Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2008 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Reportages

Septembre noir à Rangoon

Pau dans Fase no 10 Vol II d’octobre 2007

Texte intégral

1U Sin Thin est un intellectuel. Auteur d’un recueil de nouvelles et journaliste au service d’un magazine économique, il a aussi ouvert un petit atelier d’encadrement dans sa très modeste maison de Shwe Pyi Tha, cité-satellite située à une quinzaine de kilomètres au nord de Rangoon. Du plafond percé de larges trous, l’eau dégouline pendant les pluies continues de la mousson humide. Des livres d’histoire et de philosophie s’empilent sur des étagères. Les murs fissurés en béton nu sont ornés d’un tableau d’un ami peintre et d’une illustration plastifiée du Bouddha en méditation.

2Ses deux fils travaillent : l’un est journaliste et l’autre, titulaire d’une licence en sciences physiques, donne des cours privés. Le revenu mensuel de la maisonnée est d’environ 200 000 kyats (107 euros), bien au-dessus du revenu mensuel moyen par tête (11 euros en 2005 selon les Nations unies). La famille d’U SinThin, quinquagénaire affable aux dents rougies par le bétel, ne vit donc pas dans la misère, même si son environnement n’a rien du rêve de banlieusard : Shwe Pyi Tha – la « plaisante ville dorée » - est une collection de cahutes en lattes de bambous et en tôle ondulée de part et d’autre d’une route défoncée et boueuse. Seules quelques maisons en béton ou celles dont la façade est étrangement couverte de carreaux de carrelage rehaussent cette lugubre cité.

3Les fortes et brutales augmentations du prix des carburants, décidées par le régime militaire à la mi-août, ont durement affecté le quotidien de la famille d’U Thin Sin. Depuis le doublement du prix du ticket de bus, près d’un quart du revenu familial doit être consacré aux transports. « On ne peut plus prendre qu’un seul repas par jour avec de la viande. Pour les autres, on mange du riz et quelques légumes. Ce quartier est devenu végétarien car les gens ne peuvent plus se permettre d’acheter de la viande », ironise U Sin Thin. La famille économise aussi sur l’achat de vêtements : « on évite d’acheter chemises et sarongs tant que ce n’est pas indispensable », dit-il.

4Mais son sort est loin d’être le pire à Shwe Pyi Tha, créée par le régime en 1990 pour y déplacer la population des bidonvilles de Rangoon. Ses voisins plus pauvres ne peuvent se permettre que de manger du riz avec un peu de pâte de poisson fermentée ou ngapi. « Les plus touchés [par l’augmentation] sont ceux qui doivent se rendre tous les jours à Rangoon pour leur travail : commerçants ambulants, petits employés, enseignants », dit un économiste birman. Une fillette qui vend des cartes postales aux touristes dans le centre-ville explique que le coût élevé du ticket de bus a fortement réduit son revenu quotidien. Certains soirs, affirme-t-elle, elle n’a pas suffisamment d’argent pour manger.

5Le gouvernement a essayé de justifier sa décision de supprimer les subventions en expliquant que le prix de l’essence en Birmanie était l’un des plus bas au monde. Mais cet argument logique n’a pas convaincu. « [Les généraux] auraient dû augmenter le prix progressivement, afin de permettre au marché de s’ajuster. Mais c’est leur style de prendre des mesures brutales sans prévenir », indique le directeur d’une ONG basée à Rangoon. Selon un système de quota, le propriétaire de chaque voiture a droit à deux gallons d’essence par jour (soit neuf litres) au prix subventionné. Le reste du carburant doit être acheté au marché noir à un prix supérieur ; le département logistique des forces armées et certains services de la fonction publique, lesquels bénéficient de généreux quotas de carburant, alimentent ce marché noir. U Kyaing Than Shwe, le fils du numéro un de la junte birmane Than Shwe, a la haute main, dit-on, sur le marché des carburants.

6En août, le mouvement politique Génération 88, regroupant d’anciens leaders étudiants, puis la Ligue nationale pour la démocratie (LND), principale formation de l’opposition, ont organisé une série de petites manifestations pour protester contre ces hausses de prix. Après l’arrestation d’environ 150 participants, cette campagne a tourné court. Un incident intervenu le 5 septembre a, toutefois, relancé le mouvement de protestation. Lors d’une manifestation de moines dans la ville de Pakkoku, un centre important d’enseignement du bouddhisme où résident 10 000 bonzes, des militaires ont tiré des coups de semonces pour disperser la foule, puis ont attaché trois bonzes à des poteaux pour les frapper avec une verge de bambou. Ces violences ont provoqué la colère d’une partie de la communauté monastique, donnant une nouvelle dimension au mouvement de protestation. Les bonzes ont exigé des excuses de la part des plus hauts dirigeants du régime, faute de quoi, ils entameraient un boycottage des offrandes offertes par les militaires et leur famille. Ce rite ancien, appelé en pali patam nikkuijana kamma (littéralement « retourner le bol à aumônes »), équivaut à l’excommunication dans le christianisme. Ceux visés par le boycottage des bonzes ne peuvent acquérir les mérites nécessaires pour échapper au cycle des morts et des renaissances. Une telle campagne inquiète les généraux, lesquels ont toujours cherché à légitimer leur pouvoir par une caution religieuse. Mais ils n’ont pas voulu s’excuser pour l’incident de Pakkoku avant l’expiration de l’ultimatum fixé par les bonzes au 17 septembre.

7Le 18 septembre, dans un geste de défi audacieux, plusieurs centaines d’entre eux ont défilé silencieusement dans les rues de Rangoon, Bago, Sittwe et Pakkoku, marquant le début de la campagne de boycottage. A Rangoon, arrivés devant la pagode Botataung, ils se sont accroupis au milieu de la chaussée et, les mains jointes, ont entonné une prière en pali, entourés de milliers de personnes venues les encourager. Quand ils se sont dispersés, la foule les a applaudi avec ferveur dans un camouflet cinglant à la junte qui avait multiplié les dons aux pagodes les jours précédents afin d’apaiser le ressentiment des moines.

8La tenue presque quotidienne de manifestations de bonzes, après le 18 septembre, indique que le mouvement pourrait durer. « Les dirigeants du régime ont vraiment peur des bonzes, car ils savent bien que les gens les écoutent. La communauté monastique a, plus que les laïques, les moyens d’entreprendre une action prolongée. Les moines peuvent organiser des manifestations tournantes dans différentes villes du pays pendant des semaines, voire des mois », estime un analyste européen à Rangoon.

9Au lendemain de la manifestation du 18 septembre, le quotidien The New Light of Myanmar, porte-voix de la junte, soulignait que les autorités avaient géré les manifestations « sans qu’aucun moine ne soit blessé ou arrêté » - un signe clair de l’embarras du régime militaire devant cette révolte des religieux. Quelle proportion de la sangha – la communauté monastique – représente les bonzes en révolte ? Probablement pas la majorité. Le sommet de la hiérarchie du clergé est contrôlé par la junte qui l’a arrosée de cadeaux et d’argent depuis 1988. Mais le fait que les jeunes bonzes impliqués dans le mouvement de protestation aient pu organiser simultanément des marches dans différentes villes du pays, malgré les efforts déployés par les autorités pour les contrecarrer, témoigne de leur degré d’organisation. Ils ont créé plusieurs associations pour encadrer leur mouvement, notamment la Young Monks Union et la All Burma Monks Alliance.

10La situation politique en Birmanie est donc devenue plus complexe. De nouveaux acteurs – Génération 88, les jeunes bonzes – ont fait irruption sur une scène longtemps dominée par un face à face stérile entre la junte et la LND. Le parti d’Aung San Suu Kyi a paru dépassé par les événements de ces dernières semaines et incapable de se positionner clairement sur les questions économiques qui sont, actuellement, au premier rang des préoccupations des Birmans. Indice parlant : les cadres de la LND n’avaient pas été informés à l’avance de la première manifestation des bonzes le 18 septembre. « L’appareil politique de la LND est déconnecté de la population », constate le représentant d’une organisation internationale à Rangoon. Le rôle des bonzes comme nouveau fer de lance de l’opposition au régime a été symbolisé, le 22 septembre, par une scène chargée d’émotion : Aung San Suu Kyi, assignée à résidence depuis mai 2003, est sortie de chez elle pour rendre hommage, en pleurs, à plusieurs centaines de bonzes qui défilaient devant sa maison.

11Les hausses de prix du mois d’août ont aggravé les difficultés économiques des Birmans. Celles-ci commencent à se répercuter sur le prix des denrées de base. Même le prix du riz, que le gouvernement s’efforce de stabiliser, s’est accru de 10 %. Ces hausses s’inscrivent dans le cadre d’une détérioration de l’économie ces dernières années : inflation de 40 %, croissance économique réelle de 1,8 %, fort déficit budgétaire, accroissement très probable du taux chômage (dont le chiffre n’est pas communiqué par le gouvernement). Le kyat perd aussi progressivement de sa valeur – il est passé de 400 (pour un dollar) en 1997 à 1 400 actuellement, ce qui s’explique par le recours massif du régime à la « planche à billets » : selon un économiste birman la masse monétaire a été multiplié par dix entre 1997 et aujourd’hui.

12A Rangoon, rue Pansodan, devant le bureau officiel chargé de délivrer les passeports, des centaines de jeunes Birmans se pressent, formulaires à la main, devant les grilles du bureau afin d’obtenir leur document de voyage. « Ils veulent aller travailler à l’étranger, en Malaisie, en Thaïlande ou au Moyen Orient. Ils doivent payer entre trois et six mois de salaire les services de l’agence de placement, mais ils préfèrent le faire plutôt que de continuer à vivre ici », explique un journaliste birman.

13Ceux qui partent à l’étranger sont généralement de jeunes célibataires qui veulent accumuler un capital afin de pouvoir monter une petite affaire. Ils reviennent donc souvent au pays après quelques années, mais, indique un expert des Nations Unies, « fréquemment avec le sida ». Le gouvernement ne reconnaît pas ce phénomène de migration et aucun chiffre officiel n’est disponible. Selon une estimation du même expert, environ 200 000 Birmans et Birmanes quitteraient légalement le territoire pour trouver du travail à l’étranger, sans compter les dizaines de milliers de départs clandestins, notamment vers la Thaïlande.

14Autres conséquences sociales de la paupérisation : l’augmentation de la prostitution au sein des nombreux salons de coiffures, massages et karaokés de Rangoon, mais aussi celle du travail des enfants. « Dans les ateliers et les magasins, vous trouverez beaucoup d’enfants âgés de 10, 12 ou 15 ans. C’est illégal, mais c’est moins cher pour l’employeur. Et les enfants doivent travailler pour aider leur famille », indique le directeur d’un mensuel économique.

15Toutefois, la détérioration économique générale n’affecte pas, de la même façon, toutes les couches de la population. La prolifération d’écoles maternelles privées – coût : 2 800 euros par trimestre par enfant – dans l’ancienne capitale et les centaines de coquettes maisons de banlieue témoignent de l’enrichissement d’une partie de la population. « Du fait de la faiblesse des investissements étrangers, il n’y a pas à proprement parler de classe moyenne. Mais il y a des très riches et des pauvres. Dans les rues, on voit quelques Lexus et une majorité de vieilles voitures. C’est assez représentatif de la société », explique Charles Petrie, directeur du Programme des Nations Unies pour le développement à Rangoon. Selon une étude de l’ONU, 90 % des gens se contentent d’un maximum de 310 000 kyats par an (170 euros). Un rapport du Pnud estime que 10 % des Birmans vivent en dessous de la ligne de pauvreté alimentaire, c'est-à-dire qu’ils ne peuvent pas diversifier suffisamment leur régime alimentaire pour atteindre le niveau minimal de calories.

16Des habitants des cités-satellites aux bonzes dans leurs pagodes, beaucoup de Birmans ont vu la vidéo ou, à tout le moins, entendu parler des noces extravagantes et dispendieuses de la fille de Than Shwe l’an dernier. « Une élite très riche, liée au pouvoir à la corruption, émerge. Du temps de Ne Win, il y avait encore une certaine retenue, un semblant d’idéologie. Actuellement, on voit une prolifération de belles voitures, de femmes qui arborent leurs bijoux… Un étalement sans honte aucune de l’argent volé », raconte une résidente de longue date.

17Les habitants ne comprennent pas non plus la nécessité d’investir des milliards de dollars dans la construction de la nouvelle capitale Naypyidaw, dans le centre du pays. Ils savent aussi que les exportations de gaz naturel ont rapporté environ 1,5 milliard d’euros en 2006. « Une partie de l’élite des militaires, non seulement ceux qui sont en service actif, mais aussi ceux de l’administration, s’enrichit. L’ensemble du système est corrompu et l’argent remonte vers les plus hauts échelons, ce qui engendre un sentiment d’injustice », dit le directeur de l’ONG cité plus haut. Cette disparité, croissante et plus visible, ne peut qu’accroître les tensions.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site