Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2008 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Enquêtes

Le lent éveil de la région aux dangers du réchauffement climatique

Paru dans Fase no 10 vol II d’octobre 2007

Testo integrale

1Les conséquences du réchauffement climatique sont d’ores et déjà fortement ressenties dans les pays d’Asie du Sud-Est. Certaines des catastrophes écologiques qui ont frappé l’archipel indonésien en 2006 sont liées à ce phénomène, telles les inondations qui ont affecté Jakarta en février. Une étude du Bureau sud-est asiatique d’analyse des changements climatiques (SEA-Start) a montré qu’en Thaïlande, le nombre d’événements climatiques extrêmes – inondations et sécheresses – avait fortement augmenté ces 25 dernières années par rapport au quart de siècle précédent. Les inondations contribuent à l’érosion du sol et au nettoyage des substances nutritives, ce qui affecte les rendements agricoles. Chercheur de l’université de Khon Kaen, dans le Nord-Est de la Thaïlande, Vichien Kerdsuk a démontré qu’entre 1994 et 2005, la production du riz parfumé avait chuté de 45,5 % à cause des sécheresses et, dans une moindre mesure, des inondations.

2La majorité des quelque 550 millions d’habitants de la région vivent dans des deltas proches du niveau de la mer ou sur des îles qui pourraient être inondées en cas de montée des eaux. Dix-sept millions de personnes vivent, par exemple, dans le delta du Mékong. Son immersion aurait des conséquences sévères sur la sécurité alimentaire de la région car 70 % de la production de fruits du Viêt Nam, 90 % de celle de son riz destiné à l’exportation et 55 % de son aquaculture s’effectuent dans ce delta.

3Des menaces pèsent aussi sur les centres urbains. Une augmentation de 50 centimètres du niveau de la mer submergerait 55 % de Bangkok. En Indonésie, l’intrusion de l’eau salée à l’intérieur des terres a commencé à Jakarta, à Surabaya et à Semarang, affectant la qualité de la nappe phréatique. Une élévation d’un mètre du niveau de la mer inonderait 405 000 hectares de terrains côtiers de l’archipel et engloutirait plusieurs petites îles.

4Le réchauffement climatique favorise également l’émergence de certaines maladies. L’OMS le considère ainsi comme l’une des causes de la très forte augmentation de cas de dengue en Asie du Sud-est en 2007.

5Les gouvernements de la région sont conscients de ces menaces et font régulièrement des déclarations sur la nécessité d’une utilisation plus efficace de l’énergie ou sur le recours aux énergies renouvelables. Mais, jusqu’à présent, la lutte contre le réchauffement climatique reste surtout rhétorique. Par rapport aux années 90, le mode d’utilisation de l’énergie n’a pas fondamentalement changé.

6A l’exception de l’Indonésie, l’Asie du Sud-Est, il est vrai, est et restera dans les prochaines décennies un contributeur relativement secondaire à l’émission de gaz à effet de serre. Selon l’Aperc (Centre de Recherche Asie-Pacifique, organisme placé sous l’égide de l’Apec), la région aura, en 2030, un taux annuel d’émission de dioxyde de carbone de 4,2 tonnes par tête, contre 6,7 tonnes pour la Chine, 10,8 tonnes pour le Japon et 23 tonnes pour les Etats-Unis. Mais l’augmentation de ces émissions n’en est pas moins rapide : d’ici à 2030, celles provenant de la production et de la consommation d’énergie doivent s’accroître de 400 %. Un rapport publié en mars par la Banque mondiale et le gouvernement britannique sous le titre Indonesia and Climate Change a constaté que l’Indonésie était devenu le troisième émetteur de gaz à effet de serre de la planète, derrière les Etats-Unis et la Chine.

7Dans l’archipel indonésien, la déforestation et les feux de forêts, très présents à Sumatra et à Kalimantan, sont les principaux facteurs d’aggravation du réchauffement climatique. Selon le rapport cité plus haut, les émissions de gaz à effet de serre causés par ces deux phénomènes en Indonésie sont cinq fois supérieures à celles qui ne sont pas liées aux forêts. Chaque année, une surface forestière équivalente à la superficie de la Belgique est abattue à des fins commerciales ou brûlée pour laisser place à des plantations de palmiers à huile, principale source de production de biodiesel. « Nous sommes au bord d’un désastre écologique, car la destruction de l’environnement est omniprésente dans le pays », déplore Muhammad Chadli, directeur de l’ONG Walhi. Les Etats malaisiens de Sabah et de Sarawak connaissent une situation similaire.

8En Thaïlande, il est, en théorie, interdit de couper des arbres depuis 1989, mais le « changement d’affectation des sols » - essentiellement, la déforestation – est quand même responsable de 6 % des émissions de gaz à effet de serre. Ce sont toutefois les rejets des véhicules qui constituent le principal contributeur au réchauffement climatique. A elle seule, Bangkok et ses 5,5 millions de véhicules produisent un quart des 344 millions de tonnes de dioxyde de carbone émis dans le pays. L’agriculture du royaume génère, quant à elle, 24 % des émissions de CO2. Les rizières laissées en jachère pendant l’intersaison produisent également des quantités importantes de méthane, autre gaz à effet de serre.

9La mobilisation des gouvernements ne semble pas à la hauteur de la gravité du problème. A l’exception du Laos et de Brunei, les pays de l’Asean ont ratifié le protocole de Kyoto qui vise à combattre le réchauffement climatique et aux termes duquel les pays développés doivent ramener leur niveau d’émission à un niveau de 5,2 % inférieur à celui de 1990. Le Protocole ne fixe par contre aucun objectif aux pays en développement.

10Une conférence doit se tenir en décembre à Bali, sous l’égide de l’ONU, pour fixer les orientations de la phase « post-Kyoto ». Mais les pays de la région ont montré peu d’enthousiasme pour les « mécanismes de développement propre » (MDP), dispositif mis en place par le protocole de Kyoto. Selon ce mécanisme, les pays développés peuvent acquérir le droit d’émettre certains volumes de gaz carbonique en achetant des « crédits carbone » à des entreprises de pays en voie de développement qui lancent des projets visant à limiter les émissions de gaz à effet de serre. Cela permet aux pays développés de maintenir leur production industrielle tout en respectant leurs obligations vis-à-vis du protocole de Kyoto. Ces « crédits carbone » sont échangés sur le marché mondial comme le seraient des titres boursiers.

1160 % des « crédits carbones » dans le monde sont accaparés par l’Inde et la Chine alors que l’Asie du Sud-Est n’en contrôle que 12 %. Bien qu’elle étudie le processus depuis plusieurs années, la Thaïlande n’a que sept mécanismes de développement propre, lesquels concernent tous l’utilisation de la biomasse : par exemple les cannes à sucre rejetées par les usines sont brûlées pour alimenter une petite centrale électrique dont la production est revendue à l’Egat, l’agence d’électricité thaïlandaise. « Les autorités thaïlandaises pensent que les investisseurs européens vont venir exploiter leur pays. Elles sont très prudentes pour des raisons politiques et culturelles. En fait, les MDP sont un échange gagnant pour toutes les parties. Le secteur privé l’a reconnu depuis longtemps », constate un expert européen. Force est toutefois de constater que l’attractivité des MDP pour les pays en développement s’est amoindrie avec la chute du prix de la tonne de CO2 sur le marché européen : de plus de 22 euros début 2006 à un euro actuellement.

12Mêmes réticences en Indonésie. Le président Susilo Bambang Yudhoyono a souhaité transformer neuf millions d’hectares de forêt tropicale en plantations de palmiers à huile en Papouasie occidentale, afin de créer 3,5 millions d’emplois. Le gouverneur de la province d’Irian Jaya oriental (l’une des trois provinces de Papouasie occidentale), Barnabas Suebu, a résisté aux injonctions présidentielles avec l’intention de préserver la couverture forestière sur la moitié de cette superficie. Il compte ainsi vendre des « crédits carbone » à des investisseurs européens et américains. Actuellement, les mécanismes de développement propre ne portent que sur la reforestation et non pas sur la préservation de la forêt. Mais la conférence de Bali doit élargir l’éventail du dispositif. Barnabas Suebu veut que sa province soit payée pour ne pas couper ses arbres, au grand dam des propriétaires de plantations.

13L’administration municipale de Bangkok s’est récemment engagée dans la lutte contre le réchauffement climatique. Selon le SEA-Start, la température moyenne à Bangkok a augmenté de deux degrés pendant les quarante dernières années. De retour d’une réunion à New York rassemblant les maires des 40 plus importantes villes du monde, le gouverneur de Bangkok Apirak Khosayodin s’est engagé en mai dernier à ce que les émissions de gaz de dioxyde de carbone soient réduites de 15 % d’ici à 2012. L’objectif doit être atteint grâce à une série de programmes allant de la plantation d’arbres au réaménagement des bâtiments de la ville en termes d’éclairage et de climatiseurs pour éviter le gaspillage d’énergie.

14Pour l’instant, les mesures prises sont essentiellement symboliques : les lampes incandescentes des bâtiments de l’administration municipale ont été remplacées par des lampes fluorescentes qui consomment moins d’électricité. Un programme est lancé dans les écoles de la ville pour inciter les élèves à collecter l’huile de cuisine usagée pour produire du biodiesel. Certains considèrent que ces programmes sont dérisoires, mais ils témoignent néanmoins d’une prise de conscience du réchauffement climatique. « Certains nous critiquent. Mais si l’on ne fait rien, les émissions de gaz seront plus élevées. Nous devons faire quelque chose et le faire rapidement », dit Chalika Noonin du département Environnement de l’administration municipale de Bangkok (BMA).

15Néanmoins, pour beaucoup de Thaïlandais qui vivent en milieu rural, les priorités en terme d’action pour l’environnement sont la gestion des déchets et la lutte contre la pollution de l’eau et des sols, et non la lutte contre le réchauffement climatique, d’après une ONG thaïlandaise spécialisée dans le développement. La sensibilisation de ces populations au réchauffement climatique reste à faire. Ainsi, l’opposition actuelle de la population thaïlandaise aux centrales à charbon provient des impacts très négatifs, dans les années 1990, de la centrale de Ban Pu sur la pollution de l’air au niveau local et ses conséquences sur la santé, mais n’est pas motivée par les fortes émissions de CO2 des centrales à charbon.

16Les pays de la région n’intègrent que marginalement le facteur du réchauffement climatique dans leur politique énergétique. Le Viêt Nam, dont la production d’énergie est basée à 40 % sur l’hydraulique et à 40 % sur le gaz naturel, envisage ainsi de réorienter la production sur les centrales au charbon (50 %) d’ici à 2020. Ces centrales sont les plus grosses émettrices de dioxyde de carbone. Malgré l’opposition tenace de la population, la Thaïlande veut aussi construire de nouvelles centrales au charbon d’ici à 2021 pour ajouter 2,8 Gigawatts d’électricité à sa capacité de production.

17De plus en plus de pays envisagent néanmoins l’option nucléaire – plus chère, mais dénuée d’émissions de gaz à effet de serre - pour diversifier leurs sources d’énergie. L’Indonésie, qui dispose de réacteurs nucléaires de recherche depuis 1965, est la plus avancée dans ce processus. Elle envisage la construction de 4 à 6 centrales nucléaires sur la péninsule de Muria à Java-Est. La première doit être mise en service en 2016. Le Viêt Nam, dont la consommation d’électricité croît au rythme effréné de 15 à 20 % par an, souhaite que 4,7 % de sa production d’électricité provienne de centrales nucléaires. La première devrait être mise en service en 2015. La Thaïlande a décidé en juin 2007 de construire d’ici à 2021 deux centrales nucléaires. Les Philippines souhaitent également rouvrir le dossier malgré leur expérience très négative : elles viennent de finir de payer leur seule centrale nucléaire, dont la construction a débuté dans les années 70, mais qui n’a jamais fonctionné car elle se trouve sur une ligne de faille.

18Ce n’est toutefois pas la volonté de lutter contre le réchauffement climatique qui dicte ces stratégies énergétiques. L’équation énergétique a pour paramètres prioritaires le soutien à la croissance économique, une dépendance par rapport aux importations énergétiques acceptable politiquement et économiquement, la sécurité des approvisionnements et un coût de l’énergie compétitif. La lutte contre le réchauffement climatique ne vient qu’après tous ces impératifs. « L’un des moyens d’équilibrer l’offre et la demande d’électricité est de réduire la demande [par des programmes d’économie d’énergie]. Mais pour les ministères de l’énergie, l’enjeu n’est pas là. En Thaïlande comme au Viêt Nam, ils s’efforcent de répondre à la demande d’électricité pour que la croissance ne soit pas affectée », indique un expert. Il n’existe ainsi, dans la région, aucune société de services pour guider les grandes entreprises dans leurs programmes d’économies d’énergie.

19Lors de la conférence qui se tiendra à Bali du 3 au 14 décembre prochain, des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre vont être définis pour la période allant de 2013 à 2017. Comme l’a indiqué une réunion préparatoire à Vienne en août, le débat sur le financement de la limitation des gaz à effet de serre risque de rebondir. Les pays émergents, Chine en tête, refusent de se voir fixer des objectifs en termes de limitation des émissions de gaz à effet de serre, arguant que la responsabilité du réchauffement actuel est d’abord celle des pays développés.

20D’autres voix s’élèvent pour refuser de faire porter aux pays en développement les coûts des effets du réchauffement climatique. L’ONG britannique Oxfam a publié un rapport, lors de la réunion du G8 de juin 2007, appelant les pays développés à prendre en charge ces coûts. Le défi qui se posera aux participants à la conférence de Bali sera de trouver un moyen d’inclure efficacement les pays en voie de développement aux négociations post-Kyoto. « Il va falloir développer des outils incitatifs pour impliquer les pays en voie de développement en phase d’industrialisation rapide, comme la Chine, le Brésil, la Malaisie et l’Afrique du Sud », estime, pour sa part, l’ONG Greenpeace.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2008

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Accesso esclusivo

open access

Offerto da L’éditeur de ce site