Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Laos au XXIe siècle

 | 
Ruth Banomyong
, 
Vatthana Pholsena

Chapitre 7. Société et culture : continuités et changements

Texte intégral

1 - Discipline morale, culturelle et économique

« L’homme nouveau socialiste »

1À partir de 1975, le régime entreprit la construction d’un nouvel État socialiste et à cette fin, entama une politique de transformation des masses, étape fondatrice et indispensable dans la vision des leaders. Le recours à la population était logique, car à défaut de moyens économiques, financiers et techniques, le pays disposait d’une main-d’œuvre certes peu qualifiée, mais abondante. Par conséquent, le facteur humain joua très tôt un rôle crucial dans les stratégies de développement économique et social. Dans un pays où l’immense majorité de la population vit en milieu rural, les paysans se retrouvèrent bon gré mal gré en première ligne de la révolution. L’objectif était d’atteindre une homogénéité sociale qui aurait transcendé les identités particulières, c’est-à-dire ethnique et religieuse dans le cas du Laos. L’État était pressé de créer une nouvelle classe qui servirait de moteur au passage de la période transitoire vers le socialisme. En 1978, un programme accéléré de collectivisation agricole fut donc lancé. Mal conçu et mal préparé, il s’acheva sur un bilan désastreux avec une chute vertigineuse de la production accompagnée d’un fort ressentiment de la paysannerie qui, pourtant, n’était initialement pas hostile au nouveau régime.

2Dans l’esprit des dirigeants, la collectivisation rurale devait apporter tout ce à quoi on pouvait aspirer dans un pays sous-développé : l’indépendance économique et alimentaire. La réussite du projet aurait en outre constitué la preuve de la supériorité du mode de production socialiste sur le système capitaliste et, de ce fait, renforcé la légitimité du régime. Le programme de collectivisation n’était donc pas seulement considéré comme un moyen de parvenir à la sécurité économique, mais aussi comme un instrument de consolidation politique. La croissance de la production entraînant de meilleures conditions de vie aurait contribué à l’apaisement social et diminué les risques de déstabilisation. Enfin, les leaders espéraient que la collectivisation engendrerait « l’homme nouveau socialiste ». En d’autres termes, la planification collectiviste participait d’une logique de transformation en profondeur d’un pays rural.

  • 1 Kaysone Phomvihane, Rapport sur la situation de l’an dernier, les orientations et les tâches révol (...)
  • 2 Grant Evans, Lao Peasants Under Socialism and Post-Socialism, Silkworm Books, Chiang Mai, 1995 (1è (...)

3Dès 1976, une campagne de renouveau idéologique et culturel fut lancée. Les ambitions étaient très hautes : la vie morale, spirituelle et culturelle de la population devait être transformée de façon à former de « nouveaux individus », forts d’une moralité révolutionnaire élevée1. La nouvelle culture devait être fondée sur l’amour du socialisme et sur le patriotisme. Comme Grant Evans l’a observé, les idéaux du « nouvel homme socialiste » des années 1970 et du début des années 1980 reflètent en réalité des valeurs conservatrices, inspirées des standards culturels de l’ethnie lao2.

Culture contemporaine

4Bien que le projet de créer des « hommes nouveaux socialistes » se soit progressivement évanoui, le régime n’a pas pour autant abandonné l’idée de « remodeler » les gens, une ambition exprimée dans ce concept retravaillé de « culture contemporaine ». Un quart de siècle après le début de cette campagne de rectification morale, intellectuelle et culturelle, la rhétorique conservatrice visant à discipliner les attitudes et comportements reste d’actualité.

Notification du ministère de l’Information et de la Culture réglementant les activités dans les bars et discothèques.
« Il est stipulé que jouer et chanter des chansons étrangères est interdit. Néanmoins, ces activités restent tolérées dans la limite des 20 % du total des chansons jouées durant une même soirée. La façon de se vêtir est également sujette à des règlements. Ainsi, les hommes n’ont strictement pas le droit de porter des vêtements « excentriques », d’avoir les cheveux longs ni de porter des boucles d’oreilles. Quant aux femmes, elles n’ont pas le droit de porter de pantalons, de jupes ni aucun autre style de vêtements contraire aux traditions laotiennes. Enfin, ces lieux de distraction doivent être suffisamment éclairés afin que les gens restent visibles, car comme l’explique la notification, une « faible luminosité peut conduire à des actes indécents » ».
Source : Adapté de la notice no 848, 14 octobre 1999, in Vientiane Mai, 21 mars 2000.

  • 3 Kaosan Pathet Lao (KPL), 24 avril 2002.
  • 4 Vientiane Times, 31 janvier 2003.

5Mais le conservatisme moral et culturel ne saurait suffire, selon le gouvernement, à préserver la société laotienne des influences extérieures « néfastes » et de la propagation des « mauvais comportements sociaux ». Une discipline économique est également requise. Le fardeau de la dépendance est un autre mal que les autorités essayent d’atténuer en multipliant les injonctions à « l’autosuffisance » et à « l’autonomie », d’autant plus que la crise financière et économique de 1997 a considérablement affecté l’économie du pays. Le « consumérisme effréné » et les « dépenses considérables pour des produits et services luxueux [étrangers] » sont ainsi condamnés dans la presse. On s’interroge aussi sur le pouvoir d’achat de certains citoyens qui ont acquis des biens importés de façon illégale3. Les discours officiels en appellent à la conscience sociale car le « peuple laotien doit se tenir sur ses deux jambes » et chaque citoyen « s’interroger sur les habits qu’il porte, sur ce qu’il mange, boit et utilise4 ». La libéralisation économique et l’ouverture au monde extérieur depuis la fin des années 1980 ont entraîné un regain du contrôle politique, moral et culturel. Et, face aux changements, parfois brutaux, on assiste, tant dans la population qu’au sein de l’État, à un certain réveil des traditions qui accompagne la recherche d’une sorte d’autarcie économique et une résurgence de la religion.

2 - Crise de la modernité et renouveau du bouddhisme

6En 1998, un article singulier consacré au bouddhisme fut publié par le département des affaires religieuses du Front lao pour la construction nationale (FLCN), la principale organisation de masse du pays. L’argumentaire était plutôt hétérodoxe et se différenciait assez nettement de la rhétorique officielle sur la religion, puisque ses auteurs n’avaient visiblement pas pour intention de démontrer les points communs entre le bouddhisme et les idéaux socialistes, mais plutôt d’expliquer la force spirituelle de la religion en général et du bouddhisme en particulier. L’article évoquait ainsi le rôle du bouddhisme dans des domaines divers tels que l’éducation ou l’art. Plus surprenant encore, il expliquait le rôle politique exercé dans le passé par des moines bouddhistes en tant que conseillers des souverains. Il y était en outre rappelé que les pays devaient être gouvernés selon des principes et commandements bouddhistes. La conclusion, enfin, soutenait que les progrès dans la science et les technologies ne diminueraient jamais la place de la religion.

  • 5 Départment de religion, « Religion and Society », in Lao Sang Sat, vol. 1, no 1, 1998, p. 43.

« De nos jours, d’aucuns pensent que la religion disparaîtra quand les hommes auront atteint un degré suffisant de connaissance dans les sciences et technologies. Cependant, c’est l’inverse qui est en train de se produire. Plus les sciences et les technologies se développent, plus les hommes ressentent le besoin d’atteindre le bonheur spirituel et moral. Autrement dit, leur soif de valeurs supérieures de morale, de justice, d’humanité, de civilisation et de paix grandit. En bref, tant que la religion garde son rôle d’abri moral de l’humanité, nous pouvons affirmer que les principes et vertus religieux resteront toujours dans le cœur des hommes5 ».

7Cette assertion contredit ouvertement le projet socialiste des décennies précédentes qui rêvait d’« hommes industriels », guidés par une dialectique matérialiste.

  • 6 Charles F. Keyes, Helen Hardacre et Laurel Kendall (éds), Asian Visions of Authority: Religion and (...)
  • 7 Charles F. Keyes, Helen Hardacre et Laurel Kendall (éds), 1994, p. 5. Dans un ouvrage intitulé Cul (...)

8La résurgence du bouddhisme au sein de l’idéologie officielle, parallèle au déclin du nationalisme séculaire en Asie du Sud-Est, serait le signe, pour certains analystes, d’une « crise de l’autorité » et d’un « déficit de légitimité » des gouvernants6. Les États asiatiques auraient adopté le modèle européen sans vraiment le critiquer. Dans leur quête de modernisation et soucieux de construire un État-nation « moderne » au cours du XXe siècle, les dirigeants ont entrepris de bâtir une identité laïque au sein d’une société dorénavant guidée par des normes et des principes rationnels, supposés supplanter les fondements traditionnels religieux. Mais cette modernité importée n’aurait pas su générer le sentiment communautaire attendu. Elle aurait au contraire produit une anomie sociale. Cette « crise de l’autorité » aurait conduit à un vide social et culturel que serait venu combler ce renouveau religieux, cette « essence spirituelle » que l’État-nation moderne serait incapable d’engendrer7.

  • 8 Martin Stuart-Fox, « Laos: From Buddhist Kingdom to Marxist State », in Ian Harris (éd.) Buddhism (...)

9Le fait est que le phénomène religieux revient en force sur la scène politique. Pour éviter que ce phénomène n’érode ou ne menace leur autorité, les dirigeants thaïlandais, birmans, laotiens ou encore cambodgiens se sont associés au renouveau spirituel afin de mieux contrôler ses manifestations populaires, mais aussi et surtout de profiter de cette nouvelle source de légitimité. Au Laos, le clergé bouddhique, le Sangha, demeure sous le contrôle des autorités, et bien qu’ayant (re)gagné en popularité, garde des liens étroits avec le parti8. L’institution bouddhique a certes vu son rôle évoluer ces dernières années, mais sa fonction n’est en rien comparable à l’alliance éminemment plus solide et ancienne entre l’État, la monarchie et la religion en Thaïlande.

  • 9 Le Rénovateur, 18 mai 2000.

10En réalité, à côté des gestes ostentatoires et fortement médiatisés qui ponctuent les fêtes populaires bouddhiques, le gouvernement laotien tente également de présenter une image sécularisée du bouddhisme. Un récent article paru dans le journal en langue française, Le Rénovateur, s’emploie par exemple à expliquer les relations entre bouddhisme et marxisme au Laos, soutenant que la religion et l’idéologie, loin de s’opposer, se complètent et se renforcent. En fait, la seule différence entre bouddhisme et marxisme se résumerait à une simple question d’échelle : ce dernier tente de bâtir une société heureuse et égalitaire, tandis que le premier travaille au bonheur individuel. L’article note cependant que ni l’ancien régime ni le mouvement communiste laotien n’ont correctement servi le bouddhisme ; le premier parce qu’il l’a corrompu, le second parce qu’il ne l’a pas compris. Mais, depuis, sous la conduite du parti, le bouddhisme se serait débarrassé de ses dérives superstitieuses en même temps que le parti aurait reconnu ses erreurs passées. Et c’est grâce à sa nouvelle forme purifiée et réhabilitée que le bouddhisme serait devenu plus populaire que jamais9.

  • 10 Martin Stuart-Fox, 1999, p. 161.
  • 11 Grant Evans, « Buddhism and Economic Action in Socialist Laos », in Chris M. Hann (éd.), Socialism (...)

11Les tentatives de démontrer la compatibilité entre bouddhisme et marxisme ne sont guère nouvelles au Laos. Dès 1975, après la victoire communiste, les séminaires politiques assénaient aux moines bouddhistes que les deux systèmes possédaient des principes identiques, c’est-à-dire, « l’égalité essentielle entre toutes les personnes », et poursuivaient le même but fondamental, c’est-à-dire « l’exhortation au bonheur à travers l’élimination de la souffrance10 ». Le gouvernement souhaitait également convertir les moines en éducateurs du programme socialiste, en particulier dans les campagnes. Mais la convergence entre les deux philosophies ne culmina jamais dans la création d’une doctrine de socialisme bouddhiste, comme cela a pu être le cas en Birmanie. Le parti n’envisagea pas de supprimer la religion, mais les autorités s’employèrent jusqu’au début des années 1980 à limiter et à contrôler le Sangha, en censurant par exemple les pratiques dites « de gaspillage » (telles que les donations aux temples) ou en obligeant les moines à suivre des séminaires politiques. En bref, l’objectif était de « soumettre [le Sangha] à la volonté de l’État11 ».

  • 12 Il est cependant utile de préciser que cette ferveur religieuse populaire, récupérée par les autor (...)

12Aujourd’hui, la fête du That Luang, célébrée chaque année au mois de novembre à Vientiane, offre sans doute l’un des exemples les plus frappants de la symbiose entre bouddhisme et socialisme. Le monument religieux, érigé au XVIe siècle par le roi Setthathirat comme symbole centrifuge du royaume de Lan Xang, a remplacé le marteau et la faucille comme emblèmes nationaux. Les leaders laotiens s’affichent à présent volontiers devant les caméras en train d’accomplir des offrandes durant la fête du That Luang, qui est devenue au fil des ans une vitrine de la culture nationale telle que celle-ci est conçue et mise en scène par le régime, c’est-à-dire un mélange de discours socialisant, de rituels bouddhiques et de représentations de la culture « multi-ethnique12 ».

3 - Une société urbaine en mutation

13Une des rares études à caractère sociologique menées au Laos fut dirigée en 1997-1998 par un anthropologue australien, Grant Evans, en collaboration avec l’Institut de recherche sur la culture (organisme gouvernemental rattaché au ministère de l’Information et de la Culture).

14Ce programme, intitulé Vientiane Social Survey Project, s’est intéressé à un échantillonnage de 2 003 ménages dispersés dans six districts urbains de la municipalité de Vientiane. Dans son introduction, le rapport explique la genèse du projet par la prise de conscience du gouvernement laotien de l’émergence de « nouveaux problèmes sociaux, en particulier chez les jeunes », causés par « l’ouverture économique du pays [et de la] société laotienne au monde extérieur ».

15Ce sont ces mêmes préoccupations émises par les autorités qui ont été à l’origine d’un autre rapport (Listening to the Voice of Young People), publié en 1998 et visant plus spécifiquement la jeunesse laotienne.

Mieux comprendre la jeunesse...
« La République démocratique populaire lao est un pays en transition économique. Il est donc en train de faire l’expérience de rapides mutations sociales qui constituent des enjeux formidables, pour ceux chargés des politiques comme pour les communautés. Le gouvernement est particulièrement conscient que ces changements affectent les jeunes dans les grandes villes et, dans une moindre mesure mais de manière croissante, dans les villages. Les parents et les décideurs politiques s’accordent à reconnaître que les valeurs changent pour la jeune génération et que cela pourrait avoir un impact sur son sentiment identitaire laotien. […] Le changement économique rapide apporte des bénéfices au pays, mais affecte aussi les schémas de société.
Les effets de ces bouleversements peuvent être observés dans les pays voisins où les migrations rurales-urbaines, la criminalité juvénile et les problèmes liés à la drogue augmentent. Les jeunes ayant des attentes plus grandes se sentent abandonnés et marginalisés. Ici, au Laos, certains de ces problèmes commencent à émerger et à être observés dans les zones urbaines. L’Union de la jeunesse révolutionnaire lao et l’Union des femmes lao sont particulièrement conscientes qu’il y a un problème naissant concernant l’usage de la colle, et de plus en plus de rapports évoquent des jeunes impliqués dans des comportements délinquants. Il est également reconnu que les comportements migratoires des travailleurs et les trafics illégaux restent peu compris ; mais le sentiment est que ces derniers pourraient être en progression. Identifier les réponses appropriées pour satisfaire aux besoins changeants demande des efforts coordonnés et une compréhension de la part des adultes et des décideurs politiques, de ce que les jeunes pensent et ressentent vis-à-vis des changements en cours. »
Source : Union de la jeunesse lao, Union des femmes lao, Département d’éducation, Municipalité de Vientiane et Save the Children (Grande-Bretagne), Listening to theVoice ofYoung People, Unicef, Vientiane, 1998, p. 1.

16Une réunion s’est tenue en octobre 2002 au ministère de l’Information et de la Culture pour discuter des moyens de « préserver l’ordre social, la culture et les traditions du pays », menacés, disait-on, par le développement anarchique des lieux de divertissement en milieu urbain (beer gardens, boîtes de nuit, etc.) propices aux jeux d’argent, abus d’alcool, consommation de drogue, vols, prostitution et violence.

  • 13 Mongkhol Vongsamang, « Deputy Minister Warns of Dangerous Urban Culture », in Vientiane Times, 11 (...)

17La « gestion culturelle » est par conséquent devenue une priorité pour les autorités laotiennes qui veulent combattre cette « dangereuse culture urbaine13 ».

Vues sur l’extérieur

18En contrepoint, la perception que la jeunesse peut avoir du monde extérieur est analysée de manière intéressante dans le rapport Vientiane Social Survey Project. Les réponses des sondés permettent d’avoir une vue simplifiée de l’image que les Laotiens vivant en milieu urbain se font de l’étranger, mais aussi de leur propre pays par rapport au reste du monde.

19On a demandé aux personnes interrogées de nommer le pays qu’ils aimeraient le plus visiter s’il leur en était donné l’opportunité. Les États-Unis arrivèrent largement en tête (32 % des réponses), suivi par le Japon (14,4 %), la Thaïlande se situant en troisième position (10 %). Cette dernière précède les régimes communistes chinois (7,1 %) et vietnamien (5,9 %). Par contre, ni la Russie ni la France ne furent citées.

Si vous pouviez visiter un pays, lequel choisiriez-vous ?

Pays

 %

États-Unis

32,0

Japon

14,4

N'importe où

11,4

Thaïlande

10,0

Nulle part

9,2

Chine

7,1

Viêt Nam

5,9

Australie

3,4

Canada

1,4

Angleterre

1,3

Suisse

1,3

Singapour

1,2

Allemagne

0,9

Inde

0,4

Hongrie

0,1

Sources : d'après l'Institut de recherche sur la culture (en collaboration avec Grant Evans), 1997-1998 Vientiane Social Survey Project, ministère de l'Information et de la Culture, Vientiane, 1998, question 42 (1 910 réponses).

Quelle société actuelle aimeriez-vous le plus prendre comme modèle pour le Laos ?

Pays

 %

Laos

37,2

Japon

26,3

Singapour

19,9

« Un pays développé »

5,7

États-Unis

3,6

France

3,4

Russie

2,8

Hongrie

0,7

Thaïlande

0,1

Cambodge

0,1

Viêt Nam

0,1

Sources : d'après l'Institut de recherche sur la culture (en collaboration avec Grant Evans), 1997-1998 Vientiane Social Survey Project, ministère de l'Information et de la Culture, Vientiane, 1998, question 43 (1 867 réponses).

20Cependant, lorsque le questionnaire aborda la question du modèle de société « moderne » que les sondés aimeraient voir prendre pour modèle, les réponses furent assez différentes : plus du tiers (37,2 %) répondirent le Laos lui-même ; le Japon arrivant en seconde position (26,3 %), suivi par Singapour (19,9 %). Le groupe des « pays modernes développés » ne remporte que 5,7 % des suffrages ; le reste des pays nommés (dont les États-Unis) totalisant individuellement moins de 5 % des réponses. La Thaïlande et le Viêt Nam réalisèrent chacun un score extrêmement faible (0,1 %). Quant à la Chine, elle n’apparaît pas dans la liste, contrairement à la France (3,4 %).

21Les jeunes laotiens semblent donc avoir une image relativement positive de leur société puisqu’un peu plus du tiers des sondés souhaiteraient que le Laos reste fidèle à lui-même, alors même que ses indicateurs socioéconomiques restent très faibles. Ce résultat contredirait l’opinion couramment véhiculée selon laquelle les Laotiens ordinaires jugeraient leur société « arriérée ». Si les Laotiens sont par ailleurs inquiets de la pauvreté de leur pays et de son faible niveau de développement économique et technologique, ils n’apparaissent pas moins fiers de leur culture et de leur mode de vie.

22La bonne image du Japon et de Singapour peut sans doute s’expliquer par un phénomène analogue. S’ils apparaissent comme des exemples de réussite économique, on postule qu’ils n’ont pas pour autant sacrifié leurs valeurs ni leur culture. Dans cette mesure, le système capitaliste n’est pas rejeté, bien que les États-Unis et la France ne soient guère cités. Le modèle socialiste aurait, quant à lui, perdu son attrait (le Viêt Nam est à peine cité et la Chine ne figure même pas sur la liste). Enfin, le manque d’enthousiasme vis-à-vis de la Thaïlande n’est guère surprenant, au vu des difficultés en matière de relations bilatérales et inter-communautaires.

  • 14 Institut de recherche sur la culture (en collaboration avec Grant Evans), 1997-1998 Vientiane Soci (...)

23Si le modèle occidental suscite peu de passion au Laos, il n’est guère critiqué. Le pays se distinguerait ainsi de la Malaisie, de l’Indonésie, voire de la Thaïlande où le discours sur les effets néfastes de l’Ouest affleure régulièrement. À peine 2,3 % des sondés jugent l’influence étrangère sur les jeunes responsable des problèmes sociaux les plus graves ; seuls 7,6 % évoquent l’influence étrangère comme cause de la délinquance juvénile (28,8 % blâment plutôt le manque de contrôle parental)14.

  • 15 Union de la jeunesse lao, Union des femmes lao, ministère de l’Éducation nationale, municipalité d (...)

24Dans l’autre étude consacrée aux jeunes, un quart des sondés pensent – certains mollement – que les étrangers (en général) apportent de « mauvaises choses » dans le pays. Ceux qui expriment cette opinion vivent en majorité dans la capitale et sont donc plus exposés à la présence étrangère. Parmi les « mauvaises choses », ils citent l’usage de la colle, de la drogue et de la cigarette, ainsi que l’épidémie du sida ou encore la culture occidentale. On entend souvent : « Les étrangers viennent dans notre pays pour leurs propres intérêts » ; et parfois même : « Pas un seul d’entre eux n’est quelqu’un de bien » (propos d’un garçon de la classe d’âge 16-18 ans). La plupart des gens interrogés estiment cependant que les difficultés que rencontre le Laos ne sont pas occasionnées par les étrangers. Ils invoquent même la nécessité de « communiquer avec les autres pays », l’un d’eux ajoutant pour ne pas « rester très en retard » (propos d’un garçon entre 16 et 18 ans). Certains reconnaissent également que « les étrangers apportent des choses utiles comme les usines qui soutiennent l’économie15 ».

  • 16 Union de la jeunesse lao, Union des femmes lao, ministère de l’Éducation nationale, municipalité d (...)

25Les touristes en général amènent eux aussi des commentaires ambivalents. Si certains observent qu’ils « sont pourvoyeurs d’une culture occidentale mauvaise, de films pornographiques, de la maladie [en particulier du sida] ou qu’ils poussent les Laotiens à se droguer », d’autres estiment qu’ils « apportent de l’argent au pays » et stimulent « l’investissement, les équipements et le savoir technique16 ».

  • 17 Institut de recherche sur la culture (en collaboration avec Grant Evans), 1998, p. 29.

26Mais l’étranger n’est pas le seul facteur d’acculturation relevé dans le Vientiane Social Survey Project. Les systèmes politique et social auraient notoirement contribué à désorienter la jeunesse. Ceux qui sont nés après 1976 (c’est-à-dire près de la moitié de la population) ont grandi au cours d’une période où à la surveillance et au contrôle politique s’ajoutaient le fractionnement de la société et la perte des repères. Aussi, durant les quinze premières années du nouveau régime, « la ville [de Vientiane] et ses habitants ont vécu un malaise social et culturel17 ». Les autorités laotiennes n’ont que récemment et progressivement encouragé le retour des pratiques culturelles qui faisaient partie de la vie quotidienne sous l’ancien régime. Dès lors, les parents et grands-parents de ceux qui ont aujourd’hui entre 15 et 25 ans, n’ont pu leur enseigner les traditions comme leurs propres parents l’avaient fait autrefois, de peur qu’elles ne soient incompatibles avec la ligne idéologique des gouvernants.

Une société à deux vitesses

  • 18 Institut de recherche sur la culture (en collaboration avec Grant Evans), 1998, p. 29.

27L’incapacité du socialisme à générer un progrès social et économique a fait naître un sentiment de frustration et de désillusion qui ne cesse de grandir. Pour une partie de la population, le cynisme et le nihilisme se sont substitués à la confiance et à l’espoir18. À ce désenchantement s’ajoute un sentiment d’injustice face aux inégalités croissantes à Vientiane. Certains possèdent des biens matériels à forte vocation ostentatoire (les vêtements de marque et les mobylettes chez les jeunes ; les voitures et/ou les maisons de plus en plus luxueuses chez les adultes) qui ne peuvent que nourrir le sentiment d’insatisfaction du plus grand nombre.

28Ces ressentiments à l’égard d’une société de plus en plus perçue comme duale se reflètent dans divers témoignages recueillis par le Vientiane Social Survey Project : « Un accident a été causé par un motocycliste saoul et roulant à grande vitesse. Cependant, il est ressorti libre et sans procès-verbal du poste de police où il avait été emmené, grâce à ses liens avec des familles influentes et connues ». Or 71,1 % des interviewés confirment avoir déjà entendu des histoires similaires. Par ailleurs, 76,6 % des interviewés estiment qu’« il y a de la corruption aujourd’hui à Vientiane ». Presque la moitié des sondés (44,2 %) jugent que c’est « l’égoïsme, la convoitise, l’avidité » qui motivent cette corruption ; d’autres pensent plutôt que certains y recourent pour obtenir un statut social reconnu (15,6 %), ou pour remédier à des problèmes économiques et/ou à un bas salaire (12,6 %).

Selon vous, quelle est la raison de la corruption ?

Raison

 %

Égoïsme/convoitise/avidité

44,2

Désir d'un statut social

15,6

Des problèmes économiques/un bas salaire

12,1

Certaines positions facilitent la corruption

9,9

A toujours été comme cela/n'importe qui peut le faire le fera

5,5

Absence de contrôle strict/de lois

5,5

Pas d'opinion

4,0

Le manque amène la corruption

3,2

Sources : d'après l'Institut de recherche sur la culture (en collaboration avec Grant Evans), 1997-1998 Vientiane Social Survey Project, ministère de l'Information et de la Culture, Vientiane, 1998, question 65 (1 287 réponses).

29Le sentiment qu’une société à deux vitesses est en train de voir le jour transparaît également à travers une question sur les jeunes délinquants que 29 % voient comme étant issus de « familles riches et puissantes », 5,8 % imaginant qu’ils proviennent des couches sociales les plus défavorisées.

Selon vous, de qui les délinquants sont-ils les enfants ?

 %

De tous les groupes

53,5

De familles riches et puissantes

29,0

De gens qui sont pauvres

5,8

De soldats/policiers

4,2

Ne sait pas

7,5

Sources : d'après l'Institut de recherche sur la culture (en collaboration avec Grant Evans), 1997-1998 Vientiane Social Survey Project, ministère de l'Information et de la Culture, Vientiane, 1998, question 57A (1 968 réponses).

La délinquance juvénile

30Les problèmes sociaux les plus graves identifiés dans cette enquête sont : le vol (cité par 22,1 % des pères de famille et 19,8 % des mères de famille), l’alcool et les bagarres entre jeunes (30,8 % et 25,9 %), le chômage, les problèmes économiques et les gaspillages (20,1 % et 25,9 %).

31Dans Listening to the Voice of Young People, la délinquance est également évoquée, et donne lieu à des réponses sensiblement divergentes. Il a été demandé aux jeunes gens consultés de désigner les trois maux les plus dangereux pour leur société. La consommation de colle est arrivée nettement en tête : elle est citée par 49,3 % des personnes (en première, seconde ou troisième position). Le vol apparaît ensuite avec 38,8 % des réponses, suivi des bagarres, là encore jugées très préoccupantes (30,9 %). On notera, dans les réponses des jeunes, l’absence remarquable du chômage, du manque de respect envers les adultes et la tradition, de l’influence étrangère ou encore de l’échec scolaire ; autant de problèmes cités en revanche par leurs aînés dans le cadre de l’autre enquête.

Selon vous, quels sont les plus graves problèmes pour la société ? (question posée aux parents)

Pères ( %)

Mères ( %)

Le vol

22,1

19,8

L'alcool/les bagarres entre les jeunes

20,8

25,9

Le chômage, les problèmes économiques et le gaspillage

17,9

16,9

Le mauvais état des routes

11,4

10,5

La prostitution

9,0

9,5

L'inhalation de colle/la consommation de drogues

7,2

7,4

Le non-respect du code de la route

3,9

3,7

Les jeunes qui imitent les manières de l'étranger

2,4

2,1

Les paris et les jeux d'argent

2,1

1,8

La perte de respect envers les aînés/la hiérarchie/la tradition

1,7

1,3

L'échec scolaire/l'éducation

0,9

0,7

Le mensonge

0,5

0,3

Sources : d'après l'Institut de recherche sur la culture (en collaboration avec Grant Evans), 1997-1998 Vientiane Social Survey Project, ministère de l'Information et de la Culture, Vientiane, 1998, question 44 (1 650 réponses de pères et 1 190 réponses de mères).

Selon vous, quels sont les plus graves problèmes pour la société ? (question posée aux jeunes)

Total ( %)

Filles ( %)

Garçons ( %)

L'inhalation de colle

49,3

50,3

48,4

Le vol

38,8

35,3

41,9

Les bagarres

30,9

25,7

35,5

Le cambriolage

22,9

22,8

23,1

Les paris

22,1

19,2

24,7

La consommation de drogue

18,1

16,2

19,9

La prostitution

17,8

22,2

14,0

Le viol

17,3

27,5

8,1

L'alcool

14,4

19,8

9,7

Les accidents de la route

8,2

10,2

6,5

Sources : d'après Union de la jeunesse lao, Union des femmes lao, municipalité de Vientiane et Save the Children (Grande-Bretagne), Listening to the Voice of Young People, Unicef, Vientiane, 1998, p. 69.

32On notera surtout que dans une précédente section de Listening to the Voice of Young People, la consommation de colle, ainsi que les paris et jeux d’argent peuvent aussi être considérés de manière positive, comme de simples « activités de détente », en particulier chez les jeunes garçons. Le jeu, expliquent-ils, permet de « gagner de l’argent » tandis que la colle facilite la socialisation, la rencontre d’amis ; on la consommerait un peu comme on boirait de l’alcool.

33Le questionnaire Vientiane Social Survey Project s’intéresse aussi aux raisons qui poussent les jeunes à sombrer dans la délinquance. Le manque de contrôle parental est la première explication citée (28,8 %), suivie par la volonté des jeunes eux-mêmes (22,2 %), les changements socioéconomiques et l’effondrement des valeurs (11,2 %). L’influence extérieure n’arrive qu’ensuite (7,6 %), devançant une mauvaise éducation (6 %), le chômage (5,6 %) et le désir d’argent et d’un meilleur statut social (5,2 %). D’après l’enquête, les comportements délictueux seraient donc davantage liés aux changements touchant la structure familiale et sociale qu’à des problèmes économiques (manque d’argent, désir d’argent/de statut, chômage).

  • 19 Institut de recherche sur la culture (en collaboration avec Grant Evans), 1998, p. 32.

34Au Laos comme dans d’autres pays en mutation rapide, les parents se sentent de moins en moins compétents pour transmettre le savoir et les pratiques qui permettraient à leurs enfants de trouver leur place dans la société. Ces derniers fréquentent d’autres lieux de socialisation, comme l’école, les groupes d’amis, les lieux de travail ou l’armée. Ils y acquièrent autant – sinon plus – d’expérience. L’amoindrissement du rôle parental serait donc bel et bien au centre du problème. Il est en tout cas conçu comme une « source latente de tensions sociales et d’incompréhension entre les générations19 ».

Perte des valeurs et traditions laotiennes ?

35Du côté des adultes, le malaise révélé par le Vientiane Social Survey Project n’est donc pas surprenant : 60,5 % des parents estiment que les jeunes d’aujourd’hui respectent peu les traditions. Figure en premier lieu la façon de se vêtir (46,9 %), suivie par le non-respect des aînés et de la hiérarchie (22 %), l’alcool, les bagarres, les jeux d’argent et les sorties (12 %) ; toute pratique qui relève de la transgression des valeurs. Le fait de ne plus aller au temple ou de ne plus respecter le bouddhisme vient ensuite (8,4 %), et l’influence étrangère arrive assez loin, avec seulement 3,6 % des réponses.

Selon vous, quelles sont les tendances les plus graves de la jeunesse actuelle ?

 %

Renier le code vestimentaire traditionnel

46,9

Ne pas respecter les aînés/la hiérarchie

22,0

Boire de l'alcool/s'amuser/se battre/parier

12,0

Ne pas aller au temple ou ne pas respecter le bouddhisme

8,4

Adhérer aux superstitions

3,8

Être influencé par l'occident

3,6

Avoir les cheveux longs

1,5

Parler grossièrement

1,2

Voler

0,6

Sources : d'après l'Institut de recherche sur la culture (en collaboration avec Grant Evans), 1997-1998 Vientiane Social Survey Project, ministère de l'Information et de la Culture, Vientiane, 1998, question 41 (1 362 réponses).

  • 20 Union de la jeunesse lao, Union des femmes lao, ministère de l’Éducation nationale, municipalité d (...)

36Les adultes seraient donc avant tout choqués par la manière dont certains jeunes s’habillent. Mais ces derniers, interrogés par Listening to the Voice of Young People, expriment une opinion plus complexe – parfois même ambiguë – sur la question, en particulier sur la jupe en soie [sin], qui reste assurément un des symboles de l’identité traditionnelle laotienne en général et de la femme lao en particulier. Si le sin fait en effet partie des cinq « vêtements les moins aimés » (pour un peu plus du quart des jeunes filles), il est aussi classé parmi les « habits les plus aimés » par… 95,8 % des mêmes personnes. Certaines d’entre elles ont donc bizarrement répondu qu’elles aimaient et n’aimaient pas le sin, d’où un pourcentage global qui dépasse nettement les 100 % ! Toutes les filles préfèrent cependant les pantalons, et presque toutes aiment la blouse (95,8 %). À l’inverse, les minijupes, les pantalons à pattes d’éléphant et les shorts sont moyennement appréciés (respectivement 56 %, 39,2 % et 35 % des jeunes filles disent ne pas aimer les porter20).

37Le fait que l’attention se focalise sur la question somme toute assez triviale des vêtements pousse à nuancer l’image d’une société désorientée face aux évolutions socioéconomiques et culturelles. Les changements sont certes indéniables, particulièrement visibles en milieu urbain ; mais la société laotienne, ou plus exactement sa composante ethnique et culturelle lao, semble loin de se disloquer ou de se fragmenter socialement. La population dans son ensemble, jusqu’aux jeunes générations, paraît préserver une cohésion culturelle. Ainsi en 1998, 78 % des familles sondées par le Vientiane Social Survey Project ont célébré au moins quelques-unes des principales cérémonies lao. De même, le bouddhisme reste largement suivi, du moins dans la municipalité de Vientiane où, par exemple, 86,4 % des femmes mariées interrogées avaient fait des offrandes au Bouddha dans la semaine précédant le sondage, généralement dans un temple de leur quartier. Enfin, les enquêteurs ont demandé aux jeunes ce que signifiait pour eux qu’« être lao ». La longue liste qui en a découlé présente une image pittoresque et hétéroclite, sorte d’inventaire à la Prévert sans doute influencé à la fois par la propagande officielle et les stéréotypes de l’identité lao. En tout cas, cela laisse à penser que comme dans n’importe quel autre pays, les jeunes ont malgré tout conservé des repères culturels, même si ces derniers évoluent.

  • 21 Union de la jeunesse lao, Union des femmes lao, ministère de l’Éducation nationale, municipalité d (...)

Que signifie « être lao » ?
• « Être lao » c’est s’habiller en sin, mais aussi en jeans, porter des bijoux, mais aussi la traditionnelle écharpe [paa bieng] ;
• « Être lao » c’est manger du poisson grillé, de la sauce de poisson fermentée, des œufs grillés, du riz gluant, du poulet bouilli et de la salade de papaye ;
• « Être lao » c’est se joindre aux rituels d’aumône aux moines et aux cérémonies de baci, à la fête des fusées, aux courses de bateaux, à la fête du That Luang, au nouvel an lao, à la fête de la moisson du riz, à l’inauguration de nouveaux bâtiments, etc.21

Les jeunes et leur avenir

38D’après le recensement de 1995, le taux d’activité (pour la population de 10 ans et plus) s’élevait à 69 % de la population (71,2 % chez les femmes et 69,5 % chez les hommes). Pour un pays à prédominance rurale comme le Laos, le secteur primaire rassemble sans surprise 84,7 % des actifs, les services seulement 10,3 % et l’industrie à peine 3,3 %. L’analyse des taux de chômage à travers le pays reflète sans doute mieux la réalité du marché dans les secteurs dits modernes.

L’opinion d’un journaliste laotien sur l’avenir des jeunes du pays
« Ces temps-ci, trouver du travail avec un bon salaire peut être difficile pour les jeunes vivant en milieu rural. Sans connaissances adéquates, beaucoup de jeunes ruraux doivent accepter n’importe quel emploi et ne savent jamais à quoi leur vie ressemblera après l’avoir accepté.
On peut noter qu’un grand nombre de jeunes villageoises débarquent dans les villes avec l’espoir de trouver du travail avec un bon salaire. Certaines viennent travailler dans le textile. D’autres sont toujours à la recherche d’un emploi. Beaucoup travaillent comme domestiques pour des familles aisées et en particulier dans la municipalité de Vientiane, des filles plutôt jolies sont attirées vers la prostitution dans des lieux de divertissement », rapporte Sinanthone, journaliste au Pathet Lao Daily.
« Le plus triste et le plus gênant, c’est que ces jeunes femmes ont été dupées pour aller travailler de l’autre côté du Mékong. Un tel phénomène ne devrait pas se produire dans cette ère de globalisation.
Aider ceux qui cherchent un emploi, rappelle le journaliste, est une tâche du ministère du Travail et de la Protection sociale, de l’Union des femmes lao, de l’Union de la jeunesse lao ou de l’Union du commerce lao. Mais en réalité ces organisations n’ont guère montré de résultats.
[...] Un certain nombre d’élèves en classe primaire n’ont pas eu la chance de pouvoir continuer leur scolarité. Ceux-là doivent encore plus se battre pour trouver un travail.
Ces personnes, c’est compréhensible, ne veulent pas travailler à la ferme parce que les revenus y sont bas et que la chaleur dans les rizières est difficilement supportable. Ils préfèrent une place dans un bureau. Certaines filles décident de se prostituer ou de devenir la concubine d’un homme riche. On les appelle mié noy [littéralement “petite épouse”]. Elles s’y résignent non pas pour assouvir leur appétit sexuel, comme certains le pensent, mais tout simplement pour trouver de quoi subsister. »
Le journaliste est cependant convaincu que la situation peut s’améliorer si les nombreux secteurs concernés joignent leurs forces : « Ces temps-ci il y a du travail dans le secteur de la construction, au sein d’entreprises privées. Mais celui-ci est presque exclusivement confié à de la main-d’œuvre étrangère. […] Cet argent sortira du pays et ne rapportera aucun revenu fiscal au gouvernement ». Pourtant, ajoute le reporter, « Certains sont prêts à travailler dans le secteur de la construction si l’État est en mesure de fixer des règles et de les protéger contre les abus des employeurs. Il doit aussi empêcher la concurrence de la main-d’œuvre étrangère en matière salariale. Une association des jeunes travailleurs devrait être créée et il faudrait implanter un bureau représentatif de cette association dans chaque village, chaque district et chaque province.
Ainsi, pense-t-il, la jeunesse laotienne ne risquera plus sa vie et ne perdra plus la face et son honneur en allant travailler de l’autre côté du Mékong. »
Source : Pathet Lao, 6 janvier 2003.

  • 22 Sisouphanthong Bounthavy et Christian Taillard, 2000, p. 60-61 et 68.
  • 23 Nous connaissons le cas de jeunes Vientianais au chômage qui sont partis vivre pour un temps à Sek (...)

39Si le chômage n’est que de 2,4 % (en 1995) au niveau national, les villes affichent des taux nettement supérieurs : 16 à 18 % à Paksé (capitale de la province de Champassak au sud) ; entre 12 et 18 % à Savannakhet ; entre 8 et 11 %, enfin, dans les deux districts centraux de Vientiane, à Luang Prabang et à Thakhek. À l’évidence, la crise asiatique de 1997 a aggravé le problème22. Si certains parviennent à décrocher une bourse offerte par un gouvernement étranger pour aller étudier en Australie, au Japon, à Singapour, aux États-Unis ou en France, la majorité des jeunes ont peu d’opportunités après leurs études. La migration vers les villes ou vers d’autres provinces ne constitue qu’une option hasardeuse23. Traverser le Mékong pour tenter sa chance en Thaïlande reste donc toujours une tentation.

4 - L’intégration nationale (et régionale) des minorités ethniques

40L’introduction de l’économie de marché au Laos et l’intégration régionale du pays touchent également les populations des hautes terres, issues en très grande majorité de groupes ethniques dits minoritaires. Deux conséquences directes de la transformation du paysage économique affectent l’environnement et les modes de vie de ces populations : d’une part les politiques de développement rural, en particulier les programmes de relocalisation ; et d’autre part, la déforestation industrielle. En d’autres termes, les populations des versants et sommets des montagnes sont aujourd’hui prises au piège entre deux dynamiques inverses : la relocalisation qui les pousse à « descendre » et l’arrivée d’une population « d’en-bas » et « d’ailleurs » qui, inéluctablement, va accroître la compétition autour d’un espace perçu parmi ceux qui n’y vivent pas (ou pas encore) comme « vide » et « non utilisé ».

La composition et la politique des minorités ethniques

41Le Laos est un pays d’une grande diversité culturelle et linguistique. Les différentes ethnies qui le composent sont soit autochtones – les populations de langue môn-khmère sont généralement reconnues comme étant les premiers occupants du territoire – soit, immigrées plus récemment – les groupes de langues tai (dont les Lao font partie), hmong-mien (originaires du sud et sud-est de la Chine) et sino-tibétaines. De façon conventionnelle, la population laotienne est divisée en quatre grandes catégories, correspondant chacune à une famille ethnolinguistique. D’après le dernier recensement national de 1995, la famille tai-lao comprenait 66 % de la population, la famille austro-asiatique 23 % (divisée entre les groupes ethniques de langue môn-khmère (22,7 %) et viet-muong (0,3 %)), et les familles tibétobirmane et sino-tibétaine (ou hmong-mien) respectivement 2,7 % et 7,4 %. Le 1 % restant est composé des « autres », c’est-à-dire les populations d’origine ethnique vietnamienne, chinoise et indienne, établies pour la plupart en milieu urbain.

  • 24 Ce qui n’est pas, par exemple, le cas de la Thaïlande, où de nombreux membres de groupes ethniques (...)
  • 25 Constitution de la République démocratique populaire lao, Assemblée populaire suprême, Vientiane, (...)
  • 26 Constitution de la République démocratique populaire lao, 1991, p. 4-5.
  • 27 Andrew Hardy et Nguyen Van Chinh, « Gérer la ″question ethnique″ sur les hautes terres : un exerci (...)

Quelle nation ?
La citoyenneté est accordée à tous les habitants du pays sans discrimation24. La Constitution adoptée en 1991 indique que le « peuple laotien pluriethnique » est au cœur des origines de la nation laotienne et au centre de l’œuvre d’édification de la patrie25. L’article 8, seul consacré explicitement aux minorités ethniques, stipule que l’État « applique une politique de solidarité et d’égalité entre les diverses ethnies [qui ont] le droit de préserver et de développer leurs belles mœurs, traditions et cultures, ainsi que celles de la nation. » L’article précise en outre qu’est « interdit tout acte de division et discrimination entre les ethnies ». Enfin, l’État s’engage à prendre « toutes les mesures destinées à développer et continuellement rehausser le niveau économique et social de toutes les ethnies26 ».
Aucun statut spécial ou traitement de faveur (économique, politique ou culturel) n’est prévu pour les minorités ethniques. Que ce soit durant la guerre du Viêt Nam ou après 1975, les autorités n’ont jamais promis la création de zones autonomes exclusivement attribuées à certaines populations, à l’inverse de ce qui s’est produit un temps au Viêt Nam (revenu sur ses promesses) ou en Chine27. Le principe demeure l’intégration des minorités dans une vie politique, économique et sociale unique.

  • 28 James R. Chamberlain, Charles Alton et Arthur G. Crisfield, Indigenous People’s Profile, Lao Peopl (...)

42Selon le système de classification et les critères de distinction, le nombre de groupes ethniques au Laos peut considérablement varier. Ainsi, tandis que la plus récente classification ethnique officielle de la population (1995) dénombrait 47 groupes, une autre étude en listait 23628. L’ethnie lao ne constitue pas une majorité écrasante (52,5 % de la population selon le recensement national de 1995), à l’inverse des pays voisins (le Viêt Nam, la Chine et le Cambodge) où les ethnies dominantes sur le plan politique et économique (respectivement, les Kinh, les Han et les Khmers) le sont également au niveau démographique. Les Lao vivent en majorité dans les plaines de la vallée du Mékong. D’autres régions de basses terres sont habitées par des groupes ethniques proches parlant diverses langues de la famille tai-lao. Les populations austro-asiatiques sont, quant à elles, réparties dans tout le pays, à la fois dans les plaines et sur les hautes terres. Enfin, les peuples de langue tibéto-birmane, récemment arrivés du sud-ouest de la Chine, et de langue hmong-mien, vivent pour la plupart dans les montagnes des provinces du Nord.

43La belle image d’un peuple uni et pluriel mise en avant par les autorités a inspiré des métaphores célébrant à la fois la solidarité, la communauté et la diversité. L’une des plus connues est celle du jardin, notamment reprise par Kaysone Phomvihane, le défunt président de la République démocratique populaire lao :

  • 29 Ministère de l’Information et de la Culture, Pavatsāt lao [Histoire du Laos], Vientiane, 1996, vol (...)

« Chaque groupe ethnique possède une bonne et belle culture et appartient à la communauté nationale lao [vongkhananyat heng sāt lao], comme tous les types de fleurs qui s’épanouissent dans un jardin de couleurs et de senteurs diverses29 ».

44Suivi des trois mots heng sāt lao (équivalents à l’adjectif « national »), Vongkhananyat est un terme fréquemment utilisé dans les discours et les textes officiels pour désigner la nation laotienne. Stricto sensu, il peut être traduit par « cercle familial ». Chacun a donc sa place dans la famille. Plus précisément, chacun est à sa place, puisqu’en poursuivant l’analogie, chacun connaît son rang dans la famille, à l’instar d’un jardin que l’on cultive selon un agencement précis. On perçoit bien cette hiérarchie dans un ouvrage publié par le ministère de l’Information et de la Culture :

  • 30 Ministère de l’Information et de la Culture, 1996, p. 13.

« Ces larges communautés [les divers groupes ethniques] se sont unifiées et la population est unie ; c’est la population du Laos, la communauté linguistique tai-lao est le noyau de cette structure multiethnique30 ».

  • 31 Pour plus de détails sur l’influence des théories marxistes-léninistes et des écrits de Staline su (...)

45Influencées par les écrits de Marx, Lénine et Staline, les autorités font l’éloge de la diversité culturelle et d’une société multiethnique, où certaines ethnies auraient toutefois un rôle privilégié31. La célébration de la diversité elle-même est d’ailleurs contrôlée et sélective puisque, comme au Viêt Nam, les autorités prennent bien garde de faire la distinction entre « bonnes » coutumes et « mauvaises » traditions. Parmi les premières, on relèvera les chants, les costumes ou l’artisanat. Parmi les secondes, certaines, comme la chasse ou les cultures sur brûlis, sont dites « destructrices de l’environnement », d’autres sont vues comme « arriérées » tels certains rites religieux qui impliquent le sacrifice d’animaux.

Un mode de vie et un habitat de plus en plus menacés

46Les mouvements de population sont loin d’être des phénomènes nouveaux : depuis des siècles, certains groupes ethnolinguistiques pratiquent la culture sur brûlis qui les oblige à se déplacer. D’autres migrent à la recherche d’un travail saisonnier. Au XIXe siècle, la présence coloniale française s’accompagna de la première tentative de « fixer » ces populations. Les guerres du XXe siècle entraînèrent quant à elles des déplacements dramatiques de milliers de familles prises entre les différents feux. Après 1975, ce ne furent plus des circonstances exceptionnelles qui provoquèrent les relocalisations de population, mais une politique délibérée du gouvernement, inscrite dans ses plans de développement rural. Les minorités doivent aujourd’hui faire face à la volonté des autorités de les sédentariser dans des villages de plaine spécifiquement désignés pour les accueillir.

  • 32 Laurent Chazée, Shifting Cultivation in Laos : Present Systems and their Future, Vientiane, n.p., (...)
  • 33 Gouvernement de la République démocratique populaire lao, Socioeconomic Development Strategy From (...)
  • 34 Environ les trois quarts des rays sont cultivés en combinant plusieurs espèces de riz avec une gra (...)
  • 35 Banque mondiale, Poverty Reduction Fund Project, Lao People’s Democratic Republic. Social Assessme (...)

Brûlis versus sédentarisation
Les techniques de culture sur brûlis pratiquées au Laos sont schématiquement classées en deux catégories : en rotation [haymoun vian] et nomades [hay leuanloy]. Elles sont « durables » en terme d’exploitation des ressources naturelles et des besoins humains si la densité de population est faible. La culture itinérante en rotation avec une mise en jachère de 10 à 20 ans peut même produire des récoltes plus importantes que celles des rizières irriguées en plaine. Selon les études agronomiques, des densités entre 12 et 15 personnes par kilomètre carré permettent une pratique durable de ce type de culture, c’est-à-dire qu’elles n’entraînent pas de dégradation permanente du sol et autorisent la régénération du couvert forestier32. Il semblerait que les difficultés liées à la politique gouvernementale de stabilisation de l’agriculture sur brûlis reposent en partie sur un problème de terminologie. En pratique, le gouvernement adopte deux attitudes distinctes vis-à-vis des types de cultures itinérantes en rotation et nomades. Ainsi, tandis que la culture itinérante nomade est clairement perçue comme potentiellement destuctrice de l’environnement (c’est d’ailleurs le terme utilisé par le gouvernement dans son plan quinquennal et stratégie de développement33) et doit donc être éliminée, le mode de culture en rotation est, en revanche, plus ou moins toléré. En effet, le gouvernement semble reconnaître que l’objectif de supprimer l’agriculture sur brûlis au Laos est chimérique. En conséquence, le terme de « stabilisation » a remplacé depuis celui d’« éradication », tandis que des champs de culture itinérante sont à présent recensés dans l’euphémisme comme « jardins » [souan] pour les cultures non-rizicoles34.
Même si ces pratiques agricoles sont tolérées, les autorités ne leur accordent pas le statut de « production pérenne », qui doit inclure la culture de riz inondée, un terrain de construction et un jardin (selon l’instruction 0822/AF d’août 1996 sur l’allocation des terres et forêts pour la gestion et l’utilisation, publiée par le ministère de l’Agriculture et des Forêts). En bref, les difficultés d’application de la politique de stabilisation de l’agriculture sur brûlis semblent être induites par une communication déficiente entre les spécialistes de l’agriculture et des forêts du niveau central et ceux des provinces et des districts35.

47La relocalisation est une des réponses du gouvernement au conflit qu’il perçoit croissant entre la culture sur brûlis et les intérêts de l’État en matière d’exploitation des ressources forestières. On l’a dit, les forêts constituent une source importante de devises étrangères grâce aux exportations de bois. La pression croissante qui pèse sur les occupants des hautes terres est donc étroitement liée à la question de gestion des ressources naturelles qui se raréfient, phénomène dont les minorités ethniques sont en fait peu responsables. Cette politique de relocalisation est officiellement légitimée au nom de l’impératif de développement national et du bien collectif.

  • 36 Ireson J. Carol et Randall W. Ireson, « Ethnicity and Development in Laos », in Asian Survey, vol. (...)

48Autre objectif moins explicite de la politique de sédentarisation : intégrer les minorités à la culture nationale en sortant ces populations de leur habitat d’origine ou en les forçant à adopter un mode de vie radicalement différent ; autrement dit à tendre vers les traditions de l’ethnie lao. En effet, le déplacement des habitants de la forêt vers les basses terres les oblige à changer, entre autres, leurs pratiques agricoles C’est en tout cas ce qu’observent les anthropologues Carol et Randall Ireson, notant que « la relocalisation devient un autre moyen par lequel les minorités ethniques en se ″développant″ sont laocisées36 ». En raison des divisions fréquentes au sein d’un même village entre partisans et opposants de la relocalisation, il est souvent difficile de savoir si la migration vers les plaines est volontaire ou non. Il est néanmoins évident que ces déplacements entraînent systématiquement des changements dont les enjeux ont été en partie révélés par le rapport publié sur la question par l’Unesco en 1997 :

  • 37 Yves Goudineau (éd.), Resettlement and Social Characteristics of New Villages. Basic Needs for Res (...)

« La relocalisation [de villages] semble être une des causes majeures de rupture culturelle au Laos aujourd’hui. D’aucuns diraient que ceci est le meilleur moyen d’intégrer les populations ethniques à la culture nationale, sans quoi elles demeureraient marginalisées. L’on doit cependant garder à l’esprit que la culture nationale laotienne est une culture multiethnique [...] et qu’il est nécessaire de conserver l’héritage culturel des divers groupes ethniques qui composent la nation laotienne. [...] Ce qui doit être évité, ce sont les graves dommages au tissu symbolique culturel car cela peut toujours engendrer des mouvements protestataires capables de mettre en péril le processus d’intégration lui-même37 ».

  • 38 Banque mondiale, Swedish International Development Agency (SIDA) et ministère des Affaires étrangè (...)

49La déforestation, le développement des cultures permanentes et la construction d’infrastructures se sont accélérés depuis les années 1990, provoquant le recul de l’habitat naturel des populations qui vivent de la forêt. Plus généralement, on notera que les produits forestiers représentent une source très importante de l’alimentation et des revenus des populations rurales. Un ménage de cinq personnes consomme en moyenne l’équivalent de 280 dollars par an en produits forestiers (bois de chauffage compris). En conséquence, 800 000 familles (soit 4 millions de personnes) consommeraient l’équivalent de 224 millions de dollars par an en produits forestiers, soit 40 % du revenu total des ménages et l’équivalent de 20 % du produit intérieur brut. En outre, les produits forestiers contribueraient à hauteur de près de 55 % aux revenus des familles vivant dans des villages proches des forêts38.

La forêt comme ressource
Les produits non ligneux des forêts sont principalement des produits alimentaires (gibiers, poissons, pousses de bambou, fruits, légumes verts et miel), des fibres (herbe khem, utilisée pour fabriquer des balais et mûrier), des condiments et produits médicinaux (cardamone et noix de malva), des substances destinées aux industries chimiques et à la parfumerie (benjoin, peuak meuak, résines, oléorésines, kisi, résine, et lamxay), du bambou, du rotin et du bois combustible.
Source : Banque mondiale, Swedish International Development Agency (SIDA), ministère des Affaires étrangères (gouvernement de Finlande), Lao PDR Production Forestry Policy. Status and Issues for Dialogue, volume 1, Main Report, 11 juin 2001, http://lnweb18.worldbank.org/​eap/​eap.nsf/​Countries/​Lao+PDR/​D1A79F3F47B5DCA585256AEF005062A7?OpenDocument, (consulté en septembre 2003), p. 11.

Notes

1 Kaysone Phomvihane, Rapport sur la situation de l’an dernier, les orientations et les tâches révolutionaires dans la nouvelle étape et les orientations pour 1977, cité in Martin Stuart-Fox (éd), Contemporary Laos. Studies in the Politics and Society of the Lao People’s Democratic Republic, St Martin’s Press, New York, 1982, p. 106.

2 Grant Evans, Lao Peasants Under Socialism and Post-Socialism, Silkworm Books, Chiang Mai, 1995 (1ère édition: 1990), p. 4.

3 Kaosan Pathet Lao (KPL), 24 avril 2002.

4 Vientiane Times, 31 janvier 2003.

5 Départment de religion, « Religion and Society », in Lao Sang Sat, vol. 1, no 1, 1998, p. 43.

6 Charles F. Keyes, Helen Hardacre et Laurel Kendall (éds), Asian Visions of Authority: Religion and The Modern States of East and Southeast Asia, université d’Hawai’i, Honolulu, 1994, 366 p.

7 Charles F. Keyes, Helen Hardacre et Laurel Kendall (éds), 1994, p. 5. Dans un ouvrage intitulé Cultural Crisis and Social Memory. Modernity and Identity in Thailand and Laos, les auteurs, Shigeharu Tanabe et Charles F. Keyes expliquent la crise de la modernité dans les sociétés thaïlandaise et laotienne par la rupture du présent avec le passé, ce qui a entraîné une forte tension entre le « désir de rationalité abstraite » et « le désir de résister afin de retenir les valeurs particulières et les éléments qui constituaient auparavant des certitudes ». Shigeharu Tanabe et Charles F. Keyes, Cultural Crisis and Social Memory. Modernity and Identity in Thailand and Laos, University of Hawai’i Press, Honolulu, 2002, p. 6.

8 Martin Stuart-Fox, « Laos: From Buddhist Kingdom to Marxist State », in Ian Harris (éd.) Buddhism and Politics in Twentieth-Century Asia, Pinter, Londres-New York, 1999, p. 168.

9 Le Rénovateur, 18 mai 2000.

10 Martin Stuart-Fox, 1999, p. 161.

11 Grant Evans, « Buddhism and Economic Action in Socialist Laos », in Chris M. Hann (éd.), Socialism: Ideals, Ideologies, and Local Practice, Routledge, Londres-New-York, 1993, p. 135.

12 Il est cependant utile de préciser que cette ferveur religieuse populaire, récupérée par les autorités, ne concerne qu’une partie de la population : plus du tiers des Laotiens ne sont pas bouddhistes selon les statistiques officielles (Comité d’État au plan, Centre national de statistiques, Results from the Population Census 1995, Comité d’État au plan-Centre national de statistiques, Vientiane, 1997, 94 p.).

13 Mongkhol Vongsamang, « Deputy Minister Warns of Dangerous Urban Culture », in Vientiane Times, 11 octobre 2002.

14 Institut de recherche sur la culture (en collaboration avec Grant Evans), 1997-1998 Vientiane Social Survey Project, ministère de l’Information et de la Culture, questions 44 et 57B, Vientiane, 1998, 81 p.

15 Union de la jeunesse lao, Union des femmes lao, ministère de l’Éducation nationale, municipalité de Vientiane et Save the Children (Grande-Bretagne), p. 45.

16 Union de la jeunesse lao, Union des femmes lao, ministère de l’Éducation nationale, municipalité de Vientiane et Save the Children (Grande-Bretagne), p. 84.

17 Institut de recherche sur la culture (en collaboration avec Grant Evans), 1998, p. 29.

18 Institut de recherche sur la culture (en collaboration avec Grant Evans), 1998, p. 29.

19 Institut de recherche sur la culture (en collaboration avec Grant Evans), 1998, p. 32.

20 Union de la jeunesse lao, Union des femmes lao, ministère de l’Éducation nationale, municipalité de Vientiane et Save the Children (Grande-Bretagne), p. 39.

21 Union de la jeunesse lao, Union des femmes lao, ministère de l’Éducation nationale, municipalité de Vientiane et Save the Children (Grande-Bretagne), p. 50.

22 Sisouphanthong Bounthavy et Christian Taillard, 2000, p. 60-61 et 68.

23 Nous connaissons le cas de jeunes Vientianais au chômage qui sont partis vivre pour un temps à Sekong (province du sud-est du pays, frontalière avec le Viêt Nam) travailler, dans un garage pour l’un, dans une compagnie de transport pour l’autre.

24 Ce qui n’est pas, par exemple, le cas de la Thaïlande, où de nombreux membres de groupes ethniques minoritaires, en particulier au nord, vivent soit dans un statut précaire, soit dans l’illégalité, bien que certains d’entre eux se soient installés dans le pays depuis plusieurs générations.

25 Constitution de la République démocratique populaire lao, Assemblée populaire suprême, Vientiane, 1991, p. 1.

26 Constitution de la République démocratique populaire lao, 1991, p. 4-5.

27 Andrew Hardy et Nguyen Van Chinh, « Gérer la ″question ethnique″ sur les hautes terres : un exercice d’équilibriste », in Stéphane Dovert et Benoît de Tréglodé (éds), 2004, p. 383-432.

28 James R. Chamberlain, Charles Alton et Arthur G. Crisfield, Indigenous People’s Profile, Lao People’s Democratic Republic, Care International in the Lao People’s Democratic Republic, Vientiane, 1995, 86 p.

29 Ministère de l’Information et de la Culture, Pavatsāt lao [Histoire du Laos], Vientiane, 1996, vol. 1, p. 13. Les autorités vietnamiennes usent de la même métaphore. Voir Oscar Salemink, « Sedentarisation and Selective Preservation among the Montagnards in the Vietnamese Central Highlands », in Jean Michaud (éd.), Turbulent Times and Enduring Peoples: Mountain Minorities in the South-East Asian Massif, Curzon, Richmond, 2000, p. 136.

30 Ministère de l’Information et de la Culture, 1996, p. 13.

31 Pour plus de détails sur l’influence des théories marxistes-léninistes et des écrits de Staline sur la question des minorités et du nationalisme, voir Vatthana Pholsena, « Nation/Representation : Ethnic Classification and Mapping Nationhood in Contemporary Laos », in Asian Ethnicity, vol. 3, no 2, 2002, p. 175-197.

32 Laurent Chazée, Shifting Cultivation in Laos : Present Systems and their Future, Vientiane, n.p., 1994, 87 p.

33 Gouvernement de la République démocratique populaire lao, Socioeconomic Development Strategy From Now Until 2020, 2010 and the Fifth Five-Year Socioeconomic Development Plan (2001-2005), version non définitive, gouvernement de la République démocratique populaire lao, Vientiane, 2001.

34 Environ les trois quarts des rays sont cultivés en combinant plusieurs espèces de riz avec une grande variété de plantes différentes : maïs, légumineuses, arbres fruitiers, tabac, cucurbitacées, tubercules, etc.

35 Banque mondiale, Poverty Reduction Fund Project, Lao People’s Democratic Republic. Social Assessment Report, Care International, Vientiane, 2002, p. 41.

36 Ireson J. Carol et Randall W. Ireson, « Ethnicity and Development in Laos », in Asian Survey, vol. 31, no 10, 1991, p. 935-936.

37 Yves Goudineau (éd.), Resettlement and Social Characteristics of New Villages. Basic Needs for Resettled Communities in the Lao People’s Democratic Republic : An Orstom Survey, Unesco-Pnud, Bangkok, 1997, vol. 1, p. 36.

38 Banque mondiale, Swedish International Development Agency (SIDA) et ministère des Affaires étrangères (gouvernement de Finlande), 11 juin 2001, p. 11.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irasec/docannexe/image/1471/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

© Institut de recherche sur l’Asie du Sud-Est contemporaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Place des libraires