Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2017 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses
, 
Claire Thi-Liên Tran

La région

Singapour

En transition, à reculons ?

Éric Frécon

Texte intégral

1Première médaille d’or olympique venue d’un champion expatrié aux États-Unis, projet de réforme constitutionnelle pour l’élection d’un président de la République sous contrôle du gouvernement et promesses minimalistes dans le cadre de la COP 21 : les événements majeurs de l’actualité singapourienne ont mis en lumière les lacunes des politiques publiques menées jusqu’ici sans vision à long terme. Pire, il est même apparu que l’absence de choix clairs dans des domaines pourtant essentiels, comme les relations avec la Chine, la mise en place des prochaines équipes dirigeantes et l’économie, se révélait de plus en plus intenable.

  • 413 La Banque mondiale, « Classement des économies », Doing Business, 2016.
  • 414 Silja Baller, Soumitra Dutta et Bruno Lanvin (dir.), 2016, The Global Information Technology Report (...)

2Le même constat quant à l’idée généralement admise d’une cité-État entièrement sous contrôle s’impose pour les « marronniers », ces sujets récurrents, vendeurs et surtout prévisibles. La chronique singapourienne a tendance à les cumuler. Le premier d’entre eux met en scène chaque 9 août la National Day Parade (NDP – défilé de la fête nationale) : une démonstration de force à l’attention autant de la population, comme objet de fierté, que des pays limitrophes – en particulier la Malaisie – comme facteur de dissuasion étant donné l’impressionnant arsenal militaire affiché. À première vue et comme de coutume, tout semble parfaitement balisé sur la rive nord du détroit de Singapour. Cette année, le spectacle qui suivait le défilé avait pour thème le mythe de Badang, un enfant chétif devenu héros légendaire de Singa Pura (« la cité du lion » au XIVe siècle). Chaque année, les nécrologues assurent le travail de mémoire nécessaire à l’héroïsation nationale. Cette année, Singapour a pleuré son ancien président de la République S. R. Nathan (1924-2016), désigné en 1999 et 2005 (faute de rival lors des deux élections). Épisodiquement, revient également la question de la ligne de train à grande vitesse entre Kuala Lumpur et Singapour. En juillet, le projet a pris corps avec la signature d’un protocole d’entente entre les deux pays. Avec la Malaisie, la question de l’eau refait souvent surface. Elle a longtemps été une denrée rare à Singapour qui s’approvisionnait chez son voisin. Mais cette année, grâce à ses réservoirs et usines de désalinisation, c’est Singapour qui a fourni de l’eau en juillet à l’État fédéré de Johore, touché par la pollution des eaux fluviales. Enfin, la rubrique des classements internationaux demeure la plus attendue. Outre le rapport Doing Business de 2016 de la Banque mondiale, sur la facilité à mener des affaires, qui a classé Singapour en deuxième position le 25 octobre 2016 (France 29e position)413, citons cette année l’index de la misère de Bloomberg (à partir des chiffres de l’inflation et du chômage) qui fait de Singapour le deuxième pays le moins misérable au monde. Ou encore, le rapport du Forum économique mondial sur les technologies de l’information classe Singapour dans le Top 7 des pays les plus avancés dans la révolution digitale414.

  • 415 Samaritians of Singapore, « Reported Suicide Cases », The Straits Times, 26 juillet 2016.
  • 416 Calvin Yang, « 5 000 teachers leave service over five years », The Straits Times, 3 octobre 2016.

3Toutefois, la tendance au lent recul se confirme dans le classement des pays perçus comme les moins corrompus : 8e en 2015 (France, 23e) contre 1er ex aequo en 2010. Plus généralement, que ce soit pour les grands événements ou les marronniers, cette revue de presse de la cité-État « modèle » cache un malaise. Peu à peu, au détour des reportages, s’invitent les marginaux de Singapour. Par exemple, la relocalisation des prostituées : chassées du quartier historique de Geylang pour des questions de projets immobiliers, elles investissent le Nord de l’île, vers Woodlands, travaillant dans de misérables cabanes en bois dans la jungle provoquant ainsi la colère de résidents avoisinants. Autre problème, le taux de suicide élevé chez les enfants et adolescents qui subissent une forte pression tout au long de leurs études et dès le premier examen de fin de primaire (Primary School Leaving Examination). En 2015, le nombre de suicides chez les 10-19 ans (27) a été le plus élevé des quinze dernières années, soit deux fois plus que l’année précédente415. Le malaise des professeurs apparaît comme autre problème sensible : un article indiquait début octobre que 5 000 enseignants avaient quitté leur poste ces cinq dernières années, sur un total de 33 000416.

4Telles sont les deux faces de Singapour : briller et parer au plus pressé, s’assurer de la devanture, quitte à entasser dans l’arrière-boutique ou l’arrière-pays les sujets qui fâchent. Mais difficile de dissimuler ou ignorer davantage les questions polémiques ou taboues. Le mode de gouvernance en « état d’urgence permanent » semble atteindre ses limites et apparaît inadapté au contexte actuel. Rattrapé par la réalité, le gouvernement ne peut plus se contenter de quelques mesures le temps des élections, comme en 2015. C’est son rapport au temps et à son environnement qu’il doit revoir.

Une politique générale à court terme

5Sur la forme, le discours du Premier ministre Lee Hsien Leong qui lance chaque année les festivités de la fête nationale, semble souvent en décalage avec la réalité. Cette année encore, ce fut sourires exagérés avec photos idylliques de Singapour en arrière-plan. Pourtant, qu’il s’agisse des questions politiques, sociales ou environnementales, les méthodes d’autopersuasion gouvernementale semblent usées à l’heure des médias sociaux et de la génération Y.

Politique : une arène toujours sous contrôle

6Le Premier ministre Lee peine à se défaire d’une vision à court terme qui puise ses racines dans le sentiment de vulnérabilité propre à Singapour, suite à sa séparation de la Malaisie en 1965 et du fait de sa position géographique. Cette approche se retrouve en droit constitutionnel et en matière de politique sportive qui deviennent, chacun à leur niveau, des leviers cruciaux de sa politique gouvernementale. Aussi, en use et abuse-t-il, oubliant qu’en voulant trop bien faire, il dessert l’État à long terme.

7Pour engager des réformes politiques le gouvernement ne se départit jamais de sa prudence légendaire. Si, d’un côté, la Commission des sages pour la réforme de l’élection présidentielle accorde plus de place aux minorités ethniques en réservant des candidatures à l’une d’entre elle si elle n’a pas eu de représentant à la Présidence ces trente dernières années, c’est pour mieux museler d’éventuels candidats d’opposition. Ainsi, la course à la présidentielle en 2017 sera de fait réservée aux Malais et le principal candidat d’opposition, le Chinois Tan Cheng Bock, sera dès lors éliminé avant même le scrutin. Ce dernier avait terminé deuxième des élections de 2011, seulement 8 000 voix derrière le candidat du pouvoir, alors que plus de 30 000 bulletins avaient été jugés invalides.

  • 417 SGFuture, 2016, About SGFuture, (https://www.sg/sgfuture/About-SGFuture.)

8Autre initiative symptomatique de la volonté du gouvernement de faire illusion : des démarches participatives initiées pour l’aménagement touristique de Pulau Ubin, à l’échelle locale, ou pour le projet SGFuture sur les réformes clés pour l’avenir du pays à l’échelle nationale. De novembre 2015 à juillet 2016, 121 sessions ont rassemblé plus de 8 300 Singapouriens et des forums se sont multipliés pour commenter les discours et propositions officiels417.

  • 418 Fathin Ungku, « Singapore court sends teen blogger back to jail for criticizing religion », Reuters (...)
  • 419 Charissa Yong, « WP MPs “have not shown integrity” », The Straits Times, 26 juillet 2016.

9Mais cette démocratie participative de façade ne doit pas occulter la tendance de fond. Singapour reste un pays où la parole publique est très surveillée : Singapour pointait au 154e rang du classement de Reporters sans frontières début 2016 (France, 45e), en chute de 17 places depuis 2010. Ainsi, après une première détention pour propos injurieux à l’encontre du père fondateur Lee Kuan Yew (1923-2013) et du Christ, l’adolescent de 17 ans Amos Yee devra retourner en prison, après avoir récidivé par des propos contre les chrétiens et les musulmans. Les poursuites contre lui ont viré à l’acharnement lors de son procès en septembre, suivi par des observateurs du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies et de l’Union européenne. De son côté, Human Rights Watch, qui s’était déjà inquiétée en 2014 du contrôle accru du gouvernement sur les sites d’information, a regretté que Singapour mette « les bouchées doubles en poursuivant une stratégie qui viole clairement la liberté d’expression418 ». De leur côté, les députés de l’opposition font face à une politique de contrôle quasi obsessionnelle de la gestion de leur circonscription, comme c’est le cas, par exemple, du conseil municipal d’Aljunied-Hougang dans le quart nord-est de l’île. D’après le ministre de l’Intérieur et de la Justice K. Shanmugam, « les députés du Workers’Party n’[y] ont pas fait preuve d’intégrité419 ».

10La politique sportive du gouvernement vient étayer l’idée d’un manque de vision et de vieux réflexes autoritaires. S’agissant de la fabrique de champions, le gouvernement n’a pu faire autrement que de célébrer la médaille d’or aux Jeux de Rio de son jeune nageur Joseph Schooling, par une rarissime ovation au Parlement. Pourtant, le gouvernement a préféré « importer » directement de Chine des sportifs de haut niveau plutôt que de miser patiemment sur les jeunes prodiges singapouriens. De plus, le gouvernement a toujours cherché à avoir la mainmise sur le mouvement olympique mais aussi sur les fédérations en général, et celle de football en particulier. En ce qui concerne le Singapore National Olympic Council (SNOC), le « patron-in-chef » est le président de la République, le « patron » est l’un des deux vice-Premiers ministres, Teo Chee Hean, et son président est le prometteur ministre du Développement social et familial Tan Chuan-Jin. La Football Association of Singapore (FAS) a été rappelée à l’ordre par la FIFA (Fédération Internationale de Football Association) en 2015 à cause de l’immixtion du gouvernement dans ses affaires. Fin juillet 2016, aucune élection ouverte n’avait encore été organisée pour renouveler le conseil d’administration.

Une société singapourienne pluriethnique harmonieuse : entre discours et réalité

11La politique « de construction nationale » et du « vivre ensemble » défendue par le gouvernement en vue de réveiller la fierté et l’histoire singapourienne serait-elle plus de l’ordre du slogan que des mesures concrètes ? Ainsi, des éléments typiques de la vie urbaine singapourienne sont en train de disparaître. Les hawkers (anciens marchands ambulants de plats cuisinés à présent sédentarisés) doivent le tardif regain d’intérêt à leur égard au guide Michelin, qui a accordé une étoile à deux d’entre eux. C’est également le cas des Mama shops, sorte de petites épiceries coincées au bas des barres d’immeubles, au nombre de 1 262 en 1986. Elles ne sont plus que 110 aujourd’hui et, avec elles, risquent de disparaître un élément constitutif de l’histoire urbaine de Singapour.

  • 420 Singapore Discovery Centre, Special Exhibitions – Home, (http://www.sdc.com.sg/special-exhibitions. (...)

12Certes, le gouvernement a pris plusieurs initiatives pour préserver la vie sociale des quartiers et ainsi relancer l’identité singapourienne. Ainsi, sous l’égide des People’s Association – proche du People’s Action Party (PAP, au pouvoir depuis 1959) – des fêtes de voisinage sont organisées autour de DJ et de foires nocturnes pour favoriser rencontres et « harmonie » selon le jargon officiel. Des efforts ont également été portés autour des musées, comme à la National Gallery qui a inauguré de splendides locaux le long du Padang (terre-plein central), fin 2015. Le National Museum a lui aussi fait peau neuve à la même période tandis que le Singapore Discovery Centre a été au cœur d’une campagne sur l’identité singapourienne en 2016. Une exposition temporaire intitulée « Home » appelait les participants à se prononcer sur les objets, pratiques ou monuments les plus représentatifs du pays. Mais peu de symboles historiques communs à toutes les composantes ethniques de la population se sont dégagés de cette consultation informelle420.

  • 421 Ministry of Defence, « Fact Sheet: army deployment force for homeland security operations and conti (...)

13Lors de son discours annuel le jour de la fête nationale, le Premier ministre a identifié trois obstacles majeurs à l’unité du pays : le terrorisme et le risque de radicalisation, le danger des dérives partisanes et populistes et la question du partage des fruits de la croissance. Pour faire face au premier, Singapour poursuit ses efforts de déradicalisation via le Groupe de réhabilitation religieuse (RRG – Religious Rehabilitation Group) et ses équipes d’ustaz (chercheurs musulmans formés au Moyen-Orient). Au même moment, sur le terrain, l’armée participe à l’effort antiterroriste pour rassurer touristes et citoyens, avec, par exemple, la formation d’un nouveau bataillon spécialisé, la Force de déploiement armée (Army Deployment Force), fin juin 2016421.

  • 422 Et surtout répartir à son avantage l’électorat qui lui est favorable.

14En ce qui concerne la deuxième préoccupation liée à la modernisation de la vie politique, le gouvernement a proposé de redessiner la carte électorale pour coller à la réalité démographique422. Enfin, dans le champ social, le gouvernement a proposé des mesures lors des campagnes électorales, pour les retraites (avec le CPF – Central Provident Fund), pour la protection sociale (MediShield), l’aide aux seniors (Pioneer Generation Package), la formation continue et le développement de la recherche autant que des écoles maternelles.

  • 423 Jeremy Long, « Tuas workers' dormitory comes with a sea view », The New Paper, 15 juillet 2016.
  • 424 Leonard Sebastian, « What soccer means to me: national integration through the prism of soccer in S (...)

15Ce discours idyllique de la cohésion sociale singapourienne contraste avec la réalité. La gestion des travailleurs étrangers à Singapour l’illustre : un reportage a présenté leur camp de Tuas, à l’extrême ouest de l’île, de manière paradisiaque, avec vue sur la mer, salles de gym et terrains de football423. On en oublierait presque les grillages et les bannières qui avertissent explicitement les travailleurs étrangers de peines de prison et bastonnades en cas d’émeutes. Un autre exemple tient dans la question du multilinguisme de la cité-État qui vante une identité plurielle. Les récents efforts pour les traductions littéraires sont également louables et nécessaires mais restent timides, voire insuffisants sur les chaînes télévisées communautaires. Le cas du service national censé permettre un brassage des populations est un autre exemple intéressant, alors que les populations ne se mélangent en réalité que peu. Comment expliquer la division ethnique selon les corps de sécurité ? Pourquoi tant de Malais chez les policiers, d’enfants métis dans les forces de protection civile et de Chinois dans l’armée ? Même le sport qui était autrefois vecteur d’interactions ethniques, sur les stades au pied des logements populaires du HDB (Housing Development Board) ou des baraquements de fonctionnaires, ne remplit plus sa fonction sociale424.

  • 425 Charissa Yong, « Singaporeans respect all races, but racism still an issue: survey », The Straits T (...)

16Une enquête menée sur le racisme par l’Institute of Policy Studies (Institut d’études politiques) témoignait certes du respect mutuel et de l’adhésion aux politiques menées425. Pourtant, outre les lacunes méthodologiques, il a laissé entrevoir des relents de racisme, à travers l’évocation d’expériences au quotidien. Le gouvernement semble éviter les questions de fond comme celles mises en lumière par le sociologue Mathew Mathews : faut-il maintenir le découpage homogène en quatre groupes ethniques (races), distinctes ou faut-il franchir le pas en acceptant la diversité de la population, née des mariages interculturels et l’existence de sous-divisions ethnolinguistiques, particulièrement chinoises, ce que renâcle à faire le gouvernement ?

  • 426 Lim Yan Liang, « Define better what secularism means », The Straits Times, 19 avril 2016.

17La question de la radicalisation pose aussi problème. L’analyse exclusivement religieuse évacue les facteurs sociaux alors que les Malais, quasi exclusivement musulmans, souffrent de marginalisation. Au Parlement, la question de l’absence de Malais au sein de la Marine a été, par exemple, soulevée en avril par un député d’opposition qui s’étonnait de ne pas voir de musulmans en mission au large426. Il lui a été répondu que l’impossible installation de cuisine halal à bord des bâtiments était la raison principale. Est-ce les Malais qui en demandaient trop, sachant que l’on peut cuisiner halal sans que toute la cuisine le soit ? On ne sait pas encore si le gouvernement a juste cherché un prétexte pour ne pas embarquer de musulmans à bord.

18Reste un dernier domaine où la politique du court terme paraît encore plus éloquente, avec des risques de contrecoups à beaucoup plus long terme.

Environnement : vélos contre raffineries

  • 427 Adrian Lim, « New taxi operator with all-electric fleet to hit Singapore's roads in September », Th (...)

19Fidèle à sa réputation de ville verte, Singapour a voulu perpétuer la légende de Lee Kuan Yew, attaché à la plantation d’arbres en même temps qu’au développement de la cité-État. Aujourd’hui, le gouvernement s’évertue à parer au plus pressé et à donner à voir aux plus sceptiques. Une flotte de dix taxis électriques devait ainsi voir le jour en septembre, avant de multiplier par dix leur nombre sur un total de 28 000 taxis427. Par ailleurs, des initiatives locales en faveur des cyclistes s’ajoutent au corridor vert, baptisé Round Island Route, à l’échelle non plus d’un quartier mais du pays. Sur les 150 kilomètres prévus, les travaux des 60 premiers viennent de débuter. Ce projet de 2011 vise à compléter celui de 1990, le Park Connector Network qui relie depuis peu de nombreux parcs du pays par 300 kilomètres de voies cyclables. En réalité, la part du cycle ne compte encore que pour 1,5 % des transports quotidiens, malgré le développement de parkings cyclistes.

  • 428 Amelia Teng, « Singapore unveils plan in climate change fight », The Straits Times, 11 juillet 2016
  • 429 Entretiens informels à Singapour en 2015-2016.

20Au-delà de ces mesures très ciblées destinées à satisfaire l’opinion publique, les questions du changement climatique ne sont pas traitées de front. Ainsi, le plan d’action pour le climat dans le cadre de la COP21 a-t-il été préparé par le Secrétariat national sur les changements climatiques (National Climate Change Secretariat) et présenté par le président Tan en juillet 2016 – et non par le Premier ministre, ce dernier se réservant habituellement les dossiers les plus importants428. Les diplomates français429 ont manifesté leur déception quant aux promesses singapouriennes, très loin de ce qu’un tel micro-État, riche et éduqué, pouvait proposer. En l’occurrence, le gouvernement s’est engagé à ne baisser ses émissions que de 36 % d’ici 2030 – à partir des niveaux de 2005 – pour atteindre le pic d’émission de CO2 aux alentours de 2030, ce qui est très tard. À titre de comparaison, la France, l’Allemagne ou encore le Royaume-Uni ont passé le pic de leurs émissions dès les années 1970-1979. Laurence Tubiana, ambassadrice de la République française pour les négociations climatiques, a d’ailleurs demandé à Singapour de se montrer plus ambitieuse et de jouer un rôle dans les discussions informelles à venir pour la mise en place des accords.

21Les mauvaises relations avec les ONG environnementales n’arrangent pas les choses. La cité-État est pointée du doigt sur plusieurs dossiers, à commencer par le trafic d’animaux sauvages qui transite par le territoire singapourien. Certes, Singapour a signé la convention sur la protection des pangolins, mais l’on connaît l’habileté de ses juristes pour s’associer à des textes internationaux sans toujours les appliquer, comme, par exemple, dans le cas des paradis fiscaux. De plus, sa politique de poldérisation inquiète les ONG : le territoire est passé d’une superficie de 581,5 km2 en 1960 à 719,2 km2 en 2016, non sans dommage sur le littoral et les mangroves locales, ainsi que pour les côtes des pays où le sable a été ponctionné, essentiellement au Cambodge et en Indonésie. Si Singapour est le troisième plus important centre de raffinerie au monde, du fait des installations sur l’île artificielle de Jurong, les conséquences, au moins olfactives, sont notables à l’ouest du pays. Là, sont aussi concentrées l’essentiel des industries, qui comptent encore pour 26,4 % du PIB.

  • 430 Catherine Robert, « Singapore has most light pollution in the world », The New Paper, 19 juin 2016.

22La déforestation est aussi à l’œuvre, dans un pays qui doit trouver des logements pour une population qui croît, notamment du fait de l’afflux d’étrangers, résidents ou non. La zone de Lentor est ainsi menacée alors qu’elle abrite une faune et flore inattendues au cœur de Singapour. Par ailleurs, des espèces protégées de poissons seraient utilisées dans la cuisine singapourienne. Enfin, en juin 2016, une étude de Science Advances a désigné Singapour comme le pays comptant la plus importante pollution lumineuse au monde, devant le Koweït et le Qatar430. En résumé, le cas de la gestion de l’environnement à Singapour symbolise l’idée d’une cité Potemkine 2.0, habile pour sauver la face dans les médias et réseaux sociaux, tandis que la réalité, derrière les écrans de statistiques ou de communiqués, se révèle parfois moins reluisante.

Les enjeux à long terme : Singapour, dos au mur ?

23Il est des champs où les décideurs donnent l’impression d’avoir été pris à revers, trop occupés sur le front du court terme. Les fissures sont à présent béantes. Les masques tombent finalement et le nouveau visage de Singapour, qui se dessine peu à peu depuis les élections de 2011 et le retrait de Lee Kuan Yew, commence à apparaître.

Diplomatie : entre Asean et Chine populaire, faut-il choisir ?

24Longtemps, sous l’ère de Lee Kuan Yew, Singapour a su se tenir à distance des problématiques chinoises. En bon pragmatique, l’ancien Premier ministre n’a jamais cherché à prendre parti entre les grandes puissances, malgré sa fascination pour la Chine et les valeurs confucéennes à partir des années 1980-1990. Toutefois, une telle posture n’est plus possible aujourd’hui. Non seulement le charisme de Lee Kuan Yew n’est plus là pour l’incarner, mais la Chine pousse aussi la « cité du lion » à sortir de sa réserve. Ainsi, Shashi Jayakumar, aujourd’hui directeur du Centre d’excellence de la sécurité nationale à Singapour et parmi les derniers assistants de recherche de Lee Kuan Yew, a tenu à répondre au professeur chinois Jin Yinan, de l’Université de Défense nationale, qui accusait le père fondateur de Singapour d’avoir encouragé Obama dans sa politique de rééquilibrage. Selon Jayakumar, Singapour n’est guidée que par le pragmatisme et a le droit de mener sa propre diplomatie, même en tant que petit État.

25Les ambitions de Pékin se font de plus en plus évidentes depuis l’avènement de Xi Jinping en 2012 avec sa politique de Route de la soie maritime, les poldérisations successives en mer de Chine méridionale ainsi que ses provocations vis-à-vis du Vietnam et des Philippines. Ces dernières ont d’ailleurs donné lieu à une décision de la Cour permanente d’arbitrage au désavantage de Pékin, qui donne l’impression de l’ignorer. De plus, si la mer de Chine apparaît comme une arrière-cour chinoise, il en est de même pour Singapour, deuxième port de containers au monde et pour qui la libre circulation maritime est vitale. Enfin, en étant membre de l’Asean – une priorité de sa diplomatie – Singapour s’implique de fait dans les querelles territoriales.

  • 431 Kor Kian Beng, « China, Asean agree to examine Singapore proposal on South China Sea », The Straits (...)
  • 432 « Singapore's Foreign Minister Vivian to attend Asean Foreign Ministers' Retreat in Laos », The Str (...)
  • 433 « Asean foreign ministers expressed serious concerns to China over South China Sea developments: Vi (...)

26C’est d’autant plus vrai que Singapour assume le rôle d’État-coordinateur pour les relations Asean-Chine jusqu’en 2018. Dès sa première visite à Pékin en mars 2016, suite à un séjour de Xi Jinping à Singapour en novembre 2015, le ministre des Affaires étrangères singapourien Vivian Balakrishnan a certes joué le jeu du partenariat privilégié avec la Chine431. Cette dernière a insisté sur les projets en termes de connectivité et a espéré voir Singapour jouer le rôle de plateforme financière. Elle a même prêté une oreille attentive au discours de Singapour sur la mer de Chine, telle l’idée d’un code relatif aux événements imprévus en mer (CUES – Code for Unplanned Encounters at Sea), même si Pékin préférait limiter son application aux seuls Marines, et non aux garde-côtes. Néanmoins, dans son communiqué final, Vivian Balakrishnan n’a pas manqué de relayer les préoccupations formulées par les ministres des Affaires étrangères de l’Asean lors d’un séminaire au Laos un mois plus tôt432. Était soulignée l’importance de la non-militarisation et de la retenue en mer de Chine méridionale. Est-ce une conséquence de cette prise de position ? Toujours est-il que lors d’une rencontre Asean-Chine en juin 2016 à Kunming, Singapour n’a pu empêcher la cacophonie entre les États membres avec la publication puis la rétractation du communiqué final de l’Asean. Le rôle du Laos a été particulièrement ambigu, tiraillé entre Chine et Asean, de même que ceux du Brunei et du Cambodge, proches de la Chine433.

  • 434 Shashi Jayakumar, « China-Singapore ties: the four Rs behind the unhappiness », RSIS Commentaries, (...)
  • 435 Kenneth Cheng, « Seized SAF vehicles moved to cargo examination compound: HK media », Today, 25 nov (...)

27En octobre, un autre épisode est venu illustrer un climat de crispation de plus en plus tendu avec Pékin. À travers le Global Times, fidèle à la ligne éditoriale du Parti communiste, la Chine a reproché le soutien de Singapour à la position des Philippines sur la mer de Chine lors du sommet du Mouvement des non-alignés (MNA). D’après le quotidien, Singapour aurait insisté pour revoir le document final en incluant la décision de la Cour permanente d’arbitrage. Par deux fois, l’ambassadeur singapourien à Pékin a tenu à répondre aux critiques relayées par le tabloïd pour préciser qu’il s’agissait d’une initiative collective de l’Asean, et ainsi rappeler la posture neutre de Singapour, mettant davantage en évidence l’impossible position de son pays. Fin septembre, le ministère des Affaires étrangères chinois accusait « une nation bien précise » (individual nation), d’alimenter les tensions dans la région. Plus tard, deux tribunes de chercheurs singapouriens sont revenues sur cette année compliquée avec la Chine ; et les deux de conclure sur ce que craignait Singapour – ce à quoi elle ne s’est visiblement pas préparée – à savoir que l’heure de la prise de position avait peut-être sonné434. L’encre n’avait pas séché qu’une autre affaire éclatait le 23 novembre et confirmait la nouvelle donne : du matériel militaire singapourien de retour de Taiwan suite à des exercices était intercepté en transit à Hong Kong435. Ce qui ne posait aucun problème par le passé fut l’objet d’une passe d’armes entre les deux pays, Singapour essayant de dédramatiser. Il n’empêche, son gouvernement ne put ignorer ce rappel à l’ordre de Pékin, profondément contrarié par l’accord de coopération militaire formalisé en 1974 par Taiwan et Singapour.

  • 436 Jermyn Chow, « US has “no better friend than Singapore” in the region, says Defence Secretary Carte (...)
  • 437 Chong Koh Ping, « Beijing to S'pore: respect China's position on South China Sea issue », The Strai (...)

28Ces tensions diplomatiques avec la Chine prennent d’autant plus d’importance qu’elles se sont produites peu après la déclaration du secrétaire à la Défense américain Ashton Carter, sur l’île en juin dernier : « Nous n’avons pas de meilleur ami que Singapour436 ». Deux mois plus tard, Lee Hsien Loong était reçu avec tous les honneurs par Barack Obama qui a saisi ainsi l’opportunité d’envoyer un signal à Singapour, voire à la Chine. D’ailleurs, le Premier ministre singapourien a commenté à Washington la décision de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye en la qualifiant de très « forte », ce qui a fait réagir Pékin. Le ministère des Affaires étrangères de la République populaire de Chine a aussitôt demandé à Singapour de respecter la position chinoise sur la mer de Chine437.

Incertitude politique

  • 438 Lee Wei Ling, « PM Lee refutes sister's claims of “establishing dynasty” after Lee Kuan Yew's death (...)

29La scène domestique n’échappe pas au même type de contradiction sous la pression des événements. La question de la succession a longtemps été taboue, tant Lee Kuan Kew semblait immortel. En parallèle, la paranoïaque cité-État n’osait pas se projeter dans l’avenir. Mais une telle attitude a ses limites et la vieille peur de se prononcer plombe aujourd’hui la politique intérieure singapourienne. Car la question se pose avec d’autant plus d’acuité que la sœur du Premier ministre l’a accusé en avril de vouloir mettre en place une dynastie438 et que l’un des pressentis au prochain poste de Premier ministre, le ministre des Finances Heng Swee Keat, a été victime d’un AVC en mai dernier. Ancien directeur général de l’Autorité monétaire de Singapour (AMS) en 2011, puis ministre de l’Éducation (2011-2015) et enfin ministre des Finances depuis 2015, tout en ayant géré le jubilé ainsi que la grande consultation nationale (Our Singapore Conversation), il avait touché à suffisamment de domaines, avec succès, pour espérer la fonction suprême.

  • 439 Nicholas Yong, « Most Singaporeans would choose Tharman as the next Prime Minister: survey », Sg.ne (...)
  • 440 Martino Tan, « Why DPM Tharman has no choice but to respond to the “next PM” speculation », The Mot (...)

30La question physique de la santé d’un dirigeant s’est à nouveau invitée au débat lors du discours du Premier ministre sur la politique gouvernementale en août dernier. Lee Hsien Loong a été victime d’un malaise en direct et l’incident a aussitôt relancé la question de sa succession. Un sondage a même été publié fin septembre sur les favoris pour le poste : huit noms étaient soumis – uniquement des hommes. Sans surprise, Tharman Shanmugaratnam, vice-Premier ministre et ministre coordinateur pour les questions économiques et sociales, est arrivé en tête avec 55 %439. En plus d’incarner l’aile libérale du parti au pouvoir, il est surtout indien. Avec lui revient la question de la représentation des minorités ethniques et de la permanence, ou non, des Chinois au sommet du pouvoir. Très rapidement, toutefois, avant que la spéculation n’enfle, Tharman a affirmé « catégoriquement » qu’il n’était pas en mesure de devenir le prochain Premier ministre. Lors de la même interview informelle, il a néanmoins admis en termes beaucoup plus policés, « la culture politique spécifique » de Singapour. De cette manière, il reconnaissait la « situation politique inconfortable dans laquelle [les Singapouriens] sont », selon Martino Tan, rédacteur-en-chef du site d’information privé Mothership.sg, à savoir l’expectative et l’inconnu, sans prise sur les événements440.

  • 441 Voir son portrait dans L’Asie du Sud-Est 2012, p. 246.

31Peu de candidats rivaux se distinguent. Chan Chun Sing441, longtemps vu comme le protégé de Lee Kuan Yew et des cadres du PAP, est classé quatrième dans le sondage avec seulement 9 % d’opinions favorables. Cet ancien chef d’état-major de l’armée de terre semble trop prolonger sa formation politique, à travers divers portefeuilles ministériels sensibles (Défense puis auprès du Premier ministre depuis 2011), la codirection du projet SGFuture (cf. supra) et de hautes responsabilités au sein du PAP, ainsi qu’à la tête du syndicat unique (National Trades Union Congress). Mais, près de cinq ans après les élections de 2011, il n’est toujours pas vice-Premier ministre, passage a priori obligé au regard des expériences des deux précédents Premiers ministres : Goh Chok Tong (1990-2004) et Lee Hsien Loong (depuis 2004). Il faudra donc surveiller le prochain remaniement ministériel. Faut-il parier sur Lawrence Wong, ministre du Développement national ? Mais ses performances ont jusque-là peiné à convaincre. Et qu’en est-il de Tan Chuan-Jin, chinois et chrétien ? Également entré en politique en 2011 suite à une carrière militaire, il est apparu par le passé comme plus libéral. Après avoir pris du retard vis-à-vis de Chan Chun Sing, l’ancien chef d’état-major de l’armée de terre longtemps en tête dans la course au poste de Premier ministre, Tan Chuan-Jin semble à présent s’imposer dans le cercle des prétendants à la succession. Dans tous les cas, à croire Lee Hsien Loong, le prochain Premier ministre sera choisi par consensus et par la quatrième génération de dirigeants depuis l’accession de Singapour à l’autonomie en 1959.

  • 442 Irene Ng, « Has Rajaratnam’s “democracy of deeds” idea gone beyond words? », The Straits Times, 14 (...)

32Au-delà, ces spéculations relancent la question du modèle singapourien. Goh Chok Tong, jamais avare de commentaires sur la politique singapourienne, a, par exemple, souligné le besoin de chefs de file « honnêtes et compétents ». Il a ensuite précisé que les succès passés, notamment pour les trois premières générations, n’impliquaient pas automatiquement de succès futurs. Au détour de circonvolutions, l’inquiétude pointe donc dans ses propos. De même, Irene Ng Phek Hoong, une ancienne députée aujourd’hui universitaire, s’interroge sur le modèle envisagé par l’idéologue Rajaratnam (1915-2006), pilier de la première génération de dirigeants, à savoir la « démocratie de l’action ». Selon elle, le temps des incertitudes est passé et l’heure semble venue de réactualiser ce modèle fondé sur une plus grande participation des citoyens, une approche pragmatique et encadrée par des élites de « qualité442 ». À nouveau et à la suite d’Irene Ng, le doute s’installe à propos des prochains dirigeants.

Ralentissement démographique et chômage naissant

33À se concentrer sur l’état du navire, on en oublierait presque l’âge du capitaine. Certes, vu de l’extérieur, Singapour demeure convoitée. L’accord de libre-échange signé avec l’Union européenne (UE) en 2014 est encourageant et devrait entrer en vigueur sous peu, après le feu vert des juridictions de l’UE. Bruxelles demeure plus que jamais le premier partenaire commercial de Singapour pour les services, avec une augmentation dans ce domaine de 15,4 % entre 2014 et 2015.

  • 443 En acoustique, la position d’écoute de référence. Par extension, le point d’équilibre démographique (...)

34Mais loin des seuls indices commerciaux ou financiers, le gouvernement a sans doute négligé la donne démographique. Telle une lame de fond, elle menace la cité-État. Tous les indicateurs sont au rouge. Au-delà du seul taux de fécondité de 1,24 par femme, les divorces sont en hausse (de 2,9 %, avec le troisième plus grand nombre de cas recensés en un an), et la durée moyenne d’un mariage a baissé à dix années en 2015. En dix ans, la proportion d’adultes ayant divorcé deux fois a doublé. La crise du mariage se fait également ressentir dans la proportion de femmes de 25-29 ans encore célibataires : elles étaient 63 % en 2015 contre 54 % en 2010. L’âge moyen pour se marier a lui aussi très légèrement augmenté, pour s’établir autour de 30,3 ans pour les hommes et 28,2 ans pour les femmes. L’inquiétude financière et professionnelle apparaît comme les principaux freins au mariage. Aussi, les premières répercussions touchent-elles la population active. Dans environ huit ans, Singapour devrait, par exemple, quitter la phase du « sweet spot »443 démographique, quand la population âgée de moins de 15 ans et de plus de 60 ans représente respectivement moins de 30 % et moins de 15 % de la population totale. C’est généralement avec de telles statistiques démographiques que la croissance a le plus de chance d’être élevée du fait de la main d’œuvre disponible. Singapour aurait donc mangé son pain blanc.

35La politique d’immigration tente d’atténuer le choc : avec 30 000 nouveaux citoyens et résidents permanents chaque année depuis 2005, la population active devrait croître de 10 % entre 2015 et 2050. Pour l’heure, la population active a augmenté de 4,5 % entre 2005 et 2015, contre seulement 2 % pour les prévisions entre 2015 et 2020. Le gouvernement espère jouer sur la productivité, qui avait chuté à 0,5 % en 2005-2015, contre 5 % en 1985-1995. De même, l’âge de la retraite est l’objet de discussions : jusqu’à 62 ans, un travailleur ne peut être renvoyé pour une question d’âge. Un employeur est tenu d’employer quiconque le souhaite jusqu’à 67 ans, contre 65 l’année dernière, avec possibilité de travailler au-delà de cet âge si l’employeur est d’accord. Enfin, c’est à partir de 65 ans que les travailleurs peuvent profiter de leur CPF (Central Provident Fund), une cagnotte versée par l’État qui fait office de retraite.

  • 444 Tang See Kit, « Singapore's economic growth slows sharply to 0.6% in Q3 », Channel News Asia, 14 oc (...)

36Dans le sillage de ces inquiétudes démographiques, l’édifice socio-économique singapourien révèle peu à peu ses fragilités. La croissance marque le pas. Le troisième trimestre 2016 s’est révélé pire que les pronostics, avec un taux de croissance de + 0,6 % par rapport à la même période en 2015, contre 1,7 % selon les prévisions de l’Autorité monétaire de Singapour (AMS) et 2 % un trimestre plus tôt444. C’est le chiffre le plus bas depuis 2009. Les incertitudes liées au ralentissement chinois, aux élections américaines et au « Brexit » n’aident pas une économie très ouverte. À nouveau, les autorités, en l’occurrence l’AMS, sont incapables de réagir par de fortes mesures, en jouant, par exemple, sur les taux d’intérêt. En dehors des périodes électorales, comme cette année, le conservatisme semble toujours de mise.

  • 445 « Unemployment in Singapore rises, more workers made redundant in Q2 », Channel News Asia, 15 septe (...)

37Quant au chômage, il commence, lui aussi, à être un sujet d’inquiétude. Le plein-emploi n’est plus une évidence. Entre mars et juin 2016, le chômage chez les citoyens – peut-être trop exigeants quand il s’agit de s’engager dans le monde du travail et de quitter le cocon familial – a augmenté de 2,6 à 3,1 %. Pour les plus de cinquante ans, il s’agit du cinquième trimestre consécutif de hausse. Quant aux diplômés, les chiffres sont les pires depuis 2009. Au total, 9 510 travailleurs ont été licenciés durant la première moitié de 2016, soit le nombre le plus élevé depuis 2009. Et pour la première fois depuis 2012, le nombre de demandes de postes est supérieur à celui des créations445.

  • 446 Voir le chapitre sur la Malaisie.

38Enfin, si Singapour multiplie les conventions internationales pour s’inscrire dans le concert des nations, il arrive que le vernis se craquelle rapidement pour laisser apparaître une réalité moins enthousiasmante. La convention fiscale franco-singapourienne signée en 2015 a, par exemple, été ratifiée début 2016, non sans scepticisme, par le Parlement français. Les efforts de renforcement des liens économiques ont pris le dessus sur le souci de transparence bancaire, sachant que la France – pourtant forte d’une communauté sur l’île de plus de 10 000 âmes et de 600 entreprises de toutes tailles – ne pointe qu’au 18e rang des investisseurs étrangers. Dans ces conditions, les parlementaires n’ont pas cherché à creuser les lacunes de l’accord, qui laisse par exemple de côté la question de l’échange automatique d’informations et qui permet aux autorités singapouriennes d’informer systématiquement le contribuable français résidant sur l’île concerné par la demande française. Singapour est d’ailleurs encore classée quatrième place financière la plus opaque par le Financial Secrecy Index publié en novembre 2015 par le Tax Justice Network. Pour preuve, des banques locales ont été impliquées en 2016 dans l’affaire de corruption 1MDB qui implique le Premier ministre malaisien446.

39En diplomatie comme en politique, Singapour ne semble pas avoir pris la mesure des enjeux et des urgences à temps. Le gouvernement est rattrapé par les faits : Pékin en mer de Chine méridionale, la génération Y sur la scène électorale et l’économie réelle face aux finances publiques.

*

  • 447 « The Singapore exception », The Economist, 18 juillet 2015.

40Après l’avertissement sans frais des élections de 2011, durant lesquelles l’opposition a battu tous ses records, et une fois libéré de la tutelle du père fondateur Lee Kuan Yew, décédé en 2015, le gouvernement pouvait enclencher un virage décisif. Des mesures ont certes été prises, en matière de libéralisme politique, de vivre ensemble et d’environnement, mais sans jamais vraiment rompre avec les pratiques du passé. C’est une transition à petits pas, voire à reculons, qui est engagée. Autocritique et remise en cause ne vont pas de soi à Singapour, où The Economist craignait « la suffisance et l’autosatisfaction » (complacency)447.

  • 448 Foo Jie Ying, Judith Tan, « Focus on jobs, lifelong learning », The New Paper, 17 août 2016, p. 10.

41Par la force des choses, le gouvernement cherche à se recentrer peu à peu sur ses 719 km2 plutôt que de se préoccuper de l’étranger. Cette prise de conscience se retrouve, par exemple, à travers la création des deux agences gouvernementales – Workforce Singapore et SkillsFuture Singapore – qui devront vite faire leur preuve pour enrayer la montée du chômage. Audacieusement, le ministre du Travail (Manpower), Lim Swee Say, a déclaré que Singapour « a besoin d’accélérer la transformation de sa population active, pour faire de chaque travailleur un meilleur travailleur »448.

42Finalement, moins que de manœuvres politico-économiques, ne s’agit-il pas à présent d’un manque de confiance ou d’une appréhension au changement de la part du gouvernement ? Tandis que l’année du jubilé en 2015 a été l’occasion d’autocélébrations et de nostalgie, Singapour bascule vers un nouveau cap en célébrant son 51e anniversaire : le slogan « Le nouveau chapitre », en l’occurrence celui qui mène vers le centenaire, autrefois jamais envisagé à cause du sentiment de vulnérabilité lors de la National Day Parade. Aussi, les nouveaux chantiers s’accumulent-ils.

  • 449 Meira Chand, « At SG51, let’s turn to nation-building for the soul », The Straits Times, 9 août 201 (...)

43Après ceux des premiers HDB (Housing Development Board) des années 1960, célébrés dans le second volet du film Long, long time ago en 2016, l’heure est à de nouveaux défis dans le domaine législatif, économique et social. La tâche peut impressionner une génération issue, non de la guerre, mais du confortable « miracle asiatique ». Elle fait appel à une grammaire nationale inédite, avec non plus les sciences dures ou la finance aux commandes, mais l’imagination comme « clé » du futur. À croire l’écrivain Meira Chand, néo-citoyenne depuis 2011 et auteur du livret de la comédie musicale consacrée à Lee Kuan Yew en 2015, c’est à la littérature que reviendrait le rôle de « muscler » l’âme nationale et d’accompagner le « marathon » du prochain cinquantenaire449. Du sprint à la course de fond, des sciences aux humanités : ce serait là une vraie révolution nationale.

Annexes

Fiche Singapour

Capitale : Singapour

Superficie : 719,2 km2

Population (Singapore statistics, est. 2016) : 5 607 000 hab dont 3 408 900 citoyens

Langue officielle : anglais, malais, mandarin, tamoul

Données politiques

Nature de l’État : république unitaire

Nature du régime : parlementaire autoritaire

Suffrage : universel direct et obligatoire (à partir de 21 ans)

Chef de l’État : Tony Tan Keng Yam (depuis 2011)

Premier ministre : Lee Hsien Loong (depuis 2004)

Ministre des Affaires étrangères : Vivian Balakrishnan (depuis 2015)

Présidente de l’Assemblée nationale : Halimah Yacob (depuis 2013)

Échéances : élections présidentielles en 2017

Contentieux territoriaux et maritimes : South Ledge

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques (Singapore statistics, est 2016) : Chinois (74,3 %), Malais (13,4 %), Indiens (9,1 %), autres (Eurasiens, 3,2 %)

Religions : (33 %), christianisme (18,8 %), islam (14 %), taoïsme (10 %), hindouisme (7 %)

Taux de croissance démographique (Singapore statistics, est. 2016) : 1,3 %

Espérance de vie (Singapore statistics, est. 2016) : 82,7 ans

Indice de fécondité (Singapore statistics, est. 2016) : 1,24

Taux de natalité (Singapore statistics, est. 2016) : 9,7 ‰

Taux de mortalité (Singapore statistics, est. 2016) : 4,8 ‰

Taux de mortalité infantile (Singapore statistics, est. 2016) : 1,7 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (Singapore statistics, est. 2016) : 96,8 %

Taux d’urbanisation (2016) : 100 %

Indice de développement humain : (11e, classement PNUD, 2014) : 0,912 (rang 11)

Indicateurs économiques

Monnaie : (1 euro = 1,53 dollar singapourien, 18 octobre 2016)

Balance des paiements courants (FMI, est. 2016) : 54,6 milliards $ US

Dette extérieure (Singapore statistics est. 2016) : 0 milliards $ US

PIB (Cnuced, est. 2016) : 287,9 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita en dollars courants (FMI, est. 2016) : 54 717 $ US

Taux de croissance du PIB (Cnuced, est. 2016) : 2,1 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (2016) : agriculture (0 %), industrie (26,4 %), service (73,6 %)

Taux d’inflation (Singapore statistics, est. 2016) : 2,75 %

Taux de chômage (Singapore statistics, est. 2016) : 2,1 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté : indice inexistant à Singapour

IDE entrant (flux) (Cnuced, est. 2015) : 65,3 milliards $ US

IDE entrant (cumulés ou stocks) (Cnuced, est. 2015) : 978,4 milliards $ US

IDE sortant (flux) (Cnuced, est. 2015) : 35,5 milliards $ US

IDE sortant (cumulés ou stocks) (Cnuced, est. 2015) : 625,3 milliards $ US

IDE décaissés (est. 2016) : nc

Principaux partenaires commerciaux : clients : Chine (23,6 %), Malaisie (12,0 %), Indonésie (9,4 %) ? fournisseurs : Chine (12,1 %), UE (12,0 %), Malaisie (10,7 %), États-Unis (10,3 %)

Importations (Cnuced, 2015) : 437,9 milliards $ US

Principaux produits importés : équipements électroniques, pétrole raffiné, machinerie, équipements médicaux, pierres précieuses, avions.

Exportations (Cnuced, 2015) : 516,7 milliards $ US

Principaux produits exportés : équipements électroniques, machinerie, pétrole raffiné, produits chimiques et pharmaceutiques, services financiers, équipements de forage, plateformes offshore, orchidées.

Chronologie

JANVIER 2016

9 Mise en place d’un plan quinquennal pour favoriser la recherche et le développement. Il s'élève à 19 milliards de dollars de Singapour et représente une progression de 18 % par rapport au dernier budget quinquennal.

20 Le ministre de l’Intérieur annonce que 27 Bangladais soupçonnés d’être partisans d’un islamisme radical ont été expulsés de Singapour entre le 26 novembre et le 1er décembre 2015.

21 Le salaire des domestiques philippines est porté à 550 $ US par mois.

27 Singapour, la Malaisie, le Japon et l’Inde signent un protocole d’entente sur la sécurité informatique.

28 Singapour se classe 8e sur 167 du classement de l’Indice de perception de la corruption 2015 selon Transparency International, soit premier en Asie du Sud-Est.

FÉVRIER 2016

2 L’Autorité monétaire et le département des Affaires commerciales singapouriennes annoncent avoir saisi plusieurs comptes en banque dans le cadre des investigations sur les cas de malversations financières du fonds souverain malaisien 1MDB.

28 En tant que coordinateur des relations Asean-Chine, Singapour est chargé d’accélérer l’élaboration du code de conduite en mer de Chine orientale.

MARS 2016

20 Les citoyens singapouriens pourront désormais obtenir un congé paternité de deux semaines.

AVRIL 2016

6 Singapour devient la troisième place financière mondiale et prend la place de Hong Kong selon le Global Financial Centres Index (GFCI) du think tank Z/Yen Group.

Face à la montée de la menace terroriste, le gouvernement donne aux services de sécurité extérieure la possibilité d’accéder aux données enregistrées par les systèmes de vidéosurveillance des transports publics et des péages.

15 L’Agence nationale pour l’eau (PUB) lance un appel d’offres pour la construction de la quatrième usine de traitement des eaux du pays, à Marina East, la première capable de traiter à la fois de l’eau douce et de l’eau de mer.

20 Lee Hsien Loong, effectue la première visite officielle d’un Premier ministre singapourien en Israël et dans les territoires palestiniens.

MAI 2016

6 Singapour et l’Australie annoncent une expansion significative de leur accord de libre-échange ainsi que la rédaction d’un accord de défense à hauteur de 2,25 millions $ US.

10 Dans le cadre de l’affaire des « Panama Papers », les données relatives à Singapour comprennent 5 869 entités offshores, 6 166 agents, 1 315 intermédiaires et 5 728 adresses.

31 Quatre ressortissants bangladais sont jugés à Singapour. Ils sont accusés de recueillir des fonds pour financer des attaques terroristes au Bangladesh.

JUIN 2016

4 Singapour décide de fournir 22 millions de litres d'eau potable par jour à Johor en réponse à une demande urgente formulée par l’État malaisien.

30 À la suite du « Brexit », la troisième banque du pays, United Overseas Bank, suspend tout nouveau prêt pour l’achat de propriétés à Londres, quand la première banque du pays, la DBS Bank, met en garde ses clients contre le « taux de change et les risques souverains ».

Une nouvelle unité est créée afin d’améliorer les capacités de défense de Singapour contre le terrorisme.

JUILLET 2016

30 Un citoyen singapourien est arrêté et condamné à deux ans d’emprisonnement pour avoir glorifié l’État islamique sur Facebook, ainsi que pour son rôle présumé dans la « radicalisation » d’au moins deux autres personnes. Zulfikar Mohamad Shariff n’a pas eu droit à un procès.

AOÛT 2016

5 Six partisans de l’État islamique sont arrêtés. Ils sont soupçonnés de planifier une attaque à la roquette visant le site du grand prix de Formule 1 à Marina Bay, depuis l’île indonésienne de Batam.

22 L’ancien président singapourien, S. R. Nathan, meurt à l’âge de 92 ans. Proche de l’un des pères fondateurs de Singapour et premier chef du gouvernement, Lee Kuan Yew, il effectua deux mandats de six ans entre 1999 et 2011.

SEPTEMBRE 2016

1 Alors que le premier cas signalé remonte au 17 mai, on compte désormais plus de 150 personnes atteintes du virus zika. Ce nombre devrait continuer à augmenter selon Leong Hoe Nam, spécialiste des maladies infectieuses à l'hôpital Mount Elizabeth Novena de Singapour.

Des scientifiques de l’agence A * Star à Singapour ont annoncé avoir développé un kit de tests permettant d'identifier la présence du virus de la dengue, du zika et du chikungunya en deux heures et dont la fabrication ne coûte que quelques dollars, ce qui a attiré l’attention de l’OMS.

7 Le rapport sur la réforme de l’élection présidentielle rédigé par la Commission constitutionnelle a été rendu public. Les recommandations de la Commission s’articulent autour de quatre axes : des critères d’éligibilité plus stricts, une représentation des minorités assurée, un renforcement du rôle du Council of Presidential Advisers (CPA) et un retour éventuel à un président nommé et non élu.

20 L'entreprise de transports Grab a levé des fonds à hauteur de 750 millions $ US auprès notamment de la banque japonaise Softbank. La start-up singapourienne, est présente dans 31 villes de six pays de la région (Indonésie, Malaisie, Thaïlande, Vietnam, Philippines et Singapour) et revendique plus de 1,5 million de voyageurs quotidiens.

Pour la huitième année consécutive, DBS a été élue banque la plus sûre d’Asie par le magazine Global Finance. La banque singapourienne a également été classée troisième banque commerciale la plus sûre dans le monde.

29 Amos Yee, jeune blogueur de 17 ans, a été condamné à une peine de six semaines de prison et 2 000 $ US d’amende pour avoir porté atteinte aux communautés religieuses à travers ses publications. En juillet 2015, il avait reçu une peine de 4 semaines d’emprisonnement pour des faits similaires.

OCTOBRE 2016

3 Une enquête réalisée à Singapour par l’organisme de sondage gouvernemental Reach relève que 80 % des personnes interrogées se déclarent en faveur du maintien de la peine de mort dans la cité-État.

11 Le gouvernement singapourien met en place des mesures pour se défendre contre les cyberattaques. Une nouvelle loi, le Cyber Security Act, pilotée par la Cyber Security Agency (CSA), devrait permettre d’harmoniser les nombreuses législations des différentes autorités de régulation.

24 La National University of Singapore et l’opérateur de télécommunications Singtel ont conclu un partenariat d'un montant de 43 millions $ US pour ouvrir un laboratoire de recherche en cybersécurité, le NUS-Singtel Cyber Security Lab.

25 Masagos Zulkifli, ministre de l’Environnement singapourien, a annoncé à l’occasion de l’ouverture de l’Asia Clean Energy Summit le lancement de la plus grande plateforme d’essais de panneaux solaires photovoltaïques flottants du monde.

NOVEMBRE 2016

9 Le Parlement a approuvé la révision constitutionnelle sur l’élection présidentielle qui consiste notamment à rendre les critères d’éligibilité plus stricts et à assurer une représentation régulière des minorités ethniques. La prochaine élection présidentielle sera ainsi réservée à des candidats malais.

10 Une loi est votée pour permettre au gouvernement de recueillir les empreintes oculaires des Singapouriens et des résidents permanents afin de renforcer les contrôles d’identité à l’immigration.

11 À compter de 2017, les 143 000 fonctionnaires de Singapour utiliseront Workplace, le réseau social pour entreprises de Facebook, pour communiquer entre eux via leurs téléphones portables et leurs tablettes.

23 9 véhicules blindés appartenant aux Forces armées de Singapour sont saisis par les douanes de Hong Kong. Ces véhicules étaient en transit vers Singapour, de retour de Taïwan, où les forces armées singapouriennes et taïwanaises participaient à des exercices communs, au titre du programme de coopération militaire Starlight, fruit d'un accord longtemps tenu secret, signé en 1975.

25 À partir du mois de janvier, les entreprises d’au moins 10 salariés qui auraient licencié au moins 5 personnes dans les 6 derniers mois devront notifier tout licenciement au ministère du Travail, sous peine d’une amende de 5 000 $ US.

30 Le vice-Premier ministre Tharman Shanmugaratnam a été nommé président du Group of Thirty (G30), un think tank basé à Washington. Il succédera à Jean-Claude Trichet et deviendra le premier représentant asiatique à présider ce think tank.

Portraits

Joseph Schooling, champion olympique

En 2016, Singapour a obtenu sa première médaille d’or olympique, en natation, grâce à Joseph Schooling, âgé de 21 ans. Cette unique médaille rapportée de Rio par la délégation singapourienne, s’ajoute à quatre autres : la première, d’argent à Rome en 1960, puis trois autres en 2008 et 2012. Cet exploit met en lumière plusieurs problématiques qui traversent Singapour, comme celle tout d’abord liée à l’identité. Les médailles de 2008 et 2012 avaient suscité la polémique puisqu’elles avaient été gagnées par des sportives « importées » de Chine. Joseph Schooling est, quant à lui, né singapourien.

Mais il soulève d’autres questions, dans un pays qui aime à classer par « races », puisque sa maman est chinoise de Malaisie tandis que son père est né de l’union d’une Eurasienne portugaise de Singapour et d’un officier britannique. Aussi représente-t-il autant le multiculturalisme de la « cité globale », comme se surnomme Singapour, que les défis qui se posent dans un pays qui se construit un roman national en s’interrogeant sur ses ancêtres et racines : du Chinois Lee Kuan Yew à la cité-entrepôt malaise du XIV siècle Temasek – largement remise en valeur dans le musée national rénové – via le Britannique Raffles en 1819.

Par ailleurs, Joseph Schooling n’a longtemps pu compter que sur lui-même, en s’exilant au Texas pour s’entraîner. Avec sa vision à courte vue, le gouvernement n’a jamais jugé bon d’investir à long terme dans le sport et, à nouveau, il pare au plus pressé en dégainant le chèque : un million de dollars singapouriens (654 000 euros) pour la médaille. Comme l’expliquait un chroniqueur, Joseph Schooling envoie un message fort : il rassure le gouvernement sur la capacité des jeunes à se prendre en main et à écrire le « nouveau chapitre du pays » (cf. supra) : « Ils le feront sans doute différemment [que nous] mais ils pourraient bien nous surprendre ».

Mathew Mathews, chercheur en sociologie

Le Dr Mathew Mathews est un chercheur (Senior Research Fellow) de l’Institute of Policy Studies (IPS), lui-même rattaché à la Lee Kuan Yew School of Public Policy. Il y dirige une équipe qui travaille sur les questions sensibles de « société et identité ». Lui-même se concentre sur la famille, les religions et l’immigration. L’IPS est l’un des rares endroits qui se penchent, à Singapour, sur Singapour, avec les outils de la sociologie. De même, Mathew Mathews est quasiment l’unique exemple d’un Singapourien ayant suivi son doctorat à Singapour – en l’occurrence à la National University of Singapore – et tout de suite employé, à sa sortie, dans un centre de recherche national. Sa seule expérience étrangère est un master à la Liberty University aux États-Unis, qui a formé nombre de présidents américains.

Mathew Mathews sait jouer des contraintes politiques et juridiques pour chercher, travailler et publier sans jamais franchir la ligne jaune. Ce fut encore le cas lors de sa dernière étude sur le racisme à Singapour en août 2016. D’origine indienne et chrétienne, il n’aspire à aucune carrière politique. Comptant parmi les rares intellectuels singapouriens, il se dit suffisamment capable de peser sur les débats à travers, d’une part, une intense vie associative axée sur la cohésion sociale (président de Alive Community Network, membre du bureau de OnePeople.sg, deux associations qui travaillent sur la solidarité) ; d’autre part, des tribunes de plus en plus nombreuses dans les quotidiens nationaux. Ce quadragénaire a, par ailleurs, participé à la Commission constitutionnelle sur les élections présidentielles en avril dernier.

Arrêt sur image

Boeing P-8A Poseidon de l’US Navy, lors du Singapore Air Show de février 2016
© Alec Wilson, 2016

Le dernier né des avions de patrouille maritime américain ne s’est pas uniquement fait remarquer lors du renommé Air Show, qui fait de Singapour l’une des places fortes régionales de l’industrie d’armement. En décembre 2015, au lendemain d’un accord de coopération de défense américano-singapourien renforcé, un P-8A était déployé sur la base aérienne de Paya Lebar, avant d’autres rotations, pour conduire des patrouilles en mer de Chine méridionale : un signal fort envoyé à Pékin.

Notes

413 La Banque mondiale, « Classement des économies », Doing Business, 2016.

414 Silja Baller, Soumitra Dutta et Bruno Lanvin (dir.), 2016, The Global Information Technology Report 2016, Genève, World Economic Forum, 307 p.

415 Samaritians of Singapore, « Reported Suicide Cases », The Straits Times, 26 juillet 2016.

416 Calvin Yang, « 5 000 teachers leave service over five years », The Straits Times, 3 octobre 2016.

417 SGFuture, 2016, About SGFuture, (https://www.sg/sgfuture/About-SGFuture.)

418 Fathin Ungku, « Singapore court sends teen blogger back to jail for criticizing religion », Reuters, 29 septembre 2016.

419 Charissa Yong, « WP MPs “have not shown integrity” », The Straits Times, 26 juillet 2016.

420 Singapore Discovery Centre, Special Exhibitions – Home, (http://www.sdc.com.sg/special-exhibitions.php).

421 Ministry of Defence, « Fact Sheet: army deployment force for homeland security operations and contingencies », 30 juin 2016.

422 Et surtout répartir à son avantage l’électorat qui lui est favorable.

423 Jeremy Long, « Tuas workers' dormitory comes with a sea view », The New Paper, 15 juillet 2016.

424 Leonard Sebastian, « What soccer means to me: national integration through the prism of soccer in Singapore », Education About Asia, automne 2016.

425 Charissa Yong, « Singaporeans respect all races, but racism still an issue: survey », The Straits Times, 20 août 2016.

426 Lim Yan Liang, « Define better what secularism means », The Straits Times, 19 avril 2016.

427 Adrian Lim, « New taxi operator with all-electric fleet to hit Singapore's roads in September », The Straits Times, 25 juillet 2016.

428 Amelia Teng, « Singapore unveils plan in climate change fight », The Straits Times, 11 juillet 2016.

429 Entretiens informels à Singapour en 2015-2016.

430 Catherine Robert, « Singapore has most light pollution in the world », The New Paper, 19 juin 2016.

431 Kor Kian Beng, « China, Asean agree to examine Singapore proposal on South China Sea », The Straits Times, 2 mars 2016.

432 « Singapore's Foreign Minister Vivian to attend Asean Foreign Ministers' Retreat in Laos », The Straits Times, 25 février 2016.

433 « Asean foreign ministers expressed serious concerns to China over South China Sea developments: Vivian », The Straits Times, 14 juin 2016.

434 Shashi Jayakumar, « China-Singapore ties: the four Rs behind the unhappiness », RSIS Commentaries, 6 octobre 2016; Peh Shing Huei, « Commentary: the new normal of Singapore’s relations with China », Channel News Asia, 6 octobre 2016.

435 Kenneth Cheng, « Seized SAF vehicles moved to cargo examination compound: HK media », Today, 25 novembre 2016.

436 Jermyn Chow, « US has “no better friend than Singapore” in the region, says Defence Secretary Carter », The Straits Times, 3 juin 2016.

437 Chong Koh Ping, « Beijing to S'pore: respect China's position on South China Sea issue », The Straits Times, 7 août 2007.

438 Lee Wei Ling, « PM Lee refutes sister's claims of “establishing dynasty” after Lee Kuan Yew's death », The Straits Times, 10 avril 2015.

439 Nicholas Yong, « Most Singaporeans would choose Tharman as the next Prime Minister: survey », Sg.news.yahoo, 26 septembre 2016.

440 Martino Tan, « Why DPM Tharman has no choice but to respond to the “next PM” speculation », The Mothership, 29 septembre 2016.

441 Voir son portrait dans L’Asie du Sud-Est 2012, p. 246.

442 Irene Ng, « Has Rajaratnam’s “democracy of deeds” idea gone beyond words? », The Straits Times, 14 août 2016.

443 En acoustique, la position d’écoute de référence. Par extension, le point d’équilibre démographique idéal, principalement entre population active et retraités.

444 Tang See Kit, « Singapore's economic growth slows sharply to 0.6% in Q3 », Channel News Asia, 14 octobre 2016.

445 « Unemployment in Singapore rises, more workers made redundant in Q2 », Channel News Asia, 15 septembre 2016.

446 Voir le chapitre sur la Malaisie.

447 « The Singapore exception », The Economist, 18 juillet 2015.

448 Foo Jie Ying, Judith Tan, « Focus on jobs, lifelong learning », The New Paper, 17 août 2016, p. 10.

449 Meira Chand, « At SG51, let’s turn to nation-building for the soul », The Straits Times, 9 août 2016.

Table des illustrations

Titre Singapour
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2077/img-1.png
Fichier image/png, 929k
Légende Boeing P-8A Poseidon de l’US Navy, lors du Singapore Air Show de février 2016© Alec Wilson, 2016
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2077/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

Auteur

Enseignant-chercheur en science politique et relations internationales à l’École navale, chercheur associé à Asia Centre, membre du comité Union européenne du CSCAP et coordinateur de l’Observatoire Asie du Sud-Est (DAS-DGRIS, 2012-2015 et 2017-2020). Il est l’auteur de Chez les pirates d’Indonésie (Fayard, 2011) et co-rédacteur de Asie de l’Est et Asie du Sud-Est : de l’émergence à la puissance (Éditions Ellipses, 2015).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site