Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2017 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses
, 
Claire Thi-Liên Tran

La région

Thaïlande

Fin d’un règne et consolidation d’un pouvoir autoritaire

Jean Baffie

Texte intégral

1« Phrabat somdet phra poraminthara maha Phumiphon Adunyadet mahatilathibet ramathibodi Chakkrinaruebodin Sayammintharathirat borommanatbophit sawannakhot » : telle fut l’annonce officielle délivrée par le bureau du Palais royal le 13 octobre et que toute la presse a simplement rendue par : « Le roi Bhumibol Adulyadej est mort. »

2Le nom indique qu’il a acquis le titre de « grand roi de la dynastie Chakkri » (fondée en 1782) et qu’il régnait sur le Siam (ancien nom de la Thaïlande), sawankhot, la dernière formule, donnée en rachasap ou langue royale (expression parfois rendue en sadet sawankhot, indique qu’il est monté au paradis des dieux).

3Si le Roi est donc décédé le jeudi 13 octobre à 15 h 52 à l’hôpital Siriraj de Bangkok où il séjournait depuis octobre 2014, sa disparition n’est une surprise pour personne. Ses problèmes cardiaques avaient même commencé dès 1995. À partir de 1999, il dut considérablement ralentir ses activités officiellement en raison notamment de l’état de sa colonne vertébrale, mais sans doute aussi de l’amoindrissement de ses facultés intellectuelles.

4Né en décembre 1927, le roi Bhumibol avait succédé à son frère, décédé de mort violente mais inexpliquée, en juin 1946. Son règne, le premier réellement après l’abolition de la monarchie absolue en juin 1932, a été marqué par un développement économique remarquable, mais aussi par une instabilité politique chronique et parfois dramatique avec des massacres de manifestants désarmés en 1973, 1976, 1992 et 2010. Lors de quelques-unes de ces crises (notamment en 1973 et en 1992) le roi est intervenu pour calmer le jeu et suggérer la nomination de Premiers ministres plus neutres. Le roi Bhumibol a réussi à rehausser le prestige de la monarchie, et particulièrement le sien, en faisant preuve d’une détermination incontestable à œuvrer à l’amélioration du sort des moins favorisés. Mais ce sont certainement les régimes autoritaires ou « semi-démocratiques », en manque de légitimité, qui ont œuvré à la glorification de Bhumibol, lequel – à de rares exceptions près – ne manquait pas de reconnaître ou pardonner – et donc de légaliser – les prises de pouvoir par la force.

5Chef d’État pendant soixante-dix ans, ayant connu pas moins de 26 Premiers ministres et 17 Constitutions, le roi Bhumibol avait de bonnes raisons pour se qualifier d’homme politique le plus expérimenté du pays. Malheureusement, son implication plus orientée – volontaire ou pas – dans le clivage politique opposant les Chemises jaunes aux Chemises rouges au cours des 15 dernières années et l’usage excessif du crime de lèse-majesté pour museler toute forme d’opposition, certes accéléré avec le déclin de son état de santé, ont passablement altéré ce tableau idyllique. Avec sa disparition, le pays entre dans un processus bien balisé qui consiste à faire du défunt Roi tant adoré une divinité à part entière à laquelle un véritable culte sera réservé. La crémation royale – rituel plus brahmanique que bouddhique –, programmée pour la fin de l’année 2017, sera l’étape finale de cette promotion absolue. L’objectif ultime des militaires au pouvoir est de maintenir leur contrôle sur le pays pour les deux prochaines décennies, si possible de l’institutionnaliser, et – avant de céder le pouvoir à une assemblée élue – de lancer dans la plupart des domaines une série de réformes sur lesquelles il sera légalement interdit de revenir.

Une succession en douceur mais sans enthousiasme excessif

6Les souverains de la présente dynastie – commencée en 1782 – ont pris l’habitude de désigner leurs successeurs. Les règles n’ont pas toujours été strictes. Ainsi, après la mort de son premier héritier désigné, le roi Chulalongkorn a décidé de changer l’ordre de succession. Si bien que la loi de succession qui fait aujourd’hui référence ne date que de 1924, soit huit ans seulement avant le coup d’État qui mit fin à l’absolutisme royal.

7Mais cette loi qui a moins d’un siècle peut très bien être modifiée, voire totalement revue. Le roi Bhumibol avait commencé à le faire, puisque, alors que le 28 décembre 1972 il avait fait officiellement du prince Vajiralongkorn, alors âgé de 20 ans, l’héritier du trône, il avait, deux ans plus tard, fait inclure dans la Constitution du 7 octobre 1974 une disposition modifiant la loi de 1924 pour permettre à une princesse de lui succéder. De fait, le 5 décembre 1977, le Roi fit de la princesse Sirindhorn, alors âgée de 22 ans, une princesse héritière, une première dans l’histoire de la Thaïlande. Cependant, il était bien précisé qu’elle ne régnerait qu’en l’absence d’héritier mâle.

  • 450 « Govt mulls royal succession time frame », The Bangkok Post, 19 octobre 2016, p. 1.

8Le prince Vajiralonkorn n’a pas hérité de la popularité de son père, bien au contraire. Sa cote est au plus bas, mais, s’il est bien conseillé, il peut – au moins dans un premier temps – bénéficier du prestige de la fonction, d’autant que, selon le Premier ministre, le Prince a demandé que tout continue comme quand le Roi était vivant450. Un test important a été la nomination d’un nouveau Conseil privé. Il en a réduit le nombre de 16 à 11 membres, mais a gardé le général Prem Tinsulanonda, un des anciens Premiers ministres (1980-1988) les plus proches du roi Bhumibol, pour le présider. Sa proposition de modifier la prochaine Constitution semble indiquer une volonté de réduire le rôle de ce Conseil privé dont le président ne deviendra pas automatiquement régent en cas d’absence du souverain.

  • 451 Ces derniers mots d’origine pali-sanscrite sont difficiles à rendre en français mais cela pourrait (...)

9Il reste que le Prince a beaucoup surpris en refusant d’être proclamé roi aussitôt le décès de son père. Les raisons avancées – s’associer aux hommages rendus au défunt roi – n’ont guère convaincu, d’autant que le Prince s’est rapidement rendu en Allemagne où il avait pris l’habitude de faire de très longs séjours avec celle qui devrait devenir sa quatrième épouse, Suthida Vajiralongkorn Na Ayutthaya, ancienne employée de la Thai Airways qui a connu une promotion fulgurante dans l’armée depuis 2010 (deux promotions par an en moyenne) pour atteindre aujourd’hui le grade de lieutenant-général. Des négociations en coulisse ont vraisemblablement eu lieu entre les généraux qui veulent que le nouveau roi puisse signer la Constitution approuvée par référendum en août. Rentré d’Allemagne le 1er décembre, le Prince a donné son feu vert et le Premier ministre en a informé le président de l’Assemblée législative nationale. Après un vote d’approbation par cette assemblée, son président a demandé au Prince d’accepter le trône, ce qu’il a fait le 1er décembre. Il régnera sous le nom de Somdet prachaoyuhua (roi) Maha Vachiralongkorn Bodin Phrathepphaya Warangkun451. Le rituel de couronnement n’aura sans doute pas lieu avant décembre 2017 ou janvier 2018, une fois la cérémonie de crémation royale achevée. La Thaïlande a donc un Rama X.

Le référendum sur la Constitution et la « feuille de route »

10Jusqu’au mois d’octobre, 2016 a été marquée par une série d’attentats et surtout l’adoption par référendum du projet de Constitution proposé par la junte militaire au pouvoir.

11Le but évident est d’éviter à l’avenir l’émergence d’un grand parti politique qui dominerait le système politique. Peu importe la volonté de la majorité de la population, jugée trop sensible aux promesses dites « populistes », même si elles vont clairement dans l’intérêt de la majorité et si le gouvernement, issu du coup d’État de 2014, se révèle généreux quant à la distribution de l’argent public.

12La feuille de route de la junte pour retourner vers un régime démocratique a pris une année de retard avec le rejet par le Conseil national de la réforme de la première version du projet de Constitution rédigé sous la direction du juriste francophone Borwornsak Uwanno. Le référendum aurait dû avoir lieu en janvier ou février 2016 et des législatives dès décembre ; l’Assemblée se serait réunie en janvier 2017 et un gouvernement civil aurait dû prendre le relais dès février 2017. Les responsables des deux principaux partis politiques ont fait savoir qu’ils jugeaient le second projet de Constitution antidémocratique et qu’ils ne voteraient pas en sa faveur, mais il était interdit d’en débattre publiquement, sous la menace d’une peine de prison pouvant all+er jusqu’à dix ans et d’une amende de 5 300 €. En revanche, le régime militaire a dépêché 350 000 personnes dans les provinces, soit quatre par village, pour inciter la population à voter en faveur de la Constitution.

  • 452 La capitale a voté en faveur de la Constitution à 69 %.

13Finalement, le dimanche 7 août 2016, avec 61,35 % des suffrages pour un taux de participation de 59,4 %, les Thaïlandais ont adopté cette nouvelle Constitution de 279 articles, la 20e depuis juin 1932. Pour le pouvoir, il était symboliquement important d’obtenir un meilleur score qu’en 2007 lorsque la 19e Constitution fut approuvée avec un taux de participation de 57,6 % du corps électoral. En 2016, une question subsidiaire consistait à demander si les 250 sénateurs (nommés) pourraient se joindre aux 500 députés (élus) pour choisir le Premier ministre des cinq années à venir. L’approbation fut légèrement moindre avec 58,07 % de réponses positives. Lorsque l’on regarde les résultats de plus près, on remarque que 14 des 19 provinces du Nord-Est ont voté contre, 5 des 17 provinces du Nord et 3 des 14 provinces du Sud, dont celles en rébellion contre Bangkok452. Cette Constitution comporte quelques nouveautés. L’article 88 prévoit ainsi que chaque parti propose une liste de trois personnes au plus pour occuper le poste de Premier ministre. Le Sénat comprendra vraisemblablement un nombre considérable de militaires (six sièges sont réservés aux généraux les plus gradés), de policiers et de civils proches de l’armée ; pendant les cinq premières années, leur rôle sera important, ils pourront prendre l’initiative de censurer le gouvernement et une personnalité extérieure pourra être choisie pour le poste de Premier ministre si aucun des candidats proposés par les partis n’obtient la majorité absolue, ce qui est loin d’être exclu. Et, même à plus long terme, le Sénat devrait permettre à l’armée de continuer d’exercer un contrôle certain sur la vie politique, surtout si les partis politiques sont affaiblis.

14En août, la Commission électorale a proposé la date du 10 décembre 2017 pour la tenue des élections législatives. Alors que le Premier ministre, le général Prayut Chan-ocha n’a cessé de confirmer que la disparition du souverain ne compromettrait pas le processus électoral et que des législatives auraient bien lieu en novembre ou décembre 2017, le numéro deux du régime, le général Prawit Wongsuwan, vice-Premier ministre et ministre de la Défense, considéré par certains comme le véritable homme fort du pouvoir, n’a pas exclu qu’elles ne puissent être reportées, voire qu’elles n’aient pas lieu si des circonstances « exceptionnelles » se produisaient.

L’armée et les partis

15Avec probablement plus de 1 600 généraux (contre 1 000 pour les États-Unis et 303 en France, par exemple) et 400 000 soldats, l’armée thaïlandaise représente un poids considérable. Il est clair que des centaines de généraux sont sans emploi effectif. Ce qui permet au pouvoir actuel de peupler les diverses assemblées, les conseils et comités, et peut-être même bientôt la Cour constitutionnelle, de représentants aux ordres. Sur les 33 nouveaux membres nommés à l’Assemblée nationale législative, 28 étaient des militaires. Chacun perçoit environ 3 000 € par mois en plus de sa solde d’officier. En 2016, le budget de l’armée a augmenté de 110 millions € tandis que ceux de l’Éducation et des Transports ont été réduits. Il augmente tous les ans depuis que l’armée est au pouvoir.

  • 453 Ce nom provient du fait que le premier poste de ces officiers se trouve généralement dans la provin (...)
  • 454 Certains y ont vu l’influence du général Prem et d’un autre conseiller privé du Roi (et ancien Prem (...)

16La faction de l’armée au pouvoir aujourd’hui est celle des « Tigres de l’Est » (Burapha phayak)453, proches de la Reine, qui regroupe des officiers supérieurs d’origine relativement modeste, dont le général Prawit est considéré comme le leader. La faction rivale, celle du « Cercle des anges » (Wong thewan), réunit traditionnellement des officiers appartenant à des familles de l’élite, mais elle a beaucoup souffert de son alliance avec l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra. Le général Prayut tente de maintenir un équilibre dans les promotions, mais, régulièrement la presse fait état de rumeurs de nouveaux coups d’État de la part de la faction rivale. Le général Thirachai Nakwanich, commandant en chef de l’armée de Terre en 2015-2016, était un « Tigre de l’Est », proche du général Prawit, mais ce n’est pas le cas de son successeur, le général Chalermchai Sitthisat, qui a fait carrière dans les services spéciaux et les services secrets de l’armée454. Il a bien entendu déclaré qu’il ne ferait jamais de coup d’État.

  • 455 Étrangement, les moines bouddhistes pourraient entrer dans les partis politiques, ce qui est totale (...)

17Les dirigeants actuels ont considérablement limité les activités des partis politiques accusés de nombreuses dérives. La loi organique, en préparation fin 2016, vise à réduire le pouvoir des grands partis et à faciliter la création de formations plus réduites. Ainsi, il suffira désormais de 500 membres (au lieu de 5 000 précédemment) pour créer un parti politique455. Après quatre ou cinq ans, le parti qui ne pourra justifier de l’adhésion à jour d’au moins 20 000 membres sera dissous. Mais l’adhésion à un parti pourra être pénalisante dans certains cas. Le parti Pour les Thaïs (Phuea Thai), proche de Thaksin, est spécialement visé. S’il est prouvé qu’il est influencé « de l’extérieur », il pourra aisément être dissous. Un des objectifs de la loi paraît être d’éviter le retour au pouvoir de grands partis – ceux inspirés par Thaksin Shinawatra – assez puissants pour gouverner seuls. Des coalitions de partis de taille moyenne conduiraient à un exécutif faible laissant au Sénat, et à l’armée qui le pilotera, une plus large influence.

  • 456 16e Premier ministre de la Thaïlande, le général Prem Tinsulanonda a dirigé trois gouvernements ent (...)

18Certains de ses conseillers ont recommandé à Prayut de fonder un parti afin de conserver une influence en politique après les élections de l’année prochaine. Selon un sondage auprès de 1 156 personnes en septembre, 26 % des Thaïlandais seraient prêts à soutenir le général Prayut comme Premier ministre après ces législatives. Le général ne semble pas avoir encore pris une décision à ce sujet, avançant que son travail actuel était si prenant qu’il ne pouvait penser à autre chose. Pourtant, au moins depuis le succès du référendum du mois d’août, certaines de ses remarques permettent de déduire qu’il souhaite continuer dans sa fonction actuelle de Premier ministre après les législatives. Le 9 août, un ancien sénateur, proche de l’armée, ancien membre du Conseil national de la réforme, a annoncé un projet de fondation du parti Réforme pour le peuple (Prachachon Patirup) qui cherche à recruter tout particulièrement les militaires à la retraite et ne cache pas son intention de proposer au général Prayut d’en prendre la direction. Ce dernier a décliné l’invitation, toutefois, ce que l’on a baptisé le « modèle Prem » pourrait lui convenir456.

Lutte contre la corruption, crimes de lèse-majesté et droits humains

19Mettre fin à la corruption des élites politiques et des hauts fonctionnaires a toujours été, avec la nécessité de protéger l’institution monarchique, la raison mise en avant des auteurs des nombreux coups d’État dans ce pays. Début octobre, un proche du général Prawit, le général de police Watcharapol Prasarnrajkiten en charge de la Commission nationale contre la corruption, a révélé que son organisme traitait environ 500 affaires qui seraient conclues dans les trois prochaines années. Le Premier ministre a commencé à s’attaquer à la corruption dans la police où l’achat des postes, les bakchichs et les pots-de-vin sont la règle plutôt que l’exception. Un plan de « réforme de la police » à échéance d’un, cinq et vingt ans (selon les problèmes à résoudre) a été lancé en juillet. Il a assez peu de chances d’aboutir.

20Tous les hommes politiques et fonctionnaires soupçonnés de corruption ou d’enrichissement anormal sous les gouvernements précédents sont particulièrement visés. Ainsi, en juillet, ce sont 60 fonctionnaires, puis en septembre, 1 972 (dont un responsable de la province de Nong Khai et deux officiers de police) qui ont été accusés et suspendus ; en novembre 2016, c’est un ancien chef du Département des Revenus qui a été dénoncé pour une fraude au remboursement de TVA évaluée à plus de 100 millions €. La presse révèle de nouveaux cas chaque semaine.

  • 457 Wassana Nanuam, « Preecha “abused power”. Son’s new job leads to nepotism investigation », The Bang (...)

21En revanche, aucune enquête n’est prévue sur les généraux occupant des postes à responsabilité et susceptibles d’enrichissement personnel. Pourtant l’armée, y compris l’entourage proche de la junte, n’est pas à l’abri de dérives. Un neveu du général Prayut, fils du général Preecha Chan-ocha, ancien commandant de la 3e Armée (région Nord), a obtenu des contrats de construction pour un montant de 2,5 millions € de cette même 3e Armée pour une entreprise officiellement domiciliée chez son père. Le délit de conflit d’intérêts semblait évident457.

  • 458 Prawit a un frère amiral et un autre général de police. Il a été chef de l’armée de Terre en 2004-2 (...)

22Le numéro deux du régime, le général Prawit Wongsuwon, plus politique et plus ouvert que le général Prayut, et que certains préféreraient comme Premier ministre458, a été l’objet d’une polémique pour avoir réalisé un déplacement trop coûteux, et pas vraiment indispensable, à Hawaï, du 29 septembre au 2 octobre. Pour cette modeste réunion informelle de défense Asean-USA qui a réuni au total une douzaine de représentants, il a affrété un Boeing 747 de 416 places (pour une délégation de 38 personnes), soit un coût total estimé à 550 000 €, dont près de 16 000 € uniquement pour les frais de bouche. Du caviar aurait été servi mais le général assure qu’il n’a consommé que des nouilles. Pourtant, le 8 octobre, la Cour des comptes locale a estimé que le coût du déplacement était raisonnable.

23Le scandale des 1 358 (ou 1 576) GT200, des détecteurs de bombes défectueux achetés en 2010 pour 30 millions €, alors que l’Ambassade américaine avait prévenu l’armée de leur inefficacité, reste d’actualité, d’autant que ceux-ci sont encore utilisés dans le sud du pays où ils seraient responsables de la mort de plusieurs personnes en raison de leur inefficacité à déceler la présence d’explosifs.

  • 459 Une chronologie détaillée de l’affaire est disponible en langue thaïe sur : (http://news.thaipbs.or (...)

24Des affaires mêlant les crimes de corruption et de lèse-majesté ont éclaté, mais ont finalement été enterrées. Ainsi, le 21 octobre, trois personnes, dont Suriyan Sucharitpolwong, qui fut autrefois l’astrologue le plus célèbre de Thaïlande sous le nom de Mo Yong, son assistant ainsi qu’un officier de police sont arrêtés pour avoir tiré illégalement profit de l’organisation de « Bike for Mom » en août et de « Bike for Dad » prévue en décembre, deux manifestations de parcours à vélo à Bangkok et dans les provinces, à l’initiative du Prince héritier pour célébrer les anniversaires de la Reine et du Roi. Étrangement, les deux principaux protagonistes – l’astrologue et le policier – ont trouvé la mort en prison dans les deux semaines suivant leur incarcération (suicide et maladie). Un autre suspect recherché a préféré quitter le pays459.

  • 460 Un bon résumé en langue thaïe est donné sous le titre « Poet senthang phalan “utthayan Rachaphak” ( (...)

25Autre affaire délicate, celle du parc Rachabhakdi (litt. : « loyauté envers le Roi »), un ensemble de sept gigantesques statues représentant les rois les plus célèbres de l’histoire du pays situé sur un terrain militaire à Hua Hin, à l’ouest de Bangkok, inauguré le 26 septembre 2015 par le Prince héritier460. Chacune de ces statues avait officiellement coûté 1,3 million €, mais rapidement des confidences semblaient révéler que leur prix réel n’était que de 260 000 €, la différence étant passée en commissions diverses. La controverse s’est prolongée durant presque une année jusqu’à ce que le 7 septembre 2016, la Commission nationale contre la corruption estime qu’il n’y avait pas de faute et que la procédure normale avait été suivie.

26À l’inverse, la justice reste implacable pour l’ancienne Première ministre, Yingluck Shinawatra (août 2011-mai 2014), accusée de négligence dans sa politique de subvention aux riziculteurs qui s’est soldée par une quantité astronomique de riz invendu. Il lui est donc demandé de rembourser la somme de 940 millions € que sa politique a fait perdre au pays.

27Le gouvernement prévoit de faire passer une loi permettant à la police de vérifier ce que les Thaïlandais échangent sur Internet. Ici, ce sont les crimes de lèse-majesté qui sont particulièrement visés. En octobre, le ministre de la Justice a fait savoir qu’il demandait la coopération de sept États – dont la France – pour que 19 ressortissants thaïlandais coupables de ce crime soient renvoyés vers la Thaïlande. À ce jour, seul le Cambodge voisin a répondu favorablement. Mais dans ce domaine, la surenchère continue : en novembre, une Thaïlandaise de 62 ans a été condamnée à 150 ans de prison (commués en 50 ans) pour avoir extorqué environ 3 500 € en se prétendant liée à la famille royale.

  • 461 Un résumé en anglais est donné dans la revue en ligne Article 2 of the International Covenant on Ci (...)

28Les organisations internationales pour la protection des droits humains ne cessent de pointer du doigt la Thaïlande pour ses manquements dans ce domaine : restriction de la liberté d’expression et de rassemblement, détention arbitraire, disparitions inquiétantes, décès en prison de suspects, non-respect du droit des réfugiés, peu d’empressement à combattre le trafic des personnes, etc. Dans le Sud, les militaires pratiqueraient depuis longtemps la torture pour obtenir les aveux des séparatistes en révolte. Mais, celle-ci se serait aggravée depuis le coup d’État de 2014. Trois membres de la Cross Cultural Foundation (CrCF), auteurs d’un rapport, diffusé en février, qui a documenté 74 cas de « torture et autres mauvais traitements » ont été poursuivis pour diffamation par l’armée461.

Attentats : le tourisme international visé ?

29Le gouvernement du général Prayut Chan-ocha n’avait pas manqué de faire remarquer que la violence, dans les trois provinces à majorité musulmane de l’extrême Sud, avait diminué depuis le coup d’État de 2014. Mais, du 10 au 12 août, soit une semaine après le référendum sur la Constitution, une série d’attentats dans sept provinces du Sud et du Centre a fait quatre morts et 35 blessés. Treize bombes et quatre incendies volontaires ont touché les provinces de Prachuap Khiri Khan (ville touristique de Hua Hin), Trang, Surat Thani (où se trouve l’embarcadère pour Ko Samui), Nakhon Si Thammarat, Phang Nga, Krabi et Phuket. Pour la plupart donc, il s’agit de provinces touristiques. Comme pour l’attentat de 2015 à Bangkok, les autorités ont commencé par accuser les partis politiques opposés au régime. Un politicien connu, également recteur d’université, n’a pas hésité à désigner l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra comme responsable des attentats. Ces zones étant relativement éloignées des provinces musulmanes de la frontière malaisienne, en insurrection permanente depuis une douzaine d’années, les autorités ont d’abord repoussé l’éventualité que ce soit cette violence de l’extrême Sud qui ait gagné des provinces jusqu’ici paisibles. Pourtant, dès le 23 août, le chef de la police a révélé que les attentats avaient été perpétrés par un réseau d’une vingtaine de personnes de religion musulmane et originaires des trois provinces de l’extrême Sud. Ce qu’a aussitôt démenti le ministre de la Défense. Finalement, début septembre, les attentats auraient été revendiqués par le BRN (Barisan Revolusi Nasional), le principal mouvement de libération du sud musulman.

  • 462 Voir, par exemple, The Sydney Moring Herald, du 9 avril 2016, qui cite le quotidien de langue thaïe(...)

30Alors que, dès le mois d’avril, les médias thaïlandais et étrangers évoquaient des risques d’attentats dans des destinations touristiques comme Phuket et Samui462, on ne peut que souligner l’impuissance de la police à les prévenir, même si des projets d’attentats – comme à Bangkok en octobre – ont sans doute été déjoués sans que trop de publicité ait été faite pour ne pas inquiéter les touristes.

  • 463 En réalité, l’opposition violente des musulmans du Sud est une constante de l’histoire ancienne et (...)

31Fin juillet 2016, le commandant en chef de l’armée de Terre avait expliqué que la situation sécuritaire dans les provinces de l’extrême Sud s’était améliorée et qu’en conséquence il envisageait le retrait de troupes envoyées en renfort. Mais cette violence du Sud commence à rattraper la capitale peu pressée en douze années de véritablement trouver une solution à cette rébellion ouverte463. Aujourd’hui, un projet en préparation de « Triangle de développement » dans ces trois provinces défavorisées, mais frontalières, de la Malaisie est présenté comme une solution intelligente aux problèmes de violence.

Une politique économique volontariste

32Un sondage réalisé du 5 au 10 septembre 2016 par l’université Suan Dusit Rajabhat de Bangkok auprès de 1 254 Thaïlandais dans l’ensemble du pays montre que 78 % des personnes interrogées apprécient le Premier ministre pour sa détermination, sa clarté et sa lutte contre la corruption. Ce serait même le gouvernement le plus populaire depuis plusieurs décennies. Toutefois, ils ont le sentiment que la situation s’était dégradée pour l’économie, la production agricole, l’insurrection dans l’extrême Sud et les attentats à la bombe à Bangkok et les provinces touristiques.

  • 464 Le nombre toujours croissant de bénéficiaires exigerait un budget alloué bien supérieur pour des so (...)

33Dans le bilan des deux premières années du gouvernement Prayut, c’est d’abord la politique de relance qui a été complimentée. Le directeur de l’Université de la Chambre de commerce thaïlandaise lui a ainsi attribué la note de 8 sur 10. De fait, le gouvernement essaie d’attirer les investissements étrangers. Le responsable de la politique économique a fixé l’objectif de 14 milliards € pour 2016. Pour atteindre une croissance du PIB de 4 % en 2017, après 0,8 % en 2014, 2,8 % en 2015 et probablement 3,2 % en 2016, le gouvernement compte sur les 2,6 milliards € de dépenses officielles de relance pour le second semestre de 2016. Pour l’ensemble de l’année les dépenses publiques devraient augmenter de 10 % contre seulement 1,5 % pour l’investissement privé. Finalement, comme la consommation faiblit, pour booster les dépenses des ménages en fin d’année, le gouvernement veut renouveler l’opération de 2015 en offrant une remise d’impôt pouvant atteindre 400 €. Lors de la dernière semaine de 2015, ce sont presque 4 milliards € qui ont ainsi été dépensés dans les centres commerciaux, soit une croissance supplémentaire de 0,2 % du PIB. Et, cette année, la remise pourrait aller jusqu’à 800 €. Comme Thaksin Shinawatra autrefois, le général Prayut commence à être surnommé « Santa Claus ». De même, ce gouvernement dit avoir soin d’améliorer la mesure qui avait fait la popularité de Thaksin en 2002 et qui consistait à ne faire payer que 30 baht (0,80 €) aux plus défavorisés les soins chez le médecin464. Mais, il n’est pas question de populisme tant que le but n’est pas d’inciter la population à soutenir un parti politique en échange de cette générosité.

34L’État continue donc d’occuper un rôle central dans le développement de l’économie par de nombreux projets d’infrastructure (cinq projets pour doubler les voies ferrées, construction de lignes pour trains à grande vitesse, extension de l’aéroport de Suvarnabhumi, construction de nouvelles lignes de métro à Bangkok). Toujours pour stimuler l’économie, le gouvernement a prévu, fin 2016, un budget de près d’1 milliard € pour développer 18 pôles (clusters) industriels dans les provinces.

Le grand projet « Thaïlande 4.0 »

35En juillet, Fitch Ratings, une agence de notation a décidé de dégrader la note de crédit à long terme de la Thaïlande de A - à BBB +. Juste au moment où le gouvernement a débuté la promotion d’une nouvelle politique économique basée sur l’innovation et le numérique baptisée « Thaïlande 4.0 ». Si « Thaïlande 1.0 » avait donné la priorité au développement agricole, « Thaïlande 2.0 » au développement des industries légères pour faire passer le pays du statut de défavorisé à moyennement développé, et que l’actuelle « Thaïlande 3.0 » met l’accent sur le développement industriel, l’étape à venir se donne pour objectif de transformer la Thaïlande en « pays intelligent » d’ici 20 ans. Il s’agit explicitement de développer le secteur des services. Dix industries seront tout particulièrement privilégiées dont sept dans le secteur de l’économie digitale. Sur un plan plus global, le général Prayut a énoncé les trois composantes cette politique : 1. Transformer la Thaïlande en un pays à hauts revenus par une économie basée sur la connaissance, l’accent étant mis sur la recherche et le développement, la science, la technologie, et l’innovation. 2. Se rapprocher de l’idéal d’une « société inclusive » avec un accès équitable aux fruits de la prospérité. 3. Assurer une croissance et un développement durable afin de préserver l’environnement. Cependant, les premiers résultats ne sont pas escomptés avant quatre ou cinq ans et dépendront donc beaucoup du gouvernement qui sortira des urnes après les législatives de 2017. Une autre difficulté pourrait consister à vouloir à tout prix conserver la philosophie de la suffisance économique (setthakit phophiang) développée par le roi Bhumibol au moins depuis la crise de 1997. Car dans ses interventions postérieures à la disparition du souverain, le général Prayut ne manque pas de faire référence à cette philosophie royale, mais davantage pour ses principes moraux que comme véritable modèle de développement.

36Le secteur touristique reste une valeur sûre puisqu’il représente plus de 11 % du PIB, soit 43 milliards €. Des mesures sont prises pour faciliter les voyages de nombreux ressortissants européens et asiatiques, dont les Chinois, les Taiwanais et les Indiens, qui n’auront plus besoin de visa. L’objectif annoncé est l’accueil de 350 000 touristes supplémentaires susceptibles de rapporter jusqu’à 760 millions € de plus. Mais le secteur pourrait se trouver rapidement en difficulté. Si le royaume a accueilli 33 millions de visiteurs en 2015, les prévisions pour 2016 ne font état que de 32,6. Très largement majoritaires, les touristes asiatiques (surtout Chinois, Malaisiens, Japonais, Coréens et maintenant Indiens) sont particulièrement sensibles aux questions de sécurité et les attentats de Bangkok en 2015 et des provinces du moyen Sud en 2016 ont été perpétrés dans des lieux prisés des touristes. Dans un domaine bien différent, l’année de deuil, qui a débuté avec la haute saison touristique, va sans doute inciter les amateurs du « gai Bangkok » (« gai Pattaya », « gai Phuket », etc.) à se diriger vers d’autres destinations. À partir de septembre 2016, c’est la dénonciation des « séjours à zéro dollar » qui a eu des effets négatifs. Ces voyages tout compris et à bon marché concernaient spécialement les touristes chinois qui devraient tout de même être 8,8 millions (mais au lieu des 9-10 millions prévus).

  • 465 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker (dir.), 2016, Unequal Thailand. Aspects of income, wealth and pow (...)
  • 466 Global Wealth Databook 2016, Zurich, Crédit Suisse Research Institute, novembre 2016, table 6.5, p. (...)

37Dans un ouvrage paru en 2016, des universitaires locaux expliquent que, si les inégalités ont été réduites depuis les gouvernements successifs de Thaksin Shinawatra (2001-2006), la société thaïlandaise reste l’une des plus inégalitaires d’Asie465. Dans un rapport publié en 2016 par l’institut de recherche du Crédit Suisse, sur 38 pays étudiés, la Thaïlande arrive en 3e position pour l’inégalité, puisque 1 % de la population posséderait 58 % des richesses466. L’endettement des ménages est particulièrement important puisqu’avec 4 125 € en moyenne (pour l’année 2015), il équivaut à près de six mois de revenus. Les chômeurs ne représenteraient en revanche qu’environ 1 % de la population active, mais, comme en France, beaucoup échappent aux statistiques. Pour la première fois depuis quatre ans, au 1er janvier 2017, le salaire minimum quotidien a augmenté de moins de 2 % pour passer de 305 à 310 baht (7,8 à 8,20 €) selon les provinces. En outre, comme cela était annoncé depuis l’année précédente, près de 340 millions € vont être distribués à 5,4 millions de chômeurs ou de personnes aux revenus inférieurs à 2 600 € par an et 172 autres millions € seront destinés à 2,9 millions d’agriculteurs. Avec la nouvelle politique de « Thaïlande 4.0 », les industries nécessitant une forte main-d’œuvre devraient perdre en importance, mais le besoin de travailleurs hautement qualifiés représente un véritable défi. Comme première réponse, le général Prayut a décidé en juin de porter de 12 à 15 ans la scolarité gratuite obligatoire.

Un équilibre semble se dessiner entre la Chine et les puissances régionales

38Lors du 14e sommet Asean-Inde, début septembre à Vientiane, la Thaïlande a proposé un rapprochement avec l’Inde. Mais l’Inde n’est que le 15e partenaire commercial de la Thaïlande avec des échanges évalués à 210 millions € en 2015. Le pays multiplie également les efforts pour maintenir de solides relations avec le Japon, le premier investisseur dans le pays. C’est d’ailleurs Tokyo qu’a choisi le vice-Premier ministre en charge de l’économie, Somkid Jatusripitak, pour son premier déplacement à l’étranger, fin novembre 2015, accompagné des ministres de l’Industrie, du Commerce, des Transports, de la Science et de la Technologie, et du Tourisme et des Sports. La Thaïlande s’est déclarée disposée à rejoindre l’Accord de partenariat transpacifique qui regroupe notamment les États-Unis, le Canada, l’Australie, le Japon et quatre pays d’Asie du Sud-Est.

  • 467 Erich Parpart, « Thailand plays the China card again », The Bangkok Post, 10 octobre 2016.
  • 468 « China says it didn’t influence Wong ban », The Bangkok Post, 11 octobre 2016, p. 2.

39Mais les relations avec la Chine sont d’une autre nature et le gouvernement issu du coup d’État est désormais manifestement dans l’orbite de Pékin. L’expression de « colonie politique de la Chine » est même utilisée467. Déjà en juillet 2015, 109 Ouïghours du Xinjiang chinois, que la Turquie avait accepté d’accueillir comme réfugiés politiques, avaient été renvoyés de Thaïlande en Chine. Le 13 novembre 2015, deux dissidents chinois venus en Thaïlande, considérés comme des réfugiés politiques par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés ont été renvoyés en Chine. Les États-Unis et plusieurs organisations de défense des droits humains protestèrent, mais le général Prayut répliqua qu’il n’accordait pas d’importance aux réactions internationales. En octobre 2016, Joshua Wong, un activiste de Hong Kong, invité par l’université Chulalongkorn pour parler de la « Révolution des parapluies » de 2014 à Hong Kong, a été détenu à son arrivée à l’aéroport de Bangkok, puis expulsé (alors que les Hongkongais peuvent entrer en Thaïlande sans visa pour un séjour de 30 jours). La Chine a soutenu qu’elle n’avait rien demandé, mais certaines sources indiquaient le contraire468.

  • 469 Paritta Wangklat, « The quiet Chinese revolution », Bangkok Post-Spectrum, 18 septembre 2016, p. 70 (...)

40Dans le domaine des infrastructures et des transports les relations avec la Chine sont étroites. Le principal projet consiste à construire deux routes d’une longueur totale de 873 km reliant la Chine aux régions industrielles du Sud-Est thaïlandais via le Laos. Mais les liens concernent désormais à peu près tous les domaines, y compris les plus sensibles comme les achats d’armes et la coopération militaire. La Thaïlande a apparemment renoncé à maintenir la neutralité nécessaire, par exemple, pour jouer un rôle d’intermédiaire dans le différend de la mer de Chine méridionale qui oppose la Chine à quatre pays de l’Asean. Fidèle à sa tradition, la Thaïlande penche du côté du plus fort, et dans la région, aujourd’hui, la Chine est la plus puissante. Le désengagement annoncé par le nouveau président des États-Unis devrait amplifier la tendance. À cette influence croissante, s’ajoute une nouvelle vague de migration de travailleurs et étudiants venus de Chine. On estime ainsi que 350 000 à 400 000 Chinois seraient récemment arrivés en Thaïlande, la majorité en situation illégale469. Début septembre 2016, la Chine a invité le Premier ministre thaïlandais à participer au 11e sommet du G20 à Hangzhou. Largement isolé diplomatiquement, et saisissant chaque opportunité pour rencontrer les grands chefs d’État et de gouvernement du monde, le général Prayut en a été particulièrement flatté. Mais les poignées de main à la une des quotidiens ne doivent pas induire en erreur, ce n’est qu’après les législatives de fin 2017 ou 2018 que la Thaïlande pourra espérer revenir dans le concert des nations.

L’armée s’installe dans la durée pour « rendre le bonheur au peuple »

41L’entretien télévisé que le général Prayut donne tous les vendredis soir (excepté pendant les jours qui ont suivi le décès du Roi) portait le titre, particulièrement significatif de l’ambition du binôme Prayut-Prawit de « Rendre le bonheur aux nationaux » (khuen khwamsuk hai khon nai chat). À cette fin, ils s’autorisent à intervenir dans tous les domaines.

  • 470 J’ai donné un compte rendu de cet ouvrage dans la revue Moussons. Recherche en sciences humaines su (...)
  • 471 Selon un sondage réalisé fin août par l’Université de Bangkok, le maintien de cet article 44 serait (...)

42En 2015, une nouvelle Histoire de la nation thaïe [ou thaïlandaise] (Prawattisat chat thai) a été publiée. L’inspirateur de cet ouvrage n’est autre que le Premier ministre qui en a signé la préface. Cette initiative est révélatrice de la volonté des militaires au pouvoir de ne pas se contenter d’agir sur le système politique et économique, mais de changer la société en profondeur, sa vision de l’histoire incluse. Outre sa vocation nationaliste, la réécriture de ce manuel d’histoire mérite une mise en perspective en regard des modalités traditionnelles de légitimation du pouvoir royal. Les fondateurs des dynasties des anciens royaumes du Siam prenaient soin de faire rédiger une nouvelle version des annales royales une fois intronisés. Le général Prayut dispose désormais de la sienne470. Avec l’article 44 de la Constitution de 2014, qui lui confère les pleins pouvoirs471, il s’octroie des prérogatives similaires à celles des rois avant l’abrogation de la monarchie absolue.

  • 472 Ce 12e Plan prévoit une croissance annuelle de 5 % du PIB et un revenu annuel par personne de 8 200 (...)

43À l’occasion du deuxième anniversaire de sa prise du pouvoir, le général Prayut a rappelé que le coup d’État était nécessaire pour mettre fin à un gouvernement responsable de la pauvreté, des disparités économiques, de la corruption et du désordre. La junte estime, par ailleurs, que c’est à elle, plutôt qu’à des civils décrédibilisés, d’assumer les réformes indispensables et la responsabilité de lancer les purges. Sukhumbhand Paribatra, gouverneur de Bangkok, deux fois élu par les habitants de la capitale, en a fait les frais quand il a été renvoyé de ses fonctions au mois d’août 2016. Dans cet élan, Prayut promettait le 12 septembre que la Thaïlande ne connaîtrait plus de corruption d’ici vingt ans et se félicitait déjà, le 15 septembre, d’avoir pu rendre le sourire aux Thaïlandais. Commencé en octobre 2016, le 12e Plan quinquennal de développement économique et social qui couvre la période 2017-2021472 doit inaugurer une période de vingt ans estimée nécessaire par la junte au pouvoir pour instaurer une vraie démocratie. Tous ces projets politiques et économiques lancés à moyen et long terme par les généraux actuellement aux manettes pourraient être présentés comme autant de bonnes raisons pour se maintenir au pouvoir après les prochaines échéances électorales.

*

  • 473 La période qui suivit le coup d’État d’octobre 1977 fait sans doute exception puisqu’après une déce (...)

44L’histoire moderne du pays montre que lorsque les militaires thaïlandais s’installent durablement au pouvoir, ou montrent que telle est leur intention, la séquence se termine fréquemment par des massacres interrompus par un arbitrage royal du roi Bhumibol comme ce fut le cas en 1973 et en 1992473. La question que tout le monde se pose désormais est de savoir comment l’institution royale va se positionner par rapport à la mainmise des militaires sur le pouvoir : s’inscrira-t-elle dans la continuité des interventions de Rama IX ?

Annexes

Fiche Thaïlande

Capitale : Bangkok

Superficie : 513 115 km2

Population (est. 2016) : 68 147 000 hab.

Langue officielle : thaï

Données politiques

Nature de l’État : monarchie

Nature du régime : constitutionnel (une nouvelle constitution a été approuvée par référendum le 7 août 2016)

Suffrage : universel et obligatoire (à partir de 18 ans)

Chef de l’État : S.M. le roi Maha Vajiralongkorn Rama X (depuis le 1er décembre 2016)

Premier ministre : le général Prayuth Chan-ocha (depuis le 25 août 2014)

Ministre des Affaires étrangères : Don Pramudwinai (depuis le 19 août 2015)

Président de l’Assemblée nationale législative : Pornpetch Wichitcholchai (depuis le 18 août 2014)

Échéances : élections législatives fin 2017 ou début 2018

Contentieux territoriaux et maritimes : avec le Laos concernant certaines îles du Mékong

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques : Thaïs (75 %), Chinois (12 %), Malais (Jawi) (3 %), Khmers (2 %), Birmans (2 %), Montagnards (Karen, Hmong, Akha, Yao, Lisu, Lahu, Lu’s, Htin) (1,2 %), Japonais et Coréens (0,9 %), Kui (0,5 %), Môn (0,17 %), Lawa (0,25 %), Viêts (0,15 %), Indiens (0,12 %), autres (0,7 %)

Religions (2015) : bouddhisme (94,6 %), islam (4,3 %), christianisme (1 %)

Taux de croissance démographique (2015) : 0,34 %

Espérance de vie (2014) : 74,4 ans

Indice de fécondité (2014) : 1,5

Taux de natalité (2014) : 10,8 ‰

Taux de mortalité (2014) : 7,9 ‰

Taux de mortalité infantile (2014) : 10,5 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2015) : 93,9 %

Taux d’urbanisation (est. 2016) : 51 %

Indice de développement humain (2014) : 0,726 (93e sur 188 pays)

Indicateurs économiques

Monnaie : baht (1 euro = 38,9 baht)

Balance des paiements courants (2015) : 31,6 milliards $ US

Dette extérieure (2015) : 129,5 milliards $ US

PIB (2015) : 391,2 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita en dollars courants (2015) : 5 757 $ US

Taux de croissance du PIB (est. 2016) : 3,2 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (2014) : agriculture (10,4 %), industrie (36,8 %), services (52,7 %)

Taux d’inflation (2015) : - 0,9 %

Taux de chômage (2014) : 0,8 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (2015) : 10,9 %

IDE entrant (flux) : 10,8 milliards $ US

IDE entrant (cumulés ou stocks) : 175,4 milliards $ US

IDE sortant (flux) : 7,7 milliards $ US

IDE sortant (cumulés ou stocks) : 68,1 milliards $ US

Principaux partenaires commerciaux : Chine, États-Unis, Japon, Malaisie

Importations (2016) : 194,7 milliards $ US

Principaux produits importés : pétrole (14 %), circuits intégrés (4 %), or (3 %)

Exportations (2016) : 215,3 milliards $ US

Principaux produits exportés : plastic et caoutchouc (13 %), ordinateurs (8 %), circuits intégrés (4 %), véhicules (7 %)

Chronologie

DÉCEMBRE 2015

2 Le ministre adjoint de la Défense, Udomdej Sitabutr, refuse de démissionner malgré les soupçons d'implication au sein d'une affaire de corruption liée à la construction du parc de Rajabhakti qui pèsent sur lui.

7 Onze étudiants sont arrêtés et emprisonnés pour réunion illégale dans le cadre de l'affaire de la construction du parc de Rajabhakti.

8 Thanakorn Siripaiboon est arrêté. Il risque jusqu’à 37 ans de prison pour avoir publié sur Facebook un commentaire jugé « sarcastique » sur le chien du Roi.

12 Lors de la 21e Conférence sur le changement climatique (COP 21), le chef du gouvernement annonce l’objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre, en Thaïlande, de 20 à 25 % d’ici à 2030.

23 Selon un sondage réalisé par l'Office national des statistiques, 99,3 % des Thaïlandais sont satisfaits de la gestion du pays par le gouvernement militaire.

26 La mort de la chienne du Roi, Thong Daeng, fait la une de tous les journaux nationaux.

JANVIER 2016

8 La Thaïlande a atteint un nouveau record d’affluence en 2015 en accueillant près de 30 millions de visiteurs. Le tourisme représente ainsi plus de 14 % du PIB.

La Commission électorale décide que le référendum sur le projet de nouvelle Constitution se déroulera le 31 juillet 2016.

11 Le comité de rédaction de la Constitution décide que le bouddhisme ne sera pas désigné comme religion officielle de l’État.

12 Le ministre des Affaires étrangères annonce que la Thaïlande offre une aide de 200 000 $ US à la Jordanie et au Liban pour aider les réfugiés syriens.

La présidence du Groupe des 77 est transmise à la Thaïlande pour 2016. Club de diplomatie informelle, il s’inscrit en contrepoids des G7, G8 ou encore G20.

13 Le Board of Investment (BOI), organisme d'État, annonce une baisse de 78 % des investissements directs étrangers (IDE) en Thaïlande entre janvier et novembre 2015.

14 Le groupe Anonymous annonce avoir piraté près de 300 sites web gouvernementaux et judiciaires thaïlandais en représailles contre les peines de mort prononcées à l'encontre de deux jeunes birmans dans le double meurtre de Koh Tao.

Phra Maha Ratchamangalacharn est choisi par le Conseil suprême de la Sangha pour être désigné comme le 20e patriarche suprême de Thaïlande.

15 Ouverture du procès de Yingluck Shinawatra, ex-Première ministre, accusée de négligence face au financement d’un programme de subvention du riz.

FÉVRIER 2016

2 La multinationale Nestlé admet que le travail forcé était utilisé en 2015 au sein de sa chaîne d'approvisionnement en Thaïlande.

9 Le 35e exercice militaire commun annuel entre la Thaïlande et les États-Unis débute à Sattahip. L’ambassadeur des États-Unis, Glyn Townsend Davies, rappelle la promesse du Premier ministre thaïlandais de retour à la démocratie.

10 Un rapport, intitulé Torture and ill treatment in Thailand's Deep South, paraît sur les actes de tortures perpétrés par les autorités dans le sud de la Thaïlande. Il est coédité par trois défenseurs des droits humains, Pornpen Khongkachonkiet, directrice d'Amnesty International Thaïlande, Anchana Heemmina, fondatrice du Duay Jai Group et Somchai Homlaor, président de la Cross Cultural Foundation.

12 Les autorités thaïlandaises régularisent 70 000 travailleurs étrangers en réponse aux menaces de boycott émanant de l’Union européenne.

15 Près de 30 000 bonzes se réunissent au parc bouddhiste de Phutthamonthon afin de demander au Premier ministre d’accélérer la confirmation de la nomination de Somdet Phra Maha Ratchamangalacharn au poste de patriarche suprême.

17 Deux Ouigours accusés d’avoir participé aux attentats qui ont touché Bangkok en août 2015, plaident non coupables lors de l’ouverture de leur procès devant le tribunal militaire. L’un d’entre eux déclare avoir avoué sa participation aux attentats sous la torture.

19 La Cour d’appel rejette la plainte déposée par les mouvements Resistant Citizen et New Democracy Movement pour rébellion lors du coup d’État du 22 mai 2014. Le général Prayut Chan-ocha et quatre autres membres du Conseil national pour la paix et l’ordre ont été amnistiés en vertu de la Constitution provisoire de 2014.

Une dizaine d'hommes affirmant appartenir à la police se rendent chez Anchana Heemmina et interroge la mère en l'absence de la militante pour les droits humains. En vertu de la loi sur la sécurité nationale, les autorités de la province de Songkha peuvent détenir des personnes sans charges jusqu'à 37 jours.

27 Sept officiers et quatre civils sont blessés dans l’explosion d’une voiture piégée ciblant un centre de la police aux frontières situé à Pattani. Le vice-Premier ministre, Prawit Wongsuwan, affirme qu’il n’y a aucun lien avec l'État islamique.

MARS 2016

5 Wattana Muangsook, ex-ministre du Commerce et membre dirigeant du parti Puea Thai, est mis en détention pour violation de la loi relative aux délits informatiques. Il est accusé d’avoir condamné sur sa page Facebook les critiques du vice-Premier ministre Prawit Wongsuwan envers Yingluck Shinawatra.

6 Le Département des enquêtes spéciales (DSI) demande au candidat au poste de patriarche suprême, Phra Maha Ratchamangalacharn, de remettre aux autorités sa Mercedes Benz de collection déclarée illégale.

7 Un représentant du gouvernement annonce que le nom du candidat pressenti au poste de patriarche suprême devait être proposé par le Premier ministre à l’approbation du Conseil suprême de la Sangha bouddhiste avant soumission au Roi.

17 Le plus grand procès contre le trafic d'êtres humains en Thaïlande s’ouvre avec 92 accusés dont un officier haut gradé de l’armée.

27 Le vice-Premier ministre, Prawit Wongsuwon, souhaite que le Conseil national pour la paix et l’ordre mette en place des cours de rééducation pour les politiciens dont l’attitude ne serait pas respectueuse envers le gouvernement.

AVRIL 2016

6 Trois anciens députés du parti Puea Thai reçoivent une convocation pour se rendre rapidement dans un camp militaire après avoir distribué des bols rouges en plastique portant un message de Thaksin Shinawatra.

9 L’Assemblée nationale rejette toutes les demandes de reformulation de la deuxième question prévue pour le référendum constitutionnel du 7 août.

21 L'ancien ministre du Commerce et député Puea Thai, Watana Muangsook, est conduit devant la Cour militaire de Bangkok.

22 Une loi sur le référendum prévoit que l’expression d’une opinion jugée trop marquée sur le projet de constitution pourra être punie d’une peine pouvant aller jusqu’à 10 ans de prison.

MAI 2016

2 Le tribunal militaire approuve la requête de la Division de répression de la criminalité en repoussant le temps de détention de Watana Muangsook de 12 jours pour investigation.

6 La mère d’un important activiste anti-coup d’État, Sirawith « Ja New » Seritiwat, fait face à des accusations de lèse-majesté et de criminalité informatique pour n’avoir pas contredit des propos négatifs envers la royauté au cours d’une conversation privée sur Facebook. En réaction, une campagne est lancée pour protester contre le réseau social Facebook et la protection des données privées.

10 Le tribunal militaire de Bangkok relâche sous caution 6 des 8 administrateurs d'une page Facebook qui s’étaient moqués du Premier ministre, les 2 restants demeurent détenus à la demande de la police.

17 Trois capitaines de bateau thaïlandais s’échappent de leur centre de détention en Indonésie. Ils avaient été arrêtés alors qu’ils pêchaient illégalement dans les eaux indonésiennes sous pavillon malais, avec 79 membres d’équipage cambodgiens et birmans disposant de faux papiers thaïlandais.

18 Le Département des enquêtes spéciales pose un ultimatum à Phra Luang Por Dhammajayo qui doit se rendre aux autorités avant le 26 mai afin d’être entendu sous peine d’être poursuivi en justice.

26 L’avocat de Phra Dhammajayo déclare qu’il n’a pas pu se présenter aux autorités, car il s’est évanoui dans le véhicule qui l’y conduisait. Le Département des enquêtes spéciales prévoit de perquisitionner le temple Wat Phra Dhammakaya.

Des véhicules lourds sont garés devant l’entrée du Wat Phra Dhammakaya afin d’en bloquer l’accès et d’empêcher le Département des enquêtes spéciales de procéder à l’arrestation de Phra Dhammajayo.

JUIN 2016

1 L'abbé supérieur de la province de Pathum Tani accepte d’endosser le rôle de médiateur entre le Département des enquêtes spéciales et Phra Dhammajayo

La Cour pénale condamne le chanteur Thanat Thanawatcharanont, plus connu sous le nom de Tom Dundee, à 7 ans et 6 mois de prison pour insulte à la monarchie dans un discours tenu il y a trois ans.

Une perquisition au « Temple des tigres » dans la région de Kanchanaburi permet de découvrir 40 cadavres congelés de bébés tigres. Le lieu est désormais fermé, après plusieurs décennies de controverse.

8 La police commence une vaste opération de contrôle visant trente autres zoos de tigres du pays.

9 Deux hommes politiques en poste sous le premier mandat de Taksin Shinawatra écopent de six ans de prison chacun suite à des accusations de malversations datant de 2001 et 2002.

16 Après l'échec des négociations, la police encercle le Wat Phra Dhammakaya, se préparant à entrer de force dans le temple et arrêter Phra Dhammajayo. De nombreux fidèles bloquent les accès, et poussent les forces de l’ordre à se retirer.

28 La police arrête l’ancien ministre adjoint au commerce, Banyin Tangpakorn, pour l’assassinat présumé du tycoon Chuwong Sae Tang, en 2015.

JUILLET 2016

5 La police lance les poursuites en justice contre les disciples ayant fait obstruction à l’action des forces de l’ordre pour appréhender Phra Dhammajayo.

26 Les défenseurs des droits humains, Pornpen Khongkachonkiet, Anchana Heemmina et Somchai Homlaor, reçoivent une citation à comparaître pour diffamation.

AOÛT 2016

1 La mère de l’étudiant militant Sirawith « Ja New » Seritiwat est inculpée par le tribunal militaire pour crime de lèse-majesté.

9 Un groupe de militants dépose une requête auprès de la Commission nationale anticorruption (NACC) contre la Commission électorale (CE) pour l'organisation de ce qu'ils considèrent comme un référendum injuste.

10 La Commission électorale annonce les résultats du référendum sur la Constitution. Le oui l'emporte avec 61,35 % des voix pour une participation de 59,4 %.

11 Une double explosion à l’extérieur d’un bar de la ville de Hua Hin tue une femme et blesse 19 personnes.

12 Deux bombes explosent dans la ville de Surat Thani faisant un mort et trois blessés. Deux autres bombes explosent à Pukhet, blessant une personne, alors qu’un troisième engin est désactivé par les forces de sécurité. Deux autres explosions n’ayant blessé personne ont aussi été rapportées dans la province de Phangnga.

15 La visite du Prince Akishino, plus jeune fils de l’empereur du Japon, est annulée du fait des attentats et de la menace sécuritaire qui pèse sur le pays.

L’analyse scientifique des dispositifs explosifs utilisés lors des multiples attaques permet d’affirmer qu’ils étaient de même type.

18 Plus de 15 personnes sont actuellement détenues dans le cadre de l’enquête sur les attentats ayant frappé le sud du pays.

23 Un hôtel est touché par un attentat faisant deux morts dans la province de Pattani.

29 La Thaïlande et la Malaisie s’accordent sur un projet de construction d'un mur le long de leur frontière commune.

SEPTEMBRE 2016

2 Prayut Chan-ocha ordonne la suspension de 21 fonctionnaires accusés de fautes professionnelles ou d'actes de corruption. Le porte-parole du Bureau du Premier ministre a déclaré que jusqu'à présent, 258 fonctionnaires avaient été suspendus et mis en examen.

Selon le dernier sondage de l'université de Bangkok, 73,8 % des 1 232 personnes interrogées estiment que la corruption est moins élevée après deux ans du gouvernement du général Prayut Chan-ocha.

7 La Cour suprême condamne Sondhi Limthongkul, fondateur du groupe de presse Manager Media Group et ancien leader du mouvement People's Alliance for Democracy, à une peine de 20 ans de prison pour falsification de documents.

8 La Commission nationale de lutte contre la corruption (NACC) décide à l'unanimité que le projet de construction du parc Ratchapakdi avait été mis en place dans le respect des réglementations.

9 Une attaque à la bombe perpétrée dans le district de Yarang, à Pattani, fait deux blessés parmi les policiers, une autre, dans la province de Songkhla, fait un blessé.

10 Le Bureau de l'immigration lance une opération de grande ampleur afin d'appréhender les travailleurs étrangers qui occuperaient des emplois réservés aux Thaïlandais selon l'Alien Employment Act.

13 Les représentants des principaux médias s'opposent à un projet de loi qui envisage la création d'un conseil centralisé pour les médias.

16 L'Assemblée nationale a voté l'inculpation de l'ancien ministre de la Défense Sukampol Suwannathat. Ce dernier est accusé dans le cadre de l'affaire des subventions pour le riz.

21 Le général Preecha Chan-ocha, frère cadet du Premier ministre, est une nouvelle fois accusé de népotisme pour avoir favorisé un de ses fils dans le cadre d'un appel d'offres public dans la construction. C'est la troisième affaire du même genre dans laquelle il est soupçonné.

Le Conseil des ministres a approuvé la proposition du Bureau du Premier ministre de décréter le 28 septembre comme journée du drapeau national thaïlandais.

23 Dans la province de Bueng Kan, à la frontière avec le Laos, des écoliers thaïlandais ont été invités à brûler huit tonnes de marijuana saisies par la police ces deux dernières années.

26 L'ancienne Première ministre Yingluck Shinawatra est condamnée à verser la somme de 35,7 milliards de baht, soit près d'un milliard d'euros, pour son implication dans le programme de subvention du riz.

OCTOBRE 2016

5 L'activiste hongkongais Joshua Wong, figure de proue du mouvement des parapluies et secrétaire général du parti Demisisto, a été brièvement détenu à l'aéroport de Bangkok par les autorités thaïlandaises alors qu'il était invité à s'exprimer à l'université Chulalongkorn pour les 40 ans de la répression gouvernementale de 1976.

13 Le roi de Thaïlande Bhumibol Adulyadej, Rama IX de son nom de règne, décède à l'âge de 88 ans, après 70 ans de règne. Cela faisait deux ans qu'il était hospitalisé de manière quasi continue et plus d'un an qu'il n'était pas apparu en public.

18 Cinq jours après la mort du Roi, la junte militaire s'est engagée dans une traque contre les messages critiquant le défunt souverain sur les réseaux sociaux. Certains médias appellent, par ailleurs, leurs lecteurs à signaler les contenus critiquant la monarchie et la junte militaire.

NOVEMBRE 2016

3 D'après la police une douzaine d'attaques simultanées ont touché le sud de la Thaïlande. Si aucune des attaques n’a été revendiquée, les autorités déclarent que le mode opératoire s'apparente à celui des insurgés musulmans.

15 Début du procès des deux suspects ouïgours jugés pour l'attentat d'Erawan perpétré en août 2015.

23 La police a pour la première fois déclaré et reconnu qu'un certain nombre de Thaïlandais entretiendrait des liens avec l'État islamique.

DÉCEMBRE 2016

1 Le Parlement thaïlandais met fin aux spéculations et a officiellement appelé le prince Maha Vajiralongkorn à prendre la succession de son père, Bhumibol Adulyadej (Rama IX). Néanmoins le couronnement ne pourra être effectué qu’après la crémation de son père, courant 2017.

Portraits

Sukhumbhand Paribatra ou comment se débarrasser du dernier élu

Élu gouverneur de Bangkok en 2009, Sukhumbhand Paribatra, est issu de la famille royale. Son grand-père, un fils du roi Chulalongkorn (1868-1910), a joué un rôle essentiel jusqu’au changement de régime en 1932. À la fin de sa carrière, il fut même une sorte de gouverneur de Bangkok. Lors de l’abdication de Rama VII en 1935, la famille Paribatra aurait pu hériter du trône, ce qui explique sans doute le caractère de Sukhumbhand, indépendant, non conformiste, voire franc-tireur à la limite de la dissidence.

Éduqué dans les meilleures écoles anglo-saxonnes, il revient des États-Unis avec un master en sciences politiques pour enseigner à l’université. En 1997, sans mandat électif, il est nommé vice-ministre des Affaires étrangères.

En janvier 2009, devenu gouverneur de Bangkok pour le Parti démocrate, il lance une vaste opération de réhabilitation de Sanam Luang, l’esplanade royale où se déroulent les grands rituels royaux comme les crémations. Il a aussi eu une action nationale importante quand il se rend à Brunei pour rencontrer l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, leader de l’opposition en exil. À son retour, Sukhumbhand entame des négociations avec les leaders des Chemises rouges, mais très vite, le Premier ministre de l’époque, Abhisit Vejjajiva (2008-2011), décide d’interrompre les discussions.

Le Parti démocrate n’est pas satisfait de ce premier mandat et ses leaders songent à présenter pour 2013 un autre candidat. Mais Sukhumbhand prend tout le monde de cours en déclarant sa candidature sans l’aval du parti, lequel accepte à contrecœur sans contribuer activement à sa réélection.

Le 6 avril 2016, alors que le Parti démocrate célèbre son 70e anniversaire, l’absence de Sukhumbhand fut remarquée et consomma la rupture. Dans le cadre de la politique gouvernementale de lutte contre la corruption, Sukhumbhand a été suspendu par le Premier ministre le 25 août 2016, puis remplacé le 18 octobre, par le général de police Aswin Kwanmuang, déjà vice-gouverneur, en vertu de l’article 44 de la Constitution. Les faits qui sont reprochés à Sukhumbhand ont trait à des dépenses démesurées, notamment dues au spectacle pyrotechnique du Nouvel An 2015 et à l’utilisation illégale d’un budget pour la modernisation du bureau du gouverneur. Après avoir dissous l’Assemblée nationale, le pouvoir en place termine ainsi sa tâche en renvoyant le dernier élu.

Suthep Thaugsuban, un « démocrate » pro-militaire

À 67 ans, Suthep Thaugsuban est l’un des politiciens les plus expérimentés du pays. Il entame sa carrière politique comme chef de canton dans le Sud, puis comme député de la province de Surat Thani pour le Parti démocrate avant de gravir progressivement l’échelon national aux postes de secrétaire de ministre, vice-ministre, ministre des Communications entre 1997 et 2000, et de vice-Premier ministre de 2008 à 2011. Entre mars 2003 et juillet 2011, il est enfin nommé comme secrétaire général du Parti démocrate, poste souvent dévolu à une personne qui contribue généreusement aux finances du parti ou disposée à exécuter les besognes les plus ingrates.

La famille Thaugsuban est l’une des familles les plus fortunées de Surat Thani. En 2006, ses 180 bassins d’élevage de crevettes rapportent 16,25 millions €, de quoi verser au parti une contribution de 25 000 € par mois selon le quotidien Matichon. Localement désigné comme un homme influent (chaopho), Suthep est souvent présenté comme l’un des politiciens les plus corrompus du pays.

En 2010, alors vice-Premier ministre, il est à la tête du Centre pour la résolution des situations d’urgence – avec les généraux Prawit Wongsuwan, Prayut Chan-ocha, et Sukhumbhand Paribatra – qui ordonne à l’armée de chasser les Chemises rouges du centre de Bangkok, ce qui s’est terminé par un bain de sang avec 90 morts. En 2013, Suthep, sorti du Parti démocrate, prend la tête du principal mouvement de protestation contre le gouvernement de Yingluck Shinawatra. Agissant dans la plus complète illégalité, il participe aux opérations de déstabilisation de rue qui se soldèrent par le coup d’État du 22 mai 2014. Suthep a ensuite révélé qu’il avait conseillé Prayut pour renverser le régime, mais le général dément.

Pour se refaire une virginité, Suthep devient moine bouddhiste au centre Suan Mokkh, en 2014. Mais dès le mois de mai 2015, il sort de son silence et déclare que le général Prayut a fait preuve d’une grande honnêteté dans la résolution des conflits et devrait rester à son poste de Premier ministre cinq années supplémentaires. En avril 2016, il soutient le projet de Constitution proposé par la junte. Suthep, dont les liens avec le Parti démocrate restent forts, pourrait ainsi représenter un homme politique en réserve pour permettre à la junte de se maintenir au pouvoir.

Arrêt sur image

Graffiti en hommage au défunt roi
© Patrice Bourdin

Cette photo représente un graffiti en hommage au défunt roi. La formule : « Nous sommes nés sous le règne de Rama IX », avec le chiffre 9 écrit en thaï, exprime une profonde marque de respect envers le monarque dont le règne de 70 ans (1946-2016) a immanquablement marqué la vie de tous les Thaïlandais.

Notes

450 « Govt mulls royal succession time frame », The Bangkok Post, 19 octobre 2016, p. 1.

451 Ces derniers mots d’origine pali-sanscrite sont difficiles à rendre en français mais cela pourrait donner : « le grand Vajiralongkorn, descendant excellemment du dieu Indra et d’autres divinités ».

452 La capitale a voté en faveur de la Constitution à 69 %.

453 Ce nom provient du fait que le premier poste de ces officiers se trouve généralement dans la province de Prachinburi, située à l’est de Bangkok, à la frontière avec le Cambodge.

454 Certains y ont vu l’influence du général Prem et d’un autre conseiller privé du Roi (et ancien Premier ministre), le général Surayud Chulanond (2006-2008), lui-même ancien des services spéciaux.

455 Étrangement, les moines bouddhistes pourraient entrer dans les partis politiques, ce qui est totalement contraire à la tradition.

456 16e Premier ministre de la Thaïlande, le général Prem Tinsulanonda a dirigé trois gouvernements entre le 3 mars 1980 et le 4 août 1988, soit près de 8 ans et demi sans jamais se présenter devant les électeurs.

457 Wassana Nanuam, « Preecha “abused power”. Son’s new job leads to nepotism investigation », The Bangkok Post, 19 avril 2016, p. 1.

458 Prawit a un frère amiral et un autre général de police. Il a été chef de l’armée de Terre en 2004-2005, sous Thaksin Shinawatra, puis ministre de la Défense de 2008 à 2011, sous Abhisit Vejjajiva. Il a longtemps eu d’excellentes relations avec des membres du parti Thai Rak Thai que Thaksin avait fondé pour conquérir le pouvoir.

459 Une chronologie détaillée de l’affaire est disponible en langue thaïe sur : (http://news.thaipbs.or.th/content/5933). Voir également « Aepang bueangsung. Chatakam “Moyong” (Usurpation d’identité. Le destin de Mo Yong) », Nechan Sutsapda, 23 octobre 2015, p. 8-9.

460 Un bon résumé en langue thaïe est donné sous le titre « Poet senthang phalan “utthayan Rachaphak” (Révélation sur les milliards du “Parc Rachabhakdi”) » sur le site d’information en ligne Thaipublica : (http://thaipublica.org/2015/11/uttayan-rajabhadi-26-11-2558/).

461 Un résumé en anglais est donné dans la revue en ligne Article 2 of the International Covenant on Civil and Political Rights : « Torture in Thailand’s deep South », numéro spécial, vol. 15, no 2-3, juin-septembre 2016, 90 p.

462 Voir, par exemple, The Sydney Moring Herald, du 9 avril 2016, qui cite le quotidien de langue thaïe Khao Sot :(www.smh.com.au/world/terror-plot-planned-for-popular-thai-destinations-reports-20160409-go2dtk.html).

463 En réalité, l’opposition violente des musulmans du Sud est une constante de l’histoire ancienne et récente de la Thaïlande. Sans remonter aux XVIIe, XVIIIe ou XIXe siècles, on peut rappeler que toute la décennie 1970 a été marquée par de très nombreux actes de révoltes violentes, que l’année 1988 fut également très difficile et que, dans les années 1992-1994, et encore en 1997-1998, les victimes ont aussi été très nombreuses.

464 Le nombre toujours croissant de bénéficiaires exigerait un budget alloué bien supérieur pour des soins de qualité. Voir à ce propos : « Govt to boost B39 scheme coverage », The Bangkok Post, 28 novembre 2016.

465 Pasuk Phongpaichit et Chris Baker (dir.), 2016, Unequal Thailand. Aspects of income, wealth and power, Singapour, NUS Press, p. 1.

466 Global Wealth Databook 2016, Zurich, Crédit Suisse Research Institute, novembre 2016, table 6.5, p. 148. Le pays le plus inégalitaire serait la Russie où 1 % de la population détiendrait 74,5 % des richesses. Parmi les autres pays asiatiques mentionnés, se trouvent l’Indonésie avec 49,3 %, la Chine avec 43,8 %, Singapour avec 33 %, Taiwan avec 32,8 % et la Corée du Sud avec 28,3 %.

467 Erich Parpart, « Thailand plays the China card again », The Bangkok Post, 10 octobre 2016.

468 « China says it didn’t influence Wong ban », The Bangkok Post, 11 octobre 2016, p. 2.

469 Paritta Wangklat, « The quiet Chinese revolution », Bangkok Post-Spectrum, 18 septembre 2016, p. 70-73.

470 J’ai donné un compte rendu de cet ouvrage dans la revue Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, n 28, février 2016, p. 271-273, (http://moussons.revues.org/3724).

471 Selon un sondage réalisé fin août par l’Université de Bangkok, le maintien de cet article 44 serait jugé nécessaire par 75 % des personnes interrogées.

472 Ce 12e Plan prévoit une croissance annuelle de 5 % du PIB et un revenu annuel par personne de 8 200 $ US (contre 6 000 actuellement).

473 La période qui suivit le coup d’État d’octobre 1977 fait sans doute exception puisqu’après une décennie de semi-démocratie, la démocratie fut restaurée en 1988. Mais, l’essentiel de la transition a été assurée par un homme du Roi, le général Prem Tinsulanonda.

Table des illustrations

Titre La Thaïlande
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2078/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Légende Graffiti en hommage au défunt roi© Patrice Bourdin
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2078/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

Auteur

Jean Baffie, a été chargé de recherche au CNRS, affecté à l’Irasec en septembre 2015. Il a été notamment directeur adjoint de l’Institut de recherches asiatiques (IrAsia) et directeur de la rédaction de la revue Moussons. Spécialisé sur la sociologie, l’anthropologie et l’histoire de la Thaïlande, ses principaux thèmes de recherche concernent la population de Bangkok et la communauté chinoise de Thaïlande. Il est en outre l’auteur des deux chapitres sur la politique dans les deux volumes Thaïlande contemporaine (Irasec-Indes savantes, 2001 et 2011).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site