Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2008 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Analyses

Aceh après les élections clopin-clopant

Paru dans Fase no 1 Vol II de janvier 2007

Texte intégral

1Les élections locales du 11 décembre à Aceh s’étaient élaborées dans un brouillard en raison de la multiplicité des candidatures : huit tandems pour les postes de gouverneur et vice-gouverneur de la province ; des candidats indépendants — une première en Indonésie — aux côtés de ceux appuyés par des partis nationaux ; tout autant de tickets dans la vingtaine de villes et de régences de cette province sinistrée de 4,2 millions d’habitants.

2Le brouillard s’est dissipé dès le lendemain du scrutin, avec les projections des résultats de l’Indonesian Survey Circle, auquel le National Democratic Institute de Washington a offert un soutien technique. Dans la compétition pour les postes de gouverneur et de vice-gouverneur, Irwandi Yusuf, l’un des négociateurs, pour le GAM (Gerakan Aceh Merdeka, l’ancienne guérilla indépendantiste) de l’accord de paix du 15 août 2005, et Muhammad Nazar, l’animateur du Sira (l’ancien mouvement en faveur d’un référendum sur le statut de la province) ont facilement franchi, dès le premier tour, le cap nécessaire des 25 % de voix. Il n’y aura pas de second tour en mars. En outre — et c’est important — leurs partisans ont également obtenu la moitié des sièges dans les régences et les villes.

3Ce tandem distance, de loin, celui formé par Humam Hamid et Hasbi Abdullah, candidats soutenus par la direction exilée du GAM, avec l’aide d’un parti national islamiste. Deux sur les six tandems restants ont franchi la barre du pourcentage à deux chiffres et les quatre derniers ont été balayés. La première conclusion du scrutin est frappante : un Acehnais sur deux a voté pour les candidats liés aux anciens mouvements irrédentistes en dépit des avantages dont bénéficiaient ceux appuyés par des partis nationaux, y compris des islamistes.

4Ce résultat a beau avoir surpris beaucoup de monde, il n’en est pas moins logique. Les Acehnais sont, en général, très méfiants à l’égard de Jakarta : l’histoire des soixante dernières années se résume en une succession de promesses jamais tenues par les Javanais. Sans remonter trop loin dans l’histoire de l’irrédentisme acehnais, les trois dernières décennies de répression militaire — et d’exploitation massive des ressources locales au seul profit de Jakarta — suffisent à expliquer un vote qui, par ailleurs, s’est déroulé dans le plus grand calme, avec plus de 75 % de participation. Les Acehnais souhaitent que la paix soit maintenue et que l’autorité centrale se mêle le moins possible de la gestion de leurs affaires.

5En conclure qu’ils ont voté pour le GAM serait une impropriété. Lors de son désarmement fin 2005, l’ancienne guérilla n’a jamais remis qu’un peu plus de 800 armes, pour l’essentiel légères. Avec moins d’un millier de combattants, elle était faible, ses actions controversées, sa direction divisée et sa chaîne de commandement, sur le terrain, peu fiable. Le GAM n’a été, en fait, que l’expression armée de la volonté d’autogestion des élites acehnaises. Si le GAM a proclamé sa neutralité en pleine campagne électorale, les candidats soutenus par les exilés vieillissants de Stockholm ont recueilli moins de deux voix sur dix, soit deux fois moins que le tandem Irwandi-Nazar. Transformer le GAM en parti politique s’annonce une opération bien délicate, sauf si la vieille garde de Stockholm reconnaît qu’elle a fait son temps. Ce qui n’est pas acquis.

6Pour le moment, la balle est dans le camp de Jakarta. A l’image de Kofi Annan, secrétaire général sortant de l’ONU, qui a appelé sur le champ au « respect » des résultats du scrutin, les dirigeants indonésiens ont déclaré qu’ils s’en accommoderaient sans réserves. Même l’amiral Djoko Suyanto, patron des forces armées (les TNI), a approuvé sans ambiguïté un vote suivi par une AMM (Aceh Monitoring Mission) mise en place par l’accord d’Helsinki, à composante fortement européenne et qui a exprimé sa satisfaction, au même titre que les groupes d’observateurs étrangers, avant de se retirer d’Aceh le 15 décembre.

7Les implications du scrutin n’en sont pas moins complexes. Ancien négociateur du GAM, Irwandi, âgé de 46 ans, est un vétérinaire formé aux Etats-Unis dans les années 90 et qui a suivi, à la même époque, « quelque part en Amérique latine », une instruction militaire. Arrêté en 2003 — après l’échec d’une négociation antérieure torpillée par les militaires — et condamné à neuf ans d’internement, il a retrouvé la liberté quand les murs de sa prison ont été emportés par le tsunami du 26 décembre 2004. Il est assez représentatif de la direction du GAM sur le terrain.

8Son colistier, Nazar, 34 ans, a eu son heure de gloire fin 1999 quand, à la suite du référendum au Timor Est, une armée indonésienne démoralisée a songé à décrocher d’Aceh. A l’époque, il aurait sans doute suffi d’un appui ouvert de la direction en exil du GAM pour que le Sira force l’indépendance. Ce qui n’a pas été le cas. Dans la foulée, les militaires ont repris la situation en main avec, au bout du compte, en 2003, une loi martiale décrétée par la présidente Megawati Sukarnoputri. Emprisonné, Nazar n’a été libéré qu’après la signature de l’accord d’Helsinki.

9Le futur gouverneur et son adjoint héritent d’une situation pour le moins difficile. L’accord de paix est le produit de la catastrophe de 2004 : 168 000 morts ou disparus et un demi-million de sans-abri. La paix s’est greffée sur la tragédie et a été encouragée par un très fort élan de générosité qui a contraint Jakarta à ouvrir la province aux étrangers, lesquels ont ainsi découvert une « guerre oubliée ». Depuis, paix et reconstruction sont étroitement liées. Or il faudra encore trois années pour que la première, qui a pris du retard, soit menée à son terme.

10Fin décembre, 45 000 personnes étaient encore logées dans des baraquements provisoires et insalubres. 57 000 habitations ont été construites depuis le séisme et les tsunamis. L’agence en charge de la reconstruction espère pouvoir en ajouter vingt mille autres d’ici à mars et qu’au total, les sinistrés seront recasés dans pas moins de 128 000 constructions neuves fin 2007. L’un des problèmes : beaucoup de maisons neuves ne sont pas encore habitées, faute d’infrastructures (eau, électricité, égouts, école, magasins).

11La population acehnaise a également souffert des centaines de répliques qui ont suivi les tsunamis et ont contribué à entretenir le traumatisme de gens endeuillés, sans compter les destructions et les terrains noyés définitivement sous l’eau. 25 000 familles — les sans-terres ou ceux dont les terrains sont définitivement submergés — ne pourront être relogées.

12La reconstruction n’a pas réglé le problème du chômage : l’une des provinces les plus pauvres d’Indonésie, Aceh n’a pas la capacité d’absorber les quelque cinq milliards d’euros d’aide promise et les ouvriers, faute de qualifications locales, viennent d’ailleurs. Fin décembre, des pluies torrentielles ont provoqué des inondations catastrophiques — trois cent mille personnes temporairement déplacées, plus d’une centaine de morts — ce qui n’arrange rien.

13Il est difficile de préjuger de l’influence que pourra avoir le nouveau gouverneur, issu du camp adverse, sur une administration provinciale rétive et alors que tout le monde se mêle un peu de tout à Aceh. Une partie de l’aide a été détournée et des erreurs ont été commises. Dans quelle mesure Irwandi pourra-t-il contrôler un budget qui a augmenté de plus de 500 % depuis la tragédie des tsunamis ?

14Les candidats islamistes ont eu beau faire piètre figure, une police religieuse incompétente continue de sévir dans la seule province indonésienne où la charia fait loi. Pieux musulmans, la grande majorité des Acehnais sont favorables à la loi islamique. Ils sont, toutefois, hostiles à la version « arabisée », disent-ils, de la charia. Irwandi a déclaré qu’il réglerait « plus tard » le problème. Il reste que le Parlement local a été saisi d’une proposition de loi impliquant que les condamnés pour vol auront la main coupée. Le futur gouverneur devra se méfier de ceux qui vont tenter de le déstabiliser en manipulant l’opinion. A l’origine, au tout début de ce siècle, les militaires avaient fait pression sur le gouvernement central, à Jakarta, en faveur de l’instauration de la charia à Aceh afin d’isoler davantage le GAM, qui était un mouvement indépendantiste et non islamiste.

15Dès le lendemain du scrutin, Irwandi s’est engagé à « respecter » et à « appliquer » l’accord d’Helsinki. Mais ni lui ni Nazar n’ont renoncé, semble-t-il, à leurs réserves concernant la loi sur l’administration d’Aceh votée le 11 juillet 2006 par le Parlement de Jakarta. Le GAM et le Sira avaient jugé, à l’époque, que cette loi n’était pas entièrement conforme au protocole d’accord signé à Helsinki car elle donne, à leurs yeux, trop de pouvoirs à l’autorité centrale dans la gestion des affaires intérieures de la province.

16Irwandi a besoin d’éviter tout bras de fer avec Jakarta. A la mise en garde du vice-président Jusuf Kalla — qui a notamment déclaré qu’Aceh n’était plus « un problème international » depuis le retrait, le 15 décembre, de l’AMM - Irwandi a rétorqué, dans un entretien publié le 20 décembre par le Jakarta Post : « Jakarta n’a aucune inquiétude à se faire. Tout est réglementé par le protocole d’accord que l’Indonésie et le GAM ont signé le 15 août 2005. Le GAM et tous ses supporteurs sont très engagés dans l’accord de paix en vue de bâtir une paix permanente et d’améliorer les conditions de vie des Acehnais, en tant que partie intégrante de l’Indonésie ».

17Irwandi estime, dans une autre interview accordée à l’hebdomadaire Tempo, que « Jakarta devrait mettre de côté la paranoïa ». Mais il n’est pas le seul à devoir tabler avec la sourde hostilité de l’appareil de sécurité à l’égard d’anciens indépendantistes ralliés, en raison de l’« effet tsunami », à l’autonomie. Le franc succès électoral du tandem Irwandi-Nazar limite d’autant la marge de manœuvre, face à l’institution militaire, d’un président Susilo Bambang Yudhoyono apparemment en perte de vitesse.

18Les TNI et la police ont retiré de la province, fin 2005, la moitié d’effectifs estimés alors à quelque 50 000 hommes. Mais la moitié restante comprend le commandement territorial, une institution militaire chargée de contrôler les populations de l’archipel, surtout dans les provinces sujettes au séparatisme (Aceh, Papouasie occidentale et, à l’époque, Timor Est) ou aux tensions religieuses (Moluques et Sulawesi Central). Comme l’Etat central leur fournit moins de la moitié de leur budget réel, les TNI ont tendance à vivre sur le terrain. Leur tissu d’affaires, licites comme illicites, a été renforcé par les crédits à la reconstruction. Les garnisons d’Aceh voient d’un mauvais œil leurs adversaires d’hier accéder aux affaires.

19Depuis la création du GAM en 1976, les combats ont fait quelque quinze mille morts, dans l’immense majorité des civils et sans compter les disparus ou les victimes de tortures, de viols et autres sévices. Les allocations prévues à Helsinki dans le cadre du retour à la vie civile de quelque trois mille partisans du GAM sont lentes à être délivrées. Le chômage après la guérilla.

20En ce sens, Aceh constitue un test pour l’ensemble de l’Indonésie. A Poso (Sulawesi Central), des ONG estiment que la paix entre chrétiens et musulmans est possible à condition que les soldats soient retirés de la région, en raison de la collusion entre l’institution militaire et les milieux d’affaires locaux. Des miliciens islamistes, entretenus par des officiers, continuent d’y fomenter des troubles. La situation est encore plus préoccupante en Papouasie occidentale. Les TNI restent un Etat dans l’Etat et continuent de bénéficier d’une impunité quasi-totale. A Aceh, une cohabitation harmonieuse entre forces de l’ordre et les futures autorités civiles élues n’est pas forcément acquise.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter

Volume papier

amazon.fr