Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2008 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Enquêtes

Stratégies régionales sur terrains meubles

Paru dans Fase no 10 Vol II d’octobre 2007

Texte intégral

1« Malabar 07-2 ». Tel est le nom de code de manœuvres maritimes et aériennes menées, début septembre, par l’Inde et les Etats-Unis. L’exercice n’est pas nouveau, c’est même le septième du genre. Cependant, pour la première fois, ces manœuvres se sont déroulées non sur la côte occidentale de l’Inde mais dans le Golfe de Bengale. Elles ont réuni des effectifs records : vingt-cinq bâtiments, dont trois porte-avions (deux américains et un indien) ainsi qu’un sous-marin à propulsion nucléaire. L’Australie, le Japon et Singapour y ont été associés.

2Deux semaines auparavant, une « Mission de paix 7 » avait impliqué en Sibérie quelque 6.500 soldats des Etats membres de la Shanghaï Cooperation Organization (Sco) fondée en 2001 avec pour objectif avoué, à l’origine, de combattre le terrorisme. Ces manœuvres, auxquelles ont été associés les quatre Etats d’Asie centrale membres de la Sco, ont été dominées par les contingents russe et chinois, avec leurs blindés, parachutistes et chasseurs-bombardiers.

3Nouvelle bipolarité près de deux décennies après la fin de la Guerre froide ? Non, a rétorqué Vladimir Poutine : créée en 2001 à l’initiative de Pékin, la Sco n’est pas une alliance, contrairement à l’Otan, et la comparaison est « impropre dans le fond comme sur la forme ». Les Indiens, de leur côté, nient que la Chine soit visée par les manœuvres dans le Golfe du Bengale. Amorcé voilà quelques années, leur rapprochement stratégique avec les Etats-Unis, disent-ils, n’a rien à voir avec les fondations d’une « Otan asiatique » s’appuyant également sur l’Australie et le Japon, deux alliés de Washington.

4Evoquer l’émergence de deux nouveaux blocs est donc déclaré prématuré. De nombreux Etats de moindre influence, notamment en Asie du Sud-Est, n’en éprouvent pas moins une gêne et demeurent sur la réserve. C’est le cas, entre autres, de la Corée du Sud, de l’Indonésie, de la Malaisie et du Viêt Nam. L’équation est, en effet, très complexe : elle englobe les luttes d’influence et les intérêts économiques, à commencer par ceux des marchands de canons. Surtout, la lutte la plus vive concerne l’accès aux ressources indispensables à l’alimentation d’une forte croissance économique.

5L’économie chinoise est beaucoup plus intégrée dans le système mondial que celle de la Russie. La Chine est récemment devenue le premier partenaire commercial du Japon, devant les Etats-Unis. L’existence de liens militaires fort étroits entre Séoul et Washington n’a pas empêché la Chine de devenir également le premier partenaire commercial de la Corée du Sud. Mais ces liens n’en demeurent pas moins solides et durables.

6Cette complexité a été entretenue par le brouillard qui a enveloppé, début septembre à Sydney, le sommet de l’APEC (Asia-Pacific Economic Cooperation). Pour un raison évidente : les canards boiteux y ont été plutôt nombreux. George Bush était alors occupé à transférer le bourbier irakien à son successeur à la Maison blanche, quel qu’il soit. Sa proposition de rapatrier vingt mille Gis, d’ici à la mi-2008, revient à rappeler l’équivalent des renforts dépêchés sur place au début de l’année en cours. Bush a renoncé, sans le dire, à l’ambition affichée de gagner la guerre. Sans évoquer l’éventualité d’une attaque contre l’Iran — aux effets incalculables pour le moment — la rude tâche de sortir l’Amérique du conflit irakien sera la responsabilité du prochain pensionnaire de la Maison blanche, lequel sera élu en novembre 2008.

7L’hôte du sommet, John Howard, a un tel retard dans les sondages qu’il risque fort de perdre les élections prévues en Australie en fin d’année. A bout de souffle à domicile, Shinzo Abe a jeté le gant quelques jours après son passage à Sydney. Le mandat du président sud-coréen Roh Moo-Hyun prend fin début 2008. Celui du général Surayud Chulanont, nommé premier ministre par une junte thaïlandaise après le coup d’Etat du 19 septembre 2006, se terminera également avec la tenue d’élections générales, en décembre 2007 ou au début de 2008. Quelles équipes leur succèderont ? Le seul qui semble armé pour organiser lui-même sa succession est Vladimir Poutine, dont la présidence prend fin en mars 2008.

8Mais la gestation des alliances et des intérêts ne dépend pas que de l’émergence de nouveaux dirigeants dans les deux années à venir. L’époque où l’Inde signait un pacte d’amitié et de coopération avec l’ancienne Union soviétique semble antédiluvienne. C’était en 1971. Trente ans plus tard, New Delhi et Washington ont engagé un « partenariat stratégique ». Aujourd’hui, l’Inde achète plus de la moitié des armes exportées par Israël : de 2002 à 2006, plus d’un milliard d’euros d’achats sur un total d’environ deux milliards d’euros exportés. De leur côté, les Etats-Unis sont en passe de devenir le premier fournisseur d’armes à l’Inde, qui prévoit l’achat, de 2007 à 2012, pour plus de vingt milliards d’euros d’équipement militaire. Le tiers au moins de cette somme devrait être attribuée à l’acquisition de 126 chasseurs-bombardiers et les fabricants américains semblent bien placés pour décrocher le contrat. L’Inde devient ainsi le premier acheteur d’armes sur le marché international.

9Dans un tel contexte, il ne peut s’agir seulement que de bonnes affaires. Malgré les dénégations, les manœuvres conjointes « Malabar 07-2 » ont constitué, effectivement, de la part de New Delhi, un message à une Chine qui continue, de son côté, de s’armer activement. Le réchauffement récent des relations sino-indiennes, souligné par les deux accords signés en 2005 (frontalier et de coopération économique), n’empêche pas New Delhi de s’inquiéter de l’accès de la flotte chinoise aux mers tropicales par l’intermédiaire de ports concédés par des partenaires comme le Pakistan, la Birmanie/Myanmar ou même le Cambodge.

10Le rapprochement américano-indien avance vite, y compris dans le domaine de la coopération militaire, à telle enseigne que l’Inde risque de devenir dépendante de ses fournisseurs américains et israéliens, dont les technologies sont identiques. L’Inde et les Etats-Unis parlent désormais d’« inter opérabilité » militaire, autrement dit de l’adaptation du personnel de chacune des deux armées à l’équipement de l’autre.

11En mai dernier, Pékin a protesté contre des négociations engagées à Manille entre l’Inde, le Japon, les Etats-Unis et l’Australie. Les Chinois sont préoccupés par le rapprochement stratégique entre New Delhi et Washington, notamment la négociation avancée d’un accord de coopération nucléaire entre les deux capitales. Pékin dénonce des relents de « Guerre froide ». L’une des ripostes est de donner davantage de corps à la Sco, cadre d’un nouveau partenariat avec le traditionnel concurrent russe.

12En 2005, des manœuvres militaires sino-russes ont été centrées sur un débarquement de troupes à bord de transports amphibies, un thème au cœur des préoccupations chinoises (Taïwan) et non des autres membres de la Sco, lesquels, à l’exception de la Russie, sont des Etats enclavés d’Asie centrale.

13Le risque de voir Moscou se laisser entraîner sur ce type de pente chinoise demeure toutefois limité. En revanche, la Sco, qui se structure rapidement, manifeste une réelle ambition de devenir un « Club des énergies ». Les membres actuels de ce club contrôlent déjà 20 % des réserves mondiales en hydrocarbures et cette part augmenterait sensiblement en cas d’admission de l’Iran, qui bénéficie déjà du statut d’observateur. Or nourrir la forte croissance de l’Asie de l’Est représente, sur le plan énergétique, un vaste marché pour Moscou, dont le potentiel est énorme. La concurrence sino-américaine continue de se renforcer dans le domaine de l’accès aux hydrocarbures.

14Poutine et Bush ne se sont pas contentés d’évoquer, à Sydney, leur différend concernant l’installation de missiles de défense en Europe de l’Est. Le nationalisme pour le moins dynamique affiché par le premier concerne également le continent asiatique.

15Sur ce plan-là, l’escale de Poutine à Jakarta, sur le chemin de Sydney, est beaucoup plus qu’un symbole. Il y a supervisé non seulement la vente, pour 850 millions d’euros, d’armes russes (sous-marins, blindés, hélicoptères) mais aussi la signature d’accords couvrant investissements, finances, environnement et lutte contre le terrorisme.

16Après plus de trois décennies d’absence, cette visite a également marqué le grand retour de la Russie en Indonésie et en Asie du Sud-Est. Moscou veut avoir accès aux ressources de la région. La Russie souhaite participer aux sommets de l’Asie de l’Est, auxquels sont déjà conviés l’Inde, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. A Sydney, Poutine a annoncé que Vladivostok posait sa candidature en vue d’accueillir, en 2012, le sommet de l’Apec. La Russie entend utiliser ses réserves d’énergies et les capacités de ses usines d’armements pour renforcer son influence en Asie de l’Est. Des lignes généreuses de crédit, comme celles offertes à Jakarta, ne peuvent que faciliter le développement.

17Les frontières n’en sont pas moins brouillées. Jakarta demeure tributaire des Etats-Unis et de l’Australie dans sa lutte contre les réseaux terroristes régionaux mais c’est avec la Chine que l’Indonésie a signé un accord de défense en 2005.

18Tout en restant proche de Washington, Bangkok a accueilli favorablement une proposition chinoise de creuser un canal dans l’isthme de Kra, dans le sud du royaume, lequel permettrait notamment aux navires chinois d’éviter d’utiliser le détroit de Malacca dans leurs périples entre l’Océan indien et la Mer de Chine du Sud. L’Australie est pour le moins consternée de voir la marine de son grand voisin indonésien se doter de sous-marins russes.

19Le Pacifique n’est plus le « lac américain » qu’il a été pendant six décennies, ainsi que le constate Robert Kaplan dans l’International Herald Tribune du 22 septembre. L’Océan indien l’est encore moins. L’intérêt croissant de la Russie, la montée en puissance des flottes chinoise et indienne, les équipements dont se dotent des pays de moindre importance comme l’Indonésie ou la Malaisie contribuent à contraindre l’Amérique et ses alliés du moment — l’Australie et le Japon — non seulement à réagir mais aussi à composer. Kaplan en conclut que l’intervention américaine en Irak « a précipité l’arrivée du Siècle de l’Asie ». C’est probable. Mais le terrain demeure meuble et les alignements – ou réalignements – à venir sont loin de se dessiner. Chacun avance ses pions et la partie d’échec ne fait que commencer.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter

Volume papier

amazon.fr