Version classiqueVersion mobile

Le Laos au XXIe siècle

 | 
Ruth Banomyong
, 
Vatthana Pholsena

Conclusion

Texte intégral

1À l’aube du XXIe siècle, le Laos n’est plus un État tampon. Aux confrontations militaires et idéologiques s’est substituée la compétition économique. Les puissances ennemies que furent la Thaïlande et le Viêt Nam ont, par procuration, mis fin à leur rivalité sur les terres des royaumes lao puis du Laos indépendant. Inimaginable une décennie plus tôt, l’intégration au sein de l’Asean du Viêt Nam, du Laos et du Cambodge dans la deuxième moitié des années 1990, marque véritablement la fin de la guerre froide et éloigne durablement la menace de conflits interétatiques en Asie du Sud-Est. Mais en retrouvant sa place dans la communauté des Nations, le Laos a aussi réalisé sa faiblesse économique et son retard technologique. Le « cocon » du bloc socialiste s’est déchiré. Le développement est devenu une quête insatiable qui fait prendre conscience au pays de la précarité de sa situation dans son environnement immédiat. Un ouvrage en langue lao paru en 2002 et intitulé Pathet Lao nay sangkhom nanasat [Le Laos au sein de la communauté internationale] exprime bien ce sentiment de vulnérabilité face aux perspectives d’intégration régionale :

  • 1 Bounkhong Soukhavath, Pathet Lao nay sangkhom nanasat [Le Laos au sein de la communauté internatio (...)

« L’isolement n’est désormais plus possible. Or la coexistence qui s’impose est saturée de concurrence d’ordre intellectuel. Tel pays disposant d’un meilleur système éducatif, donc de gens plus compétents, aura la possibilité de se développer et de se renforcer dans le domaine économique et social, de s’enrichir et de se tailler une notoriété mondiale. À l’inverse, un pays incompétent sera relégué dans le groupe des pauvres et arriérés. C’est la situation à laquelle est confronté le Laos aujourd’hui, et nous croyons qu’aucun Laotien ne se sent heureux face à la position humiliante de sa nation, position que lui a attribuée la communauté internationale. Mais nous sommes obligés de l’accepter, ne serait-ce que temporairement, sous peine de nous voir rayer de la liste des aides, auquel cas nous ne ferions que nous appauvrir davantage. […] Acceptons cette position, faisons en sorte qu’elle ne traîne pas en longueur, au point de devenir une habitude persistante et faire de nous des demandeurs d’aide perpétuels1 ».

2La fin de l’économie socialiste et l’intégration régionale font découvrir aux Laotiens une dure réalité. L’ouverture des frontières économiques devrait toutefois offrir de nouvelles opportunités. Le pari de situer le Laos au cœur de la région comme carrefour des commerces, s’appuie à la fois sur une histoire et sur un projet très actuel. Au début du XXe siècle, les autorités coloniales françaises avaient espéré relier le Laos au Viêt Nam par voie terrestre et trouver un passage fluvial vers la Chine grâce au Mékong. Elles avaient alors échoué. Aujourd’hui, le projet du gouvernement laotien et des bailleurs de fonds (particulièrement la Bad) de transformer le pays en plaque tournante économique régionale reste à concrétiser. Les moyens économiques et technologiques sont néanmoins beaucoup plus importants et la détermination des pays limitrophes (notamment la Chine et la Thaïlande) à renforcer l’intégration économique dans cette zone est plus grande. Reste à voir si un désenclavement effectif du Laos profitera autant aux habitants du pays qu’aux économies des États voisins.

  • 2 Voir l’article d’Eric Tagliacozzo, « Smuggling in Southeast Asia. History and Its Contemporary Vec (...)
  • 3 Vientiane Times, 16-18 décembre 2003.

3Quoi qu’il advienne, le commerce transfrontalier n’est pas apparu avec la construction des routes et la signature d’accords de commerce. Les routes parcourues par les caravanes chinoises existaient avant l’arrivée des Européens. Et des embarcations continuent à effectuer des allers-retours journaliers entre les deux rives du Mékong, tandis que des commerçants traversent quotidiennement les frontières lao-chinoise et lao-thaïlandaise surtout, en dehors de tout contrôle étatique. L’histoire du commerce et de la contrebande est indissociable des velléités des pouvoirs politiques, qu’ils furent proto-États, sultanats ou royaumes, de juguler et de tirer profit de ces flux. Les volumes et les types de produits importés et exportés ont cependant changé, de même que les routes empruntées par les trafiquants. Les États ont eux aussi renouvelé leurs politiques de lutte contre les trafics illégaux : ils s’associent et collaborent avec d’autres, au sein ou avec des organisations internationales (Asean, Interpol, Bureau international du travail2, etc.). La migration vers la Thaïlande, si elle n’est pas un phénomène nouveau, commence également à soulever des interrogations. Une très récente étude menée par le Bureau international du travail suggère que plus de la moitié des enfants laotiens âgés de 15 à 17 ans travaillant en Thaïlande seraient victimes de trafiquants. Ceux-là n’ont plus donné aucune nouvelle à leur famille depuis leur départ3. Depuis longtemps, les autorités politiques laotiennes cherchent à dissuader ces déplacements vers le pays voisin. Mais si un travail d’information couplé à une politique de prévention contre le trafic d’enfants a les faveurs du gouvernement et des donateurs étrangers, le pouvoir d’attraction du grand voisin reste fort.

4Les migrations ne constituent cependant pas un flux unilatéral. Situé au cœur de l’Asie du Sud-Est péninsulaire, le Laos occupe une position géographique unique. Dans le nord du pays, les petits bourgs provinciaux accueillent désormais un flux continu de populations chinoises au point que le chinois est devenu une langue véhiculaire, presque au même titre que le laotien. La capitale et les agglomérations du Sud reçoivent, pour leur part, une proportion grandissante de migrants vietnamiens, tandis que l’influence culturelle et économique de la Thaïlande prédomine dans les zones urbaines et le long du Mékong. Les futures études sur l’intégration régionale du Laos devront analyser ces phénomènes, essentiels pour appréhender les évolutions sociologiques du pays dans les années à venir.

5Un autre thème de recherche crucial pour ceux qui entendent mieux comprendre l’évolution du pays concerne la population d’origine laotienne à l’étranger. Après 1975 et la prise de pouvoir par les communistes, des centaines de milliers de personnes cherchèrent refuge dans les pays voisins, voire sur d’autres continents. Cet exode a perduré au moins jusqu’à la fin des années 1980 et conduit à l’émergence de réseaux transnationaux. Preuve de l’influence de la diaspora laotienne, les transferts d’argent de l’étranger constituent à présent le principal revenu des ménages au Laos. Le retour d’une partie de cette diaspora, le plus souvent au cours de courtes visites, demeure peu documenté. Jouera-t-elle un rôle majeur dans le décollage économique du pays ? Quelle attitude adoptera le gouvernement vis-à-vis de ces Laotiens exilés ? Verra-t-on une réconciliation et la cicatrisation d’un lourd passé ou bien des retrouvailles de circonstances entre deux « Laos » que le temps et l’espace auront durablement éloignés ? Ces questions ne sont pas sans enjeux dans l’optique de l’intégration régionale. Mais si pour un pays de quelque cinq millions d’habitants les défis à relever ne sont pas sans risques, ils sont aussi porteurs d’opportunités.

Notes

1 Bounkhong Soukhavath, Pathet Lao nay sangkhom nanasat [Le Laos au sein de la communauté internationale], édité à compte d’auteur, Vientiane, 2002, p. 157.

2 Voir l’article d’Eric Tagliacozzo, « Smuggling in Southeast Asia. History and Its Contemporary Vectors in an Unbounded Region », in Critical Asian Studies, vol. 34, no 2, 2002, p. 193-220.

3 Vientiane Times, 16-18 décembre 2003.

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search