Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2008 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Reportages

Talisman porte-bonheur, bouddhisme et bonnes affaires

(Lettre de Bangkok) Paru dans Fase no 6 Vol II de juin 2007

Texte intégral

1Des milliers de bouddhistes thaïlandais sont obsédés par une amulette « magique » qui ressemble à un médaillon de chanteur de rap. Les mises en garde répétées contre la corruption religieuse que représente cet emblème cosmique n’y changent rien. Quand un nouvel arrivage d’amulettes Jatukam Ramathep a été mis en vente en avril, la foule s’est bousculée et une femme, piétinée, n’a pas survécu à ses blessures. Des voleurs se sont aussi introduits dans des magasins, des maisons et des pagodes pour subtiliser le précieux talisman.

2Le montant des ventes d’amulettes Jatukam se serait élévé à 380 millions d’euros au cours des deux dernières années. Les estimations varient considérablement car la plupart des achats se font en espèces et sans reçu. « Jatukam est la divinité la plus populaire aujourd’hui », estime le quotidien The Nation.

3L’effigie qui figure sur cette médaille, de la grosseur d’un biscuit, représente un homme en apparât royal, assis dans une pose méditative, la main gauche posée sur une jambe et la main droite levée, paume en avant. Différentes versions représentent un ou deux dragons se tortillant derrière le personnage, ou un serpent à tête multiple, ou encore un cercle de divinités hindouistes. Les médaillons sont imprimés en rouge, blanc, noir et parfois en couleur argentée ou dorée. Le revers représente parfois un homme debout, un soleil émettant des rayons ou les douze signes astrologiques.

4Ce que représente exactement l’effigie fait l’objet d’un désaccord. Certains affirment que Jatukam et Ramathep sont les noms de deux princes d’une même fratrie qui vivaient dans la région voilà de nombreux siècles. D’autres suggèrent qu’il s’agit d’une seule personne, peut-être le roi Chandrabhanu qui régna sur le royaume indobouddhiste de Sriwijaya qui a coiffé une grande partie de l’Asie du Sud-Est actuelle. Ils s’en trouvent aussi pour soutenir que Jatukam est un boddhisatva (futur bouddha) ou une divinité hindouiste.

5Tranchant le débat, l’historien Michaël Wright a décortiqué l’origine du talisman mythique. Il établit une relation entre celui-ci et le grand stupa de Nakhon Sri Thammarat, bâti avec l’aide de commerçants venu du Sri-Lanka « où le bouddhisme a toujours été sous la protection de divinités hindouistes » et sous lequel sont enterrées des reliques bouddhiques venues de l’ancienne Ceylan. Au sommet de l’escalier circulaire du stupa, deux divinités sont représentées par des statues de plâtre et de brique. Des inscriptions donnent leurs noms : seigneur Khattugama et seigneur Ramadeva (Jatukam Ramathep est la prononciation thaï du pali Catugamaramadeva).

6La frénésie des amulettes et l’incidence de cette pratique sur la pureté du bouddhisme thaïlandais coïncident avec un débat public sur la façon dont le comportement des bouddhistes et sur l’étendue du pouvoir politique et financier exercé par une hiérarchie religieuse vieillissante, conservatrice et exclusivement masculine. « Beaucoup de bonzes de haut rang sont astrologues, maîtres dans les arts occultes ou entrepreneurs dans l’industrie des amulettes, ce qui fait de la Thaïlande le premier producteur mondial d’amulettes », écrit Mettanando Bhikku, un bonze critique des contradictions au sein du bouddhisme thaïlandais. Selon lui, le marché des amulettes est contrôlé par le Conseil ecclésiastique des bouddhistes de Thaïlande et permet aux pagodes d’engranger des millions d’euros sans payer de taxes.

7« C’est essentiellement un culte des esprits », se lamente Sanitsuda Ekkachai, du Bangkok Post. « Le phénomène de Jatukam Ramathep ne reflète pas seulement le sentiment d’insécurité du public en période d’incertitude politique et de menaces terroristes. Il montre aussi que nous sommes fondamentalement animistes. Si nous avons vraiment besoin d’une religion nationale, ce devrait être l’animisme. Au moins, cela nous permettrait de nous voir tels que nous sommes et d’arrêter de nous tromper en nous clamant bouddhistes », dit-elle.

8Le patriarche suprême thaïlandais a annoncé fin avril l’arrêt de fourniture des matériaux provenant de son temple pour fabriquer des amulettes Jatukam « authentiques », dont le prix par pièce est de 340 euros. Des cambrioleurs s’étaient auparavant introduits, par le toit, dans un entrepôt d’amulettes du sud du pays, où ils avaient volé de précieux fétiches. La plupart des amulettes sont produites avec la bénédiction du Wat Phra Mahathat Woramahawiharn, pagode du patriarche suprême dans la ville méridionnale de Nakhon Sri Thammarat.

9Environ 95 % des 65 millions de Thaïlandais se réclament du bouddhisme, religion du détachement vis-à-vis des superstitions, des déités et autres « illusions ». Beaucoup de Thaïlandais n’en collectionnent pas moins les amulettes, qu’ils portent autour du cou comme des charmes magiques et qui représentent des bonzes renommés, des rois ou d’autres personnages morts ou vivants. « Je suis bouddhiste, mais j’aime les amulettes Jatukam parce qu’elles me portent bonheur », dit Somsak Chakcheo, homme d’affaires de 35 ans, alors qu’il en achète six exemplaires, au prix de 4,3 euros pièce, dans un complexe commercial de Bangkok. « Je les offrirai à mon fils et à ma fille dans vingt ans. Je pense avoir maintenant plus d’une cinquantaine de Jatukam. Il n’est pas question de les revendre », dit-il.

10« La plupart des gens veulent acheter des amulettes Jatukam parce que c’est bon pour les affaires, pour la famille et pour votre vie », dit Hua Pongsak, un vendeur d’amulettes qui propose une palette de médaillons dont les prix s’échelonnent de 15 à 55 euros. Kanitha Shi dit qu’elle a récemment acheté une amulette Jatukam quinze euros dans le magasin de Hua, même si elle pense que Bouddha lui a déjà accordé de nombreuses faveurs. « C’est comme si vous aviez déjà deux millions de dollars. C’est suffisant, mais pourquoi ne pas en avoir quatre millions ? », dit-elle. « J’ai étudié ma vie avant d’avoir acheté cette amulette et j’ai comparé avec ce qui s’est passé depuis l’achat. Ma vie familiale et ma fortune se sont améliorées », ajoute la jeune femme.

11Des graveurs, qui ont créé un moule unique pour fabriquer l’amulette à l’aide d’une argile spéciale, gagnent des milliers d’euros en imaginant de nouvelles versions. Des sites internet, comme Uamulet.com ou buddhapoom.com, proposent des ventes en ligne. L’effigie de Jatukam est imprimée sur t-shirts et gravée sur fines pièces en bronze. Dans la province de Chanthaburi, un marchand d’engrais a acheté cinq mille amulettes pour en offrir une à chaque client qui lui achète plusieurs sacs d’engrais à la fois. Au bout de quelques mois, il n’en lui en restait plus que quatre cents.

12La « Jatukammania » profite à beaucoup de monde : producteurs de matières premières, organisateurs de cérémonies de bénédiction, distributeurs. Le Jatukam est même apparu sur un « vêtement incantatoire », en général un rectangle de coton affichant une image imprimée à l’aide d’un bloc de bois sculpté. La première amulette aurait été fabriquée à Nakhon Sri Thammarat en 1987 pour lever des fonds afin d’édifier un sanctuaire local. Vendus au départ 1,5 euro pièce, ces premiers médaillons valent aujourd’hui entre 1 500 et 20 000 euros. Plus de cent versions du Jatukam sont actuellement en vente et certaines séries se disent « archi-millionnaire » ou « profusion d’argent ».

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter

Volume papier

amazon.fr