. Du côté de l’opposition, Anwar Ibrahim, de nouveau aux prises avec la justice pour pratique sexuelle délictueuse (i.e. sodomie), n’a pu réaliser le bouleversement promis le 16 septembre 2008, c’est-à-dire le renversement du gouvernement UMNO, au pouvoir depuis plus de cinquante ans. Scandales sexuels, corruption, opportunisme politique, électeurs fantômes, magie et meurtre, le tout sur fond de crise économique : les électeurs grondent, la société civile s’essouffle. Il semble que la stabilité et l’harmonie de la politique et de la société malaisienne ne soient qu’illusoires.

1- Présentation générale

  • 2 Johore, Kedah, Kelantan, Malacca, Negeri Sembilan, Pahang, Penang, Perak, Perlis, Sabah, Sarawak, (...)
  • 3 Kuala Lumpur, Putrajaya (enclavés dans l’État de Selangor) et Labuan (une île dans l’État de Sabah (...)
  • 4 Le sultan du Trengganu Al-Wathiqu Billah Tuanku Mizan Zainal Abidin Ibni Al-Marhum Sultan Mahmud A (...)
  • 5 Supreme Head of the State.
  • 6 Uniquement pour les territoires fédéraux et les États de Penang, Malacca, Sabah et Sarawak.
  • 7 Plus exactement de la Chambre des représentants.

2La Malaisie est une démocratie fédérale parlementaire et une monarchie constitutionnelle. Les treize États2 et trois territoires3 sont dirigés par un gouvernement central désigné par le Premier ministre. La charge royale est rotative entre les neuf sultans malaisiens. Le roi4 possède des pouvoirs conférés par la Constitution de nature législative, judiciaire et exécutive. Il est le dirigeant suprême de l’État5, le chef religieux6 et le commandant suprême des armées. Il nomme au poste de Premier ministre celui qui, parmi les membres du Parlement7, représentera au mieux la majorité (traditionnellement le dirigeant du parti politique majoritaire). Bien qu’ils restent sous l’autorité nationale, les États possèdent leur propre système politique : constitution, gouvernement, assemblée législative et tribunaux islamiques.

  • 8 16 septembre 1963, création de la grande fédération de la Malaisie incluant Sabah, Sarawak et Sing (...)

3Depuis son indépendance en août 19578, la Malaisie est gouvernée par une coalition multipartite du nom de Barisan Nasional. Cette coalition institutionnalisée en juillet 1974 regroupe quatorze partis dont le MIC (Malaysian Indian Congress) et le MCA (Malaysian Chinese Association). L’opposition dirigée par le célèbre Anwar Ibrahim, emblème du mouvement islamiste réformateur des années 1980-1990, s’organise d’une façon similaire entre trois partis principaux : PKR (Parti Keadilan Rakyat), DAP (Democratic Action Party) et PAS (Parti Islam SeMalaysia). La coalition créée en 2008 n’a toujours pas d’existence formelle et n’est pas enregistrée.

4La politique malaisienne est ainsi fondée sur une base ethnique et religieuse où chaque parti représente un groupe. Le parti d’Anwar Parti Keadilan Rakyat souhaite faire exception à cette règle et se décrit comme un parti multiethnique et multireligieux.

  • 9 Voir les cas Lina Joy, Indhira Ghandi, Ayah Pin, etc. Voir Sophie Lemière, « L’apostasie en Malais (...)

5Le système légal malaisien repose sur la Constitution de 1957 qui autorise un double système légal : la common law (héritage britannique) et la loi islamique. L’islam est la religion de la fédération (article 3). En théorie, la liberté de religion est garantie pour tous les citoyens (article 11). En pratique, il est interdit de mener toute forme de prosélytisme auprès des musulmans et ces derniers ne peuvent se convertir à une autre religion au risque d’être condamnés pour crime d’apostasie9.

  • 10 Une jeune femme malaisienne est condamnée à la flagellation pour consommation d’alcool. Voir le re (...)

6Les États fédérés sont indépendants en matière de droit islamique auquel seuls les citoyens musulmans sont assujettis. Le citoyen malaisien musulman est soumis, en termes de droit des familles et d’exercice des rites religieux, aux lois chariatiques. Selon l’article 4, la Constitution est la loi suprême du pays, néanmoins cet article laisse place à un système juridictionnel chariatique s’appliquant uniquement aux affaires concernant les citoyens musulmans. Par exemple, l’apostasie est généralement punie par une peine d’emprisonnement ou une amende mais aussi la flagellation dans l’État de Pahang (tout comme l’est la consommation d’alcool10) ou l’emprisonnement dans des centres de réhabilitation de la foi.

  • 11 Chiffres 2009 du gouvernement malaisien, 28,31 millions exactement.
  • 12 Chiffre du département d’État américain.
  • 13 Auprès du National Registration Department (NRD).

7Le pays compte plus de 28 millions d’habitants11. L’ethnographie malaisienne officielle classifie la population comme suit : Malais 57 %, Chinois 26 %, Indiens environ près de 8 %, indigènes près de 12 %12. Les indigènes et les Malais sont considérés comme bumiputera, littéralement « Prince du sol », à la différence des « autres » considérés comme descendants d’immigrants. La Malaisie compte 60 % de musulmans. La communauté musulmane est ethniquement à majorité malaise. Le reste de la population pratique le christianisme, l’hindouisme, les religions (ou philosophies) traditionnelles chinoises (taoïsme, confucianisme), le bouddhisme et l’animisme. L’appartenance ethnique et religieuse est répertoriée au niveau administratif national13. La mention « islam » apparaît sur la carte d’identité des citoyens musulmans.

  • 14 88,7 % exactement pour un taux de 92 % à Singapour chiffres UNDP Human development report 2007.

8Avec un taux d’alphabétisation de près de 90 %14 la Malaisie compte aujourd’hui parmi les pays les plus développés de la région sud-est asiatique. La particularité du système éducatif malaisien tient de l’existence d’écoles vernaculaires pour les communautés chinoise, indienne et malaise. Les écoles en langues malaises sont considérées comme des écoles publiques. Ainsi, la séparation communautaire s’exerce dès les premières années d’éducation où la mixité ethnique et religieuse est rare. Outre le manque de diversité ethnique, la non-maitrise de la langue nationale, à savoir le malaisien, par les non-Malais est un problème majeur.

  • 15 La politique PPSMI (Pengajaran dan Pembelajaran Sains dan Matematik, enseignement et apprentissage (...)

9La qualité de l’éducation en Malaisie est relative et la récente décision du ministère de l’Éducation de mettre fin à l’utilisation de l’anglais comme médium d’enseignement des sciences15, afin d’évoluer vers un enseignement global en malaisien d’ici 2012, risque d’avoir un impact considérable sur l’excellence et la compétitivité de l’éducation. L’argument invoqué par le gouvernement est l’échec grandissant des élèves des zones rurales aux épreuves de sciences et d’anglais. Les cours de moralité islamique demeurent obligatoires pour les musulmans dès l’école primaire et font partie de leur examen de fin d’études secondaires.

  • 16 « Form 6 » correspond à deux années de préparation avant l’entrée à l’université. La « matriculati (...)

10Dans le primaire et le secondaire, les familles issues de la classe moyenne orientent leurs enfants vers les écoles internationales. Et malgré le coût élevé d’une éducation dans le privé, les listes d’attente s’allongent. Les familles les plus riches enverront ensuite leurs enfants étudier en Australie, en Europe ou à Singapour. Cette tendance se confirme au niveau universitaire ; et plus particulièrement chez les familles non-malaises pour les enfants de qui le nombre de places disponibles en écoles de préparation16 et en universités est limité. Les Malais jouissent des privilèges accordés à leur groupe ethnique contenus dans la Nouvelle Politique de développement (New Development Policy).

  • 17 Père de l’actuel Premier ministre.

11La NDP, qui a fait suite à la Nouvelle Politique économique (New Economy Policy, NEP) lancée en 1971 par Tunku Abdul Razak17, est un ensemble de mesures visant à favoriser la majorité malaise dans l’accès à l’éducation, la fonction publique, la propriété et les contrats publics. Celles-ci avaient pour but de diminuer l’écart entre riches et pauvres et de restructurer la société. Les Malais considérés alors comme la communauté la plus pauvre sont devenus les uniques bénéficiaires de cette politique dès lors transformée en une discrimination positive « racialiste et raciste ». En termes d’enrichissement, il semble que cette politique ait essentiellement profité à l’élite malaise dans l’obtention de juteux contrats publics.

  • 18 « I’ll continue to champion the Malays agenda », Malaysian Insider, « Najib: NEP elements will not (...)

12La NEP/NDP, très sévèrement critiquée par différents acteurs de la société civile appelant à son abolition, pourrait faire l’objet d’une réforme du gouvernement Najib. Le Premier ministre en poste depuis mars 2009 a exprimé sa volonté de réformer l’œuvre de son père en libéralisant graduellement certains de ses éléments mais tout en continuant de défendre l’intérêt des Malais18.

2- Najib « le réformiste »

  • 19 Hindraf, voir Sophie Lemière, « Être Hindou en Malaisie », EDA bulletin 507, 16 mai 2009.
  • 20 « Operasi Lalang », en 1987 le gouvernement arrêtait plus d’une centaine d’opposants politiques en (...)

13Dès sa prise de pouvoir au poste de Premier ministre et de ministre des Finances, Najib a souhaité apparaître aux yeux du monde comme un réformateur et un humaniste. Cinq activistes du mouvement pour la défense des droits des minorités hindoues Hindraf19, emprisonnés depuis 2007 en vertu des lois sur la sécurité intérieure furent libérés… Mais assignés à résidence. Alors qu’une partie des activistes et certains observateurs internationaux s’attendaient à une rafle anti-opposition dans le souvenir de l’opération Lalang20, Najib a fait preuve de bien plus d’ouverture que ce que certains ne soupçonnaient.

  • 21 Voir le site internet http://www.1malaysia.com.my/.
  • 22 Datin Pakuda Seri Rosmah Mansor épouse du Premier Ministre. Celle-ci possède sa propre page intern (...)
  • 23 L’anglais, le chinois, le tamoul et le malaisien sont les langues les plus couramment parlées en M (...)
  • 24 Ministre de 1970 à 1976.
  • 25 Charge de Deputy Prime Minister.
  • 26 Voir Arnaud Dubus, « Un cadavre très dérangeant », Libération, 5 mars 2009.

14Le concept de nation est cher à chacun des Premiers ministres qui se sont succédé. Pourtant l’unité tant attendue se révèle être un slogan de marketing politique plus qu’une véritable révolution des mentalités. Le concept « One Malaysia21 : People first, Performance now » fut lancé en grande pompe. Pour l’occasion le Premier ministre organisa un événement qu’il qualifiera d’« historique » sur la place de l’Indépendance, lieu hautement symbolique, auquel furent conviés politiciens et citoyens ainsi que Madame Rosmah Mansor22, en jogging, pour une séance d’aérobic intercommunautaire. La chanson Satu Malaysia est téléchargeable sur le site gouvernemental et disponible en sonnerie de téléphone mobile. Un site internet fut également créé depuis lequel Najib « blog » chaque jour pour informer les citoyens de ses activités. Le site, de belle réalisation, est disponible en quatre langues23 et mis à jour très régulièrement. Le concept a été décliné sur de multiples plans. En ce qui concerne l’éducation, Najib a initié la politique du « Satu Toilet » : les toilettes uniques. En effet, l’abolition de l’existence de toilettes réservées aux enseignants en faveur d’un partage universel des latrines entre professeurs et élèves visent à rapprocher ces derniers et donner aux élèves l’assurance d’être « au même niveau » que leurs professeurs (sic). Depuis, aucune autre mesure concrète ou fantaisiste relative à l’unité nationale n’a été prise. Le premier défi de Najib, fils du Premier ministre malaisien Tunku Abdul Razak Hussein24 ancien ministre de la Défense puis des Finances et enfin numéro deux25 du gouvernement Badawi, est sans conteste la restauration de son image aux yeux du peuple malaisien mais aussi de la communauté internationale. Les rumeurs selon lesquelles Najib aurait tenu un rôle dans l’assassinat d’une jeune femme mongole n’ont eu de cesse de s’amplifier depuis que celle-ci a été retrouvée morte dans une forêt, tuée à bout portant et le corps explosé au C4. La jeune femme a été la traductrice du ministre pour la négociation des contrats d’achat d’un sous-marin au gouvernement français26.

15L’affaire a été partiellement élucidée et deux coupables, anciens policiers, ont été condamnés. L’actuel Premier ministre n’a à aucun moment été entendu par la justice. Aujourd’hui une chape de plomb a été posée sur cette sinistre affaire. Son évocation dans les médias est rare et le gouvernement a interdit à l’opposition et aux activistes de mentionner le nom de la jeune femme lors des débats ou des meetings politiques publics.

3- Silence dans la presse !

  • 27 ISA, ensemble de dispositions légales permettant entre autres l’emprisonnement sans procès renouve (...)

16L’espace public malaisien suffoque et la liberté d’expression est prise en étau entre les lois de l’Internal Security Act27 et de l’acte sur la presse et les publications. L’Internet constitue la meilleure source d’information car les journaux publiés en ligne ne subissent que peu les effets de la censure, contrairement aux médias classiques écrits, télévision et radio, dont les financiers ou fondateurs sont pour la plupart membres du gouvernement au pouvoir.

  • 28 Reporters sans frontières, classement mondial, http://www.rsf.org/fr-rapport68-Malaisie.html.
  • 29 Op. cit.

17La Malaisie a été classée 132e sur 173 pays au plan mondial par l’Organisation pour la défense de la liberté de la presse Reporters Sans frontières28, entre le Nigéria et le Tchad (respectivement 131e et 133e place), derrière l’Indonésie (à la 111e place). Le journal d’opposition Suara Keadilan et plusieurs blogueurs, notamment Raja Petra Kamaruddin (« RPK »), ont été les victimes récurrentes de cette politique. Suara Keadilan a été banni à plusieurs reprises et à chaque fois peu avant des échéances politiques. « RPK » a été emprisonné durant une cinquantaine de jours à Kamunting, accusé de sédition, menace sur la paix sociale et diffamation29. Il fut libéré sur décision de la cour d’appel de Shah Alam et ne se présenta jamais aux autres audiences de ses procès. Selon les rumeurs, « RPK » aurait quitté le pays.

  • 30 Voir pour la presse en langue anglaise Malaysiakini, Malaysian insider, Nutgraph.
  • 31 Voir People’s Parliament, Zorro unmasked, ou Rocky Bru (pro-gouvernementale).

18Le développement d’un mouvement alternatif d’informations et d’opinions via les blogs et la presse en ligne30 est l’une des conséquences du manque de liberté d’expression publique. Depuis les élections de mars 2008 et tout au cours de l’année 2009, les blogueurs ont témoigné d’un fort dynamisme à chaque moment de la vie politique malaisienne. De toutes obédiences politiques et de toutes qualités, les blogueurs mobilisent ou divisent mais demeurent un intéressant baromètre de l’opinion populaire31.

4- Ubu roi en Malaisie : la crise du Perak

  • 32 Sur les 56 sièges que comptent l’assemblée du Perak 28 étaient alors tenus par l’opposition et 28 (...)

19La crise politique de l’État du Perak, au Nord de la Malaisie, a constitué une affaire politique sans précédent dans le pays mais dont les déroulements illustrent parfaitement les rouages de la politique malaisienne. L’État du Perak était, depuis les élections générales de 2008, dirigé par le parti d’opposition DAP. La défection de deux membres de la majorité de l’assemblée de l’État a provoqué un déséquilibre en faveur de l’UMNO32. En effet, les trois déserteurs (deux membres du PKR et un du DAP) devenus indépendants ont rapidement affiché leur soutien officiel au parti dirigeant (UMNO). Selon les rumeurs ces derniers auraient perçu plusieurs millions de ringgit pour retourner leur veste.

20Najib alors numéro deux du gouvernement, soutenu par le Premier ministre Badawi et le sultan du Perak, Azlan Shah, a organisé la reprise du pouvoir dans l’État. Le 6 férvier 2009, Azlan Shah désignait Zambry Kadir au poste de Menteri Besar (Chief minister ou chef du gouvernement local) succédant à Nizar Jamaluddin et ce sans aucune forme de consultation populaire.

21Cette manœuvre politique proclamée comme une victoire par Najib – « Nous avons gagné le Perak ! » –, a été ressentie dans l’opinion publique de manière violente et dénoncée par l’opposition comme un véritable coup d’État. Le président de l’assemblée locale V. Sivakumar (PKR) a tenté à plusieurs reprises de rétablir l’ordre démocratique en dénonçant les manœuvres du Barisan Nasional. Il organisa une session d’urgence afin de faire voter une motion de soutien à Nizar et la dissolution de l’assemblée. Le succès de cette stratégie aurait eu pour conséquence l’invalidation de la décision du sultan et l’organisation de nouvelles élections. Ce dernier ainsi que les représentants politiques de l’opposition se sont vus alors chassés de l’assemblée manu militari pour que le nouveau dirigeant désigné puisse s’y asseoir.

  • 33 Ipoh et Kuala Kangsar, la résidence du sultan.
  • 34 Notamment Pekida, GPMS, Majlis Tindakan Rakyat Kelantan (MTRK) ou Kelantan People's Action Council

22Les manifestations pro ou anti gouvernementales se sont multipliées tant dans la capitale que dans le Perak33. Tandis que la branche jeunesse de l’UMNO présidée par Khairy Jamaluddin, (le gendre de Badawi) et certaines organisations islamistes et/ou pro34affichaient leur soutien au sultan, les sympathisants de l’opposition (PR) et autres activistes criaient à l’injustice. Karpal Singh, avocat et président du DAP fut à plusieurs reprises malmené par des membres d’organisations islamistes pro-gouvernementales devant le Parlement national et devant sa firme à Kuala Lumpur pour ses propos tenus à l’encontre du sultan et ses tentatives de recours légal.

  • 35 Azmi Sharom, Professeur de droit associé, Université Malaya, interview de Deborah Loh, « Whither P (...)

23De crise politique à crise constitutionnelle, l’affaire a révélé les ambiguïtés du système fédéral et les abus ayant cours dans la politique malaisienne contemporaine. Le Perak est aujourd’hui dirigé par l’UMNO et Zambry s’accroche à son siège parlementaire tandis que l’opposition maintient la pression en multipliant les assemblées publiques. Le professeur de droit Azmi Sharom35 « pense qu’il est de leur devoir de continuer (…) pour rappeler à tous que le gouvernement actuel du Perak a été illégalement mis en place et avec le soutien du sultan en renversant un gouvernement élu dans les règles. Ceci est un rappel que la démocratie ne devrait pas être abusée par l’utilisation des institutions comme les tribunaux de justice, la police ou le palais [le sultan ou le roi] ou en forçant des représentants élus à retourner leur veste ». Les décisions de la cour fédérale quant à la légitimité de Zambry sont en cours de décision.

5- Et de 8 ! Les victoires d’une opposition faible

24Chacune des sept élections partielles organisées depuis le début de l’année s’est soldée par une défaite, parfois de peu, du parti au pouvoir. La huitième et dernière élection à Bagan Pinang a été une victoire écrasante de l’UMNO. Tan Sri Isa Samad a été élu avec 8 013 voix contre son adversaire Zulkeflee Omar (PAS) avec 2 578 voix. En dépit des allégations de corruption et d’abus de pouvoir au niveau national, le candidat UMNO a obtenu une avance de plus de 5 000 votes. Si l’on considère que cette élection s’est effectuée dans les règles, ce résultat est un indicateur fort de l’évolution de l’opinion publique. Il semble les délits politiques et la corruption omniprésente dans la vie politique malaisienne ne soient banalisés par l’électorat ou du moins que la réputation locale du candidat ne prime sur ses implications à un plus haut niveau. Ensuite, il apparaît clair que ce vote a sanctionné les déboires récents de la coalition de l’opposition et la radicalisation des propos de certains membres du parti islamiste dans l’État voisin de Selangor et au niveau national.

25Les élections partielles, qu’elles soient au niveau fédéral ou de l’État (ici décrites comme locales) visent à élire des représentants au Parlement (niveau fédéral) ou à l’assemblée législative (niveau local) de l’État concerné. Ces élections résultent de la vacance du poste politique par la défection au profit du parti opposé, la démission ou le décès des représentants politiques. Dans un premier temps des nominations de candidats ont lieu puis les élections. La campagne électorale s’étale sur neuf jours, et ce uniquement dans la zone électorale concernée où se déplacent les protagonistes de la politique malaisienne (Najib, Mahathir, Anwar, etc.). Comme dans toutes campagnes, les grandes lignes de la politique nationale et locale sont débattues, les promesses lancées mais les attaques personnelles demeurent le sujet favori de chacune des parties en liste.

26Bien que la coalition reste victorieuse dans la majorité des élections partielles tenues depuis les élections générales de mars 2008, celle-ci est largement affaiblie par des conflits politiques internes et des guerres intestines au sein des partis. L’opposition malaisienne est aujourd’hui en crise interne. Les espoirs déchus du 16 septembre ont engendré maintes querelles internes et la défiance de l’électorat.

27Le Pakatan Rakyat (PR) présente de nombreuses faiblesses structurelles et organisationnelles. La coalition ne possède pas de drapeau, ni de symbole commun ce qui témoigne de la difficulté d’ériger un socle idéologique commun. En effet, il semble que la stratégie de la coalition d’une union contre l’UMNO en faisant abstraction des ambitions de chacun ait volé en éclat dès le début de l’année par des comportements individuels de politiciens qui dévoilent le manque de cohésion des partis.

28Les quatre victoires du PAS lors des différentes élections partielles (voir tableau récapitulatif) ont été permises grâce à un nouveau phénomène : le soutien des non-musulmans. Lors des élections partielles de Kuala Terengganu par exemple, de nombreux citoyens ethniquement chinois ou indiens ont publiquement affiché leur soutien au PAS par le port de tee-shirt ou l’affichage du drapeau symbolisant le parti : lune blanche sur fond vert.

Élections législatives partielles (fédérales et locales) en Malaisie depuis les élections générales de mars 2008

Élections législatives partielles (fédérales et locales) en Malaisie depuis les élections générales de mars 2008

(1) Pour des raisons de clarté le nom des candidats indépendants a volontairement été omis. (2) le nom du vainqueur est surligné en gris (3) Les élections fédérales visent à élire un membre du parlement national.
Les élections locales visent à élire un membre de l’assemblée législative de l’état concerné

29Les dernières élections internes au PAS ont témoigné de l’ampleur des tensions existantes au sein du parti entre réformistes (faction des Erdogan) et conservateurs (faction des ulémas). Le profil intellectuel autant que les idées politiques des « Erdogan » sont à la source des tensions avec la faction opposée.

  • 36 Hassan Ali a demandé l’interdiction de l’alcool dans l’État de Selangor. Cet État qui jouxte Kuala (...)
  • 37 Hassan Ali a émis le projet de donner les pouvoirs suffisants aux membres des comités des mosquées (...)

30L’État de Selangor, est le théâtre où s’expriment les tensions existantes au sein de la coalition. Hassan Ali est actuellement l’un des personnages les plus controversés au sein du PAS et de la coalition PR. Ce membre du gouvernement de Selangor est l’initiateur des dernières crises politiques de l’État : la controverse sur la vente d’alcool36 et la création d’une brigade morale37, les rumeurs de rupture entre PAS et PR et de ralliement à la coalition dirigeante.

  • 38 Lors de la passation de pouvoir, les Britanniques ont favorisé l’UMNO au sein d’une coalition mult (...)
  • 39 Certaines branches de l’islam ou qui s’en réclament ne sont pas reconnues par le gouvernement mala (...)
  • 40 Beyonce (artiste américaine RnB) devra se vêtir de manière non provocante pour son concert en octo (...)
  • 41 Les expressions de différences tant collectives qu’individuelles sont condamnées par des fatwas (a (...)

31L’attitude politique de certains membres du PAS accompagne un mouvement général d’islamisation de la société malaisienne. Le processus engendré par Anwar Ibrahim et Mahathir dans les années 1980 se poursuit aujourd’hui sous diverses formes. Outre les conservateurs des partis PAS ou de l’UMNO motivés par la surenchère islamique38, il existe en Malaisie une partie de la société civile très active, qui encourage ce processus. Ce mouvement islamique et islamiste est à l’origine de la naissance de controverses morales au sein de la société malaisienne. Ainsi les comportements jugés déviants ou immoraux sont dénoncés d’une seule voix par les acteurs politiques et activistes de la société civile, peu importe leur tendance politique. Tous sont unis pour promouvoir et sauvegarder l’islam. En Malaisie, le dogme officiel est l’islam shaféite. Aussi tout comportement non conforme au dogme est considéré comme déviant, hors de l’islam, voire criminel39. Les récentes controverses morales sont pléthores : les deux cas de condamnations à la flagellation pour consommation d’alcool, la censure sur les concerts d’artistes internationaux40, les fatwas émises contre les tomboys et le yoga41.

32La récente controverse autour de la construction d’un temple hindou dans un quartier résidentiel mixte (hindou-musulman) de l’État de Selangor a ranimé les tensions entre minorités et majorité religieuses. Ce temple existant dans le quartier voisin devait être relocalisé pour simple raison logistique (l’agrandissement d’un parking). Des résidents, soutenus par des organisations islamistes pro-malaises ont défilé dans leur quartier pour exprimer leur opposition à ce projet en brandissant des têtes de vaches décapitées. Les responsables ne furent arrêtés que quelques jours après la manifestation.

  • 42 Aujourd’hui exilé en Grande-Bretagne.
  • 43 http://www.hindraf.co.uk/first.html
  • 44 En 2006, de nombreux temples hindous furent détruits dont les temples de Sri Siva Balamuniswarar ( (...)
  • 45 La rhétorique gouvernementale ethno-nationaliste et la politique de privilèges à la majorité malai (...)
  • 46 Le 25 novembre 2007, plus d’une centaine de sympathisants et membres de l’organisation furent arrê (...)

33Le combat des droits de la minorité hindoue a atteint son sommet au cours de l’année 2008 et tend à décliner en 2009. L’organisation Hindraf fut créée en 2007 par deux frères Waytha Moorthy42 et Uthayakumar Poosamy, avocats, pour mettre fin « aux abus commis par le gouvernement et sa politique d’islamisation ». Hindraf est une coalition de trente ONG hindoues dévouées à « la préservation des droits et de l’héritage de la communauté indienne en Malaisie43 ». L’organisation bannie le 15 octobre 2008 et rebaptisée Makkal Sakthi, fut créée en réponse aux destructions arbitraires de temples44 et au véritable étranglement économique subi par les membres les plus pauvres de la communauté indienne45. Les dissensions internes à la coalition ainsi que l’emprisonnement d’une partie de ses leaders ont mené Hindraf doucement à une perte d’influence46.

  • 47 Soulignons cependant que tous ces partis et organisations représentent majoritairement les Tamouls (...)

34La naissance d’une société civile indienne47 a affaibli le parti du MIC présent au sein de la coalition gouvernementale et démontrer les divisions de classes et de groupes ethniques au sein de celui-ci. Le parti est lui aussi en crise de leadership et a perdu toute influence sur l’électorat et donc au sein du Barisan Nasional.

  • 48 Malaysian Makkal Sakthy Party.

35Un groupe d’activistes de l’organisation Hindraf a créé un parti politique : MMSP ou Makkal Sakthi48, actuellement en négociation pour rejoindre le Barisan Nasional. Cette décision d’alliance est inattendue. Il faut rappeler que le gouvernement est responsable des violences perpétrées contre la communauté lors des manifestations de 2007 et 2008, et des arrestations et emprisonnements sans procès des leaders de l’organisation.

  • 49 Malaysian Indian Democratic Action Front.

36Enfin, le large nombre d’initiatives de création de partis politiques hindous et/ou indiens en 2009 comme Makkal Sakthi mais aussi le MINDRAF49 ne fait que renforcer le concept de politique racialiste existant en Malaisie.

6- « Beresekutu Bertambah Mutu ! »

37« L’unité fait la force ! » Le motto de la nation malaisienne éclate à chaque nouvelle controverse politique ou sociale. Tant que la politique malaisienne et la rhétorique des partis politiques seront fondées sur des bases racistes et racialistes le concept de nation qu’on le nomme « One Malaysia » ou autre ne pourra germer ni dans l’esprit des politiciens ni dans le cœur des citoyens. Tant que perdurera la récurrence d’un champ lexical de race, la société malaisienne ne pourra évoluer. Ce manque d’identité nationale met en péril les coalitions politiques et l’harmonie sociale, laissant place au fondamentalisme religieux et au repli communautaire. Bien que la Malaisie soit économiquement parmi les pays les plus dynamiques de sa région il est sans conteste l’un des plus ségrégationnistes.

38L’avenir de la politique malaisienne animée par les sortilèges des uns et les sacrilèges des autres est difficilement prédictible. Les élections générales de 2008 ont surpris les acteurs politiques locaux et les analystes internationaux. Les deux coalitions politiques ressemblent à des capharnaüms et le chaos engendré par les manœuvres politiques de 2008 et 2009 ouvre un champ de possibilités infini. Il semble que la politique malaisienne se situe en dehors de toute logique et qu’il est nécessaire de créer ex-nihilo un ensemble de paramètres analytiques en partant du postulat de l’irrationalité des acteurs de la politique malaisienne.

Fiche Malaisie

39Capitale : Kuala Lumpur

40Superficie : 329 847 km²

41Population : 25 715 819

42Langue officielle : malaisien

Données politiques

43Nature de l'Etat : Monarchie fédérale

44Nature du régime : constitutionnel

45Suffrage : A partir de 21 ans, universel

46Chef de l'Etat : Seri Paduka Baginda Yang di-Pertuan Agong (depuis 2006)

47Premier ministre : Dato'Sri Mohd Najib bin Tun Abdul Razak (depuis 2009)

48Ministre des Affaires étrangères : Y.B. Dato’Sri Anifah Aman

49Ministre de l’Intérieur : Dato'Seri Hishammuddin Hussein

50Echéances : Elections présidentielles en 2011

Indicateurs démographiques et sociologiques

51Principaux groupes ethniques (2004) : Malais (50,4 %), Chinois (23,7 %),

52Autochtones (11 %), Indiens (7,1 %)

53Religions (2000) : Musulmans (60,4 %), Bouddhistes (19,2 %), Chrétiens (9,1 %)

54Taux de croissance démographique (2008) : 2,2 %

55Espérance de vie (2008) : 73,29 ans

56Taux de fertilité (2008) : 2,95

57Taux de natalité (2008) : 22,24 ‰

58Taux de mortalité (2008) : 5,02 ‰

59Taux de mortalité infantile (2008) : 15,87 ‰

60Taux d'alphabétisation (> 15 ans) (2000) : 88,7 %

61Taux d’urbanisation (2008) : 70 %

62Indice de développement humain : 0,829 (66e rang, 2007) ; 0,782 (59e rang, 2000)

Indicateurs économiques

63Monnaie : ringgit (1 euro = 4,98 ringgits le 16.12.09)

64Balance des paiements courants (2008) : 34,58 milliard $ US

65Pourcentage de la dette extérieure dans le PIB (2007) : 29,4 % (63,1 milliards $ US)

66PIB par habitant ou per capita (2008) : 15.200 $ US

67Taux de croissance du PIB (2008) : 4,6 %

68Répartition du PIB par secteur d’activité (2005) : agriculture (10,1 %) ; industrie (43,7 %) ; services (46,3 %)

69Taux d'inflation (2008) : 5,4 %

70Taux de chômage (2008) : 3,3 %

71Taux de population vivant sous le seuil du niveau de pauvreté (2002) : 5,1 %

72IDE entrant (flux) (2008) : 8,053 millions $ US

73IDE entrant (cumulés ou stocks) (2008) : 73,262 millions $ US

74IDE sortant (flux) (2008) : 14,059 millions $ US

75IDE sortant (cumulés ou stocks) (2008) : 67,580 millions $ US

76Principaux partenaires commerciaux (2008) : Japon, Singapour, Chine, Union européenne, Etats Unis

77Importations (2008) : 154,7 milliards $ US

78Principaux produits importés (2008) : électronique ; machinerie ; plastiques ; véhicules ; produits pétroliers ; produits en fer ; produits en acier ; produits chimiques

79Exportations (2008) : 198,9 milliards $ US

80Principaux produits exportés (2008) : appareils électriques ; pétrole ; gaz naturel liquéfié ; textile ; bois ; produits en bois ; huile de palme ; caoutchouc ; produits chimiques

Notes

1 Les bomohs sont des sorciers ou chamanes pratiquant la magie noire et blanche. Peu avant la passation de pouvoir à Najib, était retrouvé un objet envouté (sic) sous le bureau du Premier ministre d’alors Abdullah Badawi. L’utilisation de la magie par les politiciens malaisiens pour accroître leur pouvoir ou abattre leurs adversaires est de notoriété publique. Sur le même sujet voir l’article de Farish Noor, « Politics in an Age of Unreason », The other Malaysia, http://www.othermalaysia.org/2009/03/28/politics-inan-age-of-unreason/.

2 Johore, Kedah, Kelantan, Malacca, Negeri Sembilan, Pahang, Penang, Perak, Perlis, Sabah, Sarawak, Selangor et Trengganu.

3 Kuala Lumpur, Putrajaya (enclavés dans l’État de Selangor) et Labuan (une île dans l’État de Sabah).

4 Le sultan du Trengganu Al-Wathiqu Billah Tuanku Mizan Zainal Abidin Ibni Al-Marhum Sultan Mahmud Al-Muktafi Billah Shah, a pris place sur le trône le 26 avril 2007 pour une durée de 5 cinq ans. Il est le treizième roi de Malaisie.

5 Supreme Head of the State.

6 Uniquement pour les territoires fédéraux et les États de Penang, Malacca, Sabah et Sarawak.

7 Plus exactement de la Chambre des représentants.

8 16 septembre 1963, création de la grande fédération de la Malaisie incluant Sabah, Sarawak et Singapour. Singapour quitta la fédération en 1065.

9 Voir les cas Lina Joy, Indhira Ghandi, Ayah Pin, etc. Voir Sophie Lemière, « L’apostasie en Malaisie », EDA Supplément no 6, janvier 2009 et « Le sort des « musulmans hérétiques de Malaisie », Entre flagellation et exclusion, à paraître.

10 Une jeune femme malaisienne est condamnée à la flagellation pour consommation d’alcool. Voir le reportage en ligne et http://english.aljazeera.net/news/asia-pacific/2009/08/200982373312488496.html « Malaysia debates caning of a woman », Malaysian Insider (http://themalaysianinsider.com/index.php/malaysia/33293-malaysia-debatescaning-of-woman). Voir également l’article de Farish A. Noor dans The Straits Times (de Singapour), traduit en français dans Courrier International (no 984, 10-16 septembre 2009) sous le titre : « Malaisie : six coups de canne qui font mal au pays ».

11 Chiffres 2009 du gouvernement malaisien, 28,31 millions exactement.

12 Chiffre du département d’État américain.

13 Auprès du National Registration Department (NRD).

14 88,7 % exactement pour un taux de 92 % à Singapour chiffres UNDP Human development report 2007.

15 La politique PPSMI (Pengajaran dan Pembelajaran Sains dan Matematik, enseignement et apprentissage des sciences et des mathématiques en anglais) fut mise en place en 2003 par Mahathir.

16 « Form 6 » correspond à deux années de préparation avant l’entrée à l’université. La « matriculation » est un second système de préparation qui ne dure qu’une année et demie et de niveau inférieur, pourtant celle-ci est reconnue aux mêmes standards que la préparation « form 6 ». Les classes de « matriculation » sont réservées en priorité aux Malais (quotas 90 %).

17 Père de l’actuel Premier ministre.

18 « I’ll continue to champion the Malays agenda », Malaysian Insider, « Najib: NEP elements will not be abolished but liberalized in stage », http://www.themalaysianinsider.com/index.php/malaysia/11358?task=view.

19 Hindraf, voir Sophie Lemière, « Être Hindou en Malaisie », EDA bulletin 507, 16 mai 2009.

20 « Operasi Lalang », en 1987 le gouvernement arrêtait plus d’une centaine d’opposants politiques en vertu des lois sur la sécurité intérieure (ISA) et interdisait la publication de quatre journaux.

21 Voir le site internet http://www.1malaysia.com.my/.

22 Datin Pakuda Seri Rosmah Mansor épouse du Premier Ministre. Celle-ci possède sa propre page internet sur le site gouvernemental http://www4.pmo.gov.my/datinrosmah/.

23 L’anglais, le chinois, le tamoul et le malaisien sont les langues les plus couramment parlées en Malaisie.

24 Ministre de 1970 à 1976.

25 Charge de Deputy Prime Minister.

26 Voir Arnaud Dubus, « Un cadavre très dérangeant », Libération, 5 mars 2009.

27 ISA, ensemble de dispositions légales permettant entre autres l’emprisonnement sans procès renouvelable à vie.

28 Reporters sans frontières, classement mondial, http://www.rsf.org/fr-rapport68-Malaisie.html.

29 Op. cit.

30 Voir pour la presse en langue anglaise Malaysiakini, Malaysian insider, Nutgraph.

31 Voir People’s Parliament, Zorro unmasked, ou Rocky Bru (pro-gouvernementale).

32 Sur les 56 sièges que comptent l’assemblée du Perak 28 étaient alors tenus par l’opposition et 28 par le Barisan Nasional avec l’apparition de 3 indépendants (les déserteurs) ayant affiché leur soutien au BN. Donc une majorité potentielle pour le BN.

33 Ipoh et Kuala Kangsar, la résidence du sultan.

34 Notamment Pekida, GPMS, Majlis Tindakan Rakyat Kelantan (MTRK) ou Kelantan People's Action Council.

35 Azmi Sharom, Professeur de droit associé, Université Malaya, interview de Deborah Loh, « Whither Perak ? » Nutgraph, 8 septembre 2009, http://www.thenutgraph.com/whitherperak.

36 Hassan Ali a demandé l’interdiction de l’alcool dans l’État de Selangor. Cet État qui jouxte Kuala Lumpur constitue la résidence et le lieu de sorties d’une large partie de l’élite urbaine et la classe moyenne supérieure ainsi que des expatriés. Les lieux distribuant de l’alcool sont nombreux : restaurants, bars, discothèques et cavistes. Tan Sri Mustapha Khalid (PKR), dirigeant de l’État a opté pour un consensus : une autorégulation des lieux vendant de l’alcool et des consommateurs.

37 Hassan Ali a émis le projet de donner les pouvoirs suffisants aux membres des comités des mosquées pour arrêter les musulmans commettant des offenses religieuses. Le sultan de Selangor, chef religieux dans son État, a demandé des explications. À ce jour, les conclusions de cet entretien entre le sultan et Hassan Ali demeurent inconnues.

38 Lors de la passation de pouvoir, les Britanniques ont favorisé l’UMNO au sein d’une coalition multipartite et multiethnique. Le gouvernement colonial a soigneusement écarté du pouvoir futur un discours islamique trop radical tel qu’il était tenu à l’époque par le Hizbul Muslimin devenu PAS. Ainsi, le pouvoir britannique développa une relation privilégiée avec les politiciens de l’UMNO qui offraient un discours islamique modéré, pro-malais mais enclin à une alliance multiethnique. Depuis lors, une guerre de légitimité politique et religieuse s'est engagée entre le PAS et l’UMNO. La surenchère islamique née entre les deux partis se poursuit encore aujourd’hui. La question de la défense ou du mépris de l’islam par les uns ou les autres est au centre de tous les débats politiques.

39 Certaines branches de l’islam ou qui s’en réclament ne sont pas reconnues par le gouvernement malaisien et souvent interdites tels l’Ahmadisme, le chiisme ou les rites sunnites autres que shaféites. D’autre part, des organisations non gouvernementales (ONG) comme Sisters in Islam exprimant des positions en marge du courant majoritaire (contre la polygamie par exemple) subissent d’amères critiques face à leurs revendications d’appartenance à la société civile islamique. La majorité des organisations non gouvernementales islamiques (ONGI) se situent dans le courant sunnite et antidéviationniste.

40 Beyonce (artiste américaine RnB) devra se vêtir de manière non provocante pour son concert en octobre, le concert des Black Eyed Peas (groupe américain de hip-hop/RnB fut dans un premier temps interdit aux musulmans puis suite aux réactions de la société civile l’interdiction fut levée.

41 Les expressions de différences tant collectives qu’individuelles sont condamnées par des fatwas (avis religieux n’ayant aucune valeur juridique) comme la pratique du yoga considérée comme hérétique car d’héritage hindou ou encore les tomboys (jeunes femmes s’habillant de manière masculine) et les lesbiennes accusées d’atteinte à la féminité et à la nature humaine. Tandis que les pratiques et préférences sexuelles dites délictueuses (sodomie, pratique sexuelle orale), la prostitution, l’adultère, le jeu ou l’apostasie sont punis par la loi islamique ou la loi civile.

42 Aujourd’hui exilé en Grande-Bretagne.

43 http://www.hindraf.co.uk/first.html

44 En 2006, de nombreux temples hindous furent détruits dont les temples de Sri Siva Balamuniswarar (Setapak), Sri Kumaravel (Kampong Medan), Muniswarar temple (Midlands Estate) et le temple de Muniswarar (Seremban). Les destructions se sont poursuivies en 2007 en dépit des protestations.

45 La rhétorique gouvernementale ethno-nationaliste et la politique de privilèges à la majorité malaise pratiquée de Mahathir à Abdullah Badawi ont eu pour conséquence la reformulation de la lutte des classes en termes ethniques. Dans une société où l’origine ethnique demeure un critère de division du travail le terme « race » se substitue à celui de « classe ». Dans ce contexte se dessine une pyramide économique cynique dont les Indiens constituent la base. Voir Sophie Lemière, « Être Hindou en Malaisie », EDA no 507, 16 mai 2009.

46 Le 25 novembre 2007, plus d’une centaine de sympathisants et membres de l’organisation furent arrêtés au cours de l’une des plus importantes manifestations de l’histoire malaisienne réunissant plus de 30 000 personnes devant la Haute Commission de Grande-Bretagne. Les manifestants sont violemment maîtrisés par la police à coups de gaz lacrymogène et de canon à eau. Le 12 décembre, à l’apogée des tensions entre Hindraf et le gouvernement, le Premier ministre, Abdullah Badawi, ordonne l’arrestation de cinq des leaders de l’organisation en vertu de l’ISA, accusés d’être liés à une organisation terroriste et d’avoir incité la population à la haine raciale. Voir Sophie Lemière, « Être Hindou en Malaisie », EDA no 507, 16 mai 2009.

47 Soulignons cependant que tous ces partis et organisations représentent majoritairement les Tamouls sans véritablement inclure les communautés plus petites. La communauté indienne de Malaisie constitue 8 % de la population soit environ 1,9 million d’individus. Ce groupe hétérogène est composé de 80 % de Tamouls, 3,4 % de Telugus, 4,7 % de Mayalalis et 7,7 % d’Indiens du Nord (Punjabi et Gujaratis).

48 Malaysian Makkal Sakthy Party.

49 Malaysian Indian Democratic Action Front.

Table des illustrations

Titre La Malaisie
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2295/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Élections législatives partielles (fédérales et locales) en Malaisie depuis les élections générales de mars 2008
Légende (1) Pour des raisons de clarté le nom des candidats indépendants a volontairement été omis. (2) le nom du vainqueur est surligné en gris (3) Les élections fédérales visent à élire un membre du parlement national.Les élections locales visent à élire un membre de l’assemblée législative de l’état concerné
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2295/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k

Auteur

Deuxième année de doctorat à Sciences-Po Paris et mène des recherches sur les ONG islamiques ethno-nationalistes en Malaisie sous la direction du Professeur Olivier Roy (CNRS-EHESS-Céri) et du Docteur Farish Noor (RSIS-NTU). Après des études de mandarin au lycée puis à l’université (BLCU, Beijing 2004), elle est attachée au laboratoire du Céri, de l’Irasec et collabore avec le groupe de recherche sur les religions transnationales en Asie du Sud-Est contemporaine de Rajaratnam School of International Studies (RSIS) à Nanyang Technological University de Singapour. Outre les publications académiques, elle contribue régulièrement à la revue des missions étrangères de Paris, Églises d’Asie.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search