Version classiqueVersion mobile

L’Asie du Sud-Est 2008 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Analyses

« Operation Popcorn », rêve et fiasco ultimes du général Vang Pao

Paru dans Fase no 7 Vol II de juillet 2007

Texte intégral

1Le rapport de l’agent américain se lit comme un roman à suspense. Pendant six mois, le faux marchand de canons a négocié, jour après jour, la vente d’armes de contrebande : missiles Stinger, AK-47, lance-grenades, roquettes anti-tank, etc. Les clients : le général Vang Pao et des représentants de la communauté hmong de Californie. L’objectif : des raids à Vientiane, avec l’appui de deux poignées de mercenaires, contre la direction du Pathet Lao, avec élimination physique de sa direction. Le budget : sept millions d’euros pour renverser le gouvernement en place dans un Laos « colonisé », depuis plus de trente ans, par les communistes vietnamiens.

2L’affaire paraît surréaliste. Vang Pao, l’un des anciens leaders de la minorité hmong du Laos, a tout vécu. Caporal de l’armée française, il a été envoyé faire quelques études supplémentaires pour devenir officier des GCMA, Groupements des commandos mixtes aéroportés. Dans la foulée, devenu officier l’armée royale, il a été repéré par la CIA qui en a fait le chef de son « armée secrète » au Laos pendant la deuxième guerre d’Indochine. Il est alors soupçonné d’avoir trempé dans le trafic de la drogue. Exilé aux Etats-Unis en 1975, il a tenté à plusieurs reprises de relancer la lutte armée dans son pays d’origine.

3Aujourd’hui âgé de 76 ans, Vang Pao pense toujours – le plan de bataille en témoigne – qu’il suffirait d’en couper la tête pour que le régime laotien s’effondre. Les conditions d’une insurrection populaire sont réunies. Un coup de main sur Vientiane et l’ancien général pourrait, enfin, réaliser son rêve d’un retour triomphal à Vientiane. Le mouvement de « libération » Neo Hom aurait alors atteint son objectif.

4Le Neo Hom s’est donc mis en quête d’armes et de munitions sur le marché américain. En janvier 2007, un agent du Bureau fédéral américain en charge de la lutte contre les trafics d’armes s’est proposé comme pourvoyeur. Sa déposition se lit comme un roman d’espionnage. Le personnage de l’intermédiaire américain un peu candide est incarné par Harrison Ulrich Jack, sorti de l’académie militaire de West Point, ancien lieutenant-colonel de la Garde nationale de Californie. A la fois parrain – il négocie sa commission sur les livraisons d’armes – et compagnon d’infortune de ces Laotiens dont il partage le rêve.

5Les négociations avancent au fil des mois. L’agent fédéral déguisé en marchand montre même ce qu’il vend dans une camionnette rangée sur un parking public. Les rencontres ont lieu dans des bars de Sacramento. L’agent fait filmer et enregistrer les conversations : il dispose des numéros de téléphone de Harrison et des vis-à-vis laotiens. Les lieux de livraison des armes, sur la frontière thaïlandaise, sont choisis. L’agent fédéral fournit même des cartes d’état-major pour repérer, au Laos, les aires tenues par la guérilla, où seront héliportées, dans un deuxième temps, armes et de munitions. La filature est totale.

6Les deux parties s’entendent sur deux premières livraisons, les 12 et 19 juin. Mais dès le 4 juin, l’agence fédérale a estimé en savoir assez pour procéder à un coup de filet et mettre sous les verrous onze comploteurs, dont Vang Pao et Harrison, et les inculper de viol de la Constitution américaine et de tentative de renverser par la force le gouvernement laotien avec lequel Washington entretient des relations diplomatiques. Une dizaine de personnalités hmongs sont passibles de la prison à vie.

7Une semaine plus tard, des milliers de Hmongs américains se sont réunis pour soutenir leurs représentants lorsque ces derniers sont venus plaider « non-coupables » devant une Cour de Californie. Six jours plus tard, la police thaïlandaise a arrêté un Hmong de nationalité américaine. L’opération « Tarnished Eagle » avait été baptisée, par ses auteurs, Popcorn, pour « Political Opposition Party’s Coup Operation to Rescue the Nation ». Certes, des leaders hmongs en exil s’étaient inquiétés de l’identité de l’agent fédéral. Ne s’agissait-il pas d’un faux marchand de canons ? Mais leurs doutes avaient été vite balayés, notamment par le vétéran Harrison.

8Une question, toutefois, reste pendante : le pourquoi et le comment du financement, apparemment par les Hmongs des Etats-Unis, d’une équipée montée par des gens qui vivent dans une autre époque, celle des coups tordus, des batailles en sous-main d’agents de tous bords. Une époque ouverte dans les années Cinquante avec l’invasion des confins méridionaux de la Chine par les légions du Kuomintang en fuite devant les armées communistes, et évanouie depuis un bout de temps.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search