Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2009 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Arnaud Leveau

Troisième partie. La région

Viêt Nam

Le difficile constat d’une situation volatile

Do Hien Benoit

Texte intégral

1Le tournant des années 2007-2008 a été pour le Viêt Nam plus que jamais déconcertant ; entre les succès économique et diplomatique tant escomptés et les crises de tout genre venant troubler les fondements mêmes d’une paix sociale tant cultivée, il s’agit définitivement pour ce pays d’un virage de tous les records.

2En décembre 2007, les conclusions du 9e groupe consultatif des bailleurs de fonds du Viêt Nam ont consacré une fois de plus la reconnaissance internationale grandissante du pays. Un an après son accession à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) (janvier 2007) et peu après son élection en tant que membre non-permanent au Conseil de sécurité des Nations unies (mandat 2008-2009) (octobre 2007), les bailleurs de fonds ont annoncé pour 2008 des promesses d’engagement de 5,45 milliards de dollars américains, soit une augmentation de 20 % par rapport à 2007. Cela dit, ce prélude ne fait qu’accentuer le contraste entre la gloire et la flétrissure, la certitude et la crainte, la solidité et la vulnérabilité dont la société vietnamienne fut conduite à témoigner tout au long de l’année 2008.

  • 107 Fin mars-début avril 2008, nous avons adressé 700 exemplaires d’un questionnaire à un public d’étud (...)

3Le constat de la situation d’ensemble du Viêt Nam en cette année nécessite des grilles de lecture différentes qui s’imposent désormais à ce type d’exercice de bilan et de mise en perspective. Nous souhaitons ainsi, pour structurer nos propos, partir des résultats d’une enquête réalisée auprès d’un échantillon d’étudiants en sciences sociales dans deux grandes universités de Ha Noi107. A partir de réponses libres aux deux questions ouvertes de l’enquête (voir tableau), ces résultats n’ont guère dissimulé la sensibilité de la jeune génération face au pays qui change et surtout qui n’échappe pas aux rouages de l’interdépendance.

De fin 2007 jusqu'à présent, de nombreux événements importants se sont produits dans la vie culturelle, sociale, économique, politique et environnementale du Viêt Nam. Pourriez-vous en nommer cinq qui vous sensibilisent le plus ?

Réponse

 % sur le nombre de fiches recueillies

1

Inflation

45,10 %

2

Catastrophes naturelles, sécurité sanitaire, épidémies, problèmes environnementaux

26,57 %

3

Chute et instabilité de la bourse

16,43 %

4

Violence sur les enfants et les femmes, violence dans la famille, à l'école, dans la société, droits de l'enfant

15,03 %

5

Le Viêt Nam devient membre non-permanent du Conseil de Sécurité de l'ONU, mandat 2008-2009

14,69 %

6

Souveraineté en Paracels et Spratly

12,24 %

7

Application de la loi sur la sécurité routière (port du casque obligatoire pour les motocyclistes)

11,89 %

8

La baie de Ha Long est parmi les meilleures candidatures pour la liste de nouvelles merveilles du monde

11,19 %

9

Scandale des vidéos intimes de la jeune Hoàng Thuy Linh diffusée sur internet/Valeurs culturelles chez les jeunes/Dégénérescence éthique

9,09 %

10

Etat alarmant de la sécurité des travaux publics (effondrement du pont en construction à Can Tho, centrale hydroélectrique Ban Ve, etc.)

8,39 %

11

Adhésion du Vietnam dans l'OMC — et 1 an après

4,90 %

12

Très bon taux de développement économique

4,20 %

13

Embouteillages, accidents routiers

3,50 %

14

Visites des dirigeants à l'étranger

2,45 %

15

Réformes de l'éducation nationale

2,10 %

Selon vous, quels sont actuellement les avantages et les difficultés exerçant la plus forte influence sur la stabilité et le développement socio-économique du Vietnam ? (en citer trois au maximum)

Avantages

 % sur le nombre de fiches recueillies

1

Main-d'œuvre abondante, bon marché, travailleuse, intelligente, jeune

26,22 %

2

Membre de l'OMC et intégration internationale

26,22 %

3

Stabilité politique

23,43 %

4

Augmentation IDE et APD

16,08 %

5

Ressources naturelles

9,79 %

6

Réformes et politiques adéquates de l'Etat et du Parti

8,04 %

Difficultés

 % sur le nombre de fiches recueillies

1

Inflation

21,68 %

2

Complexité de la procédure administrative pour l'investissement, transparence du cadre juridique

16,78 %

3

Corruption- Gaspillage

12,94 %

4

Faible niveau de gestion économique, mentalité, adaptabilité à l'évolution et à l'intégration

12,24 %

5

Pénurie de main-d'œuvre qualifiée

11,54 %

6

Faiblesse en infrastructure, aménagement territorial

10,49 %

1- Une économie toujours dynamique mais fortement fragilisée

4Avec un taux de croissance du PIB de 8,5 %, la plus forte croissance de ces dix dernières années (figure 1), le Viêt Nam a terminé l’année 2007 parmi les économies les plus dynamiques de l’Asie.

PIB du Viêt Nam (1998-2008)

PIB du Viêt Nam (1998-2008)

Sources : graphique construit à partir des données de l'Office général de statistiques, gouvernement du Viêt Nam, et de la BAD.

Taux de croissance du Viêt Nam (1998-2008)

Taux de croissance du Viêt Nam (1998-2008)

Sources : graphique construit à partir des données de l'Office général de statistiques, gouvernement du Viêt Nam, et de la BAD.

5S’ajoutant à l’euphorie de la première année en tant que 151e membre de l’OMC, les résultats en matière macro-économique sont venus confirmer une tendance de développement non moins encourageante : par rapport à 2006, une progression des IDE de plus de 69 %, une hausse des exportations de 20 % et une augmentation de l’APD de 20 %. Ce puissant afflux de devises étrangères (qui intègre les transferts des Viêt kiêu – Vietnamiens d’outre-mer – estimés à 10 milliards de dollars américains) dans une économie en fort développement a contribué à l’accélération de l’inflation qui atteignait 12,63 % à la fin de 2007.

  • 108 Ambassade de France au Viêt Nam, Mission économique, La lettre du Vietnam, no 72, mars 2008.

6Le mouvement haussier des prix du pétrole – qui n’a cessé dès les premiers jours de 2008 jusqu’à atteindre un pic de 146,36 dollars/baril à New York en juillet 2008 – conjugué à l’incontrôlable crise alimentaire mondiale – qui en résultait d’ailleurs partiellement –, ont constitué des facteurs aggravant cette inflation à deux chiffres et entraîné un « brusque assombrissement de la situation économique du pays108 ». Avec une inflation dont le taux moyen se situait à 22,97 % sur les douze mois de l’année, les aléas de la politique monétaire visant à la réduire ont produit des effets non moins déstabilisants au travers de l’apparition d’une crise de liquidité et de l’effondrement du marché boursier. Le panorama peut être complété par un autre malheureux record en cette année remplie de défis pour l’économie vietnamienne : le déficit commercial a atteint 17,5 milliards de dollars américains, soit une hausse de 24,1 % par rapport à 2007.

  • 109 Discussion à Helsinki en marge du Millennium Technology Prize, juin 2008.

7Dans ce contexte, on comprend plus aisément la sensibilité de la population jeune qui est davantage axée en 2008 sur les crises que sur les différents succès du pays. Ainsi, l’événement concernant la mise en orbite en avril 2008, tant attendue, du premier satellite du Viêt Nam Vinasat-1 est passé quasiment inaperçu. Et la signature, le même mois, d’un contrat d’un montant de 5,8 milliards de dollars entre Petro Vietnam, Idemitsu Kosan Co., Mitsui Chemicals et Kuwait Petroleum International pour la construction d’un complexe pétrochimique sur le site de Nghi Son (province de Thanh Hoa) ne semble pas peser plus lourd dans l’opinion publique. Dans la presse, les anecdotes autour des négociations pour l’entrée du Viêt Nam dans l’OMC ont rapidement cédé la place aux discussions sur les retombées sociales de l’ouverture, ou encore sur la capacité d’adaptation et d’intégration de l’économie nationale à l’environnement nouveau. L’obtention, au lendemain de l’adhésion vietnamienne dans le circuit de libéralisation du commerce mondial, d’un investissement record d’un milliard de dollars américains de la société Intel avec l’installation de son usine de test et d’assemblage de produits semi-conducteurs dans la mégapole du Sud, a été assombrie par les difficultés d’embauche d’une main-d’œuvre suffisamment qualifiée pour la mise en activité, prévue fin 2009, de cette usine ; il semble effectivement plus évident de convaincre les investisseurs internationaux de choisir le Viêt Nam parmi d’autres destinations que de mettre en œuvre les opérations de production, observation d’ailleurs partagée par Craig Barnett, président du conseil d’administration du leader mondial des microprocesseurs109.

8Le record des IDE enregistrés en 2008 (plus de 60 milliards de dollars américains) n’a donc rien résolu en soi, mais contribue en revanche à complexifier davantage la gestion d’une économie qui commence son année déjà sous de moroses auspices. A cet égard, la vague de froid qui s’est abattue sur le pays au début 2008 a coûté à elle seule plus de 1 000 milliards de dôngs qui se sont ajoutés aux 33 000 milliards à peine digérés des dégâts causés en 2006-2007 par des catastrophes et épidémies en tout genre. L’année 2008 fait grise mine jusqu’à la fin avec, entre autres, deux terribles accidents tant sur le plan économique qu’environnemental : l’affaire Vidan concernant la pollution des eaux et l’affaire des réservoirs d’essence brisés au centre du Viêt Nam. L’usine Vidan (producteur taiwanais de glutamate, en activité au Viêt Nam depuis 1994), dénoncée et poursuivie en justice seulement en septembre, a eu le temps de transformer le Thi Vai (province de Dong Nai) en un « fleuve mort », affectant sérieusement les activités économiques et la santé de ses riverains avec des dizaines de milliers de m3 d’eaux usées par mois. De même, en raison de mauvaises conditions de stockage, des tonnes de carburant se sont déversées en octobre et en décembre dans les eaux du golfe de Da Nang. Cela n’a évidemment guère facilité la tâche, déjà très lourde, d’un gouvernement nouvellement restructuré (depuis l’été 2007) et en proie à une série de défis socio-économiques tels la lutte contre l’inflation et la stabilisation du niveau de développement économique.

9La prise de conscience des difficultés s’est transformée en appel d’urgence émis par le Premier ministre à l’ensemble de la société au sortir du conseil des ministres de fin mars 2008, appel centré sur deux grands objectifs : freiner l’inflation et faire des économies à tous les niveaux. Puis, au mois de mai, Nguyen Tan Dung a délivré devant l’Assemblée nationale un discours de politique économique tentant de répondre non seulement aux tensions sociales croissantes mais aussi aux recommandations de plus en plus publiques adressées à son gouvernement par le Bureau politique du Parti ; mais il faudrait certainement plus que des discours pour ramener la confiance. Terre d’accueil d’investissements internationaux connue pour sa stabilité politique, le pays n’en cesse pas pour autant d’être mis en garde pour les faiblesses de son administration et les dysfonctionnements de son mode de gestion. Dans un rapport d’enquête publié en septembre 2008, Political and Economic Risk Consultancy (PERC), cabinet de conseil basé à Hong Kong, a classé l’environnement juridique vietnamien parmi les moins avancés en Asie – 8,10 points (sur une échelle de 1 à 10), juste avant celui de l’Indonésie, dernier pays sur la liste avec 8,26 points.

10Pouvant dépasser le seuil d’un simple avertissement, la leçon est parfois bien rude, notamment en contexte de crise. En décembre 2008, le gouvernement japonais, principal pourvoyeur d’aide au développement du Viêt Nam, a décidé de suspendre tous les nouveaux projets d’APD à taux préférentiels avec le pays, montrant son mécontentement vis-à-vis du procès en cours lié au scandale de corruption d’un montant officiel de 820 000 dollars américains versés par le cabinet tokyoïte Pacific Consultants International (PCI) pour l’obtention de marchés publics.

2- Une société en quête de repères et de stabilité

11La confiance est également à gagner du côté de la société vietnamienne au sein de laquelle des tensions font sentir de plus en plus nettement leurs effets. Des grèves souvent massives, et parfois violentes, se sont multipliées dans les zones industrielles à partir des premiers mois de l’année, impliquant jusqu’à des dizaines de milliers de travailleurs qui exigeaient des augmentations salariales en raison de l’inflation. Parallèlement, les revendications foncières, qui ont sans doute été moins commentées dans la presse, n’en sont pas moins importantes par leur ampleur Parmi celles-ci, les manifestations de catholiques sont celles qui ont attiré le plus l’attention de la communauté internationale. Les catholiques ont effectivement commencé à protester en décembre 2007 au sujet d'un long litige foncier concernant deux terrains à Ha Noi – situés dans les arrondissements de Hoan Kiem et de Dong Da – qui appartenaient à l'Eglise catholique jusque dans les années 1950, avant d'être confisqués par l'Etat. Des milliers de catholiques ont participé à des séances de prières et des rassemblements, réclamant au gouvernement la restitution de ces terrains. Les négociations entre l'Eglise et le gouvernement ont cessé en février 2008. A la fin du mois de septembre, les autorités avaient bouclé l’un des terrains litigieux et mis en chantier un projet de jardin botanique. Au-delà des appels au respect des droits de l’homme lancés par Amnesty International, le dossier est jugé bien délicat, particulièrement à l’heure où les autorités vietnamiennes resserrent leurs relations diplomatiques avec le Vatican.

12Ces mouvements sociaux, tout comme les mass média qui les suivent, ont été appelés à être « responsables » dans un contexte national de difficultés généralisées, pour lequel la stabilité, considérée comme un atout majeur du développement du pays, est jugée plus que jamais indispensable. On observe une double volonté du côté du gouvernement tout au long de l’année 2008 : afficher la transparence, d’une part, et maîtriser les informations sans manquer d’encadrer les différents mouvements croisés, d’autre part. Ainsi, parallèlement aux formels Dialogues sur la lutte contre la corruption organisés entre les pays donateurs et les instances gouvernementales vietnamiennes impliquées dans cette lutte, on observe aussi des signes de prudence. En mai, deux journalistes Nguyen Van Hai (journal Tuoi tre - Jeunesse) et Nguyen Viet Chien (journal Thanh Niên - Jeunes) qui, en 2006, avaient dénoncé le scandale de corruption dit du « PMU 18 » (Project Management Unit), ont été arrêtés et inculpés d’« abus de pouvoir en exécution de mission ». Des changements au niveau du personnel de direction de ces deux journaux ont également eu lieu. Dans le domaine de la diffusion d’informations, il s’agit définitivement d’une question de dosage dont la subtilité trouve toujours plus ou moins l’écho dans les réactions provoquées. Pour ainsi dire, la société vietnamienne s’est montrée particulièrement bouleversée par d’autres faits, largement relayés cette fois par la presse. Le scandale concernant la diffusion sur Internet, fin 2007, d’une vidéo de scènes intimes de l’actrice qui jouait jusqu’alors dans la série télévisée « Vàng Anh », a ainsi longtemps consterné les Vietnamiens, peut-être moins par le fait qu’il démontrait l’évolution spectaculaire d’un mode de vie plus guère étranger que par le bouleversement qu’il provoquait dans le code de discrétion cher à la culture vietnamienne. L’état alarmant des violences sur les enfants n’a pas non plus manqué de mettre en colère l’opinion publique, que ce soit l’histoire de la maîtresse qui torturait ses élèves dans un jardin d’enfants de Dong Nai ou celle d’une fillette de 7 ans de Binh Duong maltraitée par ses propres parents des années durant.

  • 110 Le 28 juillet 2008, le Premier ministre Nguyen Tan Dung a signé six décisions portant sur le remani (...)

13La société vietnamienne est à la recherche de points de repère et de stabilité en cette année 2008, caractérisée par les changements et les restructurations. Avec un remaniement majeur du personnel au commandement de la zone militaire de la capitale110, les Vietnamiens en général, et les Hanoïens en particulier, n’oublieront pas le mois d’août, moment qui marque également l’élargissement officiel de Ha Noi. La capitale du pays, dont la superficie se voit quasiment quadruplée avec l’inclusion de Ha Tay (Vinh Phuc) et de quatre autres communes de Luong Son (Hoa Binh), fait partie désormais des vingt plus grandes capitales du monde, ce qui pose aux autorités des questions non moins sérieuses tant en termes de gestion administrative et économique que politique et sécuritaire.

3- Les relations extérieures : entre nouvelles affinités et anciennes tensions

14C’est donc dans le cadre de configurations nationales difficiles qu’en 2008, les dirigeants vietnamiens veillent particulièrement à ce que leurs relations avec l’extérieur, et notamment avec les grands partenaires tels que la Chine, les Etats-Unis, le Japon, la Russie et l’Union européenne, ainsi que leurs positions dans les différents dossiers internationaux ne compliquent pas davantage les perspectives de développement et de sécurité nationales. Des visites officielles se sont multipliées vers les grandes capitales d’Asie, d’Europe et d’Amérique, parmi lesquelles on note celles du vice Premier ministre Pham Gia Khiem en janvier et du secrétaire général du Parti Nong Đuc Manh en mai en Chine, celles du vice Premier ministre Nguyen Sinh Hung et du président de l’Assemblée nationale Nguyen Phu Trong dans les capitales de l’Europe de l’Est et du Nord, ainsi que celle du Premier ministre Nguyen Tan Dung aux Etats-Unis en juin. Ce dernier a par ailleurs effectué une visite officielle en Chine au mois d’octobre, en marge du 7e sommet de l’ASEM.

  • 111 La décision chinoise (non confirmée de source gouvernementale) de créer une unité administrative dé (...)
  • 112 Idem.

15La stratégie diplomatique de maintien des relations à égale distance avec les grandes puissances semble être suivie avec beaucoup de soin et de prudence. Les nouvelles affinités tissées avec Washington durant la visite du Premier ministre vietnamien aux Etats-Unis, impliquant également un renforcement de la coopération en matière de défense et de sécurité, ne devraient en aucun cas remettre en cause les liens entre Ha Noi et son voisin chinois. Les tensions accentuées en décembre 2007111 avec la Chine concernant les litiges en mer nécessitent d’être dénouées avec adresse et sang froid, comme l’a rappelé l’ancien vice ministre des Affaires étrangères Tran Quang Co dans une interview accordée à VietnamNet fin décembre 2008. Pour ce diplomate expérimenté, une stratégie réussie en relations internationales repose d’abord sur une profonde unité de pensée et de positions nationales, et, en l’absence d’une stratégie globale à long terme, toute action menée ne reste qu’un simple produit du consensus trouvé entre différentes tendances à un moment précis. Il n’a d’ailleurs pas hésité à faire remarquer la persistance de l’existence des orientations contradictoires en politique étrangère du pays112.

16Quoi qu’on en pense, la prudence dans les relations avec la Chine reste bien visible. Elle se traduit souvent par les positions prises par la diplomatie vietnamienne dans différents dossiers internationaux. Ainsi, durant sa présidence tournante au Conseil de sécurité des Nations unies au mois de juillet 2008, la non-ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat souverain constituait l’aiguillon essentiel des positions vietnamiennes. Lors du vote sur la situation zimbabwéenne, le Viêt Nam a ainsi fait partie, avec la Libye, l’Afrique du Sud et surtout la Russie et la Chine, des pays réfractaires à toute intervention du Conseil.

17Durant l’année 2008, les premières sessions de négociation avec l’Union européenne relatives à l’Accord de partenariat et de coopération global n’en cachent pas pour autant un nouveau dynamisme dans le renforcement des relations extérieures « diversifiées et multilatéralisées » préconisé par Ha Noi depuis le début des années 1990.

4- Les plus grands défis à relever

18Tout en devant poursuivre ses engagements régionaux et internationaux, que ce soit dans le cadre de l’Asean, plus institutionnalisée depuis l’adoption de la Charte en novembre 2007 et dont le Viêt Nam assurera la présidence tournante en 2010, ou dans la perspective post-OMC, le gouvernement vietnamien devrait toujours davantage améliorer l’environnement d’investissement en mettant l’accent tant sur les infrastructures, la formation, la qualification que sur les réformes institutionnelles, la transparence et la lutte contre la corruption. Les défis posés par le développement durable, la pauvreté, les inégalités grandissantes entre les riches et les pauvres, l’écart de développement entre les régions du pays et le changement climatique constituent des enjeux socio-économiques non moins pressants pour le pays qui devrait entrer, d’ici 2010, dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire, et quitter celle des pays à faible revenu (classification Banque mondiale).

19Cela dit, les logiques socio-économiques veulent que tout soit lié ; les réformes nécessitent d’être menées de façon synchronisée et cohérente, ce que l’ancien Premier ministre Vo Van Kiet a fait clairement remarquer dans une lettre concernant la lutte contre la pauvreté, publiée dans le journal Tuoi Tre en avril 2008, deux mois avant sa mort : « La société ne se développera pas sans des politiques destinées à stimuler une partie de la population à s’enrichir légalement. Toutefois, sans politiques appropriées et lutte efficace contre la corruption, laissant ‘l’accumulation des capitaux’ se faire comme durant la période ‘sauvage’, nous ne pourrons jamais assurer la justice et le développement durable. »

20Ainsi, au-delà d’un scénario macro-économique tout à fait honorable pour 2009, avec un taux de croissance du PIB de l’ordre de 6 %, le message qu’a voulu transmettre le Premier ministre vietnamien au début de cet An Neuf ne saurait cacher le souci du développement économique du Viêt Nam, placé dans la perspective d’une longue et profonde incertitude vis-à-vis de l’environnement international. Peut-être trop grand et décentralisé pour copier le modèle de développement de Singapour, comptant toujours parmi les économies les plus prisées par Ha Noi, le Viêt Nam, considéré à maintes reprises comme l’étoile montante de l’Asie, s’engage dans la quête d’un nouvel élan, permettant à nouveau de « changer pour faire du neuf ».

Notes

107 Fin mars-début avril 2008, nous avons adressé 700 exemplaires d’un questionnaire à un public d’étudiants en sciences sociales de deux grandes universités de Ha Noi (le nombre total d’étudiants suivant cette formation dans les deux établissements est estimé à 12 000 pour l’année universitaire 2008-2009). 286 réponses ont été recueillies, soit plus de 40 % du public sondé.

108 Ambassade de France au Viêt Nam, Mission économique, La lettre du Vietnam, no 72, mars 2008.

109 Discussion à Helsinki en marge du Millennium Technology Prize, juin 2008.

110 Le 28 juillet 2008, le Premier ministre Nguyen Tan Dung a signé six décisions portant sur le remaniement du personnel au commandement de la zone militaire de la capitale. Evénement sans précédent, ce changement concerne simultanément les cinq généraux aux plus hauts postes de cet important commandement de l’armée populaire vietnamienne.

111 La décision chinoise (non confirmée de source gouvernementale) de créer une unité administrative dénommée Sansha en mer de Chine méridionale a été à l’origine de manifestations inédites, à forte participation étudiante, qui se tenaient devant les représentations diplomatiques chinoises à Ha Noi et Ho Chi Minh-Ville. Des pétitions ont également circulé au sein de la communauté des Vietnamiens à l’étranger. A cet égard, Pékin n’a pas manqué de manifester son mécontentement auprès des dirigeants de Ha Noi.

112 Idem.

Table des illustrations

Titre PIB du Viêt Nam (1998-2008)
Légende Sources : graphique construit à partir des données de l'Office général de statistiques, gouvernement du Viêt Nam, et de la BAD.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2256/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Taux de croissance du Viêt Nam (1998-2008)
Légende Sources : graphique construit à partir des données de l'Office général de statistiques, gouvernement du Viêt Nam, et de la BAD.
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2256/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Le Viêt Nam
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2256/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 289k

Auteur

Boursière du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), rattachée au Centre d’études et de recherches internationales (CERI), a soutenu en 2007 sa thèse de doctorat à l’Institut d’études politiques de Paris. Se spécialisant dans les études sur le Viêt Nam contemporain particulièrement dans son processus d’intégration régionale et internationale, Do Hien est notamment l’auteur de « Economic Interdependence within ASEAN : A Perspective on the Vietnamese Strategy for Development and National Security (in Stéphanie Balme, Mark Sidel (eds.), Vietnam’s New Order : International Perspectives on the State and Reform in Vietnam, Palgrave Macmillan, 2007).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site