Version classiqueVersion mobile

L’Asie du Sud-Est 2008 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Analyses

Les riziculteurs thaïlandais face à eux-mêmes

Paru dans Fase no 4 Vol II de février 2007

Texte intégral

1Assise en tailleur sur une table au bas de l’escalier de sa maison sur pilotis, Long Thiansawang se repose après avoir contrôlé l’irrigation de ses 35 raïs de riz aromatique de qualité pathum dans la province de Suphanburi, au cœur de la plaine centrale, grenier rizicole de la Thaïlande. « Pour nous, riziculteurs, il n’y a pas vraiment de différence de revenus entre la période où Thaksin était premier ministre et maintenant », dit cette quinquagénaire à la peau cuite et recuite par le soleil. « Le seul changement est que le gouvernement achète à un prix bas, alors que les rizeries achète à un prix élevé », constate-t-elle.

2Depuis fin 2006, le gouvernement dirigé par le général Surayud Chulanont s’attache à démanteler la politique agressive de soutien au prix du riz mise en place par l’ancien premier ministre Thaksin Shinawatra. Cette opération politiquement délicate jouit de circonstances favorables : le prix sur le marché mondial du riz a augmenté de 15 %, ce qui compense la réduction de la politique de soutien. « Au départ, les agriculteurs étaient mécontents, mais après un mois, il y a eu une pénurie sur le marché mondial et les prix ont bondi », explique Somporn Isvilanonda, expert rizicole à l’université Kasetsart.

3Confronté à une forte chute du prix mondial du riz au début de son mandat, Thaksin avait renforcé le soutien aux revenus des riziculteurs. Selon un dispositif complexe, le riziculteur peut utiliser sa récolte de riz comme caution pour obtenir un prêt à bas taux d’intérêt auprès de la Banque pour l’agriculture et les coopératives (Baac). Avant Thaksin, le montant de l’emprunt équivalait à 80 % de la valeur de la récolte calculée sur la base d’un « prix d’intervention » décidé par le gouvernement.

4Le gouvernement du temps de Thaksin a changé les règles en permettant au riziculteur d’emprunter 100 % de la valeur de sa récolte et en fixant le « prix d’intervention » à un niveau de 30 % supérieur à celui du marché. Des centaines de milliers de riziculteurs se sont précipités pour profiter de l’aubaine : le dispositif a couvert près de six millions de tonnes de riz en 2004/2005 et près de sept millions en 2005/2006. Des millions de tonnes de riz ont été stockées (et le sont toujours) dans des entrepôts sous contrat avec le gouvernement.

5Cette politique a eu plusieurs effets pervers : la Thaïlande a perdu des parts sur le marché mondial car le gouvernement s’est montré réticent à exporter du riz acheté aussi cher tant que le prix mondial ne se relevait pas. Le marché intérieur a aussi subi le contrecoup de cette distorsion massive : il devenait impossible pour les négociants privés de concurrencer les prix du gouvernement. « Auparavant des volumes appréciables étaient échangés sur le marché agricole à terme ; mais avec un prix gouvernemental aussi élevé, il n’y avait aucun moyen d’obtenir un meilleur prix sur le marché. (Le gouvernement) a détruit le marché agricole à terme », indique David Dawe, expert du marché rizicole.

6Le gouvernement instauré par la junte après le coup d’Etat du 19 septembre souhaite faire disparaître progressivement ce dispositif pour lequel la Baac a du s’endetter de 70 milliards de bahts (1,6 milliard d’euros) depuis 2000. Dans un premier temps, il a fixé le « prix d’intervention » au niveau de celui du marché intérieur.

7La politique rizicole de Thaksin a-t-elle eu des effets sociaux positifs ? « Dans certains pays, comme les Philippines, des prix élevés du riz tendent à accroître la pauvreté, car la majorité des Philippins pauvres ne sont pas riziculteurs. En Thaïlande, les riziculteurs sont presque au bas de l’échelle. Cette politique de subvention n’est certainement pas efficace, mais elle peut être justifiée », estime David Dawe.

8Selon un rapport de l’ambassade américaine à Bangkok, l’augmentation prévisible des exportations de riz thaïlandais, permise par un prix d’intervention plus proche du prix du marché intérieur, et la stabilisation du prix du riz « bénéficieront aux riziculteurs à long terme ». Entre-temps, le gouvernement a toujours sur les bras les énormes stocks de riz accumulés sous l’administration précédente. Un écoulement trop rapide sur le marché mondial des stocks de riz thaïlandais – premier exportateur mondial - provoquerait une forte chute des prix, ce qu’anticipent déjà les pays importateurs.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search