Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2009 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Arnaud Leveau

Deuxième partie. Débat

Deux combats pour une même idéologie. L’aide humanitaire, un vecteur de la mondialisation ?

Réflexions croisées à propos du tsunami en Thaïlande et du cyclone en Birmanie

Maxime Boutry, Olivier Ferrari, Jacques Ivanoff et Thierry Lejard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1- Un nouveau débat ?

Le débat sur l’aide humanitaire est aussi ancien que la volonté d’aider les autres. Il ne s’agit pas ici de reprendre ce débat mais de l’éclairer à travers l’analyse des situations thaïlandaise (le tsunami) et birmane (le cyclone). Notre présence et notre travail sur les lieux de ces drames nous donnent une responsabilité morale et scientifique, celle de partager nos expériences, d’analyser les faits en chercheurs et d’ouvrir un débat. Les justifications de la non-intervention des chercheurs lors du tsunami pour des raisons (qui nous ont toutes été directement signifiées) de sécurité, de finances, de non scientificité ou d’objectivité sont irrecevables quand les chercheurs compétents peuvent faciliter l’arrivée et le travail des médecins. Les spécialistes des régions touchées par les catastrophes auraient pu donner leurs analyses, libres aux humanitaires de les utiliser ou non. Pourquoi donc ce refus d’écouter les chercheurs, spécialistes des terrains d’interven...

Auteurs

Maxime Boutry, lauréat de la bourse Lavoisier du Ministère des Affaires Etrangères, est docteur en Anthropologie sociale à l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales). Il se consacre aujourd’hui aux constructions identitaires à travers l’exemple des interactions entre pêcheurs birmans et Moken (quelques milliers de nomades marins présents dans le sud de la Birmanie, Archipel Mergui, et le sud de la Thaïlande) et participe au programme Mobilités et Frontières de l’Irasec sur les populations birmanes du Tenasserim et du sud de la Thaïlande.

Chercheur associé à l’Irasec, est docteur en géologie de l’Université de Lausanne et diplômé de l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales). Boursier du Fonds National Suisse pour la Recherche Scientifique il travaille dans le cadre du projet « Mobilité et Frontières ». Il s’intéresse à l’identité des Moklen, qu’il aborde entre autres par l’étude de leur vie rituelle et de leur organisation sociale symbolique. Il travaille aussi sur l’analyse critique des projets de développement qui ont affecté la région après le tsunami de 2004.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540