Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Or Blanc

 | 
Frédéric Fortunel
, 
Christophe Gironde

Troisième partie. Cambodge : Dualités nationales et dépendances locales

Le « boom » de l’hévéa au Cambodge : une conversion hasardeuse pour les petits producteurs autochtones de Ratanakiri ?116

Christophe Gironde et Frédéric Fortunel

Texte intégral

  • 116 Les auteurs tiennent à remercier tout particulièrement Frédéric Bourdier pour ses précieux commenta (...)

1Le front pionnier agricole poursuit son avancée dans les dernières zones forestières de l’Asie du Sud‑Est continentale. Depuis la fin des années 1990, la province cambodgienne de Ratanakiri connaît une évolution sans précédent de la couverture du sol et de l’utilisation des terres (Sloth et al. 2005 ; Fox et al. 2009) avec notamment une remarquable extension de l’hévéaculture. Longtemps maintenue aux alentours de 2 000 ha, la superficie plantée d’hévéas en 2008 avoisinait les 6 700 ha selon les autorités locales. Les vastes superficies défrichées encore nues ou récemment plantées d’hévéas et les habitations de fortune des travailleurs installés en bordure des grandes exploitations sont les signes les plus évidents de ce boom de l’hévéa : entreprises vietnamiennes, grosses fortunes de Phnom Penh, migrants, courtiers, etc., la seule recension des nouveaux acteurs s’avère difficile ! On raconte que des Vietnamiens se feraient faire des pièces d’identité khmères dans le but de faciliter le développement de leurs activités, que des personnels d’ONG se sont reconvertis en courtiers et achèteraient des terres… Souvent encore décrite comme « isolée » car située à « l’extrême » nord-ouest du pays, la province connaît un processus très rapide d’intégration économique nationale et régionale sous l’effet de la diffusion de nouvelles technologies, l’ouverture de nouveaux débouchés, et les arrivées conséquentes de nouveaux acteurs porteurs de nouveaux modèles de vie (Bourdier 2012). Banlung, la capitale provinciale, est certes à huit heures de Phnom Penh par la route, mais à une heure et demie à peine de la frontière vietnamienne où est écoulé l’essentiel du latex.

2L’économie de Ratanakiri apparaît ainsi engagée dans un processus de transformation caractéristique des fronts pionniers où s’observe la substitution rapide des modalités de mise en valeur des sols et d’organisation des espaces sociaux par de nouveaux acteurs (Dollfus 1981). Cette transformation est marquée par l’expansion territoriale de grandes unités de production mono-spécifiques et la conversion partielle des exploitations familiales à l’hévéaculture, en remplacement notamment des anacardiers, principale culture de rente, mais aussi de cultures vivrières. Parmi les unités de grande superficie, il faut distinguer d’une part les concessions foncières économiques (Economic Land Concessions) ayant obtenu leurs terres par délégation auprès de l’État ou contrat de gestion et d’autre part les exploitations qui sont la propriété de personnes ayant acheté les terres. Nous utiliserons ci-après les appellations respectives « concessions » et « compagnies ». Les premières sont la plupart des entreprises cambodgiennes, vietnamiennes et chinoises ; quelques-unes sont en joint-venture ; leur superficie varie de 2 000 à 10 000 ha, parfois davantage... La concession étant alors subdivisée pour être en conformité avec la taille maximale fixée par la loi. Les compagnies ont quant à elles des superficies variant de quelques centaines à 2 000 ha pour les plus grandes dont nous avons eu connaissance en 2010.

3Bien en deça de ces superficies, les petits producteurs autochtones se montrent en première instance plutôt optimistes à l’égard de cette culture nouvelle dans leurs terroirs, ce dont attestent les plantations récentes des uns et les projets (de planter des hévéas) des autres. Comment expliquer cet optimisme qui contraste nettement avec une littérature plutôt sceptique quant aux bénéfices de cette conversion à l’hévéa pour les populations locales ? Quelles sont les réalisations et les perspectives pour les exploitations en passe de se convertir à l’hévéa‑culture ? Les petites plantations familiales comptant aujourd’hui 1 à 6 ha d’hévéas pourront-elles supporter la concurrence des concessions et des compagnies et être rentables ? Telles sont les questions centrales de cet article qui s’inscrit dans la réflexion sur les dynamiques des fronts pionniers et des « booms agricoles » (Barbier 2011 ; Hall 2011), où la mise en valeur se réalise en général au détriment d’une part des espaces forestiers et des modes culturaux – essart-brulis notamment – pratiqués jusqu’alors.

  • 117 Les recherches ont été menées dans le cadre de deux projets. 1. « Les hévéacultures familiales au C (...)

4Basé sur des recherches menées en juillet 2010 puis en août 2012117, l’article est organisé en trois parties. Dans une première partie, basée sur un état des lieux de la littérature existante sur le sujet (à la fois académique et ONG), nous montrons que le développement de l’hévéaculture n’est pas aussi prometteur pour les populations autochtones de Ratanakiri que ne le suggèrent les institutions (gouvernement, organisations régionales) qui en font la promotion. La partie suivante est consacrée aux stratégies des exploitants familiaux qui s’avèrent, en contraste, plutôt optimistes quant au développement de l’hévéaculture. La troisième partie établit un diagnostic des incertitudes et des risques perceptibles pour les exploitations familiales prises dans une transition agraire marquée par la concurrence de nouveaux acteurs (concessions, compagnies, immigrants) et de nouvelles interventions de l’État. La conclusion présente la toute récente opération gouvernementale (2012) de mesure des parcelles familiales occupées par des concessions économiques, en posant la question de savoir si elle pourrait constituer une intervention favorable aux populations locales.

1 - Un développement douteux

  • 118 Voir par exemple Office of the Council of Ministers (2008) : « Rectangular Strategy » for growth, e (...)

5En contraste avec les documents cadre118 des promoteurs institutionnels – pouvoirs publics, organisations internationales et régionales telles que la Banque asiatique de développement, projets régionaux tels que le Greater Mekong Sub-region (GMS) project ou le triangle Cambodge‑Laos-Viêt Nam – les analyses des processus de développement économique dans la province s’avèrent plutôt pessimistes quant à leurs conséquences pour les conditions d’existence des populations locales. Ce pessimisme, on le retrouve sur la triple question de la rentabilité pour les petits producteurs, de la gestion du foncier et des rapports entre autochtones et allochtones.

Rentabilité et compétitivité de l’hévéa

6L’hévéaculture dans l’ensemble régional du Grand Mékong est considérée comme « attractive » en raison notamment du niveau d’intrants requis relativement faible par rapport à de nombreuses autres cultures, de la durabilité de la production des arbres et d’une forte demande (CDRI 2009 : 13). Dans leur étude des options de conversion des forêts naturelles cambodgiennes, Hansen et Top (2006 : 55) indiquent que l’hévéaculture (3 756 US$/ha de revenu – valeur actualisée nette) est plus rentable que les anacardiers (451 US$/ha) et les palmiers à huile (303 US$/ha). D’autres études économiques (Fox et al. 2009 ; Dararath et al. 2011) indiquent que l’hévéaculture est la meilleure option en alternative au mode actuel d’utilisation des forêts naturelles et, avec l’anacardier, procure une « meilleure position économique » aux populations villageoises. L’étude de Fox et al. montre qu’il n’y a pas d’opposition entre cultures vivrières (le riz pour l’essentiel) et les cultures commerciales, mais plutôt d’« intégration » – arboriculture et riziculture intercalaire jusqu’à ce que les arbres arrivent à maturité – puis mise en culture de nouveaux espaces forestiers pour la riziculture pour ce qui concerne les autochtones. La durabilité de leur système de production dépend alors de leur capacité à conserver des espaces forestiers qui peuvent être utilisés pour la riziculture itinérante. Cette exigence d’espace accessible est précisément l’une des pierres d’achoppement de la transition agraire pour les populations autochtones de Ratanakiri (Fortunel et Gironde 2011).

  • 119 Cet handicap du coût de la main-d’œuvre ne se pose peut être pas à Ratanakiri où, selon les entreti (...)

7Si l’hévéaculture s’avère être une opportunité pour le Cambodge, l’analyse doit être portée au niveau régional comme le stipule l’étude du CDRI qui attire l’attention sur la concurrence entre les pays de la région, et notamment les différences de performances de rendement à l’hectare (CDRI 2009 : 15). En outre, la compétitivité de l’hévéaculture cambodgienne souffrirait d’une augmentation significative des salaires réels des travailleurs119 et du prix élevé de l’électricité et du pétrole (Saing 2009). Le Cambodge n’apparaît donc pas en position favorable ; on doit du moins se poser la question de la capacité des nouveaux hévéaculteurs de Ratanakiri à développer les savoir-faire pour que leurs plantations soient productives (rendement et qualité du latex récolté). Se pose également la question de l’existence ou de la création de services – publics, privés ? – procurant aux producteurs encadrement et conseil technique pour les rendre compétitifs. Rien évidemment ne garantit que les petits producteurs (exploitants familiaux) puissent à terme développer une hévéaculture qui soit compétitive, au niveau régional, mais aussi au niveau local où ils seront en concurrence avec les grandes exploitations (concessions et compagnies). Concernant les revenus de l’hévéaculture, c’est le manque d’information sur les prix du latex qui laisse planer un doute sur les revenus que les producteurs peuvent en escompter puisque l’absence d’information par les producteurs risque de se traduire par des prix d’achat « injustement bas » (CDRI 2009 : 13). Ironside soutient que les politiques et programmes d’investissement promus au nom de la réduction de la pauvreté procureront « au mieux » des emplois à bas salaire (CDRI 2009 : 96).

La question foncière

8Sur le papier, dans les textes des lois foncières de 2001 et forestières de 2002, les droits fonciers des populations indigènes sont mieux protégés qu’auparavant, en vertu notamment de l’existence de titres foncier collectifs/communautaires (Nuy 2010 ; Colm 1997). L’analyse de Simbolon (2002) relève l’ambiguïté d’un texte qui, afin d’éviter les aliénations, limite en même temps les droits des communautés de disposer de leurs terres, un « pluralisme législatif » qui reconnaît donc des droits coutumiers mais des droits infra legem puisqu’ils restent hiérarchiquement soumis aux lois d’État, telle la loi sur la protection de l’environnement (op. cit. : 24). Par ailleurs, de nombreux travaux soutiennent que ces dispositions visant à l’enregistrement des droits fonciers collectifs communautaires sont loin d’atteindre leurs objectifs (So 2009). Bues indique ainsi dans son étude de 2011 qu’aucune communauté n’était en possession de titre officiel à l’exception de deux villages-pilotes dans la province de Ratanakiri (2011 : 12).

9Sur le terrain, c’est surtout le néo-patrimonialisme (Un et So 2011) et les relations abusives de pouvoir (Luco 2008 ; Ironside 2009) qui prévalent, tandis que les catégories de populations les moins nanties, qui souvent n’ont pas les moyens de se conformer aux procédures d’enregistrement des terres, finissent par renoncer à tenter de faire valoir leurs droits (Luco 2008). Bues (2011) ainsi que Neef et Touch (2012) soulignent le contraste entre la rapidité à laquelle sont accordées les concessions et la durée des enregistrements des droits fonciers des populations locales. Cette gouvernance s’inscrit, selon les termes de F. Bourdier (2009), dans une pratique plus large de « ségrégation et [d’] exclusion » des autochtones qui n’ont pas même connaissance des plans des gouvernants et décideurs. Cette exclusion des processus de décision et des bénéfices des politiques publiques est scellée par un faible accès au système juridique formel en raison de l’inexistence d’institutions et de services auprès desquels ces populations pourraient faire valoir leurs causes (Backstrom 2007). Les populations autochtones ne peuvent compter que sur quelques représentants d’organisations de la société civile ayant les compétences et la confiance pour les accompagner dans des démarches pouvant aller jusqu’à la justice. Il apparaît dès lors évident que les possibilités pour les populations autochtones de participer au processus de concessions foncières sont limitées (Mengin 2007 ; Licadho 2005 ; Un et So 2011 : 289). Les concessions s’opèrent donc sans considération pour les enregistrements envisagés des droits fonciers communautaires (Men 2011) puisque ceux-ci ne sont pas mis en œuvre. Les représentants des concessions traitent directement avec les ministères à Phnom Penh et ne prennent même pas la peine de se manifester auprès des autorités provinciales comme nous l’ont signifié les services officiels de gestion foncière de Ratanakiri.

  • 120 Leur étude porte sur quatre autres provinces mais on peut raisonnablement avancer que les questions (...)

10Le contraste est donc saisissant entre la rhétorique développementaliste et les recherches qui mettent en lumière d’« évidentes menaces » liées à la collusion des intérêts privés et d’un « État prédateur » (Hammer 2009). Ratanakiri serait ainsi engagée dans un processus d’intégration économique qui produit un mal-développement marqué par des formes de privatisation des ressources au profit de quelques‑uns, et une « insécurité » foncière pour la majorité (Ironside 2009). Avec la conversion des espaces forestiers en plantations privées, l’insécurité est aussi économique, puisque les populations n’ont plus accès à ces espaces qui peuvent procurer aux moins nanties jusqu’à 40 % de leurs ressources (Hansen et Top 2006 : 73)120. Il faut ajouter la perte faunistique liée à la réduction des espaces de pâturages (Licadho 2011 : 27). Une autre perte pour les populations a trait aux compensations qui, si elles sont garanties par la Constitution et réaffirmées dans la loi foncière, sont en général inférieures à ce qu’elles devraient être compte tenu des revenus que leur procurent les terres.

Les mobilités et les relations autochtones-immigrants

  • 121 Nous déduisons l’apport migratoire par les personnes qui se déclarent être nées dans une autre prov (...)
  • 122 En outre, on peut penser que les migrants n’effectuent pas tous leur enregistrement auprès de l’aut (...)

11Les migrations sont une variable du devenir des populations locales et des conditions de leur intégration dans l’économie hévéicole. Cette variable est toutefois ignorée dans les études favorables au processus de développement en cours. Pourtant, l’apport migratoire à Ratanakiri a doublé en dix ans : alors qu’ils ne représentaient que 11 % de la population provinciale en 1998, les migrants comptent pour 21 % en 2008121 . Ces migrations, essentiellement interprovinciales, participent d’un accroissement démographique général de 6 %/an entre 1998 et 2008 (contre 1,7 % à l’échelle nationale ; National Institute of Statistics 1998 et 2008)122. Malgré les difficultés relatives à la fiabilité des données, le recensement démographique de 2008 offre un panorama intéressant de la nature des migrants à Ratanakiri (carte 10).

12À l’échelle nationale, Ratanakiri attire de manière classique principalement les jeunes hommes en âge de travailler issus des provinces voisines englobant un grand Nord-Ouest cambodgien et arrivés récemment ce qui confirme la nouveauté du « boom » hévéicole provincial. En poussant l’analyse on constate que c’est Kampong Cham qui est la principale province pourvoyeuse de migrants, elle-même attirant des personnes situées à ses alentours. Cette carte confirme ce que nos enquêtes qualitatives et les études (Fàbrega, Lim 2011) ont montré : ce flux entre les deux provinces est clairement identifié d’autant qu’il s’adosse à des réseaux de connaissance permettant de saisir les opportunités d’embauche ou de location et achat de parcelles de terres. Outre, le constat de l’importance des mouvements migratoires intra-provinciaux, cette carte suggère des parcours migratoires plus complexes, allant de Takeo jusqu’à Ratanakiri en passant par Kampong Cham. Ces multiples réseaux familiaux qui nécessiteraient une étude à part entière s’entrelacent avec les stratégies d’investissements de planteurs de Kampong Cham à la recherche d’opportunités foncières par exemple dans le cadre des cycles de reproduction familiale.

Carte 10. Parcours migratoires vers Kampong Cham et vers Ratanakiri entre 2003 et 2008

Carte 10. Parcours migratoires vers Kampong Cham et vers Ratanakiri entre 2003 et 2008

Source : National Institute of Statistics, General Population Census, 2008. Refait avec Philcarto

13L’appréciation des conséquences des migrations vers Ratanakiri n’est pas unanime. J. Jammes (2010 : 9) par exemple considère que « des années 1960 à aujourd’hui, l’environnement et les communautés autochtones ont [progressivement] été mis en péril et déstabilisés par les migrations et les politiques de l’État, [les populations ethniques] perdant leurs terres et leurs forêts ». Pour Ehrentraut (2004), les migrations à Ratanakiri n’ont eu qu’un « impact modéré jusque dans les années 1990 ». Mac Andrew (2001) distingue parmi les autochtones ceux qui sont parvenus à conserver leurs terres et ceux qui ont pu tirer avantage de ces migrations, en vendant des parcelles aux nouveux arrivants. L’ampleur de la migration actuelle ne permet pas de penser que leur impact ne sera, une nouvelle fois, que « modéré ».

2 - Des petits producteurs optimistes : rationalités et réalisations

14De manière générale, et en contraste avec bon nombre d’analystes, la majorité des exploitations familiales enquêtées dans les districts d’O’Yadav et d’Andoung Meas manifestent en première instance un certain optimisme à l’égard de l’hévéaculture (voir localisation des toponymes, carte 11). En attestent la conversion d’une partie de leurs superficies à cette culture, leur intention d’accroître la superficie d’hévéas et, pour une grande majorité qui n’ont pas encore d’hévéas, l’intention affichée d’en planter dès qu’ils en auront les moyens.

15En 2010, nous avions relevé une contrainte d’approvisionnement en plants d’hévéas qu’il fallait aller chercher en dehors de la sphère villageoise. Nous avons pu constater l’augmentation du nombre de pépiniéristes établis dans les villages entre 2010 et 2012. En 2010, il fallait d’abord savoir où s’approvisionner, et il était précieux de connaître des pépiniéristes, établis pour la plupart autour de la ville de Banlung, dont on pouvait escompter obtenir sans trop de délai des plants de qualité, éventuellement des paiements à crédit. Cette contrainte a été rapidement levée : les exploitants n’évoquent pas de difficulté à se procurer des jeunes plants. Comme nous l’ont expliqué des pépiniéristes originaires de Kampong Cham, les responsables des autorités communales facilitent leur installation – en leur louant des terres – car ils ont intérêt à ce que l’hévéaculture se diffuse à la population pour qu’ils n’apparaissent pas comme « les seuls qui profitent » – avec les concessions et les compagnies – du boom de l’hévéaculture.

Carte 11. L’utilisation du sol à Ratanakiri vers 2006 et les projets à venir

Carte 11. L’utilisation du sol à Ratanakiri vers 2006 et les projets à venir

Sources : Bureau de l ’agriculture de la province de Ratanakiri, juillet 2010. Données croisées et complétées avec Open development Cambodia, 2012 (http://www.opendevelopmentcambodia.net).

16Les exploitants interviewés expriment une forte conviction quant à l’intérêt d’investir dans la plantation d’hévéas puisque, argument premier, « tout le monde s’y met ». Par ailleurs, la noix de cajou qui reste certes rentable, rapporte moins, une tendance constatée également chez les producteurs vietnamiens des provinces frontalières. Signe fort pour les producteurs, les commerçants vietnamiens sont aujourd’hui davantage acheteurs de manioc que de noix de cajou. Les producteurs évoquent ensuite la charge de travail qui est moindre : une fois les arbres plantés, il « suffira » de les saigner ; le travail se fera « à l’ombre des feuilles » des arbres devenus grands, en contraste avec le travail des essarts plus exigeant et plus éprouvant. Les planteurs expliquent ne pas encore connaître le travail de récolte (saignée), un travail dont ils sont conscients qu’il exige un apprentissage ; mais ils se montrent confiants quant aux possibilités d’en apprendre la technique d’ici l’arrivée à maturité de leurs arbres. Ils indiquent de même ne pas savoir comment – ni à qui ni où – ils vendront leur latex mais n’expriment pas pour autant d’inquiétude à ce sujet, du moins cette question ne saurait influer sur la rationalité à leurs yeux d’investir dans l’hévéaculture. Les planteurs n’expriment pas davantage de préoccupation quant à la perspective de disposer de moins de produits alimentaires auto‑produits et de devoir recourir davantage au marché pour leur alimentation puisque « l’hévéa procurera des revenus plus élevés ».

17Comment interpréter cette rationalité et l’optimisme des petits exploitants ? Les propos les plus optimistes sont évidemment tenus par des exploitants bien dotés en terres, de l’ordre d’une dizaine d’ha ou plus de superficie cultivée et en friche, qui disposent des moyens financiers pour l’achat des plants et des intrants, pour louer des travailleurs à la préparation des parcelles (abattis où défriche, dessouchage dans certains cas). On trouve dans ce groupe, sans surprise, des représentants des autorités communales et villageoises et des exploitants qui leur sont proches ou liés (par la parenté biologique ou le mariage des enfants) comme nous avons pu l’observer ou nous le faire expliquer lors de visites répétées dans les villages. Ces producteurs ont depuis 2008, planté entre 3 et 5 ha d’hévéas. Un fait notoire et que leurs parcelles plantées d’hévéas n’ont pas à ce jour été menacées par les concessions ou par les compagnies car elles sont pour la plupart, situées loin de celles-ci, ce que nous avons pu apprécier en relevant la localisation des parcelles. Marque de confiance, certains de ces exploitants indiquent avoir décliné des propositions d’achat de leurs parcelles par des compagnies, arguant du fait que le revenu escompté des hévéas serait bien supérieur aux prix proposés. Ces exploitants expliquent ainsi avoir été « approchés » mais ils n’expriment pas de crainte d’être forcés de vendre.

18Plus largement, les propos optimistes renvoient au fait que les exploitants pratiquent encore des cultures alimentaires – riz, haricots, légumes, fruits – et ont des animaux – volaille, porcs  – pour la consommation familiale. Il n’y a donc pas de risque majeur perçu en matière de sécurité alimentaire. Et, tant que la sécurité alimentaire est perçue comme garantie, les producteurs considèrent qu’il n’y a pas vraiment de risques à convertir les autres superficies. Ils évoquent à cet égard une situation comparable lorsqu’ils ont entrepris de planter des anacardiers, sans toutefois diminuer les superficies dédiées aux plantes alimentaires.

  • 123 Kris Terauds dans cet ouvrage mentionne une transition similaire à Bình Phước au Viêt Nam.

19Concernant la « transition des revenus », les exploitants invoquent le fait qu’ils peuvent dans les jeunes plantations d’hévéas cultiver pendant les trois premières années du manioc et du soja qui sont d’un bon rapport monétaire123. Dans l’attente de la production de latex, ces cultures associées aux jeunes hévéas représentent une compensation des revenus « perdus » des noix de cajou.

20Enfin, une autre réflexion en matière de risque doit être prise en compte : les populations locales considèrent que ce sont les gros investisseurs qui prennent de gros risques, et que, en comparaison, eux ne se mettent en danger que modérément en plantant 1 ou 2 ha d’hévéas ou même en vendant des terres.

  • 124 Entretien avec F. Bourdier, chercheur à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), Phnom (...)

21C’est en cédant des terres, le plus souvent à des immigrants, en d’autres cas à des compagnies, qu’un second groupe d’exploitants ont pu planter des hévéas. Divers arrangements entre autochtones et immigrants sont opérés : les seconds peuvent procurer les outils motorisés (tronçonneuses, débroussailleuses) ainsi que les intrants (jeunes arbres, produits phytosanitaires) pour l’hévéaculture. En échange de cet apport en capital et de leur travail de préparation des parcelles (abattre les arbres, les débiter, les sortir des parcelles), ils acquièrent une partie de la parcelle qu’ils exploitent alors pour leur propre compte. Pour de plus petites superficies et des immigrants moins bien dotés, ces derniers ne contribuent qu’avec leur seule force de travail à la préparation de la parcelle dont ils obtiennent une partie en échange124. Parmi les autochtones qui ont procédé de la sorte, certains ont certainement des parcelles en réserve ou auront la capacité de défricher d’autres parcelles, et n’ont en quelque sorte que cédé – loué ou vendu – des terres en surplus. Cependant, certains ne disposent manifestement pas d’une telle réserve, et l’on peut alors se demander si les populations ont connaissance et peuvent apprécier l’ampleur de l’expansion des concessions, des compagnies et des installations de migrants, ainsi que des politiques publiques qui restreignent les défrichages tels qu’ils ont été opérés jusqu’alors. Dans l’immédiat, ces échanges terres contre capital et travail ont permis à une partie de la population autochtone d’investir dans l’hévéaculture plus rapidement et dans une plus grande mesure qu’elle n’aurait pu le faire avec ses propres moyens.

22En réponse à notre questionnement sur le fait d’innover dans une culture dont ils admettent ne pas maitriser la totalité de l’itinéraire technique (saignée) ni les conditions de valorisation (commercialisation) et sur les risques conséquents, les planteurs d’hévéas expliquent que « c’est comme avant, quand on a commencé à planter des anacardiers » ; « on ne connaissait pas au début ». L’innovation comprend une part d’indétermination, une condition de l’innovation comme l’expliquent les producteurs avec lesquels nous nous sommes entretenus. Leurs propos sur les avantages de l’hévéaculture par rapport à d’autres plantes eu égard à l’irrigation, la fertilisation, les pestes, sont similaires à ceux décrits par Fox et ses collègues quelques années auparavant concernant la plantation d’anacardiers (Fox et al. 2009 : 317). Concernant l’apprentissage des techniques de saignée, plusieurs planteurs ont expliqué connaître des employés des compagnies pouvant leur montrer comment faire. En outre, ils considèrent qu’ils pourront apprendre et s’améliorer au fur et à mesure de l’arrivée à maturité de leurs arbres. Comme pour la plantation des arbres, on fera « comme les autres » : des planteurs nous ont indiqué s’être déplacés dans les environs pour apprendre comment saigner les arbres ; quelques-uns ont évoqué des opportunités de recevoir une formation. Les planteurs estiment de même qu’il ne sera pas difficile de se faire connaître des acheteurs lorsque viendra le moment des récoltes. Le démarchage des acheteurs pour le manioc leur donne certainement raison. Cependant, concernant la commercialisation, la confiance des personnes interviewées à O’Yadav et Andoung Meas – qui ont des hévéas plantés mais pas encore productifs – diffère toutefois des propos des exploitants qui ont déjà des arbres productifs et des travailleurs des concessions et des compagnies interviewés dans le district d’Ou Chum qui décrivent un système de commercialisation sur lequel ils n’ont pas de prise (voir ci-après : Une commercialisation sous haute surveillance) et qui se traduit par des revenus moindres que ceux escomptés.

23Une interprétation moins positive de l’optimisme des petits exploitants peut être avancée : leur attitude relèverait de l’absence de choix face au boom de l’hévéa. Selon F. Bourdier (2009 : 184), les populations autochtones de Ratanakiri constatent que l’économie locale est en train de se restructurer autour de l’hévéaculture et que le gouvernement supporte cette transformation, mais, n’ayant pas d’information sur les plans du gouvernement et sur les conséquences pour leurs exploitations, ils ne peuvent dès lors qu’avoir une « vision à court terme » traduisant « un sentiment de devoir survivre » dans un nouvel environnement social marqué désormais par une plus grande insécurité foncière et des prix. On doit alors se poser la question de la signification d’une vision à court terme, qui se traduit par des investissements de long terme – première récolte sept années après plantation – pour des arbres dont les planteurs disent qu’ils pourront les transmettre à leurs enfants.

24Nous avons interrogé les personnes ayant déjà planté des hévéas sur le risque de « perdre » leurs arbres si leurs terres étaient concédées à une compagnie étrangère ou achetées par une compagnie. Les perceptions et la gestion des risques diffèrent évidemment. Parmi les exploitants du village de Lai dans la commune de Loum Choar, nous avons entendu à plusieurs reprises un discours invoquant que c’est « leur » terre – à savoir une terre que leurs parents leur ont léguée ou bien qu’ils ont défrichée – et qu’ils se battront, et peut être « mourront » en se battant, pour la conserver. Ce discours légitimiste et combattif est en fait tenu essentiellement par des personnes qui ont leurs parcelles situées en des terroirs éloignés des actuelles concessions et plantations. On comprend mieux alors leur raison de ne pas craindre de perdre leur terre. Et pour les représentants des autorités communales et villageoises et les foyers qui leur sont proches, on peut faire l’hypothèse qu’ils peuvent (escompter) « orienter » les potentiels acheteurs de terres vers des terroirs qu’ils ne cultivent pas, et ne pas se sentir menacés par les acheteurs dont ils facilitent l’expansion.

25Toutefois, ces propos ont été également tenus par des personnes dont les plantations d’hévéas se trouvaient sur le territoire d’une concession, qui à ce jour n’a pas encore mis en valeur cette partie du territoire concédé. Les villageois espèrent-ils que la concession ne mettra pas en valeur cette partie des terres ? Espèrent-ils pouvoir s’opposer et conserver le droit d’usage de ces terres ? Escomptent-ils négocier avec la concession une compensation financière ? Leur propos demeure une interrogation ; peut-être est-il une posture de fierté à l’adresse des chercheurs ? On peut penser que cette confiance – affichée ou réelle – correspond au stade de la transition en cours dans cette commune, à savoir la présence d’une concession qui à ce jour n’a pas encore mis en valeur toute sa superficie.

26D’autres exploitants, qui avaient pourtant planté des hévéas, nous ont dit qu’ils pensaient qu’il serait « difficile » et même « impossible » de lutter. Nous avons alors exploré l’hypothèse selon laquelle les hévéas, comme auparavant les anacardiers, étaient plantés non seulement pour le rendement monétaire, mais aussi pour tenter de sécuriser la tenure foncière, les planteurs escomptant que des terres cultivées de façon pérenne leur confèrerait davantage de légitimité et pourrait mieux prévenir des accaparements. Les réponses indiquent que les planteurs ont ce raisonnement, d’ordre moral, mais qu’ils n’espèrent pas que la pérennité de leur culture puisse les protéger en cas de concession ou d’achats de terre par des compagnies. Les planteurs expliquent qu’ils espèrent plutôt pouvoir mieux négocier la cession ou la perte de leurs parcelles, soit en les vendant plus cher à des particuliers, soit en compensations à recevoir des concessions.

27Face à une « insécurité plus grande », pour reprendre les termes alarmistes de F. Bourdier, les producteurs autochtones n’auraient donc pas d’autre choix que de prendre eux aussi plus de risques. Et en effet, si leur choix de se convertir à l’hévéaculture peut apparaître très rationnel, il n’est pas sans incertitude.

3 - Les incertitudes

  • 125 Voir dans ce volume le passage de l’article de F. Fortunel concernant l’entreprise Tai Seng.

28L’optimisme des exploitants familiaux doit tout d’abord être relativisé dans la mesure où tous n’ont pas pu planter d’hévéas à ce jour. On doit se demander si ces exploitations-là en auront les moyens, à savoir des terres et le capital financier nécessaire à l’investissement de départ. On peut surtout craindre que certains ne soient conduits à vendre leurs terres dans un contexte de pression foncière et de besoins monétaires accrus et qu’ils ne trouvent pas d’alternative pour se reconvertir. Corollaire de la fragilisation d’une partie des populations autochtones, les migrants khmers s’affirment dans l’économie locale : ils sont plus nombreux et leur installation s’annonce durable. Enfin, pour ceux des autochtones qui sont parvenus à développer l’hévéaculture, l’actuel système de commercialisation de l’hévéa peut laisser craindre que leurs efforts d’investissement ne soient pas dûment rémunérés125.

Des alternatives limitées pour les exploitations autochtones fragilisées

29L’incertitude pour le devenir des exploitants les moins nantis peut être appréhendée premièrement à partir des transactions foncières déjà opérées. Des exploitants ont en effet vendu partie ou totalité de leurs terres, et se pose alors la question de leur capacité de trouver d’autres terres à exploiter. En première instance, les vendeurs invoquent les besoins d’argent sur le moment comme raison de la vente, pour des dépenses de santé par exemple. Aux besoins immédiats s’ajoutent les besoins socio-matériels nouveaux tels que l’amélioration de l’habitat et la construction de maisons « en dur » (fondations et escaliers en béton), l’achat de moto, d’appareils électriques (pour la musique, l’image, la cuisine), de vêtements et accessoires révélateurs de désirs et comportements d’achats nouveaux. Les entretiens effectués avec des familles de cette catégorie « dans le besoin » indiquent qu’elles ne disposaient (vraisemblablement) pas des superficies ou de la main-d’œuvre et du capital pour développer l’hévéaculture. L’hévéaculture n’était de toute façon pas à leur portée peut-on dire mais leur aura au moins permis de subvenir à des besoins immédiats. Cependant, on peut raisonnablement craindre que ces familles seront confrontées à moyen terme aux coûts croissants de l’économie familiale (avances aux cultures) et de l’existence (inflation des dépenses sociales et des prix).

30Une autre catégorie d’exploitants expliquent avoir vendu leurs terres avec l’intention de s’établir ailleurs ou dans un autre secteur d’activité. Ces cas indiqueraient que les exploitants peuvent trouver dans le boom de l’hévéaculture, qui se traduit par une hausse des prix des terres, une opportunité de se constituer un capital « de départ » pour s’établir ailleurs dans la province ou « de sortie » de l’agriculture. On peut là aussi avoir une appréciation optimiste de telles stratégies traduisant le fait que les paysans saisiraient une opportunité ; mais on peut également avoir une lecture plus pessimiste dans la mesure où les personnes interviewées n’avaient manifestement pas de projet clairement établi qui permette d’augurer une reconversion profitable ailleurs ou dans d’autres secteurs d’activité. Les activités de commerces (de biens de consommation, d’intrants et outils agricoles, d’essence, etc.) et de services (restauration, réparation, etc.) le long des routes et jusqu’à l’intérieur des villages (boutiques, charpentiers, menuisiers) sont assurées par les populations venues des basses terres. La commune de Loum Choar dans le district d’O’Yadav compte ainsi 574 familles (2 721 habitants) dont plus d’une centaine de familles khmères venues s’installer tout le long des 4 kilomètres de la route nationale 78 qui borde la commune. Cette présence laisse mal augurer des chances des populations locales Jarai et Tampuon de pouvoir aujourd’hui elles aussi développer de telles activités. Ces logiques d’implantations renvoient plus largement à la répartition spatiale des groupes provinciaux qui reste à cette échelle organisée autour de concentrations selon l’origine ethnolinguistique.

31Parmi les personnes qui ont vendu des terres, certaines expliquent viser un emploi salarié dans des compagnies ou des concessions, conformément à des perceptions et stratégies visant à réduire les risques en optant pour un revenu escompté régulier même si il est moins élevé. Bien qu’il ne soit pas possible d’estimer de manière fiable la probabilité que les actuels petits exploitants obtiennent effectivement un emploi sur une plantation, on peut raisonnablement avancer que ces compagnies, à terme (c’est‑à‑dire quand la totalité des arbres seront arrivés à maturité), ne seront pas en capacité d’absorber l’ensemble de la main-d’œuvre constituée des petits exploitants qui auront vendu leurs terres, ce d’autant plus que les candidats à ces emplois sont de plus en plus nombreux avec les immigrants d’autres provinces. Les entretiens réalisés avec les personnes travaillant déjà dans des compagnies, qui affirment ne pas avoir de travail tous les jours, indiquent l’existence d’un sous-emploi. Par ailleurs, les gérants de concessions et de compagnies expliquent sans ambiguïté leur très nette préférence pour recruter des immigrants khmers plutôt que des populations locales. Ils indiquent recourir « essentiellement à des Khmers » et « un peu », « parfois », aux populations locales. La première raison avancée est que les locaux ne cherchent du travail que ponctuellement : « ils travaillent quelques jours puis s’en vont » dès qu’ils « ont assez d’argent » pour leurs besoins immédiats, ou parce qu’« ils doivent travailler dans leur parcelles » auxquelles ils donnent priorité. Les recruteurs indiquent ainsi ne pas pouvoir compter sur les populations locales, tandis que les Khmers sont eux venus pour travailler et sont donc plus réguliers. Il y a là manifestement un facteur « contrôle » des travailleurs que les concessions et compagnies peuvent exercer sur les immigrés khmers, mais qu’ils ne peuvent pas – ou pas encore ? – exercer sur les populations autochtones, trop proches de leur exploitation et lieu de résidence, encore trop investies dans leur exploitation familiale. En outre, une partie des travailleurs khmers sont venus à la demande des employeurs, soit sur la base de connaissances entre les deux parties, soit par le jeu de recrutements effectués à travers des employés des concessions et compagnies qui ont fait venir des connaissances, soit encore à travers des recruteurs.

32Ces recrutements traduisent l’importance de la « domestication » des travailleurs, entendons des relations comprenant des connaissances directes ou indirectes dont les employeurs peuvent escompté qu’elles garantiront une régularité et fidélité au travail, et une disposition au travail exigé dont les employeurs considèrent qu’elle est plus facile à obtenir des Khmers que des populations locales. Un autre argument des employeurs est celui de la qualification, notamment pour les futurs travaux de récolte : ils expliquent que bon nombre des travailleurs khmers savent saigner les arbres, notamment les immigrés venant de Kampong Cham où l’hévéaculture est largement diffusée depuis des décennies, tandis que les populations locales plantent pour la première fois des hévéas.

L’avancée des migrants khmers

33Si le développement des exploitations de grande taille constitue une menace pour les espaces cultivables des populations locales, nos recherches de terrain nous ont amenés à accorder davantage d’intérêt à ce que l’on pourrait qualifier de « petits accaparements », sans connotation morale, perpétrés ceux-là par les immigrants khmers originaires d’autres provinces. Certains de ces immigrants ne restent à Ratanakiri que quelques semaines ou quelques mois : ils viennent travailler comme salariés agricoles, à la saison des récoltes du manioc par exemple, puis s’en retournent là où ils ont maintenu leur exploitation familiale. Si nos enquêtes ne permettent pas à ce stade de comptabiliser la fraction des immigrés temporaires et celle des immigrés de long séjour, les parcours migratoires recensés à Ratanakiri indiquent un mouvement d’installation et non pas seulement de migrations temporaires.

  • 126 Parmi les personnes interrogées, les bénéficiaires d’emprunt bancaire avait pu emprunter 2 000 US$, (...)

34Ce processus est très visible le long des routes où l’on trouve leurs commerces et activités de service. Moins visibles, les migrants khmers ont développé d’innombrables activités de commercialisation des ressources et des récoltes : recrutement de travailleurs pour les récoltes de manioc vendues sur pied, négoce de ces récoltes pour le compte de commerçants grossistes, stockage et transport, prêts et avances d’argent, courtiers en terres agricoles, commerce du bois et des animaux sauvages, etc. Certains migrants sont arrivés avec un capital financier, ayant loué leurs terres dans leur commune d’origine ou obtenu un emprunt bancaire126 . Certains ont des conditions matérielles de vie des plus rudimentaires – des habitations de bois et bambous couvertes de bâches plastiques – mais l’habitat s’avère en fait être un mauvais indicateur du capital de ces immigrés et du potentiel de développement de leurs activités productive. Les enquêtes auprès d’immigrés arrivés des mêmes provinces – parfois les mêmes communes en l’occurrence – il y a plus de cinq ans confirment cette « avancée ». Les immigrés qui ont le plus accumulé ont aujourd’hui des exploitations comparables aux familles autochtones les mieux nanties : des superficies cultivées totales comprises entre 5 et 10 ha, des plantations d’hévéas pour moitié au moins ; certains ont effectué des opérations d’achat – revente de terres (400 US$ par ha en 2008, 1 000 US$ en 2010) ; d’autres ont une activité non agricole additionnelle. Parmi les migrants, qui dans un premier temps n’ont vécu que de la location de leur force de travail, certains ont pu louer des terres après une ou deux années seulement, puis en acheter. Les moins nantis ont pu s’établir grâce aux arrangements terre contre travail ou/et capital avec des autochtones.

35Les migrants employés des concessions et des compagnies constituent une autre catégorie ; à leur salaire, ces employés peuvent ajouter le produit des cultures intercalaires dans les plantations d’hévéas ; certains ont expliqué être parvenus à louer des petites superficies pour des cultures en compte propre. Certains de ces employés ne travaillent pas régulièrement à plein temps ; c’est le cas notamment des épouses lorsque l’ensemble de la famille a migré. Ces familles peuvent toutefois recourir à des emprunts de fonctionnement (pour la satisfaction des besoins quotidiens) en argent auprès des concessions ou des compagnies, des emprunts peuvent être remboursés en journées de travail.

36Au-delà des revenus du travail pour lequel ils bénéficient d’une préférence très marquée de la part des gérants des concessions et des compagnies, les immigrés khmers à Ratanakiri parviennent ainsi à réaliser une accumulation, par location ou/puis achat de parcelles qui concourt au resserrement de l’espace agricole disponible pour les populations locales. Les personnes interviewées sont unanimes : le début peut être difficile, eu égard à l’irrégularité des jours où l’on trouve du travail, mais il y a sans comparaison davantage d’opportunités à Ratanakiri que dans leur province d’origine.

37Une autre lecture des transactions foncières entre autochtones et immigrants khmers peut être proposée, relevant non pas tant de stratégies (revenu de la vente de parcelles, coût des investissements dans d’autres activités productives) mais plutôt des rapports de domination qui caractérisent l’avancée des migrants khmers dans l’économie locale. Cette explication nous est inspirée par les propos recueillis à maintes reprises, tant par des personnes appartenant aux minorités ethniques que par des personnes d’origine khmère, insistant sur le fait que « les Khmers, eux, ont plus d’éducation », qu’ils « savent », qu’ils « sont plus intelligents », et que « les personnes des minorités n’ont pas le sens des affaires », « ne comprennent pas », « se font avoir » et « ont plus à perdre qu’à gagner ». De la part des minorités ethniques, ces propos peuvent certes constituer un discours de justification de la vente (et de la mauvaise fortune), mais peuvent aussi traduire un véritable manque de confiance dans leur capacité de « faire comme les Khmers ». S’il est difficile de prendre la mesure de l’intériorisation par les populations autochtones d’une infériorité, on peut raisonnablement avancer l’hypothèse que les offres d’achats de terres constituent un rapport de force social qui concourt à l’évidence à amoindrir la confiance que les moins nanties des familles ont dans leur capacité à se maintenir en tant qu’exploitation. Pensant que de toute façon, à terme, il faudra au mieux se résoudre à vendre, sinon perdre ses terres, il peut alors être rationnel d’anticiper et de vendre ses terres dès à présent ou le plus vite possible. Ces rapports de force sont d’ailleurs perceptibles, mais dans un rapport inverse, chez les mieux nantis, qui affichent une grande détermination à poursuivre l’exploitation de leurs parcelles, quand bien même elles se trouveraient sur le territoire de concessions qui pourraient leur en interdire l’accès, ou à proximité de compagnies qui leur proposeraient de les acheter. Comme pour les groupes de populations vulnérables, on ne doit pas négliger la dimension discours, la confiance et la détermination exprimées constituant un faire‑valoir de ses efforts et de ses capacités, pour faire comme les Khmers… Mais ces discours traduisent aussi évidemment la condition sociale à savoir le capital foncier, la localisation des parcelles moins exposée aux convoitises des concessions et des compagnies, les terres « en réserve », la proximité relationnelle avec les quelques responsables de la commune qui ont affaire avec les concessions ou les compagnies, synonymes de possibilités de « s’arranger » ou du moins de bien négocier d’éventuelles transactions foncières s’il fallait s’y résoudre. L’incertitude engendrée par les pratiques de concessions, achats, et autres occupations des terres est certes générale, mais s’avère bien différenciée selon les groupes sociaux.

38Ces stratégies croisées liant autochtones et allochtones autour de la ressource foncière rappellent des analyses menées sur d’autres fronts pionniers au milieu des années 1990 par F. Ruf (1995) en Côte d’Ivoire puis en Indonésie et F. Fortunel (2003) au Viêt Nam au début des années 2000. Ce que l’on observe à Ratanakiri semble en effet correspondre – compte tenu de l’accroissement des flux migratoires – à la deuxième phase du processus de « perte foncière » des autochtones. Rappelons que, au cours de la première phase, les autochtones cèdent parfois gratuitement une partie de leurs terres aux premiers venus en considérant qu’ils n’en sont pas les « propriétaires » mais plutôt les « utilisateurs » en référence à leur culture. Dans une deuxième phase, les autochtones prennent conscience de la valeur marchande des terres et tentent alors de céder au meilleur prix des finages au fur et à mesure qu’ils changent eux-mêmes de système productif vers les cultures commerciales pérennes. Ces comportements sont liés au raisonnement qui considère que, s’ils ne procèdent pas à ces ventes, ils risquent d’être dépossédés de surfaces par des migrants arrivant en masse. Le calcul à ce stade est simple : mieux vaut vendre un terrain plutôt que de se voir spolier manu militari. C’est d’ailleurs ce que l’on constate aujourd’hui. La troisième phase correspond à une situation de très forte densité de population et de fermeture foncière, où les surfaces disponibles sont très réduites et ne permettent guère que de réinvestir dans le système de culture dominant.

Une commercialisation sous haute surveillance

  • 127 Le même interviewé a également indiqué un prix de 1000 riel/kg, prix qui tombe à 700 riel/kg si le (...)

39L’analyse des incertitudes relatives à la commercialisation se base sur une série d’entretiens auprès d’exploitants-récoltants dans le district d’Ou Chum à proximité de la ville de Banlung, une zone de plantations « anciennes » pour la province. La commercialisation du latex de cette zone est aujourd’hui dominée par Tai Seng (voir Fortunel dans cet ouvrage), une entreprise qui dispose de 2 000 ha plantés d’hévéas et a acquis un droit d’achat exclusif des récoltes en échange de ses investissements dans les plantations et des usines de transformation. Les travailleurs et producteurs interviewés se plaignent des prix fixés par Tai Seng, de 1 500 à 2 000 riel/kg de caoutchouc coagulé, soit le tiers seulement de celui proposé à Kampong Cham (6 000 riel/kg ; prix indiqué en juillet 2010)127 . De même clament-ils, à volume égal, les saigneurs à Ratanakiri obtiendraient un salaire – de 200 à 300 000 riel par mois – considérablement inférieur à ceux obtenus à Kampong Cham – 700 000 riel.

40D’une façon générale, les producteurs se trouvent très dépendants des acheteurs en raison d’un impératif technique : une fois récupéré dans la tasse fixée à l’arbre, le latex ne peut rester à l’état liquide que quelques heures. C’est à ce stade que le produit récolté a une valeur importante car il ne contient pas d’impureté. Dans les grandes plantations, la collecte du latex et son mélange à des produits chimiques destiné à le stabiliser ne posent pas de difficulté technique. Dans les zones plus reculées, lorsque la plantation n’est pas bien desservie par les collecteurs, le producteur doit faire coaguler le latex liquide au moyen le plus souvent d’une simple fosse creusée dans le sol au détriment de la qualité du produit (le coagulum). Tai Seng, la seule entreprise locale aujourd’hui capable de traiter le latex, dispose ainsi d’un pouvoir d’opération très important sur le territoire : l’entreprise peut fixer les prix arguant que le coagulum récolté n’est pas de bonne qualité contrairement au latex fraichement collecté à Kampong Cham. Les producteurs interviewés expliquent que les intermédiaires de Tai Seng qui sont envoyés pour l’achat du latex peuvent payer moins encore que ce qui a été décidé par l’entreprise, la différence étant détournée à leur profit. Ils indiquent aussi qu’ils ne sont pas rémunérés à la juste valeur de leur produit en raison des abus lors des pesées effectuées par les agents de l’entreprise.

41En réaction à ces accaparements de valeur ajoutée, des producteurs essaient d’écouler une partie de leur récolte « clandestinement » disent-ils, c’est-à-dire en dehors du réseau Tai Seng, vers la frontière vietnamienne. Cette alternative comporte des risques, en raison des contrôles d’une police que l’on dit « à la solde de Tai Seng » et rémunérée par ce dernier. La surveillance s’effectuerait ainsi sur chaque route et à chaque carrefour, par des policiers ou des hommes rémunérés par l’entreprise. Le risque pour les commerçants « clandestins » est d’autant plus élevé que ce n’est pas seulement le latex qui est saisi mais également les biens des personnes arrêtées sur les routes, et notamment leurs motos. Ce système de contrôle comprendrait également des informateurs, habitants ordinaires des villages, chargés de surveiller et rapporter toute tentative de commercialisation en dehors de ce circuit. Ces « surveillants » sont récompensés à travers un prix d’achat supérieur pour leur latex. Le contrôle apparaît solide dans la mesure où ces surveillants ne seraient pas même des « agents secrets », mais sont connus des autres habitants ; ces derniers se trouvent manifestement dans un rapport de force qui ne leur permet pas de lutter contre cette surveillance.

42De fait, l’entreprise Tai Seng a élargi le territoire hévéicole dont elle contrôle la commercialisation, initialement limitée au latex produit sur ses plantations. Face à une entreprise qui dispose des moyens de s’adjoindre le soutien de la police et les services d’une sorte de police privée, les producteurs subissent une dévalorisation de leurs récoltes.

43L’économie de Ratanakiri est donc en pleine restructuration sous l’effet de la plantation de grandes superficies d’hévéas par les concessions accordées à des entreprises étrangères et les plantations propriété d’investisseurs individuels cambodgiens ainsi que la conversion à l’hévéaculture des (comparativement petites) exploitations familiales autochtones ou immigrées.

44L’allocation d’une partie croissante des ressources – terres, travail, capital financier – pour l’hévéaculture s’avère rationnelle étant donné les revenus escomptés et la transformation des modes d’existence marquée par des besoins monétaires croissants. Avec l’hévéa, c’est l’ensemble du système de production agricole qui est transformé avec notamment l’augmentation des cultures de manioc et de soja. La transition agraire est celle d’un front pionnier en phase de densification des superficies cultivées de façon pérenne et d’intensification agricole avec le recul des systèmes de cultures itinérants assortis de friches dont les producteurs réduisent les durées. L’espace agraire non cultivé diminue, mais n’est pas encore saturé, situation qui explique aussi que les petits producteurs soient optimistes : certains estiment pouvoir vendre des terres car ils considèrent qu’ils pourront défricher si besoin, en se déplaçant dans les environs éventuellement. Cet optimisme peut traduire une perception erronée des conditions à venir d’accès aux terres, dans un contexte d’occupations de grandes portions des terroirs communaux par les concessions et les compagnies, et sous l’effet de politiques publiques qui au nom de la « protection » mettent en défens une partie des espaces. Les craintes exprimées par les analystes du processus de développement en cours ne sont toutefois pas encore confirmées peut-on dire.

45Si dans les communes où nous avons travaillé, et à ce stade, il n’y a pas (encore) de « fermeture foncière », le boom de l’hévéa et l’optimisme général des populations autochtones doivent être relativisés puisque bon nombre d’exploitations ne sont pas parvenues jusqu’alors à réunir les ressources – foncières et financières – pour s’y convertir. Et au‑delà des plantations d’arbres se pose maintenant la question de la réalisation et de la valorisation de cette conversion : l’expansion territoriale des grandes exploitations et l’organisation actuelle de la commercialisation peuvent laisser craindre que les petits exploitants ne puissent transformer leurs investissements pour l’hévéa en des exploitations durable et profitables. On peut alors avancer l’hypothèse d’un risque de prolétarisation d’une fraction des paysans locaux qui ne seraient pas compétitifs face aux concessions, aux compagnies, ni même face aux exploitations familiales autochtones déjà les mieux nanties ou les exploitants immigrés khmers arrivés avec un capital financier plus conséquent. Les populations autochtones ne se montrent d’ailleurs pas optimistes à cet égard ; leur propos traduisent davantage un sentiment d’infériorité par rapport aux Khmers qui pénètrent leur économie et leur espace, même si ces derniers leur sont des partenaires utiles dans un premier temps pour développer l’hévéaculture.

  • 128 L’appellation « pauvre » est utilisée ici en référence à la nomenclature de l’administration pour l (...)

46Au-delà du resserrement de l’espace agraire, c’est la redistribution des terres qui doit retenir l’attention : l’augmentation des transactions foncières ne se réduit pas à un processus de perte des terres par les petits exploitants « chassés » par les concessions et les compagnies. Les ventes et locations de terres, principalement à des immigrés khmers, mais aussi entre familles autochtones, indiquent que se joue une autre redistribution, entre exploitations familiales, en l’occurrence une accumulation  « capture » ? par les élites locales. Pour les populations autochtones les moins nanties, le devenir pourrait être celui d’une prolétarisation auprès des compagnies et des concessions. Les enquêtes réalisées en août 2012 auprès de foyers « pauvres »128 indiquent que leurs terres cultivables suffisent de moins en moins à satisfaire leurs besoins. Il peut alors être plus rationnel de chercher à « se fidéliser » à un patron, plutôt que de persévérer à maintenir une exploitation familiale en compte propre. L’embauche dans une grande exploitation peut en effet permettre de pratiquer des cultures intercalaires pour son compte pendant les premières années (après plantation des arbres). La relation patron – employé peut aussi permettre l’obtention de crédit ou d’avances sur salaire. Ces « avantages » sont modiques et précaires puisqu’ils dépendent du bon vouloir des patrons ; les crédits et avances permettent au mieux de financer des dépenses de fonctionnement (consommation courante et imprévus). Ces avantages ne peuvent pourtant pas être négligés dans les décisions de foyers qui peuvent, à juste titre, chercher à anticiper un devenir qu’ils craignent plus précaire encore. Toutefois, ce scenario de la prolétarisation apparaît aujourd’hui incertain puisque les employeurs se montrent peu enclins à embaucher des autochtones dans leur exploitation.

  • 129 Il est important de préciser que ces mesures ont été effectuées avec le consentement des deux parti (...)
  • 130 Cette opération a été dirigée par les services du cadastre et les mesures de contour des parcelles (...)

47Les concessions économiques, leur ampleur, leur légalité et les abus dénoncés dans leur mise en œuvre, ont déclenché de vifs débats et réactions au Cambodge. Le Premier ministre est intervenu solennellement, en personne, au mois de juin 2012, pour annoncer une opération de mesure des parcelles se trouvant sur les territoires des concessions et réclamées par les populations comme étant les leurs. Cette opération (Directive 01), dénoncée par certains comme purement électoraliste, est intéressante par son orientation – une action qui semble prendre le parti des petits producteurs puisqu’il a été annoncé que les parcelles leur seraient restituées – et par l’importance des superficies concernées129. Dans une des communes où nous avons pu assister à cette opération, ce sont ainsi 177 parcelles cultivées, « appartenant » à 114 familles, qui ont été répertoriées et mesurées pour un total de 494 ha. Sur les 494 ha, 464 ha se trouvent sur le territoire d’une concession, soit 4,07 ha en moyenne par famille130. Que peuvent escompter les populations locales de cette opération ? Les exploitants y voient une opportunité de pouvoir obtenir, soit le droit de continuer à cultiver leur parcelle, soit l’opportunité de vendre ces parcelles aux concessions alors que jusqu’alors elles n’ont rien reçu en retour de celles qui ont obtenu ces terres. Les responsables de concessions avec lesquels nous avons pu nous entretenir ne se disent pas gênés par cette opération, expliquant que les concessions pourront procéder à des échanges de parcelles pour que les autochtones regroupent leurs parcelles en limite de concession. On peut avancer comme interprétation de cette attitude conciliante que les concessions sont dans un rapport de force avec le gouvernement cambodgien, ici le Premier ministre, qui ne leur permettait tout simplement pas de refuser cette opération. Les propos des gérants des concessions laissent penser également que les superficies concernées ne remettront pas en cause leur existence – la concession concernée a une superficie de 5 000 ha – ni leur rentabilité. Surtout, avancent des praticiens du développement, les concessions peuvent aussi escompter le scénario où les exploitants familiaux pourraient connaitre des difficultés techniques avec leurs plantations et des déconvenues avec les récoltes et la commercialisation, et pourraient alors se résoudre à vendre leurs hévéas qui procureraient des revenus moindres qu’escomptés.

Notes

116 Les auteurs tiennent à remercier tout particulièrement Frédéric Bourdier pour ses précieux commentaires.

117 Les recherches ont été menées dans le cadre de deux projets. 1. « Les hévéacultures familiales au Cambodge et au Viêt Nam et leur intégration dans la région du Mékong » soutenu par l’AUF. 2. « Large-Scale Land Acquisitions in Southeast Asia : rural transformations between global agendas and peoples’ right to food », projet financé par le Swiss Network in International Studies (www.snis.ch/call-projects-2011_1227_large-scale-land-acquisitions-southeast-asia-rural). Les recherches de terrain ont consisté pour l’essentiel en des entretiens semi-structurés auprès d’exploitations familiales, des gérants de concessions et de compagnies, des représentants des autorités communales (conseil communal) et villageoises (chefs de village). En 2012, les entretiens avec les exploitants ont compris des mesures de leurs parcelles, opération qui prend du temps mais nécessaire non seulement pour les calculs de superficies et pour la localisation des parcelles, leur proximité ou éloignement des concessions et compagnies. Les recherches ont été menées dans des communes des districts d’O’Yadav et d’Andoung Meas ; les communes et villages ont été sélectionnés sur la base de l’établissement sur leur territoire de compagnies et concessions.

118 Voir par exemple Office of the Council of Ministers (2008) : « Rectangular Strategy » for growth, employment, equity and efficiency ; le décret d’application de la loi foncière de 2001 (Articles 3 et 5).

119 Cet handicap du coût de la main-d’œuvre ne se pose peut être pas à Ratanakiri où, selon les entretiens menés auprès de travailleurs dans le district d’Ou Chum, en juillet 2010, les salaires journaliers pour la saignée des arbres – entre 70 000 et 100 000 riel – sont bien inférieurs aux salaires à Kampong Cham – 200 000 riel.

120 Leur étude porte sur quatre autres provinces mais on peut raisonnablement avancer que les questions posées sont pertinentes pour Ratanakiri.

121 Nous déduisons l’apport migratoire par les personnes qui se déclarent être nées dans une autre province ou un autre pays que celle de résidence à la date du recensement.

122 En outre, on peut penser que les migrants n’effectuent pas tous leur enregistrement auprès de l’autorité villageoise – par transfert d’une lettre de référence établie par le chef du village d’origine – et qu’ils sont beaucoup plus nombreux que ne l’indiquent les données officielles. C’est certainement le cas notamment des migrants saisonniers, venus pour des périodes de récoltes pour des durées comprises entre quelques semaines et quelques mois.

123 Kris Terauds dans cet ouvrage mentionne une transition similaire à Bình Phước au Viêt Nam.

124 Entretien avec F. Bourdier, chercheur à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), Phnom Penh, janvier 2012, qui mentionne également le cas « d’anciens gemmeurs » de Kratié dont la venue à Ratanakiri a pu être perçue comme une aubaine car ils apportaient des savoir-faire.

125 Voir dans ce volume le passage de l’article de F. Fortunel concernant l’entreprise Tai Seng.

126 Parmi les personnes interrogées, les bénéficiaires d’emprunt bancaire avait pu emprunter 2 000 US$, ce qui permet de financer la location de 3 ha de parcelles (600 US$), de louer des travailleurs pour les défricher (600 US$), d’effectuer les avances pour le manioc (moins de 100 US$ pour les boutures) puis d’assurer les 3 ou 4 premiers remboursements mensuels à la banque (mensualités de l’ordre de 200 US$ après un différé de 3 mois). Avec les revenus du travail journalier des deux époux avant la première récolte du manioc, les emprunteurs expliquent ne pas rencontrer de difficulté majeure à « tenir jusqu’à la récolte du manioc » (11 mois après la préparation de la parcelle) et rembourser le prêt bancaire.

127 Le même interviewé a également indiqué un prix de 1000 riel/kg, prix qui tombe à 700 riel/kg si le latex a été mélangé avec de l’eau de pluie par exemple.

128 L’appellation « pauvre » est utilisée ici en référence à la nomenclature de l’administration pour l’attribution de bénéfices sociaux tels que la carte de gratuité de certains soins de santé.

129 Il est important de préciser que ces mesures ont été effectuées avec le consentement des deux parties (concessions et populations) et qu’il était prévu qu’il n’y aurait pas de mesure s’il y avait conflit. L’opération devait donc bien se passer, ce qui est l’opinion générale, et l’idée que nous avons pu nous en faire sur le terrain où nous avons pu nous entretenir avec les équipes de mesure. Un cas de refus des populations nous a été rapporté, ces dernières soupçonnant les « mesureurs » de travailler pour le compte de la compagnie…

130 Cette opération a été dirigée par les services du cadastre et les mesures de contour des parcelles ont été effectuées par des étudiants recrutés pour cette opération au cours de l’été 2012. Nous avons eu l’opportunité de nous trouver sur le terrain, en plusieurs villages des districts d’O’Yadav et d’Andoung Meas, à ce moment là. La superficie maximale enregistrée serait de 10 ha (cas d’une famille) et la surface minimale serait de 2 ha (cas de six familles).

Table des illustrations

Titre Carte 10. Parcours migratoires vers Kampong Cham et vers Ratanakiri entre 2003 et 2008
Crédits Source : National Institute of Statistics, General Population Census, 2008. Refait avec Philcarto
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Carte 11. L’utilisation du sol à Ratanakiri vers 2006 et les projets à venir
Crédits Sources : Bureau de l ’agriculture de la province de Ratanakiri, juillet 2010. Données croisées et complétées avec Open development Cambodia, 2012 (http://www.opendevelopmentcambodia.net).
URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/191/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 347k

Auteurs

Christophe Gironde est chargé d’enseignement et de recherche à l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) de Genève. Ses recherches portent sur les processus de transformation agraire, notamment en Asie du Sud‑Est. Il coordonne actuellement un projet de recherche sur les acquisitions massives de terres agricoles au Cambodge et au Laos et leurs conséquences sur les moyens d’existence des populations locales.

Frédéric Fortunel est enseignant-chercheur à l’Université du Maine, laboratoire Espaces et Sociétés (UMR CNRS 6590). Avec Trần Đac Dân, il est l’auteur du projet scientifique soutenu par l’Agence universitaire de la Francophonie « Les hévéacultures familiales vietnamo-cambodgiennes » de 2010 à 2012. Il a été, à l’occasion de ce projet, boursier du Center for Khmer Studies (CKS) de Siem Reap. Ce travail s’inscrit dans une série de réalisations à propos des enjeux agricoles et sociaux d’Asie du Sud-Est continentale.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr