Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2008 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Analyses

Des Khmers rouges face à leurs juges

Paru dans Fase no 12 Vol II de décembre 2007

Texte intégral

1La procédure engagée pour juger les Khmers rouges a reçu un coup de fouet en novembre avec, dans l’ordre, l’ouverture du dépôt des dossiers de constitution de partie civile, les arrestations de trois anciens dirigeants encore en vie et, enfin, la première comparution devant une Cour du directeur du centre de tortures de Tuol Sleng. Le tribunal, qui aura sans doute besoin d’en appeler à ses bailleurs de fonds l’an prochain, en reste au stade de l’instruction. Mais la perspective d’une ouverture du procès en 2008 s’est renforcée et le public commence à prendre davantage au sérieux une initiative enfantée dans la douleur et accueillie, au départ, avec scepticisme.

2Les formulaires de dépôt de plainte et de constitution de partie civile ont été mis au point début octobre par les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) créées en 2006 pour juger les « principaux responsables » de « crimes de guerre » et de « crimes contre l’humanité » à l’époque du Kampuchéa démocratique, l’état khmer rouge (1975-1979). Pour aider les éventuels plaignants aux prises avec des procédures jugées compliquées même par les avocats, vingt-trois ONG ont désigné un Comité d’action chargé de l’aide légale. Début novembre, les CETC avaient reçu deux cents demandes d’action en justice, ce qui souligne une ébauche d’implication de la société civile dans le procès. Les CETC ont annoncé l’ouverture d’un bureau de réception des plaintes à Phnom Penh.

3Si l’engagement de la société civile est une condition sine qua non du bon déroulement d’un procès, l’effet médiatique des récentes arrestations n’a pas manqué d’en relancer l’intérêt, même si des déceptions ne peuvent pas être écartées à l’avenir. Celui que le public cambodgien qualifiait d’« intouchable », en raison du pardon royal dont il avait fait l’objet après sa reddition en 1996, a été cueilli par la police le 12 novembre à son domicile cossu de Phnom Penh. Non seulement Ieng Sary a été incarcéré dans la prison des CETC, mais il y a été conduit en compagnie de son épouse Ieng Thirit, ancien ministre des affaires sociales de Pol Pot. Le premier, ancien « frère numéro trois » des Khmers rouges, a été inculpé de « crimes de guerre » et de « crimes contre l’humanité », alors que des « crimes contre l’humanité » ont été retenus contre la deuxième.

4Une semaine plus tard, jour pour jour, la police et des représentants des CETC ont été chercher Khieu Samphan, chef d’Etat de 1976 à 1979, à l’hôpital Calmette de Phnom Penh. Il a été, à son tour, emprisonné sous l’inculpation « de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité ». Ces trois anciens membres de l’entourage de Pol Pot ont rejoint, dans la prison aménagée au siège des CETC, à proximité de la capitale, Nuon Chea, l’ancien « frère numéro deux » des Khmers rouges, et Duch, le responsable de S-21, unité en charge de torturer jusqu’à la mort des prisonniers considérés, pour la plupart, comme coupables de trahison, quels que soient leur âge ou leur sexe.

5La coopération de la police a été, apparemment, sans réserves lors de la remise des mandats d’amener et des arrestations. Au lendemain de l’arrestation de Ieng Sary, Khieu Samphan s’est précipitamment rendu à Païlin, où il dispose d’un domicile en ville et d’une petite maison proche de la frontière thaïlandaise. Quand la nouvelle a circulé qu’il avait été victime soit d’un infarctus soit d’une chute — et peut-être des deux — le gouvernement a aussitôt dépêché un hélicoptère pour assurer son transfert dans le meilleur hôpital de la capitale cambodgienne.

6Comme dans le cas de Nuon Chea, arrêté le 19 septembre à son domicile proche de la frontière thaïlandaise, des dispositions avaient été prises pour que Khieu Samphan ne puisse pas quitter le territoire. La police n’a pas non plus hésité à contribuer à l’arrestation de Ieng Sary, dont le ralliement au régime avait été le fruit d’une négociation avec le gouvernement.

7A l’époque, à la demande des deux premiers ministres alors en place (Norodom Ranariddh et Hun Sen), Norodom Sihanouk avait accordé un pardon royal à Ieng Sary qui portait sur deux décisions précises : une condamnation à mort pour « génocide » prononcée par un tribunal en 1979, sous occupation militaire vietnamienne, et la loi votée en 1994 par le Parlement élu l’année précédente, proclamant les Khmers rouges « hors-la-loi ». Mais pardon ne signifie pas amnistie et le souverain avait pris la précaution de préciser que sa décision ne préjugeait pas de la traduction de l’intéressé devant une éventuelle instance judiciaire internationale. Beaucoup de Cambodgiens n’en demeuraient pas moins persuadés, à tort, que leur premier ministre, Hun Sen, hésiterait à livrer à la justice un personnage qui avait, suivi par ses gens de Païlin, ouvertement fait scission en 1996 et avait ainsi contribué à précipiter le retour de la paix au Cambodge. En effet, le dernier carré de réfractaires khmers rouges, celui d’Anlong Veng, devait se diluer au cours des deux années suivantes.

8Il avait fallu dix ans et bien des récriminations pour que l’ONU et le gouvernement royal s’entendent sur un tribunal mixte chargé de juger les « principaux responsables » khmers rouges. Dix-huit mois supplémentaires ont été nécessaires pour que ces anciens dirigeants encore en vie soient placés sous les verrous au cours d’une instruction qui devrait se prolonger pendant encore quelques mois. L’audition de Duch, le 20 novembre, a eu pour objet un appel, de sa part, contre la durée de son emprisonnement : incarcéré en mai 1999 sur ordre d’un tribunal cambodgien, il a été transféré sous la juridiction des CETC en juillet dernier seulement. Sa libération semble exclue et son apparition devant une Cour de justice au complet, avec ses cinq juges en robe, des clercs, des procureurs et des avocats, a pris la tournure d’un fort symbole aux yeux du public. Pour la première fois, l’un de ses anciens tortionnaires – et non le moindre – était vu sur le banc des accusés, face à des juges. La crédibilité des CETC en est sortie renforcée.

9Il est bien tard, toutefois. Les rangs des « principaux responsables » — selon la formule fondatrice du tribunal — se sont clairsemés. Au haut de la chaîne de commandement — celle qui intéresse principalement les CETC — plusieurs personnages sont portés disparus : Pol Pot, le « frère numéro un », décédé en 1998 dans des circonstances non éclaircies ; Son Sen, liquidé l’année précédente sur ordre de Pol Pot ; ou des chefs militaires comme Ke Pauk ou Ta Mok, complices ou auteurs de sanglants massacres.

10Les cinq inculpés placés sous les verrous aujourd’hui ne sont pas jeunes et la santé de deux d’entre eux au moins est fragile. Nuon Chea et Ieng Sary, tous deux âgés de 82 ans, souffrent de problèmes cardio-vasculaires. Khieu Samphan est âgé de 76 ans, Ieng Thirith de 75 ans et Duch de 66 ans. Les CETC ont dû se doter d’une clinique et d’un personnel médical approprié pour prendre soin de ce groupe de vieux prisonniers, qui pourrait s’étoffer car les Chambres n’excluent pas quelques arrestations supplémentaires.

11La ligne de défense des principaux inculpés revient à rejeter toutes les fautes sur Pol Pot, qui prenait ses décisions « seul », ainsi que l’a répété Khieu Samphan. L’ancien chef de l’Etat affirme qu’il ne disposait d’aucun pouvoir et n’appartenait pas à la chaîne de commandement. Il a fini par reconnaître, fin 2003, après avoir visionné, dit-il, le film de Rithy Panh « S-21, la machine de mort khmère rouge », que Tuol Sleng avait été une « institution d’Etat » et que le crime, la torture jusqu’à la mort et l’extermination étaient donc bien la politique de l’Etat dont il a été le président.

12Khieu Samphan va donc se défendre en avançant deux thèmes : il ne donnait pas d’ordres et le cloisonnement du système ne lui permettait pas de savoir ce qui se tramait. Nuon Chea, qui nie toute faute, semble directement impliqué dans une politique qui a conduit à la mort – extermination, famine, travaux forcés – au moins 1,7 million de Cambodgiens, soit le quart de la population de l’époque. Duch a déjà déclaré avoir reçu des instructions manuscrites du « numéro deux » du régime. Vice-premier ministre et ministre des affaires étrangères, Ieng Sary dit qu’il n’était que le diplomate de la clique au pouvoir. Il devra, toutefois, s’expliquer sur des documents et des témoignages lui attribuant une part de responsabilité. Ce sera également le cas de Ieng Thirith, ministre des affaires sociales de Pol Pot, à laquelle sont reprochés au moins des discours incendiaires.

13Duch présente un cas à part. Chargé de gérer S-21, il exécutait méticuleusement les ordres reçus. « Sous son autorité, un nombre incalculable d’abus ont été commis, y compris des meurtres massifs, la détention arbitraire et la torture », énumère l’acte d’accusation du tribunal, lu le 20 novembre par son président. Sur les seize mille personnes incarcérées à Tuol Sleng, sept seulement ont survécu. Le témoignage de celui qui a commandé une bande de bourreaux pourrait s’avérer crucial sur l’identité de ceux dont il était l’exécutant.

14Ces dernières années, à l’exception de Duch en prison, les dirigeants khmers rouges ont vécu libres de leurs mouvements. Nuon Chea demeurait dans sa modeste maison de campagne. Khieu Samphan circulait entre Païlin, Battambang et Phnom Penh. Apparemment très à l’aise, Ieng Sary et Ieng Thirit vivaient entre leur domicile à Païlin, celui de leur fille à Bangkok et leur villa à Phnom Penh, où ils ont hébergé jusqu’à sa mort en 2003, Khiêu Ponnary, la première femme de Pol Pot. Victime de problèmes mentaux sans doute dès les années 70, Ponnary était la sœur aînée de Ieng Thirit, Khieu Thirith de son nom de jeune fille. Pendant longtemps, les deux sœurs et leurs époux, Pol Pot et Ieng Sary, ont formé un cercle étroit et particulièrement virulent.

15Anciens étudiants à Paris, où ils avaient fréquenté des cercles marxistes, ils avaient donc retrouvé sur le tard et après bien des péripéties le rythme bourgeois de leur jeunesse. Ieng Sary est le fils d’un propriétaire terrien khmer du delta du Mékong. Le père de Ieng Thirith et de Khieu Ponnary était un magistrat, ce qui était également le cas du père de Khieu Samphan. L’impunité dont ils ont bénéficié pendant plusieurs années a été un symbole : même les plus grands criminels du royaume pouvaient circuler librement et afficher une certaine aisance.

16Tempérament plutôt inquiet, mu davantage par la peur que par le remord, Khieu Samphan prépare sa défense depuis des années, en compagnie de l’avocat français Jacques Vergès. Il a écrit deux « lettres ouvertes » à ses compatriotes, la dernière en date de fin 2003, et publié deux ouvrages. Le premier a été publié en français à Paris début 2004. La mise en vente du second, en cambodgien, a coïncidé avec son arrestation. La ligne commune de défense des inculpés devrait être que la protection du Cambodge, contre l’agressivité qu’ils attribuent au Viêt Nam, l’a emporté sur toute autre considération. Ils tenteront sans doute de transformer le procès en tribune d’un nationalisme exacerbé, lequel a encore cours dans le Cambodge d’aujourd’hui. Ils disent et rediront qu’ils ont fait leur devoir tout en niant les exactions ou en les rejetant sur Pol Pot. Au-delà de cet argumentaire partagé, ce sera peut-être du chacun pour soi.

17L’un des objectifs du procès devrait être l’attribution de responsabilités dans ce que beaucoup de Cambodgiens qualifient de génocide, l’expression « régime génocidaire » revenant régulièrement dans les conversations et les écrits lors de l’évocation du Kampuchea démocratique. Jusqu’ici, l’expression de remords ou même de simples regrets a été fort limitée parmi ceux qui sont désormais incarcérés sous l’inculpation de « crimes de guerre » et de « crimes contre l’humanité ».

18Un autre objectif devrait être de ranimer un sens de la justice dans une société fortement déboussolée. Il ne s’agit pas seulement d’offrir quelques éléments de réponse à ceux qui ont survécu en leur expliquant comment et pourquoi leurs parents, frères, sœurs et cousins ont été tués. La condamnation d’une poignée d’anciens leaders khmers rouges vieillissants pourrait prouver que justice peut être rendue à ceux qui sont encore victimes d’expropriations foncières brutales, d’une justice à deux vitesses ou de la misère au sein d’une société censée, depuis quelques années, s’enrichir rapidement. Le jour où les responsables de la mort de centaines de milliers de gens seront punis, une culture d’impunité sera entamée.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site