Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L’Asie du Sud-Est 2017 : bilan, enjeux et perspectives

 | 
Abigaël Pesses
, 
Claire Thi-Liên Tran

La région

Malaisie

Disgrâce

Elsa Lafaye de Micheaux

Full text

  • 349 En malais, « fils du sol » ou populations indigènes et malaises.
  • 350 Elsa Lafaye de Micheaux, 2012, Malaisie, un modèle de développement souverain ?, Lyon, ENS Éditions (...)
  • 351 « Dans une nation au bord d’une crise grave, les Églises chrétiennes s’engagent en faveur des liber (...)

1La Malaisie a jusqu’à présent réussi à ménager une forme de souveraineté nationale d’autant plus difficile à faire valoir que l’État-nation malaisien, né en 1957, reste de construction récente : regroupant une population parmi les plus diversifiées au monde, elle accorde une citoyenneté différenciée en termes de droits. Sa démographie d’origine essentiellement malaise musulmane (55 %), à côté des populations chinoise (24 %) et indienne (8 %) et des peuples autochones orang asli ou bumiputera349 (6 %), s’accompagne d’une profonde pluralité religieuse. Elle est issue des échanges migratoires et culturels anciens puis de flux exigés par les besoins de main-d’œuvre du capitalisme en expansion sous l’administration britannique dont toutes les conséquences n’ont pas été tirées au moment de l’indépendance. La « naissance maladroite de la nation malaisienne » (K. S. Jomo, voir portrait) a forgé la trame de questions sociales, identitaires et politiques sensibles, que le pouvoir sait activer à son gré. Plus encore, la fédération de Malaisie s’est élaborée en plusieurs séquences (1957-1963-1965) sur deux espaces territoriaux discontinus : la péninsule malaise sans Singapour, et deux États – Sabah et Sarawak – de Bornéo. Identité nationale toujours à construire, identité territoriale à administrer dans le cadre d’un fédéralisme extrêmement centralisé, sont les deux équations, qui ne se recouvrent pas, d’une construction historique inachevée et problématique. Une forme de fausse conscience entoure encore cette période des origines de la Nation : sous l’administration britannique, la grande majorité de la population malaise avait été largement maintenue dans le statu quo politique et économique ancien tandis que, de facto, la démographie du territoire était bouleversée (près de deux tiers de la population n’étant pas originaire de la péninsule et des États de Bornéo dans les années 40 et 50) et que le capitalisme, introduit à large échelle, y déployait ses logiques propres. Si la confusion nimbe les origines nationales, les émeutes raciales de mai 1969, tout aussi complexes et ambiguës dans leur interprétation350, jouent le rôle de repère historique commun, et ont été régulièrement rappelées, sous la forme de menaces de mort, pas même voilées, vis-à-vis des Sino-Malaisiens, dans les expressions publiques récentes. Là où, à la veille d’une expression de contestation politique sous haute tension, la fédération des Églises de Malaisie appelait à « prier pour une nation en crise351 », seule l’économie, capitaliste de longue date, relativement cohérente, de mieux en mieux diversifiée et remarquablement résiliente, cimente la société.

État de disgrâce

  • 352 Elsa Lafaye de Micheaux, « Malaisie : sur le fil du rasoir », in Abigaël Pesses (dir.), 2016, L’Asi (...)

2Depuis l’éclatement du scandale financier sans précédent en 2015352, l’affaire 1MDB a suscité toute une série de manœuvres de la part du Premier ministre et de son entourage direct en Malaisie. En 2016, l’homme fort du pays a poursuivi sa fuite en avant devant la multiplication des enquêtes judiciaires internationales. Malgré sa mise en cause récurrente par la presse étrangère, Najib Razak a occupé la scène médiatique et politique domestique et s’est maintenu au pouvoir. Cela s’est fait avec le soutien de son parti, l’UMNO (United Malay National Organisation), et grâce à de nouveaux appuis extérieurs qu’il a trouvés du côté de la Chine (et de l’Arabie Saoudite), qui pourraient comporter des risques de perte d’indépendance de la politique étrangère du pays.

Le scandale 1MDB

  • 353 Après avoir publié des articles dédouanant le pouvoir malaisien en 2015, le journal genevois Le Tem (...)

3Le scandale impliquant le Premier ministre malaisien pour blanchiment d’argent et corruption massive est entré dans les annales sous le nom de 1MDB pour 1Malaysia Development Berhad, le fonds souverain destiné à financer des investissements stratégiques au service du développement économique national. Créé en 2009 par Najib Razak, alors ministre des Finances, il a servi de véhicule à des détournements de fonds publics de centaines de millions US $ transitant par des paradis fiscaux et des joint-ventures difficiles à retracer. 1MDB Petrosaudi Ltd est l’entreprise par laquelle le scandale est arrivé, révélé aux médias par un partenaire suisse lésé dans le montage financier (arrêté par la police malaisienne en Thaïlande, il y est maintenu en prison depuis353). En Malaisie, sa gestion avait été mise en cause par les médias et par l’opposition dès 2013. Puis l’affaire a connu de nouveaux développements au fil des enquêtes ouvertes en Malaisie et à l’étranger, en plaçant cette fois la personnalité du Premier ministre au centre du dispositif de corruption. Son implication personnelle semble alors avérée : en tant que fondateur et président de 1MDB, en tant que ministre des Finances ayant autorité sur le fonds d’investissement et à travers ses liens personnels. En effet, son beau-fils, Riza Aziz producteur du film Le Loup de Wall Street de Martin Scorsese avec Leonardo Di Caprio, est accusé d’avoir détourné l'argent du contribuable malaisien pour financer ce film. Selon les enquêtes du Sarawak Report, blog d’investigation malaisien, reprises entre autres par le Wall Street Journal, le Guardian puis, plus tard encore, confirmées par le Département de la Justice des États-Unis, le Premier ministre a ainsi été le détenteur d’un compte en banque crédité d’un versement de près de 700 millions $ US issu de 1MDB. Une somme qui a transité par un compte enregistré aux îles Vierges. Fin 2015, l’achat par la Chine d’actifs surévalués de ce fonds très endetté était apparu comme une bouffée d’oxygène offerte au Premier ministre en difficulté.

4Au fil de l’année 2016, de nouveaux fronts se sont ouverts dans les enquêtes financières à l’étranger (États-Unis, Hong Kong, Grande-Bretagne, Singapour). Fin mars, un documentaire de la chaîne publique australienne ABC, disséquait l’État de la peur, « State of Fear », qui règne en Malaisie, avec 1MDB au centre. Son réalisateur et le caméraman ont été arrêtés sur le sol malaisien et condamnés à 2 ans de prison, avant d’être libérés après plusieurs jours d’emprisonnement. Le 13 mai, la banque centrale malaisienne ordonnait à 1MDB de rapatrier 1,83 milliard MYR (400 millions d’euros) d’avoirs à l’étranger pour restructurer le fonds souverain. Le 24 mai, la fermeture pour « défaut de contrôle antidétournement d’argent » de la filiale d’une banque suisse à Singapour (BSI) hébergeant des comptes liés à l’enquête constitue une première historique pour la cité-État, et un avertissement pour les parties prenantes du détournement de fonds. Ce scandale a d’ailleurs conduit à la démission de grands banquiers et hommes d’affaires de premier rang dans le monde.

5Pour sa part, le Premier ministre n’a été forcé à démissionner ni par son parti, ni par les autorités financières ou judiciaires nationales. À l’inverse, une forme de protection a été mise en place pour éviter cette issue : les hauts fonctionnaires malaisiens en charge des enquêtes ont été en première ligne de la surveillance politique, comme certains parlementaires critiques, à l’UMNO ou dans l’opposition. Dès l’été 2015, ils ont essuyé des mises à pied après remaniements ministériels (dont celle du vice-Premier ministre et du General Attorney), des limogeages, voire des peines d’emprisonnement. La logique d’intimidation a très bien fonctionné. Officiellement non lié à l’affaire, le meurtre sordide du vice-procureur général Kevin Morais, en septembre 2015, dont on dit qu’il enquêtait sur 1MDB, a marqué les esprits. De son côté, la presse écrite, liée au pouvoir, a ramené le scandale 1MDB à des questions techniques, financières et administratives, en minimisant son ampleur et les éléments de preuve, tandis que l’entourage proche du Premier ministre diffusait des réponses lénifiantes (ce dernier aurait reçu une donation personnelle d’amis d’Arabie Saoudite) et jetait le flou sur les faits incriminés, en s’appuyant sur des procédures nationales d’enquêtes totalement aux ordres.

  • 354 « United States of America versus Wolf of Wall Street Motion Picture including any rights of profit (...)

6En juillet, l’annonce de poursuites civiles par le Département de la Justice des États-Unis suite à l’enquête du FBI rend public un nouveau montant du blanchiment dont 1MDB est le centre : 3,5 milliards $ US. L’implication de Najib Razak, désigné par le nom de code « Malaysian Official 1 », est confirmée par l’enquête américaine pour conspiration internationale au détriment de 1MDB354. Les chargés de communication du parti crient au sabotage et dénoncent une immixtion étrangère dans les affaires internes, sachant que les enquêtes nationales ont toutes conclu non à la fraude, mais à une « gestion défaillante ». Cela n’empêche pas le gel de certains avoirs liés à 1MDB par la Cour de Californie. Face à la pression judiciaire et aux mesures qui se sont multipliées en 2016, la situation politique atteint un nouveau degré d’urgence pour l’exécutif malaisien qui refuse de céder le pouvoir.

Fuite en avant individuelle ou faillite d’un système ?

  • 355 Dans la trajectoire de Najib Razak, la soif de pouvoir de son épouse, Rosmah Mansor, et notamment s (...)
  • 356 H. Osman Rani (dir.), 2010, The Abdul Razak’s role on Malaysia’s development, Petaling Jaya, MPH Pu (...)
  • 357 « 1MDB : le scandale financier de la décennie en 5 questions », Le Temps, 29 août 2016.

7La fuite en avant du pouvoir malaisien est moins celle de la coalition de gouvernement, le Barisan Nasional (Front national), ou celle de l’UMNO, le parti dont Najib Razak est le président, que désormais celle de l’individu Najib, voire du couple qu’il forme avec son épouse355. En réalité, il ne s’agit pas de la faillite du système politique national régulièrement remis en cause dans les publications d’économie politique ou de science politique, jugé à bout de souffle par des décennies de stabilité sans alternance. Après quelques mois de flottement à l’été 2015, où le parti semblait hésiter à déjuger le Premier ministre et où celui-ci semblait lui-même au bord d’abandonner le pouvoir, l’incertitude n’a pu se prolonger et le parti s’est ressaisi. La disgrâce est bien celle d’un homme isolé, et sa trajectoire, celle d’un leader politique en fuite devant sa légitimité perdue. Najib Razak est un personnage dynastique, fils de Tunku Abdul Razak, l’illustre Premier ministre qui aurait, grâce à la Nouvelle politique économique, déclenché en 1971 le développement économique actuel du pays356. Sa noble filiation rend la chute plus cuisante encore. Vecteur d’une image de honte et d’indignité, Najib Razak doit aussi faire face au désenchantement devant le Government Transformation Programme, son agenda néolibéral de réforme du service public, dont le deuxième principe était de lutter contre la corruption. Il avait été promu en 2010 afin de convertir les fonctionnaires à la culture du résultat et à la nécessité de rendre des comptes aux citoyens. Les employés du public (à grande majorité malaise) avaient été les destinataires de discours, sites Internet et formations sur la bonne gouvernance et la transparence, ils en rejettent aujourd’hui l’hypocrisie. Des affiches condamnant les pots-de-vin sont restées en place à l’accueil des agences gouvernementales alors que le Premier ministre et ministre des Finances se trouvent au cœur de « l’un des plus grands scandales financiers du XXIe siècle357 ».

La réélection comme seule échappatoire… avec l’appui de la Chine

8La seule issue est la victoire aux prochaines élections générales (GE14), annoncées pour 2017. Malgré la situation critique dans laquelle il se trouve depuis des mois, Najib Razak a reçu le soutien de l’UMNO lors de l’assemblée générale du parti à Kuala Lumpur (décembre 2016), car sa succession au poste de Président du parti malais n’est pas prête : son vice-président, le ministre de l’intérieur Zahid Hamidi, manque, en effet, des soutiens partisans et populaires nécessaires. Mais il se peut aussi que le remplacement de Najib Razak n’ait pas non plus été possible pour des raisons financières. En effet, ces élections impliquent de très importants financements de campagne, largement occultes, qui doivent être rassemblés longtemps à l’avance. Vraisemblablement compromis par le gel de certains avoirs de Najib Razak à l’été 2016, ces crédits de campagne de l’UMNO pourraient avoir été soudain reconstitués grâce aux derniers accords avec la Chine.

  • 358 David Delfolie, Nathalie Fau et Elsa Lafaye de Micheaux, 2016, Malaisie-Chine : une « précieuse rel (...)
  • 359 « Diplomatie : les relations normales entre la Chine et les autres pays n’ont jamais eu pour object (...)
  • 360 Kuik Cheng-Chwee, 2008, « The essence of hedging: Malaysia and Singapore’s response to a rising Chi (...)
  • 361 Ce à quoi le Premier ministre, pourtant ancien ministre des Affaires étrangères et de la Défense, a (...)
  • 362 Sur la situation géopolitique malaisienne en 2016 plus largement : Elsa Lafaye de Micheaux, « Que r (...)

9Certains contrats signés lors de visites d’État, comprennent des acquisitions à des prix largement surévalués par rapport aux prix de marché. La presse malaisienne a ainsi souligné que la Chine s’était engagée à financer 60 milliards MYR pour la création et l’exploitation d’une ligne de train estimée à la moitié du prix. Noués dans le cadre de la troisième visite d’État du Premier ministre malais en Chine, les accords commerciaux et d’investissement (14 selon les sources malaisiennes, 28 selon la presse chinoise, dont le total dépasse 143 milliards MYR, soit 32 milliards d’euros) portent sur les transports, l'énergie, l'agriculture, l'éducation, la finance et la culture. Cette longue visite en Chine du 30 octobre au 6 novembre, semble avoir été improvisée suite à la confiscation des avoirs par le Département de la justice américaine. Lors de cette visite, le Premier ministre malaisien a, par ailleurs, signé avec son homologue chinois Li Keqian un contrat portant sur quatre navires de patrouille côtière pour la Royal Malaysian Navy, associé au premier accord de défense entre les deux pays. L’ensemble de ces accords consacre un engagement malaisien en faveur de la Chine sans équivalent dans une histoire récente, déjà marquée par un fort rapprochement entre les deux pays358. Najib Razak a publiquement interprété ces accords comme « l’apogée » de leur relation, tandis que les partenaires chinois les présentaient comme « la construction et la poursuite de relations diplomatiques normales359 ». Mais pour la Malaisie, il s’agit bien d’une rupture dans la ligne de conduite adoptée jusque-là : dans ses positions, le pays avait toujours pratiqué une prudente couverture des risques stratégiques (hedging) entre la Chine et les États-Unis360. Najib Razak a ainsi été accusé, y compris en Malaisie et par ses propres partenaires politiques, de « vendre le pays à la Chine361 » car son acte signifie un alignement malaisien de facto sur les intérêts du puissant voisin en mer de Chine méridionale. Compte tenu des implications majeures d’une telle rupture en termes de diplomatie et de stratégie, il témoigne de l’impasse dans laquelle s’est trouvé Najib Razak, acculé à se défaire, à bon compte et dans l’urgence, de certains attributs de souveraineté nationale au profit de la Chine362.

« Priez pour une nation en crise »

  • 363 Amnesty International, « Malaisie. Il faut mettre fin à la répression contre les militants de Bersi (...)

10Conséquences de la disgrâce du Premier ministre et d’une situation qui se prolonge en l’absence de solution politique et juridique, le suspens sur le destin politique du pays s’est maintenu au fil des manifestations populaires, de la création de nouveaux mouvements politiques et de leur répression. 2016 apparaît comme la pire année pour les droits humains depuis 1987, et les tensions ethniques, religieuses et politiques se sont accrues au sein de la société malaisienne. En septembre, la manifestation citoyenne sous haute surveillance, Bersih 5, dont la porte-parole Maria Chin Abdullah ainsi que d’autres leaders ont été arrêtés et incarcérés363, en est une illustration.

L’homme de la discorde

  • 364 Il s’agit là des revendications du mouvement Save Malaysia, qui appelle à la démission de Najib Raz (...)

11Najib Razak aura été le « modéré » au pouvoir qui a contribué à faire reculer la démocratie et, en particulier, la vie parlementaire, à ébrécher la cohésion nationale et la pluralité religieuse, à affaiblir considérablement l’indépendance de la justice et à ternir l’image de la police et des grandes institutions du pays364. Il est aussi le Premier ministre qui a conduit à ce que s’amplifient les revendications d’autonomie du Sarawak et à laisser la bride sur le cou au leader des Chemises rouges nationalistes à la prise de parole extrêmement violente, Datuk Jamal Yunus. Si, en apparence, rien ne semble avoir changé pour le Premier ministre durant ces années du scandale 1MDB, le climat social s’est avéré tendu.

  • 365 Selon le quotidien national, The Star, 25 novembre 2016.
  • 366 SOSMA est l’acronyme de Security Offences (Special Measures) Act 2012.

12Ces tensions s’alimentent à plusieurs sources à la fois. D’abord, elles sont politiques et citoyennes, nourries par l’exaspération d’une partie de la population malaisienne face à l’irresponsabilité du pouvoir en place, incarné par le Premier ministre, sa femme, et le redouté ministre de l’Intérieur et vice-Premier ministre, Zahid Hamidi, l’homme « loyal à 101 %365 ». Autre personnage honni et craint, l’inspecteur général de la police, Khalid Abu Bakar, appliquant avec zèle le cadre répressif forgé récemment, comme l’article 124c du code pénal punissant les « engagements et activités au détriment de la vie parlementaire », et, depuis 2012, le nouveau cadre autorisant l’incarcération sans procès (jusqu’à 69 jours), dit SOSMA366. La loi sur les atteintes à la sécurité, comprenant des mesures spéciales, fait l'objet de controverses depuis sa création. Elle a été établie à l’initiative de Najib Razak pour remplacer l’Internal Security Act (ISA) de 1960, qu’il avait abolie à la veille de la campagne électorale de 2013. Cette nouvelle loi, destinée à « maintenir l’ordre public et la sécurité en particulier en relation avec l’usage d’Internet (connected matters) » est très critiquée par les spécialistes de droit constitutionnel et les organisations de défense des droits humains, comme avait pu l’être l’ISA, car elle autorise la détention sans procès et prévoit l’éventualité de la peine de mort pour ses auteurs. Le dispositif SOSMA prend place dans un arsenal répressif qui s’est forgé de manière accélérée depuis la mise en cause de Najib Razak dans le scandale 1MDB. Ainsi, elle précède et accompagne la loi de prévention du terrorisme (Prevention of Terrorism Act) et la loi instituant le Conseil de sécurité nationale (décembre 2015).

  • 367 « “I am 101 per cent loyal”, says Zahid », The Star, 25 novembre 2016.
  • 368 Une centaine d’entre eux feraient l’objet d’un programme de déradicalisation (allocution du Premier (...)

13La défiance populaire à l’égard de l’État, et, en particulier, de la Royal Police of Malaysia, est devenue très grande. Ainsi, après une attaque à la grenade le 28 juin 2016, dans un bar-boîte de nuit de Puchong en banlieue éloignée de Kuala Lumpur, les enquêteurs avaient d’abord conclu au règlement de compte. Plus tard, l’annonce par Khalid Abu Bakar de l’implication de l’Islamic State et du caractère terroriste de l’attaque a fait l’objet d’un certain scepticisme. Pour faire bonne mesure, la publication de l’information en première page de tous les journaux, mettait en garde les citoyens face à cette « première attaque terroriste » sur le sol malaisien367 et appelait les établissements touristiques à prendre leurs précautions à la veille de Hari Raya (l’Aïd en Malaisie). Mais l’impréparation des auteurs, repartis en mobylette et arrêtés peu après et le caractère secondaire de leur cible, font plus penser à un montage destiné à restaurer la légitimité de la police qu’à un plan terroriste de Daech ciblant une Malaisie jugée trop modérée en matière d’islam. Pour autant, l’État islamique a revendiqué l’attentat et plusieurs militants ont été arrêtés durant l’été 2016 sur le sol malaisien368.

L’opposition ne parvient pas à tirer profit de la situation

  • 369 Scott Ng, « What next for Save Malaysia? », Free Malaysia Today, 6 mai 2016.
  • 370 Voir les précédents chapitres « Malaisie » de Nathalie Fau et d’Elsa Lafaye de Micheaux dans les éd (...)

14Incapable de rendre des comptes sur ses actes comme d’en tirer les conséquences, le gouvernement UMNO s’est employé à semer la discorde et à jeter l’anathème le plus souvent possible sur ses opposants. L’un des plus importants d’entre eux est Lim Guan Eng, secrétaire général du Parti d’action démocratique (DAP) et Chief Minister de Penang, dont la métropole moderne appuyée sur une industrie électronique en voie de diversification est le laboratoire politique de l’opposition depuis presque dix ans. Lim Guan Eng a été accusé de corruption dans le cadre d’une transaction immobilière, un bungalow qu’il aurait payé en dessous du prix du marché, et mis en examen en juin 2016 pour un procès qui se tiendra en mars 2017. S’il va en prison, il rejoindra Anwar Ibrahim, le leader de la coalition d’opposition du Pakatan Rakyat emprisonné à la suite d’un deuxième grand procès politique en 2015. Malgré le contrôle des médias, une classe moyenne et supérieure chinoise ou indienne, critique et très éduquée, parlant parfaitement anglais, est toujours restée ouverte aux influences culturelles et politiques anglo-saxonnes. Cette population encore jeune se tient informée des procédures judiciaires qui s’accumulent au-dessus de la tête de l’État via la presse malaisienne en ligne, régulièrement bloquée et condamnée par le pouvoir (le Sarawak Report qui est à l’origine du travail d’investigation pionnier sur le sujet, Malaysiakini mais aussi The Edge), via Internet et les journaux étrangers (Wall Street Journal, The Guardian, Moodys). Face au comportement des élites au pouvoir, la colère populaire était très forte à l’été et à l’automne 2015. Des mouvements politiques pour la capitaliser ont vu le jour, comme le mouvement citoyen Save Malaysia que Mahathir, l’ancien Premier ministre autoritaire, a lancé avec un grand nombre d’ONG et de personnalités politiques, y compris un de ses rivaux historiques, Lim Kit Siang (DAP). Save Malaysia a diffusé la Déclaration des citoyens qui a récolté en quelques mois plus d’un million de signatures369. À l’automne, Mahathir a lancé un nouveau parti Bersatu (Ensemble) pour rassembler les contestataires de l’UMNO et négocie avec ses ennemis politiques de toujours. Il milite désormais pour la libération d’Anwar Ibrahim, qu’il avait lui-même fait incarcérer en 1998, et cherche à structurer une nouvelle coalition en mesure de gagner les futures élections générales. Mais devant les attaques dont l’opposition a fait l’objet dans un climat politique d’intimidation et compte tenu de son extrême difficulté à constituer un front uni et crédible en raison de ses dissensions passées370, une forme de désolation impuissante semble s’installer.

Des élections partielles favorables à l’UMNO et à ses alliés

15Les élections ne sont pas une source d’inquiétude majeure pour l’UMNO, tant le dissensus politique, alimenté par les manœuvres de diversion du Premier ministre et de son parti avec l’appui de certaines franges nationalistes xénophobes, a prospéré au cours de cette année de crise.

16Deux séries d’élections ont, en effet, eu lieu en 2016, toutes les deux très favorables à l’UMNO et à ses alliés. La première, l’élection de la 11e assemblée législative de l’État du Sarawak en mai 2016, a donné une plus large majorité parlementaire au Parti Pesaka Bumiputera Bersatu (PPBB), le Parti uni de l’héritage bumiputera d’Adenam Satem. Ce successeur de Taib Mahmud à la tête de l’État, soutenu par Najib Razak de manière ostensible, a été un soutien crucial de l’UMNO au Parlement national. Par rapport aux dernières élections de 2011, qui avaient vu le Democratic Action Party (DAP) remporter 20 % des voix et, en obtenant 12 sièges, doubler sa présence au Parlement, suivi par la coalition du PKR (18 % des voix, 3 sièges), ce résultat constitue un revers pour l’opposition et une victoire pour le Chief Minister du Sarawak et pour le gouvernement central. Le Parti Harapan, nouveau nom pour la coalition d’opposition suite au départ du Parti islamique (PAS – Parti Islam Se-Malaysia) ne possède que 10 sièges, le PPBB en gagnant d’autant plus que le nombre de circonscriptions d’électeurs du Sarawak et de sièges au Parlement a été entre-temps augmenté, de 71 à 82. Ce redécoupage bénéficie fortement au pouvoir en place qui, suite à ces élections de 2016, concentre donc 72 sièges sur 82, soit près de 90 % du Parlement.

17Deux élections partielles ont ensuite renouvelé les sièges parlementaires de Kuala Kangsar (Perak) et Sungai Besar (Selangor). Dans les deux cas, et au sein de circonscriptions aux deux tiers malaises, une configuration triangulaire opposait l’UMNO à des candidats respectivement du PAS et du parti islamique Amanah, le jeune parti sécessionniste du PAS en 2015. L’UMNO est arrivé très en tête, avec plus de 2 000 voix d’avance sur la somme de ses concurrents islamiques, là où, 3 ans avant, il ne l’emportait que de 1 000 et 400 voix face au candidat du seul PAS. Malgré la forte montée de l’abstention entre les deux élections (entre 14 et 18 % de votants en moins entre 2013 et 2016), cette très forte victoire de l’UMNO dans des conditions politiques extrêmement tendues et a priori défavorables au parti du gouvernement, dénote une extraordinaire capacité à unir et à fédérer. Le Premier ministre a immédiatement opéré un remaniement ministériel, promouvant à la fois le Sarawak et de nouveaux ministres issus de l’UMNO.

  • 371 « Jomo: ringgits falls also due to the loss of confidence in Government », The Edge Markets, 8 déce (...)

18Au-delà de la réprobation morale, les Malaisiens redoutent particulièrement les conséquences du scandale 1MDB en termes de réputation et de confiance ; en particulier, ils craignent la réédition de la chute du ringgit de l’été 2015. Mais sur le front économique, passé la brève et réelle crise de confiance des marchés entre juillet et septembre 2015, les affaires ont vite repris, business as usual. 2016 a pu être une année de poursuite de la croissance, sur des bases macroéconomiques structurelles stabilisatrices, en dépit d’une conjoncture régionale et mondiale dégradée. Un nouvel épisode de baisse du ringgit en décembre 2016 a démontré néanmoins que la crédibilité du gouvernement est effectivement fragilisée371.

L’économie comme socle et comme rempart

  • 372 KRI, Moving up the ladder: Malaysia’s social mobility, Kuala Lumpur, Khazanah Research Institute, n (...)

19L’affaire 1MDB appartient à un début de XXIe siècle marqué par la montée des oligarchies, et les milliards détournés pourraient évoquer les kleptocrates égyptien, Moubarak, et tunisien, Ben Ali, destitués par le « Printemps arabe » en 2011. Mais le contexte socio-économique malaisien est très différent dans la mesure où il est caractérisé par une réelle mobilité sociale372 permise par une prospérité économique durable. Mobilité sociale ascendante et prospérité se sont poursuivies après la courte crise de 2009, et ont encore été observées en 2016, malgré des signes de ralentissement régionaux et mondiaux. Difficile à estimer à partir des statistiques publiques, le chômage aurait, semble-t-il, tendance à progresser pour les jeunes diplômés et pour les nationaux non qualifiés.

Une gestion avisée et cohérente des facteurs de ralentissement économique

20L’année a été marquée par le ralentissement de la croissance de l’Asean après celui de la croissance chinoise en 2015 et une baisse des cours mondiaux des matières premières, dont le pétrole. Malgré un contexte de fortes incertitudes géopolitiques, on a enregistré une fragile et modeste reprise de l’économie mondiale et la gestion prudente et cohérente de la situation macroéconomique a encore permis à l’activité de rester dynamique en 2016, avec une croissance du PIB estimée à 4,5 %.

21Les tendances économiques extérieures impactent nécessairement la dynamique nationale, du fait de la très grande ouverture de l’économie malaisienne au commerce (qui représentait près de 170 % du PIB en 2015) et aux capitaux étrangers. Dans un contexte toujours marqué depuis 2015 par une tendance à la dépréciation du ringgit, l’économie malaisienne reste cependant robuste financièrement : la Banque centrale, sous son nouveau gouverneur (voir portrait), continue de soutenir prioritairement la croissance économique tout en contrôlant les accords de crédit, notamment au logement et à la consommation des ménages, qui avaient eu tendance à s’envoler au début de la décennie 2010. Dans un contexte d’inflation stable, cette politique a donné lieu à une légère baisse discrétionnaire du taux directeur en juillet 2016 (-0,25 %) tandis que, du fait de la politique de flottement contrôlé du change, le ringgit a varié à la baisse, tandis que les réserves de change restaient élevées. Elles ont atteint 100 milliards $ US à la fin 2016, correspondant au niveau d’avant la secousse monétaire de juillet 2015.

  • 373 Malgré les difficultés financières anticipées, les autres plus grands investissements publics (lign (...)
  • 374 Najib Razak, 2017 Budget, Kuala Lumpur, 21 octobre 2016.

22Des signes de faiblesses se manifestent pourtant : l’industrie pétrolière a été marquée par une véritable récession, donnant lieu à des fermetures et des licenciements massifs, touchant notamment les ingénieurs expatriés établis de longue date en Malaisie. La récession affecte les pans de l’industrie liés à la prospection (à l’arrêt), et à l’exploitation pétrolière, l’upstream, tandis que les secteurs de la distribution et les secteurs de la pétrochimie, le downstream, ont bénéficié au contraire de cette chute des cours, et que le gaz restait encore en 2016 protégé de la baisse des cours du brut. Enfin, les investissements publics majeurs dans le secteur (projet RAPID Pengerang, proche de Singapour) ont été maintenus et continuent de générer de l’activité et sauver des emplois chez les fournisseurs de la société publique Petronas373. Parallèlement, certains projets d’investissement au Canada de la première multinationale du pays, ont été remis en cause par la crise Les revenus pétroliers représentant jusqu’à 40 % des recettes du budget de l’État par le passé, Petronas a été dotée d’un nouveau directeur général en 2016, mandaté pour continuer à assurer un quart des recettes du gouvernement. L’endettement public est resté sous la barre des 55 % du PIB en 2016, et le déficit budgétaire reste maîtrisé autour de 3 % du PIB, en partie grâce aux recettes de la taxe à la valeur ajoutée, la GST, qui ont compensé les pertes de revenus pétroliers. La croissance en 2016 a été majoritairement causée par les facteurs internes (consommation domestique, investissement national, privé et public) et une situation restée positive sur le plan de l’accueil des investissements directs étrangers (en hausse de 33 % au premier semestre 2016 par rapport à 2015) malgré le contexte de scandale financier374. La signature du Trans-Pacific Partnership Agreement proposé par les États-Unis a aussi été un moment clé de l’année 2016 : longtemps contesté et débattu, il a fini par donner lieu à un arrangement original qui reconnaissait la singularité malaisienne en matière de poids de l’État dans l’économie et de discrimination positive. Mais « l’effet Trump » entoure désormais d’incertitude l’avenir de cet accord commercial et de ses implications pour la Malaisie. Pour 2017 et 2018, les prévisions de croissance de l’économie malaisienne par la Banque mondiale s’élèvent respectivement à 4,5 % et 4,7 %, dans le prolongement des bonnes tendances actuelles.

Controverses sociales

  • 375 Rafael Muñoz Moreno (dir.), Malaysia Economic Monitor 2015: immigrant labour, Kuala Lumpur, World B (...)

23Officiellement, le chômage est toujours très bas en Malaisie, avec un taux de 3,5 % en 2016, comme en 2015. Le recours à la main-d’œuvre immigrée continue d’être massif dans cette économie en déficit chronique de main-d’œuvre. Ce sujet a fait l’objet d’un important rapport de la Banque mondiale sur l’économie malaisienne, qui en souligne le caractère déterminant dans l’histoire de la croissance économique nationale. Contribution structurante sur la durée, en particulier depuis le début du XXIe siècle, la part des travailleurs étrangers déclarés en Malaisie se situe derrière les États riches et à très petites superficies (Macao, Singapour, Brunei, Hong Kong : 60 à 40 %) et les pays à forte tradition d’immigration comme l’Australie et la Nouvelle Zélande (25-30 % environ). La Malaisie se présente comme l’économie la plus attractive d’Asie du Sud-Est, avec une part d’environ 8 % de la population totale. Rapportée à la population active, cette part a oscillé entre 12,8 (valeur en 2001 comme en 2015) et 14 %. Enfin, le rapport insiste sur le caractère bénéfique de cette contribution démographique étrangère à l’économie nationale, soulignant au passage un différentiel de salaire (défavorable aux immigrés) entre population nationale et population étrangère375. Mais les données ne parviennent pas à rendre compte de l’importance du nombre des travailleurs non déclarés (1 million selon la Banque mondiale, chiffre certainement très sous-estimé). En 2016, compte tenu de la tendance à la dégradation des conditions économiques, la population voit d’un œil moins favorable l’ouverture du marché du travail aux Pakistanais, Bangladais, Népalais et Birmans qui sont désormais, derrière les Indonésiens, les premières nationalités des travailleurs étrangers en Malaisie. En particulier, l’accord gouvernemental entre le Premier ministre et le président du Bangladesh prévoyant l’envoi de 1,5 million de travailleurs a provoqué des manifestations.

  • 376 KRI, The State of Households II, Kuala Lumpur, Khazanah Research Institute, septembre 2016.

24La stagnation du niveau de vie est un phénomène que le gouvernement prétend prendre en compte depuis le début de la mandature de Najib Razak. Elle est restée présente au fil des années dans les débats politiques et médiatiques, bien que difficile à appréhender de manière objective. La GST, taxe à la consommation sur les biens et services de 6 % mise en place en avril 2015, ne s’est pas traduite par une inflation plus élevée mais pourrait avoir conduit au renchérissement du panier de la ménagère pour les foyers les plus modestes. Les données les plus récentes touchant à la question des revenus des ménages disent pourtant l’inverse : selon le centre de recherche KRI376, les revenus ont crû plus rapidement pour les 40 % des ménages les plus pauvres et pour les 40 % intermédiaires que pour les 20 % les plus riches. Les inégalités ont donc diminué au cours des dernières années, leur mesure par le coefficient de Gini est passée de 0,431 en 2012 à 0,401 en 2014, son plus bas niveau en 40 ans. Compte tenu de l’écart tenace entre les conditions de vie des Malaisiens ruraux et urbains, les inégalités se sont réduites de manière significative, avec une plus forte progression des niveaux de vie dans les campagnes. La question du niveau de vie reste néanmoins politiquement cruciale et le Premier ministre en a fait la priorité du Budget 2017.

« We can only survive. » : résignation et réelection

25À l’aube de la campagne pour les 14e élections générales, la situation peut sembler paradoxale. Alors que le Premier ministre est dans une position a priori intenable, sa majorité se trouve dans une dynamique plus que favorable pour emporter le scrutin, après 60 ans de règne ininterrompu (voir photo). L’opposition, qui n’a pu saisir la chance historique de s’affirmer comme un recours ces derniers mois, est désunie, sans leader et en proie à des tensions récurrentes. De plus, de nombreuses polémiques liées à la mauvaise gouvernance des États de Penang, Selangor, Kelantan, contrôlés par l’opposition, ont affecté sa crédibilité et la confiance que lui porte une partie de la population. La résignation s’exprime après plus d’un an de scandale et c’est l’abattement et le fatalisme qui l’emportent sur la colère et la contestation : « We can only survive. » est une phrase qui revient. Les grandes ambitions d’un changement politique semblent pour longtemps abandonnées. Par conséquent, à la faveur de bons indicateurs économiques et d’un nouveau redécoupage électoral biaisé, le pouvoir semble conforté par défaut. Minoritaire en voix lors des dernières élections, il devrait retrouver, faute d’option alternative sérieuse, une nette avance en termes de sièges au Parlement, comme l’illustrent les résultats des dernières élections partielles. Malgré une forte impopularité, la poursuite de pratiques autoritaires et des réformes clés toujours repoussées (suppression des dispositifs de discrimination positive, réforme du système éducatif), l’UMNO et la coalition du Barisan Nasional seront, sauf surprise, reconduites à la tête du pays, sous l’autorité du Premier ministre Najib Razak.

Annexes

Fiche Malaisie

Capitale : Kuala Lumpur

Superficie : 329 847 km2

Population (est. 2016) : 31 700 000 hab.

Langue officielle : malais

Données politiques

Nature de l’État : monarchie fédérale

Nature du régime : constitutionnel

Suffrage : universel (à partir de 21 ans)

Chef de l’État : le Yang di-Pertuan Agong Muhammad V (Muhammad Faris Petra ibni Sultan Ismail Petra), Sultan du Kelantan

Premier ministre : Mohamed Najib bin Abdul Razak (depuis 2009), UMNO (United Malays National Organisation)

Ministre des Affaires étrangères : Anifah Hj. Aman (depuis 2009), UMNO

Président de l’Assemblée nationale : Pandikar Amin bin Haji Mulia (depuis 2008), UMNO

Échéances : 14e élections générales (2017)

Contentieux territoriaux et maritimes :

Brunei : contentieux maritime au nord de Bornéo (Louisa Reef) réglé par l’accord de mars 2009 sur les frontières, mis en œuvre en septembre 2010.

Indonésie : dans la mer des Célèbes autour du plateau continental Ambalat et délimitation des frontières maritimes situées aux larges des îles Sipadan et Ligitan, reconnues « malaisiennes » en 2002 par la Cour internationale de justice.

Philippines : souveraineté de l’État de Sabah, dans la partie nord de l’île de Bornéo.

République populaire de Chine, Philippines, Taiwan et Vietnam : souveraineté insulaire revendiquée dans les îles Spratley (îles d’Amboyna Cay, Barque Canada Reef, Commodore Reef et Royal Charlotte Reef).

Indicateurs démographiques et sociologiques

Principaux groupes ethniques (est 2016) : la population se compose de 28,4 millions de nationaux (dont 69 % de Bumiputera377, 24 % de Chinois et 7 % d’Indiens) et de 3,3 millions d’étrangers

Religions (est. 2016) : musulmans (61 %), bouddhistes (20 %), chrétiens (9 %), hindous (6 %), autres et sans religions : 4 %

Indice de développement humain (2015) : 0,773 (rang 62)

Taux de croissance démographique (est. 2016) : 1,4 %

Espérance de vie (est. 2016) : 74,8 ans

Indice de fécondité (est. 2016) : 1,9

Taux de natalité (est. 2016) : 16,8 ‰

Taux de mortalité (est. 2016) : 4,9 ‰

Taux de mortalité infantile (est. 2016) : 6 ‰

Taux d’alphabétisation (> 15 ans) (2016) : 94,6 %

Taux d’urbanisation (2016) : 76,2 %

Indicateurs économiques

Monnaie : ringgit (1 euro = 4,45 ringgit, décembre 2016)

Balance des paiements courants (2015) : 8,96 milliards $ US

Dette extérieure (2015) : 194,2 milliards

PIB (2015) : 296 milliards $ US

PIB par habitant ou per capita en dollars courants (2015) : 9 766 $ US

Taux de croissance du PIB (est. 2016) : 4,5 %

Répartition du PIB par secteur d’activité (2015) : agriculture et mines (15 %), industrie et construction (29,5 %), services (55,5 %)

Taux d’inflation (2015) : 2,4 %

Taux de chômage (est. 2016) : 3,5 %

Taux de population vivant sous le seuil de pauvreté (est. 2016) : 0,6 %

IDE entrant (flux) : 11,1 milliards $ US

IDE entrant (cumulés ou stocks) : 117,6 milliards $ US

IDE sortant (flux) : 9,9 milliards $ US

IDE sortant (cumulés ou stocks) : 136,9 milliards $ US

Principaux partenaires commerciaux : Asean, Chine, Singapour, Japon, Union européenne, États-Unis.

Importations (2015) : 188 milliards $ US

Principaux produits importés : électronique et appareils électriques, produits chimiques, machinerie, plastiques, véhicules, produits pétroliers, production métallique

Exportations (2015) : 210 milliards $ US

Principaux produits exportés : biens électroniques (semi-conducteurs) et appareils électriques, produits pétroliers, gaz naturel liquéfié, produits chimiques, huile de palme, produits optiques et équipement scientifique, textile, bois, caoutchouc.

Chronologie

DÉCEMBRE 2015

3 Le Parlement adopte, suite à un vote à main levée, une loi renforçant le rôle du Conseil national de sécurité récemment créé. Ce dernier, à la tête duquel se trouve le Premier ministre Najib Razak, devrait désormais pouvoir faire arrêter n'importe qui en invoquant la sécurité nationale.

16 Le hashtag #ShutdownJalanDuta est relayé sur les réseaux sociaux afin de dénoncer la baisse du niveau de vie sous le gouvernement actuel. Une manifestation est prévue pour le 31 décembre.

21 Le parti UMNO (Organisation nationale unie de Malaisie) délaisse son alliance avec l’organisation Perkasa au profit d’une collaboration plus étroite avec le Parti islamique pan-malaisien (PAS).

JANVIER 2016

6 Le gouvernement malaisien interdit pour 3 mois l’exploitation minière de bauxite à Pahang afin de nettoyer la région de la pollution qui touche les côtes et rivières avoisinantes. http://www.thestar.com.my/​news/​nation/​2016/​01/​06/​wan-junaidi-bauxite-mining-suspended-three-months/​

8 Après les championnats du monde de voile en décembre, les joueurs israéliens se voient une nouvelle fois refuser leur visa pour participer aux championnats du monde de tennis de table qui auront lieu à Kuala Lumpur en février.

11 Le gouvernement annonce que deux Malaisiens ayant rejoint l’État islamique ont participé à des attentats-suicides tuant plus de 30 personnes en Syrie et en Irak.

L’agence de notation Moody’s dégrade la note de la Malaise de « bonnes perspectives » à « stable ».

18 La Commission anticorruption inculpe deux officiers du département des Mines et du Territoire pour avoir accepté des pots-de-vin afin de couvrir des sites illégaux d'exploitation de bauxite.

21 Le site de l’agence de presse Asia Sentinel est brièvement inaccessible, quelques jours après avoir publié un article révélant que la Commission anticorruption aurait fermé les yeux sur plusieurs affaires touchant le Premier ministre, Najib Razak.

26 Tan Sri Mohamed Apandi Ali, procureur général de Malaisie, affirme qu’il n’y a pas assez de preuves pour inculquer le Premier ministre dans l’affaire du détournement des 2,6 milliards RM (640 millions d'euros) et prononce la clôture du dossier. D’après lui, l’argent serait issu d'une donation personnelle de la famille royale saoudienne à Najib Razak. En août 2013, ce dernier aurait rendu l’argent sans l’avoir utilisé.

27 Cent vingt-sept députés malaisiens votent en faveur de l’Accord de partenariat transpacifique (TPP).

30 Le procureur général de Suisse demande la collaboration des autorités malaisiennes à la suite de la possible disparition de 4 milliards $ US destinés à des projets de développement. Les premières informations confirment qu’« une petite partie des fonds » a été déposée sur des comptes ouverts en Suisse par des agents publics malaisiens, ainsi que des Émirats arabes unis.

FÉVRIER 2016

2 Le département des Affaires commerciales singapouriennes annonce avoir saisi plusieurs comptes en banque en lien avec des suspicions de blanchiment d’argent dans l’affaire de la compagnie 1MDB.

3 Mukhriz Mahathir, représentant de l’État de Kedah et fils de l’ancien Premier ministre Mohamad Mahathir, démissionne de son poste. Considéré comme l’un des futurs candidats au poste de Premier ministre, il réclame la démission du Premier ministre actuel.

Le procureur général de Suisse déclare que Najib Razak ne fait pas partie de la liste des personnes accusées de malversations financières dans l’affaire du détournement de 4 milliards $ US de la société 1MDB.

18 la Malaisie et le Bangladesh signent un mémorandum (MOU) afin d'accepter la venue d'1,5 million de travailleurs bangladais en Malaisie.

22 Les services de renseignement australiens avertissent le gouvernement malaisien qu’une attaque terroriste est possible sur la capitale Kuala Lumpur.

MARS 2016

3 Le rapport de la Commission des comptes publics sur le dossier 1MDB est classé confidentiel.

5 Après avoir quitté le Parti UMNO, l’ancien Premier ministre et figure nationale, Mohamad Mahathir, publie une déclaration pour dénoncer la dégradation de la situation économique du pays sous la direction de Najib Razak et demande sa démission.

6 Au total, 47 Malaisiens se trouveraient actuellement au Moyen-Orient pour combattre auprès de l'État islamique, d’après la police malaisienne.

7 Les familles d’une douzaine de Chinois disparus dans le vol MH370 portent plainte contre la compagnie Malaysia Airlines. Les indemnités demandées varient entre 755 000 et 1,23 million $ US par victime.

8 Après avoir été débattu au Parlement, le rapport de la Commission des comptes publics sur le dossier 1MDB n’est plus classé confidentiel.

16 Mohamad Mahathir s’allie au parti de l’opposition et lance une campagne contre le gouvernement.

17 Le Parti islamique pan-malaisien (PAS) et le Parti de l’alliance nationale malaise (IKATAN) s'associent et forment ainsi la troisième force politique du pays.

25 Quinze personnes, dont quatre femmes, soupçonnées d’appartenir à l’État islamique sont arrêtées en Malaisie.

Les garde-côtes malaisiens découvrent que plus de cent bateaux chinois naviguent illégalement dans les eaux territoriales malaisiennes près de Beting Patinggi Ali.

26 L’ONG Amnesty International dénonce les exécutions de prisonniers effectuées par la Malaisie, après que trois d'entre eux ont été pendus le 18 mars.

AVRIL 2016

4 Le nom d'un des fils du Premier ministre, Mohd Nazifuddin Mohd Najib, apparaît dans le cadre du scandale des « Panama Papers ».

7 La Commission des comptes publics rend son rapport sur l’entreprise publique 1MDB et innocente le Premier ministre Najib Razak. Les membres du conseil d’administration de l’entreprise proposent quant à eux leur démission.

13 Le conglomérat chinois China General Nuclear Power Corporation (CGN) installe son siège régional en Malaisie, après avoir acheté les actifs énergétiques de 1MDB (Edra Energy Bhd) pour 2,3 milliards $ US, fin 2015.

14 Le tribunal condamne l’activiste Haris Ibrahim à huit mois de prison pour sédition suite à un discours prononcé trois ans plus tôt dans lequel il appelait à un changement de gouvernement à Putrajaya.

15 La ministre des Affaires étrangères de l'Arabie Saoudite, Adel Al-Jubeir, admet que le don de 2,6 milliards RM au Premier ministre malaisien Najib Razak provenait effectivement de l’État saoudien.

22 Le mouvement Bersih 2.0 gagne le prix sud-coréen Gwangju pour les droits humains grâce à ses efforts répétés pour pousser à une réforme électorale en Malaisie.

26 1MDB confirme un défaut de paiement de 1,75 milliard $ US.

MAI 2016

4 Les observateurs des élections issus du mouvement Bersih 2.0 déposent un rapport auprès de la Commission électorale accusant chacun des deux bords politiques de violation des lois électorales pour le vote du 7 mai dans le Sarawak.

5 Un accident d’hélicoptère transportant plusieurs officiels malaisiens provoque la mort de six personnes dans le Sarawak, dont deux députés, Noriah Kasnon et Datuk Wan Mohammad Khai-ril Anuar Wan Ahmad.

7 Les élections législatives dans l’État du Sarawak, le plus grand du pays, sont remportées par la coalition de droite Barisan Nasional du Premier ministre Najib Razak.

11 Le fonds souverain d’Abu Dhabi, IPIC, assure le paiement de 52,4 millions $ US d’intérêts de la société 1MDB en tant que garant de sa dette.

12 Plus de 50 millions $ US détournés du fonds 1MDB auraient été utilisés par le beaufils du Premier ministre pour acheter plusieurs propriétés de luxe à New York et à Los Angeles.

25 Les autorités de Suisse et de Singapour inculpent la banque privée suisse BSI SA à la suite des soupçons de blanchiment d'argent et de corruption liés à ses relations avec le fonds 1MDB.

JUIN 2016

6 Ouverture d’une enquête aux États-Unis afin de déterminer l'implication de la banque d'investissement Goldman Sachs dans les transactions suspectes autour du fonds 1MDB.

18 La Commission anticorruption annonce la démission de son directeur, plus de deux ans avant la fin de son mandat.

28 Un attentat à la grenade fait 8 blessés dans une boîte de nuit de Puchong, en périphérie de Kuala Lumpur.

JUILLET 2016

4 La police confirme que l'attentat du 28 juin est la première attaque de l’État islamique sur le sol malaisien.

20 Les autorités américaines annoncent la saisie de plusieurs propriétés sur le territoire américain ayant été achetées avec de l’argent détourné du fonds d’investissement public malaisien 1MDB.

20 Les autorités suisses saisissent des avoirs appartenant à Joh Low, homme d’affaires malaisien, dont un dessin de Van Gogh et deux toiles de Monet, soupçonnés d’avoir été achetés avec de l’argent détourné du fonds 1MDB.

21 L’enquête des procureurs américains sur le détournement d'argent depuis le fonds 1MDB implique le Premier ministre malaisien. Ils prévoient également de saisir plus d’1 milliard $ US d’actifs.

27 Le gouvernement malaisien affirme qu’il ne protégera pas ses ressortissants des actions en justice étrangères liées au scandale 1MDB.

AOÛT 2016

21 Wee Meng Chee, rappeur malaisien connu sous le nom de scène de « Namewee », est arrêté à son retour sur le territoire malaisien en raison d’une chanson dans laquelle il insulterait l’islam et utiliserait le nom d’Allah, ce qui est interdit par la loi pour un non musulman.

25 Le rappeur Namewee est relâché mais la police poursuit ses investigations. Il risque jusqu’à deux ans de prison.

SEPTEMBRE 2016

15 Les résultats des dernières analyses sur les débris d'avion retrouvés en Tanzanie semblent confirmer leur appartenance à l'avion disparu lors du vol MH370, en mars 2014.

16 Décès de Haron Din, ancien leader et figure spirituel du PAS. Il avait milité notamment pour l'interdiction aux non musulmans d'utiliser le mot « Allah ».

17 Rosmah Mansor, la femme du Premier ministre, est sélectionnée pour recevoir le prix Lead by Example décerné par l'Unesco. Cette distinction récompenserait son œuvre en faveur de l'éducation des plus jeunes, à travers le programme Permata.

19 Deux personnes sont incarcérées pour insulte à l'islam suite à des déclarations sur les réseaux sociaux relatifs au décès de Haron Din. Un député, Jeff Ooi, s'est aussi excusé après avoir partagé un tweet dont le contenu avait entraîné de vives critiques378.

21 l’Unesco est revenue sur sa décision de remettre le prix Lead by Example à la femme du Premier ministre, expliquant avoir reçu des messages mettant en doute les moyens de financement du programme Permata.

OCTOBRE 2016

21 Une discussion à huis clos a lieu à Kuala Lumpur entre un groupe d'anciens diplomates américains et des représentants du gouvernement de Pyongyang. Cette rencontre est la dernière en date d'une série de pourparlers non officiels entre Américains et Nord-Coréens appelés « Track 2 », alors que les deux pays n'entretiennent plus aucun contact officiel.

NOVEMBRE 2016

5 Au terme de sa visite à Pékin, Najib Razak annonce avoir signé 14 accords pour un montant total de 31 milliards d’euros, le montant le plus important pour un Premier ministre malaisien à l’étranger.

19 Pour sa 5e marche, le mouvement de la société civile Bersih 2.0 a rassemblé environ 40 000 supporters dans les rues de Kuala Lumpur. Le gouvernement avait au préalable fait arrêter la secrétaire générale du mouvement, Maria Chin Abdullah, ainsi que d'autres figures importantes.

28 La militante Maria Chin Abdullah est libérée.

DÉCEMBRE 2016

4 Lors d'un rassemblement à Kuala Lumpur, le Premier ministre Najib Razak a déclaré : « Le monde ne peut pas rester les bras croisés en regardant le génocide en cours » pour qualifier le traitement des autorités birmanes envers la minorité musulmane rohingya.

Portraits

Professor Jomo Kwame Sundaram

Cet intellectuel de haute stature, né en 1952, reste le pilier incontestable de l’économie politique malaisienne dont il devient un auteur majeur dès les années 1980. Son livre A Question of Class (1988), publié à partir de sa thèse de doctorat à Harvard, s’intéressait au développement économique inéquitable de la Malaisie, critiquant l’analyse en termes de catégories ethniques, très prégnante en Malaisie. Professeur d’économie à l’Université of Malaya, il y a fait école à une époque où la recherche en sciences sociales était encore largement embryonnaire, en économie industrielle, en économie du travail, dans le domaine de la technologie ou de l’évaluation des politiques publiques, à contre-courant du pouvoir mahathirien. Malgré des pressions politiques, il a contribué de manière significative à la structuration de la recherche nationale en éditant, de nombreux chercheurs, en partie grâce à la création d’une maison d’édition (SIRD-Gerakbudaya). Spécialisé initialement sur l’économie américaine, il est caractérisé par l’envergure de ses domaines d’intérêt et la question du surplus et de sa répartition constitue le fil conducteur de son oeuvre. Il a dominé la scène académique nationale à la fois par son style indomptable et par ses idées, opposant à un gouvernement autoritaire, la rigueur du travail académique. À la fin des années 1990, ses perspectives professionnelles et personnelles étant compromises en Malaisie, il a entamé une deuxième carrière à l’Onu, d’abord au Secrétariat de l’Onu à New York, en particulier dans le champ de la gouvernance de la finance mondiale, où il a participé à la commission Stiglitz, puis à la FAO, à Rome, où il a occupé un poste élevé de fonctionnaire international. Prix d’économie Vassily Leontiev (2007), K. S. Jomo est retourné en Malaisie depuis 2015 pour écrire et participer à la vie intellectuelle du pays, sur un plan désormais plus médiatique, afin de peser à sa manière sur le cours du développement du pays.

Datuk Muhammad bin Ibrahim, gouverneur de la Banque centrale de Malaisie

Le nouveau gouverneur de la Bank Negara Malaysia, a pris ses fonctions en mai 2016, succédant à Tan Sri Zeti dont il était l’adjoint et le collaborateur le plus direct. À ce poste depuis 2000, Madame Zeti était respectée à la fois par le grand public et les milieux d’affaires malaisiens, comme par les acteurs extérieurs, agences de notation ou les milieux diplomatiques. En effet, en Malaisie la Banque centrale n’est pas indépendante mais au contraire directement sous l’autorité du ministre des Finances… et en l’occurrence de Najib Razak, le Premier ministre qui, depuis le début de son premier mandat en 2009, cumule les deux portefeuilles. Son aura était en partie due au fait que Tan Sri Zeti s’était élevée publiquement contre les conditions discutables des enquêtes nationales menées sur les malversations liées à 1MDB, elle avait à plusieurs reprises souligné que le maintien au pouvoir du Premier ministre, accroissant l’instabilité des anticipations financières, causait du tort à la nation. Alors que de nombreuses agences publiques étaient discréditées, son crédit et sa réputation n’avaient fait que croître avant son départ. Dans ces circonstances, le rôle de Datuk Muhammad, le nouveau gouverneur s’apparente à marcher sur un fil tendu au-dessus du vide : s’il apparaît trop aux ordres d’un Premier ministre impliqué dans une enquête internationale pour corruption et blanchiment d’argent, la réputation de sérieux et de rigueur que Tan Sri Zeti avait construite pour l’institution clé de la stabilité financière du pays est mise en péril ; s’il s’en détache trop, la cohérence de la régulation macroéconomique nationale, cruciale dans le cadre d’un capitalisme dont une large partie est orientée voire contrôlée par l’État, est ébranlée. Durant les premiers mois de son gouvernorat, Datuk Muhammad a su conserver le crédit dont bénéficie la « Rolls de l’administration publique malaisienne » en pilotant avec précision la politique monétaire à la fois dans la continuité (la priorité est donnée à la croissance) et, comme il l’a dit lui-même au moment de la baisse surprise des taux directeurs le 16 juillet 2016, parfaitement opportune, en justifiant cette politique monétaire d’abord et avant tout par son lien avec les objectifs politiques du gouvernement.

Arrêt sur image

L’UMNO du futur
Vue du projet © The Star

Le 30 novembre 2016, pour répondre à « la croissance rapide de l’UMNO », le Premier ministre Najib Razak a révélé les plans de la nouvelle tour du parti et le projet de renouvellement urbain du quartier Putra World Trade Centre, le coeur politique de Kuala Lumpur.

Notes

349 En malais, « fils du sol » ou populations indigènes et malaises.

350 Elsa Lafaye de Micheaux, 2012, Malaisie, un modèle de développement souverain ?, Lyon, ENS Éditions, chapitre 2.

351 « Dans une nation au bord d’une crise grave, les Églises chrétiennes s’engagent en faveur des libertés et de la démocratie », Église d’Asie, Agence d’information des Missions de Paris, communiqué du 18 novembre 2016.

352 Elsa Lafaye de Micheaux, « Malaisie : sur le fil du rasoir », in Abigaël Pesses (dir.), 2016, L’Asie du Sud-Est 2016, Bangkok-Paris, Irasec-Les Indes savantes.

353 Après avoir publié des articles dédouanant le pouvoir malaisien en 2015, le journal genevois Le Temps rend compte de manière approfondie de l’état de l’enquête et de la situation de ce témoin clé devenu « un lanceur d’alerte helvétique » : (https://www.letemps.ch/suisse/2016/09/16/thailande-refuse-livrer-suisse-temoin-numeroun-scandale-fonds-1mdb).

354 « United States of America versus Wolf of Wall Street Motion Picture including any rights of profits, royalties and distribution proceeds » : la plainte entre dans la catégorie de la Forfeiture In Rem, autrement dit la procédure de confiscation d’avoirs, très utilisée depuis les années 1980 aux États-Unis dans la lutte contre la drogue et la criminalité en col blanc, qui ne nécessite pas de preuve légale ni même de poursuite pénale contre l’auteur de l’infraction. La procédure est engagée contre les biens, ici une longue liste de biens immobiliers à Beverly Hills, Los Angeles, New York, Londres, jet privé ou tableaux (un Nymphéas de Monnet, La Maison jaune de Van Gogh), etc. Résumant les principaux résultats de l’enquête aux États-Unis, la procédure est publiée en ligne : (https://www.justice.gov/opa/file/877166/download).

355 Dans la trajectoire de Najib Razak, la soif de pouvoir de son épouse, Rosmah Mansor, et notamment son implication dans la sphère publique sont décriées. Voir Elsa Lafaye de Micheaux, 2016, « La Malaisie de Najib Razak », Notes de l’IFRI-Asie-Visions, no 85.

356 H. Osman Rani (dir.), 2010, The Abdul Razak’s role on Malaysia’s development, Petaling Jaya, MPH Publishing.

357 « 1MDB : le scandale financier de la décennie en 5 questions », Le Temps, 29 août 2016.

358 David Delfolie, Nathalie Fau et Elsa Lafaye de Micheaux, 2016, Malaisie-Chine : une « précieuse relation », Carnet de l’Irasec, Série Enquête, no 7, Bangkok, Irasec.

359 « Diplomatie : les relations normales entre la Chine et les autres pays n’ont jamais eu pour objectif d’aller à l’encontre de pays tiers » (en chinois), Daily China, 2 novembre 2016.

360 Kuik Cheng-Chwee, 2008, « The essence of hedging: Malaysia and Singapore’s response to a rising China », Contemporary Southeast Asia, vol. 30, no 2, p. 159-185.

361 Ce à quoi le Premier ministre, pourtant ancien ministre des Affaires étrangères et de la Défense, a répondu en récusant toute signification géopolitique : « Qu’est-ce qui différencie un investissement du Japon, des États-Unis ou d’Europe d’un investissement chinois ? Un investissement est un investissement ». Malaysia Today, 29 novembre 2016, (www.malaysia-today.net/special-interview-with-prime-minister-datuk-seri-najib-tun-razak/).

362 Sur la situation géopolitique malaisienne en 2016 plus largement : Elsa Lafaye de Micheaux, « Que reste-t-il de la souveraineté malaisienne face à l’ascension chinoise ? », Revue Diplomatie, no 79, mars-avril 2016.

363 Amnesty International, « Malaisie. Il faut mettre fin à la répression contre les militants de Bersih », 18 novembre 2016.

364 Il s’agit là des revendications du mouvement Save Malaysia, qui appelle à la démission de Najib Razak sur la base d’une « Déclaration des citoyens » ouverte à la signature le 4 mars 2016.

365 Selon le quotidien national, The Star, 25 novembre 2016.

366 SOSMA est l’acronyme de Security Offences (Special Measures) Act 2012.

367 « “I am 101 per cent loyal”, says Zahid », The Star, 25 novembre 2016.

368 Une centaine d’entre eux feraient l’objet d’un programme de déradicalisation (allocution du Premier ministre devant la jeunesse de l’UMNO, relatée par Malaymail, « Najib stands by Sosma, other security laws », 28 novembre 2016.

369 Scott Ng, « What next for Save Malaysia? », Free Malaysia Today, 6 mai 2016.

370 Voir les précédents chapitres « Malaisie » de Nathalie Fau et d’Elsa Lafaye de Micheaux dans les éditions d’Asie du Sud-Est de l’Irasec, 2013 à 2016.

371 « Jomo: ringgits falls also due to the loss of confidence in Government », The Edge Markets, 8 décembre 2016; voir aussi Malaysiakini, 8 décembre 2016, (http://www.malaysiakini.com/news/365551). Entre le 17 juillet et le 5 décembre 2016, la monnaie a perdu 8 % de sa valeur par rapport à l’euro et, entre le 1er novembre et le 5 décembre 2016, 7 % par rapport au dollar américain.

372 KRI, Moving up the ladder: Malaysia’s social mobility, Kuala Lumpur, Khazanah Research Institute, novembre 2016.

373 Malgré les difficultés financières anticipées, les autres plus grands investissements publics (lignes de métro MRT et LRT, autoroute Pan-Borneo, Malaysian Vision Valley, Centre Cyber City et le train à grande vitesse KL – Singapour) ont été confirmés.

374 Najib Razak, 2017 Budget, Kuala Lumpur, 21 octobre 2016.

375 Rafael Muñoz Moreno (dir.), Malaysia Economic Monitor 2015: immigrant labour, Kuala Lumpur, World Bank, décembre 2015.

376 KRI, The State of Households II, Kuala Lumpur, Khazanah Research Institute, septembre 2016.

377 Bumiputera (en malais, « fils du sol ») est la catégorie administrative regroupant les populations indigènes et malaises.

378 Le contenu du tweet : « Adios Harun Din. Let there be peace ».

List of illustrations

URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2074/img-1.png
File image/png, 553k
Caption L’UMNO du futurVue du projet © The Star
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/2074/img-2.jpg
File image/jpeg, 179k

Author

Docteure en économie, maître de conférences à l'université Rennes 2. Elle a été chercheure en délégation à l'Irasec (2014-2016), alors affiliée à l'université de Malaya, Kuala Lumpur. Ses recherches portent sur la trajectoire de développement et les institutions du capitalisme malaisien. Elle a publié Malaisie-Chine : une précieuse relation (avec Nathalie Fau et David Delfolie) (Carnet de l’Irasec, 2017) et The Development of Malaysian capitalism, from British rule to the present day (SIRD, 2017).

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2017

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Exclusive access

open access

Provided by L’éditeur de ce site