Version classiqueVersion mobile

L’Asie du Sud-Est 2008 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Reportages

L’île aux trois églises et deux couvents sur le Mékong

(Lettre de Cu Lao Giêng) Paru dans Fase no 9 Vol II de septembre 2007

Texte intégral

1Située au nord de la ville de Long Xuyên et sur le bras principal du Mékong, la petite île de Cu Lao Giêng offre un exemple de cohabitation à la vietnamienne dans le calme d’une campagne tropicale. Ici, des artisans retapent ou reconstruisent des embarcations. Là, un paysan soigne son verger ou son potager. La végétation est si luxuriante, dans le delta du Mékong, que rien ne domine le paysage d’un pays pourtant fort plat. C’est le propre du Viêt Nam méridional : tout s’y fond naturellement. Le petit monde rural qui s’offre aux yeux une fois franchie la courbe d’un cours d’eau est impensable quelques centaines de mètres auparavant. Voici un hameau, ou un village, qui ne se devine que lorsqu’on l’aborde grâce à son point d’ancrage, en général un petit marché.

2En fin d’après-midi, les adolescents de Cu Lao Giêng reviennent du collège qui se trouve sur la berge du Mékong en empruntant un bac capable de transporter seulement une voiture, non sans précaution. Les jeunes manient le vélo, le plus souvent de type chinois à la selle et au guidon fort hauts. Les filles sont vêtues de l’ao dài, si seyant mais peu pratique qui a été réimposé il y a une douzaine d’années après avoir été banni : une tunique étroite et blanche sur un pantalon noir ou blanc. Les garçons affichent l’uniforme : pantalon bleu, chemisette blanche, foulard rouge des pionniers de Hô Chi Minh. Sauf les jours d’activités sportives, quand tous se retrouvent en survêtement.

3Une fois franchi le bac et remontée la courte pente qui y conduit, les églises se succèdent le long d’un chemin de campagne carrossable. Il y en a trois, dont deux bordées d’un couvent. Toutes sont restaurées et repeintes de fraîche date. En plein mois de mars, au cœur donc de la saison sèche, celle de Beate Maria Immaculae est même encore prise dans les échafaudages. Chez les Sœurs de la Providence, le jardin fleuri est propret et très soigné. Leur couvent est un centre de retraite où vivent une centaine de leurs aînées. Les sœurs aimeraient bien récupérer l’orphelinat mitoyen confisqué par les autorités au lendemain de la victoire communiste de 1975 et aujourd’hui désaffecté. L’autre couvent est occupé par des Franciscains. Originaire de Cân Tho, la grande ville du delta, le curé de Beate Maria Immaculae s’est installé sur place voilà deux ans.

4Ces églises datent de la fin du XIXe siècle, soit des lendemains de la conquête française. Certains bâtiments ont plus de cent trente ans d’âge. Ils ont connu bien des vicissitudes pendant les bouleversements du XXe siècle : la colonisation française, l’occupation militaire japonaise, les deux guerres d’Indochine. L’exercice en cours est celui de la cohabitation avec les « nouvelles autorités », avec ses interdits, ses zones d’ombre et quelques feux clignotants. Les relations entre le Vatican et Hanoï se sont, toutefois, assez améliorées ces dernières années pour que le principe de l’établissement de relations diplomatiques soit accepté des deux côtés.

5Une Sœur de la Providence se plaint que le changement, depuis une vingtaine d’années, s’opère « plus lentement à la base qu’au sommet ». Elle rêve de pouvoir rouvrir les portes de l’orphelinat car, sur onze mille habitants, Cu Lao Giêng compte quatre mille catholiques. Cette communauté déborde même sur l’autre rive du grand fleuve : non loin de l’endroit où le bac dépose son petit lot de gens et de bicyclettes se trouve une autre église à l’état impeccable. Deux dames un peu âgées et à l’air sévère y surveillent une cinquantaine d’enfants qui répètent leurs cantiques, le nez plongé dans un petit répertoire.

6Les modestes habitations de l’île sont surmontées d’antennes de télévision. Les jardinets bien agencés se succèdent avec leurs coins d’ombre offerts par quelques arbres fruitiers. Manguiers, goyaviers, orangers. Un monde silencieux à l’exception de quelques pétarades de motocyclettes ou de l’animation dans quelques petites salles affectées à des jeux vidéo. La nonchalance ambiante s’accompagne d’un soupçon d’ennui et de quelques règles difficiles à contourner. Dans ce delta confluent d’influences diverses, Confucius n’est jamais loin. Les autels des ancêtres sont omniprésents, de même que ceux qui abritent les génies ou gardiens de la maison.

7Le delta du Mékong regroupe plus de treize millions sur les 84 millions d’habitants du Viêt Nam. Ancienne portion de l’empire khmer — c’était le pays des Khmers Krom, ou « Khmers d’en bas »— il était à l’origine dépeuplé et couvert de forêts inondées de mangroves. Les Vietnamiens l’ont colonisé aux XVII° et XVIII° siècles. Il s’est peuplé par nappes. Aujourd’hui, les Khmers s’y comptent encore un bon million et quelques dizaines de milliers de Chams islamisés sont installés sur la frontière du Cambodge, souvent dans villages flottants où ils pratiquent la pisciculture.

8L’abondance de terres alluvionnaires a fait de la région un pays de cocagne et l’Histoire un carrefour humain riche en croyances et en superstitions. Plusieurs sectes s’y réclament du bouddhisme et d’autres, comme le caodaïsme, d’un syncrétisme religieux. Le nationalisme y est également vivace : le delta du Mékong a été un terreau de résistance à la colonisation française et, beaucoup plus tard, le berceau des Vietcongs, aile méridionale du mouvement nationaliste coiffé par les communistes.

9Le Mékong, dans son delta, est tentaculaire. Des centaines de canaux relient ses deux principaux bras au reste du vaste terroir. Un dédale supplémentaire de voies d’eau percées tout droit rattache l’ensemble aux fleuves situés plus au nord, les deux Vaïco et le Sông Be, sur lequel débouche la rivière de Saïgon. Les Vietnamiens ont nommé le grand fleuve le Cuu Long, les Neuf Dragons, parce que le chiffre est favorable. Mais les tentacules sont innombrables et partout sont présentes îles, grandes ou petites.

10Celle de Cu Lao Giêng se trouve au cœur d’une région très vietnamisée, où le catholicisme s’est enraciné et s’inscrit désormais dans une mosaïque religieuse. En remontant vers la frontière cambodgienne, à une demi-heure de route, se trouve Cho Moi, qui abrite un temple dédié à Nguyên Trung Truc, à la fois figure nationaliste du XIX° siècle et héritier d’un bouddhisme populaire. A deux pas de là, une pagode abrite un grand portrait de Huynh Phu Sô, fondateur de la secte Hoa-Hao, laquelle se réclame également d’un courant bouddhiste dont les autorités actuelles se méfient. L’ancien « grenier à riz de l’Indochine » reste en pleine ébullition.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search