Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2009 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Arnaud Leveau

Avant-propos

Arnaud Leveau et Benoît de Tréglodé

Texte intégral

1L’année 2008 resta sans doute comme l’année des remises en questions en Asie du Sud-Est. Certains verrous tendent à se débloquer et le paysage politique régional à se redessiner. A l’image de la Birmanie certains pays de la région paraissent toutefois encore figés comme tétanisés par une peur de l’avenir et des changements par lesquels il faudra nécessairement passer un jour ou l’autre. Dans d’autres pays de la zone des murs que l’on croyait épais commencent à se fissurer. Ainsi Singapour cherche à se repositionner et à s’ouvrir encore davantage au reste de l’Asie et au monde. Certains enfin comme la Thaïlande et la Malaisie, poussés par des mouvements populaires dont les élites peinent à garder le contrôle hésitent encore et se retrouvent à la croisée des chemins entre une modernisation de leurs institutions et un retour en arrière rassurant.

2La forte croissance économique de ces dernières années que les soubresauts politiques de certains pays de la région ne semblaient pas pouvoir ébranler s’essouffle sous les coups de butoir de la crise économique et financière internationale dont les effets devraient véritablement commencer à se faire sentir dans une Asie du Sud-Est fortement dépendante de ses exportations en direction des Etats-Unis, de l’Union européenne ou du Japon au cours de cette année. La croissance en 2008 est restée dans l’ensemble plus que convenable dans la région mais la baisse des commandes et les incertitudes chinoises font craindre un fort ralentissement économique dans une région où la stabilité politique n’a souvent pu être garantie que grâce à un développement fort et constant. L’effondrement de l’industrie textile au Cambodge, qui emploie encore 300 000 personnes, risque de mettre à mal les transferts entre la capitale et les provinces et de bouleverser l’équilibre du pays.

3Partie d’Asie du Sud-Est avant de toucher par contagion l’ensemble de l’Asie orientale il y a près de douze ans, la grave crise de 1997 avait également engendré un véritable cataclysme que des chercheurs singapouriens ont qualifié de « traumatisme durable ». Si au terme de cette crise brutale la croissance économique est finalement plutôt vite repartie, cette tempête financière, économique, sociale et politique a surpris par sa violence et par les effets déstructurants qu’elle a engendrés. Elle a inversé certains rapports de force dans la région et modifié le regard que le monde extérieur portait sur un modèle de croissance somme toute assez différent de celui porté par les nations occidentales. A l’exception notable de la Chine et du Viêt Nam dont les monnaies n’étaient pas convertibles et dont les économies étaient à l’époque mois exposées aux flux mondiaux, la plupart des pays de la région ont connu une forte récession. Les répercussions sociales de la crise ont été dramatiques. La contraction de l’activité économique en Asie du Sud-Est a engendré une explosion du chômage plus ou mois jugulé par un retour à la campagne de millions d’anciens salariés urbains. De nombreux projets d’infrastructure et immobiliers ont été gelés. Dans une ville comme Bangkok on trouve encore en 2009 des dizaines de tours abandonnées suite aux faillites en série des promoteurs de l’époque alors que les folies immobilières ont repris depuis plusieurs années. Les licenciements massifs ont été une source d’instabilité économique. Le retour dans les fermes familiales de centaines de milliers de salariés thaïlandais, ayant souvent un bon niveau d’éducation, a sans doute contribué aux côtés d’autres éléments au réveil politique des campagnes et à la montée des revendications du monde rural dans le royaume. Dans ce sens, la crise politique qui secoue le royaume depuis plus de trois ans et qui est encore loin d’être réglée s’inscrit dans une certaine continuité des traumatismes « durables » nés de 1997.

4Si la crise qui a éclaté sur le plan financier l’été dernier ne vient pas cette fois-ci d’Asie du Sud-Est, la région en subit par ricochet les conséquences. La hausse des carburants et des céréales a provoqué début 2008 une très forte inflation qui a affecté dans un premier temps les milieux les plus défavorisés. Le Viêt Nam a ainsi connu son plus fort taux d’inflation en dix-sept ans et pour éviter une pénurie sur le marché intérieur a considérablement réduit ses exportations de riz dès le mois de mars 2008. L’inflation en Malaisie a également atteint des records tout comme à Singapour qui a été le premier pays de la région à entrer officiellement en récession. Les relais de la consommation restent globalement faibles dans une zone où l’épargne demeure une valeur refuge. Les conséquences de la demande mondiale se feront durement sentir en Asie du Sud-Est dans les mois qui viennent et cette nouvelle crise pourrait bien accélérer des changements politiques et sociaux en gestation depuis plusieurs années dans certains pays. Même si la région paraît mieux armée qu’en 1997, les perspectives de l’année ne sont pas vraiment encourageantes d’autant plus que l’intégration et la coordination des politiques peinent toujours à se mettre en place. Après une année 2008 difficile les économies indonésienne, philippine et vietnamienne apparaissent fragiliser. La fermeture pendant plus d’une semaine des deux aéroports de Bangkok et les soubresauts incessants de la crise politique et sociale intérieure ont gâché la saison touristique mettant à mal une des principales industries du royaume. Déjà en octobre la Fédération des industries thaïlandaises avait tiré la sonnette d’alarme en estimant qu’entre 15 et 20 % des forces de travail pourraient être licenciées dès les premiers mois de l’année 2009. La chute des revenus réels et la hausse des produits alimentaires de base pourraient également engendrer des troubles sociaux récurrents dans certains quartiers pauvres et urbains notamment au Viêt Nam, en Indonésie ou aux Philippines

5L’idée lancée en 1997 par le japonais Eisuke Sakakibara de la création d’un Fonds monétaire asiatique refait depuis peu surface. Déjà, suite à la crise de 1997, les dix pays membre de l’Asean s’étaient entendus avec la Chine, le Japon et la Corée du sud sur la mise en place d’échanges monétaires bilatéraux dans le cadre de ce qui a été appelé l’Initiative de Chiang Mai. Les quatre-vingts milliards de dollars de ce filet de sécurité sont aujourd’hui devenus insuffisants. Au sommet de Daizafu au Japon en décembre dernier, la Chine, le Japon et la Corée du sud ont annoncé un accord trilatéral qui va dans d’un appronfondissement du système. L’idée devrait continuer à faire son chemin notamment au cours du projet de sommet élargi de l’Asean. Il faut dire quand dans la région l’image et la perception du Fonds monétaire international (FMI) restent mauvaises. Il passe pour avoir provoqué ou tout au moins accéléré la chute de Suharto en Indonésie. Les solutions qu’il a imposées en 1997-1998 laissent toujours un goût amer chez les leaders régionaux qui refusent encore de faire appel à lui bien qu’il ait récement pris des mesures pour mettre à la disposition des Etats en difficulté environ deux cents milliards de crédits à court terme et quasiment sans conditions. Pour éviter de faire appel à lui, notamment pour le financement des élections législatives et présidentielles de 2009 le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono a préféré négocier une enveloppe de cinq milliards de dollars mis à disposition par l’Australie, le Japon, la Banque asiatique de développement et la Banque mondiale. La marginalisation voulue du FMI par la région fait l’affaire de la Chine qui, pour renforcer son influence et ses marges de manœuvre, tend à privilégier le régional sur l’international.

6L’Asie du Sud-Est peine encore à se trouver une cohérence et à donner de la consistance à ses institutions communes. Est-il besoin de rappeler que le secrétariat général de l’Asean ne dispose que d’un budget de 9 millions de dollars par an ? La charte adoptée à Singapour en novembre 2007 ne dessine que les grandes lignes de ce que pourrait être l’organisation et reste fort peu contraignante. Les avancées de l’intégration régionale ne peuvent se faire que sous l’impulsion des gouvernements des pays concernés. Hors la situation interne continue de prévaloir. Les interrogations sur le devenir de la Thaïlande ou encore de la Malaisie risquent de limiter toute initiative de ces pays sur la scène régionale. L’Indonésie s’apprête à vivre des élections importantes et les Philippines continuent de gérer l’anarchie. Singapour, déjà en récession, manque aujourd’hui de marge de manœuvre tandis que le Viêt Nam tente de gérer un atterrissage en douceur de son économie. Le menace islamiste demeure vivace. Le rôle de certaines organisations non gouvernementales internationales dans la reconstruction des zones sinistrées par le tsunami de décembre 2004 ou par le passage du cyclone Nargis l’année dernière reste sujet à question. Les Philippines sont-elles condamnées à sombrer dans l’anarchie et le Cambodge peut-il échapper au népotisme ? Quel avenir et quelle idendité Timor Leste, le plus jeune Etat de la région peut-il bâtir ? Le Laos arrivera t-il à jouer un autre rôle que celui d’« Etat tampon » ?

7L’étude de l’Asie du Sud-Est, région de plus de 500 millions d’habitants coincée entre l’Inde et la Chine est souvent déroutante pour les observateurs occidentaux. C’est justement pour tenter d’en comprendre les développements dans toute leur complexité qu’a été créé à Bangkok l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec). L’institut privilégie les approches variées, les démarches transversales et fait appel pour cela à des spécialistes européens et asiatiques de tous les horizons disciplinaires et académiques pour offrir une analyse en profondeur et venue du terrain et ouvrir des pistes de réflexion. Ce bilan économique, politique et social touchera ceux qui s’intéressent à la région dans sa globalité et sa complexité en remettant dans leur perspective historique et culturelle les événements qui font l’actualité. Grâce au travail de terrain tout au long de l’année d’une quinzaine de chercheurs et spécialistes de chacun des pays de la région Asie du Sud-Est 2009 vous donnera des clefs pour décrypter une région pleine de promesses et de défis à relever.

8Bangkok, janvier 2009.

Auteurs

Arnaud Leveau a effectué une partie de ses études à Pékin avant de débuter sa carrière professionnelle à Hong Kong et à Hô Chi Minh Ville. Il a été responsable du département Aise de l’Institut de coopération sociale internationale (ICOSI) et a confondé l’association Asie Pacifique Recherche. Basé en en Asie du Sud-Est depuis 2001, il a été corresponsant de presse pour plusieurs titres français et internationaux. Il est actuellement directeur adjoint de l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (IRASEC).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site