Malaisie

Le pays à l’heure des remises en question

Arnaud Leveau

1Véritable angle de l’Asie relevant à la fois du continent asiatique, dont elle représente l’ultime projection tropicale et du monde insulaire, la Malaisie est un pays de taille moyenne, comparable à celle du Viêt Nam, des Philippines ou du Japon. Avec une population d’un peu plus de 27 millions d’habitants en septembre 2008 le pays reste relativement peu et inégalement peuplé. Si la partie continentale apparaît avoir une densité assez élevée, le versant insulaire du pays, situé du côté de Bornéo, est très clairsement occupé. Cette disparité démographique n’est sans doute que l’aspect le plus visible des fortes différences économiques, culturelles, ethniques et politiques qui fragmentent le pays. La péninsule, où se trouve la capitale Kuala Lumpur, est beaucoup plus industrialisée, urbanisée, moderne et développée que Bornéo. Elle est également plus diverse au niveau ethnique avec la présence de fortes minorités chinoise et indienne. C’est plus qu’un fossé maritime de 600 kilomètres qui sépare le continent malais de son élément insulaire, c’est un ensemble de divergences que le pays, depuis son indépendance, a du mal à gérer.

2Carrefour maritime ancien, la péninsule Malaise est devenue un centre commercial important dès le XVe siècle avec l’essor de Malaka. Les liens étroits entre la péninsule et les îles voisines, surtout celle de Sumatra dont elle partage dans une large mesure la culture et la langue, se sont distendus par le fait colonial et la formation à la fin du XVIIIe siècle d’une Malaisie britannique distincte des Indes néerlandaises. Cette division coloniale explique aujourd’hui encore qu’elle se retrouve liée aux anciennes possessions britanniques de Sarawak et de Nord-Bornéo.

1- Un pays fragmenté

3A cette fragmentation géographique se juxtapose une diversité ethnique remarquable qui permet au pays de se définir comme « pluriracial ». Les peuples de langues malaises représentent à peu près 60 % de la population totale de la fédération. Parmi eux on retrouve dans la péninsule les Jakun, des « Proto-Malais » n’ayant subi ni l’influence indienne ni l’influence de l’Islam. Subsistent également de nombreuses tribus groupées sous le nom de Dayak (en particulier les Iban et les Sea Dayak), de Sarawak et Sabah, généralement animistes ou chrétiens. Les Malais proprement dits, ou « Deutéro-Malais », ont été indianisés puis islamisés. Ils pratiquent aujourd’hui un islam orthodoxe sunnite, de rite chaféite qui est d’ailleurs la religion d’État. Les différents peuples malais sont qualifiés de Bumiputra (« princes du sol ») et bénéficient de privilèges prévus par la Constitution de la Fédération. Les Chinois, originaires pour la plupart de Chine méridionale comme l’essentiel des communautés chinoises implantées à l’étranger représentent environ 32 % de la population. De leur côté les Indiens, surtout Tamils, et pour la plupart hindous, représentent 9 % environ de cette même population. Cette répartition ethnique n’est pas politiquement neutre. Le fait de classer dans la catégorie des Bumiputra les populations indigènes non malaises avec les Malais a pour objectif de renforcer la situation majoritaire de ces derniers. Par ailleurs, de nombreux Chinois et Indiens peuvent faire remonter la présence de leurs ascendants sur le territoire jusqu’à quatre générations, c’est-à-dire bien avant la création de la fédération. De même les mariages interraciaux, quoique peu nombreux, rendent la définition de groupes ethniques soumise à caution. Les travaux de certains universitaires malaisiens montrent qu’une analyse basée sur les classes sociales serait sans doute plus pertinente. Les différenciations ethniques et les disparités sociales s’entrecroisent en effet subtilement dans la vie politique du pays.

  • 71 Treize Etats (negeri) et trois districts fédéraux (wilayah persekutuan). La péninsule comprend onze (...)
  • 72 Le roi actuel Mizan Zainal Abidin a été élu le 13 décembre 2006 parmi les neufs sultans traditionne (...)

4Née le 16 septembre 1963, la Malaisie est une fédération relativement jeune composée de treize États71. Dans cette monarchie fédérale parlementaire multipartite le Premier ministre est le chef du gouvernement. Le pouvoir exécutif est détenu par le gouvernement tandis que le pouvoir législatif est partagé entre le gouvernement et le Parlement. Un roi est nommé pour cinq ans parmi les neufs sultans traditionnels72. Il dispose de pouvoirs importants et peut notamment décréter l’état d’urgence et il désigne le Premier ministre, généralement le leader du parti. Par ailleurs, chacun des treize États dispose de son propre parlement et son gouvernement.

5Dans l’ancien ensemble « fédération de Malaisie-Singapour », les Chinois formaient l’ethnie la plus nombreuse. Cependant l’association à la fédération de Sarawak et Sabah ainsi que le retrait de Singapour, le 9 août 1965, ont inversé la tendance en donnant une nouvelle la prépondérance numérique aux Bumiputra. Ces derniers qui se considèrent comme seuls vrais autochtones, bien que les Malais soient en réalité venus de Sumatra à partir du VIIe siècle environ, assument la réalité du pouvoir politique. Les Chinois, en revanche, contrôlent de larges pans de l’économie malaisienne. Les Indiens, moins nombreux, se retrouvent plus souvent dans les professions intermédiaires et les services. Depuis l’indépendance du pays les problèmes raciaux dominent la vie politique. Ils ont même pris un tour violent en mai 1969. Après un période d’accalmie ils ont de nouveau été mis en exergue au cours de l’année 2008 et continueront d’alimenter le débat public en 2009. Il n’est d’ailleurs pas superflu de rappeler que les affrontements raciaux de 1969 se sont déroulés à la suite d’un revers électoral du Barisan Nasional (BN, Front national) assez similaire à celui qu’a connu le parti au printemps 2008. La proclamation du malais comme langue officielle et l’interdiction de la création d’un collège universitaire chinois en 1967 avaient déjà commencé à attiser les flammes. En 1969, la victoire de trois partis d’opposition dont le Democratic Action Party (DAP, issu du People Action Party de Singapour) provoqua une contre-réaction violente du camp adverse et des émeutes raciales sino-malaisiennes qui firent officiellement 196 morts entre le 13 mai et le 31 juillet. Ces évènements menèrent le gouvernement de l’époque à tenter de régler la question ethnique par des mesures économiques d’urgence. La « Nouvelle politique économique » (NEP) de discrimination positive en faveur des Malais mise en place en 1970 a surtout bénéficié à une minorité d’hommes d’affaires proche du pouvoir et n’a pas empêché la question de l’identité et de l’ethnicité malaise de rester d’actualité. En 2008, le souvenir des évènements de 1969 a rendu de nombreux Malaisiens nerveux. Pour éviter une répétition de ces violences le gouvernement tout comme l’opposition ont cherché à calmer le jeu et s’abstinrent de manifester après la proclamation des résultats.

2- Un édifice qui se lézarde

6La frontière ethnique se double d’une barrière religieuse. Les musulmans malais se montrent en effet plus rigoureux que leurs coreligionnaires indonésiens. Les Malais sont automatiquement considérés comme musulmans et sont dans la quasi-impossibilité de changer de religion au cours de leur vie au risque d’être condamnés pour apostasie par une cour religieuse. Les tribunaux civils refusent toujours de prendre en charge de tels cas. Régulièrement des Malais se voient contraints à l’exil pour s’être convertis à une autre religion comme Lina Joy en 2007.

7Le contrat social sur lequel s’est bâti la Malaisie moderne se fissure doucement. Contre leur intégration dans l’espace national, les Chinois et des Indiens qui avaient émigré pendant la colonisation ont dû concéder un certain nombre de privilèges aux Bumiputra. En conséquence de quoi les coutumes malaises restent au cœur du système. Les souverains sont tous issus des lignées de sultans héréditaires de la péninsule et l’islam demeure la « religion de la fédération ». En contrepartie, à partir de 1957 les enfants d’immigrés purent obtenir la nationalité malaisienne, même dans les deux Etats insulaires de la fédération. La NPE suivie dans les années 1990 par la Politique de développement national (PDN) avait pour objectif de permettre aux Bumiputra de contrôler au moins 30 % des richesses du pays. Plusieurs observateurs s’accordent pour affirmer que ce chiffre a été atteint, voire dépassé, depuis longtemps sans pour autant que cette politique ne soit remise en cause. Revenir sur près de quatre décennies de privilèges n’est pas une chose aisée d’autant plus que les principaux bénéficiaires animent aujourd’hui les arcanes du pouvoir.

8La cohabitation interethnique et interreligieuse s’est au fil des décennies inexorablement dégradée. Les mariages interethniques restent rares. Les communautés tendent à envoyer de préférence leurs enfants dans leurs propres écoles. Les écoles chinoises de Malaisie sont d’ailleurs réputées et prisées parmi les communautés chinoises d’Asie du Sud-Est. Chacun fréquente ses associations et clubs et ne côtoie que rarement ou superficiellement les membres des autres communautés. Un sondage publié il y a deux ans indiquait à ce propos que 34 % des Malaisiens n’avaient jamais pris un repas en compagnie d’un membre d’une autre communauté. L’édifice aujourd’hui vacille sur ses bases. De nombreux Chinois envoient leurs enfants étudier à l’étranger sans leur demander de retourner s’installer dans le pays une fois diplômés. La colère des Indiens, surtout des Tamils, s’exprime de plus en plus ouvertement. Ces derniers n’hésitent plus depuis plusieurs mois à manifester bruyamment contre les privilèges accordés aux Bumiputra malgré les interdictions de se réunir et les arrestations.

9Alors qu’il espérait tenir à distance les islamistes, fortement implantés dans le nord de la partie péninsulaire du pays, le Premier ministre de l’époque, Mahatir Mohamad, avant déclaré que la Malaisie était un « État musulman ». En juillet 2007 Najib Tun Razak, Vice Premier ministre et successeur probable d’Abdullah Badawi, a rallumé la mèche en affirmant que la fédération n’avait « jamais été un État séculier mais toujours un État musulman ». Depuis deux ans, les demandes de révision par la grande majorité des ministres non musulmans des privilèges accordés aux Malais n’ont pu être examinées. Les réactions hostiles des organisations musulmanes ont contraint les ministres à retirer leur projet. Face à ces crispations les positions tendent à se radicaliser de part et d’autre. Le contexte économique difficile que traverse aujourd’hui le pays ne facilitera pas la reprise d’un débat apaisé.

3- Un tremblement de terre politique

10Les résultats du scrutin anticipé d’un an du 8 mars 2008 ont été perçus comme un tremblement de terre politique. Beaucoup d’analystes parlent même de tsunami. Il faut dire que pour la première fois depuis 1969 le BN, constitué de treize petits partis réunis autour de l’Organisation nationale des malais unis (UMNO) a perdu la majorité des deux tiers qui lui permettait d’amender la Constitution à sa convenance. Centre traditionnel du pouvoir depuis l’indépendance l’UMNO affiche ouvertement depuis ce revers électoral ses divisions. Reconduit malgré tout à la tête du gouvernement le 11 mars, le Premier ministre Abdullah Badawi a vu depuis son autorité fragilisée.

  • 73 Internal Security Act.
  • 74 « Let’s send the Altantuya Murderers to Hell ».

11Le successeur du flamboyant Mahatir Mohamad a déçu. Pourtant, à sa prise de pouvoir en 2004 son image de musulman modéré rassurait. Après des années de développement aux forceps le pays avait besoin de souffler. Abdullah promettait l’apaisement, la stabilité, un renforcement de la lutte contre la corruption et l’abandon de nombreux et dispendieux projets de prestige lancés par son prédécesseur. Finalement au bout de quatre ans son bilan apparaît faible. La lutte contre la corruption n’a pas eu la vigueur souhaitée. De nombreux scandales sont venus assombrir sa législature, certains ont même éclaboussé son propre entourage. Des disputes religieuses et ethniques se sont ravivées et le climat social s’est détérioré. Une frange défavorisée de la population se sent délaissée et, fait nouveau, n’hésite plus comme en novembre 2007 à manifester malgré les interdictions et limitations. Cette manifestation dont le cortège était composé majoritairement de Malais réclamait en vue des élections de l’année suivante des réformes électorales avec la fin du vote par correspondance, la suppression des électeurs fantômes, un renforcement de la lutte contre l’achat de voix et un accès plus aisé des partis de l’opposition aux médias publics. Il faut dire qu’en termes de liberté de la presse la Malaisie n’apparaît pas très bien placée. Sur les 173 pays recensés, la Malaisie a chuté entre 2007 et 2008 de la 124e à la 132e place au classement proposé par l’association Reporters Sans Frontières, se plaçant juste entre le Nigéria et le Tchad. Le 12 septembre 2008, à quelques jours de la date annoncée de la chute du gouvernement par Anwar Ibrahim (mais qui n’a finalement pas eu lieu), un journaliste a été arrêté et interrogé de nombreuses heures. Le même jour un député de l’opposition ainsi que Raja Petra Kamarudin, rédacteur en chef du site internet d’information Malaysia Today étaient arrêtés au nom de la loi sur la Sécurité Intérieure73. Raja Petra Kamarudin a été condamné quelques jours plus tard et à huis clos à deux ans de prison pour « insulte à un leader politique » et « insulte à l’islam » sur décision du ministre de l’Intérieur Syed Hamid Albar. En vertu de l’article 8 de la Loi de sécurité intérieure si le ministre de l’Intérieur « pense la détention d’une personne nécessaire afin de l’empêcher de nuire à la sécurité intérieure de la Malaisie, à l’ordre public ou à son bon fonctionnement économique il peut ordonner qu’elle soit détenue pendant deux ans ». Cette décision peut également être renouvelable. Les charges qui pèsent sur le rédacteur proviennent d’un article qu’il a publié sur son blog le 25 avril 2008 intitulé « Envoyons les assassins d’Altantuya en enfer74 » dans lequel il implique Najib Tun Razak, le très probable successeur d’Abdullah Badawi à la tête du gouvernement, et son épouse Rosmah Mansor dans le meurtre en octobre 2006 d’Altantuya Shaariibuu, une jeune mongole âgée de 28 ans et ancienne reine de beauté. Dans cette affaire que la presse n’a pu étouffer, deux policiers sont soupçonnés, outre d’avoir tué la jeune femme, d’avoir également détruit son corps à l’explosif C-4, sans doute pour empêcher toute identification. Abdul Razak Baginda, auteur de plusieurs ouvrages sur l’économie politique et proche de Najib Tun Razak est accusé de complicité. Il a reconnu avoir été l’amant de la jeune femme. Raja Petra Kamarudin a finalement été libéré le 7 novembre par la Haute Cour de justice.

4- Une opposition qui prend de la voix

  • 75 Propre » en malais.

12Organisée par le Bersih75, une coalition regroupant les trois principaux partis d’opposition et une soixantaine d’organisations non gouvernementales, la manifestation de novembre 2007 à proximité de la place Merdeka a permis à l’opposant Anwar Ibrahim, ancien dauphin déchu en 1998 et interdit d’activité politique jusqu’en avril 2008, de reprendre pied sur la scène politique locale.

  • 76 Front ou Alliance du Peuple qui regroupe le Kaedilan Rakyat (Parti de la justice du peuple – 31 siè (...)

13Un découpage électoral favorable à l’UMNO, des accusations de fraude, la brièveté de la campagne électorale avancée en partie pour empêcher l’opposant Anwar Ibrahim de se présenter n’ont pas suffi. Dans le but d’éviter des triangulaires, les principaux partis d’opposition se sont entendus pour ne présenter qu’un seul candidat dans la plupart des circonscriptions. Le parti au pouvoir a fortement reculé et le Parlement ne peut plus dorénavant jouer le rôle de simple chambre d’enregistrement comme il le faisait jusqu’à présent. Une partie des électeurs traditionnels de l’UMNO ont cette fois-ci voté contre le gouvernement. L’immobilisme d’Abdullah Badawi se paie au prix fort. Certes avec 140 sièges sur les 222 du Parlement fédéral, le BN conserve la majorité mais avec 82 sièges la coalition dirigée de facto par Anwar Ibrahim, le Pakatan Rakyat76 (PR), a pris ses marques et mise à moyen terme sur un changement qui paraît inéluctable.

  • 77 Vingt élus malais, sept chinois, quatre indiens.

14En dehors de l’État du Kelantan, situé à l’extrémité nord-est de la péninsule à la frontière avec la Thaïlande, remporté par le Parti islamique de Malaisie, l’électorat du PR, quoique très partagé, représente celui de la Malaisie moderne, urbaine et industrialisée. Les États les plus développés de la fédération, ceux de Selangor, de Perak, de Penang mais aussi Kuala Lumpur ont sanctionné le gouvernement. Anwar qui a été réélu député le 26 août dernier après dix ans d’inéligibilité et de nombreuses années passées en prison pour sodomie, parie donc sur le futur, pour selon ses dires 2011 au plus tard. Il a failli arriver à ses fins en septembre de l’année dernière. Des tractations avec une trentaine de parlementaires de la majorité prêts à le rejoindre ont été à deux doigts d’aboutir. Finalement le basculement ne s’est pas opéré mais cette tactique a permis au camp d’Anwar de semer le désarroi et de renforcer la pression sur le parti au pouvoir. Son camp est pourtant loin d’être aussi uni qu’il n’y paraît. Si le PKR (Parti de la justice du peuple) et ses 31 élus se présente comme un parti multiracial77, le DAP (Parti d’action démocratique) et ses 28 élus reste avant tout un parti communautaire chinois tandis. Le PAS (Parti islamique de malaisie) avec 23 élus est de son côté un parti islamiste. Pourtant Anwar a, jusqu’à présent, réussi une certaine cohérence à cette alliance hétéroclite. Il affirme vouloir remettre en cause les privilèges et introduire plus de méritocratie dans un système sclérosé par près de 40 ans de Nouvelle politique économique puis de Politique de développement national. Il n’a pourtant fait que la moitié du chemin qui pourrait le conduire à la tête du gouvernement. A seulement soixante ans il a encore du temps devant lui. Son retrait relatif de ces derniers mois du devant de la scène politique locale pourrait laisser supposer qu’il souhaite donner encore un peu de temps au temps. Pour obtenir la majorité au Parlement, Anwar aurait besoin du soutien des députés non malais ce qui risquerait de provoquer des vagues parmi ces derniers qui pourraient alors l’accuser de rouler pour les Chinois et les Indiens et de diviser les Malais.

5- Un nouveau leadership controversé

  • 78 La voix de la justice.

15En tentant de reprendre la situation en main le Premier ministre Abdullah Badawi a annoncé toute une série de mesures. Il a promis de renforcer la lutte contre la corruption ainsi qu’une plus grande liberté pour les médias et les organes de contrôle du gouvernement. Il a également autorisé la diffusion du bimensuel Suara Kaedilan78, l’organe du parti de la Justice du peuple dirigé par Anwar Ibrahim. Cela n’a pas empêché les critiques de continuer à tomber. Après quatre ans d’immobilisme Abdullah Badawi a perdu beaucoup de sa crédibilité et cette soudaine frénésie d’action arrive sans doute trop tard. Même son prédécesseur et mentor, Mohamad Mahatir lui a demandé publiquement de ne pas attendre pour se retirer. C’est d’ailleurs ce qu’il devrait faire. Il a annoncé sa retraite le 8 octobre dernier et devrait laisser sa place à Najib Tun Razak au début de l’année 2009. Les nominations au sein de l’UMNO ont déjà commencé. Najib a obtenu assez rapidement le soutien de 140 des 191 « divisions » du mouvement ce qui l’assure d’être le seul candidat en lice. En effet, pour se présenter au sein de l’UMNO il est nécessaire d’être soutenu par au moins 58 de ces « divisions ». Le leader de l’UMNO prend automatiquement la tête du BN, toujours majoritaire, et devient donc par ricochet Premier ministre.

16S’il ne fait presque aucun doute qu’à cinquante-quatre ans Najib prendra les rênes du gouvernement au cours du mois de mars, les moyens utilisés par ce dernier pour être porté à la tête de l’UMNO peuvent être soumis à caution. Sur les trois millions d’adhérents revendiqués par le mouvement seuls 3 000 à 3 500 cadets prennent part au scrutin. Des sommes impressionnantes circulent dans les semaines qui précèdent le scrutin. Des millions d’euros s’échangent soit directement en argent soit le plus souvent sous la forme de cadeaux divers, comme des voyages tous frais payés. Cela a encore été le cas l’automne dernier pendant la courte campagne de Najib. Le trésorier de l’UMNO, Abdul Azim Mohd Zabidi a affirmé que les achats de voix avaient été « flagrants » et « effrayants ». De son côté Muhyiddin Yassin, le ministre du Commerce international et de l’Industrie et candidat au poste de président-adjoint de l’organisation a qualifié l’achat de voix de « maladie » du système. En 2004, lors du dernier congrès de l’UMNO deux mille enquêtes avaient été lancées. Une seule a abouti et la sanction de suspendre pendant trois ans de l’UMNO l’auteur de la fraude peut paraître légère. En novembre de l’année dernière 900 enquêtes ont été initiées. Il est fort probable que très peu d’entre elles pourront aboutir.

17Avant même de prendre le pouvoir, Najib apparaît fragilisé. L’affaire du meurtre de la jeune mongole qui implique des membres de son entourage a terni son image. Les sommes dépensées pour son élection ont été un peu trop importantes et surtout un peu trop voyantes. Pour asseoir son autorité, il aura besoin d’un maximum de soutiens, notamment des éléments les plus conservateurs de l’UMNO ou de l’ancien Premier ministre Mohamad Mahatir. Cela pourrait le conduire à mener une politique plus autoritaire que celle de son prédécesseur au risque de renforcer à terme le mouvement d’opposition porté par Anwar Ibrahim et les divisions dans le pays.

18L’électorat qui a voté pour le PKR d’Anwar Ibrahim s’est moins décidé sur des bases ethniques ou religieuses que sur une véritable envie de changement et de modernisation du système politique malaisien. Cela constitue un fait nouveau. Parallèlement, le contrôle par des partis d’opposition de cinq États ou entités sur les treize que comptent le pays devrait déjà permettre dans les mois qui viennent apporter un peu d’oxygène au système malgré les incertitudes économiques qui pèsent sur le pays, comme dans l’ensemble de la région.

Notes

71 Treize Etats (negeri) et trois districts fédéraux (wilayah persekutuan). La péninsule comprend onze Etats (dont les neuf sultanats traditionnels) : Perlis, Kedah, Penang, Perak, Kelantan, Terengganu, Pahang, Selangor, Negeri Sembilan, Melaka, Johor. Les Etats de Sarawak et de Sabah sont situés sur l’île de Bornéo.

72 Le roi actuel Mizan Zainal Abidin a été élu le 13 décembre 2006 parmi les neufs sultans traditionnels. A noter que Penang, Malacca, Sarawak et Sabah ne votent pas.

73 Internal Security Act.

74 « Let’s send the Altantuya Murderers to Hell ».

75 Propre » en malais.

76 Front ou Alliance du Peuple qui regroupe le Kaedilan Rakyat (Parti de la justice du peuple – 31 sièges), le Islam Se Malaysia (Parti islamique de Malaisie – 23 sièges) et Tindakan Demokratik (Parti d’action démocratique – 28 sièges).

77 Vingt élus malais, sept chinois, quatre indiens.

78 La voix de la justice.

Auteur

Arnaud Leveau

Arnaud Leveau a effectué une partie de ses études à Pékin avant de débuter sa carrière professionnelle à Hong Kong et à Hô Chi Minh Ville. Il a été responsable du département Aise de l’Institut de coopération sociale internationale (ICOSI) et a confondé l’association Asie Pacifique Recherche. Basé en en Asie du Sud-Est depuis 2001, il a été corresponsant de presse pour plusieurs titres français et internationaux. Il est actuellement directeur adjoint de l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (IRASEC).