Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2008 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Hommages

Maha Ghosananda : La dernière marche du « Gandhi cambodgien »

Paru dans Fase no 4 Vol II d’avril 2007-12-10

Texte intégral

1« Chaque pas est une méditation, chaque pas est une prière, chaque pas construit un pont ». C’est avec ces mots que Maha Ghosananda lance la première de ses grandes marches de paix à travers le Cambodge, le 4 mai 1992. « Un cri de ralliement », commente hâtivement la presse de l’époque. Mais peut-être aurait-il mieux valu dire « parole de réconciliation », tant le cri semble mal convenir à cette personnalité douce, souriante, bienveillante et intraitable qui n’aura cessé, toute sa longue vie durant, de prôner la non-violence et la tolérance, et aura largement contribué à la renaissance du bouddhisme dans sa petite nation tourmentée. Âgé de 78 ans, le Vénérable Maha Ghosananda est mort le 12 mars dans un hôpital du Massachusetts (Etats-Unis).

2Il était né en 1929 dans une famille paysanne de la province de Takèo, au sud du Cambodge. Comme beaucoup de garçons de condition modeste, c’est à la pagode qu’il fait ses premières classes. Enfant du temple dès l’âge de 8 ans, il a la charge de la vaisselle des bonzes ou du transport des bols destinés aux aumônes, mais se fait bien vite remarquer par ses maîtres par sa vivacité d’esprit et son intérêt pour la religion. Ordonné moine à 14 ans, il poursuit ses études dans des universités monastiques de Phnom Penh et de Battambang, avant de se rendre en Inde en 1953 pour passer un doctorat en pali.

3Maha Ghosananda est installé depuis 4 ans dans un monastère forestier du sud de la Thaïlande lorsque l’armée américaine commence, en 1969, ses bombardements du Cambodge. De son petit poste de radio, le bonze suit avec inquiétude l’enchaînement des évènements qui aboutit, en 1975, à la prise de pouvoir par les Khmers rouges. Son maître thaïlandais, Achaan Dhammadaro, le convainc pourtant de se concentrer sur sa formation spirituelle et d’attendre le moment propice pour aider son pays.

4Ce moment se présente en 1978 lorsque les premiers réfugiés cambodgiens qui fuient la terreur polpotiste commencent de s’installer dans des camps le long de la frontière thaïlandaise. Le bonze s’y rend pour assister cette population désemparée. Il y prêche la parole bouddhique, fait construire des temples-huttes et distribue des tracts : « La haine ne pourra jamais trouver son apaisement dans la haine, la haine peut seulement être apaisée par l’amour ».

5La famille entière du moine a elle-même été éliminée par le régime khmer rouge. Il visite pourtant avec la même assiduité les camps de réfugiés occupés par les anciens militants communistes. « Il n’y a pas de doute qu’aimer son oppresseur soit l’attitude la plus difficile à atteindre, avoue-t-il. Mais la loi de l’univers fait que représailles, haine et vengeance ne contribuent qu’à continuer le cycle ».

6A l’occasion de ces longs séjours dans les camps, Maha Ghosananda apprend le sort réservé par les Khmers rouges au bouddhisme cambodgien. Assimilés par Pol Pot aux anciennes structures féodales qu’il fallait renverser et détruire, les 3 600 temples du pays ont été systématiquement profanés et fermés. Les moines, considérés comme faisant partie de la classe intellectuelle, ont été, au mieux contraints de quitter la robe ou de violer leurs vœux, au pire, envoyés en rééducation ou torturés avant d’être exécutés. Des 60 000 membres que comptait le clergé cambodgien avant guerre, seuls subsistent 3 000 en 1979.

7C’est à la tâche de reconstruire les fondements du bouddhisme dans son pays que s’attelle Maha Ghosananda dès son retour à Phnom Penh. Ses efforts inlassables lui vaudront d’obtenir le titre de Patriarche suprême en 1988 et d’être par quatre fois nominé pour le Prix Nobel de la Paix.

8Mais l’action la plus marquante de celui que l’on a appelé le « Gandhi du Cambodge » aura été ces marches annuelles pour la paix et la réconciliation (Dhammayietra) qu’il organise dès 1992 à travers le royaume. La première conduit le moine et 200 de ses fidèles de la frontière thaïlandaise à Phnom Penh au travers de ce qui est encore à ce moment-là l’une des régions les plus dangereuses du pays. La seconde se tient peu avant les élections générales de 1993 et entend encourager les Cambodgiens à surmonter la peur de la violence politique et à exercer leur droit de vote. L’année suivante, une troisième marche se déroule dans une zone encore loin d’être pacifiée. La procession se retrouve prise entre les feux des forces gouvernementales et rebelles et deux pèlerins sont tués. Affirmant que « cette violence est en fait la raison pour laquelle nous marchons », Maha Ghosananda poursuit cette Dhammayietra jusqu’à son terme. Tirs de mortier, violence aveugle et intimidations auront décidément eu bien du mal face à cette frêle silhouette, bienveillante et obstinée.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter

Volume papier

amazon.fr