Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2017 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses
, 
Claire Thi-Liên Tran

La région

Philippines

2016, l’avènement d’un président révolutionnaire ?

François-Xavier Bonnet

Texte intégral

1L’année 2016 est marquée par l’élection du président Duterte, sans doute l’homme politique le plus controversé des Philippines. Le programme de lutte contre les stupéfiants et la criminalité, sur lequel il a été essentiellement élu, semble devenir le fil directeur de sa politique étrangère. Cependant, cette campagne antidrogue tend à masquer les nombreuses réformes sociales, économiques et politiques que le nouvel homme fort de Manille veut mettre en œuvre.

9 mai 2016 : des élections atypiques

2Après quatre mois d’une intense campagne électorale qui opposait cinq candidats pour le poste de président et six candidats pour celui de vice-président, les Philippins se sont massivement rendus aux urnes le 9 mai 2016. En effet, ces élections, considérées comme généralement paisibles, transparentes et crédibles (une exception dans l’histoire du pays), ont battu le record de participation : 81,5 % des électeurs (près de 45 millions sur 55 millions d’électeurs enregistrés) ont voté, contre 74 % en 2010.

3De ce scrutin à un tour, émerge victorieux Rodrigo Duterte au poste de président. Cet homme de 71 ans, qui avait déclaré sa candidature à la présidentielle in extremis (le 21 novembre 2015) remporte les élections avec 39 % des voix (16 millions de votes) devant Mar Roxas, soutenu par le président Aquino (23 %, 9,9 millions de votes), Grace Poe, indépendante (21 %, 9,1 millions de votes), l’ancien vice-président Jejomar Binay (12,7 %, 5,4 millions de votes) et enfin Miriam Defensor Santiago (3,4 %, 1,4 million de votes, décédée le 29 septembre 2016).

4Rodrigo Duterte est sans doute l’homme le plus controversé des Philippines. Tour à tour surnommé par les médias occidentaux le « Trump des Philippines », « Dirty Harry », « The Punisher » ou même, dans le journal Libération le « serial killer », Rodrigo Duterte avait basé toute sa campagne électorale sur un programme peu orthodoxe d’éradication des activités criminelles notamment liées à la drogue et un retour de la sécurité dans un délai de trois à six mois. Il proposait, par ailleurs, d’éradiquer la corruption des fonctionnaires, simplifier et accélérer les démarches administratives, autoriser le divorce et le mariage pour tous, améliorer la circulation dans le grand Manille, la réduction des inégalités en milieu rural (réforme agraire), l’amélioration de la rapidité d’Internet, etc. Ce catalogue de mesures hétéroclites permettait au candidat Duterte de « ratisser large » et d’intéresser toutes les classes de la société. Son charisme de tribun allié à une forte dose d’humour et de machisme, et une très forte présence dans les réseaux sociaux, lui ont permis de faire d’excellents scores chez toutes les classes sociales.

5Rodrigo Duterte, fils d’un ancien gouverneur de la province de Davao (Mindanao) a fait toute sa carrière politique dans la ville de Davao City. En 1988, il est élu maire de cette ville et il le restera pendant 22 ans. À la fin des années 1980, Davao City était appelée « le petit Nicaragua » car, d’une part, les guérillas communistes et musulmanes y envoyaient des escadrons de la mort chargés d’assassiner les militaires, politiciens, hommes d’affaires et autres « ennemis du peuple » et, d’autre part, les syndicats du crime profitaient de ce chaos.

  • 379 François-Xavier Bonnet, Philippines : Duterte, président paralysé ou « dictateur éclairé » ?, Asial (...)

6La réputation de Rodrigo Duterte vient du fait qu’il fut capable, en utilisant la carotte et le bâton, de transformer Davao City en une ville à l’économie florissante et où la sécurité des personnes et des biens est assurée. La première stratégie, la carotte, visait à signer des accords de paix secrets entre la mairie de Davao et les différents groupes rebelles dans lesquels était stipulé, par exemple, que la ville de Davao était une zone neutre qui pouvait être traversée par les rebelles tant que ces derniers laissaient leurs armes à l’entrée du territoire. Le côté sombre de son pragmatisme, le bâton, visait le milieu criminel et les délinquants de la drogue. Les organisations des droits de l’homme, tant locales qu’internationales, ainsi que des enquêtes parlementaires ont bien mis en valeur la présence d’escadrons de la mort, formés d’anciens militaires, policiers et d’anciens rebelles, assassinant des délinquants et criminels dont les noms figuraient sur des listes lues à la radio, par le maire de Davao, quelques jours auparavant. Jusqu’à ce jour, aucune enquête n’a pu prouver que Duterte dirigeait ces escadrons de la mort. Entre 1998 et 2014, pas moins de 1 424 personnes ont été assassinées par ces escadrons, dont 132 enfants379.

  • 380 Ellalyn De Vera, « SWS survey : Trust in Duterte still excellent », Manila Bulletin, 11 octobre 201 (...)

7Après quatre mois au pouvoir, aucun président philippin n’a jamais été aussi populaire que Rodrigo Duterte. En effet, 83 % des personnes interrogées par l’organisme de sondage Social Weather Station (SWS) disent avoir totalement confiance dans le président Duterte380. Ainsi, sa réputation sulfureuse, aux méthodes peu orthodoxes pour combattre le crime, ne semble pas affecter sa popularité.

  • 381 Aux Philippines, les partis politiques ne portent pas d’idéologies, ils sont des machines à élire d (...)

8Cependant, bien que gagnant aux élections, il n’en reste pas moins un président minoritaire. S’il contrôle pour l’instant les deux chambres (Pantaleon Alvarez, président de la Chambre des représentants et Aquilino « Koko » Pimentel III, président du Sénat) c’est grâce au jeu traditionnel des changements d’alliances d’après les élections381. La super-majorité, une alliance composée du parti du président Duterte, PDP-Laban, et des partis de ses anciens adversaires (Liberal, Nationalista, UNA, NPC) reste un édifice fragile qui pourrait s’effriter, voire, céder en 2017 si la guerre contre la drogue se poursuit aussi intensément ou que le rapprochement avec la Chine se fait trop au détriment des relations avec les États-Unis. La croissance économique du pays est encore florissante, sans doute plus de 6 % pour l’année 2016, mais les investisseurs étrangers, notamment occidentaux, observent la situation, surpris par les tirades anti-américaines, anti-européennes et anti-onusiennes de Rodrigo Duterte.

La guerre contre la drogue du président Duterte

  • 382 Selon la dernière étude du Dangerous Drugs Board, il y aurait 4,5 millions de personnes ayant conso (...)
  • 383 Ces « vigilants » semblent être composés d’anciens policiers et militaires, mais aussi d’anciens re (...)
  • 384 Michael Bueza, « In numbers: the Philippines' “war on drugs” », Rappler. com, 15 octobre 2016, (htt (...)

9Élu principalement sur un programme de lutte contre l’insécurité et la corruption, le président Duterte s’est lancé, tête baissée, dans une campagne anti-drogue d’une intensité inégalée aux Philippines382. Ainsi, cette campagne, appelée Double Barrel, s’est soldée, du 1er juillet 2016 au 15 octobre 2016, par la mort de 4 375 personnes. Sur ce total, la police nationale compte 1 645 individus impliqués dans des affaires de drogue et tués lors d’opérations de police. Le reste, 2 730 personnes, sont des victimes d’exécutions extrajudiciaires menées par des groupes de « vigilants383 » dont 1 967 cas font l’objet d’une enquête de la police. À ce jour, les forces de l’ordre ont mené 30 845 opérations et arrêté 29 331 personnes384.

10Ces opérations de police se doublent du projet TokHang (contraction de deux mots signifiant « frapper à la porte » et « demander »). Dans cette stratégie, la police fait du porte à porte, persuadant drogués et dealers de se rendre aux autorités. Ce porte à porte se fait sur la base de listes de noms données par des informateurs anonymes aux barangays captains (chefs élus des quartiers et villages). Au total, et à la date du 15 octobre 2016, 2 120 139 maisons ont été visitées par la police et 744 916 personnes se sont rendues aux autorités dont 54 229 dealers et 690 687 consommateurs.

  • 385 Vanne Elaine P. Terrazola, « SWS: 84% of Filipinos approve of Duterte’s anti-drug campaign », Manil (...)
  • 386 Carmela Fonbuena, « Duterte must address issues other than crimes-poll », Rappler. com, 17 octobre (...)

11Après trois mois d’une intense campagne antidrogue, 84 % des personnes interrogées par l’organisme de sondage SWS se disaient satisfaites des résultats (54 % très satisfaites et 30 % plutôt satisfaites). Cependant, ces mêmes personnes étaient 71 % à penser qu’il était très important d’arrêter les suspects vivants et 23 % plutôt important385. De son côté, l’organisme de sondage Pulse Asia montre une opinion publique qui ne semble plus considérer la lutte contre la criminalité comme une priorité nationale (seulement 31 % la considèrent comme une des trois priorités nationales en septembre 2016 contre 52 % en juillet 2016)386.

  • 387 Boying Pimentel, « Duterte, Hitler and the zeal to kill », Inquirer. net, 4 octobre 2016.

12Ces chiffres, qui pourraient indiquer un changement dans l’opinion publique, rejoignent les accusations, de plus en plus nombreuses, de violations des droits de l’homme émises par la communauté internationale (dont les États-Unis, l’Union européenne et les Nations unies) à l’encontre du président Duterte et de son gouvernement. Rodrigo Duterte, de son côté, attise les braises, en n’hésitant pas à expliquer, par exemple, qu’il serait prêt à tuer les 3 millions de consommateurs de drogue comme Hitler a pu exterminer les juifs en Europe387. Les critiques principalement occidentales tendent à radicaliser Duterte et à lui donner les arguments suffisants pour justifier sa politique de rapprochement avec la Chine et la Russie et son éloignement des États-Unis (voir plus bas).

  • 388 Les risques sont grands de critiquer. La sénatrice De Lima, ancienne ministre de la Justice sous le (...)

13Les critiques ouvertes de la campagne musclée contre la drogue sont encore rares aux Philippines. Seules l’Église catholique, la Commission des droits de l’homme et quelques personnalités comme la sénatrice Leila De Lima prennent le risque de critiquer ouvertement les méthodes du président Duterte388. Si, traditionnellement, les ONG de défense des droits de l’homme proches du Parti communiste philippin étaient extrêmement actives dans la dénonciation des violations des droits de l’homme sous les administrations précédentes (de 2001 à 2015, 1 500 personnes ont été éliminées pour des raisons politiques), elles sont, pour le moins, devenues très timides, voire mutiques. De fait, les pourparlers de paix entre le gouvernement et le Parti communiste ont, sans aucun doute, neutralisé ces associations.

Vers la fin des rébellions ?

14Après 22 ans à la tête de la grande ville de Davao City, sur l’île de Mindanao, et de fortes amitiés dans les milieux rebelles musulmans et communistes tant aux niveaux local que national, Rodrigo Duterte est considéré comme le président philippin le plus crédible pour régler, de manière pacifique, les deux principales guérillas du pays.

  • 389 François-Xavier Bonnet, 2016, « Les Philippines, l’année 2015 : premiers bilans, incertitudes élect (...)

15Sous l’administration du président Aquino (2010-2016), le gouvernement et le Front islamique de libération moro (MILF – Moro Islamic Liberation Front) signaient, le 27 mars 2014, l’accord historique sur la Bangsamoro (CAB − Comprehension Agreement on the Bangsamoro). La Commission de transition de la Bangsamoro, transmettait la loi fondamentale de la Bangsamoro (BBL − Bangsamoro Basic Law), le 10 septembre 2014, à la Chambre des représentants et au Sénat pour l’amender puis la ratifier. Cependant, le massacre de 44 policiers des Forces spéciales lors d’une opération antiterroriste à Mamasapano (province de Maguindanao, Mindanao) en janvier 2015 stoppait le processus de paix389. L’émotion nationale soulevée par cette tuerie et le désintérêt des politiciens concentrés sur les élections nationales du 9 mai 2016 ont contribué à la paralysie du processus.

16Les négociations entre les deux parties ont formellement repris les 13 et 14 août 2016 à Kuala Lumpur (Malaisie). Selon Jesus Dureza, conseiller présidentiel pour le processus de paix, la Commission de transition de la Bangsamoro devrait s’élargir à d’autres acteurs clefs comme des représentants du Front moro de libération nationale (MNLF − Moro National Liberation Front), mouvement rival du MILF qui avait signé un accord de paix avec le gouvernement en 1996. Si l’on y ajoute des représentants des sultanats traditionnels de Sulu et Maguindanao, ainsi que des représentants des populations indigènes (Lumads) et de la société civile, la commission devrait passer de 15 à 21 membres. Cette commission sera chargée de réécrire la loi fondamentale de la Bangsamoro afin que celle-ci s’intègre à la Constitution.

  • 390 Le nombre d’États n’est pas encore fixé. Aquilino Pimentel, ancien sénateur de Mindanao et membre d (...)

17Cependant, contrairement au projet de l’administration Aquino qui visait à octroyer une forte autonomie à la future région musulmane dans un cadre national unitaire, le président Duterte semble décidé à transformer les Philippines en une fédération. La Bangsamoro deviendrait donc l’un des États de la « république fédérale des Philippines390 ». Cette idée d’une fédération des Philippines est portée depuis les années 1990 par le parti politique de Rodrigo Duterte, le PDP-Laban ainsi que par des intellectuels comme l’ancien président de l’université des Philippines, José Abueva.

  • 391 Alexis Romero, « MILF: pass BBL before shifting to federalism », The Philippine Star, 15 juin 2016.
  • 392 Gisela Reiterer, « La décentralisation, une belle idée entre réalité juridique et pratique politiqu (...)
  • 393 Les frères Maute sont des cousins germains d’Alim Abdul Aziz Mimbantas, décédé, ancien président ad (...)

18Le MILF et les musulmans de Mindanao devront-ils attendre que les Philippines se transforment en une fédération pour se voir enfin octroyer « leur » autonomie ? C’est ce que semble penser le président de la Chambre des représentants, Pantaleon Alvarez, très proche de Rodrigo Duterte391. Or, les tentatives depuis 1990 pour transformer les Philippines en une république fédérale ont toutes été vouées à l’échec. La dernière tentative, datant de 2009, sous l’administration de la présidente Gloria Macapagal-Arroyo, une alliée de Duterte, de transformation des Philippines en une fédération, n’a pas échappé à la règle392. Un règlement rapide et durable est pourtant urgent, dans un contexte d’émergence de nouveaux groupes terroristes. Ainsi, le groupe des frères Maute (Abdullah et Omar) s’est illustré dans des combats violents avec l’armée dans la région de Butig (province de Lanao del Sur, Mindanao) en avril 2016, puis dans des activités terroristes comme l’attentat du marché de Davao City du 2 septembre 2016 faisant 14 morts et 70 blessés. La pression est d’autant plus grande que les frères Maute sont d’anciens chefs locaux du MILF désabusés par la lenteur des négociations avec le gouvernement et se réclamant de l’État islamique d’Irak et de Syrie393.

  • 394 Le Parti communiste philippin, d’obédience maoïste, est interdit aux Philippines. Le parti est form (...)

19Sur le front de la guérilla communiste, les espoirs renaissent aussi. En effet, alors qu’entre 1986 et 2015 pas moins de 40 sessions ont eu lieu entre les négociateurs du gouvernement et ceux du National Democratic Front (NDF, vitrine politique du Parti communiste philippin ou CPP394), l’administration Duterte relance le processus de paix.

20Les pourparlers de paix ont repris à Oslo (Norvège) du 22 au 28 août 2016. Si la libération des 434 prisonniers politiques doit en principe intervenir rapidement au cours de l’année 2017 et si le cessez-le-feu se maintient sur le terrain, la pierre d’achoppement des négociations pourrait être l’ensemble des réformes économiques et sociales profondes demandées par le CPP. Si les deux parties se sont entendues, début octobre 2016, sur le plan général de l’Accord global sur les réformes socio-économiques (CASER – Comprehensive Agreement on Socio-economic Reforms), « le diable pourrait se trouver dans les détails ».

  • 395 José Maria Sison fut un professeur de sciences politiques de Rodrigo Duterte au Lyceum University à (...)

21Très proche de José Maria Sison395, fondateur du CPP, Rodrigo Duterte a nommé, dans un premier temps, plusieurs communistes à des postes clefs de ministres. En nommant Rafael Mariano, ancien député du parti Anakpawis, à la tête du Département de la réforme agraire, Duterte donne un signe fort au CPP, en montrant son sérieux quant à la réduction des inégalités dans le monde rural. En effet, Mariano est le chantre de la « vraie » réforme agraire, celle qui confisque les terres des grands propriétaires fonciers, sans les indemniser, et les redistribue aux petits paysans sans terre sans contrepartie financière. L’hacienda Luisita, de la famille Aquino-Cojuangco, est la première cible de Mariano. De même, en nommant Silvestre Bello III au Département du travail, Duterte montre son attachement à la protection des petits employés. En effet, Bello a pour tâche de stopper la pratique illégale des petits contrats de cinq mois renouvelables à vie (pratique souvent appelée « Endo » ou end of contract, fin de contrat). Cette pratique du « Endo » vise à contourner les lois du travail qui stipulent qu’après une période de six mois d’essai, un employé doit obtenir un contrat de travail à durée indéterminée avec tous les bénéfices qui vont avec (sécurité sociale, retraite, arrêt maladie, droit à se syndiquer, etc.).

22Cependant, si ces signes vont dans le sens du programme du CPP, le président Duterte pourra-t-il résister aux pressions de l’oligarchie affectée par ces mesures, notamment les grands propriétaires terriens, les chefs d’entreprise et hommes d’affaires ? L’armée, dont la raison de vivre ces 40 dernières années fut de combattre les guérillas, notamment communistes, va-t-elle accepter le « package » de réformes demandées par le CPP dans le contexte d’une transformation de la politique étrangère des Philippines ?

Mer de Chine méridionale : une victoire incontestable des Philippines

  • 396 L’enjeu de cette plainte était, pour les Philippines, de faire reconnaître sa juridiction sur sa zo (...)

23À la suite des tensions d’avril 2012 entre la Chine et les Philippines à propos du Scarborough Shoal, le gouvernement du président Aquino déposait une plainte au Tribunal international du droit de la mer (TIDM) au début de l’année 2013. Les questions posées au TIDM visaient à confirmer que certaines structures géologiques (Scarborough Shoal, Mischief Reef, Subi Reef, Gaven Reef, McKennan Reef, Fiery Cross Reef, Cuarteron Reef, et Johnson Reef) sont des récifs, rochers ou des hauts-fonds découvrant qui ne peuvent prétendre à une zone économique exclusive de 200 miles396. Par ailleurs, les Philippines contestaient la fameuse « ligne en 9 traits » qui apparaît sur toutes les cartes chinoises depuis 1947 et qui englobe la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale. Enfin, les Philippines contestaient le statut d’île à l’îlot d’Itu Aba, îlot le plus important des Spratleys avec ses 46 hectares.

24Face à cette offensive légale, la Chine, qui refusait d’y prendre part, avait considérablement augmenté, entre 2014 et début 2016, le harcèlement des navires de pêche philippins dans les Spratleys, notamment ceux chargés de ravitailler l’avant-poste des marines et des garde-côtes sur le récif Ayungin (Second Thomas Shoal). Par ailleurs, la Chine avait accéléré, d’une manière spectaculaire, son programme de poldérisation des récifs qu’elle occupe dans les Spratleys. À ce programme de poldérisation achevé en juillet 2015 a succédé un programme de constructions militaires, dont une piste d’aviation de trois kilomètres de long sur le Fiery Cross Reef, inaugurée en janvier 2016. Ces récifs, développés par la Chine, correspondent à ceux contestés devant le TIDM par les Philippines, et la Chine voulait renforcer ses positions avant le verdict du tribunal.

  • 397 Institute for Maritime Affairs and Law of the Sea, Summary of findings on Philippine claims, Confér (...)

25Le 12 juillet 2016, le tribunal rendait son jugement. Les Philippines sortent vainqueurs, d’une manière écrasante, d’un point de vue légal, de ce jugement historique. De fait, toute l’argumentation historique qui sous-tend la revendication de la Chine sur la mer de Chine méridionale est jugée irrecevable par le tribunal. Ainsi, selon ce dernier, les droits historiques de la Chine sur les ressources naturelles de cette mer sont, d’une part incompatibles avec la Convention du droit de la mer signée par la Chine en 1996 et, d’autre part, inexistants avant la mise en place de cette Convention. Selon les juges, l’histoire de la navigation et de la pêche des Chinois dans cette région maritime n’était pas un droit historique, mais l’expression de la liberté de circuler en haute mer. Il n’y avait aucune preuve que la Chine avait, historiquement, exercé un contrôle exclusif de la mer de Chine méridionale ou avait empêché d’autres États d’exploiter ces ressources397. La « ligne des 9 traits » était donc irrecevable.

  • 398 Ibid., p. 10.

26Le second point clef issu de ce jugement est l’absence d’île, au sens juridique, dans les Spratleys. Ainsi, selon les juges, l’îlot d’Itu Aba est un rocher et non une île selon l’article 121 de la Convention. En effet, même si cet îlot est contrôlé par Taiwan qui y a construit des installations militaires et civiles, y maintient depuis 1956 une garnison et a amélioré son habitabilité en construisant des infrastructures, Itu Aba, dans son état naturel, n’a pas la capacité de soutenir durablement une communauté humaine stable. Ainsi, les activités temporaires des pêcheurs Chinois au XIXe et au début du XXe siècle, de même que les activités d’extraction du guano par les Japonais dans les années 1920-1930 ne peuvent être considérées comme formant une communauté stable398. L’île d’Itu Aba, étant un rocher, ne peut donc prétendre à une zone économique exclusive de 200 miles, mais à une petite zone de 12 miles.

27Par ailleurs, le tribunal confirmait que la Chine avait violé les droits souverains des Philippines sur sa zone économique exclusive en construisant une base militaire sur le Mischief Reef, harcelant les activités pétrolières des Philippins sur le Reed Bank ou bloquant les navires de pêche philippins dans cette région. La Chine était aussi reconnue coupable d’avoir violé la Convention en détruisant les récifs coralliens pour la construction des îles artificielles sur les polders, ainsi que de pêcher des espèces protégées comme les tortues de mer, les bénitiers géants, etc.

28Enfin, le Scarborough Shoal est désigné comme un rocher et peut donc avoir une zone maritime de 12 miles (les Chinois le considèrent comme une île) et est déclaré zone de pêche traditionnelle internationale. Ainsi, les pêcheurs chinois, philippins et même vietnamiens devraient être autorisés à pêcher dans le plus grand lagon d’Asie du Sud-Est.

  • 399 Interview de l’auteur avec le juge Antonio Carpio, juge à la Cour suprême et conseiller du départem (...)

29Si la position légale des Philippines en mer de Chine méridionale sort fortement renforcée par la décision du TIDM, ce dernier n’a aucun moyen de l’appliquer concrètement et surtout de la faire accepter par la Chine. Pour le juge de la Cour suprême Antonio Carpio, la Chine refusant le verdict, les autorités des Philippines doivent se préparer à une longue période, d’une dizaine d’années, et sans doute plus, de pressions diplomatiques et militaires internationales pour infléchir la position chinoise399.

Une nouvelle politique étrangère

30Mais à ces difficultés bien anticipées, s’ajoutent les incertitudes liées à l’émergence d’une nouvelle politique étrangère élaborée petit à petit par l’administration du président Duterte. Au-delà des insultes, nombreuses dans les discours du Président, à l’encontre des États-Unis en général et du président Obama en particulier, de l’Union européenne et des organisations de défense des droits de l’homme, trois phénomènes semblent se dégager : une mise à distance des États-Unis, accompagnée par un réchauffement spectaculaire des relations avec la Chine (et peut-être la Russie) et une volonté certaine de renforcer les coopérations de défense et de sécurité avec certains pays de l’Asean.

  • 400 Information qui nous a été donnée par des membres de sa famille, entretien à Davao City, 20 mai 200 (...)

31Ce changement de cap de la politique étrangère des Philippines semble, dans un premier temps, lié à l’humeur du président Duterte, réagissant aux critiques américaines, européennes et des Nations unies concernant les milliers de morts et violations des droits de l’homme liés à sa guerre contre la drogue. Cependant, un second niveau d’analyse permet de déceler une idéologie sous-jacente beaucoup plus profonde. Le président Rodrigo Duterte se considère comme un disciple du diplomate et universitaire nationaliste Renato Constantino (1919-1999)400.

  • 401 Roland Simbulan, « Renato Constantino revisited: reflections on the nationalist paradigm in the era (...)

32Constantino a eu un long passé de résistant anticolonial. Avant la Seconde Guerre mondiale, alors qu’il était étudiant en droit à l’université des Philippines et rédacteur en chef du journal étudiant Philippine Collegian, il dénonçait les atrocités commises par les Américains lors de la guerre entre les Philippines et les États-Unis. Il fut arrêté pour cet affront par les autorités américaines puis relâché après avoir démontré qu’il avait utilisé des sources ouvertes publiées aux États-Unis401. Durant la Seconde Guerre mondiale, il devient l’un des chefs d’un réseau d’espionnage contre les forces japonaises. Puis, au lendemain de l’indépendance, Constantino gravit très rapidement les échelons du département des Affaires étrangères. Ce jeune diplomate devient alors l’avocat d’une politique étrangère indépendante des Philippines. Cette indépendance devait se traduire par une mise à distance des États-Unis et au développement des relations avec la Chine continentale et l’Union soviétique. Cependant, dans le contexte de la fin des années 1940 début des années 1950, il fut accusé d’être procommuniste et il dut démissionner du département. Professeur de sciences politiques à l’université des Philippines, Constantino déconstruit, dans ses nombreux ouvrages, la colonisation, réécrivant l’histoire de la colonisation américaine aux Philippines du point de vue nationaliste. Sa critique s’étendra plus tard aux thèmes de la mondialisation.

  • 402 « Supreme Court’s decision on EDCA », Rappler. com, 15 janvier 2016.
  • 403 Au moment où nous écrivons ces lignes, les États-Unis n’ont reçu aucune note officielle leur demand (...)

33Le président Duterte va-t-il appliquer à la lettre les conceptions de Renato Constantino ? Si tel est le cas, il ne devrait pas y avoir de rupture diplomatique avec les États-Unis mais un rééquilibrage des relations avec la Chine et peut-être la Russie, comme le préconisait Constantino. Dans ce contexte, les menaces du président, de stopper les exercices militaires entre les États-Unis et les Philippines, d’évacuer les forces américaines stationnées à Mindanao, de remettre en cause le nouvel accord de défense intitulé Enhanced Defense Cooperation Agreement (EDCA), signé en avril 2014, et jugé constitutionnel par la Cour suprême des Philippines en janvier 2016402, pourraient être interprétées comme des moyens de pression qui pourraient lui offrir de plus grandes marges de manœuvre dans le cadre de négociations futures403. Ou bien, le Président va-t-il suivre les préconisations de Jose Maria Sison, son autre mentor ? En effet, Sison et le Parti communiste lui demandent de couper les liens avec les États-Unis et de révoquer le traité de défense mutuelle signé en 1951, quelques années après l’accession à l’indépendance de l’archipel.

  • 404 Chris Schnabel, « Duterte's tough talk and what it could mean for US, EU investments », Rappler, 8 (...)

34Entre ces deux positions idéologiques (nationaliste et communiste), le président Duterte doit aussi prendre en compte certaines réalités économiques. Ainsi, les États-Unis comptaient pour 60,4 % et 40 % des investissements étrangers aux Philippines, respectivement en 2014 et 2015. Durant cette même période, la part de l’Union européenne dans les investissements étrangers passait de 7 % en 2013 à 18 % en 2015404. Par ailleurs, l’industrie du Business Process Outsourcing (BPO) dont font partie les centres d’appels téléphoniques, dominée par les investisseurs américains, rapporte 72 % des revenus à l’export des Philippines. Le pays est aussi le 5e bénéficiaire du système généralisé des préférences (GSP) avec les États-Unis. Grâce au GSP, qui élimine des barrières tarifaires pour certains produits venant de pays en voie de développement et importés aux États-Unis, les Philippines ont ainsi pu exporter pour 1,4 milliard $ US en 2015. Enfin, l’aide au développement des États-Unis aux Philippines s’est élevée à 4 milliards $ US entre 2012 et 2015 (ainsi que 140 millions $ US d’aide militaire).

35Cependant, les investissements cumulés des pays de l’Asie du Nord-Est (Japon, Corée du Sud, Taiwan et Chine) sont devenus majoritaires aux Philippines. Cette dominance des grands pays voisins, qui ne sont pas très sensibles aux questions des droits de l’homme, va s’accentuer avec le réchauffement accéléré des relations avec la Chine. La visite officielle du président Duterte en Chine, les 20 et 21 octobre 2016, devrait être la première étape de ce réchauffement diplomatique. La Chine devrait participer à la campagne antidrogue des Philippines en finançant des centres de réhabilitation, investir dans les infrastructures, l’agriculture et les mines notamment sur l’île de Mindanao, fief du président. En échange, le président Duterte, qui a déjà fait d’importantes concessions à la Chine en interdisant les patrouilles navales conjointes États-Unis-Philippines dans les Spratleys (commencées en avril 2016), promet de ne pas évoquer le jugement de la Cour internationale sur la mer de Chine méridionale.

36Cependant, le Scarborough Shoal pourrait faire l’objet de discussions dans la mesure où il a été reconnu comme zone de pêche commune traditionnelle par le tribunal. Le lagon pourrait ainsi devenir une sorte de laboratoire où les deux pays (avec éventuellement le Vietnam) pourraient élaborer des programmes de développement conjoint. Autour du lagon, les gardes-côtes des deux pays pourraient aussi travailler ensemble. Ces programmes permettraient aux deux pays de sortir la tête haute de la situation tendue actuellement en attendant de régler la question plus compliquée des Spratleys.

37La troisième tendance qui se dessine dans la nouvelle politique étrangère de Manille (et le contexte de la future présidence de l’Asean par les Philippines en 2017) est la volonté de développer des coopérations de défense et sécurité avec certains pays de l’Asean dans l’optique, dans un premier temps, de combattre la contrebande de drogue mais aussi la piraterie et autres criminalités en mer comme les enlèvements. Les deux principaux partenaires militaires des Philippines, membres de l’Asean sont la Malaisie et l’Indonésie.

  • 405 Prashanth Parameswaran, « Philippines, Malaysia hold joint naval exercises amid security concern »,(...)

38La Malaisie et les Philippines organisent, depuis 18 ans, des exercices bilatéraux de leurs marines appelés Malphi Laut405. Ils se déroulent, généralement, en mer de Sulu et au large de l’ouest de Mindanao. De même, les deux pays mènent des exercices conjoints de leurs forces aériennes appelés Malphi Sarta et forces terrestres appelés Land Malphi. Cependant, l’arrêt des patrouilles navales conjointes au large de Sabah, en mer de Sulu, depuis 2013-2014, a réduit les activités navales des deux pays. Enfin, la Malaisie est profondément engagée dans le processus de paix sur Mindanao entre le gouvernement philippin et le mouvement rebelle musulman du Front islamique de libération moro (MILF – Moro Islamic Liberation Front). La Malaisie est le principal acteur de l’IMT (International Monitoring Team), chargé de s’assurer du maintien du cessez-le-feu dans les zones musulmanes de Mindanao.

39Avec la signature, en 2014, de l’accord concernant la délimitation de la frontière de la zone économique exclusive (ZEE) entre les Philippines et l’Indonésie dans la mer des Célèbes, les disputes territoriales et maritimes ont cessé entre les deux pays. Et, depuis 1986, l’Indonésie et les Philippines organisent des patrouilles navales coordonnées, appelées Corpat Philindo, le long de leur frontière maritime définie en 1975 dans la mer des Célèbes.

40Cependant, entre les mois de mars et août 2016, près de 25 Indonésiens et Malaisiens (pêcheurs et marins) ont été capturés par le groupe Abu Sayyaf puis relâchés contre des millions de dollars. Cet accroissement spectaculaire des enlèvements et des actes de piraterie dans la région des mers de Sulu et de Sulawesi a poussé, pour la première fois, les trois États (Philippines, Indonésie et Malaisie) à organiser des patrouilles navales coordonnées.

  • 406 Prashanth Parameswaran, « New Sulu sea trilateral patrols officially launched in Indonesia: Indones (...)
  • 407 Karl Kaufman, « Malaysia, Indonesia agree on joint air patrols », GMA News Online, 3 octobre 2016.

41Peu d’informations ont à ce jour filtré sur l’accord, signé à Bali le 2 août 2016, entre les trois ministres de la Défense. Les trois pays auraient accepté que les personnels militaires puissent traverser les frontières afin de poursuivre des terroristes, kidnappeurs et pirates. Cependant, ce droit de poursuite transnational ne peut se faire qu’en mer (les poursuites sur terre sont pour l’instant exclues), avoir l’accord du pays traversé et être dans une situation d’urgence406. Par ailleurs, trois postes de commandement seront établis (Bongao aux Philippines, Tawau en Malaisie, et Tarakan en Indonésie) pour mieux coordonner les patrouilles navales et développer le renseignement opérationnel. Enfin, le 1er octobre 2016, les trois ministres de la Défense s’accordaient sur la nécessité d’organiser des patrouilles aériennes au-dessus de la zone maritime d’intérêt commun407. Ainsi, la coopération multilatérale entre les trois pays semble se rapprocher de plus en plus du modèle de coopération dans le détroit de Malacca (coopération comprenant l’Indonésie, la Malaisie et Singapour).

42Le Vietnam, qui accueillait le président Duterte les 28 et 29 septembre 2016, est un allié important des Philippines. En effet, les deux pays qui célèbrent cette année leurs 40 ans de relations diplomatiques, ont une longue histoire de coopération en mer de Chine méridionale.

43Une coopération scientifique, tout d’abord. En effet, lors de la visite d’État du président Ramos au Vietnam, en mars 1994, il fut décidé que les deux pays développent leur coopération en matière de recherche scientifique notamment dans la protection des ressources marines vivantes en mer de Chine méridionale. Le président Ramos insistait pour que la mer de Chine méridionale soit perçue comme un élément unificateur des États littoraux situés autour de cette mer semi-fermée, plutôt qu’un facteur de division.

  • 408 La phase 1 du JOMSRE-SCS a connu quatre expéditions de 1996 à 2007. Les résultats des expéditions o (...)
  • 409 « Joint oceanographic and marine scientific research expedition in the South China sea (JOMSRE-SCS) (...)

44La Joint Oceanographic and Marine Scientific Research Expedition in the South China Sea (JOMSRE-SCS, 1994-2008) était, à l’origine, perçue comme un mécanisme de construction de la confiance (confidence building mechanism ou CBM) entre le Vietnam et les Philippines. L’accord bilatéral s’est par la suite transformé en une véritable activité de coopération scientifique, comprenant quatre expéditions bilatérales puis, en 2008, des réunions trilatérales incluant la Chine408. Cet accord, réalisé sous le régime de la convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM), notamment la partie IX de la convention qui encourage la coopération entre les États bordant des mers fermées ou semi-fermées, fut considéré, à plus d’un titre, comme un véritable succès scientifique et diplomatique. Selon l’ancien ambassadeur Alberto Encomienda, chef de la délégation des Philippines pour la JOMSRE-SCS, l’une des clefs de la réussite du projet résidait sur les concepts, développés par la CNUDM, de continuité entre les mers et de la conservation des ressources marines409.

  • 410 Les Philippines et la Corée du Sud discutent d’un partenariat stratégique. Les Philippines et le Ja (...)
  • 411 Le Vietnam a signé 13 partenariats stratégiques dont trois avec des pays membres de l’Asean en 2013 (...)

45Mais les deux pays se sont considérablement rapprochés sous l’administration Aquino. En effet, le 17 novembre 2015, à Manille, le président des Philippines, Benigno S. Aquino III, et son homologue vietnamien Truong Tan Sang signaient un partenariat stratégique historique. Cet accord est historique à double titre puisqu’il s’agit, d’une part, du premier partenariat stratégique signé par les Philippines avec un pays de l’Asean (les Philippines ont un partenariat stratégique avec l’Australie et le Japon)410 et, d’autre part, du premier partenariat signé par le Vietnam avec un pays membre de l’Asean ayant une revendication sur une partie de la mer de Chine méridionale411.

46Ainsi, en signant un partenariat stratégique, les Philippines et le Vietnam, deux pays rivaux en termes de compétition pour le contrôle des zones maritimes et insulaires en mer de Chine méridionale, semblent signifier (sous réserve que l’accord soit réellement appliqué) que leur dispute territoriale bilatérale est passée au second rang par rapport à leur coopération militaire. L’objectif de la visite du 28 septembre 2016 visait donc à renforcer le partenariat stratégique notamment dans les domaines de la lutte contre la contrebande de stupéfiants et la sécurité maritime en mer de Chine méridionale.

*

  • 412 L’enterrement surprise de l’ancien président Marcos, au cimetière des héros, à Makati, le 18 novemb (...)

47Une partie de l’électorat philippin a mis à la tête de l’État une personnalité complexe. Se revendiquant socialiste et nationaliste, le président Duterte est, d’abord et avant tout, obsédé par la lutte contre la drogue. Cette lutte devient le fil directeur non seulement de son action au niveau national, mais aussi de sa politique étrangère, tant à l’encontre des grandes puissances que des voisins de l’Asean. Sa volonté réformatrice ambitieuse, dans les secteurs socio-économiques (réforme agraire, réforme des contrats à durée déterminée, réduction de la pauvreté, etc.), politique (fédéralisme, et autonomie des musulmans de Mindanao) est masquée par son obsession pour la lutte antidrogue. Or, l’opinion publique, jusqu’alors satisfaite de son action contre la criminalité, semble changer, appelant à plus de réformes structurelles. L’année 2017 pourrait bien devenir une année d’instabilité politique412.

Annexes

Fiche Philippines

Capitale : Manille.

Superficie : 299 764 km2, 7 107 îles parmi lesquelles 2 773 portent un nom.

Population (est. 2015) : 100 981 437 hab.

Langue officielle : filipino (depuis 1939) et anglais.

Données politiques

Nature de l’État : république unitaire.

Nature du régime : démocratie présidentielle.

Suffrage : universel (à partir de 18 ans).

Chef de l’État : Rodrigo « Didong » Roa Duterte (depuis juin 2016).

Vice-président : Maria Leonor « Leni » Gerona Robredo (depuis juin 2016).

Ministre des Affaires étrangères : Perfecto « Jun » Rivas Yasay Jr (depuis juin 2016).

Échéances : élections générales en mai 2022.

Contentieux territoriaux et maritimes :

-République populaire de Chine, Malaisie, Taiwan et Vietnam : souveraineté sur dix îles, atolls et récifs de l’archipel des Spratley ;

- République populaire de Chine et Taiwan : souveraineté sur le Scarborough Shoal ;

- Malaisie : souveraineté de l’État de Sabah, dans la partie nord de l’île de Bornéo ;

-République des Palaos (Micronésie) : négociations pour la délimitation de frontières maritimes.

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques (2015) : Tagalog (28,1 %), Cebuano (13,1 %), llocano (9 %), Bisaya (7,6 %), Ilonggo (7,5 %), Bikol (6 %), Waray (3,4 %), autres (25,3 %).

Religions : catholiques romains (80,9 %), protestants et autres Églises chrétiennes (11,6 %), musulmans (5 %).

Taux de croissance démographique (est. 2015) : 1,72 %.

Espérance de vie (est. 2011) : 72,2 ans (femme) et 65,5 ans (homme).

Indice de fécondité (est. 2011) : 3,1.

Taux de natalité (est. 2011) : 24,8 ‰.

Taux de mortalité (est. 2011) : 5,8 ‰.

Taux de mortalité infantile (est. 2011) : 20,2 ‰.

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2010) : 97,5 %.

Taux d’urbanisation (2011) : 48,9 %.

Indice de développement humain (2015) : 0,66 (rang 115).

Indicateurs économiques

Monnaie : peso (1 euro = 53,14 pesos, octobre 2016).

Dette extérieure (début 2016) : 70 milliards $ US.

PIB (est. 2016) : $ US.

PIB par habitant ou per capita en dollars courants (est. 2016) : 5 086 milliards $ US.

Taux de croissance du PIB (est. 2015) : 5,8 %.

Répartition du PIB par secteur d’activité (2015) : agriculture (10,03 %), industrie (33,25 %), services (56,72 %).

Taux d’inflation (est. 2015) : 1,4 %.

Taux de chômage (est. 2015) : 5,8 %.

Taux de sous-emploi (2015) : 19,7 %.

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (est. 2016) : 26,3 %.

IDE entrant (cumulés ou stocks) (UNCTAD, 2014) : 57,093 milliards $ US.

IDE sortant (cumulés ou stocks) (UNCTAD, 2014) : 35,603 milliards $ US.

Principaux partenaires commerciaux : Japon, États-Unis, République populaire de Chine, Singapour.

Importations (2014) : 69,16 milliards $ US.

Principaux produits importés (2014) : céréales, minerais, acier et fer, plastiques, machinerie-outils, équipements de transport, équipements de télécommunications, énergies fossiles, matériels électroniques.

Exportations (2014) : 61,81 milliards $ US

Principaux produits exportés (2014) : pièces en métaux, huile de noix de coco, matériels électroniques, composants automobiles et aéronautiques, composants pour téléviseur, textile, mobilier, thon, banane, semi-conducteurs.

Chronologie

DÉCEMBRE 2015

11 Le typhon Mélor ou La Nona en philippin dévaste les provinces du Mindoro oriental, du Nord de Samar et de Sorsogon. Environ 200 000 maisons ont été touchées causant des dommages estimés à 99 millions $ US, alors que le bilan humain s’élève à une cinquantaine de morts.

14 Le Front Moro de libération islamique entame des négociations pour réintégrer le Front Moro de libération nationale, dont il s’était séparé, afin de faire pression sur le gouvernement pour la création d’une province Bangsamaro autonome.

23 Les rebelles de la Nouvelle armée populaire violent le cessez-le-feu décrété pour les fêtes de fin d’année en attaquant des troupes dans la banlieue de San Miguel sur l’île de Mindanao.

JANVIER 2016

1 Les affrontements avec le groupe Abu Sayyaf ont causé la mort de 11 soldats philippins depuis le lancement de l’opération par l’armée philippine début décembre dans la province de Sulu.

4 Le département des Affaires étrangères dépose une plainte contre la Chine pour avoir conduit des essais de vol sur le récif de Fiery Cross dont la souveraineté est revendiquée par Manille.

10 151 jours avant le début de la période électorale, une interdiction des armes est mise en place jusqu’au 8 juin 2016 afin d’éviter l’usage de la violence lors des élections.

11 Quatre groupes terroristes islamiques du Sud des Philippines, dont le groupe Abu Sayyaf, se regroupent pour devenir un satellite de l’État islamique en Asie du Sud-Est.

13 La Cour suprême des Philippines valide la constitutionnalité de l’implantation de nouvelles bases américaines sur le territoire philippin. Parallèlement, le secrétaire d’État américain, John Kerry, annonce que les États-Unis vont aider l’armée philippine à se moderniser afin d’être capable de répondre aux agressions chinoises en mer de Chine méridionale.

20 Le quorum de 145 députés n’étant pas atteint à la Chambre des représentants, la loi sur l’autonomie du Bangsamoro ne peut être votée.

21 La Commission nationale électorale (Comelec) édite la liste des candidats nationaux et locaux aux élections du 9 mai. La liste comprend 8 candidats à la présidentielle, 6 candidats au poste de vice-président et 52 candidats aux postes de sénateur.

28 La Commission nationale électorale annonce un partenariat avec Twitter pour permettre aux Philippins de suivre l’actualité politique en direct et interagir avec les candidats.

Le réexamen tripartite de l’accord de paix de 1996 entre le gouvernement, le Front Moro de libération national (MNLF) et l’Organisation islamique de coopération se termine par la signature d’un communiqué commun. Parmi les points importants, le MNLF devrait participer à la commission de transition Bangsamoro pour envisager la création d’un parlement Bangsamoro.

FÉVRIER 2016

11 Le gouvernement philippin et le Front Moro de libération islamique débutent une réunion de deux jours, suite à l’échec du vote par le Congrès de la loi fondamentale pour le Bangsamoro, afin de trouver un accord de paix.

Des échanges de coups de feu ont lieu entre des membres du Front Moro de libération islamique (MILF) et l’armée philippine dans la ville de Datu Saudi au Maguindanao.

15 L’État islamique reconnaît l’allégeance de plusieurs organisations terroristes du Sud des Philippines ainsi que d’autres groupes en Asie du Sud-Est.

17 Le porte-parole du département des Affaires étrangères, Charles Jose, confirme le déploiement de missiles surface-air par la Chine sur l’archipel des Paracels.

23 Plus de 30 membres du mouvement insurgé des Combattants islamiques pour la liberté du Bangsamoro (BIFF) meurent dans des opérations militaires menées par l’armée philippine dans l’État du Maguindanao.

28 La police philippine déclare comptabiliser environ 32 violations quotidiennes de l’interdiction de porter une arme durant la période électorale.

29 La Coalition nationaliste du peuple, second parti des Philippines, décide de soutenir la candidature de la sénatrice Grace Poe aux élections présidentielles.

MARS 2016

1 Le Japon et les Philippines signent un accord afin que le Japon assure l’équipement militaire des Philippines.

3 Les Philippines annoncent que la Chine bloque l’accès des pêcheurs philippins à leurs zones de pêche en positionnant des navires sur l’atoll de Quirino dans la mer de Chine méridionale. Le gouvernement philippin assure qu’il continuera à utiliser la voie légale pour gérer le conflit avec la Chine.

8 Le chef du Front Moro de libération islamique, Murad Ebrahim, explique que les extrémistes de l’État islamique profitent de la frustration montante liée à l’échec du vote de la loi fondamentale pour le Mangsamoro pour s’installer dans la région.

22 La commission nationale électorale autorise l’implantation de 86 bureaux de vote dans des centres commerciaux afin de faciliter le vote pour les élections présidentielles.

24 Le président Aquino crée une force opérationnelle spécialisée pour les actions en mer de Chine méridionale.

AVRIL 2016

4 Les Philippines lancent la première campagne mondiale de vaccination de masse contre la dengue.

5 Le gouvernement et le Front Moro de libération islamique signent un accord pour un cessez-le-feu dans la région du Bangsamoro durant les élections présidentielles.

9 La Commission des droits humains aux philippines a relevé au moins 14 meurtres liés aux élections dans les différentes régions du pays depuis le début de la campagne électorale en février.

26 Six bâtiments scolaires devant servir de bureaux de vote ont été touchés par des grenades et des roquettes antichars.

29 Le président Aquino ratifie le Philippine Green Jobs Act accordant des déductions fiscales et l’importation sans taxes pour les biens d’entreprises qui contribueront à créer une « économie verte » pour le pays.

MAI 2016

4 Dix otages indonésiens détenus depuis cinq semaines par le groupe Abu Sayyaf sont libérés.

9 À la suite d’une campagne mouvementée, Roberto Duterte, maire de la ville de Davao depuis 1988, se déclare vainqueur avant même la fin des dépouillements. Les résultats définitifs le donnent vainqueur avec 38,60 % des voix. Le suivent Mar Roxas (23,45 %), Grace Poe (21,60 %), Jojo Binay (12,85 %) et Miriam Defensor Santiago (3,44 %).

Leni Robredo (dite Daang Matuwid) remporte les élections pour la vice-présidence avec 35,13 % des voix, devant notamment Ferdinand « Bongbong » Marcos (34,58 %), fils de l’ancien dictateur Ferdinand Marcos.

30 Roberto Duterte dévoile ses deux priorités : lutter contre le crime et améliorer les transports publics. Il déclare par ailleurs qu’il compte rétablir la peine de mort, abolie par l’ancienne Présidente Gloria Arroyo en 2006, et donner aux forces de l’ordre le droit de tirer pour tuer.

JUIN 2016

8 Le groupe terroriste Abu Sayyaf libère quatre marins malaisiens, enlevés plus de deux mois auparavant au large de l’île de Bornéo.

14 Les responsables philippins confirment que Robert Hall, canadien retenu captif par le groupe militant Abu Sayyaf, a bien été décapité. Il est le deuxième otage canadien assassiné dans le Sud des Philippines cette année.

20 Un rapport publié par l’organisation Global Witness, dédiée à la dénonciation des abus en matière environnementale, fait état de 185 militants écologistes assassinés dans 16 pays en 2015, dont 33 aux Philippines, ce qui classe ainsi le pays à la seconde place, derrière le Brésil et devant la Colombie.

30 Rodrigo Duterte, prête serment à Malacañang et devient le 16e président des Philippines.

JUILLET 2016

12 Le tribunal de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye rend public ses délibérations sur le cas opposant les Philippines à la Chine. Il affirme que les prétentions de la Chine en matière de droits historiques sur plus de 90 % de la mer de Chine méridionale n’ont aucun fondement juridique.

12 La Chine refuse d’accepter la décision de la Cour permanente d’arbitrage. Xi Jinping, président de la république populaire de Chine, affirme que la souveraineté territoriale et les droits maritimes de la Chine n’en seront pas affectés.

19 La Cour suprême innocente et relâche Gloria Macapagal Arroyo, ancienne présidente, pour manque de preuves. Elle était accusée de corruption et était détenue depuis 2012 dans un hôpital de Manille.

AOÛT 2016

2 Plus de 300 organisations de la société civile et d'ONG font appel à l’ONU alors que plus de 700 consommateurs ou dealers de drogue présumés ont été tués par la police ou des milices locales dans le pays en moins de trois mois.

7 Rodrigo Duterte dévoile une liste de plus de 150 officiels – comprenant des juges, des politiciens, des policiers et des militaires – qui seraient impliqués dans le trafic de stupéfiants.

10 Le président des Philippines utilise des insultes homophobes à l’encontre de l’ambassadeur des États-Unis, déclenchant par là même un incident diplomatique et le rappel de l’intéressé à Washington.

13 Suite à la réaction des États-Unis décrivant les commentaires de Duterte comme « inappropriés et inacceptables », ce dernier affirme qu’il n’est pas désolé d’avoir utilisé ces termes.

22 Rodrigo Duterte menace de quitter les Nations unies après la publication d’un rapport appelant à la fin des exécutions extrajudiciaires au cours de sa campagne de lutte contre le trafic de drogue.

28 Une attaque menée par une vingtaine d’hommes affiliés à l’État islamique et lourdement armés permet la libération de 8 islamistes extrémistes, mais aussi de 15 autres détenus.

SEPTEMBRE 2016

2 Au moins quatorze personnes ont été tuées et 67 blessées dans un attentat à la bombe sur un marché de Davao, la plus grande ville du Sud des Philippines. Un attentat d’autant plus symbolique que l’actuel président Duterte a été maire de Davao pendant plus de 20 ans.

5 À la suite de l’attaque du 2 septembre, le président Rodrigo Duterte a déclaré « l’état de non-droit » permettant le déploiement de militaires pour le maintien de l’ordre. La nouvelle maire de Davao, Sara Duterte, fille du président, a, quant à elle, offert une récompense de 2 millions de pesos (38 500 euros) pour l’arrestation du coupable.

Le président philippin, Rodrigo Duterte, a qualifié son homologue américain, Barack Obama, de « fils de pute », incitant ce dernier à annuler une rencontre prévue le 6 septembre au Laos à l’occasion du sommet de l’Asean. Le président philippin s’est depuis excusé et a fait savoir qu’il « regrette que ses remarques devant la presse aient causé une telle controverse ».

OCTOBRE 2016

6 Selon une étude publiée par le bureau de sondage Social Weather Stations, 76 % des 1 200 Philippins interrogés se disent satisfaits de la présidence de Rodrigo Duterte depuis son investiture le 30 juin dernier.

11 Un résident de la prison New Bilibid Prison (NBP), entendu dans le cadre d’une enquête sur le trafic de drogue, témoigne des pratiques de corruption qui règnent au sein de l’établissement. Parmi les personnes impliquées dans cette affaire se trouverait notamment la sénatrice Leila de Lima. Alors secrétaire d’État à la justice, elle aurait reçu plus de 10 millions de pesos en échange de son silence.

18 Pas moins de 250 hommes d’affaires, professionnels du bâtiment, du tourisme, de l’agroalimentaire ainsi que des industriels, accompagneront Rodrigo Duterte lors de son voyage à Pékin. Initialement, seule une douzaine de personnes devait prendre part à cette rencontre avec des hommes d’affaires chinois et des membres du gouvernement.

28 Samsudin Dimaukom, maire de la ville de Saudi Ampatuan, dans le Sud des Philippines, a été abattu par la Brigade anti-stupéfiants suite à une fusillade. Il faisait partie de la liste des 150 personnalités suspectées d’être mêlées au trafic de drogue. Depuis l’investiture de Rodrigo Duterte, la guerre contre le trafic de drogue aurait déjà provoqué la mort de 3 800 personnes.

NOVEMBRE 2016

7 La sénatrice et ex-ministre de la Justice, Leila De Lima a décidé de porter plainte contre la Cour suprême – défiant par là même l’immunité judiciaire du chef de l’État – pour « harcèlement ». En effet, elle est régulièrement prise à partie par Rodrigo Duterte qui l’accuse d'être impliquée dans l'affaire de la prison de Bilibid et a requis contre elle 6 mois de prison ferme.

10 Suite à la victoire du républicain Donald Trump aux élections présidentielles américaines, le chef de l’État philippin a déclaré vouloir « arrêter les querelles » avec les États-Unis, rappelant que sa « colère » était ciblée à l’encontre de l’administration Obama.

18 La dépouille de l’ancien dictateur Marcos (1917-1989) est rapatriée aux Philippines et a droit à un « enterrement » officiel dans le cimetière des héros de Manille. Il s’agissait d’une des promesses de campagne du président Rodrigo Duterte.

Portraits

Paolo Benigno « Bam » Aquino IV

Paolo Aquino, plus connu sous le surnom de « Bam », est né le 7 mai 1977 à Manille. Son père, Paul Aquino est le plus jeune oncle de Benigno « Noynoy » Aquino III, le président des Philippines de 2010 à 2016.

Après des études d’ingénieur à l’université des Jésuites Ateneo de Manila, Bam devient à 25 ans le plus jeune président de la Commission nationale de la jeunesse. Puis, en 2007, il crée une petite entreprise, Micro Ventures Incorporated, dont l’objectif est de réduire la pauvreté en développant des activités économiques pour les populations déshéritées. Le programme phare de cette compagnie, Hapinoy Program, a permis d’aider 10 000 petites épiceries de quartier (sari-sari) et a reçu, en 2011, un prix, le Project Inspire Award décerné par les Nations unies. Populaire auprès de la jeunesse notamment grâce à son exposition médiatique sur la chaîne de télévision ABS-CBN, il devient en 2013, le plus jeune sénateur de l’histoire des Philippines (avec son grand-père Benigno Aquino Jr). Dirigeant la Commission de la jeunesse au Sénat, il sera probablement le représentant de la dynastie Aquino lors de prochaines élections présidentielles.

Jose Luis Martin « Chito » Gascon

Chito Gascon est sans doute l’homme le plus exposé aux foudres du président Duterte. En effet, en tant que président de la Commission des droits de l’homme depuis 2015 (jusqu’en 2022), il est en première ligne dans la critique de la « guerre contre la drogue » du président Duterte.

Chito Gascon s’est très tôt orienté vers le secteur des droits de l’homme en obtenant un diplôme de droit de l’université des Philippines en 1996 puis un master de droit international spécialisé dans les droits de l’homme à l’université de Cambridge en 1997. Dès 1985-1986 il dirige le mouvement étudiant qui participe au renversement de la dictature du président Marcos. Il milite au sein d’Amnesty International Philippines et fut membre de l’Inter-Agency Committee on Extra Judicial Killings and Enforced Disapearances (agence chargée d’enquêter sur les meurtres et disparitions sous Marcos). Il participe aussi à plusieurs reprises aux pourparlers de paix entre le gouvernement et les différentes rébellions (NDF et MILF). Chito Gascon, une fois nommé à la Commission des droits de l’homme en 2015, poursuit les enquêtes ouvertes par ses prédécesseurs à l’encontre de Rodrigo Duterte alors encore maire de Davao City. L’élection de celui-ci à la présidence ne semble pas avoir ébranlé la détermination de Chito Gascon.

Arrêt sur image

Puerto Princesa le 12 juillet 2016
© Celia Lamkin

3 000 jeunes étudiants manifestent à Puerto Princesa, capitale de la province de Palawan et expriment leur joie après la victoire des Philippines contre la Chine au tribunal international de La Haye. Ces jeunes, qui demandent à la Chine, sur leurs banderoles, de respecter les règles du droit de la mer, font partie du Mouvement national des jeunes pour la mer occidentale des Philippines (NYMWPS – National Youth Movement for the West Philippine Sea qui est le nom donné par les Philippins à la mer de Chine méridionale), une organisation chargée de diffuser des informations sur ces questions auprès des jeunes collégiens, lycéens et étudiants des universités. Palawan est la province chargée d’administrer la partie philippine des Spratleys.

Notes

379 François-Xavier Bonnet, Philippines : Duterte, président paralysé ou « dictateur éclairé » ?, Asialyst, 10 mai 2016, (https://asialyst.com/fr/2016/05/10/philippines-duterte-president-paralyse-ou-dictateur-eclaire/).

380 Ellalyn De Vera, « SWS survey : Trust in Duterte still excellent », Manila Bulletin, 11 octobre 2016, (http://www.mb.com.ph/sws-survey-trust-in-duterte-still-excellent/).

381 Aux Philippines, les partis politiques ne portent pas d’idéologies, ils sont des machines à élire des personnalités. Une fois les élections passées, on assiste à une recomposition du paysage politique en fonction des intérêts personnels.

382 Selon la dernière étude du Dangerous Drugs Board, il y aurait 4,5 millions de personnes ayant consommé une drogue au moins une fois dans leur vie dont 1,8 million de consommateurs réguliers. Les deux principales drogues consommées sont le cannabis (72 %) et la métamphétamine appelée ice, speed ou localement shabu (48 %). Voir Jodesz Gavilan, « DDB : Philippines has 1,8 million current drug users », Rappler. com, 19 septembre 2016, (http://www.rappler.com/nation/146654-drug-use-survey-results-dangerous-drugs-board-philippines-2015).

383 Ces « vigilants » semblent être composés d’anciens policiers et militaires, mais aussi d’anciens rebelles communistes et musulmans.

384 Michael Bueza, « In numbers: the Philippines' “war on drugs” », Rappler. com, 15 octobre 2016, (http://www.rappler.com/newsbreak/iq/145814-numbers-statistics-philippines-war-drugs).

385 Vanne Elaine P. Terrazola, « SWS: 84% of Filipinos approve of Duterte’s anti-drug campaign », Manila Bulletin, 7 octobre 2016.

386 Carmela Fonbuena, « Duterte must address issues other than crimes-poll », Rappler. com, 17 octobre 2016. Les priorités sont les salaires, le chômage et l’inflation.

387 Boying Pimentel, « Duterte, Hitler and the zeal to kill », Inquirer. net, 4 octobre 2016.

388 Les risques sont grands de critiquer. La sénatrice De Lima, ancienne ministre de la Justice sous le président Aquino et ancienne chef de la Commission des droits de l’homme fait l’objet d’une enquête parlementaire au cours de laquelle les députés de la majorité tentent de prouver qu’elle est la reine du trafic de drogue aux Philippines.

389 François-Xavier Bonnet, 2016, « Les Philippines, l’année 2015 : premiers bilans, incertitudes électorales, défis planétaires », in Abigael Pesses (dir.), L’Asie du Sud-Est 2016. Bilan, enjeux et perspectives, Paris-Bangkok, Les Indes savantes-Irasec, p. 284.

390 Le nombre d’États n’est pas encore fixé. Aquilino Pimentel, ancien sénateur de Mindanao et membre du PDP-Laban propose 10 États plus un statut particulier pour Manille. De son côté, José Abueva, fondateur du Citizen’s Movement for a Federal Philippines propose 11 États. Voir Gisela Reiterer, « La décentralisation, une belle idée entre réalité juridique et pratique politique », in William Gueraiche (dir.), Philippines contemporaines, Paris-Bangkok, Les Indes savantes-Irasec, 2013, p. 203.

391 Alexis Romero, « MILF: pass BBL before shifting to federalism », The Philippine Star, 15 juin 2016.

392 Gisela Reiterer, « La décentralisation, une belle idée entre réalité juridique et pratique politique », in William Gueraiche (dir.), Philippines contemporaines, Paris-Bangkok, Les Indes savantes-Irasec, 2013, p. 203.

393 Les frères Maute sont des cousins germains d’Alim Abdul Aziz Mimbantas, décédé, ancien président adjoint des affaires militaires du MILF et de Jannati Mimbantas, commandant actuel du front nord-est du MILF. Voir Chiara Zambrano, « The ties that bind MILF and Maute group », ABS-CBN news, 3 mars 2016.

394 Le Parti communiste philippin, d’obédience maoïste, est interdit aux Philippines. Le parti est formé d’un front armé, le National People’s Army (NPA) et d’un front politique, le National Democratic Front (NDF)

395 José Maria Sison fut un professeur de sciences politiques de Rodrigo Duterte au Lyceum University à Manille. Duterte explique que bien qu’ami de Sison, il n’est pas communiste mais socialiste.

396 L’enjeu de cette plainte était, pour les Philippines, de faire reconnaître sa juridiction sur sa zone économique exclusive (ZEE) en mer de Chine méridionale, tracée à partir des îles de Luzon et Palawan. Pour cela, les Philippines devaient démontrer qu’il n’y avait pas d’île dans les Spratleys et donc aucune ZEE pouvant entrer en concurrence avec celle des Philippines. Un État contrôle et gère les ressources naturelles situées dans sa ZEE.

397 Institute for Maritime Affairs and Law of the Sea, Summary of findings on Philippine claims, Conférence on upholding the Law of the Sea Convention and the post-arbitration Philippine challenge, UP College of Law, Quezon City, 15 Juillet 2016, p. 9.

398 Ibid., p. 10.

399 Interview de l’auteur avec le juge Antonio Carpio, juge à la Cour suprême et conseiller du département des Affaires étrangères sur les questions de la mer de Chine méridionale, Mandaluyong, 10 août 2016

400 Information qui nous a été donnée par des membres de sa famille, entretien à Davao City, 20 mai 2007. Il n’est pas certain qu’il ait rencontré Constantino en personne.

401 Roland Simbulan, « Renato Constantino revisited: reflections on the nationalist paradigm in the era of failed neoliberalism », Bulatlat. com, 9 mai 2009.

402 « Supreme Court’s decision on EDCA », Rappler. com, 15 janvier 2016.

403 Au moment où nous écrivons ces lignes, les États-Unis n’ont reçu aucune note officielle leur demandant de quitter Mindanao, etc.

404 Chris Schnabel, « Duterte's tough talk and what it could mean for US, EU investments », Rappler, 8 octobre 2016.

405 Prashanth Parameswaran, « Philippines, Malaysia hold joint naval exercises amid security concern », The Diplomat, 25 août 2015.

406 Prashanth Parameswaran, « New Sulu sea trilateral patrols officially launched in Indonesia: Indonesia, Malaysia and the Philippines reach initial agreement on limited, coordinated patrols », Thediplomat.com, 4 août 2016.

407 Karl Kaufman, « Malaysia, Indonesia agree on joint air patrols », GMA News Online, 3 octobre 2016.

408 La phase 1 du JOMSRE-SCS a connu quatre expéditions de 1996 à 2007. Les résultats des expéditions ont été présentés lors de la conférence de Ha Long, Vietnam, 26-29 mars 2008. Pour plus de précisions sur les questions scientifiques, voir « Joint oceanographic and marine scientific research expedition in the South China sea (JOMSRE-SCS) », balikbalangayinc.weebly.com, 13 août 2013.

409 « Joint oceanographic and marine scientific research expedition in the South China sea (JOMSRE-SCS) », balikbalangayinc.weebly.com, 13 août 2013.

410 Les Philippines et la Corée du Sud discutent d’un partenariat stratégique. Les Philippines et le Japon ont renforcé, en novembre 2015, leur partenariat stratégique signé en 2011.

411 Le Vietnam a signé 13 partenariats stratégiques dont trois avec des pays membres de l’Asean en 2013 (Singapour, Thaïlande, Indonésie). Les autres pays sont la Russie (2001), le Japon (2006), l’Inde (2007), la Chine (2008), la Corée du Sud (2009) ainsi que cinq pays de l’Union européenne : Espagne (2009), Royaume-Uni (2010), Allemagne (2011), France et Italie (2013).

412 L’enterrement surprise de l’ancien président Marcos, au cimetière des héros, à Makati, le 18 novembre 2016, pourrait être un catalyseur pour l’expression du mécontentement de certaines couches de la société civile farouchement anti-Marcos. Depuis 1989, les gouvernements successifs ont systématiquement interdit l’enterrement de l’ancien dictateur dans ce cimetière des héros militaires, présidents et autres personnalités reconnues pour leurs actions extraordinaires. Une procédure a été lancée auprès de la Cour suprême pour annuler l’enterrement et renvoyer la dépouille du dictateur dans sa province natale d’Ilocos Norte. Cette question divise profondément le pays et pourrait être explosive dans les mois qui viennent.

Table des illustrations

Titre Les Philippines
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2076/img-1.png
Fichier image/png, 874k
Légende Puerto Princesa le 12 juillet 2016© Celia Lamkin
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2076/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 235k

Auteur

Géographe, chercheur associé à l'Irasec et consultant. Ses recherches se concentrent sur la géopolitique des Philippines : guérillas musulmanes, terrorisme, processus de paix sur l'île de Mindanao et disputes maritimes en mer de Chine méridionale. Il est l’auteur de plusieurs chapitres dans Philippines contemporaines (Irasec-Les Indes savantes, 2013) et a contribué au collectif « Bajo de Masinloc, Scarborough Shoal : maps and documents » (Institut des affaires maritimes et du droit de la mer de l’université des Philippines et Namria, 2014).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site