Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2008 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Enquêtes

L’ancienne Indochine, maillon renforcé de l’influence chinoise

Paru dans Fase no 6 Vol II de juin 2007

Texte intégral

1Saï, la quarantaine, et sa femme tiennent un petit café anonyme à Phnom Penh, non loin du Marché central. Au petit matin, avant de se rendre à l’école, leurs fils leur donnent un coup de main. Le soir, les enfants plient tables et chaises, les rentrent, arrosent au jet d’eau la terrasse. Cette famille vietnamienne vit chichement car le café rapporte peu. Maçon de formation, Saï fait également les chantiers, même quand il lui faut aller passer deux ou trois mois à l’autre bout du Cambodge. En 2005, il a travaillé six mois sur un chantier à Sisophon, non loin de la frontière thaïlandaise.

2L’année précédente, pour enterrer dignement sa belle-mère, il avait été contraint de vendre son petit logis acheté une dizaine d’années auparavant, lors du boom qui avait accompagné la présence des « bérets bleus » de l’ONU. A l’époque, son café ne désemplissait pas : des dizaines de milliers de Vietnamiens – ouvriers, gens à tout faire, prostituées – avaient débarqué dans la capitale cambodgienne. La manne s’étant brutalement dissipée fin 1993, avec le retrait de l’ONU, ce monde avait progressivement regagné le delta du Mékong faute d’emploi ou de clientèle. Les petites affaires de Saï s’étaient effondrées.

3Saï ne s’est pas découragé. Il a envoyé son second fils au Viêt Nam, auprès de sa grand-mère paternelle. Comme l’école publique cambodgienne est médiocre et que l’école vietnamienne n’existe pas à Phnom Penh — seuls des cours privés de langue, de piètre qualité, sont proposés — Saï a inscrit son aîné et son cadet dans une école chinoise. Aujourd’hui, Saï se saigne pour leur offrir la meilleure instruction à portée de main.

4Ces écoles chinoises, avec bourses d’études à la clé en Chine, se sont multipliées ces dernières années. Leurs minibus de ramassage scolaire sillonnent les rues de la capitale cambodgienne. Elles bénéficient de l’assistance de Pékin : aide à la construction, détachement d’enseignants et livraison de manuels de qualité édités en Chine. Le nombre des Cambodgiens d’origine chinoise est évalué à plus de trois cent mille. Même des Vietnamiens, comme Saï, envoient leurs enfants dans ces écoles, s’ils en ont les moyens.

5L’assistance fournie au réseau scolaire chinois au Cambodge n’est que l’une des facettes des efforts accomplis par Pékin, surtout depuis le tournant du siècle, pour reprendre pied dans les trois Etats d’Indochine. Dans les provinces septentrionales laotiennes d’Oudômxai et de Louang Namtha, limitrophes du Yunnan, les Chinois encouragent, sous différentes formes, les cultures dont leur marché a besoin : maïs, sucre de canne, manioc, bananes, caoutchouc. En 2005, des investisseurs chinois se sont engagés à acheter, pendant quinze ans, des récoltes de cannes à sucre et de manioc à Oudômxai. Des entrepreneurs chinois investissent également dans les plantations d’hévéas jusque dans la plaine de Vientiane.

6Cet effort inclut des contributions à la restauration ou à la création d’infrastructures routières, aux expertises agricole et commerciale, à l’achat de semences et d’outils. Il s’agit d’une somme de petits investissements, dont les montants n’ont donc pas besoin d’une approbation du gouvernement central, ce qui permet d’éviter à la fois les lenteurs de la bureaucratie et d’apparaître dans les comptes de l’Etat. Une toile d’araignée identique est envisagée dans le domaine de l’exploitation des ressources minières. Dans le nord laotien, le yuan chinois fait déjà concurrence au kip, la monnaie laotienne.

7Pays de loin le plus dynamique, le plus peuplé et le plus turbulent — au moins aux yeux de Pékin — le Viêt Nam reste au cœur des préoccupations chinoises. Avec l’expulsion, en 1978-1979, de centaines de milliers de Hoa — Vietnamiens d’origine chinoise — Pékin a perdu en partie son principal point d’appui chez ce voisin avec lequel le divorce a duré vingt ans. Mais, depuis sa reprise en 1991, le commerce entre les deux pays augmente de 40 % chaque année. D’une vingtaine de millions d’euros seulement à cette date, il a franchi la barre des sept milliards d’euros en 2005 et pourrait atteindre les douze milliards en 2010.

8La balance commerciale est de plus en plus favorable à la Chine – d’environ 1,5 milliard d’euros pendant le premier semestre de 2006 – car le Viêt Nam exporte, avant tout, des matières premières (charbon, caoutchouc, pétrole brut) alors que la Chine commence à inonder son voisin de produits à plus grande valeur ajoutée (engrais, médicaments, essence, motocyclettes, produits d’équipement). En outre, les Chinois forment le plus important groupe de visiteurs et de touristes au Viêt Nam.

9L’influence chinoise est sans doute la plus perceptible au Cambodge. Des dizaines de milliers de Chinois s’y ont installés ces dernières années. Leurs activités vont des plantations (pâte à papier) à la réfection de la route qui rejoint le Laos, avec l’ambition ultime de créer un lien avec le Yunnan. D’un montant de plus de deux cent vingt millions d’euros, le projet chinois de barrage hydroélectrique de Kamchay, dont les conditions préférentielles ont été acceptées par l’Assemblée nationale cambodgienne en juillet 2006, représente l’investissement étranger le plus important au Cambodge. Les journaux de langue chinoise, pressés par l’ambassade chinoise à Phnom Penh de s’aligner sur Pékin, tirent déjà à plusieurs milliers d’exemplaires.

10Surtout, avec l’avantage d’être pratiquement dénuée de conditions, l’aide chinoise au royaume est devenue l’équivalent de celle offerte chaque année par les pays et organismes donateurs, soit près d’un demi-milliard d’euros. La Chine finance la construction d’un nouveau siège du Conseil des ministres à Phnom Penh. Elle commence à fournir une assistance militaire. Et les investisseurs chinois paraissent libres de négocier, à leur manière, des traitements préférentiels.

11Au Cambodge, comme au Viêt Nam ou au Laos, les objectifs de Pékin sont stratégiques. Il s’agit d’obtenir un accès au Golfe de Siam et, ainsi, de renforcer les revendications de la Chine sur les eaux qui entourent les archipels des Paracels et des Spratleys en Mer de Chine du Sud — une souveraineté disputée notamment par le Viêt Nam. Ces eaux sont riches en hydrocarbures. Ce serait également le cas des eaux territoriales cambodgiennes, où l’Américain Chevron a déjà découvert du pétrole brut et qui sont également explorées par Mitsui et Caltex. Le Chinois CNOOC négocie, de son côté, les conditions, apparemment avantageuses, d’une prospection on-shore et off-shore.

12A l’exception du régime pro-américain de Lon Nol (1970-1975) et de celui mis en place sous occupation militaire vietnamienne (1979-1991), la Chine a soutenu tous les gouvernements cambodgiens, de Sihanouk autrefois aux Khmers rouges de Pol Pot (1975-1979) et, depuis une demi-douzaine d’années au moins, Hun Sen. Jiang Zemin, le prédécesseur du président Hu Jintao, y a été reçu en novembre 2000 et le premier ministre Wen Jiabao s’y est rendu en avril 2006. Le Cambodge est conçu à Pékin comme une tête de pont dans une péninsule indochinoise qui inclut la Thaïlande.

13L’un des objectifs est de tenir en laisse les Vietnamiens, jugés plus rétifs mais qui représentent 80 % de la population de l’ancienne Indochine française. En dépit du désaccord sur les frontières maritimes, les relations sino-vietnamiennes se sont apaisées ces dernières années. La Chine est engagée dans un processus de libre-échangisme avec l’Asean, dont le Viêt Nam est membre depuis 1995. Les échanges commerciaux entre l’Asean et la Chine sont passés de 1,6 milliard d’euros en 1980 à une centaine de milliards d’euros en 2005. Selon Pékin, ces échanges pourraient franchir le cap des 160 milliards d’euros en 2010. Les pays de l’Asean ont investi en Chine plus de 30 milliards d’euros ces deux dernières décennies.

14Comme les investissements chinois dans le reste de l’Asie du Sud-Est sont beaucoup plus modestes (quelque 120 millions d’euros en 2005, contre 2,5 milliards d’euros investis par l’Asean en Chine), Wen Jiabao a annoncé une assistance de près de quatre milliards d’euros aux investissements chinois dans l’Asean lors du sommet Asean-Chine, dont il a été l’hôte les 30 et 31 octobre à Nanning. Cette manifestation a sans doute pâti de la publicité faite à la réception, les 4 et 5 novembre à Pékin, de quarante chefs d’Etat ou de gouvernement africains par Hu Jintao, une première dans le genre. C’est pourtant à Nanning qu’a été annoncé le contrat de l’année : vingt milliards d’euros pour l’importation par la Chine, pendant vingt-cinq ans, de gaz liquéfié de Malaisie. Les Chinois ont également approuvé un investissement de 800 millions d’euros dans une mine de nickel dans le sud philippin et le financement (trois cents millions d’euros) d’une voie ferrée entre Manille et la zone industrielle de Clark, située à une cinquantaine de kilomètres au nord de la capitale philippine.

15« Percevoir la Chine comme une menace a été une erreur ; nous l’avons toujours considérée comme une opportunité », en a conclu le premier ministre malaisien Abdullah Badawi. S’en félicitant, la présidente Gloria Macapagal Arroyo a estimé que la création d’une zone de libre échange entre la Chine et l’Asean, à l’horizon 2010, contribuerait à réduire la « dépendance » de l’Asie du Sud-Est « à l’égard des marchés occidentaux ».

16Si le Sud-Est asiatique est évalué, à Pékin, comme un pré-carré chinois potentiel, l’ensemble indochinois en forme un élément essentiel. Le président Hu Jintao a été, en novembre 2005, le premier chef d’Etat étranger à s’exprimer devant l’Assemblée nationale vietnamienne. Un an plus tard, il a profité de la tenue à Hanoï du sommet de l’Apec pour y effectuer une visite d’Etat, à l’instar de George Bush. Pékin conçoit Hanoï comme le relais, difficile mais indispensable, de sa percée en Asie du Sud-Est.

17La poussée récente des investissements étrangers dans le nord du Viêt Nam, quelles que soient leurs origines, est liée à l’établissement d’un couloir reliant la région chinoise de Kunming à Hanoï, au port industriel de Haïphong et à la zone touristique de Quang Ninh, où se trouve la baie d’Along. Comme au Laos, l’imbrication économique commence sur la frontière chinoise pour se poursuivre, dans l’ensemble de la région, sous la forme d’une peau de léopard dont les taches sont liées aux opportunités.

18Aux yeux de la Chine, l’Indochine fait davantage figure de maillon que de tremplin dans la pénétration de sa zone immédiate et cruciale d’influence : matières premières, voies de communication terrestres et maritimes, contrepoids éventuels face à l’Occident, le Japon ou même la Russie. Il s’agit donc de maintenir le Viêt Nam dans le pli et de renforcer des positions au Laos et au Cambodge. La pénétration tous azimuts s’inscrit dans le long terme d’une renaissance. Elle est le pendant d’autres orientations : de la consolidation de la présence chinoise en Birmanie/Myanmar et de la réorientation du développement interne « vers l’ouest », partie la plus défavorisée de l’ancien Empire du Milieu.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter

Volume papier

amazon.fr