Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2008 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Reportages

Le fabuleux trésor d’une épave au large de Cirebon

Paru dan Fase no 4 Vol II d’avril 2007

Texte intégral

1Cheveux poivre et sel réunis en une queue de cheval, visage entaillé par le vent du large et le soleil des tropiques, Jean-Paul Blancan savoure ses derniers moments à Jakarta devant un cappucino. Le lieu : un café « Oh là là ! » du sud de la capitale indonésienne. A quelques heures du retour dans son Marseille natal, ce plongeur professionnel de 53 ans, qui a participé à l’excavation d’épaves de l’Egypte à Cuba, tire les enseignements de sa dernière aventure : la remontée de 250 000 pièces d’un vaisseau qui a sombré, probablement dans une tempête, au large de Cirebon (Java central) entre 960 et 980 après JC. « Après le golfe du Caire, c’est sans doute ce que j’ai vécu de plus fort », lâche-t-il. Avant d’ajouter, toujours souriant : « maintenant, le plus dur reste à faire ».

2Dès le début de l’opération en avril 2004, les plongeurs de la société belge Cosmix Underwater Research, associée à la firme indonésienne Paradigma Putra Sejahtera, se sont rendus compte que l’épave de Cirebon recélait des trésors d’une importance historique rare. Le travail s’est effectué dans des conditions difficiles. « A 57 mètres de fond, avec un fort courant et très peu de visibilité », raconte le plongeur français qui faisait partie d’une équipe de trente professionnels. Quelques 24 000 plongées ont permis de ramener à terre une collection unique, entreposée dans un hangar à Jakarta, qui témoigne des contacts à la fin du premier millénaire entre le monde islamique, l’Indonésie et la Chine.

3Après avoir étudié pendant plusieurs années les vidéos de l’épave, des fragments qui ont été remontés et la composition de la cargaison, l’historien allemand Horst H. Liebner, expert des navires anciens, a conclu que le vaisseau de type malais était probablement parti du royaume hindouiste de Sriwijaya, à Sumatra Sud, pour rejoindre le royaume indo-bouddhiste de Singosari à Java-Est. Les pièces comprennent une collection exceptionnelle de 3 000 différentes sortes de céramiques – dont la plupart intactes – datant de l’époque des Cinq Dynasties (907 – 960), une période de l’histoire chinoise sur laquelle très peu de documents sont disponibles.

4S’y ajoutent des statues indonésiennes en bronze, des poteries siamoises, des verres colorés venus du Caire, 14 000 perles, 4 000 rubis de Birmanie, des saphirs, des grenats, deux tonnes de lapis lazuli d’Afghanistan et deux poignées de sabre en or, dont une en très bon état, venues de Sriwijaya. « Cette épave apporte de nombreux éléments sur le commerce international à cette époque. Cette collection est unique par la variété des pièces concentrées dans un seul bateau et provenant d’origines aussi diverses que l’Egypte, la Syrie, l’Afghanistan, le Sri Lanka, le Viêt Nam et la Chine », dit Luc Heymans, directeur de Cosmix Underwater Research.

5Mais les objets récupérés qui excitent le plus l’intérêt des historiens sont des grains de rosaires et des plaquettes d’imprimerie en métal, sur lesquels sont sculptés des caractères arabes qui forment l’un des 99 noms d’Allah. Cette découverte apporte des précisions quant aux conditions de l’arrivée de l’islam en Indonésie. Pour Horst H. Liebner, ces objets n’étaient pas destinés au commerce, mais à la propagation de la religion. « Pourquoi feriez-vous du commerce d’objets islamiques dans une société hindouiste et bouddhiste ? Ces objets étaient des dons. Ces gens voyageaient et propageaient des idées islamiques », dit l’historien. C’est la preuve la plus ancienne de la présence de l’islam dans ce qui constitue actuellement l’Indonésie. Auparavant, le plus vieux témoignage sur l’islam en Indonésie est la sépulture, datée de l’an 1.082, d’une femme musulmane nommée Fathima binti Maimun dans un complexe funéraire à Gresik (Java Est).

6L’origine des premiers pèlerins musulmans venus en Indonésie est elle-même controversée. Beaucoup d’historiens estiment qu’il s’agit de commerçants venus de Goa ou du Gujarat en Inde, d’autres penchent pour la thèse de missionnaires embarqués en Arabie. Les quelques objets islamiques trouvés dans l’épave de Cirebon ouvrent la voie à une autre hypothèse, celle de l’entrée de l’islam en Indonésie par le biais de commerçants arabes ou perses qui fuyaient Canton par le détroit de Malacca (un massacre de musulmans avait eu lieu à Canton en 878).

7Comme les historiens et les archéologues, Luc Heymans, le directeur de la société d’excavation, souhaite que la collection reste réunie afin que les chercheurs puissent y avoir accès pendant les décennies à venir. « Cela permettrait à un musée de pouvoir exposer une reconstitution partielle de l’épave, en employant une partie des pièces, puisque nous disposons de la position exacte de chaque pièce retrouvée ainsi que de toutes les mesures exactes des restes de la coque », dit-il.

8Une délégation de conservateurs des musées chinois a visité l’entrepôt où se trouve un « mini-musée » des pièces de plus grande valeur. Des pourparlers sont en cours avec la firme de vente aux enchères Christie’s. Comme il existe très peu de pièces de l’époque des Cinq dynasties, il n’y a pas de marché de collectionneurs pour cette période - contrairement aux époques Ming ou Song - ce qui rend les estimations du produit de la vente plus difficiles. « La plupart du temps, l’époque des Cinq dynasties n’est pas mentionnée dans l’échelle chronologique des dynasties chinoises. Durant ma dernière visite à Pékin, je n’ai pas trouvé une seule pièce de cette époque dans les différents musées de la ville », constate Luc Heymans. Si la collection est mise aux enchères, un sérieux effort de marketing sera nécessaire à la fois pour la faire connaître et pour raviver l’intérêt pour l’époque des Cinq dynasties.

9Le produit de la vente doit être partagé, à montant égal, par la société Cosmix et par le gouvernement indonésien. Toutes les pièces sont, selon le contrat d’excavation, destinées à être vendues. Le gouvernement indonésien se montre très pragmatique. « Si la valeur économique des objets est supérieure à la valeur historique, il n’y a pas besoin de les garder pour nos musées », dit Aji Sularso, porte parole du ministère indonésien des affaires maritimes et de la pêche. Les responsables de la firme en charge de l’excavation regrette cette primauté donnée à la valeur marchande sur l’importance culturelle. « En trois ans, aucun des officiels indonésiens, même les membres du département de la culture, ne nous ont posé des questions sur la valeur culturelle de cette découverte », déplore Luc Heymans. Aux Philippines, où les pièces – et non le produit de la vente – sont divisées en deux parts égales entre l’Etat philippin et la firme d’excavation, les musées nationaux de l’archipel peuvent plus facilement se voir attribuer les pièces de plus grande valeur historique.

10L’excavation du navire, dont le nom reste inconnu, n’a pas été de tout repos et pas seulement à cause de l’ampleur du travail sous-marin. En mars 2006, la police, estimant que les fouilles étaient illégales, a arrêté deux des plongeurs – dont Jean-Paul Blancan – et les a emprisonnés. Sous forte pression diplomatique, les deux hommes ont été libérés un mois après, mais l’ensemble des pièces a été confisqué par la police pendant neuf mois, au grand dam des archéologues qui n’ont pas pu poursuivre leur travail de nettoyage et de préservation. Luc Heymans s’était alors interrogé sur « le bien fondé d’investir dans un pays qui n’est pas capable de stopper la corruption latente de son administration ».

11En septembre 2006, la police a finalement reconnu ce que tout le monde – y compris le gouvernement indonésien – affirmait depuis le début, à savoir que Cosmix et son partenaire indonésien avaient les autorisations requises. Mais l’affaire a laissé des traces. Plusieurs investisseurs étrangers ont renoncé depuis à s’engager dans des opérations d’excavation en Indonésie. Conscients de cet impact négatif, le gouvernement a établi un nouvel organisme, composé de plusieurs agences gouvernementales, dont la police, qui sera exclusivement chargé de superviser ce type d’investissement. Pour la première fois aussi, des certificats d’authenticité seront délivrés par le gouvernement indonésien aux acheteurs lors de la vente aux enchères, pour garantir la légalité de l’acquisition. Jusqu’à présent, les « chasses au trésor » dans les eaux indonésiennes se pratiquaient de manière sauvage. A cet égard aussi, l’épave de Cirebon marque un tournant.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter

Volume papier

amazon.fr