Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2010 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Arnaud Leveau
, 
Benoît de Tréglodé

Avant-propos. Une transition qui se prolonge

Arnaud Leveau et Benoît de Tréglodé

Texte intégral

  • 1 Association des Nations d’Asie du Sud-Est regroupant la Birmanie, Brunei, le Cambodge, l’Indonésie (...)
  • 2 Asia Pacific Economic Forum.
  • 3 BN, Front national.

1Le passage à l’année 2010, année du Tigre, a sans doute été ressenti comme un soulagement chez de nombreux responsables sud-est asiatiques. Non pas que les grands chantiers engagés aient vraiment porté leurs fruits au cours de l’année mais l’effondrement annoncé fin 2008 n’a pas eu lieu. Les évolutions espérées ou redoutées par les dirigeants de la plupart des pays de la région ont été repoussées à une période moins agitée. À l’exemple de la Thaïlande qui n’arrive toujours pas à gérer sa transition – sait-elle d’ailleurs vers quoi cette transition doit la mener ? – ou de la Birmanie qui reste arc-boutée sur des positions de plus en plus difficiles à tenir, ou du Viêt Nam et du Laos qui voient d’un mauvais œil toute évolution politique, la région apparaît comme figée et tétanisée par la crainte de l’avenir, préférant se replier sur d’anciennes certitudes que la mondialisation des échanges, l’intégration régionale ou la montée des puissances chinoise et indienne viennent pourtant mettre à mal. Dans ce climat plutôt morose certains pays arrivent pourtant à tirer leur épingle du jeu. C’est d’abord le cas de Singapour qui, bien qu’ayant été le premier pays asiatique à connaître la récession, a réussi à rebondir rapidement et à renforcer son emprise régionale. Si, en 2009, la présidence thaïlandaise de l’Asean1 a été plutôt décevante, en grande partie à cause de l’instabilité politique que connaît le royaume depuis près de cinq ans, et de l’incapacité du pays à prendre des initiatives et à organiser des réunions internationales, Singapour est apparu comme le garant de la stabilité et de la respectabilité régionale en accueillant le sommet de l’Apec2 en novembre dernier. En Malaisie, après le tremblement politique de 2008 qui a vu pour la première fois le Barisan Nasional3 perdre la majorité des deux tiers qui lui permettait d’amender la Constitution à sa convenance, le passage de relais entre un Abdhullah Badawi affaibli et un Najib Tun Razak controversé s’est passé de manière relativement apaisée. La démocratie est sortie renforcée des élections législatives et présidentielles en Indonésie, plus grand pays musulman du monde. Après une décennie de tâtonnement l’Archipel semble aujourd’hui être en voie de normalisation et le potentiel de son marché intérieur devrait de nouveau pouvoir attirer les investissements internationaux. Les attentats contre les hôtels Ritz-Carlton et JW Marriott de juillet 2009 sont toutefois venus rappeler que tout était encore loin d’être réglé dans ce gigantesque pays. La Jemaah Islamiyah bien qu’affaiblie et la persistance d’organisations fondamentalistes puissantes et mal contrôlées continuent de faire peser un risque sécuritaire local pouvant provoquer des dommages collatéraux de façon ponctuelle. Les autorités vietnamiennes ont réagi rapidement à la dégradation de la situation économique et malgré une baisse importante des investissements étrangers le Viêt Nam aura réussi à passer l’année 2009 sans trop de casse et sans avoir été contraint d’engager des réformes politiques. Après plus d’une décennie de tractations, le procès des Khmers rouges ou plus précisément de Kaing Guek Eav, alias Duch, s’est finalement ouvert en mars 2009. Loin d’être exempt de critiques, ce procès, inscrit dans la durée, permet toutefois à toute une génération de Cambodgiens de (re) découvrir son passé et peut-être de bâtir un avenir plus apaisé. Les querelles frontalières et politiques avec la Thaïlande et les coups d’éclats du Premier ministre Hun Sen, doyen des chefs de gouvernement de la région, continuent cependant de fragiliser le royaume et restreignent ses éventuelles initiatives diplomatiques. Le Laos, sans faire de bruit, continue sa mutation vers une économie plus ouverte et renforce son ancrage régional. Le bon déroulement des 25e jeux sud-est asiatiques à Vientiane en décembre 2009 a contribué à accroître la crédibilité du pays dans la zone malgré la réduction importante du nombre de sports en compétition. Timor Leste, dix ans après le référendum d’autodétermination semble enfin avoir trouvé une certaine stabilité politique mais reste toutefois un des pays les plus pauvres de la région. Brunei Darussalam hésite encore sur les choix stratégiques à effectuer pour préparer l’ère post-hydrocarbure ce qui n’empêche pas les Brunéiens de se sentir encore protégés des vicissitudes de l’économie internationale. De leur côté, les Philippines paraissent toujours empêtrées dans l’anarchie, la corruption et la violence comme est tristement venu le rappeler le massacre de civils et de journalistes à Maguindanao en novembre 2009. Les élections présidentielles, prévues pour mai 2010, et le départ programmé de la présidente Gloria Macapagal-Arroyo ne devraient pas engendrer de grands changements dans l’Archipel.

2Finalement en 2010, après une année que l’on pourrait qualifier de transition, l’Asie du Sud-Est semble être encore à la croisée des chemins hésitant entre une modernisation incertaine ou un retour en arrière rassurant.

3La forte croissance économique de ces dernières années que les soubresauts politiques de certains pays de la région ne semblaient pas pouvoir ébranler s’essouffle. La faiblesse des marchés intérieurs et le peu d’interaction et de complémentarité entre les pays rend la région toujours plus dépendante de ses exportations en direction des États-Unis, de l’Union européenne, de la Chine ou du Japon.

4Région multiforme aux cultures, aux systèmes politiques, aux religions, aux richesses et aux niveaux de développement variés l’Asie du Sud-Est peinent encore à se trouver une cohérence et une unité. L’étude de cette région de près de 600 millions d’habitants coincée entre l’Inde et la Chine est souvent déroutante pour les observateurs occidentaux. C’est pour tenter d’en comprendre les développements dans toute leur complexité qu’a été créé, à l’initiative du ministère français des Affaires étrangères et européennes, l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine à Bangkok (Irasec). L’institut dispose aujourd’hui, grâce au soutien et à la forte implication du CNRS, de deux antennes supplémentaires à Hanoi et Jakarta. Il s’appuie également sur un réseau de plus de quatre-vingts chercheurs associés et partenaires répartis dans l’ensemble des pays de la région. L’Irasec privilégie les approches variées, les démarches transversales et fait appel pour cela à des spécialistes de tous les horizons disciplinaires et académiques.

5Ce bilan économique, politique et social touchera ceux qui s’intéressent à la région dans sa globalité et sa complexité en remettant dans leur perspective historique et culturelle les événements qui font l’actualité. Grâce au travail de terrain tout au long de l’année d’une quinzaine de chercheurs et spécialistes de chacun des pays de la région Asie du Sud-Est 2010 vous donnera des clefs pour décrypter une région pleine de promesses et de défis à relever.

6Bangkok le 20 décembre 2009

Indices Asie du Sud-Est 2008-2009

Indices Asie du Sud-Est 2008-2009

1 Rapport de développement humain du programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ; Classement 2009 : 182 pays-Classement 2008 : 177 pays.
2 Corruption Perceptions Index ; Source : Transparency International ; Classement 2009 : 133 pays - Classement 2008 : 134 pays.
3 Classement Reporters Sans Frontières ; Classement 2009 : 175 pays - Classement 2008 : 173 pays.

Notes

1 Association des Nations d’Asie du Sud-Est regroupant la Birmanie, Brunei, le Cambodge, l’Indonésie, le Laos, la Malaisie, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Viêt Nam.

2 Asia Pacific Economic Forum.

3 BN, Front national.

Table des illustrations

Titre Indices Asie du Sud-Est 2008-2009
Légende 1 Rapport de développement humain du programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ; Classement 2009 : 182 pays-Classement 2008 : 177 pays.2 Corruption Perceptions Index ; Source : Transparency International ; Classement 2009 : 133 pays - Classement 2008 : 134 pays.3 Classement Reporters Sans Frontières ; Classement 2009 : 175 pays - Classement 2008 : 173 pays.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2277/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 351k

Auteurs

Arnaud Leveau a effectué une partie de ses études à Pékin avant de débuter sa carrière professionnelle à Hong Kong et à Hô Chi Minh-Ville. Il a été responsable du département Asie de l’Institut de coopération sociale internationale (Icosi) et a cofondé l’association Asie Pacifique Recherche ainsi que la société de production Alanys Films. Basé en Asie du Sud-Est, il a été correspondant de presse pour plusieurs titres français et internationaux. Il est actuellement directeur adjoint de l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec).

Directeur de l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec) à Bangkok, est titulaire d’un doctorat en histoire et civilisation de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Pensionnaire trois ans du centre de Hanoi de l’École française d’Extrême-Orient, puis du Collegium Budapest en Hongrie, ancien attaché culturel en charge de la coopération universitaire à l’ambassade de France à Tokyo, il a fondé et dirigé le Groupe d’études sur le Viêt Nam contemporain (Sciences Po., EHESS, MSH) et le séminaire « Sociétés et construction étatique aux Viêt Nam, Laos et Cambodge contemporains » de l’EHESS. Benoît de Tréglodé est l’auteur de Héros et Révolution au Viêt Nam (L’Harmattan, 2001), Viêt Nam contemporain (dir. avec Stéphane Dovert, Les Indes savantes, 2009) et de Naissance d’un État-parti - Le Viêt Nam depuis 1945 (dir. avec Christopher Goscha, les Indes savantes, 2004).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site