Version classiqueVersion mobile

L’Asie du Sud-Est 2008 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Reportages

La fuite inachevée des Hmongs du Laos

(Lettre de Petchabun) Paru dans Fase no 7 Vol II de juillet 2007

Texte intégral

1Pour atteindre la cabane de Lisu Vang, il faut serpenter un bon moment parmi les centaines de cahutes sommairement bâties à flanc de colline, à l’aide de lattes de bambous et de toile plastifiée, où vivent huit mille Hmongs qui ont fui le Laos. Ce camp improvisé se situe à proximité immédiate du village thaïlandais de Huay Nam Khao, dans la province de Petchabun, dans le nord de la Thaïlande.

2Trapu, le visage plat marqué par de hautes pommettes, cet homme de 28 ans n’est ni un ancien collaborateur de la CIA américaine ni un Laotien pauvre venu chercher fortune dans un pays voisin plus développé. « Je suis né dans la jungle, sur le massif de Phu Bia. Je suis ignorant, car je ne suis jamais allé à l’école. On devait constamment se déplacer pour éviter les attaques des militaires laotiens. Je pense que mon père devait travailler avec la CIA à l’époque de la guerre, mais je ne suis pas sûr. Mes parents ont été tués en 1980 lors d’une attaque de l’armée laotienne dans la jungle », explique-t-il. Lui-même, comme beaucoup de ses voisins, portent les marques de cette vie d’homme traqué : quatre cicatrices sur ses jambes ; une balle qui lui a traversé les deux cuisses lors d’un autre accrochage.

3En 2004, la pression de l’armée laotienne s’est faite plus forte. « Auparavant, les Laotiens n’attaquaient que durant la saison sèche de septembre à mars : plus récemment, ils ont aussi lancé des opérations pendant la saison des pluies », dit un de ses voisins. En 2004, Lisu Vang a donc décidé de quitter, avec sa femme et ses quatre enfants, la zone spéciale de Saysomboon, dans le Laos central, où se trouve le massif de Phu Bia. Pendant un mois, ils ont progressé à pied vers le Mékong, contournant les villages laotiens et se nourrissant de gros tubercules qu’ils déterraient. Ils ont franchi clandestinement le fleuve, puis ont été conduits en minibus, par des passeurs spécialisés dans l’exfiltration des Hmongs, jusqu’à proximité du village de Huay Nam Khao.

4Ce parcours a été celui de milliers de Hmongs du Laos depuis 2003-2004. Pourquoi Huay Nam Khao, un village de 800 habitants au pied du massif de Khao Kor, à plusieurs centaines de kilomètres de la frontière avec le Laos ? Sans doute parce qu’il est peuplé de Hmongs thaïlandais, mais aussi parce qu’un général thaïlandais avait, semble-t-il, imprudemment annoncé à l’époque que les Hmongs arrivant en Thaïlande pouvaient se regrouper dans cette zone. Le mot était vite passé et le flot des arrivées s’était amplifié, doublant la population du village pour la seule année 2004. Installé de part et d’autre d’une mauvaise route asphaltée, un vaste camp s’est progressivement formé, forçant la 3ème armée thaïlandaise à ouvrir un poste de commandement à proximité.

5Mais la population de Huay Nam Khao est loin d’être homogène. « Tous ne viennent pas de la jungle et tous n’ont pas été pourchassés par les Vietnamiens ; tous ne sont pas non plus des migrants économiques. Certains ont eu des problèmes avec les autorités mais n’étaient pas en danger de mort. D’autres disent qu’ils avaient peur d’être arrêtés, simplement parce qu’ils allaient à l’église », explique Gilles Isard, coordinateur pour la Thaïlande de Médecins Sans Frontières, seule ONG présente dans le camp. Selon les Hmongs, les Vietnamiens assistent l’armée laotienne.

6Dans un abri qui borde la route, Chue Hue Vang, un quadragénaire corpulent qui porte un tee-shirt avec le slogan « Praise The Lord », explique avoir vécu dans un village près de Vientiane après être revenu, en 1981, d’un camp de rééducation à Sam Neua, dans le Nord du Laos. Son père, dont il montre de grandes photos plastifiées, a été officier français avant d’intégrer l’armée royale laotienne. Il a été exécuté dans le camp de Sam Neua en 1976. En 2000, Chue Hue Vang achève de bâtir une maison en dur dans son village grâce aux revenus d’une petite ferme. « En 2004, un militaire est venu me visiter et s’est fait prendre en photo, avec moi, devant la maison. Des militaires et des policiers m’ont ensuite accusé d’avoir construit cette maison avec de l’argent envoyé des Etats-Unis. Ils m’ont suivi pour me tuer. J’ai demandé au chef de village de régler le problème, mais il m’a simplement dit de ne pas m’inquiéter. C’est alors que j’ai décidé de partir en Thaïlande, par peur d’être tué », raconte-t-il.

7Ce que tous ces réfugiés ont en commun est le sentiment d’avoir été persécuté par le « Laos communiste » et la conviction qu’ils seront abattus immédiatement s’ils sont renvoyés dans leur pays. A la lumière des précédents, le traitement qu’ils recevraient en cas de rapatriement ne serait pas des plus tendres. Après avoir longtemps laissé les nouveaux fuyards grossir la communauté de Huay Nam Khao, la police thaïlandaise a brutalement renvoyé au Laos plusieurs dizaines de nouveaux arrivants. Lors du dernier « rapatriement » le 9 juin, plusieurs Hmongs ont tenté de se suicider en avalant de l’engrais chimique. La police thaïlandaise en aurait tué un autre en utilisant des pistolets électriques. D’autres ont été violemment battus. « Selon nos informations, les Thaïlandais vont tous les renvoyer. Mais le feront-ils dans six mois ou dans six ans, par petits groupes ou en une seule fois ? Nous l’ignorons », indique Gilles Isard de MSF.

8A deux kilomètres au nord de Huay Nam Khao, un nouveau camp entouré de rouleaux de barbelés scintillants sous le soleil a été préparé pour accueillir les huit mille Hmongs. Les militaires justifient le déplacement, qui devait avoir lieu fin juin, par la déforestation causée par les « immigrants illégaux » et les tensions entre eux et les locaux thaïlandais. La mise en place de ce nouveau site laisse penser qu’un rapatriement des Hmongs n’est pas imminent, bien que la Thaïlande et le Laos se soient accordés en mai sur le principe d’une telle opération. Bangkok, qui n’a pas signé la convention sur les réfugiés de 1951, refuse toute intervention du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés à Huay Nam Khao. « Notre impression est que les Laotiens veulent en finir avec cette histoire. Il y a des projets de mines d’or et de barrages hydroélectriques dans la zone de Saysomboon. Les militaires laotiens effectuent un travail de nettoyage depuis plusieurs années », dit Gilles Isard.

9La Thaïlande, qui doit co-investir dans les projets hydroélectriques, tient à renforcer ses relations avec le Laos qui l’a longtemps soupçonnée d’aider en sous-main les tentatives de déstabilisation lancées par les partisans du régime laotien d’avant 1975. Toujours victimes d’une guerre qui s’est achevée il y a plus de trente ans, les Hmongs sont ballottés au gré de ces enjeux qui les dépassent. Dans sa cahute de Huay Nam Khao, Lisu Vang résume sa situation en termes simples : « Je suis orphelin. Je ne vaux pas être impliqué dans la politique. Tout ce que je demande c’est de pouvoir vivre. Et je ne veux pas retourner au Laos parce que les Laos tuent les nôtres depuis trop longtemps ».

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search