Version classiqueVersion mobile

L’Asie du Sud-Est 2008 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Hommages

Ngô Công Duc, grande figure du Viêt Nam méridional

Paru dans Fase n° 7 Vol II de juillet 2007

Jean-Claude Pomonti

Texte intégral

1Il fallait le voir, au tout début des années 70, battre la campagne dans sa province natale de Tra-Vinh, entre les deux bras du Mékong, chevauchant une motocyclette. Il était le fils du pays. Tout le monde le reconnaissait. Fougueux, excellent orateur, emporté parfois, malicieux, bon vivant, doté d’un profond sens de l’humour et parfois d’un peu de rage. Nous avions alors passé des heures à trinquer avec les paysans dans ces hameaux à la fois cachés dans la végétation luxuriante du delta du Mékong et aux prises avec une guerre vicieuse, sans merci.

2Ngô Công Duc, la trentaine entamée, était alors devenu la « bête noire » du régime sud-vietnamien. Elu député en 1967, il avait pris son parti trois ans plus tard. Lors d’une conférence de presse à Paris, il avait lancé un appel au retrait des troupes américaines, à un cessez-le-feu et à la réconciliation nationale. A son retour à Saigon, son passeport avait été saisi. Victime de provocations et de menaces, il savait qu’il n’avait aucune chance d’être réélu à Tra-Vinh en 1971. Il n’en avait pas moins relevé le défi, histoire de démontrer que le régime était prêt à tout pour se débarrasser de lui.

3Voilà trois ans, nous avons repris le chemin de Tra-Vinh, en voiture cette fois. Nous nous sommes rendus dans la vaste plantation de manguiers que Duc avait aménagée non loin du chef-lieu de la province. Au passage, à proximité de Vinh-Long, nous nous sommes arrêtés dans l’une de ses poteries, établie sur la berge du Mékong. Trois décennies s’étaient écoulées et Duc avait toujours autant de projets en tête : de nouveaux marchés, une encyclopédie du Viêt Nam, une école supérieure provinciale pour former les cadres de demain. « Le Viêt Nam, disait-il, va doubler la Thaïlande car, chez nous, l’élan vient d’en bas ».

4Brisée le 22 juin par une maladie brutale, cette énergie a marqué bien des esprits. « Quand je suis rentré dans le métier, au début des années 70, Duc a été l’un de mes héros, une personnalité brillante, impressionnante, pleine de courage », juge Ron Moreau, ancien correspondant de guerre au Viêt Nam et aujourd’hui correspondant de Newsweek en Asie du Sud. « Un nationaliste honnête et courageux », disait à l’époque feu le général Duong Van Minh, dernier président sud-vietnamien, quand Duc était devenu le chef incontesté de l’opposition parlementaire. « Je ne suis pas modeste mais je suis un caractère indépendant, toujours indépendant », revendiquait, pour sa part, l’intéressé.

5Disparu à l’âge de 71 ans, Duc aurait pu être un công tu, un « fils à papa » comme le disent les sudistes, s’il n’avait pas eu le tempérament d’un bâtisseur doublé d’un meneur d’hommes. Pendant la première guerre d’Indochine, son père, un chef de village catholique qui n’aimait pas que les gens de l’extérieur se mêlent des affaires communales, a été tué par le Vietminh. « Je n’ai jamais su pourquoi », disait Duc, qui se retrouve, à la fin des années Cinquante, à la tête du mouvement des Jeunesses républicaines à Tra-Vinh, où il est rentré pour s’occuper des affaires de la famille, sans attendre d’avoir passé son bac. Mais l’expérience ne dure pas : en 1961, au début de l’insurrection des Vietcôngs, le président Ngô Dinh Diêm et son frère Ngô Dinh Nhu commencent à utiliser les Jeunesses pour faire du renseignement. A Tra-Vinh, Duc s’y oppose. Il est renvoyé.

6Il revient donc à Saigon, où il avait fait ses études, et exerce différents métiers : entrepreneur, commerçant, éditeur. Il plonge ainsi dans la politique. Votée en 1966, une loi lui retire sa dispense du service militaire, en tant que fils unique d’un homme tué par le Vietminh. « J’ai choisi d’être député, sinon j’étais bon pour l’armée », telle était son explication. Quatre années plus tard, son opposition à la guerre le contraint à fuir le Viêt Nam. Son quotidien Tin Sang (les Nouvelles du Matin) a été saisi des douzaines de fois et attaqué par des voyous. Son domicile a été plastiqué. Il s’enfuit à travers le Cambodge et se retrouve d’abord en Suède, puis à Paris. Entre-temps, le régime le condamne par contumace à trois années de travaux forcés et ferme son journal.

7Il regagne le Viêt Nam au lendemain de la victoire communiste de 1975, relance Tin Sang, qu’il finit par fermer définitivement en 1981, et se remet peu à peu aux affaires : céramique, laque, plantations, finances. Il refuse toute fonction officielle et conserve son indépendance. S’il s’est assagi avec l’âge, il n’hésite pas, de temps à autre, à faire passer un message aux maîtres du moment, y compris par voie de presse. L’ouverture du Viêt Nam, son intégration dans la communauté internationale et l’adoption progressive d’une économie de marché s’inscrivent peu à peu dans la démarche qu’il avait toujours prônée.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search