Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2008 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Reportages

Quand l’instruction publique s’effondre

(Lettre de Mandalay) Paru dans Fase no 8 Vol II d’août 2007

Texte intégral

1Un enchevêtrement de vélos, trishaw, bus et voitures encombre une petite rue à la périphérie de Mandalay. Des enfants, vêtus des uniformes réglementaires blancs et verts, s’égaillent dans ces différents modes de transports. La gigantesque pagaille bloque toute circulation.

2C’est le milieu de la journée et les écoliers du matin viennent de terminer leur session de cours à l’école Phaung Daw Oo. Ils rentrent chez eux. La pause déjeuner n’est pas nécessairement synonyme de repos. Dans les salles de classe, les cours spécifiques pour les enfants les plus doués se poursuivent par petits groupes. Les élèves de l’après-midi arrivent et s’installent. Derrière l’atelier qui partage la cour en deux espaces, des bonzillons jouent au football. Un peu plus loin, la bibliothèque, construite grâce à une donation d’un couple britannique, un enseignant explique aux enfants comment avancer dans leurs recherches.

3« Nous accueillons plus de 6 000 écoliers et 800 bonzes », explique une jeune femme qui travaille dans cette école depuis bientôt deux ans. « Nous disposons de 135 enseignants. La majorité de nos élèves viennent de loin, parfois de l’état Shan ou des zones frontalières. Ils sont issus de familles très pauvres qui ne peuvent les envoyer dans les écoles publiques ». Au milieu des années 80, les moines ont décidé de créer cette école afin de subvenir aux besoins grandissants de familles qui ne pouvaient envoyer leurs enfants dans les écoles de l’Etat.

4Le succès de Phaung Daw Oo a été mal perçu par les autorités après l’arrestation, en 2003, de l’ancien premier ministre Khin Nyunt. Les étrangers qui y enseignaient n’ont plus eu le droit d’y résider. L’école a toutefois réussi à se financer grâce à des donations des gouvernements allemand, japonais et britannique, ainsi que de dons individuels. Elle est équipée d’un laboratoire de langues et d’une salle informatique. Un luxe.

5A quelques kilomètres de là, dans une école publique, les élèves s’entassent dans des salles de classe seulement séparées par des cloisons de paille qui s’élèvent à mi-hauteur. Les enfants récitent leurs leçons dans le brouhaha. Au fond de la classe de 7e, ils entendent plus clairement le professeur de la classe voisine que leur propre enseignant.

6Au Myanmar, l’éducation n’est pas gratuite. L’inscription s’élève à 5 000 kyats (500 euros environ) à la campagne et peut atteindre 500 000 kyats dans les établissements les plus réputés de Rangoon, comme Saint-Paul ou l’école du quartier de Dagon. A ces sommes s’ajoutent des cotisations et donations prélevées pour le sport, les cahiers, les livres ou les versements requis à la section locale de l’Union Solidarity and Development Association (USDA), mouvement de masse aux ordres des militaires. « En juin, à la reprise de l’année scolaire, le directeur de l’école de mon fils m’a demandé de verser une donation de 10 000 kyats », explique Way, vendeuse au marché de Rangoon. « Cette donation doit théoriquement aider les familles les plus pauvres. Mon plus jeune fils va rentrer à l’école l’an prochain et je ne sais pas comment je vais pouvoir financer la scolarité de mes trois enfants ».

7Selon les calculs de l’Unicef, la junte au pouvoir ne consacre que 2 % du budget national à l’éducation. Le gouvernement s’enorgueillit, pourtant, d’avoir modernisé le système éducatif en offrant, notamment au niveau universitaire, des cours à distance, mais les enseignants se plaignent de l’interventionnisme incessant de l’administration qui sans cesse modifie les directives et complique leur travail.

8« Le niveau de mes élèves est de plus en plus faible », raconte une enseignante de mathématiques. « Ils savent à peine compter et, malgré tout, nous devons les faire passer en classe supérieure », déplore la jeune femme. Début juin, le gouvernement a diffusé une circulaire indiquant qu’aucun échec ne pouvait être accepté. Ainsi, les contrôles de connaissances sont organisés pour assurer un succès maximal des élèves : on leur donne accès aux réponses.

9La question scolaire revient dans de nombreuses conversations. Les journaux et les magazines l’évoquent très régulièrement, avec toute la prudence nécessaire pour éviter la censure. Mais, les parents ne cessent de s’inquiéter des moyens d’offrir à leurs enfants un enseignement meilleur. Ils ont recours aux cours de soutien, souvent dispensés par les enseignants du public qui complètent ainsi leurs salaires. Ils en viennent même à limiter les données fournies pendant les cours officiels pour pousser leurs élèves à fréquenter leurs cours hors cursus.

10Les écoles privées se développent. « Je paye 55 000 kyats par mois pour envoyer ma fille à l’école internationale de Rangoon », explique l’épouse d’un général, qui partage son temps entre Taunggyi, la capitale de l’Etat Shan, où travaille son mari, et Rangoon. « Notre gouvernement ne s’occupe pas de l’éducation. Dans les écoles publiques, rien ne marche », ajoute-t-elle.

11« La junte détruit systématiquement le système éducatif, s’insurge Soe Htun, membre de Génération 88, un collectif formé en 2006 par d’anciens étudiants et prisonniers politiques et qui propose une alternative à l’opposition constituée par la Ligue nationale pour la démocratie, le parti d’Aung San Suu Kyi. « Les élèves n’apprennent rien et surtout les méthodes d’enseignement ne leur permettent pas de développer leur estime de soi et leur esprit critique. C’est un système qui assure leur obéissance », dit-il.

12Un universitaire, professeur de mathématiques, s’est retiré de l’enseignement parce que les thèses qu’il supervisait avaient été validées malgré la médiocrité de leur contenu. « Je n’ai pu l’accepter ; nous avions le meilleur niveau d’éducation dans la région et, aujourd’hui, nous sommes à la traîne », dit l’ancien enseignant, aujourd’hui sexagénaire.

13Inquiète des conséquences à long terme de la dégradation régulière de l’instruction en Birmanie, l’ONU tire la sonnette d’alarme. « Chaque nouvelle génération est moins instruite que la précédente », observe un fonctionnaire des Nations Unies en poste à Rangoon depuis quatre ans. « Nous éprouvons des difficultés à remplacer nos employés. L’Etat est lui-même confronté à cette situation. Dans certaines administrations, j’ai vu des fonctionnaires rappelés parce que personne ne pouvait assurer la succession », explique-t-il.

14Les plus démunis en viennent à faire enrôler leurs enfants dans l’armée. Ils peuvent ainsi bénéficier d’une instruction dans l’un des quatre instituts d’enseignement supérieur dépendant de l’armée. « Mes voisins ont fait ce choix », rapporte un jeune étudiant qui tente d’organiser des groupes de soutien scolaire gratuit. « Les parents sont rassurés : leur fils aura une formation de qualité et pourra suivre des études supérieures.”

15Les plus fortunés envoient leurs enfants à Singapour pour parfaire leur éducation. « On assiste à une véritable fuite des cerveaux », s’inquiète un fonctionnaire de l’ONU, en ajoutant : « Quelle transition politique peut-on espérer sans instruction ? ».

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter

Volume papier

amazon.fr