Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2008 : les évènements majeurs de l’année

 | 
Guy Faure
, 
Arnaud Leveau

Avant-propos

Arnaud Leveau und Guy Faure

Volltext

1Au cours de l’année 2007 l’Asie du Sud-Est a une fois encore connu un certain nombre de bouleversements et de blocages qui peuvent être ressentis comme un triste retour en arrière ou comme le reflet d’une incapacité à se projeter vers l’avenir. Certes la croissance économique de la zone reste forte et continue de fasciner les décideurs occidentaux mais cela ne suffit plus à masquer les errements d’un sous-continent en peine de cohérence politique. Si la hausse du cours du pétrole, la faiblesse du dollar américain et la sous-évaluation du yuan chinois ont mis en difficulté certaines économies de la région ces dernières ont dans l’ensemble continuer à progresser et à bénéficier de la soif de développement d’une population à la fois jeune et dynamique. On peut toutefois s’interroger sur les véritables avancées du sous-continent asiatique notamment en terme d’intégration régionale, de modernité politique et de développement. L’accent mis sur l’économie relègue au second plan les questions sociales mais aussi l’impact du développement sur l’environnement des pays de la région. La conférence sur le climat qui s’est tenue au mois de décembre à Bali n’a pas permis d’avancées concrètes sur la question.

2Malgré l’adoption d’une nouvelle constitution en août et des élections législatives en décembre la Thaïlande n’est pas encore sortie de la crise politique entamée il y a maintenant plus de deux ans. L’incertitude continue de planer sur le royaume. Incertitude d’autant plus grande que Thaksin Shinawatra, l’ancien Premier ministre déposé le 19 septembre 2006 par un coup d’Etat militaire, fort de la victoire de son camp aux dernières élections affiche ouvertement sa volonté dans rentrer au pays au cours de l’année 2008. Un tel retour outre les tensions qu’il pourrait provoquer avec les autorités militaires compromettrait encore un peu plus l’apparition d’une nouvelle génération à la tête de l’Etat. Parallèlement les attentats qui surviennent régulièrement dans l’extrême sud du royaume rappellent que le cycle de la violence réenclenché depuis 2004 ne connaît aucun répit. Le moteur thaïlandais reste bel et bien grippé.

3Les fastes des célébrations des cinquante ans de l’indépendance de la Malaisie en août n’ont pas masqués les tensions toujours plus vive entre les différentes ethnies composant le pays alors que ce dernier peine à repositionner son économie face à la concurrence chaque jour plus aiguë de la Chine. Certes en un demi-siècle le pays s’est transformé en profondeur. D’une économie de plantation la Malaisie est passée à une société semi industrialisée. Si le pays connaît un des niveaux de vie les plus élevés d’Asie du Sud-Est il demeure doté d’un système politique archaïque qui ne l’aide pas à se préparer pour les grandes étapes de demain.

4L’Indonésie, seul pays du sud-est asiatique, à connaître un reflux des investissements étrangers, ne semble pas encore avoir retrouver son rythme de croisière. L’archipel continue de tâtonner. Certes la question d’Aceh apparaît en voie de résolution mais le pays dont l’administration reste gangrenée par la corruption ne se montre pas en mesure de relever les grands défis qui lui font face. Le chômage et la pauvreté affectent de larges pans d’une population régulièrement victimes de catastrophes naturelles malheureusement parfois aggravées par l’insouciance de l’homme. A court terme la menace terroriste est affaiblie mais, revers de la médaille, l’intransigeance religieuse continue de progresser.

5Indépendant depuis 2002 Timor Leste a connu au cours de l’année des élections présidentielles et législatives qui se sont déroulées sans violences majeures. Aucun parti n’est vraiment en mesure de revendiquer le soutien de la majorité de la population et rien ne garanti que l’économie durement touchée par les violences de 2006 puisse être relancée efficacement dans les mois qui viennent.

6Aux Philippines l’autorité de la présidente Gloria Arroyo continue de s’effriter. Les élections du mois de mai ont été parmi les plus violentes de l’histoire du pays. L’économie toujours aux mains d’une petite élite aux intérêts bien compris stagne. L’affaiblissement des différents groupes d’islamistes combattant présents dans l’archipel constitue cependant un des rares signes d’espoir du moment.

7Attendu de longue date le procès des Khmers rouges devrait aider la société cambodgienne à redonner un sens à la justice et rappeler aux victimes d’expropriations foncières brutales que la culture d’impunité peut être remise en cause dans le royaume. Bien que légèrement en retrait Hun Sen garde la haute main sur les affaires du pays même si le système qu’il mis en place depuis des années pourrait un jour entraîné sa perte.

8Depuis plus de quarante ans la gestion de l’Union birmane, rebaptisée Myannar, est affaire de brutalité, d’incompétence et d’isolement. Pendant quelques semaines à l’automne dernier l’exaspération de la population l’a emporté sur sa peur. Si après la répression rien n’a changé, rien n’est également réglé. Le dossier birman reste une des épines les plus douloureuses de la région.

9L’avancée de l’influence chinoise se ressent partout en Asie du Sud-Est mais c’est sans doute au Laos que cette dernière est perçue avec le plus d’acuité. Les Chinois y encouragent les cultures dont leur marché en pleine expansion a besoin. Dans le nord du pays le yuan chinois fait déjà concurrence au kip. D’Etat tampon, le Laos ne s’apprêterait-il pas à devenir la tête de pont de l’Empire du milieu en Asie du Sud-Est ?

10Singapour continue à prendre ses marques. Certes en 2007 la cité-Etat a connu quelques revers, notamment dans sa politique de recherche et de développement mais avec une croissance de 6 % au premier trimestre le pays a continué à renforcer sa présence économique aussi bien en Asie du Sud-Est que dans le reste du monde en prenant notamment des positions importantes dans certaines institutions financières occidentales.

11L’année a également été bonne pour le Viêt Nam. Dynamique et pragmatique le pays, encore communiste, profite des atermoiements de ses principaux voisins pour monter en puissance et attirer des flux massifs d’investissements. Les goulots d’étranglement restent toutefois nombreux. Le pays part de loin et a encore beaucoup d’efforts à fournir avant de combler son retard.

12Région multiforme aux cultures, aux systèmes politiques, aux religions, aux richesses et niveaux de développement variés l’Asie du Sud-Est peinent encore à se trouver une cohérence et une unité. Coincée entre l’Inde et la Chine elle demeure en plein mouvement. Ses classes moyennes et supérieures sont entrées de plein pied dans la modernité et se projettent avec enthousiasme vers l’avenir. A contrario ses pauvres, ceux qui ont raté le train de la mondialisation restent enfermés dans un quart monde au sous-développement chronique. Alors que de nouvelles questions ne cessent de se poser, l’examen de la région est souvent déroutant et les références occidentales se révèlent parfois d’un piètre recours.

13Pour tenter de comprendre ces développements dans leur complexité, l’Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine (Irasec) basé à Bangkok depuis 2001 s’est associé cette année encore à la revue Focus Asie du Sud-Est pour offrir une rétrospective en langue française des évènements majeurs qui ont marqué l’année 2007 et qui éclairent sous un angle particulier les enjeux de l’année 2008.

14Bangkok, 29 décembre 2007

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Exklusiver Zugang

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site

Kaufen

Printversion

amazon.fr