Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2008 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Analyses

Ebauche du multipartisme au Timor Leste

Paru dans Fase no 6 Vol II de juin 2007

Texte intégral

1L’élection présidentielle au Timor Leste, dont le second tour s’est tenu le 9 mai, a sanctionné la fin de la domination politique du Fretilin (Frente Revolucionaria do Timor Leste Independente), le parti de l’ancien premier ministre Mari Alkatiri. Son candidat, Francisco Guterres, a obtenu 31 % des suffrages contre 69 % au vainqueur du scrutin, le prix Nobel de la paix José Ramos Horta, candidat indépendant. Le Fretilin, qui avait obtenu 57 % des suffrages en 2001 et dominé la scène politique depuis, est devenu l’une parmi les cinq ou six formations en compétition qui se disputent le pouvoir.

2Son recul est d’autant plus net que près de la moitié de ses députés, regroupés dans une faction réformiste (mudança), a soutenu publiquement Ramos Horta. Le Fretilin conserve des atouts : il est le seul parti à être doté d’une structure jusqu’au niveau des villages ; son nom reste lié à la lutte pour l’indépendance, notamment dans certains districts du centre et de l’est du pays. Toutefois, confrontés pour la première fois à un véritable choix, les électeurs ont fait preuve de discernement. C’est l’amorce d’un multipartisme.

3S’étant déroulé sans violences majeures malgré des accusations mutuelles de fraude lors du premier tour, le scrutin semble souligner aussi qu’aucun parti n’est en mesure de revendiquer le soutien de la majorité de la population. José Ramos Horta doit son score impressionnant au fait que cinq des six formations qui avaient présenté des candidats au premier tour lui ont apporté leur soutien au second.

4Les élections législatives du 30 juin pourraient donc déboucher sur la formation d’un gouvernement de coalition, sans doute autour du CNRT (Congrès national pour la reconstruction du Timor Leste), parti formé par le président sortant Xanana Gusmao en reprenant les initiales du Conseil national de la résistance du Timor Est, front formé à la fin des années 90 pour guider le pays vers l’indépendance. Selon la Constitution, la réalité du pouvoir réside entre les mains du premier ministre, le rôle du président étant surtout honorifique, même si celui-ci peut exercer une influence lors de crises politiques, comme l’a fait Xanana Gusmao lors des troubles d’avril-mai 2006.

5Le résultat des élections législatives du 30 juin n’est donc pas acquis : Fernando de Araujo, candidat de la jeune génération et dont le Parti démocrate a emporté 19 % des voix au premier tour de la présidentielle, pourrait troubler le duel entre les deux vieux adversaires : le héros de la lutte pour l’indépendance Xanana Gusmao et Mari Alkatiri, secrétaire général du Fretilin et premier ministre contraint à démissionner en juin 2006.

6Président aux pouvoirs limités, José Ramos Horta, 57 ans, n’en a pas moins annoncé une réorientation des priorités lors de sa campagne. Tout d’abord, il prône le rapprochement avec l’Eglise catholique — 90 % des gens se réclament du catholicisme — laquelle était en froid avec le gouvernement du Fretilin depuis une tentative de sécularisation de l’enseignement en 2005. Souvent vêtu d’un t-shirt à l’effigie de Jésus Christ pendant la campagne, Ramos Horta, catholique non pratiquant, a truffé ses discours de référence au Sauveur et à l’importance de l’Eglise dans la construction nationale timoraise.

7Il a promis d’inscrire dans la constitution le statut de « guide moral » de l’Eglise. Bien que celle-ci n’ait pas officiellement donné de consigne de vote, de nombreux prêtres en privé ne cachent pas leur ressentiment contre Mari Alkatiri, lequel appartient à l’infime minorité musulmane, et à son clan politique de Timorais ayant vécu l’occupation indonésienne (1975-1999) en Afrique lusophone. « Ramos Horta est probablement le meilleur pont entre l’héritage de la lutte et le catholicisme », estime un analyste portugais basé à Dili.

8L’autre innovation proposée par le nouveau président concerne l’utilisation du « fonds pétrolier », compte bloqué sous contrôle du Parlement où s’accumulent les royalties payées par les firmes étrangères qui exploitent des gisement gaziers dans la mer de Timor. José Ramos-Horta souhaite puiser dans ce fonds, qui s’élevait fin 2006 à environ 750 millions d’euros, pour verser une allocation mensuelle de 30 euros aux cent mille habitants les plus pauvres du pays. Ce serait le renversement de la politique du gouvernement de Mari Alkatiri, qui a souhaité préserver cette manne pour l’utiliser dans le cadre d’une politique « fiscalement responsable ». Certains observateurs s’inquiètent de ce projet de José Ramos Horta qui, craignent-ils, risque de mener à de compromettre l’avenir économique du pays. Nul doute, toutefois, que la plupart des Timorais de l’Est, dont environ la moitié vivent en dessous du seuil de pauvreté, apprécieraient une telle mesure. « La malnutrition fait des ravages dans les campagnes », indique un expert étranger.

9La crise d’avril-mai 2006 avait été provoquée par des tensions au sein des F-FDTL, les forces armées du Timor Leste. D’une part, de nombreux vétérans de la guérilla indépendantiste avaient été écartés de la nouvelle armée formée, selon la volonté des Nations unies, sur le modèle d’une force professionnelle à l’occidentale. D’autre part, les relations entre les nouvelles recrues et les anciens guérilleros qui avaient été intégrés étaient exécrables. Ces tensions avaient débouché, début 2006, sur une grève de 600 soldats (soit un tiers des effectifs), originaires de l’ouest du pays, qui se disaient mécontents de la discrimination exercée à leur encontre par les chefs de l’armée, issus des districts de l’est où se trouvaient les bases du Falintil, la guérilla indépendantiste.

10Le président Ramos Horta et la prochaine administration devront résoudre cet imbroglio s’ils veulent amorcer un retour à la stabilité. Ancien chef de la police militaire, le commandant Alfredo Reinado, est retranché dans le centre-ouest du pays à la tête des militaires rebelles. A la demande insistante de Fernando de Araujo (Parti démocrate), Ramos Horta s’est engagé à suspendre les opérations militaires et à négocier avec l’officier renégat, perçu comme un justicier par de nombreux jeunes, notamment à Dili et dans la partie ouest du pays.

11La popularité d’Alfredo Reinado reflète un fossé entre deux générations. Sous le gouvernement Alkatiri (2001-2006), la grande majorité des jeunes, instruits dans le système indonésien, ont été mis à l’écart. Après l’indépendance, les nouvelles autorités ne les ont pas invité à participer à la construction nationale. Ces jeunes avaient pourtant constitué, dans les années 1990, « la ligne de front du mouvement indépendantiste à Dili », selon le documentariste Max Stahl, témoin du massacre de Santa Cruz en novembre 1991.

12Le choix du portugais comme langue officielle a placé toute une génération en porte-à-faux. Ne parlant que le tetum (la langue vernaculaire) et l’indonésien, ces jeunes ont été automatiquement écartés des bonnes carrières. Les violences d’avril-mai 2006 sont aussi enracinées dans ces frustrations. Or cette frange importante de la population ne se reconnaît ni dans Alkatiri, ni dans Ramos Horta, ni même dans Xanana Gusmao. Pendant la crise du début 2006, ce dernier a reconnu que son « charisme de commandant du Falintil ne séduisait plus les jeunes ». La mise en place gouvernement de coalition avec la participation de Fernando de Araujo et des représentants d’autres partis aussi en phase avec la jeunesse semble donc la condition d’un retour à la stabilité. Accompagné d’une meilleure exécution des budgets et d’investissements publics dans les infrastructures, financés par des emprunts à l’étranger, celui-ci permettrait de relancer une économie cruellement touchée par les violences de l’an dernier.

13Il reste bien des inconnues avant d’en arriver là. Comment le Fretilin réagira-t-il s’il sent que le pouvoir lui glisse des mains ? Un rapport de l’Asean Focus Group indique que des stocks d’armes ont été constitués, l’an dernier, par les radicaux du Fretilin pour « attaquer la faction adverse ». Mais le pire n’est sans doute pas inéluctable. La présence de 1.650 policiers onusiens, parmi lesquels les redoutés gardes nationaux républicains du Portugal, et d’un millier de soldats australiens et néo-zélandais devraient permettre de limiter les troubles. Le nombre relativement limité de violences, y compris dans les districts sensibles, après la défaite de Francisco Guterres est plutôt de bon augure.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site